Navigation – Plan du site
XLVIIIe congrès de la S.A.E.S. à l'université d'Orléans

« I am the Resurrection and the Life » : Sydney Carton, ou les modalités du retour d’une figure familière dans A Tale of Two Cities

« I am the Ressurection and the life » : Sydney Carton or The Return of a Familiar Dickensian Figure in A Tale of Two Cities
Isabelle Hervouet-Farrar
p. 287-298

Résumé

Dickens’s preface to A Tale of Two Cities may lead his readers to consider the character of Richard Wardour (in Collins’s play The Frozen Deep) as the original model for Sydney Carton. Yet Sydney Carton appears as an altogether different type of hero, a falsely passive and indolent one. His ambiguous characterization shows a constant combination of the motifs of exclusion from and integration within a group, both at the diegetic and narrative levels. Sydney Carton’s oxymoronic characterization is never satisfactorily explained to the reader, and an analysis of the part he plays as Charles Darnay’s double simply emphasizes the motif of exclusion. An inter-textual reading of Dickens’s last novels tends to show that the double hero of A Tale of Two Cities marks the return of a familiar Dickensian figure : that of the man who is deprived of self-esteem and feels the constant urge to express the very poor opinion he has of himself, whilst at the same time finding modes of expression for something akin to passionate self-love. In that, Sydney Carton reminds one of Arthur Clennam (Little Dorrit), and announces the advent of later characters such as Pip (Great Expectations) and Eugene Wrayburn (Our Mutual Friend).

Haut de page

Texte intégral

1La préface que Dickens écrit pour A Tale of Two Cities invite son lecteur à voir en Richard Wardour (héros de The Frozen Deep, la pièce de Wilkie Collins à l’écriture de laquelle Dickens avait collaboré) le modèle du personnage de Sydney Carton :

When I was acting, with my children and friends, in Mr Wilkie Collins’s drama of The Frozen Deep, I first conceived the main idea of this story. A strong desire was upon me then, to embody it in my own person ; and I traced out in my fancy, the state of mind of which it would necessitate the presentation to an observant spectator, with particular care and interest. (Preface to A Tale of Two Cities, November 1859)

2Dickens reprend en effet la trame du mélodrame de Collins, articulée autour d’un acte de renoncement, le sacrifice que le héros fait de sa vie pour sauver celle de son rival en amour. Et pourtant, si l’on décide de lire l’apparition de Sydney Carton comme la résurgence de la figure de Richard Wardour, force est de constater que d’un texte à l’autre, l’héroïsme triomphant s’est profondément altéré. Le Richard Wardour de Collins est un homme qui porte, le temps du suspense, un masque de cruauté et de violence, mais qui incarne le type même de l’Anglais généreux. Sydney Carton se caractérise au contraire par une indolence très marquée, trace d’une fêlure dont l’origine semble incertaine. Malgré l’identité des destins, les deux portraits de héros n’ont que très peu de points communs.

3Loin de marquer le retour de l’Anglais haut en couleurs imaginé par Collins, Sydney Carton est un héros paradoxal, à qui le sacrifice final confère un degré de pathétique rarement atteint par un personnage adulte chez Dickens, et qui, malgré les réserves exprimées par la critique sur cet excès de pathos (voir par exemple Sylvère Monod, p. 500) suscite chez le lecteur un intérêt qui jamais ne faiblit. Pour tenter de comprendre ce qui fait la singularité de Carton, il est important d’analyser la façon dont Dickens campe son personnage, et en particulier ce fonctionnement comme double du « héros » Darnay. Cette étude devrait permettre de mettre au jour la parenté profonde de Carton avec un « type » de personnage dickensien, type qu’incarnent aussi bien Arthur Clennam (Little Dorrit) que Pip (Great Expectations) ou Eugene Wrayburn (Our Mutual Friend).

