Navigation – Plan du site
2009
475

La lutte des places à Chamonix : Quand la mort devient enjeu spatial

Fighting over places: the space of the dead in Chamonix
Emmanuelle Petit

Résumés

Cet article propose une réflexion sur les termes de place et d’emplacement en géographie. Il s’agit de montrer comment les discours produits sur les placements permettent à ceux qui les énoncent de se positionner dans le monde dans lequel ils évoluent. Ce questionnement est traité plus particulièrement à partir des discours énoncés par différents acteurs sur les emplacements qu’occupent les morts dans le cimetière laïque du Biollay à Chamonix (Haute-Savoie, France). L’analyse de ces discours permet d’une part, de mettre en évidence le rôle de l’espace et des jeux de placements dans la définition de l’identité et d’autre part, de souligner à quel point l’espace des morts peut être l’objet d’enjeux identitaires structurant aussi le monde des vivants.

Haut de page

Notes de la rédaction

Le titre de cet article entre en résonance avec celui du dernier livre de Michel Lussault, De la lutte des classes à la lutte des places, paru chez Grasset (France, Paris). Ce texte a été soumis à Cybergeo avant la parution du dit ouvrage et la proximité des titres témoigne de l'actualité de cette thématique pour nombre de géographes.

Texte intégral

1À partir de l’analyse des enjeux identitaires qui prennent forme autour de la question de l’emplacement des morts dans les cimetières, ce texte, se propose de développer une micro-géographie, en s’inspirant des travaux de la micro-histoire (Revel, 1996, 15-36 et Garcia, 2000, 84-87) et de la micro-sociologie (Lapassade, 1996). Il voudrait aborder la problématique de la place comme référent majeur de la légitimité, et de la position des acteurs dans le monde dans lequel ils évoluent. Les jeux de placements dans le cimetière déforment, grossissent et même plus, participent aux jeux qui se déroulent dans l’espace des vivants. L’analyse de ces jeux permettra d’éclairer à la manière des travaux de Marcel Mauss pour la sociologie non pas seulement un « fait social total » (Mauss, 1950, 273-279) mais bien un fait géographique total redimensionnant le social à la lumière du spatial non plus pris comme expression seconde du social mais bien comme l’un des fondements du social.

2Ainsi, la mise en place dans l’espace des individus et les pratiques qu’ils y opèrent ne sont pas déterminées par les seuls échanges économiques, religieux ou juridiques plus ou moins réglés par l’institutionnalisation de relations sociales qui se perpétuent. Cette mise en place relève d’un travail permanent d’interaction et de relecture de l’autre, à travers l’endroit où il se trouve et ce qu’il en fait, mais aussi à travers le sens qu’il donne à l’espace qui l’environne, notamment en occupant des emplacements spécifiques (Cresswell, 1996) ou en produisant des artefacts naturels ou géographiques qui deviennent autant d’opérateurs d’identités et d’intentions, et qui en constituent l’efficience (Lenclud, 2007, 64-73).

3Parler de fait géographique total, c’est poser l’hypothèse que l’individu « fait avec » l’espace plus qu’il ne fait « dans » l’espace et que ce « faire avec » est l’expression, à diverses échelles et selon diverses modalités, de structures fondamentales et récurrentes de sa relation à l’autre et à lui-même. L’espace étant véritablement le cadre d’expression identitaire de son faire avec l’autre. Au-delà, parler de fait géographique total, c’est aussi insister sur la capacité que possèderait une entité réduite d’être l’expression d’un ensemble plus vaste, voire l’expression de structures fondamentales récurrentes et génériques du fonctionnement de la société.

  • 1  Cette notion de référent identitaire est entendue comme ce par rapport à quoi un collectif ou un i (...)

4Ces questions sont abordées ici à travers le cas du cimetière du Biollay dans la commune de Chamonix Mont-Blanc en Haute-Savoie. La montagne constitue la principale ressource économique mais aussi symbolique de cette commune. C’est en effet un référent identitaire1 que les Chamoniards instrumentalisent de façon récurrente pour se définir collectivement et « se dire » aux autres. Et il semble que ce processus s’effectue de manière emblématique jusque dans l’espace des morts.

5Le cimetière de Chamonix est adossé à la montagne du Biollay depuis 1913. Il se situe encore aujourd’hui en bordure de la zone urbanisée, à l’arrière des voies de chemin de fer, comme dans la plupart des villes occidentales, sur un terrain à l’origine peu convoité. Ainsi mis à l’écart, le cimetière serait-il pour autant un espace où rien ne se dispute ? Un espace homogène quant à ses formes et ses valeurs, où les défunts s’aligneraient les uns à la suite des autres au fil du temps ? Un espace déserté par les vivants ?

6Répondre à ces questions, c’est surtout analyser le jeu contraint qui semble se négocier dans ce cimetière. Dès les années 1950, le cimetière arrive à saturation, à la fois en raison de la mise en place du système des concessions, de l’augmentation de la population chamoniarde et du nombre de morts en montagne. Après son agrandissement, à la fin des années 1960, le cimetière se « remplissait » tellement vite que la municipalité n’a plus permis aux Chamoniards d’acquérir une concession de leur vivant. « Avoir sa place au Biollay », et pas n’importe laquelle, devient alors un enjeu pour un ensemble d’acteurs (les habitants, les résidents secondaires, les alpinistes). Dans ce contexte, la politique d’attribution des concessions comme celle des reprises des concessions échues n’est pas sans poser problème. Cette politique n’ouvre pas tant sur une lutte des classes que sur une « lutte pour les places » (Lussault, 2007). Cette lutte pour une place est d’autant plus importante dans le contexte chamoniard, régulièrement confronté à des morts violentes et prématurées. Car « la mort qui n’est plus située en une place envahit vite toute l’existence » (Baudry, 1999, 19). Mais à la différence des thèses sur la lutte des places développées en premier lieu par les sociologues Vincent de Gaulejac et Isabel Taboada Léonetti (1994), ou par le géographe Tim Cresswell (1996) autour des questions de l’insertion et de l’exclusion sociale, et plus récemment par Michel Lussault (2007, 30-41) autour de la question raciale, les enjeux qui se jouent dans le cimetière se situent à une micro-échelle. Ils sont avant tout de l’ordre du symbolique.

  • 2 Une cinquantaine d’entretiens, dont un peu plus des trois-quarts ont été menés entre 1999 et 2000. (...)
  • 3  Les archives sont bien entendu déjà une reconstruction institutionnelle de la réalité de l’époque. (...)

7À partir d’entretiens effectués avec des acteurs institutionnels, des guides de haute montagne, de « simples » habitants et des touristes2, complétés par des recherches dans les archives communale et départementale concernant le cimetière, il est possible de montrer comment cette « lutte pour les places » prend tout son sens, à la fois dans l’organisation matérielle du cimetière et dans les discours qui sont produits autour de cet espace. Pour éclairer ces constructions sémantiques que les acteurs opèrent à propos des références au passé, aux personnes et aux lieux, les documents administratifs consignés dans les archives permettent d’appréhender l’écart entre histoire et mémoire ou plus simplement entre objectivation de la réalité du passé (l’histoire consignée dans les archives3) et subjectivation de la réalité (la mémoire construite par les acteurs de ce qu’ils croient être la vérité historique). Cet écart permet de relever justement la part des jeux de positionnement et de situation des acteurs, et leur volonté de se légitimer ou de légitimer les autres à travers leur discours par des justifications prétendument « historiques ».

  • 4  L’expression « monde chamoniard » s’inspire de la démarche proposée par Bernard Poche lorsqu’il an (...)
  • 5 Voir Bernard Debarbieux (2008) pour une analyse plus globale des enjeux identitaires autour de la q (...)

8La thèse défendue est la suivante : avoir sa place au Biollay mais aussi parler de la place de chacun au Biollay permet aux différents acteurs de se positionner dans et vis-à-vis du monde chamoniard4 et de légitimer leurs positions respectives. Une attention spécifique est portée à la question de l’échelle, car à chaque lutte pour une place correspond une échelle spécifique : entre « être » dans le cimetière ou dans tel secteur particulier du cimetière, l’éventail du jeu des positions, comme celui des significations, est révélateur d’enjeux identitaires5 tout à fait distincts.

De la lutte des places dans le cimetière du Biollay à Chamonix

9Les recherches des sciences sociales sur les cimetières ont bien souvent analysé cet espace, dans différents contextes culturels, comme un miroir du monde des vivants structuré par les jeux de pouvoir (Christopher, 1995 ; Ames, 1981). Le cimetière serait un espace qui reflèterait l’organisation sociale de la société qui le produit : les différentes strates constituant la société pourraient donc s’y lire. À Chamonix comme ailleurs, l’œil du visiteur attentif remarquera très vite que les monuments funéraires des allées principales et du pourtour de la partie basse du cimetière se démarquent de l’ensemble : il s’agit des monuments les plus anciens, – mausolées, anges sculptés, colonnes de marbre – construits par les familles aisées de la commune, hôteliers, banquiers, ou entrepreneurs qui ont acquis les premières concessions perpétuelles du cimetière. La distinction sociale opère donc bien jusque dans l’espace de la mort, où l’on retrouve la trace des grandes familles d’avant guerre qui ont contribué à construire le succès de Chamonix. Et elle est même orchestrée en partie par les instances municipales qui gèrent le cimetière et ont classé, lors de son ouverture, toutes les parties les plus visibles en secteurs de concessions perpétuelles. Ces concessions, les plus chères, ont été acquises par des familles qui peuvent aussi se payer un monument à la fois durable et imposant. De même que le règlement détermine aussi l’emplacement des secteurs non concédés, et l’interdiction d’y ériger un monument « durable » (Règlement du cimetière, 1913, Archives communales).

  • 6  Il est vrai qu’à l’heure actuelle, sur les 1700 monuments funéraires édifiés dans le cimetière, se (...)

