Navigation – Plan du site
Le cheval dans la péninsule Arabique

Le sultan qui aimait les beaux chevaux : l'« arabomania » équine du mamelouk al-Nāṣir Muḥammad

The sultan who loved fine horses: The equine Arabomania of the Mamlūk al‑Nāṣir Muḥammad
Agnès Carayon

Résumés

Le sultan al‑Nāṣir Muḥammad portait aux chevaux un amour sans borne. Le fait, en soit, n’a rien d’exceptionnel pour un souverain mamelouk, digne représentant d’une dynastie qui porta les arts de la furūsiyya à leur plus haute expression et qui en fit l’emblème de son règne. L’intensité de sa passion a pourtant été mentionnée, décriée aussi, dans les chroniques. Ce sultan semble s’être démarqué de ses pairs par son goût en matière de chevaux. Aux qualités guerrières des barbes, il préféra la beauté des chevaux arabes. Elle s’accordait parfaitement à son goût pour l’ostentation des parades, qui marquèrent davantage son règne que les campagnes militaires. Ce penchant prononcé pour les belles montures fit la fortune des tribus arabes qui le fournissaient. Le sultan était en effet capable de dépenser une somme très importante pour acheter une seule jument arabe. L’arabomania équine caractérisa ainsi le règne du sultan mamelouk, considéré comme le plus illustre représentant de la « dynastie des cavaliers ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les Mamelouks, qui régnèrent sur l’Égypte et le Bilād al‑Shām de 1250 à 1517, sont réputés pour avoir porté l’art équestre à sa plus haute expression en terre d’islam. Ayant reçu une formation particulièrement poussée et exigeante dans les arts martiaux, ou furūsiyya, ils affirmèrent toujours leur identité de guerriers montés. Tout, en effet, rattachait les Mamelouks à leurs montures, selon des modalités qu’il conviendra de rappeler : leurs fonctions militaires et leur cérémonial aulique aussi bien que leurs demeures et leurs activités privées.

  • 1 Daumas, 2001.

2Les Mamelouks formèrent donc une dynastie de cavaliers. Mais quel type de chevaux montaient‑ils ? S’ils sont indubitablement associés à leurs montures, les sources ne fournissent sur ces dernières que des données rares et souvent imprécises. Dans l’ouvrage qu’il consacre aux Chevaux du Sahara1, le général Daumas emploie la qualification assez large et un peu floue de « cheval d’Orient » qui pourrait s’appliquer aux montures des Mamelouks. Quelques passages ou allusions dans les chroniques médiévales autorisent cependant une identification plus précise de leur provenance. Ces textes, en particulier les Khiṭaṭ d’al‑Maqrīzī (1364–1442), confirment également la valeur accordée aux qualités esthétiques des chevaux élevés par les tribus bédouines, qualités fort prisées d’un des plus grands sultans mamelouks, al‑Nāṣir Muḥammad, et qui provoquèrent chez lui une véritable passion.

La dynastie des cavaliers

3Les Mamelouks étaient des esclaves à vocation militaire. Achetés en principe avant la puberté hors du Dār al‑islām, ils recevaient une éducation stricte dans la religion musulmane, doublée d’une formation approfondie dans les arts militaires, appelés arts de la furūsiyya, destinée à faire d’eux des soldats d’élite et à l’issue de laquelle ils étaient affranchis.

  • 2 D’après le Lisān al‑‘arab, vol. VI. p. 159‑163.
  • 3 La furūsiyya est en effet souvent envisagée uniquement comme un art relatif aux chevaux. Il s’agit (...)

4La primauté dans l’armée était alors donnée aux cavaliers. Aussi, ces arts de la furūsiyya étaient‑ils essentiellement pratiqués montés. Cependant, bien que le radical du terme, farusa (« être versé dans tout ce qui concerne les chevaux »2) semble impliquer un rapport exclusif au cheval, les arts martiaux désignés sous ce terme incluaient également des pratiques effectuées à pied, le guerrier d’élite devant pouvoir faire face à n’importe quelle situation, même lorsqu’il était démonté3. Enfin, les divertissements princiers tels que le polo ou la chasse à courre y étaient pleinement inclus, puisqu’ils permettaient d’entretenir les aptitudes physiques et techniques du cavalier comme de sa monture.

5Forts de cette expertise, les Mamelouks constituèrent la garde rapprochée du sultan ayyoubide, qu’ils renversèrent en 1250 à la faveur de la septième croisade (1244–1254). Ils justifièrent dès lors leur nouveau statut à la tête de l’État par leur excellence guerrière, certains de leurs administrés leur reprochant leurs origines païennes et serviles. Ils étaient en effet les seuls capables de s’opposer aux Croisés (qu’ils expulsèrent définitivement du Proche‑Orient) et à l’avancée des Mongols (qu’ils arrêtèrent effectivement).

  • 4 Stricto sensu : « cavalier ». Le terme, riche de sens, renvoie tout autant à des aptitudes techniqu (...)
  • 5 Carayon, 2012, p. 448‑453.

6Au‑delà de leurs aptitudes militaires, le statut de cavalier, et davantage encore de fāris (pl. fursān4), furent sous les Mamelouks un marqueur social particulièrement fort, constitutif de leur identité même. En effet, ils étaient en principe les seuls autorisés à monter des chevaux, les civils devant se contenter, au mieux, de mules de prix. Dans les faits, ce monopole fut souvent détourné par des personnages de haut rang qui voulaient ainsi s’identifier avec la classe au pouvoir, autour de laquelle ils gravitaient souvent. Jaloux de cette prérogative, les Mamelouks durent la réaffirmer à plusieurs reprises5.

7La formation particulièrement exigeante et difficile qu’ils avaient reçue dans les arts de la furūsiyya était une chasse gardée plus prégnante encore. Elle était le ciment de leur groupe social et sa maîtrise les distinguait du reste de la population. Seuls détenteurs de cet art complexe, ils l’érigèrent en symbole de leur règne.

