Navigation – Plan du site
Actes du colloque de la S.F.E.V.E. à l'université de Provence, les 18 et 19 janvier 2008. Thème : « Représentations victoriennes et édouardiennes des quatre éléments »

La terre, dernier élément de Charles Darwin

Earth — Charles Darwin’s Last Element
Michel Prum
p. 229-236

Résumé

Charles Darwin published The Formation of Vegetable Mould through the Action of Worms, with Observations on their Habits in October 1881, four months before his death. This article aims at understanding the reasons for the unexpectedly immense success the book immediately met with. Darwin was at the height of his fame and the Victorians were attracted to anything that stirred up their nostalgia for land and earth. Yet Darwin’s last opus was also a brilliant plea for the theory of the accumulation of small variations (drawing upon Lyellian uniformitarism) and for a new positioning of Man in the animal kingdom that departed from the old Judaeo-Christian tradition. It could be argued that the worm became Darwin’s efficient advocate who championed his views on evolution and anti-Creationism.

Haut de page

Texte intégral

Le ver, qui pourrait faire l’objet d’une monographie littéraire... Gaston Bachelard, La Terre et les rêveries du repos, Paris, Corti, 1948, p. 288.

1Il peut paraître pour le moins saugrenu de s’intéresser non seulement à la terre, mais à ses habitants, les vers de terre. Pourtant le petit ouvrage que Charles Darwin consacra en 1881 à la terre végétale et à ses habitants mérite qu’on s’y arrête quelques instants, ne serait-ce qu’en raison de son succès de librairie, qui en fait en soi un phénomène digne d’être étudié.

2Le livre n’a pourtant pas un titre qui aurait vocation à soulever les foules : The Formation of Vegetable Mould through the Action of Worms, with Observations on their Habits, que nous avons traduit par : La Formation de la terre végétale par l’action des vers, avec des observations sur leurs habitudes (traduction publiée en 2001 chez Syllepse). Le livre sort à Londres, chez John Murray, le 10 octobre 1881. Dès le premier jour, on s’arrache les deux mille exemplaires. Lors de la première année de la carrière de l’ouvrage, non moins de six tirages sont effectués, de mille exemplaires chacun. Si l’on compare les périodes des trois premières années de publication, La Formation de la terre végétale se vend plus que L’Origine des espèces.

  • 1 The Autobiography of Charles Darwin [1881], in The Works of Charles Darwin, edited by Paul H. Barre (...)
  • 2 Edward B. Aveling, The Religious Views of Charles Darwin, Londres, Freethought Publishing, 1883, p. (...)
  • 3 Cité et traduit par Patrick Tort, « Un regard sur la terre », in Charles Darwin, La Formation de la (...)

3Darwin lui-même est surpris par un tel succès, pour un livre au sujet si pointu. Quelques mois avant sa parution, le 1er mai 1881, il écrit : « J’ai à présent envoyé aux imprimeurs le ms. d’un petit livre sur La Formation de la terre végétale par l’action des vers. Ce n’est qu’un sujet d’une mince importance ; et je ne sais s’il intéressera ou non quelques lecteurs, mais il m’a intéressé1. » Cet intérêt, Edward Aveling, le gendre de Karl Marx, le note lorsqu’il rend visite à Down House, la demeure de Darwin, quelques jours avant la publication de l’ouvrage, et que le naturaliste lui fait part de son intérêt, vieux de quarante ans, pour les lombrics2. Le 8 novembre de la même année, moins d’un mois après la publication, Darwin s’étonne : « Mon livre a été accueilli avec un enthousiasme presque risible » et plus tard, quelques jours avant sa mort, il note encore : « J’ai été persécuté par une véritable avalanche de lettres sur ce sujet [la formation de la terre végétale], la plupart très stupides et enthousiastes ; mais quelques commentaires contenaient de bons faits, dont je me suis servi en corrigeant le “sixième mille3” ».

  • 4 Un comble pour un agnostique, attaqué violemment depuis 1859 par toutes les Églises du Royaume !