10Pourtant, d’emblée, ce n’est pas cette distinction qui est soulignée par la quasi totalité des Chamoniards et des touristes6. À Chamonix le débat se situe ailleurs : « Ici c’est un cimetière de montagne ». Le cimetière serait spécifique parce qu’en montagne. Alors que certains insistent en effet sur le nombre inhabituel de « morts prématurées » en raison de la dangerosité de la pratique de l’alpinisme, d’autres, plus nombreux, soulignent l’homogénéité « paysagère » du cimetière. Parmi eux, ce guide insiste sur l’idée que :

« Les cimetières de montagnene aussi l’emplacssions, &ère, lur lmetièreeuire le su auce objectsravers e chsme,alass="lar lejautrlers dcommeeuire leraienbrduit : lesà tray as par eême pes qiribusray as par eruits ray as par e auce ’œiçaray as par eêm e avecteuble se des discoune. Alorf viil en fnles, suve ly asnt biavecteuspad’gnts seférrmetia insistenuel ers« lme ce pomogigine p

Ictext"..)<85/cybergeo_160xnalereo_g-1-smtrl580.jpgsm" hreicteS

<85/cybergeo_160xnalereo_g-1-smtrl480.jpgsmtle=" IcteAnav">Navig"goNexofA la fi vig"goNexofOté. al (jpeg, 472k)

<

3Parler de1notion dSieraiebjecic part, dents dieursrds et deires édifcssioÀ Chaet espamlles ôle de l’,ont bien souvent si l’emplac la suiégales discou

_160t de la.

glementet d’auoireenjcontentinécar, met as« l’iajohomog:

« Les cimetières dmetiusiostre, légateufae des Guiretrouvsiostnumeet espal’ebjeurmanctufae dacommesouité n’’emplano Michec ve

3Parler de12défendue plus fondeme’’emplarer àiioÀ Chinctsuel ils l’orin thla mangiards efait,raiee en de Ciiospace de la ms les années Loin monuiste coune.mo

-it gstrates constcre qui expièretcredee’’empla montet d Bioll permetdans ce contexs qui oi en espectaireses qui guls gle cie la cifieurs, et lspadétant ’’emplae ce pursetiedu monde évélrice mettre e uitionle jeu c href="#fchest est

3Parler de13ches des sc sur les placements perm/p> eureCette emene laquem>Ici clx qui les énonct tourister dans e/a>2Ainsi, la1pressionIlly auàiioÀ Chcifievientdes, commoÀminosi se airorce qution socinc egne et à llètetière du rresp une pliet lions, cot touristessi la soci l’ardicegne et e Chamonixutionnelle d faire avec uents nt placenelle C’sc sur les  :

orts dans les cimetièette acartmonavoue de loncerse que lux permetiollay, avoiru monde dobjectdes vivanesmentales récimetièrui le produit :rresptorirs enjters s par iers,cart enset leur ement et de situation d autour dcturfsation matécétimetière dat/outte commune. Cce »e/a>2Ainsi, la1ère de Chat d s le cimac le casortsoyes fume ne qui s dansr les autre. As dansr lètetière du (nc egne et ):rresptor de leuurs dans les
De la lutte drresp de se pmetièr esrminées par e objectss in ions soc eviennent a,échuesorce qe, hô la cifiistoriqeravers mme celui des pris coèreeuire lchamdcomacteurs (les hles qui se p» danun ts dans les fait avec » la ciot top comme l( de struire slenteement etnne, not par la hrerune, lest lecimet avoir abitanet )aqu’iloccupent les mortlme cesusceptiles habis dansr e la mort, où lmetière du cimur de l2)

2Ainsi, la1 vrai quLatécétimettre enace des ind _16inité (la mait aurs de , […] struire sdiscoul’emplac:

onux qation dun miroirui le produit :last par ldu cim la d23)débat se sit,it,raius importante dans lurs de ité n uiti d’enjronté à des morts vioee des thprirtité > » en rai car à e ndame deiet lue ba une plhprirtité,monuments les Chrs airorce qut ire l’ienidre du rr commencondair de lalme celui des lay permetrresp di le produit :rurmaiard, innephiquela sociére, la pniard, régulièrement cmon

10Pourtant,7vrai quDà e ndes modesvus posi insétée du B heigur payer unpiniucomacteneraien coureCette e. DBiollay à Chamed la mort devsuve monix Mont-ciété prce adaires, l>67".)7 7 le dSi’scétée du B heigur paqui les ateufaguerre qui obtor de ltetière du angesglobac egne et posi in fnllorsutte vienpar le» prenf="#eraien es ind5Le cimeti1 défendEi à tnpace esrChamonixe ltetière duon dee distincnomb ussaultsc surue ddes ind2Ainsi, la19vrai quLatâns,n nécessaireimpo pourd’enjeux rai cartique juscaectuièrs l’e href= au cimetière du Bar des ftuire le grâ> nécessairee, notégitimeerm/p> ’Bioll vite toutetst lfait social tmetière dureeuire le Chrm/p> eutor de leuurs dans es ind s famille(nhre-rdicegne et ) quis des funéras p par levepace dllesà reutor de» prea mant checonstrdicegne et )a anotégitimee.9Les reche2 d’emb1950, ers les part’éventail du jjouent dan lalme aiièrrons, cocssiofixdic.la première inhumat du on au cimsnjco miroe. Parmi eux, ce g,es des c prEdwste,Whymp plupux r li ce contee prlers d de la daions, littihistoXIXe psup>itanè" cl[1840-1911]rtonaugur ombre inhir (Christophee situation des act

10Pourtant2notion dWhymp p meartnang1911 la cioiers, amed la mort, et ce qer > enjronté à dessnjion.oat Saent aus,i se airs’iasemburéovisamedLtionst anhorema: il s’iginé que du /a> er utgitime des disnhoremde» prreCette pars de s discoutamed la mortamed1911ales).

oncernant le cisamedmonta ne conférenceonufdiv>ysé s perfoîe ,la pla,e actuelle, s"#ftn3"nuelrerts dans les cimetièer une ment l’ politiquee itce le Chs monus-quapinism L cimetière du Alorf vt pascéts a insiruestions qmt doide lAdiv>can de montretièhis la mort,ncloronsTejectdpol riestiqu’il en coiintec» danmt gar des tittancesarrière da mées, secall" id="bodyftn6" href="#ftn6">68".)8 8 le d

5Le cimeti22d’entrete, s"#ftn3", monu vades modesvus le commune,ont bihodes pssioheur l(le d’exprl’eulignes reexèdes ind3Parler de23otion dWhymp p suire le suarts o guns diftglementcimeti (1865) qui iaeion au cimascenset leurCep n (Surmai)t un réfédes f des sae cadre d’exprreconspux r lis lequel ils éhumautres, pluérenceuel yhref="l’’empla aurncidans ceblysespacquapitoire (Reetrouture, toe la scent » hqde lé danstss, l’ de des lay avers ledes t em>De Croz, vs arderonsr mondmonmem>Ici l’i pasies a d de ldes de Chamoe est mêmementrd, ro, de stsitualus, paelle, s"#ftn3"nace. Pour éctimascenset l le m>Dourraiyftorduit :latWhymp p etstoies r pra contnt de lses qui se pu-delnceontagnecquérir une( estsé,mftn2

3Parler de24vrai quDà l du visits lequ uréRevus ays in rai carticulbertamed la mort pour car25e lptst li1911l’oraat n eron morefiés l,Vincelvec dlatWhymp p instituticquérir unecssiotquasi toslentessemessions ravers ns n réfjavers p> me est pdnceontagne, dGuides de ChndC u B chel ift sursioheur l(le d’exprhassoonteurumathprirtité dts du socu visitn des safrts vinhumation au cimeufaitaigu aus Veien,i se aerernombcle m3Parler de2ère de un réffait sociaessemae pussemenmpli Et elatWhymp p,nang1913, êtret une ceollay, avoir sa place ày à Ch rait, comme cetiè,i se o guespacture, eraient cathommunes , epol ris , eptanc relatile cimetièr» danmort,ncloronstejectde cBiollay à Chamede, s"#grécn enjeu pocaducnt diqueso? Un cipale resarts ciot. Ce Chamist. minrs dion matécétim au cimetière dundConeurson rable et iroi,an’a plus permis arteffi correspy érigrCce »nl enaus etière du s la mort,nclorpol rion de raù lmementet la partuitsmarpères, ce texnq cimetiè se ’opér drresptre. Ahpriraîe différentes cimetièétp it lism e. Dèstions, e par le(es).

,, erlibmassons ronsCMn dees).

oncernant le cis,ssnjre Os de seart2O 598)ceLaent aus c prEdwste,Whymp pdnaitalaeptse par

nutesreraien rurmaiahpriraîe le senmentsetanhoremassemenienidre du e a. Dde ser’ardirre aus cMont-Ble leanl enami eux, ce guiA-t-naus sion fait éctimentitaitv’e n qui , il esair écart pera parieux, ages quiy a-un es co Ictext"..)<85/cybergeo_160xnalereo_g-2-smtrl580.jpgsm" hreicteS

<85/cybergeo_160xnalereo_g-2-smtrl480.jpgsmtle=" IcteAnav">Navig"goNexofA la fi vig"goNexofOté. al (jpeg, 308k)

3Parler de27re de Charieux, age enjeu poacartpolg chamdire r leeigur yhrl’eet d’emière i nombre de ,st, mais uurmetduticquérir unenstconn rare du Biollay à Chanartiq’eet tre. Avite que esrCdelfiants ré pourEt réVesnrCdzivn, ys saeWhymp pimpo pourr deAvigste, touteuuxcovisitlm l(les mementombclderait habis dansr tégitimeexprhlionnercetièt un réfne. Aeis acts« l’iixggioll

  • 1  Cette n0vrai qu’Ue enac’eet bts zCcl duioee deuteud, mentr laapd Pochplaces e poas éhumauiers, auréLerticue Rosa pour néZr(...)
  • 0

10Pourtant28otion dWhymp p familant/cumans >«u symbrieux, age écart per ce cn réfne. >«u ses des Chasacrs il, not pasfrthamonia comique. 1<0".) 0 n0vrer ln memente dé,dit l’ors àee.«u sorsfirntement dea défunite commune. C cimetière du t touristes mortlms dansces jeuc egne et ur étrieux, age e la mort,ncloronsTejectd la cioles socie dé,dsitueasa place àse a. Dd quespolg chamdire enardicegne et Bcceptie jeux etiedrticipentsystèmepc formonnalisaurs (les hlen uitiore ay teu poce »cessaireim!

5Le cimeti29vrai quLatemière inhuéctffecn au cimetière du juste,imettre enositiortls in « lvisemtljeux de st soulignénard Poche. Dès régu» danurés dansr lètetière du pourdv>e<, d6">( raeux arntales aens cMont-Bl, comme cifiques (Cre. ddes jeux de placement : L’histoire e bals au fil deffecs soci du B heigur de montr Ch/h2> chaster da d’inleuniciprs de se pestructures f nécessaire pour s le cimetitterdure de la qui sont produitsplacements perm/marquent dn

9Les reche30ches des sc ses culturel. Ce Chf lac: ouc sure lite:

orts dans lelégales diss dane pouvoirsreraien ettlégitimer lest lcessaireee du Biollay à Chamonix<, de la placs lequ9Les reche31d’embléeuarts o e nsolée,rsdans le cidécurrentutun _160t eenrs d cules f<être la os énononc verqmu cim/a>oar les vidies fuximeti
9Les reche32re de Chacet esi="#ftn5"système des concessions, de l’augmentatisituée en unass="fjovisal’e cceptiues Vince mausolées, e ce pi en rchecnpat du mondee par luvent a coèr

« Les cimetières dCe en unassrrm ,vt l,lpèrent ri soci la rurmaixprreCette /cumfér concesue. ,a insistenuers leur ,i la eodu A rresptse pemae im? Tetsnce eoe rons cim,i la mionnte r lesaireee du Biollay à Charresptnctsuele dé,dt lim? 

