Navigation – Plan du site
1997
Colloque "les problèmes culturels des grandes villes", 8-11 décembre 1997
110

Les dispositifs de la complexité :métalangage et traduction dans la construction de la ville

The devices of complexity : metalanguage and interpretation of urban reality

Vincenzo Guarrasi

Résumés

La géographie culturelle propose une lecture de la réalité urbaine qui tend à identifier cette réalité avec un ensemble de signes dont la fonction essentielle est d´introduire de l’ordre et du sens dans les structures sociales complexes. Il n´y a pas d´organisation sociale ou de situation territoriale complexe qui puissent se soustraire au passage contraignant d´une traduction en termes de structures ordonnées et douées de sens. Le fonctionnement d´un monde artificiel complexe impose, donc, l´adoption de systèmes de régulation et de contrôle très raffinés. Il ne peut pas être réglé par des automatismes. Pour qu’une telle réalité fonctionne, il est nécessaire qu´elle soit sous le contrôle de l´action humaine intelligente. Mais tout cela a une limite. Sur la surface de la terre, il y a des lieux qui sont irréductibles à ce que nous pouvons en dire. Ce sont des lieux que nos corps savent seulement habiter, à savoir les villes. Ces lieux incitent l´homme à prendre conscience, et à élaborer des langages, à inventer de nouvelles théories et des œuvres d´art.

Haut de page

Texte intégral

Chemins battus, chemins parcourus :…Pensée analytique et monde objectif (ou de l´autonomie de l´objet)

1Les représentations géographiques partent d´un présupposé dont il n´est pas inutile d´expliciter les termes. Elles se fondent sur la conviction selon laquelle le "monde réel" serait intelligible. La chose semble si évidente que nous la prenons difficilement en considération. Pourtant, cette conviction interne à la pensée occidentale et à son histoire, provient d´un procédé d´objectivation dont l´évolution même n´est pas étrangère à ce qu´on appelle "les technologies du langage". Mais n´allons pas trop vite et avançons avec ordre. L´intelligibilité et l´objectivation sont les deux postulats interdépendants de la connaissance scientifique, celle qui s´est formée à partir de la pensée grecque (Schrödinger, 1987, 122 ; Miceli, 1990, 88 et sv.). Le monde se constitue en tant qu´ objet de la connaissance scientifique à condition de mettre la dimension subjective entre parenthèses. Toute forme de subjectivité est perçue comme un élément de perturbation de cette image si laborieusement construite. Il en résulte une réalité objective aux contours clairs et nets, mais aussi incolores et fades :

"Le monde objectivé par la science, dit Schrödinger, est étroit, exsangu, incolore, spectral. En aucune manière les couleurs, les odeurs, les saveurs, ne sauraient y apparaître. En aucune manière des significations, des valeurs, de belles choses, des appréciations ne sauraient s´y révéler. Dans la vie quotidienne, affirme encore Schrodinger, nous rencontrons des sujets humains qui s´émeuvent et sentent, entendent et comprennent, s´orientent et jugent. De tout cela, dans l´objectivation "scientifique" du monde, on en ignore toute trace, et on se tait" (Miceli, 1990, 91).

2Ce voile spectral s´étend jusqu´à recouvrir comme un linceul le monde humain, dans la mesure où ce qui est mis entre parenthèses ce n´est pas seulement le sujet humain en tant que tel, mais bien plutôt l´interaction entre sujet et objet de la connaissance. Même les mondes de la perception, de la cognition, ou de l´évaluation peuvent être explorés avec la même minutieuse exactitude par qui se propose l´intelligibilité comme objectif premier.

La fracture entre monde objectif et monde subjectif. Pensée occidentale et technologies du langage.

3Dès lors le problème est de redécouvrir aux racines de la pensée scientifique occidentale comment est apparue cette fracture entre monde objectif et monde subjectif, et comment, à partir de cette fracture, les fondements mêmes du savoir scientifique ont été posés.

4Nous partageons la thèse de Walter J. Ong quand il affirme que le succès de la langue grecque dans son analyse abstraite du monde du son et dans sa traduction en équivalences visuelles, a contribué de manière décisive à la naissance et au développement de la pensée analytique. De même, pas moins convaincante nous semble la constatation selon laquelle l´invention de l´imprimerie a rendu possible l´exacte reproductibilité des textes, ce qui a contribué ultérieurement à modeler et à renforcer l´activité intellectuelle de l´homme moderne. W.J. Ong souligne que le trait distinctif de la science moderne réside dans l´union entre une observation précise et une verbalisation exacte, c´est-à-dire une description formulée verbalement de manière rigoureuse, des objets et des procédés complexes observés (Ong, 1986). Après un long apprentissage tendu par l´effort de se familiariser avec l´écriture, la pensée occidentale a trouvé dans l´imprimerie le support technologique nécessaire afin que la règle et la discipline d´un monde intellectuel limité deviennent des schémas culturels diffus et généralisés (Goody, 1981 ; 1988).

5L´imprimerie améliore, donc, le procédé de verbalisation de l´expérience humaine. Elle en exalte les conditions de reproductibilité et les possibilités de transmission, et en même temps elle produit un modèle d´intelligibilité, qui s´étend du monde des textes écrits vers l´univers de l´expérience humaine. Le lecteur se pose vis à vis de la compréhension d´un texte comme devant quelque chose qui ne demande aucune médiation humaine : reproduit et diffusé en un grand nombre d´exemplaires sur une échelle spatio-temporelle bien plus ample que celle de la vie humaine, le texte acquiert sa propre autonomie, y compris vis à vis de son auteur. Par analogie, l´homme, ayant acquis une certaine familiarité avec la lecture, prétend pouvoir soumettre aux mêmes principes sa propre expérience personnelle et subjective : le monde lui apparaît lisible, et intelligible comme le sont les documents imprimés. Lire veut dire et implique interpréter des combinaisons et des séquences virtuellement infinies d´un nombre limité de signes en tant que celle-ci sont dotées de sens. Cette activité présuppose, disions-nous, décomposition du langage en formes élémentaires et sa recomposition analogique en agrégats aux différents niveaux de complexité. On lit des mots composés par des phonèmes, des phrases composées par des mots, des textes composés par des phrases, mais chaque séquence, même la plus complexe, contient en elle-même une garantie d´intelligibilité qui dérive du fait que nous en connaissons les éléments et les règles combinatoires. Si nous les soumettons à l´analyse, même les événements du monde réel manifesteront un sens qui doit être éventuellement à rechercher au delà des apparences sensibles et qui sera affirmé avant même d´en avoir fourni une explication complète (Blumenberg, 1984). Grâce aux propriétés structurales du langage et à son dispositif produisant des stéréotypes, le monde apparaît ordonné et doté de sens. Et le sens, au contraire de se manifester comme quelque chose qui déclenche l´action humaine, apparaît en tant qu´attribut du monde objectif. Ce dernier, s´il perd d´un côté en odeurs et en saveurs, il gagne d´un autre côté en signification et en intelligibilité.

La formalisation du discours scientifique (ou de l´autonomie du discours)

6La formalisation est l´ultime aboutissement du procédé d´objectivation. Celle-ci représente l´instrument principal qui permet au discours scientifique du XXéme siècle de se soustraire à n´importe quelle autorité externe et de trouver en lui-même la source de sa propre légitimation. Un tel procédé, dont tous les passages sont explicités et soumis à un contrôle, se pose comme garantie de la cohérence du discours scientifique. C´est à cause de cela qu´aussi bien le programme formulé par Hilbert en 1928 que l´échec qu´essuya cette tentative avec le théorème de l´incomplétude de Godel en 1931, sont du plus grand intérêt.

7Le programme de Hilbert consiste dans la complète formalisation d´un système déductif. Le procédé s´effectue en vidant de toute signification les expressions présentes dans le système, lesquelles ne sont considérées que comme de simples "signes" (Nagel, Newman 1992, 34). Le centre de la question étant dans la distinction entre calcul formel et sa description.

Critique des modèles mécanistes et crise de l´idée de représentation

8La réussite du programme de Hilbert aurait probablement établi l´exhaustivité des mathématiques réelles, ce qui veut dire leur fermeture (leur verrouillage). Ce que les formalistes ont dans l´esprit, c´est, en effet, un modèle mécanique et mécaniste des mathématiques (et du monde) dans lequel tout pourrait être reconduit à des jeux symboliques effectués par un calcul gigantesque (Girard, 1992,120). Le théorème de Godel n´est rien d´autre que la énième réfutation d´un modèle mécaniste de la science, de la pensée et du monde (Girard, 1992). Le procédé adopté par ce théorème permet de montrer que la formule "le calcul est cohérent" n´est pas démontrable à l´intérieur de ce même calcul (Nagel, Newman, 1992, 77).

9L´échec dans la formalisation du discours scientifique a eu des conséquences importantes en ce qui concerne le rapport entre le discours géographique, la réalité et sa représentation scientifique. Le problème de l´inférence du procédé territorial de sa forme spatiale s´est révélé, donc, insoluble, puisqu´on a constaté que la même forme pouvait dériver de procédés radicalement différents (Olsson, 1991, 51-67).

L´intelligibilité du monde

10La relation entre sujet et objet, qui s´est développée et consolidée au cours de l´évolution de la pensée occidentale à partir de l´intelligibilité et de l´objectivation du monde, est à la base du programme scientifique de la géographie moderne. Quand Humboldt, par exemple, se propose de conduire le représentant de la société, en un mot l´individu, du concept esthétique de paysage à la compréhension scientifique du monde, il conçoit l´environnement naturel comme un monde ordonné :

"Pour Humboldt comme pour Pythagore cosmos ne veut pas dire simplement "monde", mais "ordre du monde". Et pour Humboldt comme pour le savoir grec originaire l´ordre symétrique du monde naturel était la projection de l´Harmonie géométrique de l´organisation sociale"(Farinelli, 1987, 8).

11Ritter, à son tour, dans sa définition de la terre comme "le plus grand des individus vivants" attribue à la planète la même forme que celle du sujet de la connaissance géographique (Farinelli, 1987, 7). Le programme fondamental de la géographie se construit à partir d´une série d´isomorphismes entre individu et société, société et environnement. La structure sociale et l´écosystème naturel, dans leur totalité et leur complexité, au même titre que les simples "objets culturels" qui composent l´expérience humaine, apparaissent comme une réalité intelligible et en quelque sorte maîtrisables par l´esprit humain.

Intelligibilité du monde et intelligence spatiale

12La science est-elle vraiment en mesure d´exprimer l´intelligibilité du monde qu´elle-même postule comme un de ses fondement constitutifs ? La réponse, affirmative ou négative, doit en passer par l´interaction entre esprit humain, représentation et monde réel. C´est seulement cette voie qu´il est possible de redécouvrir :

"…l´ordre a priori du monde, c´est-à-dire l´ordre des possibilités qui doivent être communes au monde et à la pensée. Mais cet ordre doit être, semble-t-il, extrêmement simple. C´est un ordre antérieur à toute expérience ; il doit pénétrer toute l´expérience et, à son tour, il ne doit pas être contaminé par des obscurités ou des incertitudes de nature empirique. Voire, il doit être de cristal pur. Mais ce cristal ne se présente pas comme une abstraction ; mais comme quelque chose de concret, mieux encore comme la chose la plus concrète, pour ainsi dire la plus dure. (Tractatus logico-philosophicus)" (Wittgenstein, 1983, 62-3)

13La réalité sociale est intelligible à condition de faire intervenir un système dont la complexité est équivalente à cette réalité. Mais alors nous sommes devant le paradoxe de la carte dont l´échelle est 1/1. Construire une telle carte a-t-il un sens ? Non, parce que cette carte existe déjà. Ce sont les interactions entre les hommes qui génèrent un système complexe comparable à celui de la réalité sociale. Un tel système est artificiel et fonctionne comme une intelligence artificielle, mieux comme une intelligence spatiale artificielle (Farinelli, 1987).

Sentiers perdus. L’intelligence du territoire

14Le territoire de la société humaine est un monde artificiel, construit par l´homme. Ce monde est complexe . La complexité, dans ce cas, dérive de l´action de l´homme. Le fonctionnement d´un monde artificiel complexe impose l´adoption de systèmes de régulation et de contrôle très raffinés. Il ne peut pas être réglé par des automatismes. Il ne fonctionne pas de manière mécanique. Tout au plus il peut être assimilé au fonctionnement d´un système vivant dont le fonctionnement a besoin d´un système nerveux central (Maturana, Varela, 1992 ; Delbruck, 1993). Les différences entre le fonctionnement des organismes biologiques et celui des systèmes artificiels sont considérables. Mais certaines analogies ne peuvent pas être négligées.

15La complexité peut se maîtriser en introduisant dans la réalité artificielle plusieurs niveaux d´organisation. A chaque niveau les sociétés humaines doivent être en mesure d´adopter des stratégies opératives intelligentes. L´ensemble de ces systèmes opératifs est ce que nous appelons intelligence artificielle .

16De même que le territoire qu´elle gouverne, l´intelligence artificielle a aussi une organisation spatiale artificielle. En assumant en elle-même le critère humain, ce que nous nommons intelligence spatiale artificielle - se distinguant ainsi d´autres types d´intelligence artificielle - intègre l´espace en tant que paramètre fondamental :

"… du point de vue de la machine c´est le temps qui compte, alors que du point de vue humain c´est l´espace. Norbert Wiener l´a très bien expliqué : alors que les possibilités et les flexibilités d´une machine dépendent en grande partie de la multiplication des effets dans le temps (par le moyen de fréquences supérieures à un million de tours à la seconde), dans les organismes (dont les fibres nerveuses réussissent à transmettre à peine mille impulsions à la seconde) la règle est la multiplication spatiale des organes" (Farinelli, 1987, 33).

17Le rôle de ce que nous appelons intelligence spatiale artificielle est si important que, s´il n´existait pas, les conditions d´existence de la réalité artificielle en seraient remises en question. Pour qu´une telle réalité fonctionne, il est nécessaire qu´elle soit sous le contrôle de l´action humaine intelligente. Mais pour que cette dernière soit vigilante et active, il est indispensable que d´une part le territoire compris comme monde artificiel soit traduisible en un monde de représentations, et que d´autre part la trame essentielle des interdépendances humaines soient constamment réécrite dans l´esprit des hommes qui vivent la réalité sociale et en interprètent les exigences. C´est pour cela que nous pouvons affirmer avec Franco Farinelli :

"… une véritable intelligence spatiale artificielle, une science de la communication et du contrôle des hommes qui aurait comme paramètre fondamentale l´espace et non le temps, se traduirait non seulement par la seule forme possible "d´ humanisation de la géographie humaine" - selon la vieille expression de Max Sorre - mais encore par la seule forme possible d´humanisation de la société" (Farinelli, 1987, 33).

Géographie humaine et intelligence artificielle

18Parmi les nombreuses stratégies de la connaissance que nous pratiquons, il y en a une en particulier qu´il faut développer et perfectionner, celle qui a comme objet privilégié d´étude un "objet géographique" très spécifique : le fonctionnement des intelligences spatiales artificielles aux différents niveaux d´organisation.

19La tâche consiste dans l´appréhnesion et la reconnaissance les "lieux" de formation de l´action territoriale intelligente à ses différents niveaux d´organisation. Le problème du comment dans ce cas s´articule avec le problème du lieu . Pour reconnaître les intelligences spatiales artificielles, il faut repérer les nœuds d´une réalité complexe, ceux qui ont, d´une manière ou d´une autre, une forme d´autonomie.