  • 6 Comme le palais d’un des favoris d’al‑Nāṣir Muḥammad, Qawṣūn, appelé isṭabl Qawṣūn, dans al‑Maqrīzī(...)
  • 7 Ibid, t. 3, p. 662 et 666.

8Tout, dans la vie et dans l’apparat des Mamelouks, les rattachait à leurs montures. Les résidences des plus puissants d’entre eux étaient des palais‑écuries, désignés parfois par le terme d’isṭabl (écurie) et non par celui de qaṣr (palais)6. Les salles réservées aux chevaux étaient sises à un emplacement de choix, juste en dessous de la pièce d’honneur. Elles étaient immenses et marquaient, davantage que la majesté de la demeure, la puissance de leur détenteur. De même, les écuries du sultan étaient situées au pied de ses appartements afin qu’il puisse les contempler à loisir. Elles revêtaient une telle importance à ses yeux que ses visiteurs devaient les traverser avant de pouvoir le rencontrer. Ce fut même en leur sein que, pendant une longue période, le sultan fut investi de la charge suprême et rendit certaines de ses audiences publiques7.

  • 8 Carayon, 2012, p. 323‑375 ; Carayon, à paraître.

9Le cérémonial aulique des Mamelouks était évidemment empreint de traditions équestres. Ils y affirmaient leur condition de fursān dont ils tiraient leur fierté. Toutes fêtes, privées ou publiques, officielles ou officieuses, religieuses ou profanes, étaient l’occasion de mettre en scène leur dextérité à cheval : à la crosse de polo, au tir à l’arc, à la lance ou en voltige. Lorsqu’elles avaient lieu en public, ces représentations jouissaient d’une grande faveur auprès des habitants, qui se pressaient pour y assister et étaient très déçus lorsqu’elles devaient être annulées8.

  • 9 Al‑Maqrīzī, 2002–2005, t. 3, 625‑635 ; Ibn Iyās, 1960–1965, t. IV, p. 173 (cf. traduction de Wiet, (...)

10Ces manifestations se déroulaient dans des espaces dédiés, appelés maydān‑s, terrains à l’origine consacrés au jeu de polo mais servant aussi de lices à d’autres jeux équestres. Dans le cadre des constructions de prestige qu’ils réalisèrent afin de marquer leur capitale – Le Caire – de leur sceau, les souverains mamelouks furent particulièrement soucieux de faire construire leur(s) propre(s) maydān(‑s). Ils imprimèrent ainsi à la ville l’empreinte des cavaliers. Ces maydān‑s étaient pour la plupart paysagers, entourés de pavillons et de jardins luxuriants, qui donnaient aux exercices équestres s’y déroulant un écrin à la mesure de leur excellence9.

  • 10 Ibn Manglī, 1984, p. 68‑69.

11Compagnons indissociables des Mamelouks, marqueurs de leur rang et de leur statut, les chevaux étaient l’objet de soins et d’attentions. Officier et auteur de plusieurs traités de furūsiyya, Ibn Manglī (né vers 1300–1306) est très explicite quant à leur attachement pour leurs chevaux. Il affirme qu’ils les préféraient à eux‑mêmes et que tout mamelouk digne de ce nom prenait soin de sa monture personnellement10.

  • 11 Al‑Maqrīzī, 2002–2005, t. 3, p. 635‑636 ; AL‑Qalqashandī, 1960–1975, t. IV, p. 54.

12Originaires des steppes turco‑mongoles pour la plupart, les Mamelouks étaient les héritiers des traditions de peuples cavaliers dont la richesse et la puissance se mesuraient à l’aune de leur cheptel équin. Ainsi, plus le mamelouk était important, plus il devait posséder de chevaux. À l’échelle de l’État, il était de coutume que le sultan en distribuât à ses émirs en fonction de leur rang deux fois par an, au cours de cérémonies officielles11. Dans un contexte plus ponctuel et officieux, il marquait sa faveur en distribuant à ses favoris des chevaux de prix, les leur confisquant, à l’inverse, lorsqu’ils tombaient en disgrâce : un mamelouk sans monture n’était rien.

  • 12 Le sultan al‑Nāṣir Muḥammad régna trois fois : de décembre 1293 à décembre 1294 ; de février 1299 à (...)
  • 13 Al‑Ẓāhir Barqūq régna à deux reprises, de novembre 1382 à juin 1389 et de janvier 1390 à sa mort en (...)
  • 14 Al‑Maqrīzī, 2002–2005, t. 3, p. 730.
  • 15 Ibid, t. 3, p. 222.
  • 16 Fabri, 1975, t. 2, p. 420.

13Tous les mamelouks ne pouvaient évidemment pas se permettre d’entretenir autant de chevaux que le sultan et les émirs les plus importants, dont les chroniqueurs rapportent parfois qu’ils en entretenaient plusieurs milliers. Ainsi, al‑Nāṣir Muḥammad12 aurait possédé 4 800 chevaux à sa mort, al‑Ẓāhir Barqūq13 7 00014 et Baktimur al‑Sāqī, l’un des favoris du premier, environ 60015. Pour des hommes qui affirmaient leur puissance par l’étendue de leur cheptel équin, la remonte était assurément considérable, malgré un territoire peu généreux en pâturages : il fallait des chevaux de guerre, de polo, des chevaux de courses, d’apparat, des poulinières… Un moine zurichois qui visita l’Égypte entre 1483–1484, Félix Fabri, rapporte dans son récit de voyage la multitude des chevaux qu’il y vit et leur qualité16.

14Malgré l’importance évidente des chevaux pour la dynastie mamelouke et les références certes éparses mais nombreuses qui y sont faites dans les sources, il est difficile de tirer des conclusions définitives sur leur provenance puisqu’ils sont désignés dans la majorité des cas sous les termes génériques de khayl et de faras. Certaines sources cependant permettent de postuler la préférence de certains sultans pour la provenance de leurs montures, établissant ainsi une distinction évidente entre chevaux barbes et arabes.

