Navigation – Plan du site
Varia

Notables et rebelles

Les grands marchands hadramis de Djedda au milieu du xixe siècle
Notables and Rebels: Hadrami Traders in Jeddah in the mid-19th c.
Philippe Pétriat

Résumés

À l’appui de sources européennes, ottomanes et arabes, cet article1 vise à décrire le groupe très spécifique des commerçants hadramis de Djedda au milieu du xixe siècle. En le comparant à des cas plus connus, nous chercherons à comprendre leur rôle en tant que notables et marchands dans ce port commercial du Hedjaz, ainsi que leur attitude rebelle vis‑à‑vis des autorités impériales (les Ottomans, et les Européens nouvellement installés). Les émeutes de 1858 à Djedda mettent en lumière leurs activités de commerce, la structure de leur groupe particulièrement cohérent, et leur réaction à une autorité ottomane renouvelée et aux nouveaux représentants européens arrivés dans la région.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

commerce, Empire ottoman

Keywords :

trade, Ottoman Empire

Géographique :

Hedjaz, Hadramawt

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1L’histoire sociale du Proche et du Moyen‑Orient au xixe siècle a pris pour l’un de ses objets centraux la place des notables dans les villes de l’Empire ottoman et leur rôle éminent dans la société urbaine. Marchands, clercs, fonctionnaires ou janissaires, les a‘yān restent un point d’entrée privilégié dans l’histoire des villes de ces régions.

  • 2 Hourani, 1968. L’auteur résume ainsi la définition politique des notables : « those who can play a (...)
  • 3 D. R. Khoury, 2008, p. 86.

2Dans son article de 1968, Albert Hourani définit la notabilité urbaine par deux éléments. Géographiquement, les familles qui la constituaient résidaient en ville et tiraient de la ville l’essentiel de leur fortune, bien que cette fortune leur ait permis d’étendre leur contrôle sur l’arrière‑pays par l’acquisition de terres. Politiquement, elles jouissaient d’une liberté d’action qui reposait sur deux sources de pouvoir : l’accès à l’autorité, à l’origine de leur rôle de médiation entre le gouvernement et la population, et une influence sociale propre, indépendante de l’autorité. La notabilité urbaine était ainsi définie par son rôle d’intermédiaire entre l’autorité politique et la population, ce qui en faisait le leader naturel de cette dernière2. Cependant, comme le constate D. R. Khoury, les contours de ce groupe demeurent flous : le terme générique a‛yān rend mal compte de positions économiques et politiques variées, ainsi que d’une transformation des élites locales au cours du xixe siècle3.

  • 4 Pour le xixe siècle, les notables marchands syriens et égyptiens ont été les plus étudiés. Pascale (...)
  • 5 Sur les Persans de Manama par exemple : Fuccaro, 2005 et 2009, et Onley, 2007.

3Parmi les principales questions retenues dans l’étude de ces notabilités, la première reste celle de leurs rapports avec l’État4. L’intérêt plus particulier porté aux activités proprement commerciales et aux horizons internationaux de ces élites est plus récent pour la partie arabe du Moyen‑Orient. Il bénéficie des recherches sur les communautés marchandes de l’océan Indien et de l’Asie, leurs réseaux transnationaux, les formes de collaboration avec les systèmes impériaux ou d’intégration aux sociétés locales5. Ces recherches ont montré le rôle d’intermédiaire joué par les élites marchandes entre différents espaces que le progrès des communications et le développement économique rapprochèrent de façon accélérée au xixe siècle. Leur présence et leur rôle dans les villes obligèrent ces marchands à se positionner vis‑à‑vis des autorités politiques qui s’y exerçaient. Il s’agissait en particulier de trouver des compromis avec ces derniers, pour maintenir leur prépondérance dans les activités commerciales et leur influence dans la société urbaine.

  • 6 Sur la diaspora hadramie en Asie du Sud‑Est, les ouvrages de référence sont ceux de Clarence‑Smith (...)

4Le cas des marchands hadramis de Djedda est bien moins connu que celui des Hadramis émigrés en Asie du Sud‑Est. Le rôle de ces derniers fut éminent dans l’évolution sociale et politique du Hadramaout comme dans celle des régions de l’océan Indien où ils se sont établis (Indonésie, Malaisie, Hyderabad, Singapour, Afrique de l’Est) entre la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle. Les recherches ont porté principalement sur le groupe des sāda (pl. de sayyid, descendant du Prophète), engagés aussi dans les échanges commerciaux, qui ont laissé une grande quantité d’écrits6.

  • 7 Par exemple, Aḥmad b. Zaynī Dalān, 1887, p. 322, qui nomme précisément les marchands que nous évoq (...)

5Une première approche permet d’émettre quelques hypothèses quant à la place et au rôle de ces marchands à Djedda dans la deuxième moitié du xixe siècle. Les sources hedjazies et ottomanes les décrivent comme des marchands (tujjār) et des notables (a‘yān)7. Leur statut local tient d’une part au contexte urbain particulier du Hedjaz, et de la ville de Djedda, et à la forte cohésion du groupe qu’ils constituent. Les activités commerciales de ces marchands à l’échelle de la mer Rouge les exposent d’autre part aux bouleversements économiques et politiques connus par la région au xixe siècle. Elles les mettent en contact étroit — parfois conflictuel — avec les pouvoirs impériaux (Empire ottoman, puissances européennes) dont l’affirmation à partir des années 1840 menace leur puissance économique. Activités commerciales d’envergure régionale et contexte urbain particulier sont deux éléments essentiels pour comprendre le statut peu ordinaire de ces grands marchands dans une ville de l’Empire ottoman.

6Après avoir présenté ce groupe dans le cadre du Hedjaz, nous aborderons les troubles de 1858. L’implication des grands marchands dans cette émeute visant les négociants « chrétiens » fournit des informations intéressantes sur les fondements commerciaux de leur rôle dans la société urbaine et la structuration du groupe des Hadramis à Djedda. Nous verrons que les relations conflictuelles qu’ils entretiennent avec le pouvoir ottoman et les représentants européens, outre le fait qu’elles éclairent la place de ces marchands dans la société de Djedda peuvent être envisagées comme une tentative à la fois politique et économique pour préserver, avec l’autonomie de la sphère locale, leur rôle et leurs intérêts commerciaux. Les troubles des années 1850 sont le moment d’une adaptation — une crise — à l’irruption des nouveaux acteurs que sont les autorités ottomanes réformatrices, les puissances européennes et leurs protégés.

Un groupe méconnu : les grands marchands hadramis de Djedda

Les Hadramis au Hedjaz

7Au Hedjaz, l’histoire des Hadramis semble relever d’une sorte d’évidence. La plupart de ceux qui vivent sur place évoquent une présence qui remonte aux « ayyām al‑rasūl » (l’époque du Prophète), régulièrement alimentée par l’arrivée de nouveaux individus attirés par les Lieux saints et les opportunités économiques générées par le pèlerinage. Cette présence va de soi, et elle n’est qu’une des composantes d’une population hedjazie naturellement très cosmopolite.

  • 8 Sur la réputation des Hadramis, un témoignage de la fin du xixe siècle : Snouck Hurgronje, 2007, p. (...)
  • 9 Pour la plus grande partie des Hadramis de Djedda, il s’agit du wādī Du‘ān.
  • 10 Entretien avec cheikh ‘Alī ‘Abd Allāh Buqshān à Djedda, 10/04/2010 ; Coll, 2008, p. 25‑26. Le même (...)

8Les informations manquent pour dater l’installation des familles les plus anciennes. Deux traits de cette émigration peuvent contribuer à expliquer ce flou chronologique. D’une part, tout en maintenant une fierté tirée de leur origine hadramie, pour tout ce qu’une telle origine « garantit » (l’honnêteté, la sécurité dans les affaires, l’économie voire l’avarice8), ces familles sont intégrées à la notabilité hedjazie au moins dès le xixe siècle. Lors des désordres des années 1850 que nous allons évoquer, les autorités municipales de la ville comme les autorités ottomanes présentent ces familles marchandes comme les « notables » de Djedda. D’autre part, les familles installées à Djedda au début du xxe siècle, sur lesquelles les récits familiaux peuvent livrer des informations intéressantes, semblent indiquer que l’installation définitive n’est que le prolongement d’une fréquentation bien plus ancienne des villes du Hedjaz, Djedda et la Mecque en particulier. Les membres de ces familles hadramies pouvaient avoir fréquenté longtemps Djedda et la Mecque dans le cadre de leurs affaires avant qu’une opportunité économique ou une situation difficile dans le wādī d’origine9 ne décidât ces familles ou certains de leurs membres à s’établir définitivement dans les villes du Hedjaz10.

  • 11 Muḥammad Ṣāliḥ Bā ‘Ishin (n. d.), Mudhakkarāt (Mémoires), cité par ‘Abd al‑Qudūs al‑Anārī, 1963, p (...)