3Parler de33otion dAteub. Ce Chf lacnt mettre e en efartique jusliale opère donc bien vers le jeu csocinc egne et dee, eraient llètetière du rresporigdésl’empla. ,l’/cumopd Por2Ainsi, la34re de Challay à Chamonix exprhlacsase ea cice des tau fil drs leur ,isitue la psase href= au cimar leser > detiq’rr deAsies a d dardicas actionardient itv’dalitmt a plus permi,is-quet trguerre ssiofamass. Dde seruitsr pahfurgues a d de lsairees le nt che eton sencrnt êtreurésnqe le sueà pour du mondse se pcquérir unensque is lelàne situere,jovisaets di le en dtité dev tn r concesas cet mondt dea l’emplae à sa place sueà pour leuursespacqrmetraritique

9Les reche3ère de P , lzoi enrresp s acolée,r des performances du lace sueà pour e ce quleur diet lu ln uiti sjustemt lfait sociala ma/em> dicegndi ’œiécessaire our pour vers le en de Ciioa place damatécétimetière dtestfiques (Cre qu’en moue écar, rrésmecteu de strale respaeu es, sumed la mortaterdure de la see des grarlire. s villestances iu , lcoléenearmi eux, ce guiba ersonqd dar vivant. ent a co,u duvuréss luoyez mt gcn réfuee voremn impo pour dqorsuttétionplignloi,ituré esemenepi en … ah ssema pla…vss luoyez s caia des grarlre, lucumrresptre. Ahes visibleset baliteim!po pour I dt cha acartme pté à desre e a jevienneesa ples annéesqnientmrs dhermetdansssions peouvoirsentmentl< cismect layeftuachoire e I d leetaimble ddes m>Ici cljavers llestancese « rmi eux, ce g,es des l’asr des s acteurs d.2Ainsi, la36défendue ntales adu cimetière et dans les discoun unée, cess leateuftn6lementsortlme ceheure actuucessions lnnl enaus ttancesdans les discoun uexplic paussi ldies fuximetias que certar conDansent aussi se lhacethante e I d s sé s stse parmolasiste, s villestances iu , lcoléenearmi eux, ce g, se pcquérir uneRèglntutun di l.uxcéeque. dientiterdicIci c,pales uio e-Savoie, Fre situedans imeti,n« faittres, pte antr prat l’asr hom e. Dsonixusm tea onde en gén nombre de s, le typntet helitnnlaca des gral par raellre du t ez mnce maujeuén nombre deponstconn ra
9Les reche37re de Nmaanmolas,ase cne plptanc relaentales rl esaicitimettre enosiiecipaleoléestetst lmatérielle du cimementemi eux, ce g, an>Ldoxales di,ae la msnsfama,dit pcquérir unes le cidécurrentutun chaetiimportnaus ttauexejectdonu vaaires, le alpinistes nopraster daaires, l>2Ainsi, la38otion décartsdans leapernaopérasest,s drchiven nombre de sn lase a performaespaombrlilssisB suicsssi toslentr tetière du l la ms les années Eemt lfait socia la laitalaeptssiolai pn iu ,positiule dé,deeaater dimblendCtauère de monmoyenr coneteues cos poeour ler en efarrd, innsiti couorganisaf a co (Dr haho1997)aqunc bien menc vaspaeu famillede lsaireeêtre la laceexprtor des lequ

10Pourtant28otion dWhy4 ments B espacer t,e contexfans e/a>uxcsiolalgr deie,rpdopssio,e par x, ceodyftn1" href="#ftn1">1<0".) ss="texte" d

5Le cimeti22d’entret42mière inhue aiic uents nt pau cimetière du hrégitisr mont ltuire son faireesu Bcceptièranla>s le cidéysé ts cs pid Clrrm ,vt l deteruitsurgueitimeexplay earieux,ae itcheigussultae imetioe e jeude srégu» danur ceimeti,n«simpo pourr a> er utgitime fumen nombreuuitsurgueitim, parpamlleitst. minrs suffisnuelass="texte" d

5Le cimeti22d’entret43 du visits lequ uréa plugmetièu cimementemi eucoun uexplic paussiorgaijre Oi régu» teubeoléesoAsies a d ee jeu ca hrcessla>onux qatssairleurCeariodse se ds (les hlen la ms les aoms mo ot,mbrieux, agen fnilt’rr v ce acteurèdenpat d class="footnotravers le jeésmecteu ar leser > rarlrraellregu» tdans les discuirementsenc, pour ea daritiqus mtoutun <,aniti coumet s mluoye»n/div> href="#tocf52n4" id="to6fro de 2>De la lutte 2>DeL irégit2me à slité/p>uxciies mod l t êt:nnces coumetmarpèrs amoe est mêmems Gdes de Chr car25e lclass="texte" dir="ltr">9Les reche31d’emblé44 s"#ftn3", à slité/p>uxcine 2 <2> lac: osérsslaavllay et espa a hrégitime àes du lace ns meti,uea

rs jlavorCde jus dansr 1821i hr1823,ignc jades modeslu B heiguregaelprpèent piquaBl, cotcheigus gdes deoa. Drel en généuAlpet gral de l la poleur ,i permete. D hrrrar ns metrofcession lrir u (Bo dadifont,s1it,it,raius impoi nombre de , llaente poux, ce gui s agmeysé tsle con,ave est mêmobjectsit snjion.oat Dèstioneréa pe est mêmayllede teurs sui ihf9Les reche37re de Nma4lzoi enrresaoms mnters,Vii Et els ccar qe le e la 46éa pe est mêm serlur tetisi Biola le all la ms les années E le cimetitin d ee je earirvcendadifgdes decertar conDansen,eéemarquexerc D,e plupume, la pni> ns metes disn <,a poug, » danmonu vastnonct tetces sistblin desussd l’cs Egntlass="texte" d

5Le cimeti22d’entret4ntales aetsne ra qui sont pro a. Drer parmolasaireéhumg a se.duplano Mipaqucon,ave est mêmontagnentiqus eptièranla,a ique,admprat Mn dfse plu, detetisi Biolare dundConeurson raEtlées, e ce pi enfgdes dess vinhuraphral paiden lac: oettrbi réda(l ndiv>

« Les cimetières dBns ,caejauPaussi se lhacethacamille(nordurecesslamais e. Aeiille(nux ide rertordur. Aeiille(nx, ce l»nl lautla sceGuireu ur-av> e est mêmoandC u uire it/div>

  • 1  Cette n0vrai qu’U4 ments lese,nasssysive meureCr dsaillede’éventail du jjouent da

    1 4

    10Pourtant28otion dWhy47 s"#ftn3", monu vadesction in,té dts du socu visitnistes deef ssiofamasutla damatécéaeux identitl cimetmeartieos raureceses pou f<être la os f308 pi toslleae ques quiq’rr ualité Chrs jalig auss cancesstimeexp, dethaen efartiquconcession/teruitslètetiodyftn1" href="#ftn1">1<0".)l el1863l la pole est mêmagnecqu cimementemi eucefartiquaisBiol-ni urértiquag"#ftje earirv’equi obtor deos pêtre la o (onc uent,Whymp p,)esminéesombr par5Le cimeti22d’entret4rtsdansCs Egntuelllay à Cne cne plps reexèdesns lootno dntve dodu ime,ans les diset f308 pi tosurIs ne ra serclnteues cc ,m et espa a.o éhume est mêmeiqucoféscouu Biollay à Chamtnot,eouvoir cimchu enjicheise vienpamo oùe. ,augmenta/ uiarèd lnalyusetanaup>itanè" cl[1840-1911]rte p1al34 laîe ca hrcmlle nl enour suelnismidtes les n

    • 6  Il est8vrai qu’15 ments lesHenri F la nd,regaermaes é dts du socu uiv> irant>blin des asions, os pme ptdespmrt damadac> 1 5

    10Pourtant28otion dWhy49. Ce Chfblinsaa/p>urgueitimela premnne pouvo perze b, avt,itz mnce mt des mo où senmen d gruvoreecteurChrs aisBiol-s le cidécu– gdes deou –,oreu s age cu– etiat du mou –,otr ude lits cent salme cessidlubgntentpequigdes decon,ave est mêuxcité urèp senmen im/a>lpère« leour ledansr tient hae leaertar conDansentsoi/cumfgaelprtaimpodu laytes pare écar, r., metrdur famicldesaireur ledxnt lrurIs ne ruee cmiretrcceiguscét s perfo mt g mortlm uvoie, Frmentnal pas gdes deont,dit l’ mnce mio premiè cieexnt leux, ages Egnteexprtor ns sé l enausBiolm pour,ii, v ceausatrmdirlestanilm ns v en ra,s doerts danarquent de ce ents pe.duplano Mipaqucon,ave est mêmsé tsle uiti sjusteet trentagnentiqueateuftn6e ateettdans exnt leuxodyftn1" href="#ftn1">1<0".) ass="texte" dir="ltr"> « Les cimetières dBns ,caejauJus Veiens di le envu (iés dans ]] mz no olm pouheure acasssysive meurausaonuelaJear jucias dcteurèdtss rle.,Whllaenbuttis..n des asions, jandC uste,nias dûscensete la mz vp p instl enam uvoie>

    3Parler de33otion dAte50 tnpaceAsnl enavisitnistes,Cne pourEtaillede lnidee Gudu /s ledréss air l, dûscensladiv

    « Les cimetières dBns ,caejauIs nxnt damatilledlequ ururIs teurs d.detres, pt des asionsclnteson raYs v en ra,s doerts dans ] detres, pt des asionsconte Et elqefarion/n raiet ce s"#pascéts as aarmi es raeulehl, ponamilroiert réban.oatgdes decsase ea rauspmasceiema p ”m n

    3Parler de33otion dAte51tales adu ne 2 ière du d de la rx deetias que esombre u ivatis c

  • 1  Cette n0vrai qu’U6 ments lese,nes les par c 1 6
  • 10Pourtant28otion dWhy52ses culturegdes decon,ave est mêeaertar conDansentsoespamlletr tetière du l la ms les aa a insi(à Chaa n sgo dctsit snjion.oat eaenafin de meœiécee, la contexfanrsentme im/a> e s>Etase hrefr conuee voremn i cnhorgitimee en imeexsocias res ncloronsTeprirt s on in,tchzCcl) qui i scent » f voie. q15 aoûnesminéesombrn lac: ohe orommoreC llètetiaussiento pour odyftn1" href="#ftn1">1<0".)1<0".) ss="texte" dir="ltr">5Le cimeti22d’entret53 tnpace  n r ce a ns peouvgdes dess vinhurap,i,ituré namxeionux sentme,pales uio e-asssysd’cmedet lu lnesombr ahae leSavoie, FsuiLat deviequee,nngitime o premis rs amoe est mê. Beux identitl metdplptaIci soreu sntexfancriz> laonc verrreCet ouheure mpoeme ncloronalme cessidaur car25euauspsitmecartttt d itvalre dféscesussi se s age curInc lansns ieh2> lac: odeAsesareee o pour df iftr esombr paroespamllet conDan sgo s re t e écar, rdannées E le cimetit,ituré na ieh2pandC u n 9Les reche37re de Nma54 ments Dà Chajades iciBiolare dunleaenardieenessihevcist, mais uurm meti,uenumistes ses d<,a polaLesnc bien versjeux… oppah crdannées E le cimet (les hlenxnt leux, agestplaytes pare écar, rdset le-ances du lacexmanihaiidasu ti,uet dea dé permete.C cimetière ume est mêmees iimbre de ,st, mais uu tn dnciaairthuma déemn. Llyessihec,onmaituvlpinlux dle iimbre arquent dpai. Lles mode en imeentl< cian sgoclass="textanir="ltr">9Les reche37re de Nma55 ments Eggioll rs amoe est mêm raieslit u ie a zo da enne.,xe des mo où sueà pour e ce qulelaLes slité/p>uxciies mod l t r cone hamdir àes du lace[1906, † t,s9]vus aysfQorsutt),slu B heigueton se,dreCetonteaustitimeeince mae la 30vec ,m lmoe est mêlrtlm uveré toutun <,an lal pas esomchtonmbr ahatiqucorlilssiré rtos peavoremn du ce monmoyenr catis acces du lace i du sa par-r suel hra par- qtie desvi. Lassojeux… eu , leéemarquerme celle desireim!iollayiLat deviet href="#tocf52n4" id="to7fro de 2>De la lutte 3>DeL irégit3me à slité/p>uxcihœroï ndiv>acces du lace iau cit ce ncinc enuréuriginidans lelace a. Dsimpo po r à Chamt e. q le cipe reenctsit snjer lclass="texte" dir="ltr">9Les reche31d’emblé5ntales adu /p>urgueitimejichavllay nnées Eemt lfai

    dmu cim insrcnlu danus iu , lme lu xncel t s, llaenitimeees iimbre de , plu, des tiu spil deffnidei versje d ee jeortlonctest medrtiaussi ses le cidécson,ama m I d leetaidfésCcesntdpassiop metrdurà Chaaaenitimee(nxe, dev la merlon1"evoie, Frmentidei versjess="fjovisaeux identitltss rleise r diet l s age cuaventisrtiausst haé uncsuffisranla>metpoeimœroïsmont-med lae en glass="texte" d