Autonomie et autopoïèse

20Il s´agit du même problème qui inquiète et embarrasse les biologistes contemporains : comment peut-on comprendre l´autonomie du vivant ? Ils suggèrent que pour la comprendre, on doit connaître l´organisation qui définit le système vivant comme unité et, dans ce but, ils introduisent la notion d´autopoïèse (Maturana, Varela, 1992, 62-66).

21C´est au carrefour entre autonomie, organisation et unité que se trouve l´enjeu décisif. Mais selon qu´il s´agit des intelligences artificielles ou des systèmes vivants, les issues sont très différentes. Il va de soi que les organismes ont des limites spatiales et temporelles, ce qui n´est pas le cas des systèmes artificiels qui peuvent annuler de telles limites grâce à la technologie et changer des éléments du système et/ou des valeurs normatives. Même si ces systèmes artificiels se conservent sur un nouveau registre de contrôle, ils risquent de perdre leur identité (Tuan, 1978, 96).

Les interactions territoriales et les institutions sociales

22Le territoire se constitue, en tant qu´objet d´étude de la géographie, à partir du système des interactions entre l´homme et l´environnement. A l´intérieur du territoire on peut repérer un domaine spécifique d´intérêts, voué essentiellement à l´étude des "interactions territoriales", c´est-à-dire des interactions entre les hommes qui y agissent en connexion avec les différentes situations territoriales. Les actions humaines sont le résultat d´un procédé qui peut être articulé selon les moments fondamentaux suivants : perception, cognition, évaluation, décision et action. Quand l´homme entre en relation avec l´environnement naturel une telle séquence s´effectue dans sa forme élémentaire ; mais à peine deux ou trois acteurs humains sont-ils impliqués dans le procédé de territorialisation, la chaîne perception/action se double (ou se multiplie) de telle sorte que chacun des sujets introduit dans la situation territoriale son point de vue particulier. Cela provoque ce que nous appelons "interaction territoriale", d´où s´ensuit qu´une dynamique extrêmement complexe se développe : chaque acteur humain se présente à l´autre comme un élément, et parmi les plus imprévisibles, de l´environnement extérieur.

23L´interaction humaine se développe dans un cadre où les rapports sont déjà définis. Les institutions sociales assument, justement, cette tâche spécifique : réguler le domaine des interactions humaines. C´est ainsi que deux sujets se mettent en relations l´un avec l´autre dans un cadre institutionnel qui assigne à chacun un rôle social spécifique : le comportement de l´acteur social, interprétant un rôle, est beaucoup plus prévisible que celui d´un sujet humain, considéré de manière abstraite. Les rôles possèdent certaines marges de flexibilité et de tolérance, mais si on atteint un certain seuil, le comportement n´est plus considéré comme étant adéquat au rôle, et en conséquence telle sanction sociale ou telle autre aura lieu.

Le caractère spécifique de l´environnement artificiel

24Chaque société humaine se dessine comme un ensemble d´institutions sociales auxquelles correspond un système de situations territoriales interactives. Mais à chaque niveau de l´organisation, y compris le plus complexe, c´est à un interprète humain que les rôles et les fonctions doivent être assignés. Cet interprète doit être en mesure de percevoir, connnaître, évaluer, décider. Voilà une série d´opérations qu´il serait imposible d´effectuer dans une situation territoriale complexe si à chaque niveau de la réalité ne correspondait pas un ensemble de codes et de modèles culturels en mesure d´assumer ces quatre fonctions fondamentales : représentation, interprétation, organisation, et légitimation (Godelier, 1985, 151-152).

25Il n´ y a pas d´organisation sociale ou de situation territoriale complexe qui puisse se soustraire à la contrainte de sa traduction possible en termes de structures ordonnées et dotées de sens. C´est en cela que consiste le caractère spécifique de chaque environnement artificiel en relation avec les écosystèmes naturels : son ordre tient à condition qu´à l´ensemble des objets matériels dont est composé le territoire, corresponde un ensemble de codes et de modèles culturels qui dirigent et orientent la pensée et les actions humaines.

La culture productrice de structures

26Les objets artificiels font partie de cet ensemble appelé culture en tant qu´ils sont concrets et pas seulement, comme on a tendance à le croire, en fonction de leur forme idéale. Chaque objet concret est reconnaissable et signifiant parce qu´il permet de reconduire aux pratiques sociales à partir desquelles il a été produit. C´est donc en partant de chacun de ces objets et par le truchement de la fonction signalétique qui lui est associée, qu´il est possible de remonter à la praxis humaine dans sa totalité et sa complexité (Guarrasi, 1988, 10).

27Pour pouvoir s´orienter dans le monde et y agir, l´homme doit effectuer une opération de représentation du monde dans lequel il vit. Entre l´homme et l´environnement un processus interactif se développe grâce auquel chaque chose devient un objet (re)connu par un sujet. La connaissance n´est pas une réception passive, ni une construction arbitraire (Miceli, 1982). L´homme ordonne et classe ses propres expériences, il distingue et identifie les faits et les phénomènes, il construit des séquences de causes et d´effets. A travers le procédé de la connaissance un monde qui est au début imprévisible se transforme en une réalité structurée, et pour cela même prévisible et manipulable. C´est en cela que consiste le "travail" de la culture : elle fonctionne comme un générateur structurant et crée autour de l´homme une sémiosphère qui, de même manière que la biosphère, rend possible la vie, non pas celle organique bien-sûr, mais celle relationnelle (Lotman, Uspenskij, 1973, 42).

28L´ordre territorial et l´orientation humaine ont lieu ensemble grâce à un unique procédé qui inclut en lui-même deux opérations solidaires. Le "monde réel" (à ne pas confondre avec l´environnement naturel, la Terre) et le "sujet humain" qui fait l´expérience de ce monde, sont le résultat de ce procédé.

La sémiosis et la sémiosphère

29La sémiosis, donc, représente un procédé qui se rénove sans cesse, par le moyen duquel l´homme se forme de connaissances bien précises et les expérimente par l´action, les retravaille, les modifie, la communication ayant lieu dans l´interaction de ces activités puisque la pensée œuvre par le truchement des signes. La sémiosis comporte, en effet, une double dynamique :

  • une communication-interprétation, pour la tension du signe vers d´autres signes ;

  • une connaissance-orientation, pour la tension du signe vers la réalité à travers son objet (Miceli, 1982).

30Avec la notion de "sémiosphère", proposée par Jurij M. Lotman (1985), l´intérêt est déplacé des actes de commnunication individuels au monde sémiotique dans son ensemble. Ce qui est mis au premier plan ce sont les mécanismes de base qui rendent possibles non seulement la transmission de l´information, mais aussi, et surtout, l´élaboration de nouvelles informations. Notre auteur affirme catégoriquement :

"La sémiosphère est cet espace au delà duquel l´existence même de la sémiosis n´est pas possible" (Lotman, 1985, 58).

31Il est donc extrêmement intéressant d´analyser les caractères que le sémioticien russe attribut à la sémiosphère, entendue, il faut le préciser, comme espace sémiotique. Il s´agit d´un espace fermé et circonscrit, articulé dans son ensemble avec un centre et une périphérie :

  • La sémiosphère est circonscrite dans l´espace qui l´entoure et qui a un caractère extrasystématique ou bien appartient à d´autres sphères sémiotiques.

  • La sémiosphère est fermée dans le sens qu´elle ne peut pas avoir de rapports avec des événements qui lui sont étrangers. Pour que ceux-ci deviennent réels pour la sémiosphère, il est nécessaire qu´ils soient traduits dans une langue de l´espace interne ou, s´il s´agit de faits appartenants au monde extrasémiotique, qu´ils soient sémiotisés. Lotman propose pour ce faire, une analogie suggestive entre les limites de la sémiosphère et les récepteurs sensoriels qui traduisent les stimuli extérieurs dans le langage de notre système nerveux.

  • La division en centre et périphérie est une loi de l´organisation interne de la sémiosphère. En effet, cette dernière est constituée par des structures cellulaires ayant une organisation évidente, immergée dans un monde sémiotique plus amorphe, qui gravite vers la périphérie. Au centre on trouve les systèmes sémiotiques dominants qui, dans certains cas, parviennent au niveau de l´auto-description. Dans ce cas, grâce à un système de métalangages, qui permettent de décrire aussi bien les systèmes sémiotiques centraux que l´espace plus amorphe de la périphérie, la sémiophère construit au delà des évidentes irrégularités de son espace interne, mais à un autre niveau, son apparente unité idéale.

32La tendance vers l´organisation et l´auto-description de l´espace central de la sémiophère opère de telle manière que les procédé dynamiques se développent plus rapidement dans la zone périphérique où, à cause de la présence de constructions plus mobiles et flexibles, ils ont à faire à une résistance plus faible. L´élaboration d´auto-descriptions métastructurales (grammaticales) est un facteur qui augmente beaucoup la rigidité et la stabilité des structures sémiotiques. La sémiosphère se forme, donc, comme un espace qui se conserve grâce à des mécanismes stabilisateurs, qui s´active au centre, mais qui change à cause des turbulences qui se développent en périphérie.

Les frontières de la sémiophère

33Ces frontières ont une grande importance pour deux raisons : d´une part elles appartiennent à la structure même d´un espace qui, par définition, est fermé et circonscrit, d´autre part elles introduisent, dans cet espace, une ambiguité qui est loin d´être un élément négligeable. Comme on a vu, pour Lotman la sémiosphère est circonscrite et entourée par l´espace extrasystématique de même que par d´autres sphères sémiotiques :

"La fonction de chaque frontière et, en particulier, de celle de la sémiosphère, est de limiter la pénétration et l´infiltration d´éléments extérieurs, et de transformer tout ce qui est externe en éléments internes. Cette fonction invariante se manifeste sur différents registres de manière diversifiée. Au niveau de la sémiosphère, elle détermine la séparation de ce qui est étranger, la filtration des communications externes, leur traduction dans le langage de la sémiosphère, et en plus la transformation des non-communications externes en communications, c´est-à-dire la sémiotisation et la transformation en information de ce qui arrive de l´extérieur. De ce point de vue tous les mécanismes de traduction, dont la fonction est d´être en contact avec l´extérieur, appartiennent à la structure de la sémiosphère" (Lotman, 1985, 60-1).

34Mais plus loin il ajoute :

"Puisque la frontière est un élément nécessaire à la sémiosphère, celle-ci a besoin d´un environnement extérieur "non-organisé" et, quand il manque, elle le crée. La culture ne crée pas seulement son organisation interne, mais aussi son type de désorganisation externe" (Lotman, 1985, 62).

35Nous pouvons condenser les principes ci-dessus exposés avec les mots de Lotman même comme suit :

  • La frontière appartient à la structure de la sémiosphère. Celle-ci non seulement répond à une loi d´organisation interne mais aussi se structure dans un espace interne "organisé" et dans un environnement extérieur "désorganisé".

  • La frontière a la fonction de a/ limiter la pénétration, b/ filtrer et c/ transformer ce qui est externe en éléments internes.

  • La frontière est la zone dans laquelle les procédés sémiotiques accélérés se développent, ceux-ci sont toujours plus actifs à la périphérie culturelle et de là ils se dirigent vers les structures du noyau central afin de s´y substituer.

36Jusqu´à maintenant nous avons décrit la frontière d´une sémiophère, prise tout au plus d´un point de vue "interne" à celle-ci. Mais c´est en partant du contact entre deux sémiophères distinctes que le caractère ambigu de la notion de frontière peut être mis en évidence. D´abord, il faut réécrire la proposition 1. qui maintenant s´énonce comme suit :

  • Quand deux sémiosphères se rencontrent, la frontière appartient à la structure des deux à la fois.

  • Sur la surface de contact entre les deux sémiosphères la frontière fonctionne comme un mécanisme bilingue qui traduit les communications externes dans le langage de chaque sémiosphère.

  • Du point de vue de son mécanisme immanent la frontière unit deux sémiosphères.

  • Du point de vue de l´autoconscience sémiotique de chaque sémiosphère la frontière partage les deux sémiosphères.

37D´ailleurs, précise Lotman, avoir conscience de soi-même cela ne veut-il pas dire avoir conscience de sa propre spécificité ?

Sémiosis et espace sémiotique

38L´ambiguïté qui dérive de la notion de frontière selon que le point de vue est interne et/ou externe, nous a induit à décomposer les principes énoncés par Lotman en deux séries de propositions dictinctes (1-3 et 4-7) et à limiter le domaine de validité de la seconde série aux cas où deux ou plus sémiosphères se rencontrent. Le troisième énoncé peut produire une certaine perplexité, mais celle-ci pourra être éliminée seulement après avoir mis au clair un autre point de différenciation de la formulation, par ailleurs très stimulante, de Lotman. Le sémioticien russe, comme on a vu, affirme que la sémiosis n´est pas possible en dehors d´un espace sémiotique. Nous sommes d´accord, mais nous retenons qu´il est nécessaire de distinguer les trois mécanismes d´élaboration de nouvelles informations, que notre auteur, justement, veut que nous prenions en considération. La sémiosis se réalise comme suit :

  • la sémiotisation de faits non-sémiotiques.

  • La traduction d´un système sémiotique à un autre.

  • L´élaboration d´une description métastructurale (grammaticale).

39Distinguer les trois mécanismes fondamentaux d´élaboration de nouvelles informations sert à les localiser dans l´espace sémiotique. Ils apparaissent, donc, à partir de points de vues différents de la sémiosphère :

  • La sémiotisation des faits non-sémiotiques a lieu à la frontière entre la sémiosphère et l´environnement extérieur extrasystématique.

  • La traduction d´un système sémiotique à l´autre se développe à la frontière entre deux sémiosphères.

  • L´élaboration d´une description métastructurale est plus probable au centre de chaque sémiosphère.

40Le dynamisme qui permet ce déplacement de la périphérie au centre, s´active plus probablement à la frontière entre les deux systèmes sémiotiques, par le fait de la traduction de l´un à l´autre, et ce dynamisme annonce la formation d´une sémiosphère par compénétration de deux espaces sémiotiques distincts. Tout cela a lieu seulement si le contact entre les deux sémiosphères se stabilise et suit une continuité temporelle.

41De l´interaction entre les deux peut naître un nouvel espace sémiotique selon deux modes différents :

  • Quand deux sémiosphères se rencontrent le système sémiotique dominant dans une des deux peut imposer à l´autre les termes de son autodescription métastructurale.
    ou bien :

  • quand deux sémiosphères se rencontrent une nouvelle grammaire peut se développer à partir des mécanismes bilingues.

  • C´est seulement dans le second cas que se détermine une dilatation réelle dans l´espace sémiotique et que s´affirme quelque chose de vraiment nouveau.

La sémiosphère comme espace sémiotique intersubjectif

42Jurij M. Lotman affirme que, quand on se réfère à la sphère sémantique, on doit faire appel à la réalité extrasémiotique. Celle-ci devient "réalité" pour une sémiosphère donnée seulement dans la mesure où elle est exprimée dans son langage. Pour accomplir une telle opération, nous devons donc nous situer à la frontière entre la sémiosphère et le monde extrasystématique. D´autre part Gunnar Olsson soutient également que l´acte de compréhension a lieu non en traversant les frontières mais bien plutôt dans le fait de rester exactement sur la frontière même. Pour confirmer cela notre auteur rappelle la remarque de Wittgenstein selon lequel "le sujet n´appartient pas au monde, mais est une limite du monde" (Olsson, 1991, 135).

