Navigation – Plan du site
COMPTES RENDUS

Charles Dickens, Histoires de fantômes, Textes choisis par André Topia, traduits, présentés et annotés par Isabelle Gadoin

Paris : Gallimard, Collection Folio classique, 2016, 316 p. ISBN : 978-2-07-046419-7
Alain Jumeau
Référence(s) :

Charles Dickens, Histoires de fantômes, Textes choisis par André Topia, traduits, présentés et annotés par Isabelle Gadoin, Paris : Gallimard, Collection Folio classique, 2016, 316 p. ISBN : 978-2-07-046419-7.

Texte intégral

1Des histoires de fantômes, on en trouve abondamment chez Dickens, qui était fasciné par le genre. Elles occupent une grande place dans sa vie personnelle, depuis son enfance, puisque, dans l’histoire du « Capitaine Meurtre », il évoque Mary Weller, alias Mercy, la nourrice aux talents de conteuse qui lui a donné ses premières sueurs froides, mais aussi les personnages de ses premières lectures qui continuent de le hanter : Robinson Crusoé, Gil Blas, Don Quichotte, Les Voyages de Gulliver, Les Mille et Une Nuits, Les Contes des Génies… Et on en retrouve, tout naturellement (si l’on peut dire pour un sujet relevant du surnaturel !) dans ses romans, sans compter que certains de ses personnages, comme Miss Havisham dans De grandes espérances, ont un aspect franchement fantomatique. Enfin, les spectres viennent hanter les Contes de Noël, créant un effet de contraste avec ce que les Anglais appellent « l’esprit » de Noël, qui n’a rien de fantomatique.

2Mais la thématique des fantômes s’impose résolument dans cette remarquable anthologie qui nous est proposée en Folio classique et qui regroupe dix histoires que Dickens a publiées dans ses magazines Household Words et All the Year Round, de 1840 à 1866.

3L’entreprise éditoriale de cette version française a commencé avec André Topia qui a réalisé la sélection des histoires, puisque ne figurent pas toutes celles que Dickens a écrites pour ses revues, mais seulement l’essentiel. Certains s’étonneront peut-être de voir un spécialiste de Joyce s’aventurer dans la littérature anglaise du dix-neuvième siècle, mais André Topia s’intéressait beaucoup au roman victorien et à son maître incontesté, comme l’atteste son édition de David Copperfield dans la même collection. Et je me souviens d’avoir entendu mon cher camarade rappeler à quel point Joyce était nourri de l’héritage victorien, tout en étant tourné vers la modernité. Nul doute qu’il aurait réalisé une édition intéressante de ces histoires de fantômes, mais la maladie en a décidé autrement, et c’est une de ses jeunes collègues, Isabelle Gadoin, qui a relevé le flambeau. Cette victorianiste, au départ plus tournée vers la peinture que vers Dickens et la traduction, a su réaliser un travail de présentation et de traduction tout à fait remarquable, qui fait honneur à son aîné et qui lui fait honneur à elle-même. Puisque Dickens jouit toujours de la faveur du public et que les histoires de fantômes sont à la mode, on peut parier sur le succès de ce livre. Et s’il connaît une réimpression, comme on peut l’espérer, ce sera l’occasion de revoir certains petits détails inexacts (1865 et non 1869 [26], Peter Ackroyd et non John Ackroyd [291], l’exécution de Charles I n’a pas lieu lors de la Glorious Revolution [299], le Corso est à Rome et non à Gênes [302]).

4Isabelle Gadoin nous explique la grande variété des fantômes de Dickens : revenants traditionnels, apparitions prémonitoires, esprits frappeurs, puissances des ténèbres, figures de la hantise révélant des cas troublants de paranoïa, de dédoublement de la personnalité ou encore d’hystérie, figures maléfiques…

  • 1 Charles Dickens, David Copperfield, New York, London : W. W. Norton & Company, 1990, 527.

5Les relations de Dickens aux fantômes étaient complexes. Toute sa vie, il a été poursuivi par le fantôme de son enfance malheureuse, de manière quasi obsessionnelle. Dans certaines occasions, comme après la mort dans ses bras de sa belle-sœur Mary Hogarth pour laquelle il nourrissait des sentiments de grande tendresse, il a vécu avec des visions qui lui rappelaient des personnages disparus. Certaines expériences marquantes comme l’accident de chemin de fer de Staplehurst dans lequel il fut impliqué avec Ellen Ternan en 1865 l’ont hanté longuement, comme on le voit avec « Le Signaleur », la nouvelle qu’il écrivit un an plus tard et qui clôt ce recueil. Et en tant que romancier, il avait conscience de faire vivre, dans ses œuvres mais aussi dans ses lectures publiques, des personnages qui avaient tout de fantômes. On en trouve un exemple révélateur dans David Copperfield, au moment où le héros, chroniqueur de sa propre vie se rappelle son mariage avec Dora : « Once again, let me pause upon a memorable period of my life. Let me stand aside, to see the phantoms of those days go by me, accompanying the shadow of myself, in dim procession. »1

6Ce goût des fantômes a donc une dimension très personnelle chez Dickens, mais il correspond aussi à l’esprit du temps, où le triomphe du rationnel, moteur de la révolution industrielle et du progrès matériel, cohabite de manière insolite avec un intérêt réel pour le paranormal et l’irrationnel, héritage du gothique et du fantastique. Dickens est donc singulièrement en phase avec son temps.

7Chez lui cependant, ce goût pour les fantômes et la terreur qu’ils peuvent inspirer ne va pas sans une pointe de dérision, de parodie. On en a différentes preuves dans ce recueil, mais surtout avec l’avant-dernière nouvelle, « Le procès pour meurtre », qui fut d’abord publiée sous le titre « À prendre avec une pincée de sel », qui est maintenant devenu le sous-titre. Et si Dickens croyait bel et bien à la présence de « fantômes » liés au passé, il avait, dans le même temps, une grande méfiance à l’égard du spiritisme qui prétendait établir à la demande une communication artificielle avec des êtres spirituels. Et cette méfiance s’exprimait par la satire, dont il était maître, comme on le sait. On pourra donc se plonger dans ce recueil avec la certitude que le frisson n’y est jamais loin du rire. Ou, pour parodier la célèbre formule : « Make them shake, make them laugh, make them read! »

Haut de page

Notes

1 Charles Dickens, David Copperfield, New York, London : W. W. Norton & Company, 1990, 527.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Jumeau, « Charles Dickens, Histoires de fantômes, Textes choisis par André Topia, traduits, présentés et annotés par Isabelle Gadoin », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 85 Printemps | 2017, mis en ligne le 21 mars 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cve/3249

Haut de page

Auteur

Alain Jumeau

Université de Paris-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • OpenEdition Journals