Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Kelly Hager. Dickens and the Rise of Divorce ; The Failed-Marriage Plot and the Novel Tradition

Luc Bouvard
p. 230-238
Référence(s) :

Kelly Hager. Dickens and the Rise of Divorce ; The Failed-Marriage Plot and the Novel Tradition. Farnham, Surrey, England & Burlington, Vt, USA : Ashgate, 2010. 206 p. ISBN 978-0-7546-6947-0.

Texte intégral

1Kelly Hager analyse la façon dont les intrigues victoriennes, et plus particulièrement celles de Dickens, abordent, parallèlement à l’intrigue de mariage, celle du mariage qui a échoué (divorce, séparation, enfer vécu par l’un des membres du couple etc.). Dans son introduction, l’auteur cite deux personnes célèbres de l’époque victorienne, la Reine Victoria elle-même et John Stuart Mill qui, tous deux, critiquent paradoxalement l’institution du mariage. La période victorienne était, selon Hager, nettement ambivalente. Elle vit la naissance d’un mouvement féministe puissant, le vote de lois importantes sur le droit des femmes, depuis le premier Custody of Infants Act de 1839 jusqu’à la première loi protégeant les femmes contre toute cruauté matrimoniale en 1878, ainsi que le phénomène sociologique de la New Woman. Mais c’est aussi le siècle qui donna Coventry Patmore et son ange du foyer, Ruskin et sa reine confinée dans son jardin domestique ainsi que Sarah Stickney Ellis et ses conseils conservateurs adressés aux femmes d’Angleterre.

2Le point de départ est l’ouvrage de Ian Watt, The Rise of the Novel, qui suggérait que l’énorme majorité des romans anglais écrits depuis Pamela reproduisent ce modèle et se sont focalisés sur l’intrigue d’une cour assidue faite à la jeune héroïne débouchant sur un mariage. Une telle allégeance à ce type d’intrigue indique que nous sommes toujours enclins à accepter le fait que le mariage apporte un sentiment de clôture à un roman. Cette allégeance nous pousse à négliger des parallèles intéressants tels que le fait que le divorce ait été légalisé l’année de la publication de Little Dorrit ou que les débats au Parlement aient fait rage au moment où Thackeray écrivait The Newcomes, chacun des deux romans offrant une critique sévère du mariage. Hager estime que l’une des façons d’envisager la prédominance de cette seconde intrigue et paradoxalement qu’elle ait été négligée par la critique est de considérer que l’intrigue du mariage raté est un corollaire de l’importance accordée au mariage dans le roman et que précisément, elle renforce l’intrigue romantique.

3En fait, même les Victoriens qui révélaient les failles de cette institution y croyaient cependant fondamentalement et la considéraient comme cruciale, à la fois pour les individus et pour la société. Dickens and the Rise of Divorce avance la thèse que l’échec du couple apparaît aussi souvent dans le roman qu’il en constitue une intrigue à part entière.