43Le sujet, c´est-à-dire celui qui accomplit les actes sémiotiques, n´appartient pas au monde sémiotique. Il est une limite de la sémiosphère et il se situe là où celle-ci est au seuil du monde extrasémiotique :

"… Chaque expérience se vérifie sur une frontière, puisque au centre tout est si naturel que tout risque d´échapper à l´observation. Etre sur le seuil signifie donc le fait de se déplacer de l´acceptation de la donnée évidente à l´interdit du tabou. (…) Assumer une telle position équivaut à faire naître une certaine menace, parce que l´acceptation d´une limite est le fondement de la cohésion sociale. En conséquence de quoi différentes stratégies ont été élaborées, y compris les activités normatives de la logique, de la religion et de la psychologie sociale, afin de parer à toute menace. Mais pourquoi un certain comportement serait tabou, si le fait de le pratiquer n´était pas trop dangereux ?" (Olsson, 1991, 135).

44Et il faut assumer cette même expérience des limites pour rendre possible la communication intersubjective, même si, ne l´oublions pas, la frontière appartient à la structure de la sémiosphère et, donc, "être sur le seuil" peut signifier éprouver le vertige des limites entre ordre et désordre en tant que dimensions complémentaires d´une sémiosphère donnée, ou bien faire l´expérience la plus dangereuse qui soit ainsi que celle d´une aventure inédite, connexe qu´elle est avec l´exploration d´autres mondes sémiotiques et la fondation de nouveaux actes sémiotiques. La communication entre deux sujets est, sans aucun doute, une aventure qui ne peut être vécue ni entièrement en dehors d´un espace sémiotique donné, ni entièrement à l´intérieur de celui-ci.

L´espace sémiotique et sa hiérarchie interne

45Les objets qui appartiennent au champ d´observation de la géographie humaine ne constituent pas des entités purement matérielles. Ce sont des réalités physiques et comme telles concrètes et observables, mais elles assument une valeur et un sens à l´intérieur de pratiques sociales spécifiques. Les objets géographiques sont des signes. L´ensemble de ces signes est communément appelé territoire.

46La ville aussi est constituée par des objets matériels ayant des fonctions et des significations. Où est donc la différence ? L´un et l´autre sont des ensembles constitués d´entités matérielles, dont la valeur et le sens changent avec les changements de l´ordre social. Ils représentent cependant deux dimensions de la vie sociale qui se situent sur deux plans différents : le territoire est défini par l´ensemble des dispositifs (culture matérielle, techniques, instruments) qui permettent à l´homme d´introduire un ordre dans l´environnement naturel dans lequel il vit. Mais que se passe-t-il quand le monde des objets représentés n´est pas le monde naturel, mais un monde artificiel produit par l´homme ? Quand nous déplaçons notre attention de l´environnement physique à l´environnement culturel ? Dans ce cas, nous adoptons un monde de signes pour représenter un monde de signes. Nous avons des signes aussi bien sur le plan de l´expression que sur le plan du contenu. Dans ce cas nous avons affaire à la ville : son rôle sur le territoire est d´introduire un ordre supérieur. A telle fin elle intervient dans le système des actions humaines. Sa relation avec l´environnement naturel est indirecte dans la mesure où le territoire en est le médium. L´ensemble des dispositifs urbains est constitué par des systèmes de régulation et de contrôle de la vie sociale et de la réalité territoriale. La matière première que la ville met en œuvre - et retravaille sans cesse à la recherche d´ordres toujours nouveaux- est constituée par les relations sociales.

Les conditions de la connaissance géographique

47La représentation géographique grâce à une simple action, c´est-à-dire la description de ce que nous pouvons observer à la surface de la terre, souligne la fonction sémiotique de la relation structure sociale/territoire, et ce faisant elle traduit un ordre matériel en un dispositif heuristique. Chaque fois qu´on l´applique aux relations constitutives de l´organisation sociale, elle met en mouvement un processus par rapport auquel la légitimation de l´ordre existant n´est qu´un des résultats possibles. La sphère des relations humaines, qu´elle incite à explorer, est dotée d´un statut tout à fait particulier en tant qu´elle est destinée à superviser les fonctions de contrôle de cet incontournable élément naturel qui représente le fondement et le support matériel de tout système culturel. Le signe géographique, indiquant dans chaque composante de la structure territoriale une manifestation d´ordre et de sens, induit à explorer l´univers des interdépendances humaines à la recherche des éléments constitutifs de notre relation au monde.

48Chaque société produit un ensemble caractéristique de connaissances géographiques. La qualité de ces connaissances est étroitement reliée avec le degré d´ordre et d´organisation que telle société démontre être en mesure de poursuivre. Le motif est évident : entre la réalité et la représentation se déploie un procédé de signification, de sorte que le plan de l´expression, constitué par les représentations géographiques, ne peut pas ne pas correspondre au plan du contenu. La connaissance n´est rien d´autre qu´un procédé d´interactions structurantes : quand un certain système de connaissance n´est pas supporté par un développement adéquat et une articulation de la réalité sociale et territoriale, celui-ci est destiné à se dissoudre. C´est le sort des utopies territoriales. Quand le déséquilibre se situe sur l´autre versant, et que la réalité géographique se place à un niveau de complexité telle qu´elle ne trouve pas de soutien dans un cadre de connaissances appropriées, c´est l´ordre social qui entre en crise, et qui, inexorablement, se dégrade. Donc, entre la réalité urbaine et la représentation géographique se développe un rapport stratégique de grande importance.

Hiérarchie des modèles

49Les différents systèmes de signes, qui modèlent le monde dans lequel nous vivons, forment une hiérarchie complexe ayant différents niveaux, dans laquelle le système de niveau inférieur sert à la codification des signes du niveau supérieur. La notion de métalangage va maintenant nous aider : il s´agit d´un langage dont la fonction spécifique consiste dans le fait de prendre comme "objet" un autre langage et de le décrire. Afin d´assumer une telle fonction chaque métalangage doit avoir des noms pour toutes les expressions du langage-objet, il doit être en mesure d´expliciter les relations entre ces expressions et les entités extralinguistiques dont les termes servent à interpréter ces expressions (c´est-à-dire la syntaxe et la sémantique du langage-objet).

50Les différents systèmes qui composent la hiérarchie interne de la sémiosphère varient en fonction de leur degré d´abstraction et de leur capacité de modélisation, c´est-à-dire selon le niveau dans lequel la structure de l´ensemble modélisé dépend des propriétés sémiotiques du système modélisant. Selon les sémioticiens de l´école de Tartu le langage naturel est mis en relation avec d´autres phénomènes de la série culturelle, définis "systèmes modélisants secondaires" ceci pour souligner le caractère dérivé des faits linguistiques (Lotman, Uspenskij, 1975, 41-42).

51Les modèles dont la fonction essentielle consiste dans l´organisation du territoire peuvent être classés parmi les systèmes modélisants secondaires ; ceux-ci constituent une famille de modèles avec des niveaux d´abstraction différents, mais dont la parenté est d´avoir un cadre de référence sémantique commun. Aux niveaux les plus bas, la consistance structurale des phénomènes territoriaux est bien loin d´être évidente. Elle s´affirme au fur et à mesure que l´on avance vers des modèles toujours plus abstraits et, avec la perte des références aux contextes territoriaux immédiats, la structure sociale de la communauté s´affirme comme seul schéma de référence pour tous les codes utilisés par ceux qui la composent (Bauman, 1973, 143-144).

