Navigation – Plan du site
Histoires

La situation politique du Jawf au Ier millénaire avant J.-C.

Mounir Arbach

Texte intégral

1La région du Jawf, située à une centaine de kilomètres au nord-est de Sanaa, possède un nombre important de sites archéologiques sudarabiques. Les plus importants sont, du sud-est au nord-ouest : Barâqish, l’antique Yathill, dont l’enceinte est l’ouvrage défensif le mieux conservé parmi les sites préislamiques ; Ma‘în, l’antique Qarnaw, capitale du royaume de Ma‘în ; Kharibat Hamdân, l’antique Haram ; Kamna, l’antique Kaminahû ; al-Sawdâ’, l’antique Nashshân ; et al-Baydâ’, l’antique Nashq. La découverte de la plupart de ces sites, attribuable à Joseph Halévy, remonte au dernier quart du XIXe siècle. Elle a été complétée par les expéditions du milieu du XXe siècle dirigées par M. Tawfiq, A. Fakhry et M. Geukens, respectivement en 1944, 1947 et 19541. Dans les années 1980, ces sites ont fait l’objet de fouilles ponctuelles et de prospections archéologiques et épigraphiques, notamment dans le cadre de la Mission archéologique française en République arabe du Yémen (MAFRAY). Jusqu’à ce jour, peu de fouilles archéologiques systématiques ont été réalisées sur les sites du Jawf. Seuls deux temples ont été dégagés. Le premier, un temple extra-muros sur le site d’al-Sawdâ’, fut dégagé en 1988 par la Mission archéologique française2. Le second, le temple de Nakrah à Barâqish, fut mis au jour par une mission italienne en 1990. Il a fait l’objet d’une importante opération de restauration dans le cadre de la Mission archéologique italienne en République du Yémen durant l’automne 2003. Outre les temples extra- et intra-muros, ces sites étaient, pour la plupart, munis d’enceintes et abritaient sans doute des bâtiments publics (palais, temples) et privés (habitations et autres), dont les vestiges affleurent encore3.

2Sur le plan archéologique, les ouvrages architecturaux et les réalisations artistiques du Jawf sont exceptionnels par leur niveau d’exécution et leur originalité. Ceci transparaît notamment dans les temples dits des Banât ‘Âd, « les Filles de ‘Âd », avec leurs piliers à décors incisés et leurs bas-reliefs ; ces temples sont attestés à Kharibat Hamdân (l’antique Haram), Ma‘în, al-Sawdâ’, Kamna et al-Baydâ’. Les nouvelles découvertes - issues malheureusement du pillage - enrichissent sans cesse un corpus déjà varié. Dès 1869-70, J. Halévy remarquait l’étrangeté des décors des temples des Banât ‘Âd. Leurs décors, vraisemblablement d’inspiration mésopotamienne, seraient datables du début du Ier millénaire av. J.-C. Pour cette période, seules les inscriptions assyro-babyloniennes datant de la première moitié du VIIIe siècle av. J.-C. attestent de manière explicite les contacts des Sabéens avec le Moyen-Orient. Toutefois, cette première mention des Sabéens hors de l’Arabie du Sud ne signifie nullement l’absence de contact avec le Proche-Orient avant cette date. Par ailleurs, l’influence de la Mésopotamie est également décelable dans de rares œuvres d’art sabéennes du milieu du Ier millénaire av. J.-C.

3Sur le plan épigraphique, les sites du Jawf ont livré un nombre important d’inscriptions rédigées tout au long du Ier millénaire av. J.-C. Ces textes permettent de reconstituer l’histoire politique, religieuse et sociale de ces villes. Ces dernières constituaient, pour la plupart, des cités-États ou petits royaumes avec un panthéon spécifique et une organisation politique et sociale propre. La plupart des inscriptions étaient rédigées en madhâbien, langue qui tire son nom du wâdî Madhâb, cours d’eau de la vallée du Jawf le long duquel se répartissaient les populations faisant usage de cette langue4. On trouve également des inscriptions rédigées en sabéen sur certains sites du Jawf, tels que Barâqish, al-Baydâ’, al-Sawdâ’ et Kharibat Hamdân (l’ancienne Haram) aux VIIIe-VIIe siècles av. J.-C. et, à une période ultérieure, à Kharibat Hamdân, al-Baydâ’ et al-Sawdâ’.

Les petits royaumes du Jawf au VIIIsiècle av. J.-C.

4On date actuellement du VIIIe siècle av. J.-C. l’établissement des royaumes sudarabiques en général et de ceux du Jawf en particulier. Cette chronologie, dite « longue », repose, en premier lieu, sur les synchronismes entre les règnes de quelques souverains néo-assyriens et de souverains sabéens (VIIIe siècle av. J.-C.).

5La mise au jour, à Yalâ (l’antique al-Durayb, localisée au sud-ouest de Ma’rib), de textes datant du VIIIe siècle av. J.-C. et mentionnant des souverains sabéens cités dans les textes assyriens confirme l’identification de ces souverains5. Cette chronologie longue est confortée par d’autres découvertes archéologiques et épigraphiques, notamment à al-Sawdâ’ (Jawf) et à Raybûn (wâdî Hadramaout). Ces découvertes amènent à penser que l’écriture sudarabique aurait été fixée de manière définitive aux alentours du VIIIe siècle av. J.-C. Ses plus anciennes attestations remontent aux alentours des XIIe-XIe siècles av. J.-C. : ce sont des tessons inscrits découverts sur plusieurs sites (Yalâ, Raybûn, Hajar b. Humayd) ; jusqu’à présent, aucun texte significatif remontant au début du Ier millénaire n’a été trouvé. Rappelons que l’ordre alphabétique utilisé en Arabie du Sud est attesté plus anciennement au Proche-Orient (Syrie-Palestine), dès le XIVe siècle av. J.-C. ; la forme définitive de l’écriture sudarabique fut cependant élaborée au Yémen.

6Dans l’état actuel de nos connaissances, on considère que le dernier quart du IIe millénaire correspond à la transition entre l’âge du bronze et la période proto-sudarabique. Cette période est caractérisée par le début de l’utilisation de l’écriture alphabétique et l’apparition de villes dotées d’ouvrages défensifs, Yalâ par exemple.

7Si l’on se fonde sur les inscriptions, le VIIIe siècle av. J.-C. marque donc un tournant, caractérisé par l’établissement des royaumes sudarabiques et par la fixation de l’écriture. Actuellement, notre documentation est insuffisante pour décrire la situation politique de l’Arabie du Sud au début de la période sudarabique. Nos connaissances se limitent à quelques textes, pour la plupart sabéens, mentionnant des noms de souverains dont le titre exact n’apparaît pas - vraisemblablement des mukarrib, « fédérateurs » - et dont le règne se situerait dans le courant du VIIIe siècle av. J.-C. Dans la région du Jawf, les quelques inscriptions datant du VIIIe siècle av. J.-C. mises au jour par la Mission archéologique française6 et les nouvelles découvertes clandestines, notamment celles d’al-Sawdâ’7 et de Kamna, prouvent sans équivoque l’existence d’entités politiques - cités-États - au VIIIe siècle av. J.-C. Comme dans le royaume de Saba’, les souverains attestés à al-Sawdâ’, Kamna et Kharibat Hamdân par les inscriptions du VIIIe siècle ne portaient pas de titre. Il s’agissait vraisemblablement de rois.

8C’est à cette époque que le commerce entre l’Arabie du Sud et le Proche-Orient prend son essor. Le commerce de l’encens et d’autres aromates, convoités par les grandes puissances, notamment l’Empire assyro-babylonien, fut une source de richesse majeure pour les royaumes sudarabiques.

L’hégémonie sabéenne au VIIe siècle av. J.-C. et la fin de l’autonomie politique des royaumes du Jawf

9De nouveaux textes inédits laissent apparaître que le royaume sabéen commença par être en bons termes avec les principautés du Jawf, notamment celle de Nashshân (aujourd’hui al-Sawdâ’).

10On savait par la fameuse inscription sabéenne RES 3945, laissée par le grand mukarrib sabéen Karib’îl Watâr, que ce dernier était contemporain de Sumhuyafa‘ fils de Labu’an Yada‘, souverain de Nashshân. Labu’an, quant à lui, était déjà connu par d’autres textes8. Or deux nouvelles inscriptions inédites et identiques, laissées par ce Labu’an Yada‘, fils de Yada‘’ab, emploient la formule de fraternité bi-’ikhwat à l’égard d’Ilmaqah, Karib’îl et Saba’. Les relations de Nashshân avec Saba’ semblent donc bonnes à cette époque. Quant à Karib’îl, il s’agit de Karib’îl Watâr, fils de Dhamar‘alî Dhârih (fin du VIIIe - début du VIIe siècle av. J.-C.), que l’on peut identifier avec Karib’îlu, roi de Saba’, mentionné dans les sources assyriennes9. Il est donc possible de conclure de ces deux nouveaux textes que non seulement le règne de Sumhuyafa‘ mais aussi celui de son père Labu’an furent contemporain de celui de Karib’îl Watâr.

11Sous le règne de Labu’an, souverain de Nashshân, la principauté semble donc entretenir de bonnes relations avec Saba’. Sous le règne de son fils Sumhuyafa‘, le royaume de Saba’ est dans un premier temps allié de la principauté ; puis il entame une série de guerres contre Nashshân et le Jawf supérieur. Par ailleurs, le peu d’inscriptions provenant des sites de Kharibat Hamdân, Kamna et Inabba’ au VIIIe siècle av. J.-C. et l’absence apparente d’une présence sabéenne laissent transparaître une certaine autonomie de ces royaumes vis-à-vis de Saba’, d’une part, et de Nashshân, d’autre part, qui semble alors avoir une place prééminente dans le Jawf.

12Par ailleurs, on sait grâce à l’inscription RES 3945 citée plus haut que la région du Jawf était, au début du VIIe siècle av. J.-C., divisée en petits royaumes, dont le plus important était celui de Nashshân (l’actuelle al-Sawdâ’), suivi de Haram (l’actuelle Kharibat Hamdân), Kaminahû (l’actuelle Kamna), Inabba’ et vraisemblablement Ma‘în, dont la plus ancienne attestation remonte à cette époque. L’inscription rapporte les victoires du souverain sabéen Karib’îl Watâr sur les différents royaumes sudarabiques, notamment ceux du Jawf.

13Les Sabéens, sous le règne de Karib’îl, tentèrent de contrôler l’ensemble du territoire de l’Arabie du Sud, soit par les conquêtes militaires - comme ce fut le cas face aux royaumes de Nashshân dans le Jawf, d’Awsân dans le wâdî Markha ou face à la tribu Muha’mir (région de Najrân) - soit par des alliances, comme avec les royaumes de Hadramaout, Qatabân, Haram (aujourd’hui Kharibat Hamdân), et de Kaminahû (l’actuelle Kamna).

14Situées sur la route caravanière qui relie Ma’rib à Najrân, les villes du Jawf occupaient une place stratégique dans le contrôle du commerce des aromates. Pour maîtriser ce commerce, aux VIIIe-VIIe siècle av. J.-C., les Sabéens bâtirent deux villes fortifiées sur le wâdî Raghwân : Kutal (l’actuelle Kharibat Sa‘ûd) et ‘Arârat (l’actuelle al-Asâhil). Ils avaient également sous leur contrôle la ville de Barâqish et ses environs, implantée en bordure méridionale du wâdî Jawf, comme l’attestent les quelques inscriptions sabéennes qui y ont été trouvées datant de cette époque10. La ville de Nashq (l’actuelle al-Baydâ’), dépendant du royaume de Nashshân, fut prise par Karib’îl Watâr. Une communauté sabéenne y fut établie. Seul le cœur du royaume de Nashshân, le plus important du Jawf, semble avoir échappé à l’occupation sabéenne, bien qu’il fût la cible de deux campagnes militaires menées par l’armée sabéenne de Karib’îl Watâr. La ville de Nashshân fut saccagée, son enceinte et son palais royal, Yfr‘, furent détruits. Les territoires qui dépendaient de Nashshân - Nashq et Manhiyat, aujourd’hui Hizmat Abî Thawr - et le butin furent octroyés à Kaminahû et Haram (respectivement Kamna et Kharibat Hamdân), alliés de Saba’.

15Un autre texte, RES 3943, rédigé vers le milieu du VIIe siècle, évoque également des opérations militaires sabéennes menées dans la région du Jawf contre Barâqish et Ma‘în et, plus au nord, contre les tribus Muha’mir et Amîr.

16L’hégémonie politique sabéenne sur les royaumes voisins transparaît dans la langue et le panthéon. En effet, dans chaque territoire nouvellement conquis, les Sabéens construisirent un temple dédié à Almaqah, la divinité officielle du panthéon sabéen. Les principales divinités sabéennes étaient également invoquées dans les royaumes sudarabiques avec lesquels Saba’ avait conclu une alliance. La langue sabéenne servit de modèle aux autres langues sudarabiques, comme l’illustrent les inscriptions rédigées en sabéen découvertes dans les anciens territoires des autres royaumes sudarabiques. Enfin, l’influence sabéenne est également décelable dans l’onomastique. Il n’est donc pas surprenant de trouver à cette période dans toute l’Arabie du Sud des inscriptions rédigées en sabéen et invoquant des divinités sabéennes. C’est en outre à cette époque que l’on peut dater l’implantation de Sabéens originaires de Ma’rib en Éthiopie.

17La période de crise entre Saba’ et le Jawf fut suivie d’une période relativement pacifique. Vers le début du VIIe siècle av. J.-C., le royaume de Ma‘în apparut sur la scène politique du Jawf. Ce royaume était appelé à contrôler le commerce des aromates dans une grande partie de l’Arabie jusqu’au Ier siècle av. J.-C.

Le Jawf entre le VIe et le IIIe siècle av. J.-C. : Ma‘în et le commerce caravanier

18L’hégémonie sabéenne en Arabie du Sud semble s’être estompée progressivement à partir du VIe siècle av. J.-C. Le royaume de Qatabân récupéra certains territoires autrefois sous contrôle sabéen, en particulier dans le sud-ouest du Yémen actuel. Dans l’inscription RES 3858, les souverains de Saba’ sont désormais qualifiés de « roi » et ce sont les souverains de Qatabân qui prennent le titre de mukarrib, « fédérateurs », ce qui marque sans doute la suprématie de Qatabân à cette époque.

19Mais les cités-États du Jawf, qui avaient perdu leur autonomie politique avec les interventions militaires sabéennes au cours du VIIe siècle av. J.-C., furent, quant à elles, progressivement intégrées dans le royaume de Ma‘în, suite à l’affaiblissement de Saba’. Ce royaume semble avoir préservé son autonomie jusqu’au Ier siècle av. J.-C. - malgré une possible tutelle sabéenne vers les IVe-IIIe siècles av. J.-C. - grâce à un habile contrôle du commerce des aromates. Les Minéens établirent des comptoirs commerciaux en Arabie centrale et septentrionale. Ils commerçaient avec la Mésopotamie, l’Égypte, Gaza, Tyr et Sidon11.

20La situation politique de la région reste peu claire pour cette période. La domination minéenne (du royaume de Ma‘în) semble, d’après les quelques inscriptions datées de cette époque, être manifeste d’un point de vue économique plus que politique. La tribu de Yathill, centrée sur la ville du même nom (aujourd’hui Barâqish), formait avec celle de Ma‘în, centrée sur la ville de Qarnaw (actuelle Ma‘în), la principale confédération tribale du royaume de Ma‘în.

21Le royaume de Nashshân, autrefois le plus puissant du Jawf, semble retrouver épisodiquement son indépendance aux VIe-Ve siècles av. J.-C. Il en fut de même du royaume de Kamna12. Les royaumes de Nashshân et de Kamna apparaissent par intermittence sur la scène politique, comme le montrent les quelques inscriptions laissées par leurs souverains. De nouveaux textes provenant d’al-Sawdâ’, datés du Ve-IVe siècle av. J.-C., attestent par ailleurs les bonnes relations qu’entretenaient Saba’ avec les royaumes de Nashshân et de Ma‘în.

22Le Jawf supérieur et septentrional semble, pour sa part, être resté dans l’orbite sabéenne, incluant les villes de Nashq (al-Baydâ’), de Manhiyat (Hizmat Abî Thawr), d’Amîr et de Muha’mir (région de Najrân).

23À partir du IVe siècle av. J.-C. apparaissent à al-Sawdâ’ et Kamna des inscriptions rédigées par les rois de Ma‘în. À Haram (Kharibat Hamdân), si nous n’avons actuellement aucun texte mentionnant le nom de souverains minéens, toutes les inscriptions de cette époque sont en revanche rédigées en langue madhâbienne, celle utilisée dans le royaume de Ma‘în.

Le déclin des cités du Jawf aux IIe et Ier siècles av. J.-C.

24À partir du IIe siècle av. J.-C., la pénétration des tribus arabes venues du nord amorce le déclin des villes du Jawf13. La tribu Amîr remplace progressivement Ma‘în dans le domaine commercial. Cette pénétration est particulièrement manifeste à Haram (Kharibat Hamdân). Elle y est décelable à travers des changements d’ordre religieux (apparition des divinités arabes Halfân et Dhû-Samâwî), d’ordre politique (le roi est remplacé par un conseil et une assemblée tribale) et d’ordre linguistique (la langue madhâbienne fait place à une langue mêlant des éléments d’arabe au sabéen, le « sabéo-arabe »). Des changements proches ont pu se produire dans les royaumes de Nashshân et de Kamna, qui réapparaissent sporadiquement à cette époque.

25À la fin du Ier siècle av. J.-C., l’armée romaine pénètre dans le Jawf (26-25 av. J.-C.), entraînant vraisemblablement la disparition du royaume de Ma‘în de la scène politique et l’affaiblissement de plusieurs villes de cette région14. Ces événements, conjugués à l’engorgement des systèmes d’irrigation (dû notamment à l’affaiblissement des structures de pouvoir) et au déclin de la route caravanière au profit de la route maritime, provoquent l’abandon de la plupart des sites du Jawf ou leur remploi par les Sabéens en tant que postes avancés tout au long des premiers siècles de l’ère chrétienne. Ces sites ne sont plus alors que l’ombre d’eux-mêmes.

26Au Xe siècle, al-Hamdânî témoigne que la plupart des villes du Jawf étaient désertées et tombées dans l’oubli. Il fallut attendre Joseph Halévy pour que ces sites redeviennent un enjeu pour l’histoire antique du Yémen.

Haut de page

Bibliographie

Arbach (Mounir)

1993 : Le madhâbien : lexique, onomastique et grammaire d’une langue de l’Arabie méridionale préislamique, thèse de doctorat, université d’Aix-Marseille I.

2000 : « Les langues sudarabiques épigraphiques préislamiques. Traits communs et spécificité », Travaux 16 - La sémitologie aujourd’hui, Cercle linguistique d’Aix en Provence, Publications de l’université de Provence.

Breton (Jean-François)

1992 : « Le sanctuaire de ‘Athtar dhû-Risaf d’as-Sawdâ’ (République du Yémen) », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres 1992, p. 429-453.

1998 : « Les temples de Ma‘în et du Jawf (Yémen) : État de la question », Syria, n° LXXV, p. 61-80.

Fakhry (Ahmed)

1951-2-3 : An Archaeological Journey to Yemen (March-May 1947), Le Caire, Service des Antiquités de l’Égypte, Government Press.

Garbini (Giovanni) & Francaviglia (Vincenzo M.)

1997 : « I troni dei re di Nashan », Atti della Accademia Nazionale dei Lincei - Rendiconti, série IX, vol. VIII, fasc. 2, p. 239-252.

Geukens (F.)

1955 : « Notes géologiques sur un récent voyage au Yémen », Bulletin de la Société belge de géologie, de paléontologie et d’hydrologie, n° LXIV, p. 339-349.

Gnoli (Gherardo) & Robin (Christian)

1992 : « Nouveaux documents sabéens de Barâqish », in Yemen, Studi archeologici, storici e filologici sull’Arabia meridionale, Rome, Istituto italiano per il Medio ed Estremo Oriente.

Halévy (Joseph)

1872 : « Rapport sur une mission archéologique dans le Yémen », Journal asiatique, sixième série, n° XIX, p. 5-98, 129-266 et 489-547.

de Maigret (Alessandro) & Robin (Christian)

1989 : « Les fouilles italiennes de Yalâ (Yémen du Nord) : Nouvelles données sur la chronologie de l’Arabie du Sud préislamique », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, avril-juin 1989, p. 255-291.

Robin (Christian)

1991-3 : L’Arabie antique de Karib’îl à Mahomet. Nouvelles données sur l’histoire des Arabes grâce aux inscriptions, sous la responsabilité de C. Robin (= Revue du Monde musulman et de la Méditerranée, n° 61).

1992 : Inventaire des inscriptions sudarabiques. Tome 1 : Inabba’, Haram, al-Kâfir, Kamna et al-Harâshif, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres / Rome, Istituto Italiano per il Medio ed Estremo Oriente.

1993 : « Trois inscriptions sudarabiques trouvées aux environs d’al-Baydâ’ du Jawf (Yémen) », Egitto e Vicino Oriente, n° XVI, 173-181.

1996 : « Sheba. II. Dans les inscriptions d’Arabie du Sud », in J. Briend & E. Cothenet (éds), Supplément au Dictionnaire de la Bible, fasc. 70, Paris, Letouzey & Ané, col. 1043-1254.

1997 : « Arabie méridionale : L’État et les aromates », in Alessandra Avanzini (éd.), Profumi d’Arabia - Atti del convegno, Saggi di Storia Antica 11, Rome, « L’Erma » di Bretschneider, p. 37-56.

1998 : La fin du royaume de Ma‘în, Res Orientales, XI (Parfums d’Orient), p. 177-188.

2002 : « Vers une meilleure connaissance de l’histoire politique et religieuse de Kaminahû (Jawf du Yémen) », in J. F. Healey & V. Porter, Studies on Arabia in Honour of Professor G. Rex Smith, Journal of Semitic Studies - Supplement 14, Oxford University Press / University of Manchester, p. 192-213.

Tawfik (Mohammed)

1951 : Les monuments de Ma‘în (Yémen), Études sud-arabiques, I, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale (en arabe).

Haut de page

Notes

1 Tawfik 1951, Fakhry 1951-2-3, Geukens 1955.
2 Breton 1992 et 1998.
3 Breton 1998.
4 Arbach 1993 et 2000.
5 De Maigret & Robin 1989.
6 Robin 1992 ; Breton 1992.
7 Garbini & Francaviglia 1997.
8 CIH 455 ; inscriptions du trône, Garbini & Francaviglia 1997. La dynastie de Labu’an fils de Yada‘’ab fut précédée du règne d’Abbî’amar Sadiq, fondateur du temple extra-muros d’al-Sawdâ’. La nouvelle inscription que nous publions ici (voir photo) montre que ‘Amîshafaq a associé au trône son fils Yada‘’ab.
9 Robin 1996.
10 Robin 1993, Gnoli & Robin 1992.
11 Robin 1997.
12 Robin 2002.
13 Robin 1991-3.
14 Robin 1998.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mounir Arbach, « La situation politique du Jawf au Ier millénaire avant J.-C. », Chroniques yéménites [En ligne], 11 | 2003, mis en ligne le 10 septembre 2007, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cy/146 ; DOI : 10.4000/cy.146

Haut de page

Auteur

Mounir Arbach

CNRS-CEFAS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals