Navigation – Plan du site
2002
208

Espace agricole périurbain et politiques communales d’aménagement :L’exemple de l’agglomération albigeoise

Periurban agriculture and municipal land planning : the case of the Albi agglomeration
Isabelle Duvernoy

Résumés

La nouvelle forme spatiale que prend la ville en s’étendant, la «ville diffuse», est très consommatrice d’espace. Elle maximise la compétition foncière avec les activités déjà présentes, et notamment avec l’agriculture. C’est pourquoi nous avons souhaité analyser au niveau des collectivités territoriales périurbaines les politiques municipales d’aménagement afin d’interroger la façon dont l’espace et les activités agricoles y sont pris en compte. Pour ce faire, nous avons étudié les communes périurbaines d’une ville moyenne de Midi-Pyrénées, Albi. Nous avons tout d’abord caractérisé leurs dynamiques démographiques, puis, sur une sélection de communes, des entretiens auprès des maires ou des services d’urbanisme nous ont permis de caractériser les politiques communales d’urbanisation et les fonctions reconnues à l’agriculture de ces communes. Nous avons identifié dans les discours des maires quatre façons d’envisager l’agriculture périurbaine, en tant qu’activité en train de disparaître, en tant qu’activité contribuant à la gestion de l’urbanisation communale, l’espace agricole comme «zone verte» et comme patrimoine et enfin en tant qu’activité économique. En discussion, nous interrogeons à la lumière de ces résultats la multifonctionnalité des exploitations agricoles périurbaines.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le Comité Interministériel d’Aménagement et de Développement du Territoire de juillet 2001 a inscrit la protection de l’agriculture périurbaine dans ses trois actions majeures concernant les espaces agricoles. De plus en plus d’agglomérations intègrent l’agriculture dans leurs stratégies d’aménagement (cf Souchard, 2000 ; Tolron et Giraud, 2001, mais également le Sicoval toulousain, Aubagne, l’Ile-de-France). Mais qui souhaite préserver l’espace agricole dans les espaces périurbains et pourquoi ?

La question du périurbain

2Le phénomène d’extension spatiale des villes a été depuis longtemps identifié en France (Bauer et Roux, 1970). Il correspond à la conjonction d’un phénomène de concentration démographique, particulièrement intense dans les années 1960, et d’un phénomène de desserrement urbain, plus récent, (Le Jeannic, 1997) lié bien sûr à la diffusion des moyens de transport et de communication sans toutefois s’y réduire (cf Ghorra-Gobin, 1997 et sa critique du "déterminisme technologique»). Ce n’est que plus récemment que les espaces périurbains cessent d’être considérés uniquement comme des marges, des interfaces entre campagne et ville pour être pensés comme une nouvelle forme urbaine voire comme la nouvelle forme urbaine privilégiant polycentrisme, maisons individuelles et espaces verts (Dubois-Taine et Chalas, 1997 ; Miguel González, 2001). Dans le même temps, la Statistique Nationale, propose, à travers le zonage en aires urbaines, une nouvelle définition de la ville comme agglomération de population où se concentrent plus de 5000 emplois, pôle urbain attirant une large population périurbaine. L’ensemble des communes dont au moins 40% de la population résidente ayant un emploi travaillent dans le pôle ou dans les communes attirées par celui-ci constituent les couronnes périurbaines de ces pôles urbains. Le pôle urbain et la couronne périurbaine forment l’aire urbaine d’une ville (Le Jeannic, 1997). Bien que critiqué pour la simplicité des relations villes/campagnes qui le sous-tend (Mathieu, 1998), ce changement de découpage manifeste les interrogations actuelles sur le fait urbain et sa délimitation. Ce phénomène de périurbanisation se poursuit actuellement en Europe. (Steinberg, 2001).

La question de l’espace agricole périurbain

3La nouvelle forme spatiale que prend la ville en s’étendant, la «ville diffuse», est très consommatrice d’espace. Elle maximise donc la compétition foncière avec les autres activités, et notamment avec l’agriculture. Toute une série de travaux analyse les rapports entre l’extension urbaine et l’espace agricole comme une agression de la première sur le second, la diffusion spatiale d’un front d’urbanisation dans un espace agricole, qui résiste mal.

«L’affrontement commence là où s’arrête la dernière conquête urbaine, autour du dernier lotissement, à un carrefour périphérique, à proximité du village le plus proche. C’est dire que tout territoire non urbanisé contigu à la ville est l’objet potentiel d’une annexion par la ville, indifférente à la nature de ce territoire, intéressée uniquement par sa valeur urbanistique. L’espace périphérique n’est pour elle qu’un espace en attente qu’elle pourra occuper au rythme de ses besoins d’extension." (Prost, 1994, p.147).

4Certains auteurs relativisent cette vision, en notant que l’organisation du secteur agricole peut pérenniser l’agriculture malgré la «poussée urbaine» (Piriou, 1994). D’autres travaux analysent de façon plus fine l’effet de la forme urbaine sur les espaces agricoles, en notant l’effet multiplicateur du mitage et en soulignant l’importance de préparer l’urbanisation et de l’inscrire dans des documents d’urbanisme (Slak et Vivière, 1999-2000).

5Ces travaux reposent sur une vision dualiste (cf Phillips, 1998) de l’urbain et du rural d’ailleurs réduit à l’espace agricole.

  • 1  Brunet (1987, p. 200) nous rappelle également que la concurrence foncière entre agriculteurs et no (...)