Tissu urbain et tissage territorial

52Le monde contemporain peut être considéré comme un système territorial complexe, articulé par des ensembles régionaux. Chacun de ces ensembles est à son tour le lieu de différences internes variant par degré, lesquelles dérivent de conditionnements historiques et ambiants dont l´action se développe sur une longue période. Un tel conditionnement de longue durée ne donne pas lieu à des composantes territoriales nettement distinctes, et encore moins arrivent-elles à conclusion. Si on veut soumettre un ensemble régional à une procédure analytique, on doit, en ayant d´abord repéré globalement les cadres territoriaux, procéder à l´intérieur de ces derniers au repérage de situations territoriales spécifiques dont l´articulation doit être reconstruite non pas à partir des éléments isolés appartenant au système, mais bien plutôt en partant des relations que ceux-ci entretiennent entre eux, ainsi qu´avec l´ensemble régional globalement considéré.

53Quand on dessine une typologie de situations territoriales, on les considère comme des "systèmes ouverts" et on souligne les relations externes et internes aux systèmes. En effet, les situations territoriales permettent de situer chaque contexte d´insertion à l´intersection d´un espace relationnel et de le repérer à partir de trois types de relations : les relations "verticales" avec l´environnement physique et socio-historique, les relations "horizontales" entre les lieux sur des échelles territoriales différentes et, enfin, les relations "complexes", c´est-à-dire celles qui co-impliquent indissolublement les deux relations précédentes (Dematteis, 1989). La nouveauté fondamentale d´une telle approche réside dans le fait que, même si on prévoit une destructuration progressive des parties du territoire, les unités repérées dans chaque phase de la procédure seront traitées comme des terminaux incluant des faisceaux de relations avec le contexte. La réalisation projectuelle descriptive qui en découle, implique, d´autre part, un territoire pensé de manière plurielle, ce qui veut dire un espace dont les différents niveaux d´organisation ne peuvent pas être ordonnés hiérarchiquement de sorte que le niveau inférieur puisse être mécaniquement "déduit" du niveau supérieur (Dematteis, 1985, 161-165). Ce dernier contient les niveaux inférieurs mais ne les comprend pas.

Réalisation projectuelle descriptive et innovation territoriale

54Dans ce jeu de langage particulier, qui se déclenche par l´interaction du langage descriptif et de l´action territoriale, à chacun des niveaux considérés, au fur et à mesure que l´échelle adoptée change, correspond un changement de pertinences et de pratiques territoriales (Turco, 1988, 88-92). La procédure analytique appliquée à tous les niveaux de développement révèle des savoirs et des stratégies sédimentées et, pour ainsi dire, incorporées dans le territoire sous la forme de traditions et d´identités culturelles. Ce sont les pièges de l´espace non "isomorphe", dans lequel les relations verticales avec l´environnement (les lois de l´histoire écologique et sociologique de longue durée) s´interposent tels des obstacles à l´action des pouvoirs qui se manifestent à travers les relations horizontales (systèmes de liaisons et de hiérarchies urbaines).

55La dimension urbaine, comprise comme hiérarchie incomplète de différents ordres, dessine un réseau de relations horizontales sur un tissu de faits territoriaux. Les relations, se développant dans l´interaction entre ville et territoire, sont les composants essentiels de la vie urbaine : le tissu territorial est composé de lieux, de relations, d´identités qui à un autre niveau de l´organisation sont exprimées et réélaborées sous la forme d´échanges, de mobilité, d´influences et de gravitations. A chacun des trois types de relations, distincts au niveau analytique, correspond un type d´action pertinente : même entre les représentations et les actions territoriales nous pouvons, donc, distinguer trois types : horizontales, verticales et complexes.

56La société contemporaine est travaillée par des actions territoriales dont l´insuccès est dû à des solutions qui se développent sous des formes, ou même, sur des niveaux tout à fait inadéquats. L´émergence actuelle des "localismes", des régionalismes, et des nationalismes, par exemple, représente probablement une réaction (de type verticale) à une société urbaine qui, durant des décennies, a fondé sa rationalité sur des relations de type horizontal. Quand des fissures apparaissent dans l´architecture urbaine, c´est-à-dire dans la hiérarchie des ordres, les identités et les solidarités de premier niveau réapparaissent, et isolées, elles ne sont plus en mesure de refonder un système de solidarité dans la société complexe. Qui se retrouve à œuvrer en milieu urbain doit se confronter avec les deux dimensions. Son mode d´action est complexe parce que privilégier l´une ou l´autre de ces deux relations ne peut que créer un déséquilibre qui, à la longue, devient insoutenable.

57Un mode d´action complexe ancre son mouvement dans la prise de conscience du fait que dans chaque changement, y compris celui qui semble comme le triomphe du désordre sur l´ordre, des procédé spontanés d´auto-organisation sur les différentes échelles se mettent en action. Ceux-ci, aussi bien disposés sur l´axe des permanences (comme les interventions de sauvegarde de l´environnement ou de conservation de la mémoire historique et des traditions locales) que placés sur l´axe des changements, donnent lieu en tout cas, à des comportements à valeur innovative. Intercepter (capter), donc, l´innovation territoriale dans les différentes formes par lesquelles elle se manifeste, devient le premier devoir de la réalisation projectuelle descriptive. Le second, qui n´est pas moins important, consiste dans le fait de donner à ces turbulences locales des instruments opportuns de connaissance et de stabilisation. Evidemment, cela exalte (intensifie) la valeur des stratégies cognitives et communicatives, orientées qu´elles sont vers l´élaboration de l´information territoriale et finalisées à rendre accessibles les valeurs innovatives à une vaste gamme d´acteurs potentiels du procédé de changement en cours. Le troisième devoir, enfin, consiste dans le fait de rendre reconnaissable les effets de chaque action territoriale, à n´importe quel niveau d´organisation, sur différents plans et dans une multiplicité de directions. Le système des interactions dans la société complexe est tel qu´à chaque action, ayant une certaine importance, correspond une pluralité de réactions dont le domaine de propagation ne s´épuise jamais à un seul niveau ou dans une seule direction. Si l´on poursuit l´objectif de fonder un mode d´agir ouvert à l´innovation, c´est-à-dire une réalisation projectuelle descriptive propre à indiquer parmi les nombreux ordres territoriaux possibles un ou plusieurs scénarios souhaitables, on ne peut pas escamoter le domaine des relations complexes, à savoir un mode d´agir territorial dirigé vers des "valeurs" dont les différents niveaux territoriaux s´intègrent et se confrontent en partant de la dimension locale vers celle globale.

Conclusions

58La société contemporaine et sa récente évolution ont révélé un aspect du phénomène urbain, qui, durant des siècles, est resté dans l´ombre ; ce qui a obligé à repenser radicalement les réalités urbaines et métropolitaines. Ces dernières, en effet, tendent à se soustraire au domaine de pertinence de la géographie territoriale pour faire légitimement partie du domaine de la géographie culturelle. Parmi les différentes formes d´implantation urbaine, il n´y a pas seulement des changements d´échelles et de dimensions, mais aussi des changements qualitatifs, c´est-à-dire d´ordre plus que de degré. L´implantation urbaine, aussi bien agglomérée qu´éparse, est sans nul doute une des composantes de la réalité territoriale, mais les villes et les métropoles constituent surtout des matrices d´ordre et de sens, aptes à introduire dans la réalité territoriale des niveaux plus élevés d´organisation.

59Si nous les insérons dans la perspective de la géographie culturelle, la ville et le territoire sont des dimensions de la vie sociale qui se situent sur deux niveaux différents : si le territoire permet à l´homme d´introduire un ordre dans l´environnement naturel, la ville, en revanche, intervient sur le territoire en introduisant un ordre supérieur. C´est à cette fin qu´elle travaille le système des actions humaines. Sa relation avec l´environnement naturel est indirecte, en ceci que le territoire est pour elle un médium. La matière première en tant qu´elle travaille et retravaille sans cesse en cherchant des ordres toujours neufs, est constituée par les relations sociales. L´ensemble des dispositifs urbains est constitué par des systèmes de régulation et de contrôle de la vie sociale et de la réalité territoriale.

