Navigation – Plan du site
2008

Gaudin J-P. , 2007, La démocratie participative, Paris, Armand Colin, collection « 128 », 125 p.

Antoine Fleury

Texte intégral

1Ecrit par un spécialiste de l’analyse des politiques publiques, cet ouvrage interroge « la participation comme notion, comme pratique et comme idéologie » (p. 8). En s’appuyant sur une série d’études de cas, il analyse les processus participatifs tels qu’ils sont pratiqués aujourd’hui, tout en les replaçant dans des réflexions d’ensemble portant sur la démocratie, en particulier la dualité démocratie parlementaire/ démocratie directe. La première partie retrace l’histoire de l’émergence puis de l’affirmation de la participation, un processus relativement récent qui se met en place en Europe dans les années 1960-1970. Intitulée « les cadrages du débat public », la seconde partie décrit ensuite le fonctionnement et les mécanismes de la démocratie participative, en attirant notamment l’attention sur le fait que le choix de tel ou tel dispositif et la manière dont sont posés les débats ont des effets non négligeables sur le contenu de ces derniers. La troisième partie, enfin, met en évidence les limites d’une démocratie participative qui reste en fait largement à construire.

2L’ouvrage s’adresse à un large public, de l’étudiant en sciences sociales au citoyen qui réfléchit ou prend part à la vie publique. L’écriture est claire et l’ouvrage construit de manière très pédagogique, avec notamment de nombreux encadrés fort utiles, qui constituent autant de mises au point sur de grands questionnements ou sur des cas exemplaires. En quoi cet ouvrage peut-il intéresser les géographes ? L’affirmation de la démocratie participative est une tendance lourde des sociétés occidentales largement analysée par les politologues mais que les géographes ne peuvent plus ignorer. La participation s’impose en effet aujourd’hui à toute prise de décision. Elle concerne par exemple à la fois l’aménagement du territoire et la gestion de l’urbain, à plusieurs échelles. Pour s’en convaincre, le lecteur pourra se référer aux intéressants passages consacrés à la dimension participative des grands projets d’infrastructure que sont les lignes TGV, à l’urbanisme participatif ou au développement de la démocratie locale au niveau intra-urbain, en particulier dans la politique de la ville. On le voit, une bonne connaissance des enjeux, mécanismes et limites de la démocratie participative s’impose aujourd’hui aux géographes qui s’intéressent à ces objets d’étude.

3Deux petits bémols néanmoins, sans doute dus aux contraintes éditoriales : une approche principalement centrée sur le cas français, laissant peu de place aux expériences étrangères, même si sont évoqués des cas pris en Europe (les comités de quartier italiens par exemple) ou ailleurs (les budgets participatifs au Brésil notamment), et le format de la bibliographie, un peu trop courte pour permettre au novice d’approfondir ses connaissances théoriques ou de découvrir des analyses empiriques récentes. Pour autant, l’ouvrage demeure un excellent préalable pour mieux analyser la production de l’espace en géographe. Deux des problématiques transversales développées en filigrane – les relations experts/citoyens et la question de la proximité dans l’action publique – s’inscrivent tout particulièrement parmi ces questions de société qui rendent nécessaire le recours à une démarche interdisciplinaire, à l’interface de la géographie et des sciences politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Fleury, « Gaudin J-P. , 2007, La démocratie participative, Paris, Armand Colin, collection « 128 », 125 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 18 septembre 2008, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/20083

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page