4Dans le chapitre 1, Kelly Hager remet en cause les théories du roman qui laissent peu de place aux problèmes matrimoniaux en revenant sur certains romans des xviiie  et xixe siècles afin d’y révéler ces intrigues que nous avons trop eu tendance à négliger tout en retraçant l’histoire légale du mariage et du divorce. En effet, la plupart des critiques, suivant Ian Watt ont considéré que le happy ending perd quelque peu de son systématisme lors de la deuxième moitié du xixe siècle. Or Hager affirme en voir de nombreux exemples auparavant, dès l’émergence du roman au xviiie siècle. Les romans de Jane Austen ont souvent pour contrepoint à l’intrigue principale sur laquelle se clôt le roman une intrigue où le mariage est un échec. D’autres romans apparaissent dans cette taxonomie du mariage défectueux : l’intrigue héritée de la comédie de la Restauration (réécrite par Thomas Hardy) où le roué vient détruire le mariage de son ami ; l’intrigue gothique du mari bigame, avec notamment Jane Eyre ; l’intrigue qui révèle le statut défavorisé des femmes (dans les romans de Mary Wollstonecraft ou Caroline Norton) ; les nombreuses histoires décrivant les abus et les insatisfactions du mariage. Hager aborde The Tenant of Wildfell Hall (1848) d’Anne Brontë et He Knew He Was Right de Trollope, qu’elle met en parallèle avec les lois de l’époque, fort clémentes à l’encontre des maris qui brutalisaient leur épouse. Ce n’est en effet qu’en 1878 que le Matrimonial Causes Act accordera aux femmes battues l’autorisation de divorcer. Puis Hager passe en revue la législation anglaise du mariage entre 1670 et 1923 (date à partir de laquelle les femmes purent demander le divorce pour simple adultère, à l’instar de ce qui se passait pour les hommes). La différence de traitement entre les hommes et les femmes à l’époque victorienne résidait dans le fait qu’un simple adultère de l’épouse était nécessaire pour demander le divorce tandis que celle-ci devait prouver que son mari avait commis la double faute d’adultère et d’inceste. En fin de chapitre, Hager aborde les romans dickensiens dont elle ne parlera pas dans les chapitres suivants (Pickwick, Barnaby Rudge, Martin Chuzzlewit, A Tale of Two Cities, Great Expectations), les deux derniers s’achevant sur des situations matrimoniales idylliques qui ne sont que des possibilités entr’aperçues mais non vécues. Les romans publiés après 1863 n’intéressent pas l’auteur car les critiques s’accordent tous à considérer que les intrigues de ces romans abordent sans retenue le mariage raté. Pour Dickens, cette évolution se double d’un problème personnel : sa séparation d’avec son épouse Catherine.

5Il peut paraître surprenant de voir dans les romans de Dickens un lieu privilégié pour ces intrigues de l’échec matrimonial. Cependant, il existe dans chacun d’eux au moins une intrigue de cet ordre, que celle-ci prenne un tour comique, tragique, mélodramatique ou ironique. Dans les chapitres 2 à 5, l’auteur passe au crible ces passages où Dickens présente la rupture du lien matrimonial avec une clarté extraordinaire mais aussi ceux, plus discrets, qui évoquent un certain malaise dans le couple. Le chapitre 2 se concentre sur trois romans des débuts de carrière (Oliver Twist, Nicholas Nickleby et The Old Curiosity Shop), puis le chapitre 3 se porte sur Dombey and Son, le 4 sur David Copperfield et le dernier sur Hard Times. Tous ces romans sont lus en parallèle avec les débats parlementaires et les articles publiés dans Household Words ; Hager étudie aussi les fictions dickensiennes avec les divertissements populaires comme le Punch and Judy Show et les personnages de cire de Madame Tussaud. Un parallèle est également tissé avec les livres de conduite rédigés par Sarah Stickney Ellis, les romans et les essais de Caroline Norton, et le journalisme d’Eliza Lynn Linton, les deux dernières étant considérées comme des proto-féministes victoriennes dans leurs essais tout en étant conservatrices dans leurs romans, assez voisins de ceux de Dickens. Cette apparente incohérence débouchera sur une approche plus nuancée de la « question de la femme », mais aussi sur une réévaluation de la façon dont Dickens abordait la différence des sexes.

6Le chapitre 2 portant sur trois romans publiés entre 1837 et 1841 se focalise sur des mariages triplement monstrueux nous dit Hager. En effet, ils sont l’association de personnes incompatibles, ils sont en marge de l’intrigue principale et ils sont autant de mise en garde pour les héros du roman. Dans Oliver Twist, le père du vil Monks (demi-frère d’Oliver) est victime du choix de ses propres parents guidés par l’argent, avant de s’enfuir avec la mère d’Oliver. Implicitement, la cause des circonstances malheureuses de la naissance et de l’éducation d’Oliver sont imputées à la cupidité des grands parents. Le narrateur nous présente cependant un héros bâtard qui semble plus légitime que son demi-frère né pourtant d’une union légale, ceci en vue d’enfouir et de repousser aux franges du discours l’intrigue du mariage raté. Le mariage raté de Ralph Nickleby dans Nicholas Nickleby est tout aussi tardivement raconté (chapitre 60) maladroitement placé entre la mort de Smike (son fils en vérité) et les atermoiements sentimentaux du héros et de sa sœur Kate. Tout comme Oliver Twist prend pour bouc émissaire Monks, le roman suivant opère de façon similaire pour Ralph. Le nombre de (tentatives de) mariages d’intérêt est important dans le roman et révèle les problèmes liés à cette institution. En effet, seuls ceux-ci échouent. L’effet complémentaire se révèle dans les hésitations de Nicholas et de Kate avant d’accepter la main d’un parti plus riche. Ils ne souhaitent pas que l’argent interfère dans leurs désirs et ne veulent pas être accusés d’avoir des vues mercenaires. Les pages portant sur The Old Curiosity Shop offrent une lecture détaillée de l’institution du mariage, se focalisant sur les aspects comiques et grotesques qui masquent et révèlent à la fois un scepticisme certain. Dans ce roman, les mariages ratés sont des monstruosités véritables et non plus métaphoriques. C’est le mariage de Jasper Packlemerton, le père de Nell, qui donne à l’intrigue son énergie narrative. L’union est si misérable qu’elle transforme le grand-père en un avare prêt à mettre en danger la vie et la vertu de sa petite fille Nell. Le lecteur oublie vite le mariage malheureux de la mère de Nell et se concentre sur les actes monstrueux de Quilp. Tout comme les intrigues similaires dans Twist et Nickleby, ce récit analeptique n’est fait que tardivement dans le roman. Les mariages heureux tels que ceux des Garland, des Nubbles, et des Swiveller sont clairement opposés à celui des Quilp, au sein duquel l’épouse ne se rebelle nullement contre les mauvais traitements de son mari. Ceci est dû à ses pouvoirs de séduction avérés quoique véritablement incompréhensibles. Les « amies » de Mrs Quilp qui lui conseillent de le quitter attendent visiblement leur tour afin d’être la seconde Mrs Quilp. La ressemblance entre Quilp et la marionnette Punch est clairement rappelée, ainsi que celle qui existe entre Sally Brass et Judy.

7Le chapitre 3 s’attarde sur Dombey and Son où l’on trouve un mariage raté bien plus visible que dans les trois romans étudiés plus haut. En effet, l’échec du mariage d’Edith Dombey est présenté de façon si évidente que certains le considèrent comme mélodramatique et prévisible. Son mariage fondé sur l’intérêt la pousse à sacrifier son amour-propre et finalement sa réputation. Ce chapitre s’interroge sur la façon mélodramatique dont Edith Dombey quitte son mari et compare ses actes à ceux de Caroline Norton, victorienne qui osa braver la publicité qui entourait ses tentatives de quitter son mari et de demander réparation pour les torts qu’il lui avait causés. Les deux ont osé rendre publics les détails de leur vie intime. Lire le défi spectaculaire lancé par Edith Dombey et sa fuite du domicile conjugal comme un mélodrame révèle un Dickens féministe qui pour une fois nous donne une héroïne qui ressemble moins à l’ange du foyer qu’à la New Woman. Ce récit anticipe la vie personnelle du romancier qui força son épouse à le quitter afin de s’attirer les bonnes grâces de ses lecteurs en présentant son épouse sous les traits d’une femme qui quitte le domicile conjugal alors que tous les biographes s’accordent sur le fait qu’il souhaitait mettre un terme à son union avec Catherine afin de vivre avec l’actrice Ellen Ternan. Ce chapitre prend au sérieux le mode mélodramatique qui sous-tend la totalité du roman. Relier l’intrigue d’Edith au reste du roman nous permet de voir précisément ce que nous voulons dire par mélodramatique : non seulement un style caractérisé par l’émotion hautement stylisée et débridée, mais aussi une lutte prévisible entre le bien et le mal où le bien est sérieusement mis en péril mais triomphe toujours à la fin. Dombey and Son permet à l’auteur de rappeler les faits qui définissent le système appelé coverture, selon lequel l’épouse devient la propriété du mari. Les rapports entre Dombey et sa femme suivent de près ces préceptes. Hager se réfère alors à l’intrigue de Stuart of Dunleath, essentiellement fondée sur les déboires matrimoniaux de son auteur Caroline Norton. Enfin, c’est le mariage raté de Laure et Lydgate, intrigue secondaire dans Middlemarch de George Eliot qui fait l’objet d’une analyse. Cette intrigue met en lumière la façon dont le mélodrame aide l’actrice Laure à se débarrasser de son mari, tout comme le fait d’avoir participé à la production de The Frozen Deep en 1857 mènera très vite Dickens à se séparer de son épouse. Le fait que Dickens et Norton (ainsi que Laure dans Middlemarch) trouvent dans le mélodrame un moyen de mettre un terme à leur mariage est fortement lié à la nature du genre mélodramatique. Le fait que Dickens entame sa série de lectures publiques au moment où il met au jour ses insatisfactions matrimoniales n’est pas le fruit du hasard non plus. Enfin, Hager revient sur Caroline Norton en abordant son pamphlet intitulé English Laws for Women in the Nineteenth Century, lequel fait la critique (quoique de façon paradoxale) de l’orientation machiste de la loi sur le divorce votée en 1854.

8Le chapitre 4 se concentre sur David Copperfield, le roman des mariages ratés : l’idiotie qui caractérise celui de David et Dora, les problèmes financiers de Wilkins et Emma Micawber, les soupçons qui caractérisent celui d’Annie et du Dr Strong, la violence qui régit celui de Clara Copperfield avec Murdstone et l’étrange séparation de Betsey Trotwood d’avec son roué de mari. Ainsi, le roman le plus autobiographique de Dickens s’intéresse de façons multiples à l’institution du mariage et aux misères qu’elle entraîne. Publié l’année de la création d’un comité de réflexion qui devait se pencher sur l’état des lois régissant le mariage et le divorce, David Copperfield participe et réagit à l’inquiétude généralisée qui aboutira sept ans plus tard à la légalisation du divorce. Hager avance ainsi la thèse que David Copperfield est un roman de l’adultère, des secondes noces et de l’impossibilité de se séparer. C’est en fait un roman sur le divorce. Emma Micawber relit son contrat de mariage afin de savoir si elle peut quitter son mari ; Betsey Trotwood quitte son mari et reprend son nom de jeune fille ; le héros travaille aux Doctors’ Commons, la cour ecclésiastique qui règle tous les problèmes liés au mariage, y compris le divorce ; sur son lit de mort, Dora confie David aux bons soins d’Agnes, qu’il épousera en secondes noces. C’est donc un roman qui prêche la sagesse de secondes noces. À l’inverse de Dombey and Son qui présentait de façon mélodramatique le mariage raté d’Edith et Paul Dombey, David Copperfield décrit la fin du mariage de façon presque banale. Hager entend dans ce chapitre faire entendre le silence copperfieldien sur la question de l’adultère et du divorce. Le divorce est lié à l’adultère dans la mesure où le premier légalise une liaison adultérine. L’adultère était d’ailleurs jusqu’à une période toute récente la seule raison que l’on pouvait invoquer pour demander un divorce. Hager analyse ensuite les personnages féminins qui quittent, d’une façon ou d’une autre, leur mari : Dora, Emma et Betsey. Dora Copperfield, la femme-enfant qui épouse David en premières noces, correspond dans sa soumission parfaite aux livres de conduites écrits pour les jeunes filles de l’époque victorienne, tels que The Wives of England : Their Relative Duties, Domestic Influence, and Social Obligations de Sarah Stickney Ellis. Toutefois, Dora n’est pas l’épouse prescrite par Ellis, à savoir une compagne à qui le mari peut en toute occasion se confier. Dora a cependant l’intelligence de voir qu’elle n’est pas la compagne dont David a besoin alors que celui-ci n’a d’yeux que pour ses charmes. Le divorce de ces deux êtres mal assortis n’est pas envisagé pas le narrateur protagoniste et seule la mort pourra les séparer. Emma Micawber, tout en répétant à l’envi qu’elle ne quittera jamais son mari semble pourtant bien soupeser à chaque fois le pour et le contre d’une séparation. Sa fidélité sans cesse répétée est un aveu d’incapacité légale à le quitter. Fuir le domicile conjugal était peu enviable, voire inacceptable pour toute épouse comme l’histoire de Betsey Trotwood le prouve. Même ce personnage de femme au tempérament affirmé ne peut véritablement quitter son mari. Car comme le roman le répète sans cesse, Miss Betsey aime toujours son mari, même si elle l’a quitté. Les mauvais traitements qu’il lui infligeait auraient suffi et pourtant, Betsey préfère lui donner régulièrement de l’argent pour le faire fuir que de passer par un jugement qui, d’une part, aurait été un aveu public de son erreur et d’autre part, ne lui aurait pas permis de le revoir régulièrement. Ainsi, même si Dickens nous présente des femmes qui veulent quitter leur mari, et qui d’une certaine manière y parviennent, il ne nous décrit jamais des femmes qui ont cessé d’aimer leur mari. C’est la particularité singulière de ce roman, à l’inverse de tous les autres. En fait, mariage raté n’équivaut pas ici à mariage sans amour. Mais dans ce roman qui ne compte aucun divorce (à l’exclusion d’un personnage fort secondaire nommé Thomas Benjamin), presque toutes les épouses veulent quitter leur mari qu’elles aiment malgré tout. La première version que Dickens avait rédigée de l’intrigue de Betsey offrait une séparation officielle et un mari mourant loin de Betsey, en Inde. La réécriture nie le divorce, rend impossible la véritable séparation. Tandis qu’il nous donne un roman du divorce d’une main, Dickens le retire de l’autre. Enfin, Hager clôt ce chapitre sur le prétexte qu’offre l’union entre Annie et le Dr Strong, d’un mariage réussi qui sert de contrepoint, voire de correctif à tous les autres. Les soupçons infondés d’une relation adultère entre Annie et Jack Maldon renforcent l’impression de fidélité qui se dégage de cette union et masquent le caractère délétère des autres mariages du roman. Ce mariage réussi est l’unique cache-misère du roman.