60La géographie culturelle propose une description de la réalité urbaine qui tend à identifier cette réalité avec un ensemble de signes dont la fonction essentielle est d´introduire de l´ordre et du sens dans les structures sociales complexes. Il n´y a pas d´organisation sociale ou de situation territoriale complexe qui puissent se soustraire au passage contraignant d´une traduction en terme de structures ordonnées et douées de sens. C´est en cela que consiste la spécificité de chaque environnement artificiel se distinguant ainsi des écosystèmes naturels : son ordre tient à ce qu´à l´ensemble des objets matériels, qui composent le territoire, correspond un ensemble de codes et de modèles culturels, lesquels vont guider et orienter la pensée et l´action humaine.

61La tendance de la société contemporaine vers l´organisation de l´espace géographique sur une échelle planétaire, rend encore plus évidente une des fonctions urbaines parmi les plus spécifiques, et encore plus urgente l´exigence d´explorer l´univers des signes qui rendent possibles l´interaction entre des hommes de cultures différentes et l´élaboration d´une carte des connaissances nécessaires à l´orientation et à l´action de l´homme dans un monde investi par un si haut degré de complexité.

62La géographie culturelle qui s´apprête et s´applique à réexaminer analytiquement le fonctionnement du système urbain, s´aperçoit ainsi avec force que les vrais protagonistes des scénarios du développement économique et culturel du monde contemporain sont les villes dans leur dynamique fondamentale autopoïètique. Mis en observation dans un moment particulièrement délicat de son développement, le système urbain a montré, à travers sa capacité de régénération, le trait distinctif et fondamental de son patrimoine génétique : la capacité de proposer des réponses neuves aux défis inédits de l´environnement. En effet, il s´agit d´un comportement qu´aucun modèle mécaniste ne peut nous aider à prévoir, parce qu´il se fonde justement sur la capacité de créer de nouvelles formes en travaillant dans les stimulii dus à l´environnement et avec "l´expérience" territoriale déjà présente dans la mémoire urbaine.

63La découverte d´un nouvel ordre territorial en sous-jeu des dynamiques les plus innovatrices des différents secteurs socio-économiques conduit, de toute manière, les géographes à explorer de nouveaux terrains d´exploration et ceci en féconde collaboration avec les spécialistes d´autres sciences sociales et régionales. En particulier, les "fonctions métropolitaines" - que l´on doit distinguer de la notion plus banale de fonctions urbaines - sont mises en observation, ainsi que l´émergence de "réseaux urbains interdépendants". Ces derniers, grâce à leur présence à l´intérieur de contextes urbains plus dynamiques, soulignent le relief des relations de complémentarité, basées sur les spécialisations non hiérarchiques des centres (Dematteis, Emanuel, 1992). Les fonctions métropolitaines mettent en évidence, en revanche, la valeur d´un type spécifique de centralité lié aux notions de métropoles et de secteurs quaternaires (Scaramellini, 1991). Il s´agit d´une centralité qui ne se manifeste pas forcément par des formes spatiales et qui remet en discussion un axiome de la géographie urbaine : l´idée selon laquelle les fonctions de direction et de contrôle relèvent de la compétence d´une structure physique - la "ville" plus comme entité physique que comme ensemble d´interactions sociales - qui se situent dans une position centrale relativement à un environnement territorial (Dematteis, Guarrasi, 1995). Le fait que l´on mette l´accent sur les activités quaternaires, génératrices de nouveaux ordres spatiaux, conduit à considérer la famille des pôles métropolitains comme un ensemble ouvert et sujet à une grande variabilité à cause de la réversibilité des assises relationnelles et de la capacité d´interférences réciproques. Ainsi, le tissu de relations, dont on voit la configuration à partir de ce type d´activités, ne manifeste pas une configuration géométrique stable, mais change sans cesse avec la variation des assises relationnelles qui se tissent et s´entretiennent entre les différents pôles. La stratégie analytique qui s´impose consiste dans le fait de refuser de concevoir structures hiérarchiques et non hiérarchiques selon une opposition nette et rigide ; mais surtout il s´agit alors de concevoir les ordres spatiaux créés par les métropoles comme des tableaux territoriaux extrêmement complexes, dans lesquels prévaut, au coup par coup, en fonction de temps, d´espaces et de niveaux d´organisations différents, le modèle de relation le mieux adapté.

64La découverte géographique acquiert ainsi un sens nouveau en relation avec un système d´ordres spatiaux sans cesse mobile et novateur, et comprend les milieux urbains comme l´élément le plus important de ralliement entre les différentes modalités de développement régional et le système économique international, compris dans sa phase de formation. Local et global se conjuguent de nouveau ensemble au delà des procédés réductifs et mécanistes ainsi que des modélisations abstraites des nouvelles sciences régionales. La métaphore heuristique du "réseau" tend à s´affranchir des pièges inhérents à une acception "technologiste" qui risque de nous égarer. Les nouvelles occasions données au développement mondial par les innovations de la télématique ne doivent pas être entendues comme l´effet d´une révolution technologique sur l´ensemble des activités humaines. Il faut probablement renverser le moment social et le moment technologique. Les ressources télématiques sont les réponses technologiques de pointe aux instances de régulations et de contrôle qui se manifestent déjà formées dans les structures urbaines et territoriales de la société contemporaine.

65Dans un monde de plus en plus attentif aux prétendues "intelligences artificielles", on ne peut pas oublier que les villes sont justement les systèmes les plus efficaces d´élaboration de l´information inhérente au social et à l´environnement dont, jusqu´à maintenant, nous avons pu disposer. On ne peut non plus penser être prêt pour le défi qu´implique la complexité si on renonce au patrimoine d´intelligence territoriale située dans un système urbain qui trouve son unité et son organisation dans la coopération d´une quantité ouverte d´entités autonomes et interactives. C´est justement sur ce terrain opportun que le savoir géographique sur la ville doit entreprendre un nouvel apprentissage en apprenant à se mesurer avec les nouvelles dimensions du phénomène urbain, et en assumant comme point de départ les nœuds qui permettent de gouverner la complexité, mais sans négliger l´énorme épaisseur des faits concrets que ces nœuds, dans la trame de leurs jeux interactifs, semblent pouvoir être en mesure de mobiliser.

66A ce propos, nous partageons la thèse de Karl Popper selon laquelle l´univers, ou son évolution, est créatif et que l´évolution des animaux, ayant sensibilité et expériences conscientes, a su créer du nouveau (Popper, 1981, 27-28). Mais si, avec Popper, nous composons un tableau des états de l´évolution créative de l´univers, dans ce tableau, parmi les événements dont les propriétés d´innovation (en voie de croissance) sont imprévisibles et surprenantes, nous devons mettre aussi les phénomènes urbains :

67L´adhésion à la conception de l´évolution innovative nous conduit à ne pas nous reconnaître dans ce qui a été appelé programme du réductionnisme, selon lequel les événements à tout niveau devraient être expliqués dans les termes des niveaux inférieurs (Popper, 1981, 29). Mais nous retenons que c´est à cause de cela qu´il a été impossible d´expliquer en termes scientifiques le fonctionnement des villes et des métropoles. En ce qui concerne les villes, l´affirmation de Popper à propos du cerveau humain, ne peut que se révéler vraie : n´importe quel système doit forcément avoir une structure avec un degré de complexité supérieur à celui des objets qu´il cherche à expliquer (Popper, 1981, 44).

68L´expérience urbaine peut être vécue par l´homme ; elle peut se manifester à travers le langage, elle peut être interprétée en partant des œuvres d´art ou de la science, mais dans tous ces cas elle demeure irréductible à toutes ces possibilités. Sur la surface de la terre il y a des lieux qui sont irréductibles à ce que nous pouvons en dire, parce que notre pensée reste toujours inachevée. Ce sont des lieux que nos corps savent seulement habiter, à savoir les villes. Ces lieux et leur complexité croissante incitent l’homme - et en quelque sorte, lui en donnent l´aptitude - à prendre conscience, et à élaborer des langages, à inventer de nouvelles théories et œuvres d´art.