6D’autres auteurs, prenant acte d’une transformation plus globale des espaces ruraux (nommée généralement «rurbanisation») dans lesquels la part d’actifs agricoles diminue1, analysent au contraire la périurbanisation comme la résultante des stratégies foncières des agriculteurs propriétaires, stratégies inscrites dans les politiques d’urbanisation au travers de leurs réseaux de pouvoir (Daligaux, 1999).

7Enfin, toute une série de travaux à partir d’une réflexion historique sur les rapports entre la ville et l’agriculture, tentent de dépasser le clivage entre les deux pour proposer une réflexion sur la nature et l’agriculture en ville, en analysant ses fonctions culturelles et sociales (Fleury, 2000 ; Fleury et Donadieu, 1997).

La question du développement territorial dans les contextes périurbains

8La décentralisation, puis le développement de l’intercommunalité de projet ont permis l’émergence de nouvelles mailles locales de l’action publique. La crise du productivisme de l’agriculture ouvre un espace d’action inédit pour l’action publique des collectivités territoriales, puisqu’elles peuvent intervenir et accompagner les restructurations professionnelles (Gerbaux et Paillet, 1999). Plusieurs cas sont décrits dans la littérature de mise en œuvre de politiques publiques d’aménagement intégrant l’agriculture dans des agglomérations importantes, comme Grenoble ou Rennes (Souchard, 2000 ; Tolron et Giraud, 2001). Cela passe par l’émergence de nouvelles formes de légitimation de l’espace agricole dans la ville, sous l’impulsion d’élus périurbains. (Souchard, 2000).

Objectif de l’étude

9C’est pourquoi nous avons souhaité analyser au niveau des collectivités territoriales périurbaines les politiques municipales d’aménagement afin d’interroger la façon dont l’espace agricole est pris en compte dans ces politiques. Nous avons mené cette étude sur une ville moyenne de la région Midi-Pyrénées, la ville d’Albi (aire urbaine de 80000 hab. en 1999). Or, comme le souligne Burkart (1999), en manière d’urbanisation, et ce même en région parisienne, les choix municipaux sont encore prépondérants dans la production de la ville. De plus, sur notre terrain d’étude, l’agglomération albigeoise, les intercommunalités sont très récentes et une large partie des politiques d’urbanisation sont encore décidées au niveau communal (Richard, 2000). Nous avons donc centré notre étude sur les politiques municipales d’aménagement des communes périurbaines albigeoises.

10Pour ce faire, nous avons analysé la périurbanisation autour d’Albi sur des critères démographiques et d’aménagement (chapitre 2). Ce premier travail nous a permis de sélectionner des communes aux évolutions contrastées pour la conduite d’entretiens auprès des maires et des services techniques des mairies, entretiens qui nous ont permis d’interroger les politiques municipales d’aménagement et leur prise en compte des espaces et activités agricoles (chapitre 3).

Description de la périurbanisation et de l’agriculture autour d’Albi

Présentation et délimitation de la zone étudiée

11Entre 1990 et 1999, l’urbanisation en Midi-Pyrénées croît à un rythme plus élevé que dans l’ensemble du pays. Ce sont les couronnes périurbaines qui enregistrent le taux de croissance démographique le plus grand. La ville de Toulouse contribue pour la plus grande part à cette croissance, mais six autres aires urbaines, dont Albi, connaissent également un gain de population dû en grande partie à l’extension de leurs couronnes périurbaines. En effet, l’aire urbaine d’Albi est passée de 32 à 44 communes de 1990 à 1999 et a enregistré, dans sa délimitation de 1999, un taux annuel de croissance de sa population de + 0,3% durant la même période. (Projetti, 2001)

12Si le zonage en aires urbaines permet ainsi de décrire Albi comme ville moyenne en croissance et étendant son influence sur l’espace qui l’entoure, il ne nous est pas apparu pertinent de l’utiliser pour délimiter notre zone d’étude et caractériser sa périurbanisation. En effet, ce découpage est extrêmement sensible à la représentation du fait urbain. Entre 1990 et 1999, Graulhet et Carmaux ont perdu leur statut de pôle urbain, ce qui a fait disparaître de la représentation de la périurbanisation d’Albi tout un continuum de communes dites multipolarisées entre Carmaux et Albi d’une part, entre Albi et Graulhet d’autre part. De plus, il repose exclusivement sur un critère de mobilité domicile-travail qui ne permet pas de déceler d’autres dynamiques. On peut également remarquer que la couronne périurbaine d’Albi de 1999 est très hétérogène, tant par la population des communes (de 94 à 1403 hab. en 1999) que par l’évolution démographique (de –13% à +34% de 1990 à 1999).

13Nous avons donc défini une zone d’étude qui comprend l’ensemble des communes situées dans un rayon de 15 km autour d’Albi. Cet ensemble de 60 communes inclut les aires urbaines d’Albi de 1990 et de 1999.

Les dynamiques démographiques autour d’Albi

14La très grande hétérogénéité des répartitions de population et de l’histoire du peuplement de l’Albigeois nous ont encouragé à faire notre propre étude de ces dynamiques à partir de critères simples, plus facilement reliés à l’aménagement des communes et à concurrence foncière pour l’agriculture que les navettes domicile-travail : la répartition de la population et son évolution, dont nous avons vérifié qu’elle était corrélée à l’évolution du nombre de logements (Bories, 2001). Nous avons étudié ces deux principales variables sur plusieurs périodes intercensitaires, de 1975 à 1999, pour prendre en compte la période d’essor de la périurbanisation en France hors région parisienne, que Le Jeannic (1997) situe entre 1975 et 1982.

15Nos principaux résultats sont les suivants. La régression des populations de 1975 à 1999 des communes du nord de notre zone d’étude reflète la fermeture des bassins miniers d’Albi et de Carmaux. Ailleurs, on constate une croissance démographique des communes jouxtant celle d’Albi, à l’exception du nord, dès les années 1975. Cette croissance ralentit dans les périodes intercensitaires suivantes mais reste marquée au sud et à l’ouest (axe autoroutier Toulouse-Albi depuis 1993).

16Ces variables nous permettent de classer les communes de la zone d’étude suivant leur dynamique démographique (Figure 1). Hormis la commune d’Albi, au moins vingt fois plus peuplée que toute autre commune de son entourage, et qui enregistre une croissance nulle de 1975 à 1999, nous en avons distingué 4 types. Le premier a connu une forte croissance démographique de 1975 à 1999 (ainsi qu’une très forte croissance du nombre de logements). Ces communes sont généralement accolées à celle d’Albi ; certaines font d’ailleurs partie de son unité urbaine et contiennent des zones d’activités et des zones commerciales de la ville. Un second groupe de communes connaît une croissance démographique moyenne. Un troisième type de communes, situées en périphérie de notre zone d’étude, enregistre des taux d’évolution de la population et des logements positifs mais faibles. Il s’agit d’une périurbanisation faible et plus récente et ces communes présentent encore des paysages ruraux (Bories, 2001). Enfin, au nord, les communes des anciens bassins miniers d’Albi et de Carmaux ont vu leur population diminuer de 1975 à 1999, ainsi que des communes rurales en périphérie de notre zone d’étude.

17Cette étude démographique sur une zone plus étendue que l’aire urbaine d’Albi permet de nuancer la représentation qu’elle offre de la périurbanisation albigeoise. En effet, sur l’aire urbaine les communes expriment des tendances démographiques contrastées, que l’on peut relier à différentes zones géographiques. Au nord d’Albi, les communes des anciens bassins miniers continuent de perdre de la population. La croissance de la population est forte dans les communes jouxtant Albi au sud et à l’ouest. A l’inverse la croissance est modérée ou faible au nord-est, dans les anciennes communes industrielles de l’unité urbaine. L’effet des voies de communication est notable, en particulier au sud-ouest à proximité de l’autoroute reliant Albi à Toulouse.

Figure 1. Taux d’évolution annuel moyen de la population des communes de la zone d’étude de 1975 à 1999.

(Source : Recensements de la population 1975 et 1999.) (NB : Les communes choisies pour réaliser les entretiens présentés en partie 3 sont signalées en gras.)

Les politiques d’aménagement

18Le Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme, approuvé dès 1977, concernait 25 communes situées sur les axes routiers reliant Carmaux, Albi et Gaillac, soit trois villes aux activités dominantes à l’époque très différentes : la mine pour Carmaux, le secteur tertiaire pour Albi et l’agriculture et l’agro-alimentaire pour Gaillac. L’objectif était d’orienter l’urbanisation de ces trois agglomérations vers une «ville archipel», en maintenant entre elles des coupures non urbanisées. (DDE du Tarn, 1977) Il semblerait que ce document n’ait pas réussi à coordonner l’urbanisation de ces trois agglomérations, qui désormais réfléchissent séparément à leur devenir comme en témoigne la configuration des intercommunalités actuelles. Gaillac est en effet inclus dans la communauté de communes (CC) Tarn et Dadou créée en 1995, Carmaux a formé un district, qui est entouré par la communauté de communes du Ségala Carmausin, tandis que dans l’unité urbaine d’Albi sont apparues en 1999 deux nouvelles communautés de communes : au sud, la CC de l’Albigeois, qui comprend Albi, et au nord, la CC Albi périphérie (Cohou, 2001). Seul document d’aménagement effectivement en vigueur à l’échelle de l’agglomération, le Dossier de Voirie de l’Agglomération manifeste l’insertion d’Albi dans une large région pour ce qui est des infrastructures routières. (Richard, 2000) En effet, après l’autoroute reliant Toulouse aux portes d’Albi, qui doit constituer une partie d’une future autoroute Toulouse-Lyon, de nouveaux projets routiers doivent voir le jour : routes à 4 voies d’Albi à Carmaux, contournement ouest d’Albi etc.

19Les Plans d’Occupation du Sol (POS) ont été l’outil préférentiel pour réguler et orienter l’urbanisation autour d’Albi. On note une corrélation entre la précocité d’adoption des POS dans les communes, et l’intensité de la croissance de la population sur la période étudiée. De même, c’est dans les communes où la croissance est faible, voire négative, que l’absence de document d’urbanisme est la plus courante (Tableau 1). Les travaux que nous avons dirigés (Bacconnier, 2000) et les entretiens que nous avons menés indiquent cependant que même dans le cas de leur adoption précoce ces outils n’ont pas toujours évité un mitage important de l’espace.

Taux moyen d’évolution de la population de 1975 à 1999

Communes avec POS approuvé avant 1990

Communes sans POS ni Carte Communale

> 1,9%

53%

7%

de 1,0% à 1,9%

9%

36%

de 0,0% à 0,9%

14%

52%

<0,0%

25%

67%

Total

27%

40%

Tableau 1 : Proportion de communes disposant d’un POS approuvé avant 1990, et de communes sans document d’urbanisme en 1998, suivant le taux d’évolution annuel moyen de la population des communes de la zone d’étude de 1975 à 1999.

