Navigation – Plan du site
Des représentations en géopolitique

Georgia on my mind .....

Bernard Elissalde

Texte intégral

  • 1  chanson à succès de Ray Charles

Still in peaceful dreams I see
The road leads back to you
Georgia, sweet Georgia,
No peace I find
Just an old sweet song
Keeps Georgia on my mind
(Georgia on my mind .....1)

1Malgré leur brièveté, les évènements dramatiques du mois d’août 2008 en Géorgie sont venus rappeler que l’espoir, né depuis 1989, de voir s’édifier un espace péri-européen durablement pacifié, demeure un idéal présentant, dans l’immédiat, une faible probabilité de réalisation.. La politique extérieure de l’Union européenne peut-elle s’accommoder d’une telle situation ? Depuis qu’elle existe, le défi auquel est confrontée la politique étrangère européenne est de se donner les moyens de peser sur les relations avec son voisinage dans un univers international qu’elle ne domine ni militairement, ni diplomatiquement. L’importance des enjeux, l’identité des belligérants directs et indirects, et leur mode opératoire ont conduit certains à annoncer la renaissance de la Guerre Froide et à enrichir leurs commentaires d’un vocabulaire digne de l’époque du rideau de fer, où la diffusion des valeurs occidentales serait arrêtée par une réaction digne de l’ère Brejnev. Face à la gravité réelle ou supposée de cet épisode guerrier, l’implication dans le règlement momentané du conflit des responsables en exercice de l’Union européenne donne ainsi l’occasion de tenter de dresser un bilan de l’efficacité actuelle de la PESC (politique étrangère et de sécurité commune).

2Pour ceux qui s’interrogeaient sur les critères pertinents à utiliser pour délimiter, un jour, les ultimes élargissements de l’Union européenne, la vision « poutinienne » du continent européen vient d’apporter une réponse claire. Le drame géorgien se déploie dans un espace que le pouvoir russe n’a jamais cessé de considérer comme son pré carré et qui aujourd’hui se confond aussi, mais pas seulement, avec les chemins empruntés par les gazoducs et les oléoducs. Car, au delà des enjeux énergétiques, la violence de la riposte russe en dit long sur le désir de revanche de certains dirigeants de ce pays. L’enchaînement des évènements survenus, depuis la dissolution de l’Union soviétique, en passant par la défaite de l’allié serbe en 1999, puis par les révolutions « colorées » et plus récemment par l’indépendance du Kosovo est apparu aux yeux des dirigeants russes comme une succession d’humiliations. Si l’on y ajoute les arrières-pensées des doubles adhésions (OTAN, UE) menées conjointement par les nouveaux Etats membres lors des deux derniers élargissements, on peut concevoir l’impression d’encerclement d’un pays qui a toujours cherché à maintenir au cours de l’histoire ses voisins immédiats en état de vassalisation. D’où la réapparition de la thématique du glacis dans le discours russe, non plus un double glacis, comme au temps du pacte de Varsovie, mais limité aux Etats de la CEI (à l’exception des Etats baltes qui n’en n’ont jamais fait partie). L’ancienneté des contentieux entre ces peuples du Caucase et la Russie et entre ces peuples eux-mêmes est telle que ladite intervention ne fait que s’inscrire dans une longue suite d’affrontements qui se succèdent depuis des décennies et qui fournissent des arguments aux visions du monde essentialistes des nationalismes russes, géorgiens, ou ossètes. En disant cela l’objectif n’est  pas de justifier l’initiative russe, mais de comprendre le sens du choix actuel de l’action militaire.

3Dans l’immédiat, à l’exception des Caucasiens, tous les autres acteurs du drame semblent profiter du faux-pas géorgien. L’Union européenne est dans son rôle en se plaçant sur le terrain de ses valeurs fondatrices et du droit international et en refusant la gestion brutale des zones d’influence. A l’inverse, aux yeux de l’opinion internationale, la sincérité des arguments russes volant au secours des Ossètes et Abkhazes, peut faire sourire, alors même que Moscou avait anéanti les séparatistes tchétchènes voisins. Mais la crédibilité de la nouvelle dyarchie russe face à son opinion publique était en jeu. Après des années de rhétorique anti-occidentale et valorisant la Russie éternelle ou le redressement de la puissance passée, il paraissait inévitable un jour ou l’autre de passer aux travaux pratiques…..Enfin ces évènements ont permis aux Etats-Unis de lever les dernières réticences, de la Pologne et d’autres, pour l’installation de bases de missiles sur leurs territoires. Avec la tentative de coup d’arrêt russe à l’extension de l’influence occidentale, est-ce la fin de la période de déséquilibre des sphères d’influence né de la chute du mur de Berlin et de la dissolution de l’URSS ? Un nouvel équilibre des forces est –il atteint ou bien le Caucase, l’Ukraine et un jour la Biélorussie entrent-ils dans une période de déchirements jusqu’à leur basculement définitif dans un des deux camps ?

4Par delà la question caucasienne émerge, une nouvelle fois, l’interrogation sur la capacité de l’Union européenne à assumer son rôle d’acteur international. Même si ce statut lui est reconnu de jure  depuis Maastricht, force est de constater qu’il ne se traduit pas de facto au moment des crises internationales. Certes, l’invasion russe a reconstitué un temps une unité diplomatique européenne fissurée depuis la seconde guerre d’Irak, mais il s’agit surtout d’une diplomatie de l’urgence davantage préoccupée d’obtenir l’arrêt des hostilités que de contraindre des belligérants à signer une paix fondée sur la justice.

5Si la « complémentarité » apparente des rôles entre l’OTAN et l’UE, a permis au camp occidental d’engranger de nouveaux accords avec l’Ukraine ou la Géorgie, pendant la phase « pacifique » de la confrontation avec Moscou, la question de l’efficacité de la politique étrangère communautaire se trouve désormais posée face à un recours délibéré à la force.

6On sait que pour des raisons historiques, l’UE, en tant qu’entité, est viscéralement opposée aux actions violentes de « haute intensité » et limite ses interventions aux missions dites de « Petersberg ». La question est donc désormais posée de savoir comment faire respecter le droit et la justice, lorsque des protagonistes n’hésitent pas à recourir à la force. Et en l’absence du parapluie de l’OTAN, puisque l’Alliance est elle-même l’un des sujets de la discorde, quelles sont les limites de la politique étrangère européenne lorsqu’elle se heurte à une autre puissance de premier ordre.

7Deux options s’opposent au sein de l’UE, sans que celles-ci ne recoupent le clivage entre récents ou anciens Etats membres. D’un côté les tenants d’un schéma euro-atlantique, maintenant une séparation des rôles entre le civil et le militaire, entre l’UE et l’Otan, et le maintien du parapluie américain. Ce choix implique dans le domaine diplomatique une absence d’autonomie de décision, et une conception d’un nouvel équilibre européen de type néo-Yalta.

8L’autre option repose sur la réalisation d’une sphère d’influence associant des pays partageant le même modèle politique et économique et des relations de voisinage où, comme en interne, une certaine prospérité économique et sociale protège la paix. Si les évènements récents semblent donner raison à la première option, la seconde ne pourra devenir viable que si l’approfondissement de la construction politique permet d’affermir une politique étrangère crédible.

Haut de page

Bibliographie

Beroutchachvili. N., Radvanyi. J., 1999, Atlas géopolitique du Caucase, publications INALCO.

Thorez.P. et al, 2005, "Les nouvelles frontières européennes à l'Est", Revue d'études comparatives Est-Ouest, vol.36, n°3.

Haut de page

Notes

1  chanson à succès de Ray Charles

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Elissalde, « Georgia on my mind ..... », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Des représentations en géopolitique, mis en ligne le 22 septembre 2008, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/20103

Haut de page

Auteur

Bernard Elissalde

Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page