4Puisque Dickens consacre le premier volume de son roman à la résurrection du Docteur Manette, Sydney Carton n’apparaît que tardivement dans la diégèse de A Tale of Two Cities, au chapitre trois du deuxième volume. Personnage alors secondaire, il se distingue immédiatement par la bizarrerie de son comportement, quand il refuse de regarder Lucie Manette et Darnay lors du procès de ce dernier. Dans le chapitre quatre, une fois le procès gagné grâce à son intervention, il semble choisir de se tenir en dehors du petit groupe qui félicite Darnay, et n’approche le jeune homme qu’après le départ de tous les autres. Le programme narratif paradoxal du personnage se voit ainsi posé dès la scène du procès : Carton est à la fois celui que l’on tient à l’écart du groupe et le seul dont l’action décisive puisse sauver la vie du héros. Ce programme est fidèlement suivi jusqu’au dénouement. Carton meurt, définitivement exclu, mais son sacrifice final lui permet de réintégrer la communauté humaine, de s’inscrire dans un groupe et même dans une lignée, celle des Darnay, qui toujours verront en lui, apprend-on, un patriarche vénéré.

5Cette tension entre exclusion et intégration, que marque si clairement la diégèse, se voit curieusement doublée au niveau narratif. La voix narrative omnisciente de A Tale of Two Cities a déjà très souvent attiré l’attention de la critique, conduisant par exemple Anny Sadrin à écrire :

La voix narrative dans A Tale of Two Cities a fait, elle aussi, sa révolution. Elle va librement d’un registre à l’autre, déclame, suggère, se contredit, s’insinue partout. (Sadrin, 93)

6C’est sur l’une de ces « contradictions » remarquables que je souhaite revenir, puisqu’elle concerne Sydney Carton. Dans les deux premiers chapitres où il apparaît, le personnage est construit au moyen d’une accumulation de petites touches très négatives. Il est déplaisant (cf. TTC, 112-113), boit plus que de raison, se montre mal élevé, parfois vaguement geignard lorsqu’il se plaint de son manque de chance. À ce moment-là, la voix narrative décrit Sydney Carton du dehors, en focalisation externe, ne s’autorisant ainsi aucun accès à sa conscience, ce qui signale chez Dickens soit le manque d’épaisseur (et donc d’intérêt) d’un personnage, soit le rejet définitif d’un personnage détestable. Ce choix narratif est intéressant en ce qu’il signale de nouveau l’éviction du groupe, et fait donc bien écho à la diégèse.

7Tout ceci pourrait ne faire de Sydney Carton qu’un second Henry Gowan, par exemple, si l’on n’assistait à un revirement complet, tant diégétique que narratif, dès l’ouverture du chapitre cinq. L’indolence de Carton était feinte, nous dit-on, puisqu’il travaille la nuit, et de façon si efficace qu’il garantit la prospérité de Stryver, son employeur. Le chapitre cinq oscille en fait constamment entre deux excès. On retrouve, comme dans les chapitres précédents, des éléments de description très négatifs qui sont à considérer littéralement : le physique de Sydney Carton est « hideous » (TTC, 118) ou « ludicrous » (TTC, 119), on insiste de nouveau sur l’alcoolisme, et à intervalles réguliers. Mais une force contraire apparaît, qui s’empare du texte, et contrairement à « hideous » et « ludicrous », l’expression « idlest and most unpromising of men » (TTC, 117) sera lue comme ironique. C’est un pathos très marqué qui s’installe, et qui vise à assurer au personnage la pitié du lecteur. On nous montre un Carton méprisé par Stryver, qui pourtant lui doit tout, et une tristesse chez le personnage qui finit par envahir l’univers romanesque, au moyen d’une série d’hypallages :

When [Carton] got out of the house, the air was cold and sad. [...] Sadly, sadly, the sun rose ; it rose upon no sadder sight than the man of good abilities and good emotions, incapable of their directed exercise, incapable of his own happiness, sensible of the blight on him, and resigning himself to let it eat him away (TTC,121-122)

8On remarque au passage que ces quelques éléments de caractérisation directe montrent que le chapitre se clôt bien loin de la tenue à distance initiale, par l’instance narrative, de Sydney Carton.