9Malgré le flou chronologique, quelques indications semblent indiquer que l’émergence de ces familles marchandes à Djedda dont nous parlons eut lieu dans la première moitié du xixe siècle, à l’époque où Mohammed Ali contrôle le Hedjaz. Muḥammad Ṣāliḥ Bā ‘Ishin, l’un des principaux marchands et notables de la ville dans la première moitié du xxe siècle indique que son père s’est installé au Hedjaz (la Mecque puis Djedda) vers 1858–1859, et un document du tribunal de la ville lui accorde le contrôle d’un terrain sans propriétaire en 1853. La famille Bā Nāja possède un acte de propriété pour la maison (dār) qu’elle possède dans le cœur historique de Djedda daté de 1841. Dès 1859, elle possède 40 sambouks (navire de petite taille à voile triangulaire) à Djedda, et les Britanniques évaluent le patrimoine familial à 400 000 dollars Marie‑Thérèse11.

10Quoiqu’il en soit de cette périodisation, les familles dont nous parlons sont, au milieu du xixe siècle, bien installées au sein de la société djeddawie et de la notabilité marchande.

Aux marges et au cœur de l’Empire

  • 12 Le chérif Muḥammad b. ‘Awn meurt en mars 1858, et son successeur, son neveu, n’arrive d’Istanbul où (...)
  • 13 Faroqhi, 2004, p. 84‑89.
  • 14 Dossier colonel Brémond, « étude de l’organisation administrative et judiciaire de la ville de Djed (...)
  • 15 Vice‑consul, Djedda, 27/10/1856, FO 195/375.
  • 16 Vice‑consul, Djedda, à Mahmoud Pacha (gouverneur du Hedjaz), 15/11/1856, FO 197/375 ; Toledano, 198 (...)

11La province était placée sous une direction double, celle du gouverneur (le vālī, Namik Pacha en 1858) et celle du grand chérif de la Mecque12, tous deux nommés par la Porte, et en constante rivalité. Son statut restait en grande partie celui que décrit S. Faroqhi pour la période moderne : une « principauté dépendante » aux marges de l’Empire ottoman et soucieuse de son autonomie13. La présence des Lieux saints et le prestige que retirait le sultan du contrôle de cette province conféraient au Hedjaz un ensemble de privilèges, allant de l’exemption de l’impôt (mais ni des droits de douanes ni des taxes pesant sur les pèlerins) à celle du service militaire14. Le pouvoir du chérif émir de la Mecque fut à l’origine de plusieurs troubles comme la révolte de 1855 qui vit une partie de la population du Hedjaz — dont les grands marchands hadramis — se révolter derrière le grand chérif contre Istanbul lorsque le sultan tente de faire appliquer en mer Rouge l’interdiction du commerce des esclaves, sous la pression britannique. Ehud R. Toledano a montré comment le grand chérif de la Mecque sut utiliser la question de l’interdiction du commerce des esclaves en mer Rouge pour mobiliser les marchands lors de sa révolte contre la Porte en 1855. Vue du Hedjaz, la question du commerce des esclaves faisait coïncider le retour de l’Empire ottoman après l’occupation égyptienne avec l’ingérence des puissances européennes. Lors de cette révolte, les Hadramis, dont une partie devait être intéressée à ce commerce, étaient apparus parmi les soutiens du chérif15. La dualité du pouvoir conférait aux groupes de notables — marchands, militaires ou religieux — une marge de manœuvre et une influence accrues au sein de la population, car ils pouvaient jouer sur la concurrence des deux autorités. L’exemption obtenue en 1857, permettant aux marchands de poursuivre le commerce des esclaves, illustre leur capacité à utiliser cette situation politique et s’opposer aux mesures d’Istanbul et aux pressions européennes16.

  • 17 P. S. Khoury, 1983, parle de la formation d’une « aristocratie de service » ottomane pour les famil (...)
  • 18 Le premier cas trouvé est celui de Yūsuf Bā Nāja, 1851–1853 : Başbakanlık Arşivi (BBA), İ..MVL. 355 (...)
  • 19 Onley, 2007.
  • 20 Captain Pullen, Djedda, 19/06/1858, Correspondance Politique des Consuls (CPAP) Djedda ; Namik Pach (...)
  • 21 M. Bā Nāja à Consul, Djedda, 24/12/1879, FO 195/1251 ; Consul, Djedda, 25/05/1906, FO 195/2224 : le (...)

12Le besoin pour la Porte d’asseoir localement son pouvoir encouragera les marchands hadramis à s’associer au pouvoir ottoman, selon un processus qui rappelle les mécanismes étudiés par Philip S. Khoury pour les notables damascènes entrant dans l’appareil provincial ottoman durant cette même période de la deuxième moitié du xixe siècle17. Mais au milieu du xixe siècle comme ensuite, ce sont les fonctions municipales qui sont les lieux de leur pouvoir. C’est semble‑t‑il juste au début des années 1850 que ces marchands s’engagent dans des transactions financières avec les autorités ottomanes de la province18. Leur besoin d’autonomie ou la recherche de privilèges politiques et commerciaux auraient aussi pu les conduire à tenir le rôle d’intermédiaires et agents « natifs » pour la Grande‑Bretagne ou la France, comme le firent les marchands d’origine persane à Manama dont James Onley a retracé l’histoire19. Mais les notables sur lesquels s’appuient les consuls pour représenter leurs intérêts à la Mecque, ou dans les tribunaux locaux de Djedda, sont des musulmans indiens ou algériens20. L’absence d’intérêts dans les appareils et réseaux des empires européens explique aussi la réaction des marchands hadramis en 1858. Avec le développement de l’empire britannique et l’essor de leurs échanges avec l’Inde, la stratégie de ces marchands gagne ensuite en complexité. En 1879, Muḥammad Bā Nāja, dont le père avait été exilé après l’émeute de 1858 à la demande des diplomates britanniques et français, demande l’intervention du consul britannique dans un différend avec les autorités ottomanes du Hedjaz, rappelant que de son sort dépendait celui de nombre de sujets britanniques — indiens — dont il était le partenaire ou l’agent commercial. En 1906, c’est le fils de Muḥammad qui argue d’un passeport britannique émis à Zanzibar pour demander l’intervention du consul dans un conflit d’héritage l’opposant à ses propres oncles21.

Un commerce régional : les marchands hadramis en mer Rouge

Tableau 1. Exportations et importations du port de Djedda, 1854–1864

Tableau 1. Exportations et importations du port de Djedda, 1854–1864
  • 22 Pour Damas : Khoury P. S., 1983 et Schatkowski Schilcher, 1985 ; pour Alep : Masters, 1990.
  • 23 Consulat, Djedda, 10/01/1855, CADN Constantinople (ambassade) série D, correspondance consulaire, D (...)

13L’activité économique de Djedda est d’abord celle de son port. Les seuls chiffres disponibles pour la période étudiée ici sont les chiffres recueillis par les consuls anglais et français. Sur dix ans (1854–1864), ils montrent une activité en essor à l’exception de la chute temporaire qui suit l’émeute de 1858. La situation ne ressemble donc pas à celle de la crise de 1850 à Alep ou de 1860 à Damas où une partie des marchands connaissent un réel déclin commercial22. Un déséquilibre net et structurel entre les importations et les exportations au milieu du xixe siècle apparaît aussi clairement dans ces chiffres. Mais ces derniers ne prennent que peu en compte les chiffres du « petit » commerce et les échanges assurés par les marchands locaux. Or, à cette époque, à côté d’une quarantaine de gros bâtiments engagés dans le commerce saisonnier (au rythme de la mousson et du pèlerinage vers la Mecque) avec les Indes et le Golfe dans une moindre mesure, l’essentiel des échanges continue de se faire à l’échelle régionale sur des navires de type sambouks possédés par les marchands indiens et arabes, et reliant les grands ports de la mer Rouge entre Djedda, Hodeïda, Sawākin, Massaoua, Yanbū‛ et Suez23. La présence de récifs coralliens les rend d’ailleurs indispensables pour assurer le transport vers le port des marchandises des gros navires qui doivent mouiller à distance de la côte. Le maintien de l’activité de ces sambouks à côté des navires de plus grand tonnage est un trait important de la vie économique de Djedda.

  • 24 Vice‑consulat, Massaoua, 17/07/1858, Correspondance Politique des Consuls (CPC), Égypte‑Massaoua ; (...)
  • 25 Consulat, Djedda, 24/01/1858 et 6/02/1858, FO 195‑579.
  • 26 État général de la navigation et du commerce du port de Djedda, 1859, CADN 2MI3244.

14Les activités commerciales du groupe des grands marchands hadramis s’inscrivent dans ce cadre régional, dont trois pôles se distinguent : Djedda (et la Mecque), l’Égypte et l’Inde. Sur ce point, l’essentiel des informations est plus tardif, mais quelques éléments permettent d’appréhender la situation au milieu du xixe siècle, avant même l’essor des années 1860–1870. Les marchands hadramis de Djedda se trouvaient à l’articulation de réseaux entre l’océan Indien et la mer Rouge. La famille des Bā Junayd, que J. Miran décrit à Massaoua dans la seconde moitié du xixe siècle, figurait parmi les principaux marchands de Djedda et était aussi présente en Indonésie. En 1858, un mois après l’émeute, le vice‑consul français à Massaoua rapporta que ‘Alī Bā Junayd y avait reçu de Djedda des fusils dont les rumeurs sur place affirmaient qu’ils avaient été envoyés par un « Benaia » (Bā Nāja probablement). Ce qui suffisait à réveiller chez les diplomates européens les craintes d’un complot, indique la dimension régionale de l’évènement portée par les réseaux marchands24. Le frère de ‘Alī résidait lui‑même à Djedda où il lui servait de correspondant. Or, ‘Alī Bā Junayd était aussi l’agent à Massaoua d’un important marchand indien de Djedda, attaqué le 15 juin 1858, Faraj Yusr25. Un autre marchand impliqué dans l’émeute, Sa‘īd Baghlaf, est engagé dans le transport des pèlerins indiens entre Calcutta et la Mecque, où il amène 300 pèlerins sur son bateau en 185926.

  • 27 Consulat, Djedda, 14/01/1859, CADN 2MI 3228. Les consulats britannique et français ont été établis (...)
  • 28 « Schedule of persons, of the Gemelieh, in Cairo, owing on the 31st of July 1858, to Messrs Duca Pa (...)

15Le milieu du xixe siècle est aussi marqué par l’installation de maisons de commerce sous protection européenne. Cette protection et la concurrence commerciale accrue qu’elle favorise constituent le deuxième trait important du contexte djeddawi de l’époque. La plus ancienne et la plus importante de ces maisons (Toma Sava) était située à proximité du port depuis une vingtaine d’années en 1858, ce qui coïncide avec l’établissement des consulats européens27. La présence de marchands et concurrents européens était donc récente et liée aux mécanismes de la protection consulaire permettant à ces sujets, grecs pour la plupart, de jouir des privilèges juridiques et commerciaux. Leurs activités les mettaient en contact de façon croissante avec les marchands djeddawis, notamment hadramis. Des liens financiers déjà importants en 1857–1858 liaient les marchands grecs et hadramis en mer Rouge. La maison Paleologo et Cochilani du Caire, représentée à Djedda, réclame ainsi en 1859 le recouvrement de crédits faits à des marchands hadramis habitant au Caire et « connected with Djedda ». On trouve dans la liste présentée les noms des familles impliquées dans l’émeute (Bā Nāja, Bā Junayd, Bā Ghaffār) dont l’agent de la maison grecque est l’une des victimes28.

161858 n’est donc pas un choc entre deux groupes négociants que tout oppose. C’est plutôt l’intervention d’un tiers — les consuls des puissances européennes protégeant les intérêts de leurs sujets européens et indiens — faussant, dans un contexte d’essor commercial, une concurrence déjà rude, qui vient perturber ces relations et un équilibre précaire entre le pouvoir ottoman et la société locale. L’émeute met aussi en lumière un commerce régional, dont la famille était la structure essentielle, et qui faisait de ces marchands des acteurs majeurs de la vie du port.

La révolte de 1858

  • 29 Sur l’émeute de 1858 à Djedda, la principale référence est Ochsenwald, 1977. Aḥmad b. Zaynī Dalān, (...)
  • 30 Namik Pacha, à Captain Pullen, 22/06/1858, FO 881/848, et Aḥmad bn Zaynī Dalān, 1887, p. 321. Daḥl (...)

17En 1858, l’évènement singulier auquel les maisons de commerce participent jette sur les consuls un éclairage exceptionnel. Une émeute éclata à Djedda à la suite d’un incident impliquant le vice‑consul britannique et des propriétaires de navires29. Le vice‑consul britannique contestait la décision d’un tribunal local autorisant le propriétaire d’un navire à passer du pavillon britannique au pavillon ottoman. Ce changement devait permettre au propriétaire d’échapper à la juridiction du consul britannique, pour une affaire d’héritage dont le navire faisait partie. Faisant saisir le navire, le vice‑consul tint, selon le gouverneur ottoman et Aḥmad b. Zaynī Daḥlān, des propos insultants envers le drapeau ottoman et les habitants de la ville30.

  • 31 Récit du commissaire français Sabatier, 25/11/1858, CADN 2MI 3228.

18Une partie de la population urbaine, mobilisée par des notables à l’issue d’une réunion dans la maison de la Douane autour du kaïmakam, se révolta contre la présence européenne. L’émeute dégénéra : le vice‑consul anglais fut tué dans son lit, puis la foule se partagea en deux groupes et attaqua d’un côté le consulat français (le consul et son épouse sont tués), de l’autre la principale maison de commerce sous protection européenne de Djedda, la maison Sava. Une vingtaine de membres de la communauté européenne fut tuée dans la nuit du 15 au 16 juin. La Porte accepta qu’une enquête fût menée par les diplomates européens et autorisa le châtiment sévère des personnes désignées comme responsables de l’émeute31.

19L’article de William Ochsenwald reste la référence essentielle sur ce que les historiens hedjazis appellent le « massacre des consuls » ou la « fitna (crise grave, dissension) de Djedda ». La perspective qu’il adopte pour dégager les principaux facteurs ayant précipité la violence du 15 juin 1858 s’attache au contexte régional marqué par une concurrence commerciale et une tension religieuse accrues entre les négociants sous protection européenne et les locaux. Elle met moins en valeur l’échelle locale — urbaine — de ce contexte et les personnages impliqués. Or, cette émeute fait émerger dans les sources le groupe des Hadramis à Djedda. Elle permet d’en apercevoir la composition. Dans la façon dont la foule a été mobilisée et dirigée pendant l’émeute, il est possible de distinguer quelques traits de la structure de cette communauté. Elle a aussi été précédée de plusieurs désordres mettant aux prises les marchands hadramis avec les autorités ottomanes et consulaires européennes. C’est dans cette perspective que nous reviendrons sur cette émeute et les incidents qui l’ont précédée et préparée.

Les grands marchands hadramis de Djedda en 1858

L’implication des grands marchands dans l’émeute de 1858

  • 32 Enclosure 2 dans n° 81, FO 881/848.
  • 33 Captain Pullen, 3/11/1858, FO 78/1488.
  • 34 Le kaïmakam est intervenu pour défendre le consulat de France (Emerat, Alexandrie, 9/07/1858, FO 88 (...)
  • 35 Le terme de « faction » renvoie ici à la notion de factionalism (les conflits entre deux groupes po (...)
  • 36 Schatkowski Schilcher, 1985, p. 87‑100.
  • 37 Sur le rôle de ce marchand auprès du consul britannique : « Translation from Kaïmakam », Djedda, 4/ (...)

20La liste des notables présents autour du kaïmakam lors de la réunion à la Douane, que se procurèrent les enquêteurs anglais et français, révèle que la majorité était composée de grands marchands hadramis : un Bā Ghaffār, un Bā Hārūn, Yūsuf Bā Nāja, ‘Umar Bā Darb, Sa‘īd Baghlaf et un al‑‘Amūdī. Bā Ghaffār était président du conseil/tribunal commercial (majlis tijāra) et chef de la corporation des négociants (shahbandar al‑tujjār), Bā Hārūn était chef des sāda et marchand32. L’un deux est accusé d’avoir distribué des armes aux émeutiers rassemblés sur le port, devant la maison des Douanes où s’était tenue la réunion des notables de la ville autour du kaïmakam. Deux autres sont reconnus coupables d’avoir mené la foule, le premier vers la maison du plus gros commerçant sous protection européenne de Djedda — Sava —, le second vers le consulat de France33. L’intérêt de cet engagement à la tête de l’émeute est que les Hadramis ont visiblement pris un parti refusé par d’autres grands marchands de la ville, et probablement par le kaïmakam qui semble avoir seulement souhaité intimider le consul anglais34. La décision de mobiliser la population et d’attaquer les représentants européens à Djedda semble être celle d’une « faction »35 particulière des notables, dont les grands marchands hadramis sont la composante principale, selon une configuration qui rappelle celle des factions damascènes rivales lors de l’émeute de 186036. Elle vise aussi d’autres membres de la notabilité, plus liés à l’appareil ottoman et faisant leur profit de la pénétration européenne. C’est le cas du marchand indien sous protection britannique Faraj Yusr, banquier régulier des autorités ottomanes au Hedjaz en manque de numéraire, et agent honoraire du consulat britannique, qui est attaqué le 15 juin 1858 et protégé par un marchand djeddawi37. L’émeute mobilise et dresse des groupes qui se connaissent bien, et dont les réseaux sont parfois entrecroisés.

  • 38 Amad b. Muammad al‑arāwī, 1909, p. 43‑44. Le récit d’al‑Ḥaḍrāwī, moins circonstancié que celui (...)
  • 39 Compte‑rendu de la commission tripartite, 1/01/1859, FO 78/1488.
  • 40 Mission de France, Djedda, 25/11/1858, CPAP, Djedda.

21Dans les récits des contemporains des évènements, les Hadramis sont présentés aux côtés de la population de Djedda. Selon le récit d’al‑Ḥaḍrāwī, ils étaient présents parmi la « foule » des émeutiers (al‑‘āma) et surtout la « populace » et la « canaille » (al‑ghawghā’, al‑ra‛ā’), et ils étaient en tout cas liés avec le reste de la population urbaine (« ahlu Jadda wa al‑aārīm ») : « les habitants de Djedda et les Hadramis se rassemblèrent, avec quelques délinquants muwalladīn [dont un des parents était d’origine étrangère ou non arabe], et ils se mirent à tuer et à piller… »38. Aḥmad b. Muḥammad al‑Ḥaḍrāwī indique ici une composition sociale plus complexe du groupe des Hadramis de Djedda, qui ne se restreint pas à l’élite marchande de la ville. Le compte rendu des commissaires européens envoyés à Djedda accuse d’abord les grands marchands hadramis, mais il parle aussi d’une autre catégorie dans le groupe des Hadramis : la « foule des gens armés d’Hydramout »39. Le récit du commissaire français décrit la foule des émeutiers comme une « cohue informe composée en grande partie de matelots Hadramoutes et d’esclaves nègres ou Abyssins qui encombrent à toute heure les rues de Djeddah »40.

22L’hypothèse d’une communauté hadramie impliquée dans les émeutes de 1858, et dont la composition ne se réduit pas à un groupe de grands marchands, soulève deux questions. La première est celle des autres Hadramis présents à Djedda dans cette seconde moitié du xixe siècle, dont il faudrait pouvoir définir les rapports qu’ils entretiennent avec les grands marchands. La seconde question est celle des processus de mobilisation de la foule — et des Hadramis en son sein — qui permettent de comprendre les rapports entre les grands marchands et le reste de la population mobilisée. C’est en essayant de répondre à cette dernière question que nous comptons dégager quelques éléments sur la structuration du groupe des Hadramis autour des grands marchands, et sur la place des Hadramis dans la société djeddawie.

La composition sociale d’un groupe

  • 41 Consul, Djedda, 15/05/1859, CADN Constantinople (Ambassade) série D, correspondance consulaire, Dje (...)

23Les actes d’accusation des enquêteurs français et anglais envoyés sur place en 1858 décrivent avec plus de précision ceux qui apparaissent comme des personnages « fanatiques » traitant d’égal à égal avec les officiels ottomans mais n’en participant pas moins aux troubles. L’un des marchands hadramis était alors chef de la corporation des négociants (shaykh al‑tujjār), un autre était chef des sāda, plusieurs étaient propriétaires de sambouks qui sillonnaient la mer Rouge et de biens immobiliers dans Djedda41. En juin 1858, la façon dont la foule des émeutiers est mobilisée permet d’appréhender l’organisation de ce « groupe » de marchands. Elle révèle aussi leur influence sur un ensemble de clients et partenaires commerciaux, esclaves ou employés (marins, plongeurs, porteurs), ainsi que sur les deux espaces qu’ils animent : le port et le souk.

  • 42 Sur cet incident, l’échange de lettres entre le gouverneur du Hedjaz et le vice‑consul d’Angleterre (...)
  • 43 Consul, Djedda, 19/01/1857, CCC Djedda.

24Plusieurs incidents antérieurs à 1858 indiquent que ces grands marchands sont organisés par une solidarité reposant sur une origine et des intérêts économiques communs. En 1853, une fronde des marchands hadramis avait bloqué la location d’une maison de Djedda au vice‑consul de Grande‑Bretagne, pour des raisons obscures. Le propriétaire de la maison, sous la pression concertée de ces marchands, avait dû se rétracter, et il avait fallu l’intervention de la Porte pour imposer cette location42. En 1856, un boycott de la maison de commerce Toma Sava, sous protection européenne, avait été organisé par les mêmes marchands menés par la famille Bā Nāja. Les plaintes et les menaces répétées du consul anglais à l’adresse du gouverneur ottoman étaient restées sans effets. Elles mentionnaient les « frères » et les « amis » auxquels écrivirent les marchands hadramis pour les inciter à cesser leur coopération avec cette maison, mais aussi l’« intimidation sur les autres propriétaires de barques »43. Ces mobilisations révèlent l’efficacité de leurs réseaux dans le port et le marché de Djedda, et la capacité de ce groupe à contester une situation ou une décision contraire à leurs intérêts.

  • 44 Amad b. Zaynī Dalān, 1887, p. 322 et Amad b. Muammad al‑arāwī, 1909, p. 43. Il s’agit du chei (...)
  • 45 Amad b. Muammad al‑arāwī, 1909, p. 43.

25La puissance du groupe repose sur une organisation plus large, celle de la communauté des Hadramis, et sur l’insertion de cette dernière dans la société djeddawie. Les sources diplomatiques tout comme Aḥmad b. Muḥammad al‑Ḥaḍrāwī et Aḥmad b. Zaynī Daḥlān décrivent l’un de ces marchands comme le chef des Hadramis de Djedda (« kabīr al‑aārim »)44. Selon al‑Ḥaḍrāwī, c’est le kaïmakam lui‑même qui convoqua ce marchand. Il lui demanda de rassembler un groupe (« djumla ») de Hadramis, de les armer et de les mener vers le consulat d’Angleterre pour effrayer le consul, sans prévoir que la mobilisation de la « canaille » de Djedda deviendrait incontrôlable45. Il est donc tout à fait possible qu’une forme de solidarité communautaire rassemble les Hadramis de Djedda autour d’une figure particulière, le cheikh ou chef de la communauté qui intervient dans ses rapports avec les autorités.

  • 46 Snouck Hurgronje, 2007, p. 9.
  • 47 Par exemple al‑Qibla, 267, 25/03/1919 où cheikh Muḥammad ‘Ubayd bin Zaqr est « shaykh al‑aārim »  (...)

26La description faite par Christiaan Snouck Hurgronje de l’organisation communautaire des Hadramis de la Mecque en 1885 invite à la comparaison. Il évoquait en particulier l’existence « ancienne » d’un cheikh des Hadramis, supervisant leurs affaires avec les autres communautés, et réglant leurs rapports avec le gouvernement local46. Philip S. Khoury et Albert Hourani avant lui, avaient repéré dans ce rôle de médiation l’élément essentiel du statut de notable urbain. Si la forme d’organisation décrite par Snouck Hurgronje existait aussi à Djedda en 1858 — où elle est bien attestée plus tard47 —, nous pourrions parler de deux « canaux » superposés d’influence des marchands hadramis : la corporation des marchands (de toutes origines) d’une part, et la communauté des Hadramis de l’autre.

  • 48 Exemples en 1886 (British Consul, Djedda, 16/09/1896, FO 195/1943), en 1879 où le shaykh al‑sāda ap (...)

27Quant à la fonction distincte de shaykh al‑sāda, attestée en 1858 et ensuite, elle semble limitée au groupe des Hadramis et implique la représentation des sāda auprès des autorités politiques et religieuses du Hedjaz. Il s’agissait d’une fonction de juridiction pour laquelle le shaykh était associé aux autres autorités de la ville, si l’on en croit les sceaux appliqués sur des décisions judiciaires48.

  • 49 Burckhardt, 1995, p. 45.
  • 50 Didier, 1857, p. 124.
  • 51 Consulat, Djedda, 19/09/1856, CPAP, Djedda ; Consulat, Djedda, 19/01/1857, CCC Djedda.

28Les contours de ce groupe peuvent être précisés. Le poids local des grands marchands s’exprime naturellement dans les deux espaces privilégiés du port et du souk, entre lesquels ils font le lien puisqu’ils sont à la fois propriétaires de navires et commerçants. Or, dans ces deux espaces, les Hadramis évoqués par les sources sont autant les grands marchands que les matelots, porteurs et autres hommes de peine employés par les premiers. Les voyageurs européens comme Burckhardt ou Charles Didier décrivent ainsi les « montagnards » hadramis qui constituaient l’essentiel des dockers du port de Djedda. Burckhardt distinguait en 1829 ces employés particulièrement actifs (« El Hadáreme ») au port, au souk et dans les maisons des négociants49. Charles Didier, arrivant en 1854 à Djedda, précisait : « Les hommes de peine employés aux gros travaux du bazar et du port sont presque tous des Nubiens ou des montagnards indigènes appelés Hadharémé »50. En 1856, le consul français confirme le travail des mêmes Hadramis « aux travaux les plus grossiers et les plus pénibles, généralement ceux que font nos portefaix ». En 1857, il précise que « presque toutes les barques qui font le cabotage entre Suez et Djedda sont entre les mains des Hadramoutes »51. Au milieu du xixe siècle, une forte présence des Hadramis s’imposait donc dans le paysage du port et du marché djeddawis. Elle était socialement diversifiée et — les évènements de 1858 l’indiquent — organisée autour de ses notables.

29Ces descriptions coïncident avec celle de la foule des émeutiers de 1858 mentionnée plus haut. La coïncidence s’explique d’abord par le fait que les désordres commencent au port, parmi la main‑d’œuvre et ses patrons, où, précisément, les grands marchands et le reste de la communauté hadramie semblent particulièrement implantés. Elle s’explique aussi par le fait que la mobilisation, si elle est passée par des « canaux » particuliers, n’a pas touché que les Hadramis, mais s’est élargie à une partie de la population urbaine rassemblée par des réseaux de clientèle ou familiaux articulés autour de ces marchands. Elle fait écho enfin aux dimensions régionales du réseau hadrami en mer Rouge, que devaient rappeler le paysage cosmopolite des travailleurs du port et la variété de la foule rassemblée le 15 juin 1858. Outre le cosmopolitisme naturel du port du pèlerinage, les relations des Hadramis avec les autres ports de la mer Rouge devaient faciliter le côtoiement des autres marchands, travailleurs ou esclaves, d’Égypte, du Soudan, d’Éthiopie ou du Yémen. De telles descriptions permettent d’avoir une image plus complète de la communauté des Hadramis de Djedda dont les grands marchands sont les membres éminents. Elles permettent surtout de resituer le groupe dans son milieu réel, d’appréhender son insertion dans la société urbaine dont les sources tendent à l’isoler.

Une figure particulière de la notabilité urbaine

30La distinction des marchands d’origine hadramie au sein de la société locale en 1858, découle en grande partie du regard porté par les consuls anglais et français, dont les archives forment le gros des sources disponibles. Elle témoigne aussi des rapports conflictuels de ces marchands avec les pouvoirs impériaux.

La fascination du regard européen

  • 52 Burckhardt, 1995, p. 14.
  • 53 Didier, 1857, p. 124 et p. 161.
  • 54 Buez, 1873, p. 38.
  • 55 Par exemple : Vice‑consul, Djedda, 27/10/1856, FO 195/375 ; Consul, Djedda, 19/01/1857, CCC Djedda  (...)

31La présence hadramie à Djedda constitue presque un lieu commun pour les voyageurs du xixe siècle qui débarquent dans le port. Burckhardt arrivant à Djedda en 1814 a, comme on l’a vu plus haut, été frappé par les « montagnards » hadramis. D’une population qu’il estime constituée essentiellement d’« étrangers ou de leurs descendants », les Hadramis, avec les Yéménites, sont selon lui la composante la plus importante52. Charles Didier reprend ce même terme de « montagnard » pour décrire les Hadramis quand il parle de « montagnards indigènes ». À l’exotisme « des hommes superbes, musculeux, vigoureux, presque entièrement nus, et dont la peau fine et luisante est d’un brun très foncé » dont il précise qu’ils tiennent le commerce de Djedda avec les Indiens, Charles Didier ajoute le caractère menaçant de cette « population fanatique mais industrieuse de l’Yémen »53. Les connaissances approximatives de Charles Didier sur les peuples et la géographie de la péninsule Arabique et son romantisme fortement influencé par Burckhardt laissent penser qu’il s’agit plus d’un topos que d’une observation spontanée. Quoiqu’il en soit, vingt ans plus tard, en 1873, le consul par intérim Buez montre une fascination similaire lorsqu’il décrit les porteurs du port de Djedda, dans lesquels il distingue les Hadramis, « des montagnards admirablement musclés et qui portent des fardeaux énormes »54. Le caractère exotique prend une tournure plus menaçante pour les consuls en poste, portés à caractériser les Hadramis comme les marchands de Djedda, mais aussi comme les membres les plus fanatiques de sa population55.

32 Outre leur visibilité dans le port et le marché et leur rôle éminent dans la vie urbaine, la menace que font peser les marchands hadramis et leurs alliés sur les intérêts protégés par les consuls, et leur attitude rebelle à l’égard d’Istanbul expliquent la méfiance des représentants européens à Djedda.

Un rapport conflictuel avec les pouvoirs ottoman et européens

  • 56 Khoury P. S., 1990, p. 219.
  • 57 Khoury P. S., 1983, p. 26.

33Philip S. Khoury est revenu en 1990 sur les différents groupes de notables qu’il avait distingués pour la période précédant les troubles de 1860 à Damas. Il précise que le groupe des « dignitaires séculiers », en majorité des marchands, est bien plus difficile à définir que ces deux autres groupes que furent les oulémas et les anciens janissaires devenus chefs de quartiers (āghāwāt). En réalité, constate‑t‑il, le seul fondement — instable — de leur influence sociale était leur richesse personnelle, à défaut d’un prestige religieux ou d’un pouvoir militaire56. L’accès aux dirigeants et l’intégration aux systèmes du pouvoir politique, en l’occurrence l’administration ottomane ou le système consulaire européen, fournirent aux notables damascènes un moyen de stabiliser leur position. Selon Philip S. Khoury, l’obtention d’un poste dans le système du pouvoir provincial ottoman fut, avec l’acquisition de propriétés foncières, l’élément essentiel dans la fusion des groupes de notables en une « classe » après 186057.

  • 58 Consul, Djedda, 15/05/1859, CADN Constantinople (ambassade) série D, correspondance consulaire, Dje (...)
  • 59 Ilbert, 1996, p. 130.

34Peu de sources nous permettraient de dire ce qu’il en était des possessions immobilières des marchands hadramis en 1858, c’est‑à‑dire avant la croissance immobilière des années 1860–1870. Quelques indications laissent entendre que ces propriétés étaient importantes à Djedda même. En 1858, ‘Umar Bā Darb possédait par exemple « trois ou quatre maisons ». ‘Abd al‑Ghaffār Bā Ghaffār habitait une maison estimée à « peut‑être » 70 000 dollars Marie‑Thérèse, et Sa‘īd Baghlaf une vaste maison et une wakāla (caravansérail) d’une valeur totale de 70 000 dollars Marie‑Thérèse aussi, soit environ 23 % d’un patrimoine estimé à 300 000 dollars Marie‑Thérèse pour le premier, 46 % d’un patrimoine estimé à 160 000 dollars Marie‑Thérèse pour le second58. Ces informations, et les précautions avec lesquelles il faut les considérer puisque ces chiffres sont ceux des commissaires européens, ne permettent cependant pas de comparer l’assise foncière des marchands hadramis à celle des notables damascènes ou des négociants alexandrins étudiés par R. Ilbert en passe de devenir les « maîtres » de la ville à la même époque59. En revanche, leur positionnement politique était singulier.

  • 60 Hourani, 1968, le relevait déjà pour la Syrie et le Hedjaz. Ochsenwald, 1977, souligne que cinq gou (...)

35Après les évènements de 1860, l’autorité ottomane s’imposa avec une vigueur renouvelée en Syrie. Cette affirmation de l’autorité conduisit les notables à se rallier à l’appareil du pouvoir ottoman : par l’occupation d’un poste dans l’administration provinciale, et par l’attraction directe de certains membres de ces familles à Istanbul. Si l’appartenance aux instances locales était un trait commun des notables dans l’Empire ottoman, elle revêtit une importance particulière à Djedda en raison de l’instabilité du pouvoir ottoman face à celui des shérifs et de l’orientation commerciale de l’économie urbaine60. La courte durée des gouverneurs à la tête de la province, le fait qu’ils résidaient ordinairement à la Mecque et non à Djedda, et l’équilibre toujours précaire de leur pouvoir face aux chérifs que les marchands pouvaient soutenir comme en 1855, faisaient des notables urbains l’élément stable de l’autorité politique à Djedda. Cette situation permit aux notables urbains d’entretenir une certaine autonomie à l’échelle locale, un pouvoir en tension continue avec les autorités ottomanes et européennes. Face à l’ingérence des consuls et de la volonté de la Porte d’affermir son contrôle sur le Hedjaz, la réaction des marchands hadramis peut aussi être analysée comme le moyen de défendre leur influence économique et politique locale, en 1858 comme dans la période bien plus calme de la seconde moitié du xixe siècle.

  • 61 Consulat, Djedda, à Ministre des Affaires Étrangères, 19/01/1857, CCC, Djedda.
  • 62 Il est question d’une dette, mais les détails en sont obscurs (Vice‑consul, Djedda, 8/11/1856, FO 1 (...)

36Le boycott organisé en 1856 contre la maison Toma Sava révèle leur capacité de mobilisation. Efficace, il mobilisa une grande partie des partenaires locaux de la maison boycottée grâce à l’activation d’une solidarité familiale ou amicale, mais aussi, semble‑t‑il, de pressions corporatistes sur lesquelles nous avons malheureusement trop peu de détails. Un rapport du consul français indique qu’il s’agissait d’une tentative de mettre fin aux conditions d’une concurrence déloyale. Muḥammad Yūsuf Bā Nāja proposa ainsi de mettre fin au boycott contre l’engagement des marchands européens à soumettre leurs plaintes à des arbitres choisis parmi les marchands de Djedda, et non plus aux consuls61. Nous ignorons si cette proposition résultait d’un différend précis entre les deux maisons, ce qui est probable d’après les archives britanniques62, ou s’il s’agissait d’une résolution plus générale pour les marchands. Mais le plus important est que les marchands hadramis organisèrent une fronde efficace contre la protection consulaire, refusant de céder aux injonctions des autorités ottomanes locales, et la Porte elle‑même dut intervenir pour y mettre fin.

  • 63 BBA, HR.MKT 1857, 205‑72.

37En 1857, moins d’un an avant l’émeute, les principaux marchands de Djedda s’adressent au gouverneur du Hedjaz, par lequel la pétition rejoindra Istanbul, et au chérif de la Mecque, pour se plaindre de la nomination, un an auparavant, de Faraj Yusr à la fonction de chef des marchands (bāsh tujjār) de Djedda63. Si cette nomination confirme la position de Faraj Yusr au sein de la vie économique de la ville, elle suscite surtout la colère des marchands locaux qui accusent Faraj Yusr de ne poursuivre que ses propres intérêts et de provoquer des dissensions entre les marchands (tujjār) signataires et revendeurs (mutasabbibīn), sujets de l’Empire, et ceux des pays étrangers. L’incident entre les Bā Nāja et la maison Sava y est rappelé et attribué aux menées de Faraj Yusr. La pétition, demandant le renvoi de ce dernier et la nomination d’un autre chef, est signée par vingt marchands arabes, où l’on retrouve l’ensemble des Hadramis impliqués dans l’émeute de 1858. C’est à la suite de cette protestation que, sous la pression des marchands, ‛Abd al‑Ghaffār Bā Ghaffār est nommé à la tête du majlis (conseil) des marchands. Plus qu’une annonce de l’affrontement à venir, cette lettre manifeste la cohésion du groupe des grands marchands arabes de Djedda, en majorité hadramis, devant les autorités ottomanes priées de défendre leurs intérêts. Cette cohésion était renforcée par la succession d’incidents accompagnant l’essor du port et l’arrivée de marchands étrangers.

  • 64 Emerat, Alexandrie, FO 881/848, 9/07/1858.
  • 65 Ilbert, 1996, p. 124‑136.
  • 66 Sur les Hadramis de la côte du Kerala (Malabar) : Dale, 1997, p. 175‑184. Sur l’Asie du Sud‑Est : F (...)

38Dans les désordres évoqués, les grands marchands hadramis jouèrent en quelque sorte le rôle des autorités ottomanes, jugées trop passives pour préserver leurs intérêts économiques menacés, qu’il s’agisse du commerce des esclaves ou de la concurrence européenne. La mobilisation qu’ils activèrent illustre leur influence au sein de la société djeddawie : elle pouvait ignorer ou contester l’autorité d’Istanbul et de ses représentants. Cela avait été le cas lors de la révolte de 1855, ce le fut en 1858 également, lorsque le kaïmakam se révéla impuissant à protéger le consulat français et fut blessé par la foule64. Ces désordres associèrent, d’une part, des réactions de contestation du pouvoir ottoman, et, d’autre part, la lutte contre la pénétration européenne. Ils furent l’occasion de défendre l’autonomie de la sphère locale contre la pénétration menaçante des pouvoirs impériaux. D’une certaine manière, on retrouve là certains traits de la notabilité marchande alexandrine en formation jusqu’aux années 1870 : un rôle dans la vie urbaine fondé sur leur activité négociante, une communauté d’intérêts dont le sentiment est renforcé par la faiblesse des pouvoirs centraux65. Cette attitude présente aussi des similitudes avec celle des Hadramis de l’océan Indien. Plusieurs études — mais là encore concentrées sur d’autres questions et sur les personnages particuliers que furent les sāda — semblent indiquer que leur intégration aux sociétés locales de l’océan Indien s’accompagna là aussi d’un rapport conflictuel avec l’ingérence croissante des pouvoirs impériaux anglais et hollandais, puis d’une collaboration croissante dans la suite du xixe siècle66. Toutefois, leur influence semble y avoir dépendu plus de leur autorité religieuse que de leur — réelle — puissance économique.

39C’est cette convergence d’une situation particulière des pouvoirs à Djedda et de la position des marchands hadramis au sein de la société urbaine et de l’économie régionale qui peut expliquer le rôle peu ordinaire de ces derniers au xixe siècle dans une ville de l’Empire ottoman.

Conclusion

40 L’émeute de 1858 s’enracine dans le contexte double de l’expansion impériale européenne et des contestations qu’elle suscite (la révolte des Cipayes s’achève à peine en 1858) et de la réaffirmation du pouvoir ottoman dans le cadre des Tanzimat. Ce contexte est aussi celui des autres émeutes qui se produisent dans l’Empire ottoman à la même époque — à Alep (1850), au Mont‑Liban et à Damas (1860), où s’enchâssent les échelles mondiales, régionales et locales qui constituent les cadres de l’activité des marchands étudiés ici. On ne saurait conclure sans rappeler que l’histoire de Djedda participe à une histoire bien plus large. Dans ce contexte « global » du milieu du xixe siècle, les grands marchands hadramis de Djedda constituent un cas intéressant de notabilité urbaine.

  • 67 Degenne et ForsÉ, 1994 : p. 93‑96, pour le concept de « clique », et p. 140‑141 pour la position et (...)

41 Nous avons voulu montrer que leur appartenance à la notabilité locale reposait sur leurs activités commerciales de dimension régionale. Ces activités leur apportaient des capitaux (économiques et symboliques) les plaçant dans l’élite urbaine de Djedda au milieu du xixe siècle, en leur permettant de se positionner à l’intersection de plusieurs cercles (les marchands djeddawis et étrangers, la communauté hadramie de la ville, les travailleurs du marché et du port). Le groupe des grands marchands hadramis, tel que les sources disponibles le laissent apparaître à l’intersection de plusieurs groupes et réseaux, a pu constituer ce que les sociologues des réseaux sociaux appellent une « clique » 67. En position de tiers, cette clique pouvait tirer avantage de conflits opposant les autorités politiques du Hedjaz tout en participant à leurs systèmes : les autorités ottomanes, le chérif et plus tard les puissances européennes. Elle est aussi dès 1858 à l’articulation de plusieurs groupes et réseaux au sein de Djedda, comme celui des Hadramis et celui des marchands, et de la région, tels que celui des négociants grecs de Méditerranée et des marchands indiens (comme Faraj Yusr) ou autres de l’océan Indien. Cette position explique la réussite commerciale des marchands hadramis à Djedda au milieu du siècle.

42Mais elle est perturbée par l’affirmation des pouvoirs impériaux : celle des puissances européennes utilisant l’arme de la protection consulaire et des privilèges juridiques et commerciaux dont les marchands hadramis sont exclus ; celle de l’Empire ottoman qui encadre leurs activités commerciales et cède aux pressions européennes (le traité de Balta Liman en 1838 et ses épigones, l’interdiction du commerce des esclaves, l’édit de réforme de 1856, le châtiment des notables en 1858). Cette affirmation intervient précisément au milieu du xixe siècle, après le retrait du Hedjaz des Égyptiens, la restauration d’une souveraineté ottomane revivifiée par les réformes en cours, et l’installation des premiers consulats européens.

43À ce titre, les troubles de 1858 sont une crise, le moment de passage d’un cadre politique et commercial à un autre, dont la brutalité manifeste l’influence locale des marchands hadramis, l’étendue des activités qui les lient à des marchands européens et indiens et l’adaptation qu’exige l’ingérence des puissances protectrices de ces concurrents. À défaut de pouvoir êtres exclus de la sphère locale, ces nouveaux acteurs que sont les puissances européennes et les autorités ottomanes réformatrices furent par la suite intégrés comme des ressources supplémentaires dans une stratégie de mise en tension — où le conflit reprend son rôle intégrateur et structurant — des pouvoirs les uns avec les autres.

44Cette attitude des marchands hadramis semble se rapprocher, nous l’avons dit, de celle des notables hadramis de l’océan Indien que le cadre adopté ici ne nous permet pas de développer. Elle doit aussi être comparée aux périodes ultérieures. L’établissement d’un pouvoir politique unique et ferme au Hedjaz, avec la conquête du roi ‘Abd al‑‘Azīz Āl Sa‘ūd, entraîna à partir de 1925 une reconfiguration des rapports entre les grands marchands — dont les Hadramis — et notables hedjazis d’un côté, et le pouvoir saoudien de l’autre. Le maintien ou l’acquisition de l’influence économique passait désormais par une allégeance affichée au pouvoir. Elle passait aussi par une discrétion politique qui tranchait avec la situation précédente.

Haut de page

Bibliographie

Al‑AnĀrĪ ‘Abd al‑Qudūs, Tārīkh madīnat Jadda, Djedda, Maṭābi‘ Dār al‑Iṣfahānī wa shurakā’ihi, 1963.

Al‑AnĀrĪ ‘Abd al‑Qudūs, Mawsū‘at tārīkh madīnat Jadda, vol. 1, Le Caire, Dār Miṣr lil‑ṭabā‘a, 1982.

Bang A.K., Sufis and Scholars. Family Networks in East Africa, 1860–1925, New York, Routledge, 2003.

Burckhardt J. L., Travels in Arabia, Francfort, Institute for the History of Arabic Science, 1995 (1829).

Buez A. É., Une mission au Hedjaz, Paris, G. Masson, 1873.

Coll S., The Bin Ladens. An Arabian Family in the American Century, New York, Penguin Books, 2008.

Crystal J., Oil and Politics in the Gulf. Rulers Merchants in Kuwait and Qatar, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

Dalān Aḥmad b. Zaynī, Khulāsat al‑kalām fī bayān umarā’ al‑balad al‑arām, Le Caire, al‑Maṭba‘a al‑khayriyya wa‑l‑munsha’a bi‑ḥawsh ‘aṭā bi‑jamāliyya, 1887.

Dale S., « The Hadhrami Diaspora in South‑Western India. The Role of the Sayyids of the Malabar Coast », in Freitag U. et Clarence‑Smith W. G. (dir), Hadhrami Traders, scholars and statesmen in the Indian Ocean, 1750s‑1960s, Leyde, Brill, 1997, p. 175‑184.

Degenne A. et ForsÉ M., Les réseaux sociaux. Une analyse structurale en sociologie, Paris, A. Colin, 1994.

Didier Ch., Séjour chez le Grand‑Chérif de La Mekke, Paris, Hachette, 1857.

Ewald J. et Clarence‑Smith W. G., « The Economic Role of the Hadhrami Diaspora in the Red Sea and Gulf of Aden, 1820’s to 1930’s » in Freitag U. et Clarence‑Smith W. G. (dir), Hadhrami Traders, scholars and statesmen in the Indian Ocean, 1750s‑1960s, Leyde, Brill, 1997, p. 281‑296.

Faroqhi S., The Ottoman Empire and the World Around It, Londres, I. B. Tauris, 2004.

Fattah H., The Politics of Regional Trade in Iraq, Arabia and the Gulf, 1745‑1900, Albany, State University of New York Press, 1997. 

Field M., The Merchants. The Big Business Families of Saudi Arabia and the Gulf States, Londres, John Murray Publishers, 1984.

Freitag U., « Arab merchants in Singapore. Attempt of collective biography », in De Jonge H. et Kaptein N. (dir.), 2002, Transcending Borders. Arabs, Politics, Trade and Islam in Southeast Asia, Leiden, KITLV, 2002, p. 109‑142.

Freitag U., Indian Ocean, Migrants and State Formation in Hadhramaut. Reforming the Homeland, Leiden, Brill, 2003.

Fuccaro N., Histories of city and state in the Persian Gulf. Manama since 1800, Cambridge, Cambridge University Press, 2009.

Fuccaro N., « Mapping the Transnational Community. Persians and the Space of the City in Bahrain, c. 1869–1937 » in Al‑Rasheed Madawi (dir.), Transnational Connections and the Arab Gulf, Londres, Routledge, 2005, p. 39‑58.

Ghazaleh P., Fortunes urbaines et stratégies sociales. Généalogies patrimoniales au Caire, 1780–1830, Le Caire, Institut Français d’Archéologie Orientale (IFAO), 2010.

Al‑arĀwĪ Aḥmad b. Muḥammad, Al‑Jawāhir al‑mu‘adda fī faā’il Jadda, Le Caire, Maktabat al‑thaqāfa al‑dīniyya, 1909.

Ho E., The Graves of Tarim. Genealogy and Mobility across the Indian Ocean, Berkeley, University of California Press, 2006.

Hourani A. H., « Ottoman reform and the Politics of Notables », in Polk William R. et Chambers Richard L. (dir.), Beginnings of Modernization in the Middle East. The Nineteenth Century, Chicago, The University of Chicago Press, 1968, p. 41‑68.

Ilbert R., Alexandrie, 1830‑1930. Histoire d’une communauté citadine, Le Caire, IFAO, 1996.

Khoury D. R., « Relations between City and State in the Middle East, 1700–1850 », in P. Sluglett (dir.), 2008, The Urban Social History of the Middle East, 1750–1950, New York, Syracuse University Press, 2008, p. 67‑103.

Khoury P. S., Urban notables and Arab nationalism. The politics of Damascus, 1860–1920, Cambridge, Cambridge University Press, 1983.

Khoury P. S., «The Urban Notables Paradigm revisited », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, n° 55‑56, 1990, p. 215‑230.

Masters B., « The 1850 Events in Aleppo. An Aftershock of Syria’s incorporation into the Capitalist World System », International Journal of Middle Eastern Studies, vol. 22,  1, 1990, p. 3‑20.

Miran J., Red Sea Citizens. Cosmopolitan Society and Cultural Change in Massawa, Bloomington, Indiana University Press, 2009.

Ochsenwald W. L., « The Jidda Massacre of 1858 », Middle Eastern Studies, vol. 13,  3, 1977, p. 314‑326.

Onley J., The Arabian Frontier of the British Raj. Merchants, Rulers, and the British in the Nineteenth‑Century Gulf, New York, Oxford University Press, 2007.

Schatkowski Schilcher L., Families in Politics. Damascene Factions and Estates of the 18th and 19th Centuries, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1985.

Snouck Hurgronje C., Mekka in the Latter Part of 19th Century, Leiden, Brill, 2007.

Toledano E. R., The Ottoman Slave Trade and its Suppression, 1840–1890, Princeton, Princeton University Press, 1982.

Haut de page

Notes

1 Cet article doit beaucoup au soutien du CEFAS pour notre premier séjour de recherche à Djedda (2010).

2 Hourani, 1968. L’auteur résume ainsi la définition politique des notables : « those who can play a certain political role as intermediaries between government and people, and, with certain limits, as leaders of the urban population » (p. 48).

3 D. R. Khoury, 2008, p. 86.

4 Pour le xixe siècle, les notables marchands syriens et égyptiens ont été les plus étudiés. Pascale Ghazaleh a étudié le milieu des grands négociants cairotes entre la fin du xviiie siècle et le début du xixe siècle, qui relève l’importance du Hedjaz dans leurs affaires et leur statut politique (Ghazaleh, 2010, p. 165‑189). Pour le xxe siècle, voir Crystal, 1990. J. Crystal retrace le parcours des élites marchandes et des dynasties au pouvoir au Koweït et au Qatar, expliquant le développement de deux modes de coexistence entre le pouvoir économique et le pouvoir politique jusqu'à la seconde guerre du Golfe.

5 Sur les Persans de Manama par exemple : Fuccaro, 2005 et 2009, et Onley, 2007.

6 Sur la diaspora hadramie en Asie du Sud‑Est, les ouvrages de référence sont ceux de Clarence‑Smith et Freitag, 1997 ; Freitag, 2003 ; Ho, 2006 pour une approche plus anthropologique. Pour l’Afrique de l’Est (Comores et Zanzibar) : Bang Anne K., 2003.

7 Par exemple, Aḥmad b. Zaynī Dalān, 1887, p. 322, qui nomme précisément les marchands que nous évoquerons à l’occasion des désordres de 1858 et les décrit comme « les marchands et les notables (al‑tujjār wa‑l‑a‘yān) ».

8 Sur la réputation des Hadramis, un témoignage de la fin du xixe siècle : Snouck Hurgronje, 2007, p. 109‑110. Les qualités évoquées sont toujours celles que l’on peut entendre en interrogeant des marchands de Djedda, hadramis ou non.

9 Pour la plus grande partie des Hadramis de Djedda, il s’agit du wādī Du‘ān.

10 Entretien avec cheikh ‘Alī ‘Abd Allāh Buqshān à Djedda, 10/04/2010 ; Coll, 2008, p. 25‑26. Le même phénomène se produit pour les Hadramis venant de Massaoua comme ‘Abd Allāh Bā Junayd : Miran, 2009, p. 196. Il se poursuit au xxe siècle.

11 Muḥammad Ṣāliḥ Bā ‘Ishin (n. d.), Mudhakkarāt (Mémoires), cité par ‘Abd al‑Qudūs al‑Anārī, 1963, p. 220, et document en annexe de ‘Abd al‑Qudūs al‑Anārī, 1982 ; Bā Nāja, archives privées et Foreign Office (FO) 195‑581, « British claims », 26/11/1859.

12 Le chérif Muḥammad b. ‘Awn meurt en mars 1858, et son successeur, son neveu, n’arrive d’Istanbul où il était retenu en « otage » qu’en octobre 1858 (Dalān, 1887, p. 321).

13 Faroqhi, 2004, p. 84‑89.

14 Dossier colonel Brémond, « étude de l’organisation administrative et judiciaire de la ville de Djedda », Centre des Archives Diplomatiques de Nantes (CADN) 2 MI 3293, 1916.

15 Vice‑consul, Djedda, 27/10/1856, FO 195/375.

16 Vice‑consul, Djedda, à Mahmoud Pacha (gouverneur du Hedjaz), 15/11/1856, FO 197/375 ; Toledano, 1982, p. 129‑135.

17 P. S. Khoury, 1983, parle de la formation d’une « aristocratie de service » ottomane pour les familles des grands notables damascènes après 1860 (p. 44).

18 Le premier cas trouvé est celui de Yūsuf Bā Nāja, 1851–1853 : Başbakanlık Arşivi (BBA), İ..MVL. 355‑15540.

19 Onley, 2007.

20 Captain Pullen, Djedda, 19/06/1858, Correspondance Politique des Consuls (CPAP) Djedda ; Namik Pacha à Captain Pullen, 22/06/1858, FO 881/848, pour le représentant indien et musulman du vice‑consul britannique en 1858. Une exception doit être cependant signalée : un Bā Jusayr, marchand de Djedda dont le nom indique une origine hadramie, est employé comme dragoman par le consulat britannique dans les années 1890.

21 M. Bā Nāja à Consul, Djedda, 24/12/1879, FO 195/1251 ; Consul, Djedda, 25/05/1906, FO 195/2224 : le consul ne manque pas de relever le paradoxe dans cette demande.

22 Pour Damas : Khoury P. S., 1983 et Schatkowski Schilcher, 1985 ; pour Alep : Masters, 1990.

23 Consulat, Djedda, 10/01/1855, CADN Constantinople (ambassade) série D, correspondance consulaire, Djedda.

24 Vice‑consulat, Massaoua, 17/07/1858, Correspondance Politique des Consuls (CPC), Égypte‑Massaoua ; Vice‑consulat, Massaoua, 27/08/1858 et 18/09/1858, CADN, Constantinople (ambassade) série D, Massaoua.

25 Consulat, Djedda, 24/01/1858 et 6/02/1858, FO 195‑579.

26 État général de la navigation et du commerce du port de Djedda, 1859, CADN 2MI3244.

27 Consulat, Djedda, 14/01/1859, CADN 2MI 3228. Les consulats britannique et français ont été établis respectivement en 1836 et 1839.

28 « Schedule of persons, of the Gemelieh, in Cairo, owing on the 31st of July 1858, to Messrs Duca Paleologo Cochilani and Company, the sums of money…», 16/02/1859, FO 195/580.

29 Sur l’émeute de 1858 à Djedda, la principale référence est Ochsenwald, 1977. Aḥmad b. Zaynī Dalān, 1887 et Aḥmad bn Muḥammad al‑arāwī, 1909, constituent deux sources locales auxquelles nous ferons référence plus bas.

30 Namik Pacha, à Captain Pullen, 22/06/1858, FO 881/848, et Aḥmad bn Zaynī Dalān, 1887, p. 321. Daḥlān était un savant religieux chaféite, né à la Mecque en 1817, où il fut mufti, et mort à Médine en 1886. Il est connu pour sa dénonciation du wahhabisme.

31 Récit du commissaire français Sabatier, 25/11/1858, CADN 2MI 3228.

32 Enclosure 2 dans n° 81, FO 881/848.

33 Captain Pullen, 3/11/1858, FO 78/1488.

34 Le kaïmakam est intervenu pour défendre le consulat de France (Emerat, Alexandrie, 9/07/1858, FO 881/848), tandis que l’un des grands marchands de Djedda, non hadrami, ‘Abdallah Naṣīf, ainsi que d’autres notables, refusent de prendre part à l’émeute et viennent même au secours de protégés européens (n° 396, FO 881/848).

35 Le terme de « faction » renvoie ici à la notion de factionalism (les conflits entre deux groupes polarisant la notabilité damascène : le groupe rassemblé autour des ‘Azm, et les notables du Maydan) décrite par L. Schatkowski Schilcher, 1985.

36 Schatkowski Schilcher, 1985, p. 87‑100.

37 Sur le rôle de ce marchand auprès du consul britannique : « Translation from Kaïmakam », Djedda, 4/11/1856, FO 195/375. Sur les prêts aux autorités ottomanes du Hedjaz : BBA, İ.DH. (İrade Dahiliyye), 30/10/1254, 310‑19768 ; BBA, MVL 15/05/1856, 350‑76 : Faraj Yusr y est cité comme prêteur avec ‛Umar Bā Darb, un marchand hadrami impliqué dans l’émeute de 1858.

38 Amad b. Muammad al‑arāwī, 1909, p. 43‑44. Le récit d’al‑Ḥaḍrāwī, moins circonstancié que celui de Daḥlān, insiste sur la violence et l’impiété de l’émeute, sur le rôle des Hadramis. Daḥlān révèle les tensions entre les différents acteurs du 15 juin 1858 lorsqu’il évoque leurs dissensions devant les commissaires européens.

39 Compte‑rendu de la commission tripartite, 1/01/1859, FO 78/1488.

40 Mission de France, Djedda, 25/11/1858, CPAP, Djedda.

41 Consul, Djedda, 15/05/1859, CADN Constantinople (Ambassade) série D, correspondance consulaire, Djedda.

42 Sur cet incident, l’échange de lettres entre le gouverneur du Hedjaz et le vice‑consul d’Angleterre dans FO 195/375 est particulièrement intéressant. L’incident accrédite l’hypothèse selon laquelle ces grands marchands hadramis étaient aussi d’importants propriétaires immobiliers à Djedda.

43 Consul, Djedda, 19/01/1857, CCC Djedda.

44 Amad b. Zaynī Dalān, 1887, p. 322 et Amad b. Muammad al‑arāwī, 1909, p. 43. Il s’agit du cheikh al‑‘Amūdī.

45 Amad b. Muammad al‑arāwī, 1909, p. 43.

46 Snouck Hurgronje, 2007, p. 9.

47 Par exemple al‑Qibla, 267, 25/03/1919 où cheikh Muḥammad ‘Ubayd bin Zaqr est « shaykh al‑aārim » ; et « Jeddah report » pour la période du 1 au 29/11/1923, FO 686‑28.

48 Exemples en 1886 (British Consul, Djedda, 16/09/1896, FO 195/1943), en 1879 où le shaykh al‑sāda appartient à la même famille que le shaykh de 1858 (Consul, Djedda, 6/07/1879, FO 195/1251), et en 1923 où il arbitre un conflit entre les marchands hadramis au tribunal shar‘ī de Djedda (archives privées Bin Zagr).

49 Burckhardt, 1995, p. 45.

50 Didier, 1857, p. 124.

51 Consulat, Djedda, 19/09/1856, CPAP, Djedda ; Consulat, Djedda, 19/01/1857, CCC Djedda.

52 Burckhardt, 1995, p. 14.

53 Didier, 1857, p. 124 et p. 161.

54 Buez, 1873, p. 38.

55 Par exemple : Vice‑consul, Djedda, 27/10/1856, FO 195/375 ; Consul, Djedda, 19/01/1857, CCC Djedda ; Sabatier, Djedda, 25/11/1858, CADN 2MI 3228.

56 Khoury P. S., 1990, p. 219.

57 Khoury P. S., 1983, p. 26.

58 Consul, Djedda, 15/05/1859, CADN Constantinople (ambassade) série D, correspondance consulaire, Djedda : le consul décrit les responsables de l’émeute de 1858 comme « de riches habitants de Djedda », grands propriétaires et faisant un « commerce considérable » ; pour les estimations : Ayrton, Djedda, 26/11/1859, FO 195/581.

59 Ilbert, 1996, p. 130.

60 Hourani, 1968, le relevait déjà pour la Syrie et le Hedjaz. Ochsenwald, 1977, souligne que cinq gouverneurs se succédèrent de 1850 à 1858 et que le nouveau vālī nommé en 1859 resta moins de trois ans.

61 Consulat, Djedda, à Ministre des Affaires Étrangères, 19/01/1857, CCC, Djedda.

62 Il est question d’une dette, mais les détails en sont obscurs (Vice‑consul, Djedda, 8/11/1856, FO 195/375).

63 BBA, HR.MKT 1857, 205‑72.

64 Emerat, Alexandrie, FO 881/848, 9/07/1858.

65 Ilbert, 1996, p. 124‑136.

66 Sur les Hadramis de la côte du Kerala (Malabar) : Dale, 1997, p. 175‑184. Sur l’Asie du Sud‑Est : Freitag, 2003, p. 226‑276.

67 Degenne et ForsÉ, 1994 : p. 93‑96, pour le concept de « clique », et p. 140‑141 pour la position et les stratégies du « tiers ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Exportations et importations du port de Djedda, 1854–1864
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/1923/img-1.png
Fichier image/png, 26k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Pétriat, « Notables et rebelles », Arabian Humanities [En ligne], 1 | 2013, mis en ligne le 10 mars 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cy/1923

Haut de page

Auteur

Philippe Pétriat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals