Navigation – Plan du site
2009

Desse R.-P., Fournié A., Gasnier A., Lemarchand N., Metton A. et Soumagne J. (dir.), 2008, Dictionnaire du commerce et de l’aménagement, Rennes, PUR, 357 p.

Antoine Fleury

Texte intégral

1Les géographes français aiment les dictionnaires. Le dernier en date, qui se positionne au croisement des champs du commerce et de l’aménagement, s’intéresse au fait commercial comme « à la fois structurant et structuré pour ou par son environnement urbain ou son support spatial » (p. 20). Comme tout dictionnaire, ce Dictionnaire du commerce et de l’aménagement est le reflet d’un positionnement scientifique. Il émane de la commission de géographie du commerce du Comité national français de géographie (CNFG) et constitue donc un point de vue bien particulier sur le commerce, celui de la géographie française et/ou francophone. Loin d’être totalement standardisées, les notices se caractérisent par une certaine diversité de styles, de longueurs et de profondeurs. Outre les entrées classiques, une dizaine de « mini-essais » à caractère transversal sont proposés, qui portent sur des thématiques « trop complexes pour être traitées en quelques signes » (p. 22). Un système de corrélats a par ailleurs été mis en place pour chaque notice, complété par une sélection de références – majoritairement francophones – considérées comme incontournables. Enfin, le dictionnaire se clôt par deux lexiques, français/anglais et français/espagnol.

2Si l’on se place du côté du commerçant, c’est-à-dire de l’offre, les entrées sont sans surprise nombreuses, et particulièrement riches. On trouvera les définitions des catégories classiques qui permettent de rendre compte de la distribution spatiale des commerces (accessibilité, zone de chalandise, facteurs de localisation du commerce, concentration, spécialisation, etc.) et, face à l’hétérogénéité des commerces, de les classer en sous-ensembles plus ou moins homogènes (anomal/banal, commerce de détail et commerce de gros, etc.). Plusieurs entrées sont consacrées aux méthodes et outils de la géographie du commerce : la question des sources statistiques du commerce est abordée, de même que sont explicités différents indices habituellement utilisés par les géographes (indices de modernisme, de standing et de spécialisation) ; une notice particulièrement bien faite sur les Systèmes d’Information Géographiques (SIG) et la géographie du commerce vient compléter ce tableau. On peut juste regretter que, si l’on excepte le modèle de Christaller qui se voit attribuer une notice spécifique, la présentation des différents cadres théoriques n’ait donné lieu qu’à une seule notice (modèles spatiaux) certes très complète mais relativement courte au regard de l’ampleur et la complexité de la question. Le point fort de ce dictionnaire réside plutôt dans le choix de passer en revue tout l’éventail des formes et formules de vente, des plus traditionnelles (commerce de proximité, foire, marché, etc.) aux plus récentes (centre commercial, hypermarché, vente par correspondance, commerce électronique, etc.), ainsi que leurs formes juridiques (formes juridiques d’exploitation du commerce, commerces associé, indépendant ou intégré, franchise, etc.).

3Si l’on se place du côté du client, c’est-à-dire de la demande, l’entreprise était sans doute plus ardue. Car plus encore que l’offre, les pratiques de consommation sont difficiles à appréhender. Le dictionnaire n’en intègre pas moins aussi cette dimension, même si c’est de manière inégale. Au « mini-essai » consacré au consommateur-client font écho ceux portant sur les mobilités du consommateur, sur les temps du commerce ou sur les loisirs et le commerce, qui donnent un aperçu des profondes transformations en cours, que ce soit en termes de lieux fréquentés, de modes de déplacement ou de temporalités. Les entrées fun shopping, zapping et commerce de transit insistent quant à elles sur les nouvelles attentes de consommateurs de plus en plus mobiles, cherchant à concilier achats, loisirs et/ou déplacements. La notice consacrée à la proximité, qui traite plus particulièrement des commerces de proximité et de leur renouveau dans les centres urbains, rappelle en contre-point les « nouvelles attentes de néo-urbains » (p. 256) tout à la fois à la recherche de gains de temps et de convivialité. Enfin, les différences en termes de genre, d’âge, d’horizon culturel, d’appartenance sociale ou encore d’aptitudes physiques doivent aussi être prises en compte quand on s’intéresse au consommateur et aux types de commerces qu’il fréquente. Abordé dans le « mini-essai » consacré au consommateur-client, ce vaste questionnement est plus particulièrement dans plusieurs notices (commerces ethniques, homosexualité et commerce, handicap et commerce). Néanmoins, on peut regretter que l’existence (l’affirmation ?) de types de commerce s’adressant à un segment spécifique de clientèle n’ait pas été plus systématiquement intégrée au dictionnaire, avec par exemple des entrées renvoyant explicitement aux dimensions du genre (commerces destinés aux hommes, aux femmes) ou de l’appartenance sociale (commerces de luxe, commerces populaires).

4En ce qui concerne les acteurs du commerce et les questions liées à l’aménagement, les notices sont d’une grande précision. Le lecteur y trouvera de nombreux éléments permettant d’acquérir ou de renforcer ses connaissances sur l’urbanisme commercial et les dispositifs juridiques qui encadrent le commerce, en commençant par les « mini-essais » consacrés au développement durable et aux documents d’urbanisme, planification et commerce, avant d’aller explorer ce qui se cache derrière les sigles suivants : CDUC et CDEC, SDC, ODEC ou encore FISAC. Les dispositifs les plus récents sont décrits, de même que les nouvelles pratiques des acteurs du commerce, qu’ils soient publics ou privés. Ainsi, pour mieux prendre en compte les tendances actuelles de consommation évoquées ci-dessus, les groupes de distribution redéfinissent leurs stratégies de développement, ce que la plupart des notices met bien en évidence en décrivant par exemple les nouveaux concepts de magasins et de centres commerciaux. Dans le même ordre d’idée, l’animation commerciale donne lieu à une notice, insistant sur la multiplication des événements susceptibles d’attirer la clientèle dans le centre commercial mais aussi, de plus en plus, dans le centre-ville avec l’intervention d’un manager de centre-ville.

5Le dictionnaire se donnait pour objectif de replacer le fait commercial « dans l’environnement urbain ou rural, et de ce fait dans la société » (p. 19). De nombreuses notices donnent à voir toute la complexité des relations entre commerce et ville, en termes de distribution des commerces (armature commerciale, appareil commercial, etc.) comme en termes de formes et de paysages. Diverses entrées renvoient à cette dernière dimension du lien ville/commerce : architecture et commerce ou paysage commercial donnent les idées générales ; linéaire commercial, rue commerçante, corridor commercial, entrée de ville approfondissent en décrivant des types de paysages, complétés par d’autres notices décrivant des types de quartiers ou d’ambiances en lien avec des spécialisations commerciales (quartiers gays, quartiers ethniques, etc.) ; le magasin ou la boutique (avec leurs vitrines) ne sont évidemment pas oubliés. Ce faisant, l’histoire du commerce tient une bonne place. Les notices consacrées aux halles et aux foires, aux passages et aux grands magasins, permettent non seulement de mieux comprendre le commerce contemporain, mais donnent aussi à voir le lien ancien et structurant entre le commerce et la ville. En revanche, le rural apparaît comme le parent pauvre de ce dictionnaire, si l’on excepte les notices consacrées au commerce rural et à la désertification rurale. Plus généralement, la place du commerce dans la société n’est pas non plus aussi développée qu’on aurait pu l’attendre, en particulier dans une perspective critique. A l’heure où les géographies anglo-saxonnes construisent des théories stimulantes sur la place du commerce et de la consommation dans les sociétés occidentales, ainsi que sur les effets d’une marchandisation de la ville, le dictionnaire ne possède pas d’entrée sur la gentrification, qu’elle soit résidentielle ou commerciale. De même, si l’on excepte le « mini-essai » consacré à la relation espaces publics et commerce, les questions liées au contrôle et à la sécurisation de l’espace public, aux phénomènes d’inclusion et d’exclusion qui en découlent, demeurent peu abordées.

6Il faut préciser pour finir que le lecteur trouvera dans ce dictionnaire peu d’entrées susceptibles d’éclairer la diversité des organisations commerciales dans le monde. Certes le souk donne lieu à une notice, et il est rappelé que le kiosque « a largement accompagné la transformation commerciale de certains pays comme la Russie ou la Pologne » (p. 195), mais ces deux cas apparaissent plutôt comme une exception dans un dictionnaire qui demeure essentiellement centré sur la France et en moindre mesure sur l’Europe. Si l’Amérique du Nord apparaît, c’est davantage par le biais de la comparaison avec la France, comme fournisseur de modèles importés et appropriés localement. Quant aux pays du Sud, s’ils sont évoqués dans la notice consacrée au commerce informel, ils ne sont pas davantage présents, y compris dans l’article sur le commerce ambulant. Ce dictionnaire n’en constitue pas moins un excellent outil pour acquérir ou approfondir des connaissances sur les concepts et outils de la géographie du commerce. Les textes des notices sont clairs et relativement accessibles. Ils s’appuient également – et c’est suffisamment rare dans un dictionnaire pour être souligné – sur un grand nombre de photographies, de schémas et de cartes. Ainsi ce dictionnaire peut-il être consulté par un public assez large, des étudiants aux universitaires en passant par les élus et les techniciens des collectivités locales. Juste avant d’aller chercher la définition qui les intéresse, les uns et les autres pourront d’ailleurs lire avec bonheur la notice consacrée aux représentations, qui les « aidera à se défaire de [certains] préjugés (…) toujours présents dans les approches des consommateurs, des parlementaires, des aménageurs, des chercheurs » (p. 260).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Fleury, « Desse R.-P., Fournié A., Gasnier A., Lemarchand N., Metton A. et Soumagne J. (dir.), 2008, Dictionnaire du commerce et de l’aménagement, Rennes, PUR, 357 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 22 décembre 2009, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/22861

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page