Navigation – Plan du site
2010

Anglade G., 2008, Chronique d'une espérance. L'hebdo de Georges Anglade (2007-2008), Port-au-Prince, L'Imprimeur II, Collection Livres en folie, 104 p.

Réflexions autour d’une synthèse de l’espace haïtien dans la Chronique d’une espérance
Carlo Prévil

Texte intégral

L’auteur

  • 1  Ce qui lui valut la Mention d’Honneur du Prix José Marti de l’UNESCO en 1999.
  • 2  Il a préparé et soutenu son doctorat de troisième cycle de 1965 à 1969 au Centre de géographie app (...)

1Entre 1969 et 2010, Georges Anglade a eu un parcours intellectuel très riche, tant comme professeur-chercheur à l’Université du Québec à Montréal que comme écrivain dans le genre littéraire des lodyans, et aussi un peu comme homme politique. Dans ce passage en trois morceaux1, comme il se plaisait à le dire, Haïti aura été sa muse, son objet d’étude et la finalité de sa foi dans son engagement pour un monde meilleur (Anglade et Lévy, 2004). Avec plus d’une cinquantaine de contributions dans le cercle des sociétés savantes en sciences sociales, sept essais majeurs dont “l’Espace haïtien” (Anglade, 1974), cinq recueils de contes narratifs ou lodyans et un millier d’entretiens, il était connu comme “le géographe haïtien”, un géographe de référence, comme c’est le cas pour Georges Demko aux États-Unis d’Amérique ou Milton Santos au Brésil. Il était engagé dans plusieurs recherches touchant aux transformations socio-territoriales en cours en Haïti, l’évolution multi facettes de l’épopée des Amériques, et même des réflexions transcendantales sur la culture allemande. Spécialiste dans les questions démographiques2, il a travaillé majoritairement dans les champs de la géographie sociale, de la géographie du développement et de la géographie critique. Il considérait la géographie comme la plus méconnue de toutes les disciplines du social. De son œuvre, on retient plusieurs contributions pour expliquer des phénomènes du système-monde comme les nouvelles républiques urbaines (NRU), la transition démographique ou le tandem misère-pauvreté. Son positionnement principal était d’approfondir le cas d’Haïti jusqu’à en extraire une théorie générale. Sa mort tragique lors du séisme du 12 janvier 2010 ne nous a pas permis de savoir jusqu’où aurait pu conduire le dévoilement de sa vision. Dans le dernier essai qu’il a publié en 2008, intitulé Chronique d’une espérance, il avait annoncé sans ambages en introduction : “j’ai cherché tout au long de l’année 2007-2008, l’autre Haïti possible, et je crois avoir trouvé comment la trouver” (Anglade, 2008). Les circonstances ayant voulu que ce soit l’une de ses dernières grandes trouvailles, il s’agit de regarder de plus près le contenu et la portée de cet ouvrage.

L’œuvre

  • 3  http://www.lenouvelliste.com/index.php (consulté le 3 août 2010).

2La Chronique d’une espérance est une compilation de quarante-cinq chroniques hebdomadaires tenues en 2007-2008 dans les colonnes du journal Le Nouvelliste, le plus ancien quotidien d’Haïti, fondé en 18983. Pour les besoins de l’agencement en ouvrage, cet ensemble a été complété d’une ultime chronique double, exposant à la fois le fondement du projet d’ouvrage et surtout le concept de son organisation pour mieux présenter le livre aux lecteurs. Cette chronique double, présentée par l’auteur comme étant à la fois l’épilogue et le prologue de l’ouvrage, a été titrée de manière symbolique “l’autre Haïti possible”. Effectivement, il s’agit vraiment de cela !

3Dans l’introduction, l’auteur nous présente son pentateuque, les cinq repères essentiels, pour s’approprier ses chroniques et surtout faire face à ce “malheur qui pend au dessus de nos têtes”. On est en 2008, l’auteur fait allusion à la croissance de la misère et le spectre de la famine qui peuvent déboucher sur le chaos et l’effondrement du pays. Rassurez-vous, il n’était pas question du séisme. Nous y reviendrons... Ces cinq éléments sont : 1) le fil conducteur ou la trame de l’ouvrage ; 2) la grille de lecture scientifique pour caractériser les concepts clé et la nomenclature qui y est associée; 3) le niveau de propédeutique pour caractériser l’audience visée ; 4) le nouveau paradigme comme résultat d’une reformulation de la problématique de la misère en Haïti au début du XXIe siècle, et finalement ; 5) le nouvel aggiornamento ou la démarche à suivre pour en arriver à la rupture et enclencher le processus devant conduire à cette “autre Haïti”.

4Le corps de l’ouvrage gravite autour de dix thématiques fortes. Ce sont : les capacités et les savoirs pour la nouvelle Haïti à l’horizon 2050 ; la prise en compte de la diaspora dans la définition des classes moyennes ; des balises pour la société ; la représentation socio-territoriale de l’Haïti-Monde, pour passer de la misère à la pauvreté ; la transition démographique ; le parcellaire agricole à bout de souffle et l’option de la diaspora ; la Présidence et la question de la gouvernance politique. Chaque chronique s’étale sur moins de 1500 mots, comme l’a voulu l’auteur. Une thématique donnée est traitée sur deux à quatre chroniques successives. Toutefois, dans certaines circonstances, une série peut être entrecoupée par une chronique brève pour traiter d’un sujet à chaud comme les activités carnavalesques, le discours d’Obama sur la question raciale le 18 mars 2008 à Philadelphie (USA) ou encore les émeutes de la faim en Haïti et ailleurs dans le Monde en avril 2008. Et pour chaque thématique, l’auteur précise l’objet de recherche, définit la nouvelle problématisation et finalement propose la nouvelle approche pour trouver la nouvelle Haïti. Les différents thèmes, bien que distincts, sont densément interconnectés, fidèles à l’idée du fil conducteur. Une illustration d’une idée ou la synthèse d’une autre sera citée ou annoncée chaque fois que cela semble nécessaire, pour contextualiser une autre idée. Le principe du fil conducteur a été souligné dès la première Chronique.

  • 4  Comprendre les représentants des groupes d’intérêts hétéroclites de l’International.

5Le repère de la grille de lecture renvoie aux concepts de référence que sont le contexte de l’Haïti-Monde, c’est-à-dire associer finement l’Haïti insulaire à sa diaspora qui représente le tiers de sa population “totale”. Ce repère concerne l’ensemble des chroniques. D’abord, il faut poser la question démographique à l’aune de l’analyse générationnelle. Dans cette grille d’analyse scientifique, l’auteur introduit et positionne également les enjeux de la dialectique misère-pauvreté et tout l’enjeu économique des transferts d’argent de la diaspora. Dans ce jeu de transferts, l’auteur nous montre que si dans l’Haïti du XIXe siècle et jusqu’en 1986, la principale source des prélèvements des groupes dominants était la paysannerie, dans l’Haïti contemporaine, la “vache à lait” serait plutôt la Diaspora ! Longtemps avant l’aide internationale qui se pavane aux commandes de presque tout. C’est ainsi qu’il introduit l’idée de cette union sacrée entre les “blancs”4 et les intermédiaires nationaux, agissant comme des techniciens de la dépendance (Jean et Maesschalck, 1999). Conjointement, ces deux groupes semblent, selon l’auteur, s’obstiner à empêcher la participation harmonieuse de la diaspora dans les affaires d’Haïti.

6Dans cette grille d’analyse, particulièrement dans les chroniques relatant de la transition démographique, du tandem misère-pauvreté, des strates territoriales entre la nouvelle république urbaine et l’émergence de la dimension territoriale autonome des cités, l’auteur nous invite à analyser finement le cas haïtien comme cas-type du système-monde contemporain. La chronique 19 (Lettre au nouveau directeur du FMI) présente Haïti comme illustration des retombées négatives des politiques néolibérales mais pose en plus la nécessité historique pour Haïti d’entreprendre la démarche de contestation comme “Banc d’essai des Amériques, là où se sont d’abord expérimentés tous les grands tournants continentaux, avant leur généralisation en Nouvel Ordre”, citant : Génocide des amérindiens (1492), Code noir (1885), Révolution haïtienne (1804), Dette de l’Indépendance (1825) ou Occupation américaine (1915).

  • 5  Nouvelle explorations d’idées émises depuis la publication de son Atlas critique (Anglade, 1982).

7L’idée de la nouvelle propédeutique, comme troisième repère, est prédominante dans les chroniques de la thématique de l’université, de la société, de nous penser nous-mêmes et même de la gouvernance (les boules de l’État). Pour cela, il considère qu’il y a urgence d’une prise en main des commandes par la septième génération (nés entre 1960 et 1975) pour préparer les voies pour la huitième génération. Cette huitième sera aux commandes du pays en 2050 et ses membres doivent être prêts pour ainsi “redevenir maîtres chez nous”. Une note qui évoque la double appartenance de l’auteur entre le “Maître chez nous” de Jean Lesage au Québec et le “du sol soyons seuls maîtres” de l’hymne au drapeau en Haïti. Dans ce cas, il aborde à la fois les problèmes du système de l’éducation et de la faiblesse des institutions. On retient également la dimension pédagogique des Chroniques organisées en ouvrage. L’auteur veut à la fois vulgariser les trouvailles de sa carrière de chercheur et un peu de praticien. Aussi, il s’est trouvé un auditoire cible (les étudiants universitaires pré gradués) et avec ce groupe, il instaure une démarche de déconstruction (États des lieux), de mise à niveau (Carte maîtresse) et de prospective (Boules de l’état et Carte électorale5).

8Le quatrième repère des nouveaux paradigmes est substantiel. Il évoque d’emblée des dimensions géographiques (carte maîtresse), économique (transferts de fonds), sociologique (cité et misère rurale), démographique (diaspora) et politique (présidence et gouvernance). Ce repère exige une lecture particulière car pour chaque élément de blocage de la société haïtienne, il faut trouver la “locomotive”. L’auteur se réclame d’une analyse qui évite “l’art pour l’art” mais il veut passer plutôt de la parole aux actes. Il reconnaît que l’entreprise est risquée d’autant plus en sachant que seuls 10 % des ressources nécessaires sont peut-être disponibles. Un pari risqué, mais il prend Antonio Gramsci à témoin : “Il faut allier le pessimisme de l'intelligence à l’optimisme de la volonté” (Gramsci, 1978).

9C’est là que l’aggiornamento, comme cinquième repère, prend tout son sens. Il ne s’agit pas de se contenter de dire que “tout est urgent”. Il s’agit de trouver la meilleure façon d’utiliser ces 10 % de ressource pour arriver à faire bouger l’ensemble. L’idée en soi est forte. Mais bien plus, l’auteur poursuit l’argumentation pour en arriver à l’illustration par le tableau de bord, le point d’appui sur lequel on appuie le levier pour rompre la force d’inertie qui entretient le blocage. Sans détour, il présente à plusieurs endroits des idées pour synthétiser en conclusion : “je crois finalement avoir trouvé comment la trouver, avec ses voies et moyens, ses expectatives et chantiers…”.

Georges Anglade : sentinelle, chercheur, tribun, ou les trois ?

10Le concept de l’ouvrage peut-être positionné de différentes manières. On peut le voir comme une réponse de l’auteur à cette urgence, dès la seconde moitié de 2007, de faire la sentinelle et de demander aux acteurs sociaux de commencer à préparer l’alternative politique dans la perspective des élections de 2011. C’est l’entrée facile !

11Un autre angle, c’est de voir l’effort d’un chercheur en géographie sociale, un domaine encore en construction et d’une envergure réputée austère, qui se donne le défi de reformuler ses trouvailles “au ras du quotidien” pour que ces trouvailles deviennent contributions sociales. Ailleurs, il disait déjà que c’est là que réside la raison d’être de la géographie sociale (Anglade, 1983).

12Un troisième angle, c’est celui du tribun, du débatteur senior qui, à défaut d’une Académie (il en parle dans le texte aussi), se crée une autre voie pour lancer le débat, pour susciter la réflexion, pour amener les classes moyennes et différentes catégories de personnel-cadre à cet effort de reproblématisation. Par exemple, dans la chronique 25, l’auteur s’interroge de l’absence de réaction de l’État, des décideurs, des intellectuels à ses questions-réponses. Et cela sur des enjeux graves, comme quand il s’interrogeait sur un trou de 10 % dans les résultats du recensement de la population sur la tranche des 0-15 ans, sur la nécessité de la préparation de termes de références (TDR) pour les grands mandarins de la fonction publique ou sur le dévoiement de la notion de collectivité territoriale dans la Constitution du pays.

Les Lodyans, prononcer l’audience

13Le style de rédaction des chroniques mérite une attention particulière. Dès le départ, l’auteur nous annonce tout un ensemble de choix pour la communication en moins de 1500 mots. Il voulait rédiger des textes gardant tout leur tonus scientifique et pouvant être parcourus en dix minutes. Plus loin (chroniques 8 et 12), il nous fait part de ses chroniqueurs choisis et de la relève à surveiller. Finalement, dans la chronique 44, il nous confirme sa passion pour le style combo de la Chronique des Amériques. Ce style si bien servi entre autres, par Moreau de Saint-Méry. Avec Jacques Stephen Alexis (Anglade, 2007), l’auteur croit définitivement que la lodyans constitue une contribution authentique d’Haïti à la littérature d’expression française et à l’expression littéraire tout court. Dans ces chroniques, on retrouve ainsi Georges Anglade exprimant ses trois grands engagements : la géographie sociale, les lodyans et la quête de cette autre Haïti.

Analyse des idées et des thèmes

  • 6  Prix Nobel de littérature, 1982.

14La Chronique d’une espérance représente en quelque sorte une anthologie des travaux de G. Anglade. C’est vrai qu’il ne s’agit pas de morceaux choisis, mais on pourrait avancer la notion d’idées choisies. On peut prendre le titre comme un clin d’œil à contre sens du best-seller de Gabriel Garcia Marquez (1981)6. Un peu pour dire que cette fois-ci, la mort, “ce malheur au dessus de nos têtes”, on en aura tous été avertis. Une initiative à hauts risques dans laquelle l’auteur a voulu utiliser la rythmique de la lodyans pour dire juste, en des termes simples et clairs, comme son inspirateur Justin l’hérisson au début du siècle dernier. Dans cette compilation, on a l’équivalent d’une version vulgarisée des principales thèses de G. Anglade agrémentée de ses dernières observations sur la quatrième mutation de l’espace haïtien et aussi sur les enjeux de l’Haïti contemporaine. Tout cela a été enrichi de son vécu des us et des pratiques de la chose politique. Tout cela arrivait également à temps puisqu’en 2004, il affirmait que les propositions qu’il avait émises en 1990 ne tenaient plus (Anglade, 1990). Il nous avertit que les ressources pour trouver cette nouvelle Haïti débordent des frontières du territoire national avec la prise en compte de la diaspora. Une arme à double tranchant : en partie une faiblesse puisque les classes moyennes qui devaient être la locomotive de la société haïtienne sont pour une bonne part ailleurs ; mais aussi une force si on a le génie d’arriver à composer avec cette nouvelle donne dans ce qu’il appelle la Carte-maîtresse.

  • 7  Comprendre les travaux entrepris par George Eugène Haussmann (Baron de Haussmann) pour transformer (...)
  • 8  Une idée interpelant la définition et la perception de la “pauvreté” et qui pourra alimenter des d (...)

15L’auteur nous invite à découvrir dans le cas d’Haïti des idées fortes : sur la condition paysanne ; sur la misère qui est le lot de plus de 90 % de la population et particulièrement des campagnes ; sur la question agraire ; sur la réalité des cités à haussemaniser7 (les cités sont ces nouveaux espaces, ni ruraux ni urbains, et qui en plus détiennent le verrou de la violence et la sécurité publique) ; sur la question de la gouvernance tant politique que territoriale, découlant autant de la culture (nous penser nous-mêmes) que d’une Constitution qui semble davantage apporter des conflits sociaux qu’inspirer l’esprit d’un gentle aggreement. Dans l’ouvrage, le terme “camps de réfugiés” revient à quatre reprises dans quatre chroniques différentes. Et pourtant, on était seulement en 2008 ! C’était un peu prémonitoire de sa part, quand on voit le tableau de “ces camps” depuis le séisme du 12 janvier 2010 dans la grande région de Port-au-Prince. Bien plus, cet état de désemparement des décideurs, on le comprend très bien à la reprise des arguments qu’il nous présentait pour montrer “ce malheur au dessus de nos têtes” dans l’état actuel de la gouvernance. Face à ces différents problèmes, il met en évidence des pistes de solution : viser les petites filles de 0-15 ans comme groupe prioritaire dans l’éducation pour la relance, soumettre les grands mandarins de la fonction publique à des termes de référence  (TDR). Bien plus, il transcende le contexte d’Haïti pour proposer des pistes à explorer pour le système-monde dans son ensemble, notamment les enjeux de la transition démographique, l’urgence de viser principalement la disparition de la misère, et que la pauvreté c’est finalement le principal objectif réalisable et soutenable8.

16La mise en évidence des structures socio-territoriales et des fonctions de régulation (justice, gouvernance, constitution, Présidence, État) sont dominantes dans les chroniques. Les fonctions de production dans les mailles et celles de distribution-répartition à travers les flux n’ont pas eu la même présence. En ce sens, on retrouve encore des références qui ont toujours été présentes dans son œuvre en lien avec les schémas “d’analyses marxistes des structures, de la dialectique des classes, du sens de l’histoire, de la suprématie du collectif…”. Dans cet essai, G. Anglade a fait des choix sur les outils, sur les concepts et sur l’approche à proposer. D’emblée, il annonçait une version plus “académique” de cet ouvrage qui inclurait des annexes, des références et des illustrations pour supporter l’argumentaire et passer de la vulgarisation à la formation pédagogique des universitaires. Bien plus, il en appelait également aux géographes de la septième génération à reprendre le flambeau pour décortiquer, démontrer et illustrer, chaque fois que c’était possible.

Un flambeau à relever

17Ainsi, il nous laisse une moisson abondante, non seulement à consolider, mais aussi à compléter, par exemple sur les conditions de la production des biens et des services en Haïti en tenant compte des conditions environnementales, ou encore sur les stratégies d’animation territoriale et d’éducation citoyenne pour passer de l’embrigadement des groupes populaires à la véritable participation du public pour le renouvellement de la démocratie s’appuyant sur la gouvernance territoriale. Un ouvrage à recommander vivement aux universitaires toutes catégories en Haïti, aux personnes intéressées par la question socio-territoriale en Haïti autant que par les débats en lien avec les chantiers émergents de l’économie sociale ou de l’écologie politique. De tels apports valables pour Haïti constituent également des “issues” émergentes pour aider les processus décisionnels face aux transformations socio-territoriales ailleurs. Dans le contexte des Caraïbes et de l’Amérique latine et même dans le système-monde, ses trouvailles pourront contribuer à faire avancer la praxis (réflexion et action) chaque fois qu’il s’agira des enjeux de la misère et de la faim, de la transition démographique, de la mondialisation, de l’adaptation aux changements climatiques.

Haut de page

Bibliographie

Anglade G. et Lévy J. J., 2004, Entretiens avec Georges Anglade: l’espace d’une génération, Montréal, Liber.

Anglade G., 1974, L’espace haïtien, Montréal, Presses de l’Université du Québec.

Anglade G., 1982, Atlas critique d’Haïti, Montréal, Centre de recherches Caraïbes, Université de Montréal.

Anglade G., 1983, Éloge de la Pauvreté, Montréal, Université du Québec à Montréal, Département de géographie, Études et recherches critiques d’espace.

Anglade G., 1990, Cartes sur table, Port-au-Prince, Deschamps.

Anglade G., 2007, Le dernier codicille de Jacques Stephen Alexis, Montréal, Plume & Encre.

Anglade G., 2008, Chronique d’une espérance (2007 – 2008), L’Hebdo de G. Anglade, Port-au-Prince, L’Imprimeur II, Collection Livres en folie. http://classiques.uqac.ca/contemporains/anglade_georges/chronique_une_esperance/chronique_une_esperance.html

Choay F., 2006, Pour une Anthropologie de l’espace, Paris, Seuil [Prix du Livre d’Architecture, 2007].

Garcia Marquez G., 1981, Chronique d'une mort annoncée (Crónica de una muerte anunciada), Paris, Grasset.

Gramsci A., 1978, Cahiers de prison, Paris, Gallimard.

Jean Jean-Claude et Maesschalck Marc, 1999, Transition politique en Haïti: radiographie du pouvoir Lavalas, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1  Ce qui lui valut la Mention d’Honneur du Prix José Marti de l’UNESCO en 1999.

2  Il a préparé et soutenu son doctorat de troisième cycle de 1965 à 1969 au Centre de géographie appliquée de Strasbourg créé par Jean Tricart en 1956. Il a aussi préparé en 1967 une licence ès lettres à l'Université de Strasbourg. Par la suite, il a d’abord enseigné à l'Institut de démographie de Strasbourg entre 1968 et 1969. Puis, après s’être installé au Canada en 1969, il participe à la fondation de l'Université de Québec à Montréal (UQÀM) où il a développé sa carrière de professeur-chercheur jusqu'en 2002.

3  http://www.lenouvelliste.com/index.php (consulté le 3 août 2010).

4  Comprendre les représentants des groupes d’intérêts hétéroclites de l’International.

5  Nouvelle explorations d’idées émises depuis la publication de son Atlas critique (Anglade, 1982).

6  Prix Nobel de littérature, 1982.

7  Comprendre les travaux entrepris par George Eugène Haussmann (Baron de Haussmann) pour transformer Paris sous le Second Empire. Il fallait apporter de l’air, de la lumière et de la sécurité, conformément aux théories hygiénistes et urbanistiques de l’époque. La Place de l’étoile et l’Avenue des Champs Élysées sont encore des témoignages de ces grands travaux (Choay, 2006).

8  Une idée interpelant la définition et la perception de la “pauvreté” et qui pourra alimenter des discussions en cours dans des chantiers émergents de l’écosocialisme, voir : http://www.cahiersdusocialisme.org/category/ecologie/ (consulté le 12 septembre 2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carlo Prévil, « Anglade G., 2008, Chronique d'une espérance. L'hebdo de Georges Anglade (2007-2008), Port-au-Prince, L'Imprimeur II, Collection Livres en folie, 104 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 28 septembre 2010, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/23273

Haut de page

Auteur

Carlo Prévil

previl.carlo@uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page