Navigation – Plan du site
2011

Pinson G., 2009, Gouverner la ville par projet, urbanisme et gouvernance des villes européennes, Presses de Science Po, Paris, 418 p.

Maïté Verdol

Texte intégral

1L’organisation des gouvernements locaux et la mise en œuvre des politiques publiques à l’échelle locale ont connu d’importantes transformations au cours des dernières décennies. Face à l’ampleur et à la complexité des questionnements qui en découlent, la gouvernance urbaine est actuellement en France un chantier de recherche en plein essor, principalement dans le champ de la science politique. On observe plus particulièrement l’émergence d’une littérature comparative sur le gouvernement local en Europe et à l’échelle internationale. Ces travaux analysent notamment les formes de coordination, de pilotage et de direction des espaces urbains développées hors des formes classiques de gouvernement. En témoignent les travaux de Patrick Le Galès, spécialiste des questions de gouvernance urbaine en France, mais aussi ceux d’auteurs anglophones tels que Peter John, Neil Brenner ou encore Alan Harding.

  • 1  Selon la définition de P. Le Galès. Cf. LE GALES P. (dir.), 2006, Gouvernement et gouvernance des (...)

2L’ouvrage Gouverner la ville par projet rédigé par Gilles Pinson, professeur à l’université de Lyon (Institut d’études politiques), s’inscrit dans ce champ de recherche. Il se focalise sur l’un des instruments visant à organiser des systèmes politiques locaux pluriels et différenciés1 : le projet urbain. Publié en 2009, ce livre constitue une synthèse des travaux menés par l’auteur depuis plusieurs années. Il aborde les transformations du rôle des villes dans la gouvernance des sociétés locales et les mutations des pratiques de la planification et de l’urbanisme à travers le prisme des projets dans cinq villes européennes. La première d’entre elles est Marseille. Elle est concernée au titre du projet de rénovation urbaine Euroméditerranée. Nantes est abordée par l’intermédiaire du projet de réaménagement de l’Ile de Nantes. L’auteur retient le projet de requalification de la zone industrialo-portuaire de Porto Marghera pour Venise tandis que Turin est analysée à travers son plan stratégique, Torino internazionale. Enfin, à Manchester l’auteur retient les projets de régénération urbaine City Pride, City Challenge et Single regeneration Budget dans l’inner city ainsi que les deux candidatures de la ville aux Jeux Olympiques.

3A travers cette approche qui se veut comparative, Pinson s’attache d’une part à définir les fondements des projets urbains. Il est à souligner que l’ancrage disciplinaire de l’auteur le conduit à proposer une analyse des logiques à l’œuvre dans l’émergence des projets sans s’attarder sur leur dimension spatiale, malgré la présence de cartes de localisation en début d’ouvrage. D’autre part, l’auteur démontre comment cette dynamique a modifié les pratiques de l’action publique urbaine et la structure du pouvoir dans les villes européennes depuis vingt-cinq ans. A cet effet, le développement est organisé en deux grandes parties divisées en trois sous-chapitres.

4La première partie intitulée “Le projet et les politiques urbaines” est consacrée à l’analyse de l’évolution des cadres de l’action publique urbaine et aux modalités de mise en œuvre du projet urbain en tant que “nouvel instrument de politique urbaine” (p. 35). Dans le premier chapitre intitulé “Différenciation”, l’auteur examine les facteurs ayant incité à la refonte de l’action publique urbaine et conduit à la mise en œuvre de projets urbains par les villes à partir des années 1980. Deux principaux ordres de transformation sont identifiés : “la globalisation et les mutations des systèmes productifs” et “la recomposition des États, la construction européenne et la montée en puissance des échelles politiques locale et régionale” (p. 61). L’auteur démontre que la mise en œuvre de projets urbains par les villes est une réponse de ces dernières aux chocs externes représentés par les bouleversements de l’environnement économique (transformation des systèmes productifs), politique (notamment la fin du keynésianisme spatial) et social (augmentation de la population dont la structure socio-économique a été modifiée) dans lequel elles s’inscrivent. Cette modification des “agendas urbains” (p. 146) commune à l’ensemble des villes incite les acteurs urbains à différencier leur ville des autres afin qu’elle soit parmi les plus compétitives. Ayant exposé le processus dont la dynamique de projet est issue, l’auteur poursuit en analysant les modalités de mise en œuvre de ces derniers à travers le deuxième chapitre intitulé “Anticipation”. Il y met en exergue le renouvellement des pratiques induites par la mise en œuvre de la dynamique de projet en les opposant à celles de la planification telle qu’elle était conçue avant les années 1980. A travers cette critique des instruments de “l’urbanisme de plan” (p. 156), Pinson insiste sur le bouleversement des temporalités, l’importance accordée au processus de prise de décision pour la validité et l’efficacité de l’action, ainsi que sur la place accordée à la connaissance du contexte urbain dans le cadre de la dynamique de projet. La première partie s’achève avec le chapitre “Mobilisation” consacré à un aspect particulièrement important du projet urbain, la structuration des réseaux d’acteurs locaux autour d’enjeux communs définis collectivement.

5La seconde partie de l’ouvrage intitulée “Le projet et la politique en ville”, aborde le projet sous l’angle des nouveaux mécanismes à l’œuvre dans les jeux d’acteurs. Pinson concentre son propos sur le renouvellement de la structure du pouvoir urbain qu’ils ont engendré. Trois principaux mécanismes sont identifiés qui le conduisent à soulever un paradoxe fondamental, à notre sens, de la notion de projet. En effet, Pinson observe en premier lieu un phénomène de multiplication des acteurs impliqués au sein de la dynamique de projet dans le premier chapitre de cette partie intitulé “Pluralisation”. Parce que la mise en œuvre des projets fixe de nouveaux objectifs d’attractivité, de nouveaux acteurs interviennent aux côtés des acteurs traditionnels. Il s’agit notamment des “acteurs et intérêts économiques” (p. 304), des “agences” (p. 299) et des “forums des sociétés civiles urbaines” (p. 301). Aussi, certains perdent de leur poids au sein de la ville tandis que d’autres en gagnent. A cette recomposition des rapports hiérarchiques au sein de la ville s’ajoute une transformation du rôle des acteurs politiques dont Pinson propose une analyse fine dans le chapitre “Direction”. Cela se traduit notamment par l’élaboration d’une typologie des stades d’évolution de l’élu urbain (successivement notable, professionnel politique et leader) dont l’auteur expose les caractéristiques dans un tableau synthétique (p. 366) et qui lui permet de “typifier le style de leadership exercé par chacun [des élus des cinq villes étudiées]” (p. 371) en mobilisant la typologie proposée par Peter John. A titre d’exemples, on peut citer le cas de Jean-Marc Ayrault, maire de Nantes et celui de Valentino Castellani, maire de Turin. Considérant qu’Ayrault a su “activer des processus de coalitions et de construction d’un projet”, Pinson le rapproche de la “catégorie du visionnaire” tandis que Castellani se rapprocherait plus de la figure du “facilitateur” qui se serait “surtout illustré par sa capacité à renouveler l’agenda urbain, à imposer de nouveaux thèmes, parfois de nouveaux acteurs, sans toutefois réussir à s’imposer dans la classe politique locale faute d’un discours de mobilisation et d’un leadership institutionnel suffisant” (p. 372). Le paradoxe évoqué précédemment intervient avec le dernier mécanisme identifié par l’auteur dans le chapitre “Démobilisation”. Il s’agit de la mise à l’écart de certains acteurs, principalement les catégories populaires. Alors même que les types d’acteurs se multiplient et que les relations entre eux se renforcent, les “masses” (p. 381) semblent exclues du débat sur les projets urbains. Cela aboutit, selon Pinson, à une perte de degré de “démocratisation de la vie politique urbaine” (p. 405) dans le cadre de la mise en œuvre des projets urbains. Si la mise en valeur du paradoxe de ce “pluralisme limité” (p. 405) est justifiée dans ce développement, on peut toutefois regretter que l’auteur n’aborde les formes d’association de la population à la prise de décision qu’à travers les “forums des sociétés civiles”, sans insister sur les autres exercices de concertation et d’information qui accompagnent de plus en plus les grands projets urbains dans les villes européennes. Ceci aurait sans doute permis de nuancer le propos et de ne pas conclure à l’avènement d’une éventuelle “dérive oligarchique des systèmes de gouvernance urbaine” (p. 406).

6Néanmoins, cet ouvrage d’une grande richesse et particulièrement dense constitue bel et bien un ouvrage de référence. Il revêt un intérêt certain pour les chercheurs, bien au-delà du champ de la science politique, tant sur le plan conceptuel que méthodologique. Non seulement les nombreux encadrés proposés constituent autant d’éclairages sur chacune des villes étudiées, mais la grille de lecture que Pinson applique aux cinq cas apparaît largement opératoire et semble pouvoir être réutilisée dans le cadre de nouveaux travaux de recherche. Pour les géographes et les urbanistes, Gouverner la ville par projet constitue un apport d’autant plus précieux qu’il leur offre la possibilité de mettre en perspective le concept de projet urbain à travers une approche pluridisciplinaire. En effet, l’ancrage de l’auteur lui permet d’explorer le concept d’acteur et d’élaborer un cadre théorique robuste dont ceux qui s’interrogent sur la structuration des jeux d’acteurs dans d’autres disciplines pourront avantageusement tirer parti pour bâtir leur propre cadre de réflexion.

Haut de page

Notes

1  Selon la définition de P. Le Galès. Cf. LE GALES P. (dir.), 2006, Gouvernement et gouvernance des territoires, Paris, La Documentation française, Collection Problèmes politiques et sociaux, 120 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maïté Verdol, « Pinson G., 2009, Gouverner la ville par projet, urbanisme et gouvernance des villes européennes, Presses de Science Po, Paris, 418 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 04 mai 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/23633

Haut de page

Auteur

Maïté Verdol

Doctorante en géographie, Université Paris-Sorbonne, UMR 8185 ENeC, maite.verdol@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page