(Source : DDE du Tarn)

L’agriculture albigeoise

20L’Albigeois est à la croisée de plusieurs régions agricoles, et connaît une grande diversité de spéculations et de systèmes de production : grandes cultures, élevage bovin laitier ou allaitant, élevages ovins et porcins, aviculture, vignes dans la zone de l’AOC Gaillac, maraîchage mais aussi ail rose, tabac etc. Si le nombre d’exploitations a diminué de façon significative entre les deux derniers recensements, les surfaces agricoles de celles-ci se sont presque maintenues, peut-être il est vrai par une exploitation de parcelles de communes plus éloignées d’Albi qu’auparavant. A peine plus de la moitié de ces exploitations sont jugées «professionnelles» dans l’exploitation officielle du recensement de l’agriculture (DDA du Tarn, 2001). Il faut toutefois noter que l’ensemble de ces chiffres diffère assez peu du profil du département, si ce n’est la taille moyenne des exploitations, nettement inférieure, ainsi que la proportion d’exploitations jugées professionnelles (Tableau 2).

Tableau 2 : Evolution de 1988 à 2000 du nombre d’exploitations agricoles recensées et de leur surface agricole utilisée dans l’aire urbaine (AU) d’Albi de 1999 et dans le département du Tarn.

Source : Recensements de l’agriculture 1988 et 2000 et DDA du Tarn, 2001). (- : donnée manquante. Les exploitations dites professionnelles sont celles dont la dimension économique est au moins égale à 8 UDE, soit 12 ha-équivalent blé, et employant au moins 0,75 UTA, soit une personne employée à trois-quarts temps annuel

21L’évolution du nombre d’exploitations est cependant hétérogène sur l’aire urbaine d’Albi (Figure 2). Au-delà d’une première couronne de communes jouxtant Albi, on constate que le nombre d’exploitation s’est relativement bien maintenu, en comparaison avec la moyenne départementale.

Figure 2. Evolution du nombre d’exploitations agricoles de 1988 à 2000 dans les communes de la zone d’étude.

(Source : Recensements de l’agriculture 1988 et 2000).

Politiques municipales d’urbanisation et représentations de l’agriculture communale

Choix des communes et grilles d’entretiens

22Pour étudier les politiques municipales d’urbanisation et la place octroyée à l’agriculture communale, nous avons conduit des entretiens auprès des maires (et dans un cas des agents d’urbanisme de la mairie) de 12 communes albigeoises, qui ont été sélectionnées en fonction des dynamiques démographiques présentées plus haut.

23Nous avons construit cet échantillon en privilégiant la zone où la périurbanisation est le plus marquée, c’est à dire le sud-ouest d’Albi, à proximité de l’autoroute A68. Six communes de l’échantillon (Marssac, Terssac, Lagrave, Rouffiac, Carlus et Saliès) y ont connu une croissance forte de leur population depuis 1975. Deux autres communes (Florentin et Cadalen) y ont enregistré une croissance plus faible de leur population, et de façon plus récente. Nous avons ensuite choisi deux communes contrastées situées à l’est d’Albi, et qui n’ont connu qu’une faible croissance de leur population de 1975 à 1999. Arthès fait partie de l’unité urbaine d’Albi ; Bellegarde, plus éloignée et peu peuplée présente encore un paysage rural (Bories, 2001). Cette commune perd de la population depuis 1982. Nous avons choisi la commune du Garric, au nord comme représentative des anciennes communes minières en déclin démographique. Enfin, nous avons inclus la commune d’Albi dans cet échantillon.

24Ces douze entretiens se sont déroulés entre 2000 et 2001. La moitié ont été conduits par l’auteur, les six autres par des étudiants de maîtrise encadrés par celle-ci (Bacconnier, 2000 ; Bories, 2001 ; Richard, 2000). Dans tous les cas, les entretiens portaient sur la place de l’agriculture dans la commune. Ils comprenaient une description des communes, une explicitation des choix d’urbanisme, un positionnement de la commune en terme de périurbanité, une explicitation des politiques communales vis-à-vis de l’agriculture. Suivant les enquêteurs, d’autres thèmes ont été abordés dans certains entretiens (évolution du foncier agricole, perceptions du paysage), ils ne sont pas analysés dans cet article.

25Les entretiens ont été enregistrés puis retranscrits et ont fait l’objet d’une analyse thématique.

Urbanisation et urbanisme communal

26Hormis à Bellegarde et Florentin, dans l’ensemble des communes étudiées, les maires évoquent les années 1970 et 1980 comme période d’augmentation des surfaces bâties, et ce même dans les communes ayant perdu de la population dans ces décennies, comme Le Garric. Dans de petites communes, alors rurales, comme Saliès, il s’agissait d’une volonté communale de réagir à une chute de population. A Terssac, cela correspond à l’implantation d’une usine de matériaux de construction employant plus de 100 personnes, usine qui a contribué à l’urbanisation des communes alentour (telles que Rouffiac et Carlus). Attirer de nouveaux résidents permettait à ces communes de conserver leurs services publics (école notamment). Dans les années 1980, ces communes se dotent de cartes communales, qui vont leur permettre d’étendre leur urbanisation. Ces cartes communales seront ultérieurement transformées en POS. Le résultat a été une progression importante des surfaces bâties, souvent sous forme diffuse, malgré les avertissements de la DDE, rappelés dans certains entretiens. Cette forme diffuse d’urbanisation est largement imputée aux stratégies financières des propriétaires agricoles, bien représentés alors dans les conseils municipaux, qui disposaient, de plus, d’une tolérance pour la construction de maisons d’habitation pour leurs enfants à proximité de leur exploitation. La commune d’Arthès fait exception, où, très tôt, les agriculteurs présents au conseil municipal choisissent de protéger une large zone agricole dans le POS.