Haut de page

Bibliographie

Barthes, R., Mauries, P., "Scrittura", in Enciclopedia, v. XII, Torino, Einaudi, pp. 600-627 ;

Bauman, Z., Cultura come prassi, ed. it., Bologna, Il Mulino, 1973 ;

Blumenberg, H., La leggibilità del mondo, Bologna, Il Mulino, 1984 ;

Buttitta, A., Miceli, S., Percorsi simbolici, Palermo, Flaccovio, 1989 ;

Caldo, C., Guarrasi, V. (a cura di), Beni culturali e geografia, Bologna, Pàtron, 1994 ;

Cusimano, G., Geografia e cultura materiale, Palermo, Flaccovio, 1990 ;

Delbruck, M., La materia e la mente. Lezioni di epistemologia evolutiva, ed. it., Torino, Einaudi,1993 ;

Dematteis, G., Le metafore della Terra, Milano Feltrinelli, 1985 ;

Dematteis, G., "La géographie comme mediation linguistique", in Actes du Colloque International "Les langages des représentations géographiques" (Venise 15 - 16 octobre 1987) Venezia, Dipartimento di Scienze economiche dell´Università di Venezia, 1989, v. I, pp. 39 - 76 ;

Dematteis, G., "Il sistema urbano" in FUA´, G., Orientamenti per la politica del territorio, Il Mulino, Bologna, 1991, pp. 483 - 513 ;

Dematteis, G. (a cura di), Il fenomeno urbano in Italia : interpretazioni, prospettive, politiche, Milano, Franco Angeli, 1992 ;

Dematteis, G., Progetto implicito. Il contributo della geografia umana alle scienze del territorio, Milano, Franco Angeli, 1995 ;

Dematteis, G., Emanuel, C., "La diffusione urbana : interpretazioni e valutazioni" in Dematteis, G. (a cura di), op. cit., 1992, pp. 91-103 ;

Dematteis, G., Guarrasi, V. (a cura di), Urban Networks, Bologna, Pàtron, 1995 ;

De Spuches, G., "Oltre la frontiera : rappresentazioni geografiche e enigmi territoriali" in Geotema, 1 (1995), pp. 19-26 ;

Farinelli, F., "Epistemologia e geografia" in Corna Pellegrini G. (a cura di), Aspetti e problemi della geografia, Settimo Milanese, Marzorati, 1987, v. II, pp. 1 - 37 ;

Farinelli, F., I segni del mondo. Immagine cartografica e discorso geografico in età moderna, Scandicci (Firenze), La Nuova Italia, 1992 ;

Farinelli, F., Ollson, G., Reichert, D.(a cura di), Limits of Representation, Munich, Accedo, 1994 ;

Girard, J.-Y., "Il sogno del segno o il fallimento del riduzionismo" in NAGEL, E., Newman, J. R., op. cit., pp. 109-37 ;

Godelier, M., L´ideale e il materiale, ed. it., Milano, Feltrinelli, 1985 ;

Goody, J., L´addomesticamento del pensiero selvaggio, ed. it., Milano, Franco Angeli, 1981 ;

Goody, J., La logica della scrittura e l´organizzazione della società, ed. it., Torino, Einaudi, 1988 ;

GuarrasI, V., "Ordine e orientamento. Modelli culturali e pratiche sociali nella prospettiva geografica", in Uomo e territorio, Quaderni dell´Istituto di Scienze antropologiche e geografiche della Facoltà di Lettere e Filosofia dell´Università di Palermo, n. 2 (1988) ;

Guarrasi, V., "Cultural geography and semiotics of culture" in CORNA PELLEGRINI, G. (a cura di), Humanistic and Behavioural Geography in Italy, Pisa, Pacini, 1992, pp. 29-35 ;

Lotman, J. M., La semiosfera. L´asimmetria e il dialogo nelle strutture pensanti, ed. it., Venezia, Marsilio, 1985 ;

Lotman, J. M., Uspenskij, B. A. (a cura di), Ricerche semiotiche, ed. it., Torino, Boringhieri, 1973 ;

Lotman, J. M., Uspenskij, B. A., Tipologia della cultura, Milano, Bompiani, 1975 ;

Maturana, H., Varela, F., L´albero della conoscenza, ed. it., Milano, Garzanti, 1992 ;

Miceli, S., In nome del segno, Palermo, Palermo, Sellerio, 1982 ;

Miceli, S., Orizzonti incrociati. Il problema epistemologico in antropologia, Palermo, Sellerio, 1990 ;

Mondada, L., Verbalisation de l´espace et fabrication du savoir, Approche linguistique de la construction des objects de discours, Lausanne, Universitè de Lausanne - Faculté de Lettres, 1994 ;

Mondada, L., Söderström, O., "Du texte à l´interaction : parcours à travers la géographie culturelle contemporaine" in Géographie et cultures, 8 (1993a), pp. 71-82 ;

Mondada, L., Söderström, O., "Lorsque les objects sont instables : les faits culturels comme processus" in Géographie et cultures, 8 (1993b), pp. 83-100 ;

Nagel, E., Newman, J. R., La prova di Godel, ed. it., Torino, Bollati Boringhieri, 1992 ;

Olsson, G., Linee senza ombre. La tragedia della pianificazione, ed. it., Roma-Napoli, Theoria, 1991 ;

Olsson, G., Uccelli nell´uovo/Uova nell´uccello, ed. it., Roma-Napoli, Theoria, 1987 ;

Ong, W. J., Oralità e scrittura. Le tecnologie della parola, ed. it., Bologna, Il Mulino, 1986 ;

Popper, K., Conoscenza oggettiva, ed. it., Roma, Armando, 1983.

Popper, K., "Materia, coscienza e cultura" in POPPER, K., ECCLES, J. C., L´io e il suo cervello, ed. it., Roma, Armando, 1981, v. I, pp. 1-271 ;

Racine, J.-B., La ville entre Dieu et les hommes, Genève, Presses Bibliques et Universitaires, 1993 ;

Raffestin, C., "E se la geografia non fosse che la storia di un esilio ?" in Geotema, 1 (1995), pp. 7-15 ;

Scaramellini, G., Funzioni centrali funzioni metropolitane reti urbane, Milano, Franco Angeli, 1990 ;

ScaramellinI, G. (a cura di), Città e poli metropolitani in Italia, Milano, Franco Angeli, 1991 ;

Schrodinger, E., L´immagine del mondo, ed. it., Torino, Boringhieri, 1987 ;

Tuan, Y. F., "Spazio e luogo, una prospettiva umanistica" ed. it. in VAGAGGINI, V. (a cura di), Spazio geografico e spazio sociale, Milano, Franco Angeli, 1978, pp. 92-130 ;

Turco, A., Verso una teoria geografica della complessità, Milano, Unicopli, 1988 ;

Turco, A., "Semiotica del territorio. Congetture esplorazioni progetti" in Rivista Geografica Italiana, 101 (1994), pp. 365-383 ;

Wittgenstein, L., Ricerche filosofiche, ed. it., Torino, Einaudi, 1983 ;

Wittgenstein, L., Tractatus logico-philosophicus e Quaderni 1914-1916, ed. it., Torino, Einaudi, 1981.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincenzo Guarrasi, « Les dispositifs de la complexité :métalangage et traduction dans la construction de la ville », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 110, mis en ligne le 11 octobre 1999, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/1196 ; DOI : 10.4000/cybergeo.1196

Haut de page

Auteur

Vincenzo Guarrasi

Istituto di Scienze antropologiche e geografiche, Università di Palermo

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page