Cheval d’Orient ? Le barqī contre le ‘arabī

  • 17 Digard, 2004, p. 79‑86. Voir également les travaux de Flori, 1998, et un avis en partie contraire d (...)

15Les techniques militaires employées par les Mamelouks les rattachent sans conteste à la tradition de l’équitation légère orientale, fondée sur des qualités d’endurance et de mobilité, souvent opposée à la cavalerie lourde des chevaliers occidentaux à la même époque, reposant davantage sur la puissance du choc frontal d’une troupe lourdement armée, écrasant l’ennemi tel un rouleau compresseur17.

  • 18 Carayon, 2012, 306‑320 ; Digard, 2004, p. 100.
  • 19 Voir les travaux d’al‑Sarraf, 1989.

16En effet, si les procédés martiaux d’une armée aussi sophistiquée et professionnalisée que celle des Mamelouks ne pouvaient se limiter à la seule technique de l’attaque‑repli (al‑karr wa‑l‑farr), qui résume trop souvent l’art militaire des peuples d’Orient, les mouvements enveloppants et incessants typiques d’une cavalerie légère n’en demeuraient pas moins l’une des caractéristiques majeures18. Leurs succès guerriers, tant face à leurs ennemis francs que mongols, durent beaucoup à la redoutable efficacité de leur archerie montée, héritée des traditions turco‑mongoles19. Les archers décochaient leurs flèches au grand galop sans ordre apparent, changeant brusquement de direction, revenant à la charge, avant que les lanciers et les escrimeurs ne finissent le combat dans la mêlée. Pour ce faire, ils devaient monter des chevaux agiles, capables de courir vite, longtemps.

17Il est difficile d’établir l’histoire sur le long terme des chevaux arabes et des chevaux barbes, l’antériorité de l’un par rapport à l’autre, ni si l’un a insufflé son sang à l’autre. Chacun a ses fervents défenseurs, voire ses panégyristes. Il n’est pas question ici de trancher ce sujet délicat qui occupe les hippologues depuis bien longtemps déjà.

18Le général Daumas, cavalier émérite, pourrait avoir apporté une réponse qui satisfasse le plus grand nombre. Il estime en effet qu’il y a :

  • 20 Daumas, 2001, p. 254‑255. Voir aussi p. 30.

« une ligne de démarcation trop tranchée entre le cheval barbe et le cheval arabe. […] c’est toujours le cheval nerveux, sobre, invincible à la privation et aux fatigues, vivant entre ciel et sable. Appelez‑le maintenant turc, persan, numide, barbe, arabe de Syrie, du Nedjed, peu importe, toutes ces dénominations ne sont que des prénoms, si l’on peut ainsi parler ; le nom de famille est un : cheval d’Orient. »20.

  • 21 Al‑Maqrīzī, 1934‑1958, vol. 1, p. 703 (cf. la traduction de Quatremère, 1837–1840, vol. II/1 et la (...)

19Les Mamelouks montaient donc des chevaux d’Orient : des chevaux souples, vigoureux, courageux, résistants et endurants, qualités unanimement reconnues aux barbes comme aux arabes et parfaitement adaptées aux techniques militaires qu’ils employaient. Comme le suggère Daumas, on peut également postuler que d’autres « prénoms » aient été admis dans la famille de leurs montures, au vu de l’importance de la remonte : des chevaux turcs, des chevaux persans, sans doute le superbe akhal‑téké, et même des chevaux de sangs mêlés (ākādīsh)21

  • 22 Le terme employé par al‑Mundhir (cf. ms. BnF, Arabe 2814, f. 5v‑6r) est insāb, pluriel de nasaba : (...)

20Cependant, les sources historiques établissent parfois une distinction entre ces différents « prénoms ». Elles n’en mentionnent réellement que deux. Dans le traité d’hippiatrie qu’il composa pour le sultan al‑Nāṣir Muḥammad, Abū Bakr Ibn al‑Mundhir, vétérinaire en chef des écuries sultaniennes, cite dix « lignages »22 en fonction de la provenance des chevaux, et leur confère un attribut caractéristique :

  • 23 Ce sont les chevaux du Nejd qui recueillent les faveurs de Ammon, 2008, p. 14, 34 et de Rzewuski, 2 (...)
  • 24 Je reproduis ici la traduction de Hakimi dans Ibn al‑Mundhir, 2006, p. 15. Cependant, il traduit le (...)

« l’un est le ḥijāzī [du Hijaz] et c’est le plus noble d’entre tous ; le najdī [du Nejd], et c’est le plus sûr d’entre eux23 ; le Yéménite, qui est le plus résistant ; le shāmī [de Syrie, ou Bilād al‑Shām], dont la robe est la plus éclatante ; le jazīrī [de la Djézireh], qui est le mieux constitué ; le barqī [de Barqa, en Ifriqiyya], qui est le plus mal proportionné ; le miṣrī [l’égyptien], qui est le plus disposé à la course ; le khaffājī [de Khaffaj, en Irak], qui est le plus pur ; le maghribī [du Maroc], qui donne les meilleurs produits ; le faranjī [le franc] qui est le plus mauvais. »24.

21Tous ces « lignages », si ce n’est le faranjī, font référence à des chevaux d’Orient, arabes (hijazī, najdī, Yéménite, shamī, jazīrī, khaffājī) et barbes (barqī, maghribī, misrī).

  • 25 Ibn Taghrī Birdī, 1963, vol. XII, p. 51.
  • 26 Qalāwūn régna de 1280 à 1290.
  • 27 Al‑Maqrīzī, 2002–2005, t. 3, p. 727.

22Deux des plus fameux historiens de l’époque mamelouke assurent quant à eux sans d’équivoque que certains sultans accordaient la plus haute importance à la provenance de leurs montures. Ainsi, Ibn Taghrī Birdī (v. 1409–1470), fils d’un émir de haut rang et fin connaisseur de la furūsiyya, rapporte que Barqūq avait adressé à Tamerlan une lettre de menace dans laquelle il l’avertissait que les Mamelouks montaient des chevaux de Barqa25. Al‑Maqrīzī, chroniqueur de la splendeur du Caire qu’il jugeait révolue, est plus explicite encore. Il raconte dans les Khiṭaṭ que, contrairement à son fils al‑Nāṣir Muḥammad, Qalāwūn26 préférait nettement les chevaux barqīs aux arabes. En effet, il jugeait les premiers efficaces, alors qu’il se contentait de reconnaître la beauté des seconds27.

23Qalāwūn fut un sultan guerrier. Pour ce chef militaire, des chevaux utiles l’étaient nécessairement au combat. La réflexion rapportée par al‑Maqrīzī sous‑entend qu’à ses yeux, les barbes étaient de meilleurs chevaux de guerre que les arabes. Le témoignage d’Ibn Taghrī Birdī à propos de Barqūq semble aller dans le même sens ; tout au moins confirme‑t‑il que ce sultan, qui était lui aussi réputé belliqueux, considérait les barbes de Barqa comme une arme redoutable.

  • 28 Daumas, 2001, p. 30 et 252‑256.

24Des siècles plus tard, Daumas émit une opinion similaire à celle prêtée à Qalāwūn. S’il jugea que le barbe et le cheval arabe étaient tous deux d’excellentes montures de guerre, sa préférence en la matière allait tout de même au premier. Son ouvrage Les Chevaux du Sahara est une ode à ce cheval généreux, qui « peut la faim et [qui] peut la soif » et qui, à ses yeux, pouvait constituer une remonte très intéressante pour la cavalerie française28.

  • 29 Ibid, p. 30‑ 36.

25Les qualités martiales du barbe semblent avoir fait l’unanimité parmi nombre d’amoureux et de praticiens du cheval. L’émir Abd el‑Kader se rangea volontiers à l’avis de Daumas lorsqu’il le lui soumit29. Quelques années auparavant, en 1847, le général Oudinot avait exprimé un sentiment semblable :

  • 30 Cité par Gouraud, 2003 p. 31.

« Docile, sobre, adroit, patient, agile et infatigable, le barbe réunit au plus haut degré les qualités que recherche l’homme de guerre »30.

26Bien des siècles plus tôt, le barbe avait déjà fait la renommée des cavaliers numides qui affrontaient les armées romaines.

Un sultan arabomaniaque en matière de chevaux

  • 31 Al‑Maqrīzī, 2002‑2005, t. 3, p. 727‑730.

27La remarque d’al‑Maqrīzī quant à l’intérêt de Qalāwūn pour les chevaux barqī se situe dans le long développement qu’il consacre à la passion d’al‑Nāṣir Muḥammad pour les chevaux31. Une passion qui, même pour le leader d’une dynastie de cavaliers, lui paraît excessive. Il la décrit comme frôlant l’excentricité voire l’inconséquence.

  • 32 Noter que d’après Rzewuski, 2002, p. 456, les Arabes accordaient davantage de prix aux juments « d’ (...)
  • 33 Sur l’importance que les bédouins arabes accordent tant à la beauté de leurs chevaux qu’à la pureté (...)

28Au contraire de son père, al‑Nāṣir Muḥammad n’aimait pas les chevaux de Barqa. Al‑Maqrīzī insiste sur le fait qu’il raffolait en revanche des coursiers arabes, tels ceux des tribus des Āl Muhannā ou des Āl Faḍl, qui vivaient dans la steppe syrienne. Al‑Nāṣir était capable de payer des sommes exorbitantes pour acquérir une seule de leurs juments poulinières32, jusqu’à 100 000 dirhams, alors que son père n’en avait jamais dépensé plus de 5 000. Sous son règne, les prix atteignirent un tel niveau que les tribus arabes du Bahrein, d’al‑Hassā’, de Qaṭīf, du Hijaz et d’Irak y virent une manne et se pressèrent devant le sultan pour lui présenter leurs plus beaux produits, et ceux à la lignée la plus ancienne33.

  • 34 Al‑Maqrīzī, 2002–2005, t. 3, p. 728.

29Al‑Nāṣir ne se contentait cependant pas de payer ces montures au prix fort. Al‑Maqrīzī regrette qu’il ait aussi accordé à ses meilleurs fournisseurs des faveurs conséquentes voire ruineuses pour le Trésor : de l’or au poids, des vêtements d’apparat, du sucre et des avantages sur des villages en Syrie34.

***

  • 35 Daumas, 2001, p. 254.

« Il y a entre le barbe et l’arabe la différence qui sépare un verre taillé dans le cristal par la main humaine, d’un verre coulé dans un moule. L’un a des formes abruptes, tandis que les formes de l’autre offrent un fini, un poli, une perfection qui ne laisse rien désirer à l’œil. »35.

30Une fois encore, les sentiments de Daumas rejoignent ceux de Qalāwūn : malgré une affection marquée des deux hommes pour les barbes, leurs réflexions respectives soulignent comme une évidence les qualités esthétiques de l’arabe. Elles font aujourd’hui encore la renommée de ces petits chevaux dans le monde entier.

  • 36 Voir supra. Ibn al‑Mundhir, 2006, p. 15.

31Al‑Maqrīzī n’évoque pas l’esthétique comme critère déterminant dans le goût d’al‑Nāṣir Muḥammad pour les chevaux arabes : c’est bien à Qalāwūn qu’il attribue l’allusion à leur beauté. Pourtant, elle semble bien avoir motivé sa passion. Le vétérinaire en chef de ses écuries, Abū Bakr Ibn al‑Mundhir, énonce, nous l’avons vu, les caractéristiques qu’il attribue à dix lignées chevalines, dont neuf orientales. Peut‑être pour plaire à son dédicataire, ce sont les chevaux arabes qui recueillent sa préférence, au moins pour ce qui relève de leurs qualités esthétiques : ils sont « les plus nobles », « les plus purs », « les mieux constitués », ils ont « la robe la plus éclatante », alors que les barqī sont les « plus mal proportionnés »36.