27A Bellegarde et Florentin, les maires n’ont pas évoqué cette augmentation des surfaces bâties à cette période.

28La décennie suivante (années 1990) marque une volonté généralisée de contrôle de la forme et de l’ampleur de l’urbanisation pour diminuer les coûts qu’elle induit pour les communes (assainissement, voirie, école). Ce qui est une illustration des conclusions de Dubost (1990, p. 187) : «le problème qui se pose aux municipalités [des communes rurales] est […] tantôt de provoquer l’arrivée de nouveaux habitants, tantôt de la freiner.» Le bilan sur la période précédente est parfois sévère, avec le constat d’une perte de contrôle de l’urbanisation. 

29Les termes employés reflètent cette volonté de rationalisation de la répartition des surfaces bâties, et ce même dans les communes qui n’ont pas vraiment connu de forte croissance de population, comme Bellegarde, Cadalen ou Florentin. Il s’agit de «limiter la construction" (maire de Lagrave), «canaliser l’urbanisation» (maire de Cadalen), et surtout de «l’organiser» (maire de Florentin), «l’agglomérer» (maires de Le Garric et de Marssac), «la concentrer» (maire de Rouffiac) autour du bourg ou du noyau vilageois qu’il faut «conserver» (maire de Bellegarde). Ce qui est visé c’est une "cohérence» (maires de Cadalen, Lagrave, Marssac), voire une "harmonie» de l’habitat (maires de Florentin, Marssac), "une évolution urbaine maîtrisée» (maire de Bellegarde). En corollaire, il s’agit d’éviter «l’habitat diffus», le «mitage». Comme pourrait le résumer cette citation du maire du Garric : «l’habitat diffus, c’est terminé ! Ca coûte trop cher».

30Malgré tout, l’installation de nouvelles populations reste nécessaire, ne serait ce que pour éviter des chutes dans le nombre d’enfants à scolariser (communes de Lagrave, Rouffiac et Saliès).

Entre identité rurale et identité urbaine

31Dans trois communes, Marssac, Terssac et Saliès, aucune identité ou lien actuel avec l’espace rural n’est revendiqué lors des entretiens. Les maires de ces communes soulignent la proximité de la ville d’Albi. Au-delà de cette proximité, c’est la continuité qu’y est mise en avant : Terssac est qualifiée par son maire de "quartier d’Albi», tandis que le maire de Saliès déplore le "handicap» que constitue la colline de Ranteil qui la sépare d’Albi et l’absence de voie de communication directe, qui en font une "commune dortoir».

32Dans trois autres communes, Arthès, Le Garric et Lagrave, le passé rural est rappelé. Il n’est toutefois qu’un des éléments qui fondent les identités des communes, telles qu’exprimées par leur maire.

33En revanche, les communes restantes, Bellegarde, Cadalen, Carlus, Florentin et Rouffiac, sont qualifiées de communes rurales par leurs maires, qui évoquent également "la campagne» pour en parler, ou expliquer leurs attraits. Un des traits marquants de cette ruralité, c’est la forme de l’urbanisation, avec le rejet des lotissements serrés. (On retrouve là une des conclusions de Dubost, 1990.) Ils sont jugés globalement "impensables» pour Bellegarde, à Cadalen, il n’est "pas question d’en faire à outrance pour conserver le caractère rural», à Rouffiac et Florentin les maires insistent sur la taille des terrains offerts à la construction, de plus de 2000 m2, bien loin des lotissements "purs et durs».

34Ces identités communales se construisent également dans le lien aux autres lieux, liens faits d’histoire commune et également d’engagements récents, notamment dans les intercommunalités. Nous avons particulièrement interrogé dans nos entretiens la conception de la situation périurbaine des communes, c’est à dire des liens d’attraction, de dépendance pour le développement vis à vis des pôles et centres urbains. Suivant la position géographique des communes, cette conception varie d’un modèle centré sur Albi, proche de la représentation proposée par l’INSEE dans son zonage en aires urbaines, à des modèles polycentriques.

35Les communes contiguës à celle d’Albi sont positionnées par leur maire exclusivement par rapport cette ville. Trois de ces communes, Carlus, Saliès et Terssac, ont d’ailleurs rejoint la communauté de commune de l’Albigeois, et deux étaient fortement pressenties mais se sont finalement désistées Rouffiac et Marssac. Le maire de Marssac qualifie sa commune de "quartier d’Albi», tandis que pour celui de Carlus, celle-ci est la "capitale».

36Deux autres communes, à l’est d’Albi, expriment leur position périurbaine exclusivement par rapport à Albi. Le maire d’Arthès évoque "son attraction, son attractivité», sa crainte que sa commune n’en devienne une "commune dortoir». A Bellegarde, on évoque les promeneurs albigeois, pour qui la commune constituerait un "poumon vert» à tel point que son bois serait surnommé "le bois d’Albi».

37Dans les autres communes, c’est une vision plus large des influences urbaines qui est exprimée, influences anciennes ou plus récentes notamment de Toulouse au sud-ouest, du fait de l’autoroute. A Cadalen, Lagrave, Florentin, et Le Garric, les communes sont positionnées dans une large région multipolaire. Dans les trois premières communes, le poids grandissant de Toulouse, du fait de l’autoroute, est mis en avant. Les maires constatent que certains de leurs nouveaux résidents travaillent à Toulouse. Les liens historiques avec des villes secondaires tarnaises, lieux traditionnels de marché et d’emploi persistent. A "cadalen, le local il se tourne vers Gaillac et Graulhet, après c’est Albi, et puis y a Toulouse qui est notre capitale de région» (maire de Cadalen). «Les anciens mineurs et agriculteurs, ils vont encore au marché à Carmaux le vendredi, ça c’est la tradition, mais la commune a beaucoup changé…» (maire de Le Garric). Les rattachements intercommunaux soulignent ces liens anciens, Cadalen et Lagrave sont dans la même communauté de commune que Gaillac et Graulhet, tandis que Le Garric est dans celle du Segala-Carmausin.

38L’agriculture dans les politiques municipales

39L’agriculture ou l’espace agricole ne constituent pas la préoccupation majeure des maires rencontrés. Ces communes qui voient leurs populations augmenter gèrent d’abord voiries, services, population scolaire… Néanmoins, ces municipalités sont conscientes que nombre de leurs actions et de leurs décisions d’urbanisme ont des conséquences sur les activités agricoles. Curieusement pourrait-on dire, beaucoup de ces maires tiennent un discours où ils expriment le souhait de maintenir leur agriculture. Nous avons rencontré dans nos entretiens quatre types de position, qui ne s’excluent pas, par rapport à l’agriculture et à sa préservation dans le territoire communal :

  • l’activité agricole comme activité passée

  • l’activité agricole pour gérer l’espace communal

  • l’activité agricole dans la production d’espaces verts et comme patrimoine

  • l’activité agricole comme activité économique

l’activité agricole comme activité passée

40C’est le discours que nous avons entendu dans les communes les plus proches d’Albi, où les maires constatent une importante déprise agricole, et la présence d’un nombre très réduit d’agriculteurs "dignes de ce nom» (communes de Marssac, Saliès et Terssac). La présence d’agriculteurs est présentée plutôt comme une rémanence du passé, même s’il peut s’agir d’agriculteurs jeunes à temps plein. Pour autant, cet espace agricole n’est pas menacé par l’urbanisation, du fait de sa position dans la commune : «zone tampon» entre voie ferrée et route nationale à Terssac, en bordure du Tarn à Marssac.

l’activité agricole pour gérer l’espace communal

41Comme nous l’avons vu, tous les élus que nous avons rencontrés sont conscients des problèmes d’urbanisme que pose le "mitage». On entend donc actuellement un discours planificateur, qui tente d’organiser l’urbanisation en la concentrant spatialement pour en réduire les coûts supportés par la municipalité. Dans ce cadre, protéger l’agriculture est un moyen de mieux préparer l’urbanisation future. C’est vrai également pour la commune d’Albi, commune très étendue, qui doit gérer plusieurs types de problèmes liés aux modifications de l’occupation du sol de son territoire, mais également de celui des communes avoisinantes, comme l’augmentation du ruissellement du fait de l’accroissement des surfaces bâties. Comme les autres communes étudiées, elle a à gérer les effets du mitage important de l’espace, en particulier dans les zones classées NB dans le POS. La culture est une façon d’occuper des espaces en attente, par exemple sur les réserves foncières de la ville, avant leur aménagement : «sur toutes les réserves foncières qu’on a, on passe des conventions avec des agriculteurs qui les entretiennent» (Service d’urbanisme de la ville d’Albi).

42Les politiques d’amélioration des structures d’exploitation, comme les remembrements, sont également utilisées parfois dans ce but. En effet, si les remembrements sont effectués de façon systématique lors d’ouvrages routiers, pour en diminuer l’incidence (exploitations morcelées, coupées par des routes très fréquentées etc.) les municipalités peuvent également les utiliser pour résoudre un autre de leurs problèmes, l’entretien des chemins ruraux qui représente un coût important pour les communes. «Le remembrement ça va permettre de restructurer les chemins ruraux, de diminuer leur longueur, on va en faire disparaître certains qui ne servent plus à rien et qui sont déjà labourés, certains qui sont envahis par les ronces. […] La voirie communale sera presque neuve, et gratuite.» (maire du Garric)

l’espace agricole comme "zone verte» et comme patrimoine

43Dans deux communes, Albi et Arthès, l’agriculture est considérée également pour sa production d’espaces verts.

44Sur la commune d’Albi, "on laisse en zones agricoles des terrains parce qu’il y a un paysage qui est intéressant et qui est le poumon vert aussi d’une commune. On ne peut pas tout mettre en zones de loisirs.» (Service d’Urbanisme de la ville d’Albi) La création de jardins familiaux sur les terrains d’un maraîcher rachetés par la ville, dans une zone d’habitat collectif dense correspond également en partie à cette volonté de conserver des "zones vertes».

45A Arthès également, l’inscription dans le POS d’une zone agricole séparée de la partie urbanisée de la commune, répond à une volonté de maintenir une "zone verte et de nature, une partie verte» (maire d’Arthès), pour conserver le lien avec les "racines» rurales de la commune.

