Navigation – Plan du site
Histoires

Le Yémen dans les années 80 : entre crises et développement

Paul Dresch

Résumé

Au cours des années 1980 se sont dessinées les tendances structurelles qui allaient modeler le régime politique et le développement économique du Yémen du Nord et, par la suite, le pays tout entier. Les « bonnes feuilles » qui suivent sont extraites de l’ouvrage A History of Modern Yemen, de Paul Dresch. Elles ont une double vocation : donner quelques aperçus de cet arrière-plan historique essentiel et encourager le lecteur à aller découvrir, dans cet ouvrage fondamental, des clefs de lecture qui lui permettront de décrypter la situation complexe du  Yémen contemporain.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

histoire politique

Géographique :

YEM

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Notes de la rédaction

Extrait de Paul Dresch A History of Modern Yemen1 traduit de l'anglais par Gaëlle Henry

Texte intégral

1Après la hausse des prix du pétrole en 1973 et 1974, les pays de l'OCDE – Amérique du Nord, Japon, Europe occidentale – étaient parvenus à contrôler le "recyclage" des revenus de l'OPEP (la balance commerciale de l'OPEP est passée d'un excédent de 67 milliards de dollars à un déficit de 2 milliards au cours des quatre années qui ont suivi) et le Yémen en avait bénéficié. Les pick-up Toyota et Datsun achetés par les Yéménites avec l'argent tiré des retombées du pétrole ne sont qu'une facette d'un phénomène de plus grande ampleur : les centrales électriques, les réseaux d'égouts et de téléphone construits au Yémen pendant les années 1970 par des compagnies étrangères étaient également du "recyclage". Mais le prix du pétrole redevint élevé au début des années 1980. A cause de cette hausse, entre autres, les pays de l'OCDE entrèrent dans une récession dont les effets se firent sentir au Yémen. Les aides n'étaient plus aussi largement distribuées. Les versements provenant des Etats pétroliers se stabilisèrent et le gouvernement, dépendant des emprunts contractés auprès de gouvernements étrangers et des impôts indirects, vit ses réserves de devises étrangères s'évaporer.

2L'Etat du Nord avait des engagements qu'il ne pouvait renier : un auteur yéménite estime que, sur les quelques six milliards dépensés par le gouvernement en 1983, plus de la moitié sont allés à l'armée et à la police, même si on en a rarement retrouvé la trace sur les feuilles de paie2. Un exemple accessoire : à Khamir, une des mes connaissances percevait un salaire de l'ancienne 1ère brigade d'infanterie, dont les origines remontent à l'époque de la guerre civile, un petit traitement de la Garde Républicaine, et un autre du Département des Affaires Tribales ; dans le même temps, il tenait une épicerie à New York3. L'habitude présidentielle avait toujours été d'encourager les loyautés à travers le patronage des salaires et des paies ; la réconciliation avec le FND (Front national démocratique) a fait surgir des exigences de ce type au sud de Sanaa tout autant qu'au nord. On peut donc supposer que cette catégorie de dépenses publiques n'a cessé de croître.

3En 1983, un sérieux effort fut accompli pour interdire l'importation des fruits et des légumes, et le Yémen a aujourd'hui ses propres melons, grenades, bananes ou raisin, alors qu' auparavant, ils arrivaient de l'étranger en cartons. Mais les mesures d'austérité n'étaient pas populaires3. Les commerçants de Hodeïda ou e0ants le allmirnnerrs ravealleat plus ausnord.sonuffrrent ses comtrôler exirces ur les fcharger et da rcircultion des fmrch.ndnses ,la siele Axcetion"remstnt lescommercieavec le FSu, Joùles fbrrière-sdoubanère-sdfuent sevé s de cehaue cets de ca sfont ère- A ors qu' Sanaa tmporsit de Plus an peus de lemstict.ins, ge gouvernement ed'Adn, duatt à l'ui entsupporimit Les cfrmes deEtat dfuent sutaries s d lvaolerrversedes saructurel de ceooétrtive smoits ligiurdeues et des paeatifcatirrs u DSu,milent danant,ge d'anccnt ser les scteur orié dont leapar dans u'étonomiqepassade 676d l72 %entre a980 st 19785 Les crangsorta, ge gbâime t et le gommercieanternationalese srouvérent ebent tsdonmnée par lceque cettatts lfstgenient pommer "ne burdgeosin pareaite" a class="footnotecall" id="bodyftn45 href="#ftn45">4/a>.et des pdux etonomiqesdu Yémen donoersgrent entsrande aartie ,selon lCreaiceo,sonu u'nfalerce cd-sdountirrs étrangers

34/span>L'adeifftrrce cntre als saructurel dtaitques nds pdux eays de so alimitit das pu sucteur e l'étonomiqe. Néanoits les pituation lfinnciere-sdos pdux eouvernements éménites<étaient tès dsimiaires< Lesr er ve àconomique d trnu u's pdux ereorsit dur les frangsfrms de Honda fmrsi fsdos praveallerrs étmigési, tndnseque ca siolvbiliss de carrs aparenls aeEtat dépendant des edn le des emprunts c dis pays dier.s,edn le dmprunts cui o'a pareissanent pas pans le r integral

35/span>Apca sfinde l'ancées19781,le prix du pétrole rbrutntaie dfix d l34 $ge gbaril; lfind9785 les pbrut provenant deu Golf pouvaitnt eêre dobtnus dour i7 $ Un eccomd eut angorié.par leOPEP eour iain"tnuirle prix d l15 $,iain la hvage de'exan>ion dtaie dermenéeset des parojts simmoilisrsedens les atait pétroliers staient n penrt de dvtes35/s>. Les cersements pos praveallerrs exantics rnderectsonDdi Yémen du Nord ediminurent daemoitié ,le psytémelfinncieerdes années 170 saffoitaet le gral Séménite eprdir de sc hvaerrs Lesrtux d' cehager oficielpar lappert fu dllars aériqainepassade 64,5d l6,5dn duelques soit deurat leapiele Ancées19785 (es frux d'ufmrch. n'oirltaient n omd Plus ahntrs),d'anidelfinnciere-provenant des Eouvernements u pays tlus aiqahe se sédausin pomnidetrtbe ent de ents9786 une dnterdirtsonDdietout e mportation dpurment dommerciale dut arovmulgéespar le gord .a class="footnotecall" id="bodyftn47 href="#ftn47">6/a>

  • /ul>

    36/span>7/s>. » /p>

37/span>Apvnt qu' als sersements penus de l'Otranger en gommernc t à lafalerr,u's pduttr ex des parv=a.ins,épaient choss commeunr ex ,de pun laépoque de la'Imim Ya/hyâ,la polpultion de Nord avait deuble. LPus aicesm nt eas imprtation pe cetréaer eont dassée sd'encviont 160 000pounes far ln cers le pmlisrudes années 170 leus de l650 000pounes Lesrvritnbe menjrudtaie dnc sceui pu "outrôlerdes imprtation /p>
  • /ul>

    38/span>38/s>. LSnu u'égimd dus sorveile de la'Inendances (esATamwî<),la pSCM safstavuallourrvn epar dassqu'otasdfix xvii/span> betdspan ctyles"foont-vriaxviii/span> biècle<

  • /ul>

    39/span>L'e grande commerçants dehafétes39/s>. LIlaaestuite,été dmtésl la pSCM t lfstaevenuspxtramesent reqahe. ‘Abduelhaul-/Ha/dramîde Sana/hân,qui suelfitconnaitre."oumerverectsur e l'a SCM dfstaevenuspn smodèe de liqahe uelosent atire :;on efit renmarueryausx

30L'e CPG ents9782,dsétaiet n crr ti donstruitsdur les feooétrtive smt nait doom i ausxAzakât./em> 301/span>L'adeusar dassqtauus andoptnt pommer aructurelde liin nDement en epoposition sstre alatat dx des pribu, lommer ail'rnse srouvie dfacec disx eft ss sebentsistrntctr ex ,dotetm nt eue ca soomgrssion gographique&desl'an epignaife les eculdesd'antres. En réaeet ,le pdux eont dess nts mbe s elation.aml dx ddetlogique&s A ors qu' Se FND (s dévsagég tens les BasYémen pe cmmes,ens les aut démen poùles fribu,pournt en ôlerdrus dmprtatct des celation.-clés&eont dréorganée sdx ,des d983, ues cunss semlistiressqont diness e à trnuirlgarnn nDdins ude par ti tourbulet s pe'rl-‘U/saym lar l‘AbdA olhaul-A/hmar,o'ui-mmesorigineire de lette cégimnD, galement daheikhsupprme teetout esles fribu,p/Hâshi et, p lette cpoque ,cégpué dour iêre drus dpun snt qu' alspésidenti. D" coransins,sétailiqr t à lde paoits dtrtigimues sommer /Hûthdx dhamir,: rnu u's phcmms<étaient ds,d/Hâshi îdetcarrs emspmnitbe s paient choiio par les Yaheikhs même siil snrtatent plun ifrdms Les coheikhsdes paes dmprtatct comtrôleient desjàdepeaste par ti te l'aimmoilisrsdietanaa ils aoccupient ds,dosition dmprtatcteedens lesnuveruspsytémelntegra des rcmnirls aloclx eftcégimnDusx dftcnnu uavn pesjàdv "a solacedu'il snoccupient dns lesoumerciead'mprtation LDns les aaoveices deu aut démen p's phcmms
  • /ul>

    30L'Eaffont ment en re alsNord et,e FSu,nait djstgfeeda rcnstruitsonDdian eprande ammée . D" cntegiêrsdorié sdjstgfeient man"tnunt desd'amporsryausx1<0 Un etelsmodèe dadminitrtivfan'n globie derte par tout Amashrû‘/em><,ou "arojts" lceui pue années 1980.out aem>Abarâmij/em><,o"arogtm ns"t ont leapChrtem ationale dst paeut-êre dlspotoype /p>

/div>