9Par la suite, Carton reste un personnage instable, à la caractérisation peu lisible car toujours marquée par l’excès. Sa générosité, son abnégation, son dévouement ne connaissent pas de limites, pas plus que le rejet qu’il fait naître. L’essentiel du mystère de Carton réside peut-être dans ce lien secret qu’il entretient nécessairement avec qui le crée, que l’on considère qu’il s’agit de la voix narrative ou de l’auteur. On ne peut en effet que dresser un parallèle entre, d’une part, le dégoût qu’il éprouve pour lui-même et le rejet dont il est initialement l’objet, tant dans la diégèse que dans la narration, et d’autre part, l’amour dont il fait preuve envers lui-même en se sauvant par un coup d’éclat qui lui permet de se projeter dans un futur hypothétique où tous l’aimeront, et l’intérêt passionné que lui portent la voix narrative et, derrière elle, Dickens lui-même. Ne sont clairement résolus ni la contradiction inhérente à la réaction d’amour-rejet qu’il suscite, ni le mystère de ce lien secret qui amène Carton, toujours, à éprouver pour lui-même les sentiments qu’il semble inspirer aux instances qui le construisent.

10Ces tensions perdurent et se compliquent même vers la fin du roman, puisque l’on revient à une stratégie de rejet du personnage. Au moment où les Darnay et le docteur Manette fuient la France, la voix narrative, qui brusquement dit « nous », semble fuir avec eux :

The wind is rushing after us, and the clouds are flying after us, and the moon is plunging after us, and the whole wild night is in pursuit of us, but so far, we are pursued by nothing else. (TTC, 387)

11« Il n’y a plus de médiation, le narrateur s’est intégré », écrit Anny Sadrin (Sadrin, 100). Cette « intégration » de l’instance narrative permet en fait d’abandonner Carton à Paris, où il va mourir. L’effet métaleptique est alors très marqué (l’utilisation de cette première personne du pluriel court sur deux pages) et ne laisse pas de surprendre par la brutalité du rejet qu’il signe, brutalité que souligne John Gross :

We can make our escape, however narrowly ; Carton, expelled from our system, must be abandoned to his fate. (Gross, 236, c’est lui qui souligne)

12Fallait-il donc se débarrasser de Carton ? Sans doute, si l’on en croit la célèbre phrase par laquelle John Gross lance son analyse du roman : « A Tale of Two Cities ends fairly cheerfully with its hero getting killed » (Gross, 232). L’impression que l’on a, c’est que cette exclusion définitive correspond à une nécessité profonde qui a constamment affleuré. Cette fin est paradoxalement heureuse en ce qu’elle se conforme à un destin inscrit, à ce que l’on a appelé plus haut un « programme narratif ». Si l’on emprunte quelques instants à Dickens cette lecture littérale des expressions figées qu’il affectionne tout particulièrement, le simple manque de savoir-vivre de Carton prend une tout autre dimension. Rongé de l’intérieur, il doit mourir : « let[ting the blight on him] eat him away », (TTC,122), il veut mourir : « the greatest desire I have, is to forget that I belong to [this terrestrial scheme] » (TTC,114).

13Vers la fin du roman, le pathos rattrape Sydney Carton, sans pour autant l’affadir ou le rendre suspect. Le sacrifice ultime apparaît en effet avant tout comme le prétexte diégétique qui permet à Carton d’accomplir le destin qu’il porte en lui depuis le début, sa propre mise à mort. Le pathétique de sa situation répond aussi à la nécessité de trouver un mode d’expression aux sentiments extrêmes (et contradictoires) qu’inspire Carton, tant à lui-même qu’aux autres personnages et aux instances extra-diégétiques. L’expression de l’amour et du rejet sans mesure ne peut passer que par les excès du pathétique. Pour l’amour, on notera certains effets très appuyés de l’identification christique, même avant la fin. Quelques pages avant que ne soit narrée la mort de Carton, on passe par exemple d’un « he » qui désigne Darnay à un « He » qui renvoie à Carton :