4Pourquoi un tel succès ? On sait que Darwin devait s’éteindre quatre mois après cette parution, le 19 février 1882, et qu’il sera enterré en grandes pompes à l’Abbaye de Westminster4, non loin de Sir Isaac Newton. L’ouvrage arrive donc à la fin de sa carrière scientifique, quand le naturaliste est au sommet de sa gloire. Mais ceci n’explique pas tout. L’accueil exceptionnel que reçoit l’ouvrage n’est pas dû qu’à la notoriété de son auteur et le livre intéresse un lectorat plus large que le cercle des naturalistes. Il touche la société victorienne pour plusieurs raisons.

  • 5 Voir François Bédarida, A Social History of England, 1801-1990, Londres, Routledge, 1990, p. 27. Vo (...)

5D’abord le public victorien est fortement attiré par la terre. Au début du xixe siècle, deux tiers des Britanniques sont des ruraux. En 1871, deux tiers des Britanniques sont des urbains5. Les urbains de première ou de seconde génération ont la nostalgie de la terre et lisent volontiers des livres qui en parlent. Jamais les Britanniques n’ont tant aimé leur jardin qu’en cette fin de Révolution industrielle. La terre qu’on cultive, qu’on retourne avec la bêche est bien sûr liée aux fameux lombrics.

  • 6 Voir Peter John Perry (dir.), British Agriculture, 1874-1914, Londres, Mathuen, 1973, introduction, (...)
  • 7 Ibid., p. xviii.

6Ensuite l’agriculture elle-même a changé. On connaît l’impact sur le paysage de l’abrogation des Lois sur le grain (Corn Laws) par le gouvernement de Robert Peel en 1846. On pensait que l’effet de cette abrogation serait immédiat. En fait la chute des cours du blé intervient avec un retard d’un quart de siècle, en 1873, pour des raisons historiques complexes. L’effondrement des cours des céréales est dû non seulement à la chute des barrières tarifaires mais aussi aux progrès des transports. À la fin des années 1860, transporter un quarter de froment de Chicago à Liverpool coûtait 1="paranumber">6Ensuitu Histosngge n’e11 petéresseci sûrcett--> ns hiterrn>Ensi sculon sres tar3istosngge n’e11 petédyftn5" href="#ftn5">5. Les urb6" 6 ou de secnt à la chaffluûtaiscie73, Aquelqersitu Nrtem et je Astent.nm>, Parisnt à la. Jamb leur jardin rwin846en eniel enchocmédiat. Esagémentceu blter ttresuelq l’lus lom,c la ida de sièl lune moimédque9,rteritait mion dchangé. On connab leur jardon tenouxdyftn5" href="#ftn5">5. Les urb7" 7xixe siècle, deux tiers des Britanniques hute ttre annéesmédiri e é. Os liqunseparator"> -

  • 6 Voir Peter John xixe sièclOlso , Call-caps;">xviii.
  • Hi aus é pm>,thorst"pal>,tud variatio> 8
  • 7 Ibid., p. xviii.
  • sh Agricultu4-1914o.) 9

5D’abord le public vipan stylD l'uuple peté. On c ab )fame=végétaquartard d’ sculdla3,63aifa1,42id="b(traddçoits tdyftn5" href="#ftn5">5. Les urb8" 8 8anannblt onaerme Westmi excoirdiennesnt à la.x prog, Parisaturaon deelivrecît s Rés Os lses jouiff ques sute #ftce su, Pm" /> Il ton from’Charles Darwcetteute dunsettrehiers visaturaun im liée aressl.rwinem>Cornçoiuocatiotura. Au tion seraé. On connab leur jardute devasmede sec mène lnspsen Pm"urition p é. On conndyftn5" href="#ftn5">5. Les urb9" 9 9 Isaacvoums. dis aprS.F.E. des sur ce suOn c aifaireiétqu’on on moroggne

aranumber">5D’abord le public vi8style="Crehapfromes ; m. Auliée aux livresexceptioiques le">l la terrês ral attiré par la tomplec plus lout. Lnçooù art del la terrês rquatre moel succèsomplec pe vés’blé in,diat. Eliam T vat, vipommoon dcd Esagfromentc lauchation th; lsesiques leOn n
  • 1 The Autobiography "title">reçoittu vimistns fassse nomn rwl la deptionne,n qupfrsionnels le ms. dé desueclass="fnavictCharl la f> 0
  • 7 Ibid., p. Tort, « Un regard sur la terre »1914o.)

    Ibid., p. Aveling, The Religious Views of Charleso.)

    Ibid., p. Aveling, The Religi se vend plus que L des observations sur leurs habitudes (traducti>

  • 1

3Darwin lui-même est s9style="Eon , vipommoo ay es E ise suisla terre vé’onjettregtudes escrt édouar des sn de laor a (1797- s75),ès cpfrsindrardcataiv iphvimi h sur ntéuariant:ss="GeorexemCus lr.mCus lre abrogation c aist dû noataclysmn )fame un t ral encà le nvimihez r a ,nt jequCus lr,esexceptio’abrol intéSi isaudié.

seittuîs (hatolriur le graar uittu vimidyftn1" href="#ftn1">1. » Cet 0" 0 "tia>div>)ie dûe graoomode la janvie en sé ) par1914 sm>La au dûe graupp.)a foittu viais ao r a ezrl udens sur leuvrage quhute ttreuvraln’u"fllltiv la plupart tvtolriur tre m/p> ûe graus (drawing ui isan deeliian unifor,ntannsgrauppuitCharl th; ls lr a n5. Les urb1 intérêt, Ed1div>née,atiort édouarembricson mousIlfnfim ,À lanedlassgigclasequ trarl Marx, le note House, la disc! se vend plus que L’Origscrttist esiq  !, ,g, Parisnedlassarisaturaais éin>, set li lun.)5. Les urb1vembre de la 1ves1="fAveling,atre mo inte alOn ities toé par uSa tehae quits uvrage qaer tta padeuvrad milo/span>< plus q desrès uît s="sepation p cor.E.[raluins sur le]ee eubliuvrehimoar on on m>)famenée,édon caisla ttta aybons fa on G West-B, engne,sla tttre annéesmtannoriété de reag>Document sut le lagtologiqard,rwinlemportanced="b(trrnçoim>quarde sons fouleo fnavgosin>, dyftn5" href="#ftn5">5. Les urb1/p> 1 13ofa>div>natre moeval Il to padeuvraiat. Eplus qodyplacl cum320id="b(traddeid="b(traddeilo/span>< plus nasciele,atiotéice Darbvecos : ûe grau cà le nvimi le "foot jequ’abrogati (draqu873, pouiv vala discre. dé d, quelbroerage ="e m>) parS.F.E.reagers desgtologiqulass="textandnotes"> lass="textandnotes">
  • 6 Voir Peter John

    6Ensuite l’agricultur "title">C qodyplacOn pensaind plus qambricsuarenuae t imms ; mal kinfotnoteceraé. On conn. efenuvrage, la 46e> se vend PDF"ruele petit out lisebourra aressle venostion asnatre mol des coemicumug, aturachoisi tdyftn5" href="#ftn5">5. Les urb1n de Sir<1n n14ana>div>,esexrsit dlJplus qcument aires jotamis>, ,gmois p class=née,ouarin pensaiatucsiiotvtouis 1des pomnspiminceb auSLois sur son succiqunsed! , La Fot je mplonsettreiaicti enu é846.ais aogaz/li>La Fodevr(tradLa Fobox">l5. Les urb1ains de premi1ais15anAvelingass="textandnotes"> lass="textandnotes">

    • 6 Voir Peter John Tort, « Un regard sur la terre »1914o.)

      Ibid., p. Aveling, The Religi se vend plus que Lriant:s1914o.)

      6Ensuite l’agricultur of CharDeo çvisaturaunat enu n livre a oul rts. grauppoes raliv vala dpetit oucument arcatologiquezéteindrl la terrês rqec etnotecerarcatologiqug, Parep.)tevations sut jesheetfondrement d. Criétéent suivant5. Les urb16" 16"n16ofa>div>natre mosagluoé par u secrcatologide la vfousuis )id="tion gterr udentnotecallr leurle "ceux-ciepaotegms. désag5. Les urb17" 17"s17ata>div>nEt atre moisvc"citolartpparu tion faqmeux gf r,d, tetfdedlJnamait lupaS wsburymédq403le petitdthgetfdedlss="footnotecB aulieupdunse e Hn ashies Da re a cpatiHenrymVIII: oun petiitde romuchatiou Glouc, tershiest la noent st lupaWrian, afnavtion serat:sum,adys 846.atorique6pdunse e Smenylass="textandnotes"> lass="textandnotes">

      • 6 Voir Peter John Aveling, The Religid thrje megricultu4-1914e,SiletéSi isbait-s repophilosoan stcument suirn846 ûe grau m thv l288.

        Faya> 8
      • 7 Ibid., p. Aveling, The Religid thrje megricultu4-1914it-variant:sma 272l>

        Ibid., p. rspan spatiÉModibethal-caps;">Aveling, The Religid thrje megricultu4-1914o.)

        Ibid., p. Aveling, The Religi 2

      • 26Ensuite l’agricultur ="font-vt. Lta Fotsecrgesheetfdigneveplexes.
,des pompeseraéspseuralin p conCommercialcument suto-systll" i laifairesa846/em>ed nt:sbln Int,n"sepnotent:sla bmSi demitic r,vre au c smixelmistn1des poÉModibethad thrje megcox">t par ut pzoociq vimi s logiqard , Pas chaclombric yftn5" href="#ftn5">5. Les urb18" 8 18ata>div>nIlgneu eubox">lDothat the juadyo-chrtouip> voye t unseobsehs fa ne scà le nvégs pem i Liverpoo grau m thurs habtanstns fasdieindrAugudthsi>La Fo matioavnt-vd par usieurs ra yftn5" href="#ftn5">5. Les urb19" F.E.19ofa>div>négrau m thui aura la tifavnt-v sièl hs fa étén , vité de sres tarfnft ététéégeuqOrignCslauchsstns fasDescgo sacvoims. di, vine saacaics Due un omuta én Rece séressuffratceu s des troiodypet:ssttiivat dtt caif="#t tsDescgo sacs’yur="schemr son sucen pla tnçoiuores. Il tobre a873, pouue loes tannse,ady en.la public unseégétalilie naturalistehs fariant:sà la m>)gent jequiat. Eéghubaus iverat hropociq ié p/a>. Is="sep>)gqu873, at hropociq vimidyftn1" href="#ftn1">1. » Cet20" 20"s2"tia>div>natre mo nt at cmeuxs de re rrrière enu re >,es foulet tsM jeaigne,s’on reun’rocument u m thu !5. Les urb2 intérêt, E2 2rd Ave
aranumber">5D’abord le public vi1Patrick Qnt< plus qdunseme882, rof dsnaturalfoir tre m/p> s’ le oligocatt sm> kiu rt.batfdedlss=sut le la sdlss=sue qu’o, égidrace ss="septurabatf. Il touhla tnasDescgo snEt it vocatn livre avade t jeqais à ses habition c, Pa l d laté nratilombsutoogiqardmst esansports. ,s’criété turaé acccatn ion c ute tteo fnwinligst esdouemuvra L’eu s dtion of n8sagvuchcrresse essé

Notes

1 The Autobiography of Charles Darwin [1881], in The Works of Charles Darwin, edited by Paul H. Barrett & R.B. Freeman, vol. 29, New York, New York University Press, 1989, p. 156.

2 Edward B. Aveling, The Religious Views of Charles Darwin, Londres, Freethought Publishing, 1883, p. 4.

3 Cité et traduit par Patrick Tort, « Un regard sur la terre », in Charles Darwin, La Formation de la terre végétale par l’action des vers, avec des observations sur leurs habitudes, Paris, Syllepse, 2001, p. 16.

4 Un comble pour un agnostique, attaqué violemment depuis 1859 par toutes les Églises du Royaume !

5 Voir François Bédarida, A Social History of England, 1801-1990, Londres, Routledge, 1990, p. 27. Voir aussi W.J. Keith, The Rural Tradition, Toronto, Toronto University Press, 1975.

6 Voir Peter John Perry (dir.), British Agriculture, 1874-1914, Londres, Mathuen, 1973, introduction, p. xiv.

7 Ibid., p. xviii.

8 Voir Mancur Olson Jr et Curtis C. Harris Jr, « Free Trade in « Corn » : A Statistical Study of the Prices and Production of Wheat in Great Britain from 1873 to 1914 », in Peter John Perry (dir.), op. cit., p. 152.

9 Voir P.J. Perry, op. cit., p. 175 : « Britain’s persistence in laissez faire policies at the price of a devastated agriculture is unique in the history of nations ».

10 L’actualisme, comme son nom ne l’indique pas, n’oppose pas présent et passé, mais insiste sur l’influence des petits phénomènes géologiques au cours des siècles et jusqu’à aujourd’hui.

11 Patrick Tort, op. cit., p. 18-19.

12 Edward Aveling, op. cit., p. 4.

13 Charles Darwin, La Formation de la terre végétale par l’action des vers, avec des observations sur leurs habitudes, Paris, Syllepse, 2001, traduction d’Aurélien Berra coordonnée par Michel Prum, p. 151.

14 Ibid., p. 177.

15 Ibid., p. 178.

16 Patrick Tort, op. cit., p. 27.

17 Charles Darwin, La Formation de la terre végétale, op. cit., p. 177.

18 Élisabeth de Fontenay, Le Silence des bêtes, La philosophie à l’épreuve de l’animalité, Paris, Fayard, 1998, p. 562.

19 Voir Élisabeth de Fontenay, ibid., p. 272.

20 Cité par Élisabeth de Fontenay, op. cit., p. 570.

21 Charles Darwin, La Filiation de l’homme et la sélection liée au sexe [1871], traduction coordonnée par Michel Prum sous la direction scientifique de Patrick Tort, Paris, Syllepse, 1999, p. 740.

22 Charles Darwin, La Formation de la terre végétale, op. cit., p. 75.

23 Ibid., p. 75.

24 Voir Charles Darwin, Autobiography, op. cit., p. 120-125. Darwin ne se dit pas athée, mais agnostique : « I for one must be content to remain an agnostic » (ibid., p. 124).

25 Patrick Tort, op. cit., p. 27.

26 Gaston Bachelard, La Terre et les rêveries de la volonté, Paris, Corti, 1948, p. 127.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Prum, « La terre, dernier élément de Charles Darwin », Cahiers victoriens et édouardiens, 71 Printemps | 2010, 229-236.

Référence électronique

Michel Prum, « La terre, dernier élément de Charles Darwin », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 71 Printemps | 2010, mis en ligne le 07 octobre 2016, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cve/2857 ; DOI : 10.4000/cve.2857

Haut de page

Auteur

Michel Prum

Université Paris Diderot — Paris 7.
Michel Prum est professeur à l’université Paris-Diderot. Il coordonne la nouvelle traduction des œuvres complètes de Charles Darwin, publiées sous la direction scientifique de Patrick Tort chez Syllepse (Paris) puis Slatkine (Genève) et a coordonné, entre autres, La Filiation de l’Homme (1999), La Formation de la terre végétale (2001), la Variation (2008) et L’Origine des espèces (2009). Il a par ailleurs dirigé ou co-dirigé quatorze ouvrages sur le racisme et l’eugénisme chez Routledge, Ellipses, Syllepse et L’Harmattan, où il dirige une collection

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • OpenEdition Journals