9Le chapitre 5 s’intitule « Hard Times and the Indictment of Marriage ». Ce roman semble pour Hager diamétralement opposé à celui qui le précède, Bleak House. Les mariages, même apparemment incongrus, mal assortis ou mal avisés de Bleak House résistent à tout alors que ceux qu’on trouve dans Hard Times ne durent pas. Le roman se focalise sur ce que Stephen Blackpool appelle « th’ supposed unpossibility o’ ever getting unchained from one another », impliquant dès le départ que l’institution est un échec retentissant. Le roman fut également publié alors que le Parlement discutait la première proposition de loi en 1854 sur le divorce. Hard Times ne contient pas une seule intrigue sentimentale, à l’inverse de tous les autres romans. Au moment où commence le roman, Mr Gradgrind est sur le point d’être veuf après un mariage désastreux avec une femme insignifiante, Mrs Sparsit a été quittée par son mari, lequel était de 15 ans son cadet et était criblé de dettes avant le mariage ; et Stephen Blackpool nous est présenté longtemps après que sa femme alcoolique l’a quitté. Et si la cour que Bounderby fait à Louisa nous est contée, elle ne l’est que par allusions. Du reste, ce mariage n’est pas plus heureux que les autres, comme Mrs Gradgrind l’avait prédit. À la longue liste d’épouses qui quittent leur mari dans les romans de Dickens, il nous faut désormais ajouter Louisa, Mrs Gradgrind et la femme de Stephen. Le roman se concentre principalement sur une thématique anti-victorienne : comment rompre les liens matrimoniaux. Après séparation, les conjoints ne sont pas du tout désireux de reformer ces liens rompus, bien au contraire. C’est un roman qui affirme que les mariages sont souvent intéressés, que les dettes sont une motivation clairement énoncée pour se marier et qu’un conjoint alcoolique est un tel fardeau que sa disparition ou sa mort n’est la cause d’aucun chagrin. C’est également un roman qui souligne que la différence d’âge indique toutes sortes de problèmes. À l’inverse de la différence d’âge entre Annie et le Dr Strong dans David Copperfield ou entre John Peerybingle et sa jeune épouse Dot dans The Cricket on the Hearth qui n’altère en rien l’amour sincère et profond de la jeune épouse pour son mari plus âgé, l’âge de Mrs Sparsit et de Bounderby est un réel problème. Hager suggère des stratégies plus efficaces pour contextualiser les deux intrigues suivantes : celle de Louisa et celle de Stephen : plutôt qu’une lecture qui les mettrait en parallèle, elle compare l’intrigue de Stephen aux débats parlementaires qui avaient lieu lorsque fut publié le roman en 1854 et elle lit l’intrigue de Louisa en gardant à l’esprit les articles publiés dans Household Words ainsi que The Subjection of Women de Mill. Le roman, selon Hager, s’intéresse davantage à l’inégalité devant la loi entre riches et pauvres qu’entre hommes et femmes lorsqu’il s’agit de divorcer. Dickens entendait donc attirer l’attention de ses lecteurs sur la pauvreté des débats parlementaires de l’époque à propos des problèmes d’inégalité entre les classes face au divorce. Ce sont les références précises à ces débats parlementaires qui font tout l’intérêt du livre de Hager et qui l’amènent à la conclusion selon laquelle les fins insatisfaisantes apportées aux intrigues de Stephen et de Louisa sont en fait les preuves d’une description réaliste des réalités du divorce dans les années 1850. En refusant à ses personnages un divorce en toute légalité le roman révèle l’inflexibilité structurelle de la loi et de la culture victoriennes.

