Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Linda H. Peterson. Becoming a Woman of Letters : Myths of Authorship and Facts of the Victorian Market

Fabienne Moine
Référence(s) :

Linda H. Peterson. Becoming a Woman of Letters: Myths of Authorship and Facts of the Victorian Market. Princeton: Princeton UP, 2009. 289 p. ISBN 978-0691140179.

Texte intégral

1Linda H. Peterson démontre, dans cet ouvrage très documenté, qu’on ne naît pas femme de lettres, on le devient. L’ambiguïté du terme « becoming » est exploitée par l’auteur qui souligne que le début d’une carrière de femme de lettres se construit comme une stratégie qui permet d’accéder à un statut en constante reconstruction. Peterson entreprend de définir ce qu’est une femme de lettres à l’époque victorienne, car il ne s’agit pas d’une version en jupons du « man of letters ». La femme de lettres s’identifie comme une professionnelle qui vit de sa plume, ce que l’homme de lettres ne deviendra pas avant la fin du xixe siècle, étant perçu avant tout comme un individu érudit. A travers une lecture bourdieusienne des exigences du monde de l’édition et des contraintes sociales qui conditionnent la production et la réception des œuvres littéraires, Peterson analyse les paramètres économiques et sociaux qui conduisent au succès ou à l’échec de la femme auteure entre 1830 et 1910.

2Peterson montre dans un premier chapitre que le développement des périodiques dans les années 1830 a permis aux femmes d’acquérir le statut d’auteures professionnelles. En tant qu’écrivaines ou éditrices, elles se construisent une carrière de femmes de lettres, pouvant vivre de leur plume alors même qu’elles n’ont pas d’ascendance noble. Pour se protéger en tant qu’auteures professionnelles, elles s’investissent dans la campagne défendant les droits d’auteur dans les années 1850. La littérature devient une profession qui permet aux femmes de nourrir leur famille et d’acquérir une indépendance économique qui valide l’activité de femmes de lettres. Avec l’essor des journaux périodiques dans les années 1870-1880, les auteures, très actives dans l’activité journalistique, bénéficient d’une reconnaissance économique alors même que les journaux sont les véhicules de la culture savante. Le lien entre le capital symbolique — la renommée — et le succès commercial est désormais soudé grâce aux revues littéraires.

3Peterson illustre d’abord le succès des femmes grâce aux périodiques à travers l’exemple d’Harriett Martineau, dans le chapitre 2. Contribuant d’abord de manière anonyme aux journaux, puis élaborant une relation régulière avec les éditeurs, Martineau « remolds herself into a heroic woman of letters » (62). Elle reconnaît l’importance des lecteurs qu’il faut à la fois convaincre et satisfaire. Martineau cherche à renforcer un lien social établi par le génie qui n’est plus perçu comme un don mais comme un outil d’action sociale. À travers ses histoires, Martineau façonne la législation et la politique car elle conçoit la femme de lettres « as a public intellectual » (90). La version féminine et chrétienne de l’homme de lettres en héros fait désormais preuve de compassion. À travers son autobiographie, Martineau construit son propre mythe de femme de lettres en écrivant l’histoire de sa carrière professionnelle. Son autobiographie participe à la création du mythe de la femme de lettres (« a retrospective self-creation or re-creation » 93), indispensable à son succès économique et symbolique.

4Le chapitre 3 est consacré à la collaboration artistique qui participe à la création du succès littéraire selon le modèle familial des Howitt. Alors que le marché du recueil de poésie s’effondre après les années 1830, au moment où prospèrent les albums collectifs, Mary Howitt, sa sœur Anna, son mari et ses deux filles, Anna Mary et Margaret, collaborent à l’élaboration d’ouvrages collectifs, dont le Howitt’s Journal. Pour Mary Howitt, la collaboration familiale est « the basis of women’s authorship » (101). L’écriture est perçue comme une émanation du rôle de la famille puisque la contribution à la création littéraire soutient l’économie familiale. Howitt choisit alors de se concentrer sur les livres dédiés à la famille. Ses proches et elle participent à l’élaboration de livres didactiques en insistant sur l’importance du rôle de chacun au sein du foyer. Peterson considère que ce mode de production artistique fondé sur la collaboration familiale influencera la nouvelle génération de femmes écrivains qui se professionnalisent. Anna Mary Howitt sera un des membres actifs du groupe de Langham Place et théorisera le choix du travail en collaboration dans son roman Sisters in Art, avant de se tourner vers une autre forme de collaboration: l’écriture à quatre mains avec son mari et avec les esprits lors de séances de spiritisme. Sa mère, Mary, rédige son autobiographie en illustrant l’idée qu’il s’agit d’une autobiographie collective, celle d’une famille d’artistes.

5Le chapitre suivant concerne la construction du mythe de la femme auteure à travers la biographie qu’Elizabeth Gaskell écrit sur Charlotte Brontë, The Life of Charlotte Brontë (1857). Contrairement aux biographies classiques qui ressemblaient à de véritables hagiographies, celle de Gaskell pose la question de la compatibilité difficile entre le privé et le public, la femme et l’auteure. Gaskell valorise le devoir féminin chez Charlotte Brontë en passant sous silence certains événements romantiques de sa vie afin de créer un modèle de femme avec lequel elle cherche aussi à s’identifier. Gaskell voit en Brontë le génie littéraire, conception romantique qu’elle remet au goût du jour lorsqu’elle l’associe avec la vertu du devoir familial et valorise la dimension asexuée de l’artiste. Une femme a le droit d’accéder à l’écriture sans que les questions de genre n’interfèrent. De plus, Gaskell refuse de considérer Brontë comme un auteur professionnel, concerné par des questions financières, ce qu’elle juge vulgaire et dégradant. Gaskell construit alors un mythe pluriel ou plutôt « a cluster of myths » (149) : sainte ou femme au destin tragique, Brontë est aussi perçue comme un modèle de création au féminin.

6Dans son roman de 1883, A Struggle for Fame, la romancière Charlotte Riddell exprime ses inquiétudes concernant la place de la femme de lettres dans l’univers de la littérature. L’action se déroule en 1855, date charnière puisqu’elle correspond environ à la date de publication de la biographie de Charlotte Brontë par Elizabeth Gaskell et à la construction du mythe victorien de la femme de lettres. Selon Peterson, dans le chapitre quatre, Riddell souligne que les femmes de lettres de la fin du siècle sont arrivées à un moment important, entre amateurisme et professionnalisme, entre valorisation du génie et exigences du marché. Dans une analyse bourdieusienne de la production littéraire, Peterson montre que, dans les années 1880-1890, le roman populaire en trois volumes (« triple-decker ») est remplacé par le roman « high-culture » qui favorise la domination masculine du marché du livre. Alors que le roman féminin perd de son prestige, Riddell s’interroge sur la difficulté à maintenir la séparation entre la sphère domestique et la sphère professionnelle, domaines qui doivent rester séparés mais parallèles selon Gaskell. Peterson conclut ce chapitre sur le constat que Riddell doit renoncer au modèle brontëen pour répondre aux exigences familiales et à celles du marché.

7Peterson considère ensuite la carrière d’Alice Meynell, essayiste et journaliste, puis poète. Meynell se détourne très tôt de la poésie pour des raisons économiques et choisit de se construire en femme de lettres et en critique d’art. Elle n’hésite pas à mettre en scène sa propre réussite économique et professionnelle pour parvenir à faire partie de l’élite littéraire. Elle publie ses essais littéraires chez des éditeurs qui ciblent l’élite intellectuelle et artistique, car elle croit que le succès d’estime est indissociable de la réussite économique. La place qu’elle occupe au cœur de l’élite l’autorise à se tourner à nouveau vers la poésie. Connaissant parfaitement les codes poétiques passés et contemporains, elle crée une poésie qui renouvelle la tradition lyrique wordsworthienne et s’apparente à la mode saphique fin-de-siècle. Elle peut ainsi revisiter les conceptions victoriennes de la féminité en écrivant une poésie originale sur les femmes et la maternité. Mais la critique se charge vite de proposer une vision erronée de ses poèmes, en ne faisant de Meynell que l’exemple parfait de « l’ange du foyer ». Peterson analyse l’image ambiguë que Meynell offre à travers ses poèmes: « Meynell herself helped disperse an angelic image, even while identifying with edgy journalists and fin-de-siècle aesthetes and writing proto-feminist essays in the Pall Mall Gazette » (204). Meynell élabore pour elle-même l’image d’une « shepherdess of poetic thoughts » (205), perdant ainsi le nom de femme de lettres qu’elle avait réussi à porter grâce à son talent de critique d’art.

8Le dernier chapitre consacré à la romancière fin-de-siècle Mary Cholmondeley permet à Peterson d’expliquer ce qui fait le succès ou l’échec d’une carrière littéraire. Elle remarque que, malgré la réussite et l’investissement des femmes dans des genres qui se féminisent comme l’essai, le périodique, la critique d’art, peu d’auteures ont connu le succès et sont devenues de véritables femmes de lettres. Cholmondeley fait partie de celles qui refusent d’appartenir au monde de Grub Street et ont de hautes attentes artistiques. D’abord romancière sensationnaliste, elle choisit de se consacrer à l’écriture de romans mettant en scène la New Woman. Dans Red Cottage (1899), Hester veut être considérée comme une artiste libérée des exigences du marché littéraire. Pour Cholmondeley, les détails matérialistes de l’édition ne concernent que les écrivains de seconde zone. Pour elle, comme pour son héroïne, « literary production [...] is represented as a divinely inspired creative process » (215). La femme auteure prend alors une dimension christique qui la protège des contraintes mercantiles. Peterson s’interroge alors sur les raisons qui ont conduit à l’échec de la carrière littéraire de Cholmondeley comme de nombreuses autres auteures. Ne s’attardant pas sur des événements biographiques individuels ni sur l’idée que l’implication politique des femmes a supplanté leur investissement littéraire, Peterson considère plutôt que les changements radicaux dans le monde de l’édition ainsi que le refus de faire sa propre promotion en tant qu’esthètes (ce que firent Wilde, Beardsley ou Sarah Grand) ont conduit les femmes de lettres à disparaître de la scène artistique dépendante des exigences du marché: « [This study] does finally reveal that the rise and fall of any individual woman author was dependent on the literary field in which she produced her work » (223).

9Si l’on peut regretter que le livre de Peterson donne parfois l’impression d’être décousu, voire de mettre en évidence des thèses contradictoires, c’est sans doute dû principalement au fait que le statut de femme de lettres est un phénomène complexe en constante évolution et qu’il diffère selon chaque individu. L’index très riche signale que l’étude de Peterson prend en compte une grande quantité de femmes et d’œuvres, mettant en regard les « grandes » (Martineau, Gaskell, Charlotte Brontë) et les « mineures » (Meynell, Howitt, Riddell, Cholmondeley...). La démonstration stimulante que fait Peterson de l’importance du marché de l’édition éclaire les phénomènes qui conduisent ou non une auteure à passer à la postérité. Il est dommage que la lecture socio-économique des phénomènes soit parfois éclipsée par des analyses littéraires trop détaillées et éloignées de la thèse principale (dans le chapitre sur Meynell par exemple). Cependant, le livre est très bien documenté, donnant à lire des textes oubliés ou méconnus mais toujours révélateurs du contexte dans lequel peut se construire ou non le mythe de la femme de lettres: compte rendus, magazines littéraires, lettres... De plus, les nombreuses illustrations (frontispices, couvertures de livre, illustrations de recueils ou d’albums) sont harmonieusement intégrées à l’argumentation, ajoutant à la précision et à la justesse des analyses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Moine, « Linda H. Peterson. Becoming a Woman of Letters : Myths of Authorship and Facts of the Victorian Market », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 71 Printemps | 2010, mis en ligne le 07 octobre 2016, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cve/3113 ; DOI : 10.4000/cve.3113

Haut de page

Auteur

Fabienne Moine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • OpenEdition Journals