« Yes, yes, yes », returned Mr Lorry, drying his eyes, « you are right. But he will perish ; there is no real hope. »
« Yes, He will perish : there is no real hope », echoed Carton. And walked with a settled step, down-stairs. (TTC,367)

Puisqu’il faut également illustrer l’excès de mépris pour soi-même, on ne trouvera peut-être pas meilleur exemple que cette scène du chapitre 13 (Volume 2), qui fait écrire à Sylvère Monod :

It makes one shudder to think that this chapter must have been dear to Dickens’s own heart, that he must have believed he had made it believable (Monod, 500).

Sydney Carton y dit, entre autres choses :

I shall never be better than I am. I shall sink lower, and be worse. (TTC,180)
I have known myself to be quite undeserving (TTC,181)
If it had been possible, Miss Manette, that you could have returned the love of the man you see before you — self-flung away, wasted, drunken, poor creature of misuse as you know him to be — he would have been conscious this day and hour, in spite of his happiness, that he would bring you to misery, bring you to sorrow and repentance, blight you, disgrace you, pull you down with him. I know very well that you can have no tenderness for me ; I ask for none ; I am even thankful that it cannot be. (TTC,180-181)

14La dépréciation de soi prend de telles proportions dans ce chapitre, et en Sydney Carton de façon générale, qu’elle en devient ostentatoire et confine à la monomanie, et l’on trouve déjà dans A Tale of Two Cities ce que Dickens appellera, dans Great Expectations, « a master mania... the vanity of unworthiness » (cf. GE, 297-298).

15Sydney Carton ne s’aime pas. Nous le savons depuis sa deuxième apparition dans le roman, depuis qu’il a dit à son reflet dans le miroir : « There is nothing in you to like, you know that » (TTC,116). Le problème est que nous ignorons pourquoi. Voilà donc un personnage peu crédible ou peu vraisemblable, non pas par rapport à la réalité humaine, mais par rapport aux règles du genre auquel appartient A Tale of Two Cities (sur la notion de vraisemblable en littérature, voir par exemple l’analyse de Tzvetan Todorov). Le roman dickensien n’a en effet pas pour habitude de taire l’origine des failles psychologiques de ses personnages centraux. En d’autres termes, nous acceptons un Arthur Clennam résigné au malheur parce que nous connaissons le manque d’amour dont il a souffert, et nous ne nous soucions pas de connaître l’origine du comportement d’un Henry Gowan, parce que c’est un personnage très secondaire en qui il serait inutile de chercher la moindre épaisseur. Mais Sydney Carton est cette chose paradoxale : un héros doté d’épaisseur mais privé d’histoire. C’est un homme brisé, qui ne vit que pour exprimer le mépris qu’il s’inspire, mais fait naître un grand amour. Comment tout cela fonctionne-t-il ? Dickens ne nous le dit pas, et c’est là quelque chose de très curieux chez lui. Pour paraphraser Genette :

On dirait que [Dickens] a choisi délibérément de [lui] conserver, ou peut-être de [lui] conférer, par son refus de toute explication, cette individualité sauvage qui fait l’imprévisible des [grands personnages]. L’accent de vérité, à mille lieues de toute espèce de réalisme, ne se sépare pas ici du sentiment violent d’un arbitraire pleinement assumé, et qui néglige de se justifier. (Genette, 77)

16Puisqu’il nous faut suivre de nouvelles pistes, intéressons-nous à un autre mode de caractérisation de Sydney Carton, qui passe par la construction du personnage comme Double de Charles Darnay.

17Le véritable double, selon Otto Rank, se reconnaît en ce qu’il est le sosie du héros (Rank, 39). C’est la première fois que Dickens, qui pourtant aime jouer de la dualité, ose ce degré de ressemblance. Il ne va pas au bout du sensationnel, comme Wilkie Collins avec The Woman in White (où les sosies se révèlent être sœurs) puisque A Tale of Two Cities n’offre aucune justification à cette ressemblance physique. Elle est, c’est tout.

18La première question que l’on se pose, à lire A Tale of Two Cities, est de savoir qui est le héros et qui est le double. C’est par un effet de « prédésignation conventionnelle », pour reprendre l’expression de Philippe Hamon (Hamon, 58) que Darnay nous apparaît comme héros. Dans le Volume I, Lucie Manette se pose en héroïne dickensienne par excellence, et puisqu’elle se montre amoureuse de Darnay dès que celui-ci apparaît dans le Volume II, c’est donc bien qu’il est le héros. Une des illustrations de Phiz (TTC, 111) montre que Darnay, quand on le félicite d’avoir gagné son procès, jette une ombre épaisse qui se révèle être Carton. C’est la densité même de cette ombre, qui devrait pourtant faire de lui un simple double, qui permet à Carton de disputer à Darnay la place de héros, et de finir sans doute par la lui prendre.

19En effet, Darnay défend mal son statut, dans la mesure où il se présente comme un des héros les plus fades de Dickens, ce que la critique ne manque pas de souligner (voir par exemple l’analyse de E. Eigner). La trame diégétique témoigne par ailleurs d’un curieux acharnement sur le personnage : Darnay est jugé à trois reprises dans un roman pourtant assez court, ce qui amène à penser que son programme narratif, à lui, est d’être jugé jusqu’à ce que mort s’ensuive, jusqu’à ce qu’il cesse d’échapper aux tribunaux tant français qu’anglais, bien décidés à le condamner à mort. Singulièrement passif, il se voit rejeté de tous les personnages, ce qui conduit Edwin M. Eigner à ironiser :

Charles Darnay does most emphatically get the girl, although [...] she is virtually the only character in A Tale of Two Cities, including himself, who can stand him. (Eigner, 476).

20Méprisé par la critique, persécuté par la diégèse et repoussé par les autres personnages, Darnay double donc la thématique du rejet par les autres, mais aussi par soi-même, qui déjà construit le personnage de Sydney Carton. Sa présence sur la scène diégétique appuie la thématique du rejet, en offre une version accusée, puisque même si aucun pathos ne conduit jamais Darnay à une dévalorisation excessive, l’amour, singulièrement absent, ne permet pas de rééquilibrage.

21Sa présence dans le roman permet également l’introduction d’une histoire qui explique l’exclusion. La persécution diégétique tient à un secret de famille. Manette, on s’en souvient, avait autrefois été embastillé après avoir refusé de dissimuler le double meurtre perpétré par le père et l’oncle de Darnay. De sa cellule, il avait maudit les deux hommes et leur descendance. Pour espérer échapper à cette malédiction, Darnay doit retrouver la sœur des deux jeunes gens assassinés. Darnay se retrouve donc dans une configuration diégétique où, indirectement responsable ou coupable, il se montre impuissant à régler la dette du père, malgré l’activité déployée. Résumée ainsi, son histoire ne peut que rappeler celle d’Arthur Clennam, dans Little Dorrit, écrit juste avant A Tale of Two Cities. Le parallèle diégétique est encore plus frappant si l’on considère que William Dorrit est bien la victime du père d’Arthur, puisqu’il serait sorti de prison bien plus tôt si ce dernier avait eu le courage de verser à Frederic Dorrit l’argent qui lui revenait. On a bien, à deux reprises, un héros (Arthur Clennam, Charles Darnay), fils d’un coupable, mis par hasard en présence de la fille (Amy Dorrit, Lucie Manette) de la victime (William Dorrit, Alexandre Manette). Dans les deux romans, le héros épouse la jeune femme.

22Avant de considérer de plus près ce qui rapproche le double héros de A Tale of Two Cities d’Arthur Clennam, qu’a-t-on appris sur le fonctionnement de Sydney Carton comme double de Darnay ? Que Charles Darnay, par ailleurs personnage de pure surface, est un héros doté d’une histoire. C’est un exemple très classique, presque caricatural, en cela, de ce que l’on appelle personnage de roman. Que l’histoire ou l’origine du héros soient ainsi déplacées vers lui permet de présenter Carton comme une épure, débarrassée, paradoxalement, de tout artifice.

23Dès qu’il se retrouve en prison à Paris, une curieuse métamorphose s’opère en Darnay. Alors qu’il a eu le courage de revenir en France, au péril de sa vie, il sombre brutalement dans la faiblesse et l’impuissance. Il a pris la place du père en prison (moins celle qui aurait dû revenir à son propre père que celle du Docteur Manette), et sa conduite témoigne d’une forte identification au Docteur autrefois embastillé : la litanie répétée « he made shoes, he made shoes, he made shoes » (TTC, 286) évoque forcément le passe-temps de Manette en prison. Le souvenir de Little Dorrit conduit à penser que la nécessité d’une identification au père-victime motive en profondeur l’emprisonnement du héros. Dans Little Dorrit, Arthur Clennam finissait par prendre la place de William Dorrit en prison, jusqu’à y occuper la même cellule que lui.

24Quel rôle tient alors Sydney Carton dans cette configuration ? Le dédoublement du héros permet de préciser, par la répétition à l’intérieur même du roman, le destin de la figure déjà incarnée par Arthur Clennam. Vers la fin de A Tale of Two Cities, Charles Darnay est un homme affaibli par une culpabilité clairement liée au père, dont la figure inspire des sentiments qui rappelle l’ambivalence freudienne : l’amour passe par l’idée d’une dette à payer au père (le Dr Manette, autrefois William Dorrit), la haine par le fait que cette dette est à payer à cause de la vilenie du père (le vieux marquis et son frère, autrefois le vieux Mr. Clennam). Sydney Carton, lui, incarne le même homme, qui serait soudain devenu, en France, capable de décider et d’agir. Il est à noter pourtant que le seul acte qu’il lui soit possible d’accomplir est de choisir l’emprisonnement et la mort que Darnay aurait seulement subis. En d’autres termes, choisir l’inévitable, tel semble être le destin de Carton. En cela il ne peut manquer de rappeler Clennam et la nécessité impérieuse, pour le héros de Little Dorrit, de finir en prison.

25Que tout se joue en France n’est sans doute pas le fruit du hasard. Dans A Tale of Two Cities, la France est un lieu très particulier, où la violence des bouleversements liés à la Révolution fait perdre toute notion de raison, de logique ou de retenue. C’est le lieu de l’oxymore par excellence, où les victimes se font bourreaux, où le chaos extrême favorise l’expression des paradoxes de l’intime. Sydney Carton peut y être victime mais coupable, rejeté et adoré, encore libre mais déjà prisonnier. C’est d’ailleurs au détour d’une scène située bien avant son emprisonnement que le texte dévoile son destin :

Taking note of the wasted air which clouded the naturally handsome features, and having the expression of prisoners’ faces fresh in his mind, [Lorry] was strongly reminded of that expression. (TTC, 339)

26C’est donc bien la prison qu’il porte en lui, même s’il ne la connaît pas encore, qui distingue physiquement Carton de Darnay. S’ils partagent tous deux cette beauté physique naturelle (« naturally handsome features »), la prison flétrit les traits du seul Carton. C’est cette flétrissure du portrait qui donne la vie à Carton, en ce qu’elle crée chez lui l’illusion de l’humanité, et le distingue du plat héros de roman.

27Il reste à mentionner la seule allusion au passé de Carton que le texte propose, en dehors de la conversation avec Stryver. Il s’agit d’une minuscule touche, qui marque cependant l’identification au père :

Long ago, when he had been famous among his earliest competitors as a youth of great promise, he had followed his father to the grave. (TTC, 342)

28Peut-être Dickens attend-il ici de nous que nous adoptions sa lecture « littéraliste » des choses, pour reprendre le terme de John Carey (cf. John Carey, 55 ; Carey parle de « literalism ») puisque c’est en s’en tenant à la lettre du texte que l’on accède au niveau de sens le plus profond. Carton est mort en même temps que son père, voilà ce qu’il nous faut comprendre. Cette mort psychique, il s’attache depuis à la concrétiser.

29Une des clés du personnage de Carton se trouve sans doute dans une phrase comme « Carton [...] was a mystery to wiser and honester men than [Barsad] » (TTC, 332) et l’étonnant début du chapitre 3 (Volume I), dans lequel la voix narrative utilise la première personne pour nous dire en substance : tous les hommes sont des mystères insondables, et moi aussi j’en suis un :

A wonderful fact to reflect upon, that every human creature is constituted to be that profound secret and mystery to every other. A solemn consideration, when I enter a great city by night, that every one of those darkly clustered houses encloses its own secret ; that every room in every one of them encloses its own secret ; that every beating heart in the hundreds of thousands of breasts there, is, in some of its imaginings, a secret to the heart nearest it ! [...] My friend is dead, my neighbour is dead, my love, the darling of my soul, is dead ; it is the inexorable consolidation and perpetuation of the secret that was always in that individuality, and which I shall carry in mine to my life’s end. (TTC, 44)

30À travers ces jeux métaleptiques sur les pronoms personnels, à travers cette voix narrative apparemment peu stable, c’est un sujet qui se dévoile et qui dit « je », ce même sujet qui fuira la France au moment de la mort de Carton. Or une nouvelle utilisation de la première personne va permettre, semble-t-il, de dévoiler au moins en partie le lien étroit entre ce sujet et Carton. La tentation de mourir dans ce lieu paradoxal qu’est la France révolutionnaire est partagée par un « nous » encore fluctuant, mais qui englobe la voix narrative :

In seasons of pestilence, some of us will have a secret attraction to the disease — a terrible passing inclination to die of it. And all of us have like wonders hidden in our breasts, only needing circumstances to evoke them (TTC, 310)

31Carton est un mystère, j’en suis un moi aussi, nous dit la voix narrative. Ce que le texte semble chercher à dire, sans toutefois y parvenir, c’est « je suis Carton ».

32Sydney Carton est donc bien l’épure d’un type très particulier de personnage qui ne cesse de faire retour dans les derniers romans de Dickens : l’homme privé de toute estime de soi, qui se veut coupable et chez qui la tentative désespérée de réparer la faute conduit à l’impuissance. Sa présence dans A Tale of Two Cities marque le retour d’Arthur Clennam, mais annonce aussi, par certains de ses aspects, l’arrivée prochaine de Pip et de Eugene Wrayburn. Chez Pip on retrouvera, exacerbée, la culpabilité sans objet, qui, à trop chercher un ancrage diégétique, finira par le trouver. Et le rapport difficile du je-narrant au je-narré, que l’on perçoit dans tous ces passages où Pip-narrateur exprime tout le mépris que lui inspire la conduite de Pip-personnage, rappelle le moment où Carton se regarde dans le miroir pour se dire qu’il ne s’aime pas. On retrouve dans les deux romans cette curieuse combinaison où l’on ne peut exprimer l’amour que l’on se porte que si l’on a su d’abord fixer la détestation de soi.

33En Eugene Wrayburn, on reconnaîtra, plus marquées, d’autres facettes d’Arthur Clennam ou du double héros de A Tale of Two Cities. Le personnage illustre d’abord l’impuissance infantilisante liée au père. Quand on le rencontre, la toute première fois, Eugene est décrit comme « buried alive » (OMF, 21). Il explique plus tard son indolence par l’autorité abusive de « MRF » — « My Respected Father » (OMF, 148-149). Il témoigne aussi de la mort que l’on porte en soi, cette mort que l’on recherche et que l’on trouve (les provocations destinées à affoler Bradley Headstone suffiraient à montrer la pulsion suicidaire de Wrayburn, s’il ne mourait pas, au moins symboliquement, à la fin du roman).

