Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Fabienne Moine, Le Genre en jeu : poésie et identité féminines en Angleterre (1830-1900)

Anne Chassagnol
p. 191-193
Référence(s) :

Fabienne Moine, Le Genre en jeu : poésie et identité féminines en Angleterre (1830-1900). Paris : L’Harmattan, 2010. 317 p., ISBN-10 : 2296114148/ ISBN-13 : 978-2296114142.

Texte intégral

1Le Genre en jeu : poésie et identité féminines en Angleterre (1830-1900), publié dans la collection Des Idées et des femmes dirigée par Guyonne Leduc chez L’Harmattan, s’inscrit dans la tradition des cultural studies et propose une lecture des stratégies déployées par les poétesses victoriennes, à la fois sur le plan du genre poétique et du genre sexuel.

2L’architecture du présent ouvrage s’organise selon trois piliers centraux (« Les Communautés poétiques », « Les Manipulations du genre » et « Au-delà du genre ») eux-mêmes subdivisés en trois pans, permettant une lecture claire, construite et éclairée. L’introduction rend hommage aux divers ouvrages parus ces vingt dernières années qui ont permis de réhabiliter la poésie féminine victorienne et faire du silence, du renoncement ou de la réticence, les caractéristiques essentielles de l’écriture poétique féminine au xixe siècle. Pourtant, que ce soit au cinéma (The Barretts of Wimpole Street) ou dans le cadre d’expositions récentes, la poétesse victorienne, souvent prise à son propre piège biographique, reste figée dans son statut d’amante, de femme ou de mère, sans jamais réellement accéder à la postérité littéraire qu’elle mérite. Fabienne Moine envisage donc ici une double réhabilitation : redonner une place de choix à ces voix féminines victoriennes, tout en revalorisant l’adjectif « féminin », pour qu’il exprime non plus une mièvrerie affectée mais une démarche poétique cohérente et spécifique. La période choisie (1830-1900), placée sous le signe de deux figures féminines majeures, commence au moment de l’avènement de la poésie d’Elizabeth Barrett Browning et s’éteint avec la disparition d’Alice Meynell. Plus généralement, la plupart des poèmes qui figurent dans l’ouvrage de Fabienne Moine ont été écrits entre 1830 et 1900. Cette chronologie recoupe, en outre, les deux phases historiques étudiées par Elaine Showalter dans A Literature of Their Own, à savoir une première période dite « féminine » de 1840 à 1880 et une seconde dite « féministe » de 1880 à 1920. En ce qui concerne la sélection des œuvres poétiques étudiées, le choix s’est davantage orienté vers des poèmes moins connus, plutôt que sur les grands classiques, ce qui permet au lecteur de découvrir véritablement la richesse du prisme poétique féminin à cette époque. C’est là l’un des points forts de l’ouvrage.

3Si les notions de genre poétique et de genre féminin vont généralement de soi, que faut-il entendre par poème féminin et surtout que faut-il en attendre ? La poésie féminine victorienne n’est-elle qu’une poésie de dévotion ? Ou faut-il, au contraire, l’envisager comme une écriture dénonçant un système androcentré ? Fabienne Moine démontre ici que les poétesses victoriennes font sans cesse bouger les lignes normatives au cœur du poème, élaborant un espace ambigu, où la distinction entre apparence et réalité, est beaucoup plus ténue qu’il n’y paraît.

4La première partie (« Les Communautés poétiques ») aborde le genre sous l’angle de la communauté féminine et de la sororité (« Une Démarche collective nécessaire »). Elle se concentre ensuite sur les hauts lieux de créations des poétesses victoriennes (« Les Lieux poétiques de la créativité »), comme la revue poétique, l’espace d’expression que constitue l’album, jusqu’au paysage italien, lieu de l’exil réel ou imaginaire. Il est également question des figures mythiques puis des femmes de lettres (« La circulation de l’autorité ») qui ont contribué à incarner et à fédérer le discours poétique féminin. Cette partie se clôt sur une analyse de l’élégie (« L’élégie au féminin ») comme mode de production et d’appropriation du discours genré.

5La seconde partie (« Les Manipulations du genre ») est consacrée au genre sexuel et à la façon dont les poétesses victoriennes se jouent en permanence des codes masculins et féminins (« Remise en cause du genre »). Le jeu sur le genre passe aussi par le recours aux pseudonymes, aux initiales, à la recherche d’une forme d’androgynie poétique. L’ironie et le double entendre (« Le jeu avec le genre ») constituent de fait une stratégie de déstabilisation du genre préétabli Enfin la troisième partie (« Au-delà du genre ») s’ouvre sur une analyse du déni et de l’indicible, thèmes récurrents chez les poétesses victoriennes (« Négation et abnégation »). Puis, il est question de l’énigme (« Le Secret du genre ») présente au sein même du poème qui se lit comme un espace du secret. L’énigme prend ensuite une dimension religieuse dans la dernière partie (« Le Genre transcendé ») qui traite de l’usage de la négation et de la réserve poétique, comme métaphore de l’expérience religieuse de la poétesse.

6La bibliographie d’une grande richesse envisage le genre dans son rayonnement le plus vaste ; sa classification thématique a l’avantage de présenter un large éventail de références sur le japonisme, le spiritisme, le travestissement ou les communautés de femmes. La section de la page 304 (VI. Ouvrages sur une auteure), particulièrement utile, recense de façon synthétique et lumineuse les ouvrages essentiels sur chaque poétesse. Enfin, les deux index permettent une circulation très fluide au sein de l’ouvrage.

7Le Genre en jeu est un ouvrage d’une grande richesse : parfaitement documenté, élégamment construit et d’une analyse aussi dense que subtile, il interroge non seulement les œuvres méconnues des grandes poétesses victoriennes mais aussi les grands textes des poétesses moins connues. L’originalité de cet ouvrage tient surtout au fait que son auteur applique à la poésie des questions qui jusque-là traversaient le roman sans nécessairement toucher les domaines littéraires adjacents. Par ailleurs, Le Genre en jeu est un ouvrage à plusieurs entrées qui rend un bel hommage aux poétesses victoriennes, offrant ainsi un réel apport aux travaux sur la poétique du genre. Ce livre intéressera aussi bien le littéraire, l’historien, le sociologue, que l’amateur d’art, la poésie n’étant jamais présentée comme un support didactique unique mais plutôt comme une entrée culturelle possible dans le grand siècle de Victoria.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Chassagnol, « Fabienne Moine, Le Genre en jeu : poésie et identité féminines en Angleterre (1830-1900) », Cahiers victoriens et édouardiens, 73 Printemps | 2011, 191-193.

Référence électronique

Anne Chassagnol, « Fabienne Moine, Le Genre en jeu : poésie et identité féminines en Angleterre (1830-1900) », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 73 Printemps | 2011, mis en ligne le 10 mai 2013, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cve/2207

Haut de page

Auteur

Anne Chassagnol

Université Paris VIII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • OpenEdition Journals