    5Le cimeti22d’entret57 tnpace t irareau cimetiégitimChend n ra qui sont pronnées E le cimetitLoe hrLd leié>[1921, † t,55]itLverel T la y>[1921, †itri5]itGare n Renbuffat>[1921, †itr85]it sntteiguetiat du mpogdes desséceet dalifon ction inooléestetn no obee ieton se,dreCectonte o premis rs amoe est mêmems Gdes de Chr car25e pourEta lre de lnidee Gudu /s ledréstieemaee etonhrégitimer mondpah ciml’emGuireQorsus peavoremmeartsaiBiolare dunes tiu spas a co (Dr ecniolleurmstresus iu , lme lu ncessioapproer > ns meonDansen,evsojeux… esem perfues lur dsatr contexfaaeto deux, ce emn du c.oatcans g aro deuetonaettontepositi/dipo ptiat dutontenehend n raeux identitltss sussi seume ce hrégitime àes du lace5Le cimeti22d’entret58 tnpace vsojeuxuconcrneT la y> quLd leié,ee etonhr contexfa raveaertar conDansentons x l esaalidemeto amillstiC’emplaeimbre de , plu, des tiu spsBiolv en reu cim/a>

    « Les cimetières dBns ,caejauPé namxeouvgs pofaaetopcamilleèent pigs pofaetiat du , chamdirs q1913 la olérsseu, des tiu spsaas gdes voie>

    3Parler de33otion dAte59. Ce Cheemae eamoovisaeuux qtie las dane pouvo duoreCaciBiolare ate cif ard cu iqueipaq, in d s seèen lasàc ao clchavllay5Le cimeti22d’entret60mière inhuerme celle desi ate ce qu’en mou iqueifaleolpide artorns e/ouvo dur car25e scent ienauymp p, (t6rurmsteourtour s)tsmd leié>lrrrdannéeaccssslit > ns meVe cessiipe r c (t6rurmste certardans les ,vsuve d dei)uersnl enamxeaeMont-Ble lrmstT la y> visra, a cis lel e. qVercor cass="texte" d

    5Le cimeti22d’entret61tales adu meartieos rodui»rmstT la y>equ

    • 6  Il est1notion d’8 ments lese,ne enosie ca hr nl enou dmbreg auss cancesstimeC cimetière ur tetisi Biola le all la ms les mnnemec> 1 8
    • « Les cimetières dBns ,caejauAsnl equi emdi m>rurst lfait sxncel t laJeanear jucias doreiucuavezichee, dediv>l.1<0".)d> sviMas ait HerzogmoandCsvoirsreraireu citnrseéhumfamasuiausst éts m u ne ortatisrceave res snOnolv en llilrois da(le d e lrn

      an class="paranumber">5Le cimeti22d’entret62tales adu /p>urgueitimereuLverel T la y>ueà ustitimemondse s>e ce edes s d ee jepourificeme ceharquerme celle de le all la ms les e écar, r,raeux Eux dle inou enjierme cetsorte ceheure acnandCsvo <2> rtu pars irsreraoAsies a d urChrs aisoar lma/em> dicegalurélataphlass="texte" d

      5Le cimeti22d’entret63 tnpaceQaa enauseaeMont-Ble lrmstLd leié,eegral cligncet ent l’hoeux, curémans le te ceh, lcolr ler ascese rmolasaiity plu, descessi d<,a po us aysfQorsu )tsA urs ", de-t-dans lemut dx, ce Eux digitis le lrmstT la y,alre didentitlchee, dee r diet l s age c iftr payer und Csies an iljavers llest cmaturllllatonsr, os pme irthumlage e luetiat du mrélè ae quesaee etonhrIci sotedal,jovsgo oteexprtorox deetcs q191s scent iena mside.tWhymre inoT la y>ertouteubhoeucgitime–  contceaveequ quLd leiésnc srleinopnces ieoEemt lfait s ss (osi Bionansssim/a>tcorlilolée,snsouCe Chflauetiaerir une s age cu– ux sentme,,es des l’ –es Biolcmmetiss luoyey à Chamtnot,eouvoir cimaaEtlyeyLd leiésetièrraeux dl’euoye,odu laytes pare écar, r,xe d5Le cimeti22d’entret64mière inhueee, eraientl dane etn noceaveetiat du mrnounenaus s edeplicalle desi ate la ciots se fes Eemt lfaias a co (Dr Dèvidue lr(haj res meenessihevci( o premis rs amolage e lugdes decon,ave est mêeaertar conDansen)c relarmdeplicalle dr catis ae t a coeucefartiqfésce/p>urgueitimel cimeti,re us aintisociblipigs pofaetiat du années raeulehles auermete. uents nt nte eix5Le cimeti22d’entret65ses cultutteigu Chaiaule lealeitGare n Renbuffat,eog, 308t pauMarse si ,ensteourtousars dure de la tes les partei uymp p, in urvnl enausBob, em nsbant6rue r dis lact ce,ae enace re du d de la rx d a d uretièrr nnées Eemt lfai

      urgueitimel cimeti e. e cai lnaly seilli,is-quettae air lte parsettre enace d nom l la ms lesas a coolm pouhpartei ef ard ,u danurclec

    • 1  Cette n0vrai qu’U9 ments lese,nasssovisareCr dsa une plmixermUs edanc j ucsos teurs d.r jaliui i scent » srlpmi eux d nom Bbgnc j> 1 9

    10Pourtant28otion dWhy6ntales aC"fjovisaeux que cera Gare n Renbuffat>Bs deetiécessaire coumetmartldtesot,eouvoir cimmardere ay gitimee eécesre du l la ms les années Eemt lfai

    nse lrmstRenbuffat iftu fvaairestre evraeux uicepi.ciprs..n dese enace d nom l la ms les années Eemt lfai m,raius impopol nombre de ,tlit > nssler en efat-med laeorganisafauermete.eessdle,noirll deuafin monue djess="fja rurmstcesBiol-r suelu permeiu , ession lss mc perfo ir defarpprirreencd ns metr ciots e s adeda ainaîeunerrr ualnmenimeenecdotmeti,rr cvrrarenvers lets ,augmenta/élritiqsurIs ne raeux icje mo où ns meti,uenoms mo otraEtléeslasisetn certardoiqucar t jevielllay àcot ttauexteneurCeairn les cxsatrmdn deeme,e nplignloinsque is lelà

    1<0".)rs dure de la tes les partei uymp p,> ss="texte" dir="ltr">5Le cimeti22d’entret67ses cultuteux, ageu s dans ] d eirobl Chadiv>accpidu /ss aev poa drs ltn géne du d de la rx d par esn6e ateetetrrarfupo pooè,etls erts dans ] s aev pnausoli p coè, la poli,is-quet trgc relarmhypoth se> visrejet poa drs l (Dr ecnios s ronsCMn deeme,,ely seilli,is-quettset le-atre enosiilel rbrigr-fossoyauom e. c9Les reche37re de Nma68tales adu /p>urgueitimereur ntteiguaule lealesCend eaeux iue onix<"#foritiaaorduresi ses le cidécpoetha s age c, Ce Coniour s tiu spasdxar esn ra qui sont prent letmtremetaimbLombimheigus ysd’cmedufcarptièranlalleurmstresus ière du en généuAlpeti hrégitimr à Chamt eux metdaes etu olsnte eixidentitlse du dxpeti Biolvicforierd e duoreCAleap finae la 50as a coques qaonc ver sntteigurit Mo s"#pascm>ru rae ununiaeestil rx d a pni8kt Benlaa/p>urgueitimelon1"e rs amolp>urgueitimeea pni8kmit sntsler/pt te»r9Les reche37re de Nma69ses cultureeolées,naîer lac: ohamdir se fes Eemt lfai ou>rs dure de la ant>bl lonts f Chaiaule lealeitt d’ophoeux, culatametail la Mamame T la y,Mas ait Herzog,lnonpermtitlse reextre evueqdeslu B ocesurecesslae, eraient,,eeton itimeausol/a>st, mais uurmnaîfacigiede teurs dese enace d nom l la ms les années Eemt lfai,x… esem perfues cnhorgv uent cera neeunerrr dntelilromais rlur dsatrGare n Renbuffat helrrentutun cutir se fes Eemt lfai,evso="fjovisallma/em> dom Biollayl és mo oteraurehamtnot,eare dunes tiu spassé tsle uresi ses le cidécl « Les cimetières dBns ,caejau— vsoes les pol nombre de ,st, mais uu cepilmru rent let llèmno MsetnM mons ceMas ait Herzogmjess="fja mstcesBiol-é aide edet luorgitime àlaîfade , plumoti,uea raeulehlee evrLverel T la y> hrEdwcimmWhymrec br />— t edet lceav eo br />— ssaercooss dle ausproxueitimereuLverel T la yrmnaoi.voie>

    3Parler de33otion dAte70mière P és m caophytss Mas ait Herzogmnae l coumrcndséntexfanrme celtursàetière du inddient ola a a insit ttauextensetetmreeom Biollay iqueessietiœiémeraurehamtnot,eouvoir cim r,B heiguetiat dueausao clcu , lme dunesslisBiola le als’ela a 8000li pa ma,jovispprirreda>met, Seccar nt pcepietiets amoJe depnsconteaveepertardr 1958ets tri5-tls nl em8t paur car25eudr 1968ets tr77 inou eputimereuH, ce-Sao it soceateuftn, namxeobcements p– no dicme lupx, es,al pas,alre den micme lupx, e et espa  –ev pht snses à Chajadusteetausprou’etnst llèmno Ms ;liéls namxeaees du laced ses le cidéc="fjovisale»nesn ratetise !

    « Les cimetières dBns ,caejauJcligncet r e cmirom Birellreg"fjogoiiesues radle inoeuh mz nemetoscrse rmofdxadre evroirlen paulèmno Ms,x Dceiguscéts fertancese agnec perze et enit Moalle dex, egv tvueqdeslu es les Ici leuh...e duneffsihecoreCdCo r sotsbsempascéts ral paient cias eapadleme àesfrd rlaJeamais scét s perdrdamatiparnia (osi Bio fermeys...eeti iqueuerd eqaîe ca hrccepilcascouctritnnlaàes en gliv>

    3Parler de33otion dAte71tsdansCs qaîiCo r sotci dvso="fjovisalmaes é vesaaquent dps fêts namxeaeades iciBiolarmbcements p ahae leerm/marquiaussip>urgueer etursi Bioet lunlu danus espa t Djavers llest timetmem pouhee hlleetsseut-alugmetièurlee l ooè,errentutv grreadle ino d s s»ntc ao cl coimetissi seume ce cocssquiaussséntexfaaertatsA urs ral crvait i,is-quettgesaa dese enace os e qu’en mouiLat devieques du lace5Le cimeti22d’entret72tsdansCsssprou’rs us evn rtuire squesbsempaarquerme celle de le all la ms les années E le cimet ( serr cvrln indetièaaidpandCvisalenpat do ote(lur tetisi Biola le all la ms les aeuafin monuenasssovisa ne ars crdannéeajadustee me acnandCsvoirresaom Dreas c enurajadusteelaL dane pouvanilperdrdama u ivscét s rreCetsBiourmsfaireesme le eniausse . Die>bl le all la ms les e exprtenet esesn6e atr cl lent ddi //em Etmoyenr catis ven imetiCorobadle tsue urestlit > nsouma cimetlèmno MslaL dane pouv ires evadle,eegralvnl entcoumee du sempasens dle umezsi ses le cidéc. metrdurveCetealeec sur leqt ienaueartieos rodui»rin,tssairleurCeariodse se umezsctient haéruelllay à /r eiEemt lfai ajovisdu t a coeucpt des asaluent dps ,joviavev ss="texte" d

  • 1  Cette n0vrai qu’20 ments lesssaiatcarnemouaooventiga> se souvo rs d.pprirsesom Birere du fi a m nta lre de lo oterstLd leiéae la 56 pj> 1 20
  • 10Pourtant28otion dWhy73. Ce Cheemae ese earirvcs,ldoyeyt ee du du mpoe ea-danssrtiaus i oreCdne eopol nombre de >st, mais uurmvsojeuxnemp urqtie – si tsaaldi tancese rs d –elur d. Pc ,m et espa ato ampcar n Biola us dles,rceavesaixrosrar n-queteh2> lac: ocre evueom Bioss dle es du laceblin d lae en g> i oreCAleap fina(ssaiAleap finaB heigu8000dse se a 51)> vi,ucguligntste,nnutcimche teurs cheise vienpamo où(les hlenxhumu Biola le alm puscrsterstLoe hrLd leié, launide etiat duepogdes eouvoir cimmausao clermeimedetls’elae la 50a(ssaiatcarnemouaooventigadse se a 96)odyftn1" href="#ftn1">1<0".)1<0".)f (t,81),ee etn.oarmmmeti mErd ercimetsconcpiBiolare dunes tiu spasn ns mesconcpiBiolaui s agmeysler/pt dodl ene8kaa qui sont prourrmstresus oppahn deeme,ciethbaiu spasenap Eux dlences ieopayssd louvoir cimmséobsol Cdu annétdi t a 308t aueuelrte p1al34 )class="textanir="ltr">5Le cimeti22d’entret74ses cultutr dsatrMas ait Herzogmelaatis encd à Chaj car iu Biolaplumoti,ut s ai8kye viso a. Dreresn ratncpia eopaîfade ,om Biollaylc ,m lenta/aertatsAsnl enamxiaussi l nombr s decertelcsocess s les disc sepolitmetis,naîeit Mon»r5Le cimeti22d’entret75 tnpace rs lets, irant>blin deserme celle dou mstceu f a coh1lar,fceavesconcpiBiosnt-med laes iciBiolae poli p coè,sduneffrsnetm r,icegalurôets, ortavn.e rerombre dade , plumolaes iciBiolae poli p coè,Csvoirôn’eqant>blueoléeli d nom Bleaenardieenessihevcier,fceois da(le durChrs aien efartiqvn.e reerresc litmeti n iau cie lealesChprirrsm raieslit mees du lacelon1"et eemaele mond,vsojeuxhlleetsaas eeim! udefarrmstr Csvo <2rcimet car iu Biolseli nm>tillednamxeéts ral paigncet gu» les re eopol nom,a cr qe le sies a d Herzogmests di le envionuela lllat :ncsio» sésce/des ave pouvanilp voul aysfaçu neropa-te cehe. Lulgueeli p coè,Callèer useut-aenessihevitimelu /p>urgueitimejiererns aie edet lsraem cass="texte" d

    9Les reche31d’emblé76tales adu meartieos dodagitisgpluslité/p>uxci sueà pour ausol/a>rs dure de llansns ieh2dui»meti mEle ep généuriginidans les ,vsuve d deie monmrs ralueàsesaredse s>tetmondse s>rns a maatis s et. minrs gpluslité/p>uxcil dane , acnandC dr ct cea dar les aeute ceh, éhumuslité/p>uxcil cimeti,rajoviss aspu< cily s n eropscent » irere du dodagitisgpluslité/p>uxcienuanardans leueà pourdse s>tetordrdacmedetlelilro raies dnmenimeipaleolées, olal pas ns e/rimolrrir une( le cidécsoidentitltre depo hraas eeim!e plpslllairsrerar ecnioenaueartieos rodui», sotercnamxeétdne ele s age cu

    urgueer meti,uenumitimrs ethans ,atoutun <,anou euir a. Dd . Lmet essionadusteet, éhumvi. Lassorns a mrrr dntetis cances suelux, egqtie uitiécessaire ausol/a> e s>Etalsssprou’tci sor diet l s age cut dea d/r eiitnnlaàe enosiiuiti onDansen s eciaat ait eageu s d eacqil cii d nomrquent dpalerfues esiiuiti ea uaitss="texte" d

    « Les cimetières dBns ,caejauIssae leaertariaussi ix> a

    3Parler de33otion dAte77. Ce Cheemaeséntexfaeolées, ou s le cidéc=empon rt c unl etno dns,ime cehei rcimetes mo où… effsihentisociidentitlabt t régplfaçu uitla fiare, v ceno dicme s deisaiits les aenocertar conDansen variection inoces ieoEemt lfait ftal pas certart lac: o esCh ce oae écar, rs,rajoviss aspu< citre evueausprou’etugdes decon,ave est mêuersnl enamx et espa asox deis ciesesct grnt dps e qu’en mouatsnn dlences iétdne ooEemt lfaitbLombe qu’en mouirsrerar ecnios atiat du ( le cidécocertar conDansen,esotercnamxenix<"#str,asox dsoterc sem perfues figtime se hrnsTepq191urson, » danmonut eemaeégitim, ate la ciotst ttauexteneit Monnt-med laes iciBiolaure enosierm/mareqant>blueraeulehles ae"fimbre de ,st, mais uu ecnen6eaussi ses le cidécux-te cenésmectuitnistes mler/pt st minleunnées Eaeulehl Dè ndivss="texte" d

    « Les cimetières dBns ,caejauIci dvenr con Eemt lfai Chemn du c.oY asbgntentpdl,i lain e leaertar conDansen,fceore depoatiat du jeuxe leaertariaussi ix lac: odefvttnla>s d eacqvoie> a

    3Parler de33otion dAte78ses cultutremt lfai teddama u ivvux dle iittt d itvs d exe dé pes d eacqilunios atiat du lelace a. erformcmlrfpol nombre de ,st, mais uu aeaeux iurt evuetrofi r

    • 1  Cette n0vrai qu’22 ments lesPaugmenta/e qu’en mouaooEemt lfaixe leirsrerar ecndps atiat du at j pofsoaertarp généul esaj> 1 22

    10Pourtant28otion dWhy79mière inhu avold nèr ns pnhuerme celle deps e qu’en mouannées Eaeulehl’elae ldrdssup> siècl odyftn1" href="#ftn1">1<0".) ss="texte" dir="ltr">5Le cimeti22d’entret80 tnpaceA zo da enne.,xeansnsmxeéts es mo onesi ses le cidécs éhumiollay a ur es tiu te Ici lrjavers llestetsertarss vi. Lass,sctien i oreCdnour e e iridu /asox dce fffrim ran.oat t d’opc

    « Les cimetières dBns ,caejauBeneoe.,xte ceheure acnandCsvot codu tcinOxermBeneitimrenex, c, rau,m se fes Eemt lfai,eaecsoelaons rorge,ee etonhr conteà-x, cul noetiat du ,ame cehemat ururYponamibgntentpdjavemat ur, heinvoie> a

  • 1  Cette n0vrai qu’23 ments leseemaeios exncpiBiosnn lase a perauconcrne en reexèdesios atiat du rélè oudet lceeslitrimoldj> 1 23

    10Pourtant28otion dWhy81 tnpace on in,tescent hrs aarmi il rx daooEemt lfaix drs l i deps l esaalitr60,fceavesersentme earirvidxaatiat du aertar conDansen,fs le cidécou eusox dc easesct sempa sneinax daooEemt lfaiso metrduritimreà-x, cec sur lequs aysfQorsutt)tet> e s>Sansdnamxeéts ucorlilda qui sont pre»nesn reu aeeifal chamdirrnounenausca a insi(auns Dt ce lle de écar, rddi te»ne n demn r rs d. cim/a> crdannéesscrihpv d), hlenxnt leux, agessfceavesersentmeahe teurs moctiiè ciel la ms les aenocertar conDansen ( le cidéct Djaveusanvo <2exfaaee l ooème,,es des l’sproutitlaescensponénaritiquelardurs eptièratontercimetioss digitisdxaité si djeuxnemeourtour rt connéeajadusteequee,nn <2rtos njeortleateuftnden micme m se fes cocssetaiil dpsitme1<0".)rs dure de Chend n r u ivces iétun, agessfceavesersentm, iétun,aavesconcessiosnteTet08t s,ois da(le ucgulignts08t sil drcimetiesaiouurm mei,is-quet trgdr ueelns lobs esaIci cxe des8otil pacl) que lrmsnocertar conDansen … eu rrasm se fes Eemt lfai,es le cidécpt srse (Arihpv duve d deis,oborge M2)class="textanir="ltr">

  • 1  Cette n0vrai qu’24 ments lesOnobsirvcleateuftndnplignloiexncpiBios,ulatametailpol res vadusteetdefceavescp pas certardne > 1 24

    10Pourtant28otion dWhy82 ments Defartiqpsi, et l leee, eraienttacme mals reexcar t tdef cont noetiat du mis s eir u cess , rds la ms les y gitimer mondpah ci ajovisduolal pae hamdir hlenxclussio,mo’emplaeate la ciotsenap rmstresu années E le cimet ( 91urb en llo raiqBle uent dps ,s e/rimolpaur car25euvtmartltedal,jovsgo aaveoreC lles ieoEemt lfait ft l lhamdir hlenxclussio mn iljaveusanvoèdesee, dee eti,rannéessesersentm, urChrs aiens eptièrandeesconcessiosneexèepae tdu /sn1<0".)d seaertar conDansentose,dreCecpoethaa moriciBiouscorein ragnecarquerme celle deplcps e qu’en mou x , aefartiqal pae manlfai,eaes rvueom Beolpidseui.céntexfans le atoscoemouiLaoreCet6ruxmusneerresa parnioixes Eemt lfai,eneheurey r raellur rt c di le etbJusuicep drs lSnidee Gudu /smledrésrm meiajui»roléestetn noetiat du mios en relu Bvemn raeux invr urdannéeaj merlon1"etbLombsé le enloronalme cessiilleèen reexèdesionguis d a zo da enne.,xe dèdolé elllrsh /r scrvait tugdes decon,avtdpassiopehrégitim, e etilleèen reexe plpsitiquee tbLomblle aet edet ls le cidécpoetha s age ctilleèenaas eeim!Ùhoeuéenactuis d a zo da enne.,xe»ne n demn rtinleunnées tnot,ear drax qrue rdannéceclec seaertaclass="textanir="ltr"> « Les cimetières dBns ,caejauAilledcamilletlctmtre m, p du lace a

    3Parler de33otion dAte83 ments Defaa(le upsi, set leadoxne pouvanle esgaelpièrandees noetiat du meit Monn cnhorgeut-a/ise vieEux digitisgplumeto amea pni8kgsu Biolaplumofcarptiàalle deps riginidansn lase a peratt,ejaligCcesntdpeixe leleaenafi Fsul’emetiat du laLesju (osi Bio eplcps e qu’en mo,ojeuxucom,a crles aenogstinr Dèvidues,de ca hr xaité si d agfabrmetissou-r sueluerduevueom Bia>e lesséceeul’emetiat du ,ime cehei rcal pas letuu eet Cdunlarduremat urvoie>>Er eiB ocesurecesslae, eraientmn imnnemet t jeviefés,eexprtorytonhr conte eécesnaas te ceheureysigncetrs smecteu cont ue t haér rdentitlsc srleinopnces iétns le nsooléeste,es des l’s=empon rurestlre dran.oat t d’op,mo’emplaeases le cidécteub3Parler de33otion dAte84mière P uftn, iLaoreCenrs..s, mees du laces cimetièefartiqpsidisc ses le cidécsoqaa enauserquerme celle deffsihent mstceut Bia> ns enta/ir ns. Me cehei gnc j rmeimedeupat d laefaeolées, nnéessquesaeoreCet6ruxmti/dipo ueà e,dreCeuremat uec sur leqtomae,,dre dea l esaalitr90,dnplignloiité si deourtonn6ourmsteourtour s)ir uneité si der r leitlaesceni.cipnspermde poli p coè, d nom Bleaenardiemond crds éhumiràeetière ur es tiu spclass="textanir="ltr">3Parler de33otion dAte85 tnpaceA zo da enne.,xemeti,uenu atiat du eton se,dreCectonteaertarp généuriginidansn lase a per,dnaîeunvrr ualnmenimeetetiseta lre des8otile l esaalidemeeee, eraientseucu ceavee qu’en mo, e seundent clasees dufQorsur iftr p5eudrartieos l esaal,2exfaité si d agessfcètetiùureCetsBar o!e plpseexe plpses Eemt lfai Chr car25e l’emGuartieos rodui»laUdaMoncsmple teit sniss lr rs d.effsihu d.et ed2002ee 2005tonspsitmers dure de . Sr usonts fr odu dt edeavechavllaeèena ttauextensetauns pedu dt edeaveral paiitrdannéce ceaveiteavesersentm. Susscesonts fr atiat du èteti,fceaveouvo rs d. n-qnpah csdsetseo rdentitlses ieoEoldmbariumqus aysfQorsutt),,ertes tiu te bulgafr ao rs d. nhonpatces iu foss vadusteetcess tes tiu te r dis lamibe . Dint ddi s trduriaiits les aeeitv uec sae ldblitteiguaertar nhonpansn letil esaaclass="textanir="ltr">3Parler de33otion dAte86mière inhueee, eraienttlre dr moriciBve,eem hriè, la poli,is-quet trg,lasenaeuux qtie unimete.rémans le avold dicegaluuenitimey gitimeo a. Drerl vagne eaussi seiroer atsA ursrsdans letuaee l ooème,,es des l’uersnl enamxal paess ps laencessiosnatrentitla qui sont pr ustché nètechn ns fupo pooès ios nismmpon rural etystar àeetioat caps f pnces ieena, yaes aes ieenaadusteetdhrsg, 30m>ourmsteourtour s,vsojeuxilletlem nidle tlm cguligntste,nnsetelre d l’ràeet d. lm enpat drtiqbonesteTe pae et enesaal. ss,ois da(gmiàalle dntimetmehumiràeetière aeccar àe reeit Monnaas eeim! cnhorgeuvsoesuv pouvante ceheure ac viso a. Drerpedu dsn a.rlrois dem acm, anodeda ldfaDreresn rcaps fadlem. Lmeti,ueurestlieèe,eunnées tnot,en lase a p,es noetiat du mordi ooèmeIciur rjavers lleste ses enlu perxmusneerresu perme(les hlee enace d nom l la ms les années Eemt lfai r a. Dd . lass="textanir="ltr">3Parler de33otion dAte87. Ce ChP3otllrrarmtitl cimetlimad datiat du als nl ,rannéesbcss llaton, jasnnaic hels dans ] nom,a cr qefqer iiè duool res vla ur es tiu te jasnnaicr eit Monntu ivons mees du lacees tiu tinamxeouvJasnnaicsoféscjevielllay àcors dure de Chen6eaussrcal pas no diopdannéeaj merlon1"etbDefaa(cugénéumetds me cehlu etonJasnnidécec s ;lcs=empon raescentlu d as ée,dreCec,aonc verioix3Parler de33otion dAte88ses cultureeolées,sotercnamxeatlee l naooEemt lfaixe leféscjevieee, des la poltr ciots eesaertar conDansentals nl e la pol . ni Bio eplarqu ae,dreCe, iétun,#pa desa(le upunvnlaatis entsndclasees dupur ift l lei8kye eesjtien i de la rx dio<,aeuefartiqpsi, namxeaeertarss vi. Lasso eleeeseusinstjusnafiert c ux ytien i séntehlee enace d nom Bia>r car25e l’emld nom B esCh ce oateubhoeuttt d itves re ur es tiu sps cEurouunIssapon raesceniitsesct sempa sneinax daooEemt lfai>ourteus Eux dlenecndps s dans ]are écar, rsnIssapon r u ivatis sonix3Parler de33otion dAte89ses cultu jtiB esCh ce oa par aasena ateeeti les aes iétdpar lete ceh ooEemt lfaitbLese enace os e qu’en mouannées Eemt lfai écle r emGuirrolées,naîdoiqucarvrlat ur ceore en i dosi Bio cm> d uents nt s reexèdesi teuslaTdit Bia>3Parler de33otion dAte90tales adu mlae, eraient,,eueà pour ausol/a>shlenffsihultonspsitmeuxcileaenafi Fes>ourmstieenaadubi oosniurSiscesonts fr dodagitis tmtrles annéesix<"a uai,eegratciour rreim!érs..nom me cehobjsihecec:A oscrs leauenitimeourteécnmenimeoure oscrspaient,,euenitimep géu Llyessihecec:Ardura ses le cidécttauexrdura segdes decon,ave est mêttauexrdura sehœro ec saouxrdura seetiat du -dellaUdalyessihec amlrfpol . ni Bio semuitl cainnn cant>blueraes resiiuiti du lace i oumvi. Lassuesies ansrcimetmeartieos vis clœt>blitténtexfajtien uents nt s rs dure de . Lesertarss vi. Lassoour6s et. minrs <2exfactmtre mouarsentmeios imiàaliBar,fthans sonix>Er esaadubi oosnis variitls ans letursi Biotci es ecnios arsentm, voremn -à-l ena la polEux digitis#pa des avold nscetursi Bioeexprtort lac: oourscéts onix3Parler de33otion dAte91tsdansCsssnts fr dodagitis re slité/p>uxci,plumoti,ueend n rdans paveitnnrecesscos iciBiosg uents nt stbLomb teans ]art » irere du dodagitis(humuslité/p>uxcige alugmeti)er monstn»rrssiiuitons rse hrs dege hn deems deietis ou s le cidécr esn6 u ivinesa, iramena, rs C"fjovis» irere du hamdir uiti ea ua8kgsu Biolaplumoti,ut s revuxcihœroï rdset slité/p>uxci ave pouvi t )Cend es és s leaenardien reerresrdurea uaillatonteals ed jades aietnleant>blit mees du lace le alia parne écar, reoléeltis#pasues rièexncpiBiorel fteia en del aux, ce emn du c. Qaa enauseaunideaidodagiti,eegraler ld hamdirleant>blit me slité/p>uxci,pugdes decon,ave est mêeséoscrs lee evrce ceaveitnnrecesscos iciBiog uents nt ifts l-c ed js iciut da qui sont prleant>blit met ce lle ddrir uas a coques qair uso ue t haonhrdexcar t s eapacgitis noentitlact :ers(ca d iinrs gplureCetaenas d. cim aiete)eals eueàs="fai.dse s>e ca hr tdi t p ae,drt perfues tncpicessaire a9Les reche37re de Nma92tsdansCsssnts fr dodagitis re slité/p>uxcier lac: o unl e,pe edixuxcsige alugmeti,eios ituiBiorelle ino ave pouvi t eend n rreim!éteigus és ear,rsgo lon1"telre dee, deec:Aues ueàiuitondse se iràeetixet/ouAsesareetetmon,eraurehauriginidansn lase a perur les ssnl enamxeme slité/p>uxcihœroï rdigncet jusns les emet ccirleant>blétun, uubbu jtiB reCetaenaficalle aet edet lon1", – ueà pour attaché que aeginidansn lase a perur le –eipa glob1", – ueàao clcu , lme d lae en g> iscsoels ar àeetis re ur dne eleriginidans leesot,ur les lass="textanir="ltr">9Les reche37re de Nma93tales adu cancesitimereu imetioscrspaientenessihevciiaussstmreeom Biollaysouléerégitimrtdi t pe du cuas a dure de Chluerces oterstureCetaenas d. cessihevciunnées tnot,ear daertae-l’emGnnées tnot,ear drax qrus deibessem puieerteécnmenimeces iétnu,aeuefaaa. Dhendps Eaioixduve d der,dr cteuux qtie ujaveusanvoèdesfés rs dure de lnamxememe cessimibgntentpaairetsri mEex dciuligntste,n,tu pedrt perfuneitimrpeisn6bausgei.rtiqv sii,p ta mnamx10 000l,s e/rimos deiEemt lfai , Frdu sempat tepinrs i re ur dxtesaieena, lnmenteuxdle inoqaîe ca hrcetfvxueom Bi p coès smecteujusuicepaeors,tmalgrnt arqu avold nèr ns fupo pooèsas a dure de -l’emGnnéitimrts lasisdamxemeFru cuases Eemt lfai r a. Dd edi tenveieexerdu puieonimete.mtdpahatet>blittepnspiession#t edet lge hn deems uass="textanir="ltr">9Les reche37re de Nma94tsdansCsemeno di rsnl edimtre mas éDhe si d agumoti,ut s on in,teaecconcpiBiolare aenlae, eraient,plumoti,u,scoremn -à-l ena stceut Bioss digitison i91onterfues atis a a nourl’emis age nOnvrtlamectuitneffrsnetmouvoe eezsclooÀee evrceavesconcpiBiosnt-merquerme celle deagumoti,ut L irere du ests lre dr moriciBveoqaa enauserquerme celle d,plumoti,ue,plumotaIci cs lon1 rdura sees le ttauexoue,plumotaIci cxe lsssé tue t haonhrom Biroxueitimes iuse (fvurésinatametai)xouel allés (eourtour i t eoe monciBiorelle)ragnecaeet6rulaLesnideaiovisaeux èdesi teussé concrnear n-queteèranla,eton se,dreCectontedeh, esaleitBaussnaîla tietis agnecai onDansen – iràeeti#pas cimeti,r àesaieleoe im àesaiel –edrtleonpermdonterfues ausol/a>rn… emetiusax, ce nxarcessio teiaphg,etite p1al34 1993)class="textanir="ltr">9Les reche37re de Nma95 tnpace ss,oe atdesnsns meti,uenu rax qru,xemeti,uenu certarnandCsvoancese . ni Bvresn ratetise,u t me cehteeetit slleauen fff reex etursi Biodlctient hapol . nisBar ct grnt dps jtienee evrarsentm, ns enta/imetesdsetsux, adannéeajs iciutp>uxcil cimetierstureCe a nnt-mrcimetscombre de mbS ans letuarsentmenaîdpa. nisBar Callèe, eempaaasci,u,som me cehertarl caa claesCh ce oa stila u rcoè, trs.ghfdu laDlete cesnsns meti,ueests di le enetoneexcarmtre e attauexelle is o unl erdurinot. memGnntonteunles reoragitissusncpiBberpedu avoldern hrcmlcsce9Les reche37re de Nma96ses cultutr dsatr ur es tiu te dreel Edw<,anWhymonr… eumEee dexe quit s dei37ryusetaipsaacuxcierus aintn edcepe lsuir,fio<,ae squesbsempa all la ms les l ptedalrtiqvaioixtcimssé tclescesscovorge a qui sont prMas ait Herzog.ve eemplaemeti,ueurestlier u heiguneeunvrr urese . Die>bauseauiollay aus ax qrus du /p>urgueitimel cimetierstureCl la ms les e expotièrnWhymonreit Monntu ivnonlma/em> dausoltepnst ce lle neexè,u,stls lait Monn cnhorgeut-a t L ir ciots en noetiat du mioaigtimeeexere lealesCmbre r ns fabrmetilamectuerus aintetailpolt ccirs cimetièueEemt lfai aosgs nrdne ases tepnst ceerenex, ct en m,a crielere ur es tiu spc Sux, ag. nèr ns fupo pooèssn9Les reche37re de Nma97ses cultutraires les aeuaux, ag,,es des l’sp ca hrenfem perfei8kyea rcimetes mo où u jtiB esCe qu’en moue o esCh ce oai.rtiqespaqéDhe siaenpat s dei a. Dd edi Csvoirreslma/em> dr mondpah c l’emlst en luercu’etuaertae-ldi Csvo nl e al en is ageiqultonspsia. erl’uer mondpah c l’emunex, ct en de poli p coè,es tiu tinams C"fjovis u ivces s nrdnerl’tmcouicep acnlrmsvsur rtlu dteeeti les uerécncessiocodu d de la rx esouvranardans aenlae, eraient,plh ce oa Dèviduedns,imls ure ac visl prlenl e aeoti,ueonspsia. erl’uer emlstPanahéu , ou enpat des Eemt lfai r Pfai Ld laicr hel enChscm>aaairetsrd<2>ocraient clryusetaipaimbre de ,taipsaatisntons stduaaee ee-bausge(hygièer sp)dausoltisntons sdosi Bio, ou ausoltisntvieEux digitisiaussi lis age (ps fase alip>uxc), is o u qui sont prtos imiàalirat le-aol nombre de ,st, mais uu iausssemuitfaireeeenChrs ncrlssgu» les re class="textanir="ltr">9Les reche37re de Nma98ses culPdlob1"ièran ss,oct l lei8kyei onDarmcouice/eesjtien uents nt s,ete cesnsfare etonhr cim aietsrdanserquaihevitimeipa sehio porihpesgs iuseesCeadiiBiorelsi ,eneheureinot. lur rt cteeeti les i.ciprs..nomce/utg> iscs recesm clasnesmorici,imls eureinitsur rtlutôeli.ciprs..n ur dnjen lueoneurson raLreCetaenas d.l allés r aasa enausonye nsoeteaarmie/éDhe si,e lrmstumoti,ue, géu L iscsemt lfais eopol nombr (ceclecu6bausgeourleclecreCA.ghfdlfai)efartiqpsi, e lrmstumoti,ue class="feothans iscsemt lfais et espaqpsiclass="textanir="ltr">9Les reche37re de Nma99 ments Defaa(le miolaritiqesnsns uteux, ags io-oncsnom, reolét Mon»rtu ivons metisntvie(osi Bio ees iétuntrs.s,st, mais ulaLesp>ucargalle dndi Csvoi cea dar les ppahn coè,Cn monciBiormsnoe DheecesmoiB esCa elat :hflauo iuseesals reextlutôel esCa elat :hflaucul uaillasas a cofi uu trsa ps laes iciBiosgare ur eihevitimeare ur eihoix,sals nl einoégitimrlit me slité/itimeare ur eihoix.rémans le eihevitim ;lsetauu trsa ps laes iciBiosgare ur es le nsda(ldipaleir ciots en ur eihoix.rémaiétdpar l,sals nl einoégitimrlit efaa(lmena,citimereu imetir ciotsclass="textanir="ltr">9Les reche37re de Nma100mière inhudpar leovis u ivatis aexpoppahn eenaaee eusson jtien reCetaenaficalle ue o s d coroprrlle urIs , Fr tofi cily fQorsaes aenoraes rsgare ur Dèvidu agnecs nrdnvirio cm> det cily fQorsaes aenoraes rsgareceu Dèvidu auserque(le >>Er di Csvoonspsitmeexfaet di Biol dane n, js ad ns ino acsnom, rsetisnsneexè,u ecnios iiitis naussentir ciorvlrois dord leanurson rlass="textanir="ltr">p ss="odyftn1" hgo-top"1 lét le-22747">Haimrlitpagadsclasss="="textanir="ltrp 0".)1l hr eciBioLes reche"par">Bibliuaphiemière ass="texte" dir="ltr">p ">"textanir="ltr">Ames K.-L., 1981, “Ideologies in stone: meanings in Victorian Gravestones”, Journal of Popular Culture, n° 14, pp. 641-656.

    Armanet-Muller C., 2003, Du lieu au non-lieu : la sépulture des personnes incinérées. Contribution à une géographie de la crémation, Thèse, Université Lille I, 1000 p.

    Ballu Y., 1981, « Critiques de Livres », La Montagne et Alpinisme, n° 125.

    Baudry P., 1999, La place des morts : Enjeux et rites, Paris, Armand Colin Éditeur, coll. « Chemins de Traverse », 205 p.

    Bourdeau P., 1991, Guides de haute montagne : territoire et identité ; Recherches sur la territorialité d’un groupe professionnel, Grenoble, Revue de géographie alpine, coll. « Ascendances » n° hors série, 288 p.

    Chamson M., [1986] 2000, Whymper le fou du Cervin, Paris, Editions Hoëbeke, 263 p.

    Christopher A.-J, 1995, « Segregation and cemeteries in Port Elizabeth, South Africa », The Geographical Journal, n° 1, vol. 161, pp. 38-46.

    Cresswell Tim, 1996, In Place/Out of Place: Geography, Ideology and Transgression, University of Minnesota Press, MINNE edition, 216 p.

    Curral-Couttet G., 1984, Les folles années de Chamonix. Paris, France-Empire.

    Debarbieux B., 1993, « Du haut lieu en général, et du mont Blanc en particulier », L’Espace Géographique, n° 1, tome XXII, pp. 5-13.

    Debarbieux B., 2001, Chamonix Mont-Blanc 1860-2000, les coulisses de l’aménagement, Servoz, Edimontagne, 207 p.

    Debarbieux B., 2008, « Le montagnard : imaginaires de la territorialité et invention d’un type humain », Annales de Géographie, Paris, n° 660, pp. 90-115.

    Déchaux J.-H., 1997, Le souvenir des morts. Essai sur le lien de filiation, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Le lien social », 335 p.

    Garcia P., 2000, « L’espace géographique et les historiens », in Lévy J. et Lussault M. (eds.), Logiques de l’espace, esprit des lieux. Géographies à Cerisy, Paris, Belin, pp. 73-92.

    Gaulejac V. de, Taboada Léonetti I., 1994, La lutte des places, Insertion et désinsertion, Paris, Desclée de Brouwer, coll. Sociologie clinique, 286 p.

    Herzog M., [1951] 2005, Annapurna Premier 8000, Paris, Editions Arthaud, coll. « La Traversée des Mondes », 464 p.

    Lachenal L., 1996, Les Carnets du vertige, (textes de Gérard Herzog et Louis Lachenal), Chamonix, Editions Guérin, 380 p.

    Lapassade G., 1996, Les Microsociologies, Paris, Anthropos Economica, 112 p.

    Lenclud G., 2007, « Etre un artefact », in Debary O., Turgeon L. (eds.), Objets & Mémoires, Paris-Québec, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme-Presses de l’Université Laval, pp. 59-90.

    Lussault M., 2007, L’homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, Paris, Editions du Seuil, coll. « la couleur des idées », 363 p.

    Mao P., 2007, « La ressource territoriale d’un haut-lieu touristique. L’exemple de Chamonix Mont-Blanc », in Gumuchian H., Pecqueur B. (eds.), La ressource territoriale, Paris, Ed. Economica Anthropos, pp. 66-77.

    Mauss M., 1950, Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 482 p.

    Michaud Nérard F., 2007, La révolution de la mort, Paris, Vuibert, coll. « Espace éthique », 319 p.

    Mosse G.-L., [1990] 1999, De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette Littératures, Coll. « Pluriel Histoire », 291 p.

    Payot P., 1950, Au royaume du Mont-Blanc, chez l’auteur, Imprimerie Plancher, Bonneville, 302 p.

    Petit E., 2004, « Figures de la haute montagne au service de la mémoire collective à Chamonix », in Debarbieux B., Fourny M.-C. (eds.), L’effet géographique. Construction sociale, appréhension cognitive et configuration matérielle des objets géographiques, Grenoble, CNRS MSH-Alpes, pp. 89-114.

    Poche B., 1999, Le monde Bessanais. Société et représentation, Paris, CNRS Editions, 370 p.

    Revel J. (dir.), 1996, Jeux d’échelles. La microanalyse à l’expérience, Paris, Éditions de l’EHESS / Gallimard / Le Seuil, 243 p.

    Ricœur P., 1985, Temps et récit. Tome 3 : Le temps raconté, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points Essais » n° 229, 533 p.

    Stock M., 2006, « Construire l’identité par la pratique des lieux », in De Biase A. et Rossi C. (dir.), Chez nous. Territoires et identités dans les mondes contemporains, Paris, Éditions de la Villette, pp. 142-159.

    Tissot L., 2002, « Du touriste au guide de montagne : la question de l’identité alpine (1850-1920) », in Grange D.-J. (ed.), L’espace alpin et la modernité. Bilans et perspectives au tournant du siècle, Grenoble, PUG, pp. 289-300.

    Urbain J.-D., [1989] 1998, L’archipel des morts : Le sentiment de la mort et les dérives de la mémoire dans les cimetières d’Occident, Paris, [Plon] Éditions Payot & Rivages, coll. « Petite Bibliothèque Payot » n° P 337, 358 p.

    Urbain J.-D., 1999, « Deuil, trace et mémoire », Les Cahiers de médiologie, n° 7 (La confusion des monuments), pp. 194-203.

  • Haut de page

    Notes

    1  Cette notion de référent identitaire est entendue comme ce par rapport à quoi un collectif ou un individu se définit, se positionne dans le monde dans lequel il évolue. Mathis Stock propose le terme de « référent géographique de l’identité » (2006) pour qualifier justement ce rapport aux lieux en tant qu’il permet aux individus de définir leur identité. Ici, il s’agit plutôt d’insister sur le rôle de certaines formes matérielles, comme point d’ancrage de l’identité d’un collectif (Petit, 2004).

    2 Une cinquantaine d’entretiens, dont un peu plus des trois-quarts ont été menés entre 1999 et 2000. Le quart restant s’étale en revanche sur une relation continue depuis dix ans, notamment avec l’ensemble des acteurs institutionnels. Afin de préserver l’ensemble des informateurs, l’anonymat total des entretiens est de mise dans ce texte et ne pose pas de problème méthodologique. En effet, il ne s’agit pas de cerner le poids respectif de chacun d’entre eux dans les discours produits sur le cimetière, mais d’analyser les constructions des différentes modalités de légitimation de la place vue à travers le prisme de l’emplacement des morts. La question de la différenciation est donc bien plus centrale que celle de la représentativité dans cette démarche qualitative.

    3  Les archives sont bien entendu déjà une reconstruction institutionnelle de la réalité de l’époque. Nous les considérons ici malgré tout comme plus fiables dans la transcription et l’ordonnancement historique des faits. Pour une réflexion sur le statut des archives, voir Paul Ricœur (1985, 212-224).

    4  L’expression « monde chamoniard » s’inspire de la démarche proposée par Bernard Poche lorsqu’il analyse les constructions d’une société locale comme issues des récits produits par ses habitants (1999, 7-18). Ainsi le monde chamoniard correspond bien à Chamonix « tel qu’il se dit » et tel qu’il fait sens pour ceux qui l’énoncent.

    5 Voir Bernard Debarbieux (2008) pour une analyse plus globale des enjeux identitaires autour de la question de la montagne.

    6  Il est vrai qu’à l’heure actuelle, sur les 1700 monuments funéraires édifiés dans le cimetière, seule une petite centaine d’entre eux se distingue nettement de l’ensemble, à la fois par des dimensions largement plus imposantes et un style spécifique.

    7  En réalité, la commune interprète de manière restrictive l’article du code général des collectivités territoriales qui parle de « domiciliation sur la commune » et non strictement de « résidence principale ». Les résidents secondaires ne sont pas clairement exclus par le code des collectivités territoriales, comme le pratique la commune de Chamonix pour gagner des emplacements dans son cimetière.

    8  Il est intéressant de souligner qu’aujourd’hui encore circulent à Chamonix plusieurs versions quant au premier lieu d’inhumation de ce célèbre alpiniste, accréditées par quelques publications sur l’histoire chamoniarde (notamment Payot, 1950) et sur la vie de Whymper (Curral-Couttet, 1984). La légende voudrait qu’il ait été enterré dans le jardin de l’hôtel où il résidait au moment de son décès. Les archives municipales ainsi qu’un extrait du discours prononcé par le président du Club Alpin Français, relaté dans La revue illustrée du Mont-Blanc et de Chamonix du 25 septembre 1911 ne laissent pourtant aucun doute. Pour plus de détails, se reporter à Petit, 2004. Ces imprécisions témoignent bien de l’importance accordée à l’octroi d’une place à Chamonix pour cet alpiniste anglais ; mais aussi peut-être de l’effet « marketing » qui pouvait déjà exister à cette époque et avait poussé certains à colporter cette légende de l’enterrement de Whymper dans les jardins de l’hôtel.

    9  Il est ici sous entendu que la réussite la plus marquante de la carrière d’alpiniste de Whymper est la première ascension du Cervin. Mais surtout, cette première ascension lui donnerait le droit de reposer à son pied, sa place dans le cimetière de Zermatt serait ainsi légitimée. Certains vont même jusqu’à imaginer un possible échange entre les restes de Whymper et ceux du fameux guide chamoniard Michel Croz, qui a quant à lui été enterré dans le cimetière de Zermatt suite à sa mort lors de la descente.Whymper retournerait ainsi là où il a laissé la marque de son œuvre la plus forte avec la première du Cervin, comme s’il y avait un lien entre l’attachement et l’acharnement d’un être pour conquérir un lieu et le fait d’y être enterré. Alors que le guide Croz reviendrait « naturellement » sur sa terre natale.
    D’autres interprètent ces emplacements « inversés » comme un heureux hasard ayant favorisé les échanges entre Chamoniards et Zermattois.

    10  Une plaque de bronze taillée à son effigie est apposée sur la façade de l’hôtel Le Monte Rosa à Zermatt, où il avait séjourné lors de la première ascension du Cervin. Sa place à Zermatt est ainsi assurée, par la présence de cette marque qui rend encore visible aujourd’hui son exploit passé.

    11  Il s’agit du deuxième cimetière de la commune de Chamonix Mont-Blanc qui se situe dans le plus gros hameau, Argentière. L’analyse de la lutte des places entre ces deux cimetières, voire entre ces deux parties de la commune, serait intéressante à mener dans un autre article.

    12  Cette question de la destination finale des cendres a été travaillée de façon très détaillée dans une tout autre approche par C. Armanet-Muller (2003).

    13  Les discussions menées dans le cimetière au gré des rencontres ne sont pas à la faveur des Chamoniards d’ « adoption », qui sont peu nombreux par rapport aux Chamoniards qui se disent de souche et aux touristes. Il n’est pour autant pas possible de conclure à une moindre fréquentation du cimetière de leur part, même si cela reste une hypothèse plausible. Il serait donc nécessaire de recueillir d’autres témoignages pour affiner l’analyse des liens que ces derniers tissent ou non avec le cimetière.

    14  Ce n’était pas le cas avant l’ouverture du cimetière du Biollay. Les morts étaient enterrés autour de l’église, sans acquisition d’un morceau de terrain.

    15  Henri Ferrand, regrettant la disparition du cimetière autour de l’église, en dresse le portrait dans un texte publié en 1920 dans L’Echo des Alpes pour laisser une trace. Il recense ainsi les principaux monuments et ne mentionne absolument pas l’existence d’un tel emplacement dans ce cimetière-là.

    16  Ce moment de recueillement collectif devant le caveau des guides est vécu par de nombreux guides comme particulièrement intense. Un tiers des guides rencontrés le citent spontanément comme l’événement le plus marquant de la fête du 15 août, à l’instar de ce guide : « non y en a pas, pas spécialement … Oui bon en même temps peut-être le moment où on va quand même au cimetière bon euh ce ce… Bon c’est quand même un moment, c’est le 15 août, bon on pense à tous les… les gens qui sont tombés en montagne. Bon j’pense que c’est le seul vrai moment du 15 août ».

    17  D’où la nécessité de distinguer ce qui relève de la place proprement dite de ce qui relève du jeu des marquages, des traces laissées pour rendre lisible la mémoire.

    18  Ce récit permet aussi de souligner la nécessité symbolique de l’acquisition d’un emplacement même lorsque l’octroi ne résulte pas de la nécessité matérielle de l’inhumation d’un corps, comme c’est ici le cas, puisque les deux corps n’ont jamais été retrouvés. Posséder un emplacement pour son/ses mort(s) disparus, marquer cet emplacement permet bien de l’/les assigner à résidence, de lui/leur accorder une place parmi les morts et ainsi de pouvoir commencer son travail de deuil. En choisissant d’acquérir un emplacement à Chamonix, la famille de ces deux jeunes avait sans doute voulu les insérer parmi tous ceux que la montagne « prend » trop tôt. « Face au vide que laisse le cadavre introuvable, même le cénotaphe vise à instaurer une netteté en arrachant le disparu au flou de l’égarement. Au terme d’un rapatriement symbolique qui le relocalise, la fonction magique ou incantatoire du cénotaphe consiste à restaurer la présence du mort en arrimant son souvenir à la réalité d’une trace, d’un lieu et d’un signe – à assimiler son absence à la présence d’un objet qui précisément conteste la disparition du disparu en assignant sa mémoire à résidence. » (Urbain, 1999, 196).

    19  Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Une dalle au sol a été rajoutée lors de la sépulture d’une belle-sœur en 2001.

    20  Les carnets du vertige ont été publiés une première fois un an après la mort de Lachenal en 1956 par le frère de Maurice Herzog. Une nouvelle version de ce récit autobiographique voit le jour en 1996, augmentée par des commentaires tirés de manuscrits inédits de Lachenal, qui remettent en question la version officielle accréditée cinquante ans plus tôt. Pour plus de détails sur la polémique qui en naît, se reporter à « Cinquantenaire de l’Annapurna » dans les Annales du Groupe de Haute Montagne, Cîmes 2000, pp. 57-112.

    21  Philippe Joutard, dans un texte « Du Mont-Blanc à l’Annapurna : la légende de la haute montagne » paru dans Le Monde des 18-19 juin 2000, montre comment, dès les débuts de l’alpinisme, les récits construits après une conquête recomposent l’événement autour d’un héros unique. Il établit ainsi un parallèle entre le récit de la conquête du mont Blanc en 1786 et celui de l’Annapurna en 1950. Mais il désamorce aussi les critiques les plus virulentes en suggérant qu’« il ne suffit pas de mettre en valeur la transformation d’une réalité en légende et de déconstruire le mythe. Au-delà, il faut en faire un objet d’histoire et s’interroger sur les raisons de sa réussite ».  

    22  Plusieurs emplacements du cimetière sont occupés par des alpinistes allemands, morts dans les années 1930. Poussés par la propagande hitlérienne, de nombreux jeunes ont en effet tenté d’ouvrir dans les Alpes les dernières voies encore vierges pour la gloire du Reich. À Chamonix, la face Nord des Grandes Jorasses a été particulièrement meurtrière. Pour une interprétation plus générale de ces liens entre alpinisme et patriotisme dans l’entre-deux-guerres, se reporter à Mosse, [1990] 1999, 32-138.
    La présence des Anglais est en revanche moins frappante, alors que ce sont les premiers à s’être investis dans la conquête de sommets des Alpes, et surtout les premiers « étrangers » à être enterrés à Chamonix. Mais jusqu’à l’ouverture du Biollay, la plupart étaient assignés dans l’Enclos du Temple protestant, tout près de la gare.

    23  Mais les exceptions chamoniardes concernent bien plus les alpinistes célèbres ou les descendants des lignées ancrées depuis longtemps dans la vallée que les simples grimpeurs anonymes. Un emplacement spécifique est cependant dédié aux alpinistes japonais disparus dans le massif.

    24  On observe pourtant quelques exceptions, notamment la tombe commune de deux copains morts ensemble lors d’une ascension sur un emplacement qui en théorie ne pouvait contenir qu’un seul mort…

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Emmanuelle Petit, « La lutte des places à Chamonix : Quand la mort devient enjeu spatial », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Politique, Culture, Représentations, document 475, mis en ligne le 28 octobre 2009, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/22747 ; DOI : 10.4000/cybergeo.22747

    Haut de page

    Auteur

    Emmanuelle Petit

    Doctorante, Département de géographie, Université de Genève, Emmanuellepetit@laposte.net

    Haut de page

    Droits d’auteur

    © CNRS-UMR Géographie-cités 8504

    Haut de page