34On comprend aussi, pour revenir à notre point de départ, ce que le destin de Richard Wardour pouvait avoir de fascinant pour Dickens : dans le drame de Collins, alors qu’on ne sait ce qu’il est advenu de lui, le personnage réapparaît brusquement pour théâtraliser son sacrifice et mourir. Voilà, résumé de façon assez saisissante, en une courte scène, le phénomène de résurgence de ce type de personnage chez Dickens.

Haut de page

Bibliographie

Carey John, The Violent Effigy, a Study of Dickens’s Imagination. London : Faber and Faber, 1973.

Collins Wilkie, The Frozen Deep, London : Hesperus, 2005.

Dickens Charles, Little Dorrit, 1855-57, London : Penguin, 1994.

Dickens Charles, A Tale of Two Cities, 1859, London : Penguin, 1985.

Dickens Charles, Great Expectations, 1860-61, London & New-York : Norton, 1999.

Dickens Charles, Our Mutual Friend, 1864-65, London : Penguin, 1997.

Eigner Edwin M., « Charles Darnay and Revolutionary Identity ». In Hollington M., ed, Charles Dickens, Critical Assessments, Volume III. Helm Information, 1995, p. 470-480.

Genette Gérard, « Vraisemblance et motivation », in Figures II. Paris : Editions du Seuil, 1969, p. 71-99.

Gross John, « A Tale of Two Cities ». In Dyson, A.E., ed. Dickens, Modern Judgements, London : Macmillan, 1968, p. 233-243.

Hamon Philippe, « Pour un statut sémiologique du personnage », in Barthes R., Kayser W., Booth W.C., Hamon Ph., Poétique du récit. Paris, Éditions du Seuil, 1977, p. 115-180.

Lanone Catherine, « L’explorateur et le cannibale : la hantise du non-civilisé dans The Frozen Deep de Charles Dickens », in Jumeau A. et Escuret A., eds. Hommage à Sylvère Monod. Presses universitaires de la Méditerranée (université Paul-Valéry), 2007, p. 137-149.

Monod Sylvère, « Dickens’s Attitudes in A Tale of Two Cities », in Nineteenth-Century Fiction : The Charles Dickens Centennial, vol. 24, no4. Berkeley, Los Angeles and London : University of California Press, March 1970, p. 488-505.

Rank Otto, Don Juan et le double. 1932. Paris : Petite Bibliothèque Payot, 1990.

Sadrin Anny, Dickens ou le roman-théâtre, coll. « Écrivains », Paris : PUF, 1992.

Todorov Tzvetan, « Introduction au vraisemblable », in La notion de littérature et autres essais. Paris : Éditions du Seuil, 1987, p. 85-94.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Hervouet-Farrar, « « I am the Resurrection and the Life » : Sydney Carton, ou les modalités du retour d’une figure familière dans A Tale of Two Cities », Cahiers victoriens et édouardiens, 71 Printemps | 2010, 287-298.

Référence électronique

Isabelle Hervouet-Farrar, « « I am the Resurrection and the Life » : Sydney Carton, ou les modalités du retour d’une figure familière dans A Tale of Two Cities », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 71 Printemps | 2010, mis en ligne le 07 octobre 2016, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cve/3077 ; DOI : 10.4000/cve.3077

Haut de page

Auteur

Isabelle Hervouet-Farrar

Université de Clermont-Ferrand 2.
Isabelle Hervouet-Farrar maître de conférences en littérature britannique à l’université Blaise-Pascal (Clermont-Ferrand), est l’auteur d’une thèse de Doctorat sur le roman gothique anglais, ainsi que d’articles sur le roman gothique, Charles Dickens et le roman à sensation.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • OpenEdition Journals