10Un court épilogue intitulé « How to Read the Failed-Marriage Plot : « Leave Sunny Imaginations Hope » ? » aborde le problème de la clôture des romans. Hager emprunte la deuxième partie de son titre à l’épilogue de Villette de Charlotte Brontë, où la narratrice indique que le navire de M. Paul a sombré mais nous laisse dans l’incertitude quant à la mort du personnage afin de « laisser espérer les imaginations ensoleillées ». Dans ce cas, comme dans celui du roman The Newcomes, le doute demeure quant à la réalisation d’une union en fin de roman. Hager étudie ici les implications d’une telle hésitation à conclure sur un mariage et les compare à l’importance de l’intrigue du mariage raté qu’elle a révélée dans son ouvrage. La conclusion de Hard Times suit les mêmes principes d’une fin qu’on laisse au lecteur le soin de deviner ou de choisir. La pertinence de l’intrigue du mariage raté dans le roman victorien apparaît pleinement dans la fin des romans de Dickens (Hard Times et Great Expectations), Thackeray et Brontë publiés au milieu du xixe siècle dans la mesure où elle les oblige à annoncer à leurs lecteurs qu’ils ne peuvent ou ne veulent conclure sur un mariage pour leurs héros et héroïnes.

11L’appareil de notes chapitre après chapitre est d’un grand intérêt, la bibliographie sur le sujet s’avère fort complète et les sources sont utilisées avec une grande pertinence. Enfin, un index, indispensable à tout chercheur, a été soigneusement réalisé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Bouvard, « Kelly Hager. Dickens and the Rise of Divorce ; The Failed-Marriage Plot and the Novel Tradition », Cahiers victoriens et édouardiens, 73 Printemps | 2011, 230-238.

Référence électronique

Luc Bouvard, « Kelly Hager. Dickens and the Rise of Divorce ; The Failed-Marriage Plot and the Novel Tradition », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 73 Printemps | 2011, mis en ligne le 05 octobre 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cve/2248

Haut de page

Auteur

Luc Bouvard

Université Montpellier III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • OpenEdition Journals