  • 37 Carayon, 2012, p. 444‑447.
  • 38 Cf. l’extrait cité ci‑dessus, note 35.

32Bien qu’à la tête d’un État militaire, Al‑Nāṣir Muḥammad ne fit que peu la guerre. Ses règnes furent marqués par une période de paix et de prospérité économique, au cours de laquelle les fastes prirent le dessus sur les armes. Toujours intimement lié aux chevaux, le cérémonial aulique prit alors toute sa mesure. Les cortèges montés organisés plusieurs fois par an (pour l’ouverture de la saison de polo, les sorties de chasse, les déplacements vers la résidence d’été à Siryāqūs, dans les environs du Caire) étaient l’occasion d’étaler la magnificence et donc la puissance du sultanat. Ils avaient des airs de parades d’investiture : montures et cavaliers défilaient dans leurs plus beaux atours37. La grâce du cheval arabe s’y prêtait parfaitement, et devait participer pleinement à l’harmonie de l’ensemble, sans doute mieux que les « formes abruptes », pour reprendre les mots de Daumas38, des chevaux barqī que Qalāwūn et Barqūq affectionnaient tant pour aller se battre.

  • 39 Al‑Maqrīzī, 2002‑2005, t. 3, p. 728.

33À l’image du sultan, les favoris d’al‑Nāṣir Muḥammad se préoccupèrent davantage d’ostentation que de gloire militaire. Al‑Maqrīzī ne dit pas quelles étaient les origines des six‑cents montures de Baktimur al‑Sāqī. Probablement étaient‑elles variées. Il affirme cependant que le sultan distribuait les chevaux des Muhannā uniquement à ses proches (ḥāṣṣakiyya), dont était Baktimur, alors que les autres émirs recevaient des barqī39.

  • 40 Ibn Manglī, 1984, p. 59‑60.

34Le sultan n’était pas seulement guidé par l’esthétique. Il aimait aussi les chevaux véloces, et la vitesse est assurément une autre des qualités prêtées aux chevaux arabes. Ibn Manglī, qui souligne avec justesse qu’un coursier rapide n’est pas forcément beau, raconte qu’al‑Nāṣir Muḥammad s’empressa d’acquérir un cheval à l’allure fort commune mais qui avait battu ses meilleurs coureurs40.

  • 41 Il fit plusieurs séjours parmi les tribus d’Arabie entre 1817 et 1820 afin de ramener des montures (...)

35Des siècles plus tard, le comte Rzewuski, un aristocrate polonais, grand connaisseur de chevaux arabes et des us et coutumes des bédouins41, rapporte que :

  • 42 Rzewuski, 2002, p. 521.

« les Arabes attachent un très grand prix à la vitesse de leur chevaux, tant à cause de leur propre sûreté, que de la gloire qui rejaillit sur eux par les faits extraordinaires de ces coursiers »42.

  • 43 Ibid, p. 509.
  • 44 Ibid, p. 525.

36D’après cet auteur, les bédouins leur imposaient à cette fin un régime strict43. Il souligne aussi que les bédouins aimaient concourir dans des courses qui les opposaient44.

  • 45 Al‑Maqrīzī, 2002–2005, t. 3, p. 729.

37Al‑Nāṣir Muḥammad organisait aussi de grandes courses avec ses émirs, qu’il incitait à dresser eux‑mêmes leurs montures. Cependant, il était très jaloux des performances de ses coureurs, ne supportant pas que celui d’un autre puisse les devancer. Il demandait ainsi à son connétable (amīr akhūr) de dresser ses propres chevaux mais de les faire passer pour les siens sur le champ de course, car il ne pouvait accepter l’idée qu’ils pussent être vaincus. Une anecdote rapportée par al‑Maqrīzī est très révélatrice de cette jalousie. On y apprend qu’un jour, al‑Nāṣir fut vexé au plus haut point parce qu’une jument appartenant à la tribu des Muhannā, montée sans selle par un bédouin, avait battu ses chevaux. Le fait qu’elle lui fût offerte après la course ne le consola point. Il arrêta alors définitivement le dressage de coursiers45.

  • 46 Rzewuski, 2002, p. 524‑525.

38On peut mettre en parallèle cette anecdote avec une autre, rapportée par le comte Rzewuski, qui fait aussi de la fierté et du refus de la défaite un trait de caractère des éleveurs de chevaux arabes. Il raconte qu’une nuit, quelqu’un déroba à un bédouin une jument à laquelle il était très attachée car elle était réputée pour être la plus rapide de la tribu. Le voleur s’enfuit avec elle. Le bédouin partit aussitôt à leur poursuite et parvint peu à peu à les rattraper car le voleur ne connaissait pas le secret qui faisait déployer sa pleine vitesse à la jument. Malgré le chagrin que lui causa sa perte, le bédouin préféra livrer son secret au voleur et le voir alors s’échapper, plutôt que le déshonneur de voir sa jument chérie perdre son statut de championne46.

  • 47 Al‑Maqrīzī, 2002–2005, t. 3, p. 728 et n. 1.

39Al‑Nāṣir Muḥammad fut un éleveur scrupuleux et particulièrement attentif, jaloux de la lignée de ses montures, tels les bédouins arabes décrit par Rzewuski cinq siècles plus tard. On sait qu’il fit tenir un registre consignant le pedigree — dirait‑on aujourd’hui — des poulains qui naquirent de ses chevaux : nom, provenance, généalogie, dates de monte et de naissance. Un registre qui pouvait sembler superflu tant le sultan avait une connaissance approfondie de chacun de ses produits : il allait régulièrement les admirer, était présent lorsque un étalon couvrait une jument, se faisait appeler lorsqu’elle mettait bas, était capable de citer le nom et la lignée de ses poulains. Lorsqu’ils vieillissaient ou se blessaient, il les envoyait en convalescence dans les pâturages où on leur accordait le plus grand soin47.

  • 48 Ibid, t. 3, p. 630 et 728‑729.
  • 49 Ibid, p. 727. Voir aussi Al‑Qalqashandī, 1960‑1975, vol. IV, p. 32.

40Le nombre des naissances fut tel que le sultan put arrêter de s’approvisionner auprès des tribus arabes et qu’il dut faire construire un lieu dédié à la reproduction, à l’élevage et au dressage de son cheptel. Les travaux de sa jumenterie, appelée maydān al‑maḥarī (« maydān des poulains ») commencèrent en 1320. Elle se situait à quelques encablures de la Citadelle du Caire. On y trouvait des chambres de reproduction et un personnel nombreux chargé de prendre soin des montures48. Ce fut l’origine de l’importance accordée au nāẓir al‑isṭablāt, surintendant des écuries, en charge de leur gestion, ainsi que de l’administration qu’elle représentait, qui devint par la suite l’une des plus importantes du sultanat mamelouk49.

Conclusion

41Au regard de ces quelques données, certes très limitées, le refus de Daumas de vouloir différencier de façon trop tranchée chevaux arabes et barbes paraît un peu timide. Si ces chevaux ont indubitablement des caractéristiques communes – endurance, nervosité, agilité – parfaitement adaptées à l’équitation pratiquée par les Mamelouks, ils semblent quant à eux, ou tout au moins certains d’entre eux, avoir fait clairement leur choix.

42La culture équestre des Mamelouks était si poussée qu’il leur fallait des montures aux compétences spécialisées. Chevaux d’Orient certes, mais tous les membres d’une même famille n’ont pas nécessairement les mêmes aptitudes : le coursier le plus véloce n’est probablement pas assez robuste pour supporter longtemps les manœuvres martiales monté par un homme portant une lourde armure (et les Mamelouks en revêtaient souvent), de même que le champion de polo, capable de soudains pics de vitesse et de changements abrupts de direction, ne peut sans doute pas tenir la distance sur un champ de course. Si le sultan al‑Nāṣir Muḥammad était fier de son coursier muhannā qui arrivait en tête du peloton, ce n’était pourtant pas lui qu’il montait pour parader en ville. C’était aussi à cette diversité de fonction que devait répondre l’étendue du cheptel des Mamelouks : chaque cheval avait sa tâche, sa spécialité. La sélection par lignage instaurée par le sultan répondait à cette exigence, en partie au moins.

  • 50 Digard, 2002, p. 18‑19.
  • 51 Rzewuski, 2002, p. 455 et Al‑Maqrīzī, 2002–2006, vol. 3, p. 728.
  • 52 Elles sont un classique dans la littérature arabe sur les chevaux, dans laquelle les juments du pro (...)

43Le concept de races « pures », dont certaines n’ont de pures que le nom puisqu’elles sont le fruit de croisements de plusieurs types de chevaux – tel le pur‑sang anglais –, est une création humaine relativement tardive50. Mais les pratiques anciennes ont inspiré les méthodes d’élevage récentes. La valeur accordée à l’ancienneté du lignage dont parle Rzewuski était déjà une préoccupation des tribus éleveuses aux temps d’al‑Nāṣir Muḥammad51. Avec la création d’un registre et d’un dīwān spécifiques, celui‑ci a fait basculer les questions de généalogie de l’oralité et de la tradition52 vers l’enregistrement écrit systématique et a priori rigoureux. Son innovation est l’ancêtre des stud books.

  • 53 Digard, 2002, p. 19. Voir aussi, dans ce dossier, la contribution de F. Pouillon.

44De même, al‑Nāṣir peut être considéré comme un précurseur de l’arabomania que l’on retrouve des siècles plus tard dans les milieux équestres. Sa passion pour les chevaux des bédouins trouve en effet un écho chez les cavaliers dandys qui mirent les montures orientales à la mode en Europe au xixe siècle, à une époque où l’on considérait trop facilement que tout cheval en Orient était arabe53, ou chez ces riches amateurs d’aujourd’hui, capables de dépenser des sommes folles pour un pur‑sang du désert.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Fabri, F., Le voyage en Égypte, 1483, traduction, présentation et annotation par Jacques Masson, 3 t., Le Caire, IFAO, 1975.

Ibn Hudhayl al–Andalusī, ‘Alī ibn ‘Abd al‑Raḥmān, La parure des cavaliers et l’insigne des preux, traduction et annotation par Louis Mercier, Paris, Geuthner, 1924 ; réimpression Libris Éditions, 1998.

Ibn Iyās, Muḥammad b. Aḥmad, Badā’ī‘ al‑zuhūr fī waqā’i‘ al‑duhūr, édition par Paul Kahle et Muḥammad Muṣṭafa, Leipzig, Istanbul, Bibliotheca Islamica, 5 vols., 1932–1936 ; traduction partielle par Gaston Wiet, Histoire des Mamlouks Circassiens, Le Caire, IFAO, 1945 et Journal d’un bourgeois du Caire, 2 vols., Paris, Armand Colin, 1945 et 1960.

Ibn Manglī, Muḥammad, De la chasse: commerce des grands de ce monde avec les bêtes sauvages des déserts sans onde, traduction par François Viré, Paris, Sindbad, 1984.

Al‑Maqrīzī, Taqī al‑Dīn Aḥmad, Al‑Sulūk li‑ma‘rifat duwal al‑mulūk, vols. I et II édités par Muḥammad Muṣṭafa Ziyāda Le Caire, 1934–1958 ; vols. III et IV édités par Sa‘īd ‘Abd al‑Fatāḥ ‘Ashūr, Le Caire, 1970–1973 ; traduction partielle par Quatremère, Histoire des sultans mamlouks de l’Égypte, Paris, 2 vols., 1837–1840.

