Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Yann Tholoniat. Tongue’s imperial fiat. Les polyphonies dans l’œuvre poétique de Robert Browning

Alain Jumeau
p. 551-552
Référence(s) :

Tongue’s imperial fiat. Les polyphonies dans l’œuvre poétique de Robert Browning. Strasbourg : Presses universitaires de Strasbourg, 2009. 365 p. ISBN 2-86820-397-7. 26 euros

Texte intégral

1Robert Browning est un grand poète qui a dominé toute l’époque victorienne, à côté de Tennyson. Mais sa supériorité actuelle par rapport à son grand rival vient peut-être de ce qu’il a donné naissance à la poésie moderne, à ses innovations formelles, et notamment à ses jeux de voix. Voilà pourquoi il suscite de nombreux travaux en Angleterre et aux États-Unis. Or curieusement, en France, en dehors d’un certain nombre d’articles de qualité, il n’a, semble-t-il, pas fait l’objet de publications décisives depuis trente ans, puisque la thèse de Bernard Brugière, inspirée par la psychocritique et faisant toujours autorité, remonte à 1979. Il faut donc d’abord saluer le livre de Yann Tholoniat comme une contribution importante et originale de l’école française à la critique browningienne.

2Ce travail, réécriture complète de sa thèse de doctorat, est consacré à l’ensemble de la carrière de Browning. Il commence par son apprentissage du théâtre et de l’écriture dramatique, une expérience décisive qui a duré dix ans (1836-1846) ; et il envisage l’ensemble de la création du poète, en consacrant une section importante au chef-d’œuvre de sa maturité, The Ring and the Book (1868-69), que la critique s’accorde à reconnaître comme une œuvre majeure dans l’histoire de la poésie. En fait, c’est tout le corpus de Browning qui est ici étudié, dans une perspective nouvelle, où Tholoniat sait faire un usage judicieux de la tradition critique et de sa culture personnelle, qui est grande.

3Il nous montre que, très tôt, Browning cherche à développer une poétique originale de l’oralité, en faisant parler des hommes et des femmes, jeunes et vieux, réels ou imaginaires, appartenant à des époques variées, à des conditions sociales diverses. Il combine les éléments lyriques et dramatiques sous la forme du monologue dramatique qui fait le succès de ses grands recueils, Dramatic Lyrics (1842), Dramatic Romances and Lyrics (1845), Men and Women (1855) et Dramatis Personae (1864).

4Étudier l’oralité dans l’œuvre de Browning, c’est d’abord s’intéresser au contexte de l’énonciation, à la singularité de chaque voix, puis aux rapports entre les différentes voix « qui résonnent les unes après les autres et tressent, par-delà leur succession, un réseau signifiant » (9). C’est aussi étudier comment le poète orchestre les voix les unes par rapport aux autres, comment elles interagissent les unes avec les autres, pour former une véritable « polyphonie ». Le sujet choisi suppose une très bonne connaissance de la poétique, de la linguistique, de la rhétorique, de la narratologie, mais aussi de la phonétique, des conventions dramatiques, de la musique, et... de la typographie. Il nécessite en particulier un usage rigoureux de termes techniques et savants. Dans cette longue étude, Tholoniat fait toujours preuve d’une grande maîtrise technique, ce qui rend parfois son travail exigeant pour le lecteur. Mais il sait exposer avec beaucoup de clarté. Il emporte l’adhésion de bout en bout, et tout particulièrement lorsqu’il met en évidence la polyphonie dans The Ring and the Book.

5Il faut le féliciter d’avoir eu l’ambition d’aborder cet auteur réputé difficile et de l’avoir rendu plus accessible, « audible », en s’attachant, dans son œuvre, aux jeux subtils de l’oralité, qui apparaît ici comme le moteur de sa poétique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Jumeau, « Yann Tholoniat. Tongue’s imperial fiat. Les polyphonies dans l’œuvre poétique de Robert Browning », Cahiers victoriens et édouardiens, 71 Printemps | 2010, 551-552.

Référence électronique

Alain Jumeau, « Yann Tholoniat. Tongue’s imperial fiat. Les polyphonies dans l’œuvre poétique de Robert Browning », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 71 Printemps | 2010, mis en ligne le 07 octobre 2016, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cve/3141

Haut de page

Auteur

Alain Jumeau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • OpenEdition Journals