46On voit également émerger une préoccupation de préservation de certains espaces agricoles, comme témoignage d’un patrimoine passé. Il ne s’agit pas de conserver les paysages agricoles actuels, de grandes cultures mécanisées, mais de créer un paysage agricole du passé, correspondant à une petite agriculture familiale de maraîchage ou d’autoconsommation. C’était au moins une des "pistes» d’aménagement d’une plaine enserrée dans une boucle du Tarn, dont une grande partie des terrains appartient à la ville, "plutôt que d’aller faire un espace vert tout pelouse, […] faire un espace pour garder un peu la mémoire du site" (Service d’Urbanisme de la ville d’Albi), le projet initial d’aménagement d’un parc sportif, comprenant une piscine ayant été vivement critiqué par les riverains (cf Tarn-Infos, du 15 janvier 1998).

l’activité agricole comme activité économique

47Dans les communes les moins urbanisées, c’est à dire Bellegarde, Florentin, Cadalen, Rouffiac, Carlus, l’activité agricole est une des principales activités économiques de la commune. Les maires de ces communes mettent en avant le nombre important d’agriculteurs à temps plein, jeunes et leur importance pour la commune en proportion du nombre d’actifs ou de la surface communale.

48Dans d’autres communes plus urbanisées, sans que cela constitue le cœur de leur discours sur l’agriculture, certains maires ou employés de mairie considèrent les exploitations agricoles comme des entreprises économiques. Leurs actions prennent donc en compte ces exploitations ou leurs terrains suivant des critères de viabilité économique. Leur réflexion ne part donc pas uniquement d’une volonté d’aménagement, ou de conservation de certains paysages agricoles, mais de maintien d’exploitations viables. Par exemple, lors de la révision du POS d’Albi, la municipalité a établi une carte des surfaces de la commune utilisées par les exploitations agricoles dont l’exploitant est jeune ou qui ont un repreneur, pour assurer leur pérennité.

49De la même façon, certaines municipalités interviennent directement dans des actions de développement agricole, comme celle de Lagrave qui a encouragé et aidé les viticulteurs de la commune à monter un lieu de vinification et de vente directe à la sortie de la bretelle d’autoroute, en fournissant un terrain et une aide juridique.

Discussion

50Dans les entretiens menés dans douze municipalités de notre zone d’étude nous avons donc pu identifier quatre façons différentes d’envisager l’agriculture, qui ne s’excluent d’ailleurs pas. Dans les communes les plus urbanisées, l’espace agricole reste considéré principalement comme une réserve foncière pour la construction de la ville, mais il s’inscrit dans une nouvelle temporalité correspondant aux exigences actuelles de rationalisation de l’urbanisation des communes. De ce fait, il remplit une fonction d’occupation et d’entretien de l’espace. Dans de rares communes, il lui est octroyé une signification plus riche, de zone verte naturelle, voire de témoin d’une histoire agraire. Dans le contexte actuel de débat sur la multifonctionnalité de l’agriculture, se pose la question de qui définit cette multifonctionnalité et de la façon dont elle est légitimée et reconnue. Cette recherche montre qu’actuellement ce sont encore des fonctions très classiques qui sont demandées à l’agriculture par les collectivités locales, même si des rapports ville-campagne plus innovants, en terme d’emploi, de construction et de préservation de paysage, de patrimoine agricole urbain, semblent apparaître. Il faut d’ailleurs préciser que certains agriculteurs essaient à travers leur activité de répondre à des demandes urbaines, même si ces expériences sont encore ponctuelles (mise en place de circuits courts de commercialisation, rallyes de découverte des activités agricoles etc.). Ces expériences ne sont en tous cas pas identifiées et légitimées par ceux qui aménagent et produisent la ville, et restent mal connues et peu accompagnées par la profession agricole.

51Les résultats de cette recherche renvoient in fine aux conceptions du métier d’agriculteur, et à la question : qu’est-ce qu’être agriculteur dans un contexte chaque jour moins rural ? Nos entretiens mettent en évidence une conception très classique du métier d’agriculteur chez les maires que nous avons rencontrés, bien que la majorité de ceux-ci n’aient aucun lien professionnel avec cette activité, conception reposant sur l’activité de production alimentaire, et sur la mono-activité. Aussi, dans certaines communes on commence à envisager d’autres types de métiers pour remplir des fonctions d’entretien de l’espace. Cela est à rapprocher des conclusions de Bretagne et Guicherd (2000) à propos de l’agriculture de l’agglomération toulousaine, pour qui la multifonctionnalité des exploitations périurbaines ne se concrétisera que par l’installation de personnes non issues du milieu agricole. Cette multifonctionnalité implique aussi que les acteurs de la ville élargissent également leur conception de l’activité agricole, et des fonctions qu’elle peut remplir.

Haut de page

Bibliographie

Bacconnier S., 2000. Politiques communales et stratégies foncières des exploitants agricoles dans le périurbain. Une étude de cas de trois communes rurales dans l’aire urbaine d’Albi. Mémoire de maîtrise de l’IUP Aménagement et Développement Territorial, Université Toulouse-Le-Mirail, 90 p. + annexes.

Bauer G. et Roux J.M., 1976. La rurbanisation ou la ville éparpillée. Seuil, Paris, 192 p.

Bories O., 2001. Incidences des paysages agricoles périurbains sur les cadres de vie. Mémoire de maîtrise de l’IUP Aménagement et Développement Territorial, Université Toulouse-Le-Mirail, 144 p. + annexes.

Bretagne G. et Guicherd P., 2000. «L’agriculture périurbaine toulousaine : un patrimoine vert à protéger, une activité à conforter». Perspectives Villes, Agence d’Urbanisme de l’Agglomération Toulousaine, 4 p.

Brunet P., 1987. Atlas des paysages ruraux de la France. Ed. De Monza, Paris.

Burkart M., 1999. «Transformations urbaines : l’influence des politiques municipales d’aménagement». Cybergeo, Revue européenne de géographie, n°112, 27 p.

Cadène P., 1990. «L’usage des espaces périurbains. Une géographie régionale des conflits». Etudes Rurales, n°118-119, 235-268.

Cohou M. (coord.), 2001. Atlas du Tarn. Atouts Tarn, Conseil Général du Tarn, 40 p.

Daligaux J., 1999. Urbanisation et société locale en Provence. L’Harmattan, Paris, 241 p.

DDA du Tarn, 2001. «Recensement agricole 2000, premiers résultats». Agreste-Tarn, n°24, 4 p.

DDE du Tarn, 1977. SDAU Albi-Carmaux-Gaillac. Rapport du Groupe de Synthèse. 76 p.

Dubois-Taine G. et Chalas Y. (dir.), 1997. La Ville Emergente. Editions de l’Aube, Paris, 284 p.

Dubost F., 1990. «Le lotissement, implant urbain en milieu rural ? » Etudes Rurales, n°118-119, 177-196.

Fleury A., 2000. En quoi l'arrivée des urbains dans les espaces agricoles génère-t-elle de nouvelles formes de ruralité ? Actes du colloque de l'ADEF, 25-35.

Fleury A. & Donadieu P., 1997. «De l'agriculture péri-urbaine à l'agriculture urbaine».. Courrier de l'Environnement de l'INRA, n°31, 45-61.

Gerbaux F. et Paillet N., 1999. «Développement local et gouvernance : enjeux et limites des recompositions territoriales».. In : Gerbaux F. (dir.), Utopie pour le territoire : cohérence ou complexité ? , Les Editions de l’Aube, coll. Monde en cours, Paris, 109-137.

Ghorra-Gobin C., 1997. «Trois hypothèses à partir de l’histoire urbaine de Los Angeles». In : Dubois-Taine G. et Chalas Y. (dir.), La Ville Emergente, Editions de l’Aube, Paris, 131-136.

Le Jeannic T., 1997. Trente ans de périurbanisation : extension et dilution des villes. Economie et Statistique, n°307, 21-41.

Mathieu N., 1998. «La notion de rural et les rapports ville/campagne en France : les années quatre-vingt-dix». Economie Rurale, n°247, 11-20.

Miguel Gonzalez R. de, 2001. «Périurbanisation et métropolisation en Espagne». Bulletin de l’Association des Géographes Français, n°1, 78-90.

Phillips M., 1998. «The restructuring of social imaginations in rural geography». Journal of Rural Studies, Vol.14, n°2, 121-153.

Piriou N., 1994. «Continuités et ruptures dans l'espace agricole de la communauté urbaine de Brest». Bull.Assoc.Géogr. Franç., n°2, 187-195.

Projetti H., 2001. «Urbanisation croissante de la région». INSEE Midi-Pyrénées, 6 Pages, n°41.

Prost B., 1994. «L'agriculture périurbaine : analyse d'une marginalité». Bull. Assoc. Géogr. Franç., n°2, 144-151.

Richard B., 2000. L’agriculture périurbaine, une question en émergence dans l’aménagement et le développement de l’aire urbaine d’Albi. Mémoire de maîtrise de de l’IUP Aménagement et Développement Territorial, Université Toulouse-Le-Mirail, 131 p. + annexes.

Slak M.F. et Vivière J.L., 1999-2000. «Vers une modélisation du mitage. Périurbanisation et agriculture». Etudes Foncières, n°85, 33-38.

Souchard N., 2000. L'agriculture périurbaine : nouvelle scène pour l'agriculture et nouveaux rôles pour les collectivités locales ? Colloque de l'Association des Ruralistes Français, Toulouse, 15-27 oc. 2000, 158-162.

Steinberg J. (org.), 2001. «La périurbanisation en Europe». Bulletin de l'Association des Géographes Français, n°1.

Tolron J.J. et Giraud G., 2001. L’agriculture, actrice de la ville émergente. Prise en compte des espaces agricoles et aménagement des grandes métropoles françaises. Rapport de recherches à l’appel d’offre «la ville émergente» du Plan Urbanisme Construction Architecture, METL/Cemagref, 130 p.

Haut de page

Notes

1  Brunet (1987, p. 200) nous rappelle également que la concurrence foncière entre agriculteurs et non-agriculteurs n’est ni neuve ni spécifique des zones périurbaines. " Pendant longtemps, l’enjeu des placements fonciers est resté principalement agricole et forestier. Les années 80 voient un renversement très net de cette tendance, les non-agriculteurs se portant acquéreurs d’une part de plus en plus importante des terres mises sur le marché (32% en 1990) et confortant ainsi leur place. Entre 1983 et 1990, les non-agriculteurs ont doublé leurs achats de terres, passant par an de 83000 hectares à 160000, dépassant ceux des agriculteurs en place non fermiers."

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Duvernoy, « Espace agricole périurbain et politiques communales d’aménagement :L’exemple de l’agglomération albigeoise », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 208, mis en ligne le 05 mars 2002, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/1965 ; DOI : 10.4000/cybergeo.1965

Haut de page

Auteur

Isabelle Duvernoy

duvernoy@toulouse.inra.frInstitut National de la Recherche Agronomique. Unité de Recherches sur les Systèmes Agraires et le Développement.BP 27. 31326 Castanet-Tolosan cedex.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page