Al‑Maqrīzī, Taqī al‑Dīn Aḥmad, Al‑Mawā‘iẓ wa‑l‑i‘tibār fī dhikr al‑khiṭaṭ wa‑l‑āthār, édition par Ayman Fu’ad Sayyid, Londres, al‑Furqān Islamic Heritage Foundation, 5 vols., 2002–2005.

Ibn al‑Mundhir, Abū Bakr al‑Bayṭār ibn Badr al‑Dīn, Kashīf al‑wayl fī ma‘rifa āmrāḍ al‑khayl, ms. BnF, Ar. 2814 ; traduction par Mohamed Mehdi Hakimi, Le Nāceri: hippologie et médecine du cheval en terre d'islam au xive siècle. Le Traité des deux arts en médecine vétérinaire, Paris, Errance, 2006.

Ibn Taghri Birdi, Abū l‑Maḥāsin Yūsuf, Al‑Nujūm al‑zāhira fī mulūk Miṣr wa‑l‑Qāhira, édition du Caire, Dār al‑kutub al‑miṣriyya, 16 vols., 1963–1972.

Al‑Qalqashandī, Shihāb al‑Dīn Aḥmad, Ṣubḥ al‑a‘shā’ fī ṣinā‘at al‑inshā’, édition par Muḥammad Muṣṭafa, Bibliotheca Islamica, 5 vols., Wiesbaden, 1960–1975.

Bibliographie

Ammon, K. W., Chevaux des Arabes et chevaux arabes, Nuremberg, 1834, traduit de l’allemand et présenté par J.‑P. Portmann, Arles, Éditions Actes Sud, collection Arts équestres, 2008.

Carayon, A., La Furūsiyya des Mamlūks, une élite sociale à cheval (1250–1517), thèse de doctorat sous la direction de Sylvie Denoix, Université de Provence Aix‑Marseille I, 2012.

Carayon, A., « Représenter son identité, imposer son pouvoir: les jeux guerriers des Mamlouks et la symbolique de la furūsiyya », in La Guerre dans le Proche‑Orient médiéval (xe–xve siècle). Cultures et sociétés, Le Caire, IFAO, sous presse.

Daumas, E., Les Chevaux du Sahara et les mœurs du désert, édition revue et augmentée par l’émir Abd El‑Kader, Paris, Michel Lévy Frères, 1866 ; nouv. éd., Éditions les guides équestres, 2001.

Digard, J.‑P. (dir.), Chevaux et cavaliers arabes dans les arts d’Orient et d’Occident, Paris, Institut du monde arabe/Gallimard, 2002.

Digard, J.‑P., Une histoire du cheval : art, technique, société, Arles, Actes Sud, 2004.

Flori, J., Chevaliers et chevalerie au Moyen Âge, Paris, Hachette, 1998.

Gouraud, J.‑L. (textes), et Arthus‑Bertrand, Y. (photographies), Chevaux, Paris, Éditions du Chêne, 2003.

Rzewuski, Comte W. S., Impressions d’Orient et d’Arabie : un cavalier polonais chez les Bédouins (1817–1819), texte établi par B. Lizet, F. Aubaile‑Salleve, P. Daszkiewicz et A.‑L. Wolf, Éditions José Corti/Museum National d’Histoire Naturelle, 2002.

Al‑Sarraf, S., L’Archerie mamlūke (648–924/1250–1517), thèse de doctorat sous la direction de Dominique Sourdel, Université de Paris Sorbonne, 1989.

Al‑Sarraf, S., « Évolution du concept de furūsiyya et de sa littérature chez les Abbassides et les Mamlouks », in Jean–Pierre Digard (dir.), Chevaux et cavaliers arabes dans les arts d’Orient et d’Occident, 2002.

Al‑Sarraf, S., « Mamlūk Furūsiyya Literature and its Antecedents », Mamlūk Studies Review, VIII (1), 2004, p. 141‑200.

Zouache, A., « Théorie militaire, stratégie, tactique et combat au Proche‑Orient (Ve–VIIe/XIe–XIIIe siècle) : bilan et perspectives », in Abbès Zouache et Mathieu Eychenne (dir.), La guerre dans le Proche‑Orient médiéval : état de la question, lieux communs, nouvelles approches, Le Caire, IFAO/IFPO, 2015, p. 59‑88.

Haut de page

Notes

1 Daumas, 2001.

2 D’après le Lisān al‑‘arab, vol. VI. p. 159‑163.

3 La furūsiyya est en effet souvent envisagée uniquement comme un art relatif aux chevaux. Il s’agit cependant d’un concept bien plus large, qui, de plus, ne revêt pas la même acception en fonction des époques, des lieux, des personnes. Les définitions du terme furūsiyya que l’on trouve dans les dictionnaires arabes sont trop restrictives dans le contexte culturel qui nous occupe. Dans Al‑Munjid, c’est le fait d’ « avoir des connaissances dans le domaine des chevaux et de leur monte », p. 575‑576. Al‑Mu’jam al‑‘arabī al‑ḥadith y voit « l’état du cavalier ; le courage, l’intrépidité », p. 903. Voir al‑Sarraf, 2004, p. 147‑148 ; Carayon, 2012, p. 10‑14.

4 Stricto sensu : « cavalier ». Le terme, riche de sens, renvoie tout autant à des aptitudes techniques qu’à un statut social, les Mamelouks formant une aristocratie militaire de guerriers montés.

5 Carayon, 2012, p. 448‑453.

6 Comme le palais d’un des favoris d’al‑Nāṣir Muḥammad, Qawṣūn, appelé isṭabl Qawṣūn, dans al‑Maqrīzī, 2002–2005, t. 3, p. 235‑236.

7 Ibid, t. 3, p. 662 et 666.

8 Carayon, 2012, p. 323‑375 ; Carayon, à paraître.

9 Al‑Maqrīzī, 2002–2005, t. 3, 625‑635 ; Ibn Iyās, 1960–1965, t. IV, p. 173 (cf. traduction de Wiet, 1955, p. 169‑170). Voir également Ayalon, 1961 et Carayon, 2012, p. 376‑410.

10 Ibn Manglī, 1984, p. 68‑69.

11 Al‑Maqrīzī, 2002–2005, t. 3, p. 635‑636 ; AL‑Qalqashandī, 1960–1975, t. IV, p. 54.

12 Le sultan al‑Nāṣir Muḥammad régna trois fois : de décembre 1293 à décembre 1294 ; de février 1299 à avril 1309 ; de mars 1310 à juin 1341.

13 Al‑Ẓāhir Barqūq régna à deux reprises, de novembre 1382 à juin 1389 et de janvier 1390 à sa mort en juin 1399.

14 Al‑Maqrīzī, 2002–2005, t. 3, p. 730.

15 Ibid, t. 3, p. 222.

16 Fabri, 1975, t. 2, p. 420.

17 Digard, 2004, p. 79‑86. Voir également les travaux de Flori, 1998, et un avis en partie contraire dans Zouache, 2015 (avec bibliographie récente).

18 Carayon, 2012, 306‑320 ; Digard, 2004, p. 100.

19 Voir les travaux d’al‑Sarraf, 1989.

20 Daumas, 2001, p. 254‑255. Voir aussi p. 30.

21 Al‑Maqrīzī, 1934‑1958, vol. 1, p. 703 (cf. la traduction de Quatremère, 1837–1840, vol. II/1 et la riche note 37. Voir également Ammon, 2008, qui détaille les caractéristiques des chevaux asiatiques et africains (dont les barbes), p. 33‑42.

22 Le terme employé par al‑Mundhir (cf. ms. BnF, Arabe 2814, f. 5v‑6r) est insāb, pluriel de nasaba : « lignage, origine, famille, du côté du père » (cf. Kazimirski, t. II, p. 1247).

23 Ce sont les chevaux du Nejd qui recueillent les faveurs de Ammon, 2008, p. 14, 34 et de Rzewuski, 2002, p. 419, 486.

24 Je reproduis ici la traduction de Hakimi dans Ibn al‑Mundhir, 2006, p. 15. Cependant, il traduit le mot insāb par « races », que j’ai remplacé par « lignages », ce terme me semblant plus approprié (cf. ci‑dessus, note 22). En effet, le terme « race » implique une notion de zootechnie moderne trop récente pour le texte original (cf. Digard. 2002, p. 18). Voir Ibn al‑Mundhir, ms. 2814 de la BnF, f. 5v‑6r pour le texte arabe. Pour les distinctions entre ces différents lignages, on peut se reporter à Ammon, 2008 et Rzewuski, 2002.

25 Ibn Taghrī Birdī, 1963, vol. XII, p. 51.

26 Qalāwūn régna de 1280 à 1290.

27 Al‑Maqrīzī, 2002–2005, t. 3, p. 727.

28 Daumas, 2001, p. 30 et 252‑256.

29 Ibid, p. 30‑ 36.

30 Cité par Gouraud, 2003 p. 31.

31 Al‑Maqrīzī, 2002‑2005, t. 3, p. 727‑730.

32 Noter que d’après Rzewuski, 2002, p. 456, les Arabes accordaient davantage de prix aux juments « d’abord, parce que c’est par elles que se compte la généalogie des coursiers, ensuite parce qu’elles sont plus rapides, endurent mieux la fatigue et sont moins enclines à hennir ».

33 Sur l’importance que les bédouins arabes accordent tant à la beauté de leurs chevaux qu’à la pureté de leur lignage, voir Rzewuski, 2002, p. 455.

34 Al‑Maqrīzī, 2002–2005, t. 3, p. 728.

35 Daumas, 2001, p. 254.

36 Voir supra. Ibn al‑Mundhir, 2006, p. 15.

37 Carayon, 2012, p. 444‑447.

38 Cf. l’extrait cité ci‑dessus, note 35.

39 Al‑Maqrīzī, 2002‑2005, t. 3, p. 728.

40 Ibn Manglī, 1984, p. 59‑60.

41 Il fit plusieurs séjours parmi les tribus d’Arabie entre 1817 et 1820 afin de ramener des montures pour l’armée polonaise et son propre domaine.

42 Rzewuski, 2002, p. 521.

43 Ibid, p. 509.

44 Ibid, p. 525.

45 Al‑Maqrīzī, 2002–2005, t. 3, p. 729.

46 Rzewuski, 2002, p. 524‑525.

47 Al‑Maqrīzī, 2002–2005, t. 3, p. 728 et n. 1.

48 Ibid, t. 3, p. 630 et 728‑729.

49 Ibid, p. 727. Voir aussi Al‑Qalqashandī, 1960‑1975, vol. IV, p. 32.

50 Digard, 2002, p. 18‑19.

51 Rzewuski, 2002, p. 455 et Al‑Maqrīzī, 2002–2006, vol. 3, p. 728.

52 Elles sont un classique dans la littérature arabe sur les chevaux, dans laquelle les juments du prophète sont à l’origine de tous les chevaux arabes.

53 Digard, 2002, p. 19. Voir aussi, dans ce dossier, la contribution de F. Pouillon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Carayon, « Le sultan qui aimait les beaux chevaux : l'« arabomania » équine du mamelouk al-Nāṣir Muḥammad », Arabian Humanities [En ligne], 8 | 2017, mis en ligne le 31 mai 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cy/3291 ; DOI : 10.4000/cy.3291

Haut de page

Auteur

Agnès Carayon

Institut du monde arabe

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals