Navigation – Plan du site
Histoires

Le wâdî/Durâ’ : un modèle d’irrigation antique ?

Jean-François Breton et Jean-Claude Roux

Résumés

Dans le gouvernorat de Shabwa, au sud de Ni/sâb, le wâdî /Durâ’ a fait l’objet d’études pluridisciplinaires de 1992 à 1996. Ouvrages hydrauliques très variés, inscriptions nombreuses et datations par thermoluminescence des limons montrent que toute la vallée a été mise en valeur intensive pendant près de deux millénaires. Ces résultats permettent-ils d’élaborer un modèle, au moins qualitatif, d’une irrigation antique en relief semi-montagneux ? Compte tenu des données disponibles,  un modèle définitif ne peut être validé, toutefois les résultats obtenus permettent d'ébaucher une modélisation originale du wâdî /Durâ’ et de ses affluents.

Haut de page

Entr,  un’iive">Fext">Résumés

iive"" >

Mots-clés :

archéologie, irrigation
> iive"" >

Chronologique :

Antiquité
Haut de page
> tocSection2" >Des barrages 
> tocSection2" >Des murs déflecteurs
> tocSection2" >Des môles arrondis
> tocSection2" >Des ouvrages percés dans le rocher > tocSection2" >Des partiteurs > tocSection1" >Deux millénaires d’irrigation > tocSection2" >Les débuts de l’irrigation à l’âge du Bronze > tocSection2" >Un abandon de certaines terres ? > tocSection2" >La reprise de l’irrigation > tocSection2" >Les siècles de prospérité > tocSection2" >L’abandon définitif vers les ve/vie siècles ap. J.-C. > tocSection1" >Un modèle d’irrigation controlée > tocSection2" >Un modèle semi-montagneux > tocSection2" >Les gens du wâdî /Durâ’Haut de page

Texte intégral

PDF Signaler ce document
> text wResizable "> < textandnotes">

1L’étude du système d’irrigation antique doit d’abord prendre en compte les impératifs de la géographie, de la géologie, la spécificité du relief, la fréquence et le volume des crues. Par ailleurs, elle ne peut se faire qu’en intégrant les données de l’archéologie et de l’épigraphie. Seuls ces vestiges matériels de l’irrigation par crues allogènes1 peuvent éventuellement nous permettre de construire un modèle. Un modèle quantitatif reste hasardeux tant la quantification des données est aléatoire, voire souvent impossible. Un modèle qualitatif semble plus approprié pour tenter d’expliquer la vallée comme un « ensemble solidaire ». C’est ce qu’une équipe pluridisciplinaire a tenté de rechercher de 1990 à 1996 dans le wâdî /Durâ’, au sud de Ni/sâb, dans le gouvernorat de Shabwa.

> < textandnotes">

2Le wâdî /Durâ’ prend sa source dans la chaîne de Kawr Aw/dila qui surplombe la côte de l’océan Indien de près de 2000 m. Suivant un axe orienté nord-nord-est, il forme une gorge encaissée aux flancs très abrupts. Après son confluent avec le wâdî Ma/hliyya, le wâdî /Durâ  s’élargit brusquement dans le bassin de Hajar am-/Daybiyya. Plus au nord, en aval, le wâdî /Durâ’ s’ouvre sur la plaine d’al-Nuqûb, à 850 m d’altitude, et rejoint le wâdî ‘Abadân qui, sous le nom de wâdî Hammân, se perd aux environs de Shabwa. Le cours supérieur du wâdî /Durâ’ a fait l’objet d’études successives2. Les premiers résultats de cette étude sont développés ici autour de trois thèmes : la ersité des ouvrages hydrauliques, la permanence de l’irrigation et les tentatives d’élaboration d’un modèle d’irrigation.

>

Des ouvrages hydrauliques spécifiques

> < textandnotes">

3Le cours supérieur du wâdî /Durâ’ se situe dans l’environnement très particulier d’un ensemble métamorphique complexe, plissé et constitué pour l’essentiel de granits inclusifs de gneiss et de schistes alignés selon de grandes failles structurales3. Ces roches cristallines donnent de vigoureuses crêtes dissymétriques, très disséquées, aux ersants parfois découpés en chevrons. Les crues du wâdî /Durâ’ ont profondément entaillé ces massifs ; leurs ersants totalement dénudés favorisent une érosion rapide et induisent de forts coefficients d’écoulement des eaux.

>

4Ce milieu naturel montagneux, compris entre 1050 et 1200 m d’altitude, a été soumis, très tôt dans l’Antiquité, à une utilisation raisonnée des eaux de pluies. En raison de la force et de la vitesse des crues, l’utilisation de ces eaux à des fins agricoles répond à des principes bien précis. C’est ainsi que la totalité du wâdî a été régulée par des ouvrages hydrauliques (déversoirs, barrages, murs déflecteurs, môles partiteurs) classés ici d’amont en aval, c’est-à-dire du sud au nord ; les périmètres irrigués seront classés selon le même principe : P. 1-3 à /Hinwâ, P. 5-7 à al-Huwaydar, P. 13-15 à am-/Daybiyya, P. 16 à /Safât al-Marjalâ, P. 17-18 à Razima (fig. 1).

Des déversoirs de crue

5Installés en bordure d’un canal, ils servent à évacuer un trop-plein d’eau lors du passage d’une partie de la crue dans le chenal. L’un d’eux, situé non loin d’al-Huwaydar (structure 2) et construit parallèlement au lit du wâdî, comporte deux seuils pavés de largeur inégale, séparés par des dalles posées de chant, en pierres de couleurs différentes. La particularité de cet ouvrage réside dans l’utilisation de pierres de couleur blanche et grise, absentes de l’environnement immédiat, importées, et témoignant par conséquent du prestige de son constructeur.

Des barrages 

6Construits perpendiculairement au lit du wâdî, ils brisent la force des crues. L’un d’eux, le barrage inférieur d’al-Huwaydar (structure 1), s’appuie à l’une de ses extr, mité contre la colline ; son extr, mité opposée a été détruite par les crues successives. Il a été reconnu sur 12 m de long. Il se compose d’un parement aval de gros blocs assisés maintenant en amont un blocage de pierres. Un pavage protège la base de l’édifice en aval.

Des murs déflecteurs

7Construits de préférence parallèlement au cours du wâdî lorsque celui-ci est rectiligne, ils orientent les eaux dans la direction voulue.

8Au lieu-dit al-Marbûn, en aval d’al-Huwaydar, le mur déflecteur n° 3, reconnu sur une longueur de 42 m, a été dégagé sur une hauteur approximative de 1,5 m. A la base, les deux premières rangées se composent de gros blocs plantés verticalement formant un plan incliné d’environ 45°-50° ; le sommet, plat, comporte trois rangées parallèles de blocs posés verticalement dans le sens longitudinal de l’ouvrage.

9Plus en aval, un autre mur déflecteur (n° 2), au point 13, est encore visible sur 72,70 m de long, sa tête étant en grande partie détruite. Il a subi un fort épierrement et présente au niveau du sol deux parements parallèles écartés de 2 m. Sur un court tronçon conservé, il présente un sommet légèrement bombé.

10Dans le bassin de Hajar am-/Daybiyya, dans le périmètre P. 13, un mur déflecteur d’une longueur totale de 147,70 m protégeait dans l’antiquité des champs dont il n’est distant que d’une dizaine de mètres. Composé de deux tronçons aux axes décalés de 1,20 m, il était, comme le précédent, monté en blocs posés verticalement en panneresse (c.-à-d. disposés de manière à laisser apparaître dans le parement soit une face si la section est carrée, soit un chant si la section est rectangulaire).

11Le tronçon aval, construit le premier, mesure 63,50 m de long. De facture ancienne, il comprend 6 à 7 assises de blocs de granit rose, parfois gris. La partie supérieure, d’époque moderne, est de facture plus grossière même si la mise en œuvre est identique. Le tronçon amont, d’une longueur totale de 84,20 m, a été reconstruit sur 66,70 m. La tête de l’ouvrage antique, en bon état de conservation, faite de longs blocs de granit, s’observe encore sur 7,20 m de long. Son extr, mité est formée de blocs inclinés à 45°.

12Plus au nord, à 4 km en aval d’am-/Daybiyya, face à la colline de Safât al-Marjalâ, des murs déflecteurs très originaux se terminent par des queues circulaires. C’est ainsi que le déflecteur n° 1 d’al-Mukayl, orienté à 45° par rapport au lit actuel du wâdî, présente dans sa partie aval une forme courbe qui permet à son extr, mité circulaire de se retrouver parallèle au lit du wâdî. Cette extr, mité aval, d’une longueur de près de 32 m et d’une largeur moyenne de 3,80 m présente un rétrécissement important (largeur : 1,40 m), suivi d’une queue à l’arrondi parfait d’un diamètre de 3,80 m (fig. 2). En amont, cet ouvrage se poursuit sur plus d’une vingtaine de mètres. Un autre mur déflecteur, le n° 2, repéré sur une distance de 134,50 m, est situé en aval du précédent. Il fonctionnait en association étroite avec celui-ci ; son talus présente un profil très prononcé, de l’ordre de 70°.

13Il convient également de mentionner des murs déflecteurs orientés à l’oblique par rapport au lit du wâdî : ils détournent le flux ers un point précis où se situe en général une prise d’eau.

Des môles arrondis

14Ces ouvrages en pierre sont les plus originaux de cet ensemble architectural. De forme circulaire, situés dans l’axe du lit, ces môles dévient les eaux dans un canal tout proche ; ils servent ainsi de têtes de prise d’eau.

15Les ouvrages les plus nombreux et les mieux conservés, parce qu’enfouis sous les galets des alluvions, se situent non loin du village d’al-Mukayl. Ils sont tous situés légèrement en amont de longs murs déflecteurs.

16L’une de ces importantes constructions, d’un diamètre de 6 m, présente un talus oblique — entre 35° et 40° — composé de neuf rangées de pierre disposées verticalement en panneresse.

Des ouvrages percés dans le rocher

17Tous les ouvrages hydrauliques, aménagés dans le rocher, supposent des moyens techniques importants et méritent d’être mentionnés. On en compte deux principaux : la tête du canal du Jabal al-/Gayra, en face de Qarn al-‘Amla, haute de 3 m et large de 5 m (cf. infra), et le percement d’un éperon rocheux à /Hinwâ, haut de 25 m et large de 1,20 m à la base. Ce dernier représente une réalisation de grande ampleur, surtout si l’on considère le périmètre irrigué qui en dépend (n° P. 3), d’une superficie inférieure à 2 km2. Cette structure doit par ailleurs être associée avec la construction de véritables aqueducs — des canaux latéraux d’approvisionnement construits à flanc de pente, à plusieurs mètres au-dessus du lit du torrent —  en aval de cet ouvrage.

Des partiteurs

18Ces ouvrages, installés en aval du système, là où la pente est plus faible, comportent plusieurs canaux munis de seuils de pierre qui permettaient de réduire la vitesse d’écoulement des eaux. Ainsi, dans le secteur de Razima, toute une série de partiteurs ont été installés juste en arrière d’un éperon rocheux (fig. 3). Trois de ces ouvrages sur quatre identifiés ont été fouillés en 1996. Le mieux conservé d’entre eux, le partiteur n° 2, visible sur une longueur de 17 m, comprend deux canaux latéraux munis de seuils (larges de 4,50 m pour le canal droit, dans le sens de l’eau, et de 3,40 m pour le canal gauche) et un canal central étroit. Cet ouvrage a fait l’objet de nombreuses réfections - preuve d’une longue utilisation — dont la principale serait la subdivision du chenal central en deux canaux étroits. A 25 m en aval se trouve encore un autre partiteur, le n° 3, composé de trois canaux parallèles et d’un chenal central tar ement subdivisé en deux.

< textandnotes">

19Cette présentation partielle des ouvrages hydrauliques permet de tirer les conclusions suivantes : non seulement il existe une grande variété d'ouvrages hydrauliques — ce qui n’est pas surprenant, d’autres wâdîs ayan>  ce qui d’a,rress périmmètre irnce et le volume drentesé réfecterfic 3Des ouvrages hydrauli2ues spécifiq> > tocSeandnotes"> xml:lang="fr-fr">2Le0premier, m" tit c">Antiquitéenvironnement très p s tail n’fil t villa Des ouvrages percés 7> âge du Bronze > tocSe lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">1821tructions, ètre de 6base, lesor:#0 > ?

192e wâdî /Durâ’ prend sa source da’en intégra d’deuye utilicimpor,trent que toute la vall,irer été (rsanhodreOSL class="footnotecall" id="bodyftn3" href="#ftn3">3e siècles ap. Jnes donnent de vxviiup>2. Cette structure doit par ailleurs ê-"es roches cristallip>e siècles ap. Jnes donnent de vxvup>2. Cette structure doit par ailleurs ê > v d’al-ex" cde Ra réal. 5-7 seloodrete dePlus au nord, en Safât al-Marj ( selon le mP 15euxl sont dévelune diauin ed’un épe princip(3357 ±297 BP)igouree entles base, ont ed-el le,es dt de n> adi canauurâ  e du Bronze es (’ seli>

Des ouvrages percés 8> /a> > tocSe lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">182e cours supérieur du wâdî /DurâDrie de partiteurs m à la a> ire, sitv> la foall-caps;"es roches cristallip>e siècles ap. Jnes donnent de vixup>2. Cette structure doit par ailleurs ê-"es roches cristallip>e siècles ap. Jnes donnent de vviiup>2. Cette structure doit par ailleurs ê > v Aeteoi esin depedu svme plus Sigué quifixaval,"es roches cristallip>e siècles ap. Jnes donnent de vixup>2. Cette structure doit par ailleurs êdentlstyle="font-un° P. 3), d’une supPes eaucé ecvme plusoudiv>re ten’une que dég es (’ s donnélnsemble solior trmire det-e vérd plancrue tête ral in dearue d’ "> écaedes crues, l’èt" clavre souventage d’aes s all-les gué quie ent-un"es roches cristallip>e siècles ap. Jnes donnent de vviiup>2. Cette structure doit par ailleurs ê > v lstyle="font-ont éune d, oe ral in dearue dants etrl, ories Saba fndiauin edent et pêtes< de ble, compposéson vodr en supl> iv> qualsiss="gont J.-C. auonnwssiècrie dli>< extr,u wâd m à l det-il la sectiotes< de un poin? Blitaleua>Antiquitée/span>Des partiteurs iv> > tocSe lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">182es ouvrages en pierre sont les plus ote ants etvions,al,"es roches cristallip>e siècles ap. Jnes donnent de vviiup>2. Cette structure doit par ailleurs ê . v les Saba fndi de lit du,trentnlicisss eaux desedèle qt’une die> écofoniteadraulicis sâb, dans le i la licimodel mbei ne de montaes taken fa lidoirealitaâdtiteuiviantu wAlmaqah (MAFYS-gouvernori9 = Mus Hammtaqlèle92 km penUn pav aux , suivi dz Safât al-Marj textandnotes">

192nstallés en bordure d’un canal, ilAdtite où,oall-cap,"es roches cristallip>e siècles ap. Jnes donnent de vvup>2. Cette structure doit par ailleurs ê . v uxl so Ier siiportoest air intensies (’ . Cette structure doit par ailleurs ê etrononfon relief,>2. Cette structure doit par ailleurs ê,i de efsatiu l n’altitude, et reât al-Marj venttr en, co précis.a princi > le pér puistenton vion orige> ulen œue de 3,88ursn inclis.(RES 3856= MAFYS-gouvernori8) class="footnotecall" id="bodyftn3" href="#ftn3">3

1926Ces roches cristallines donnent de vUallés juste 3192ous les ouvrages hydrauliques, aménaDrie de partiteurs m à la aun° P. 3), d3osent d entifoù ielisation origiedants etrlrtouteon amonécarefie partit,été s deIup>2. Cette structure doit par ailleurs ê . v à /HIup>2. Cette structure doit par ailleurs ê . tf="#tocfrom2n6" id="tocto2n6">Des partiteurs > tocSe lang="fr-fr" dir="ltr"

192es ouvrages, installés en aval du syLenttrdnt dével > ts inclue ; lebodelm, le baseloodrealtit, de 000ral éire ». d’al-en efsaRa rour de tssièrgulée ituehenal centra Safât al-Marj dsi lermetvre es —"fr-ns’obn camm /Durâ

re souventase, onmncrue iedaacircu à au lit du wes failsougla w incnait en a lass="footnotecall" id="bodyftn3" href="#ftn3">333

Des partiteurs

an style="font-variant:small-caps;">ve/vie siècles ap. J.-C. > tocSe lang="fr-fr" dir="ltr"

192ette présentation partielle des ouvrUnaes taken fadi l—nvironnement très (MAFYS-gouvernori3 = RES 4069 72,70waydar, l de 5 m . infra), et le percement dp>e), et le percement d’un éperon rochr:#0hb;">), et le percement dp>e), et le percement d’un éperon roch ne de tenton ltatses. Il a ét nntu en veent du ir intensiistoiresostlor:#0000"gonraulruali (l. 6) caacma 84,n jusetronon itea suivi ddu tstoirion de  des canau(a particul)ion et le percement d’un éperon rochr:#0Rfrtic>), et le percement dp>e), et le percement d’un éperon rochjusions,alxn itea sus (l. 7eux à(?) et le percement d’un éperon rochr:#0Lgrtic>), et le percement dp>e), et le percement d’un éperon rochn amon: P. ngue et de 3té de ritnd or(l. 8) [on ....]m" id. l), et le percement dp>e), et le percement d’un éperon rochr:#0/zr;">), et le percement dp>e), et le percement d’un éperon roch(?) or:#mon: P. ouvrage a3 < textandnotes">

3Le0Ces roches cristallines donnent de v (n° 2) d’u,20 m à la le sernlocs pld entifoù ielisent que toute la vallÀaut1500 ±200 BP ( selon le mP derre di erise en valeua> p y canaumètre=irejusions,al,"es roches cristallip>e siècles ap. Jnes donnent de vivup>2. Cette structure doit par ailleurs ê-"es roches cristallip>e siècles ap. Jnes donnent de vviup>2. Cette structure doit par ailleurs ê . Lres de a soessuûavec celuinr cn antiqueérie de partiteu Safât al-Marjaljusions, réalftous s"es roches cristallip>e siècles ap. Jnes donnent de vvup>2. Cette structure doit par ailleurs ê . Laie ent-un"es roches cristallip>e siècles ap. Jnes donnent de vviup>2. Cette structure doit par ailleurs ê > l en d-el lu,20dèle qt ert="canauurâ style="font isque des se ble, codipe princip rour de tssièin? Drie dee situe dans l’environnemBay/he coué ect

talquie esifsent que toute la vallsugecteul, orienvec celuinm/span>e siècles ap. Jnes donnent de vviup>2
. Cette structure doit par ailleurs ê > class="footnotecall" id="bodyftn3" href="#ftn3">3. Les premiers résultats de cette étud >

Des ouvrages hydrauli3ues spécifiqe > tocSeandnotes"> >Des partiteurs v> > tocSe lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">183’étude du système d’irrigation No, dhypohydr-lee. Unstylvue i0 m canagulée i ». Cvec celuinC’est celaire, siunit du . C esé l P. 3), d uleivsuperfiSuivancup Cvec celuinCs le paremené dnom . Ttent dtés dansune die arches stral imn «  esé lallul lumonécrme cirr toNo,o’fiférmposé ,up>2se trouve encore un autre partiteur, le lquiPvitessGn «llquencei ». Cdîs ayan>15Les ouvrages les plus nombreu3e wâdîEn efsaRalusi ». Catr, mitts du lies s ) d’ucesvadraunord, en ailiciken faeçoi; ils servendien m" t. thalwegi en dé situ’est cesin nesutre 105uencei ». Cune sucterfin de Hajar amall-castylvet deçoi; uste eeugiedanret ldipe prux dress isés maotet de smonéca

’une qu. Vll-c.
ncei ». Cn de Hajar a,plusieurs é codoucitux à /H ble, co prendre en compt usen efsaRads, ètre de 6sdanret ldipe prux dress iéntique

13Il convient également de men3e cours supérieur du wâdî /DurâF , haatn Indene souenal centra em#0000oire,a réalnlicisss ea>

< qt ecisseme . Drie dee situe dans l’environnemces massi,iis murs déftes géographien dé sn compdenfluapport a ason cos? itts et styleses d’nord, lisation a
uispuétroitsflotraphanret lrep mitts du li,nne de 3,80 %e sur (té soumis, tr0s tôt dans l’)opposée0,5-0,3 %a r/Durâ, ète solspan>se trouve encore un autre partiteur, l incnaip rs. Urvcouleu

un slisation origiedppostoutrp rêtes

atués l

sitetrlanc les conclusions suiva,ire)tés danse Ran le mêt témo, itaur50° ;ppostout à des finire, siaas" cs js--> i > < te

3Lees ouvrages en pierre sont les plus oParmi dansra mênord, liyle="co , haataux : lo’fil t v Safât al-Marj Cen dé so’n camm /Dcespartit,fil t ndien m° 3, cui permet à sou lit de chté s ds selon le mêP 11eesoP 12ite a hydrauliqués juste e sr,tren ement st rectiligne, ils ,tyle=re,a ramps donrn camm /Dur d’une longu 12, on du chc clecisseme>

en m° 3, c ram de 3,81stylval de cet ouvragrtie aval flont repépaleur une distance dendien m e < ,e Cval, nal. L’un dauche) eent ainsi de t(urâ s mael, na trop-partie a>lstyl être met-ont é

nt:scleursydrau rode tjs--> tt upierremeutironnemnt ainsi n deuxcolor:#0000u ai60lylvftie a>

uprotégeaiase, lesoche) ee raeuam de es (dicteu Laie

nt:souventles conclualsiss= e ro t. 2
. Cette structure doit par ailleurs ê/sou 33 xml:lang="fr-fr">3LenstalléDei 13Il convient également de men3structiona l’on co/p> t av ble, co al-en yeSodel mmalgrsupl> limrveçtent leaseuils deigDei re, due/Hi p> usn Indene souritenne,. Il sfausin deoire, ere baseloodvolumearallvtoutex à /Htébite gcenes finress lnc de a mis ejstsuiv non cott ues (’ su Y ersadfn des 3, dentfauttocfrom2n5" id="tocto2n5"

3Leous les ouvrages hydrauliques, aménap m ar kiloque — eflont ,fitente. Unlvue ium"> d-ns queî. Cette e-Mussi non co li> 31938 wâdîEnftilee. Unpte tait,ssi lor:luere bad-ns que d lnc habAute, faite ion ci p> etit, de , duremi Des partiteurs

1e=nLentgene snvironnement très tocSe lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">183ette prCrculaire, sint o de luivés id du wète solspan>gene soucohrage razima, toutLd qugene snvironnement trèsidisoitauren 45°c ersala mise légèlstanièrle;ppostout de tué à /Hi, nbase dma, toins agrouritBronza subi ivis taurere bar/a>lstyl re que d qumsi laese dma, toidistocfrom2n5" id="tocto2n5"

340Ces roches cristallines donnent de v d’al-alitcott uhom00; que tallcterfichydrauférmpostes< de ou< v e siècles ap. Jnes donnent de vviiup>2. Cette structure doit par ailleurs ê-"es roches cristallip>e siècles ap. Jnes donnent de vviup>2. Cette structure doit par ailleurs ê . v uxl so Ier siiportppostout du ches (’ du tstoirio s"es roches cristallip>e siècles ap. Jnes donnent de vvup>2. Cette structure doit par ailleurs ê . v se trouve encore un autre partiteur, l u&#, lass="footnotecall" id="bodyftn3" h0lor:#000000;">se trouve encore un autre partiteur, lo s"es roches cristallip>e siècles ap. Jnes donnent de viup>2. Cette structure doit par ailleurs ê . u du Broio s"es roches cristallip>e siècles ap. Jnes donnent de viiiup>2. Cette structure doit par ailleurs ê . t témo, cble architegene snv/Ha/sinmawte t oest aicott ues (’. Mux : lo’ rour deoceaeiwâ, ydraulicis de cesabormposm dsybase des myya, man>infra), et le percement dnes donnent de v,es p nst avcit unl verticaigue urarsubi iealtes taken fros eaint en enr"> 3e siècles ap. Jnes donnent de vvup>2. Cette structure doit par ailleurs ê . Aour dee en,li> nte e dynasrreuxl soGadaipor, p son ris sâb, dans le /ouvernorint pe fn deesv-->ienit MAFYS-gouvernor 3utLdmsi laese m de lofs ont r dei ». , on du chrticancupon cfis Cdîs aya ected inten> < textandnotes">

34’étude du système d’irrigation ages hpale seudiv>i—nvironnement très aduisdeuye

ide, ees servengcenes findedtite5°cnC’estdedtiteeuils deur u, u&#insi noix rsanhode met-ote C’esas aide s derit eiustdedtiterait la subdokencleetens, hom00; querer les conclusions suivant eridgnteeneurve e princi ulen œêtre me, h Trois eepale ssgexd’unliques pune uectm e rtsv--splentsi > nsi que quent nitégidisoe princi uil ritncci > d’alinire, s-t-il, cbleauali seuiunp rêtesançoaux , suivi gs murs d longrd0000"godraulrtde t po inclueul, d’une es sul. De fdes or de ulen œsud:#0be metrong>
3 extand

Notes

1 On désigne par allogènes des crues générées en amont, dans un milieu géographique différent, en général les Hautes Terres du Yémen, et s’écoulant dans les vallées très arides situées en bordure du désert.
2 Les recherches dans le wâdi /Durâ’ ont été financées par la Sous-Direction des Sciences sociales et humaines du ministère des Affaires étrangères et par le CNRS (Laboratoire de géographie physique de Meudon). Les fouilles de Hajar am-/Daybiyya en 1992 et 1993 ont été cofinancées par l’American Institute for Yemeni Studies de Sanaa. L’étude géologique de la région a été faite par Brigitte Coque-Delhuille et l’étude géographique par Pierre Gentelle. La fouille de tous les ouvrages hydrauliques a été exécutée par Jean-Claude Roux en 1996.
3 Pour une présentation générale de ce type de relief on se reportera à B. Coque, 1998, p. 5-15.
4 Ch. Darles, 2000, p. 90-95 et fig. 3-8.
5 Le principe de la méthode de datation par luminescence stimulée optiquement (OSL) est analogue à celui de la méthode par thermoluminescence. Lorsque l’on chauffe les feldspaths et les quartz contenus dans les limons d’alluvions, ils émettent de la lumière ou signal TL ; lorsqu’ils sont stimulés optiquement par une exposition à la lumière d’une longueur d’ondes spécifique, ils émettent un signal dit OSL. Ces signaux constituent de précieuses horloges qui mesurent le temps écoulé depuis la dernière exposition de ces grains détritiques à la lumière solaire. L’exposition des minéraux à la lumière solaire engendre une remise à zéro partielle ou totale du signal de luminescence hérité (cf. S. Balescu, 1998, p. 34-35). Au Yémen, cette méthode a été testée dans les champs antiques de Haraja, dans de wâdî Bay/hân, puis dans le wâdî /Durâ’ ; elle devrait l’être bientôt à Shabwa.
6 Voir les commentaires de ce texte par Bâfaqîh, dans Breton-Bâfaqîh, 1993, p. 80.
7 Ibid., p. 81.
8 Cf. Breton, Mc Mahon, Warburton, 1998, p. 90-111.
9 Voir Breton-Bâfaqîh, 1993, p. 23-26, et la contribution de F. Baratte, 1993, p. 43-47.
10 Voir la contribution de M. Kazanski dans Breton-Bâfaqîh, 1993, p. 51-61.
11 Nous tenons à remercier Iwona Gajda qui nous a aimablement communiqué cette nouvelle traduction de RES 4069.
12 Cf. S. Balescu, 1998, p. 36-37.
13 Quelques données sur les hauteurs des crues dans la région figurent dans Coque-Delhuille, 1998, p. 48-50.
14 Dans le wâdî /Durâ’, nous avons estimé à 120/130 m 3/seconde une crue décennale et au double environ une crue centenaire.
15 Cf. Ch. Darles, 2000, p. 90 sq. A Shabwa, les ouvrages hydrauliques sont en moyenne distants de 200/300 m.
16 Voir la contribution de A. Kitchen, « A Glimpse of the Wealth of the Shabwa Nobility », dans Fouilles de Shabwa, vol. IV (à paraître).
17 Si à ces méthodes antiques l’on compare la gestion contemporaine des eaux, on ne peut que constater l’effritement de l’homogénéité du corps social. Certains villages du wâdî /Durâ’ et d’autres vallées voisines continuent certes d’entretenir des digues antiques afin de récupérer un quotient bien limité des eaux de crue, mais ils ne s’entendent guère entre eux sur un partage équitable. D’autre part, si quelques rares propriétaires plus aisés s’équipent de pompes à diésel, le débit qu’ils en tirent répond à leurs stricts besoins et dépend donc de leur libre arbitre. La question de l’agriculture traditionnelle dans le wâdî /Durâ’ a fait l’objet d’une conférence au CEFAS le 7 mai 2002.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Breton et Jean-Claude Roux, « Le wâdî/Durâ’ : un modèle d’irrigation antique ? », Chroniques yéménites [En ligne], 10 | 2002, mis en ligne le 07 septembre 2007, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cy/128 ; DOI : 10.4000/cy.128

Haut de page

Auteurs

Jean-François Breton

Breton Jean-François
Maison René Ginouvès
21, allée de l’Université
92023 Nanterre Cedex

Articles du même auteur

  • A propos d’un livre récent : Im Land der Königin von Saba’. Kunstschätze aus dem antiken Jemen, W. Daum, W. W. Müller, N. Nebes et W. Raunig (éd.), Munich, Staatliches Museum für Völkerkunde München, 2000, 328 p.
    Paru dans Chroniques yéménites, 8 | 2000

Jean-Claude Roux

Roux Jean-Claude
DRAC Languedoc-Roussillon
Service régional de l’archéologie
CS 49020
5, rue de la Salle l’Evêque
34967. Montpellier Cedex 2.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals