Navigation – Plan du site
Mondialisation et pays du sud

Marrakech, un mois plus tard, 10 ans après

Bernard Debarbieux

Texte intégral

1Il y a bientôt un mois, la place Jemma el Fna, dans la médina de Marrakech, et tout Marrakech avec elle, étaient secouées par un attentat terroriste. La ville en parle intensément, dans les rues, dans les cafés, dans les journaux. Il y a 10 ans, cette même place entrait dans le cercle des sites du patrimoine Mondial de l'Humanité. Jemma el Fna retentit cette semaine des festivités organisées pour célébrer cet anniversaire. La fête après le drame ? Comme pour oublier ? Certainement pas. Toujours avides d'événements, touristes et Marrakchis accourent encore et toujours; mais le son de l'explosion résonne encore à leurs oreilles. D'ailleurs la façade éventrée de l'Argana, tout récemment maquillée d'un échafaudage couleur blanc cassé, est bel et bien là, en fond de scène, comme un fantôme que l'on aurait convié aux festivités. Les organisateurs de cette célébration ne veulent pas l'occulter. Mais ils ont manqué de temps pour adapter leur programme. Alors les discours le rappellent, tout comme les manifestations qui défilent jour après jour pour dénoncer le terrorisme et ce qui, pour la grande majorité des Marocains, est perçu comme une offense.

2Ainsi, les deux événements, aussi différents soient-ils, se répondent mutuellement. Sans doute parce qu'au-delà de la place qu'ils ont comme scène partagée, ils ont plus en commun que ce que l'on imagine au premier coup d'œil. Ils sont tous deux, avec le concours du tourisme contemporain, des signes de cette stupéfiante capacité de notre monde globalisé à refonder des lieux dont la signification change du tout au tout, à une vitesse qui nous dépasse.

3La place Jemma el Fna a été pendant des siècles un de ces lieux étranges où la ville - et quelle ville! - s'est faite avec la circulation des hommes, des marchandises et des histoires. Prodigieux interface entre désert, mer et océan, entre civilisations subsahariennes et civilisations méditerranéennes, elle est devenue le théâtre dans lequel se sont échangés et mélangés à la fois des cultures populaires, des rites magico-religieux et des savoir-faire économiques. Pour cela, les voyageurs européens d'abord, du monde entier ensuite, l'ont adoré et l'adorent encore. Dans ce fantasme d'Orient, il est facile au touriste d'imaginer qu'il plonge dans un monde à la fois exotique et saisissant. Mais il ne peut vraiment en faire partie. Beaucoup des scènes, à commencer par celles que configurent les conteurs et les diseurs d'avenir, leur sont fermées. L'arabe dialectal est de mise et ces histoires se traduisent mal. Le touriste occidental passe, jette rapidement un œil et repart, incapable d'entrer dans le jeu, avec le sentiment de ne pas être tout à fait bienvenu. Alors il se refugie dans les souks ou dans les hauteurs. Depuis quelques décennies, les terrasses situées au sommet d'immeubles qui cernent la place, rehaussés pour la circonstance, se sont multipliées. La clientèle est occidentale ou japonaise, chinoise depuis peu. Les touristes peuvent alors porter ce regard plongeant que tous les guides recommandent, dans la contemplation de la nature comme dans l'observation des hommes et des paysages. La clientèle marocaine, les Marrakchis d'abord et les nouveaux riches de Rabat et de Casablanca ensuite, reste souvent au rez de chaussée, à hauteur de rue, là aussi où les prix sont restés décents. C'est une de ces terrasses, celle de l'Argana, qu'a visée le poseur de bombe en avril dernier. Une des plus en vue, en ruines désormais. En contrebas, la place continue de déployer ses activités diurnes et nocturnes avec ce semblant d'insouciance qui ne trompe personne.

4C'est ce forum d'une densité exceptionnelle auquel, il y a dix ans, l'UNESCO a voulu donner une reconnaissance planétaire. En inventant la liste des sites du Patrimoine Mondial, l'organisation a d'abord cherché pendant des décennies à garantir la pérennité d'un patrimoine naturel et d'un patrimoine culturel à travers des lieux et des objets hérités du passé, figés dans un état que l'on dit remarquable. Elle a ensuite élargi le champ de ses préoccupations en intégrant des paysages culturels que l'activité des hommes pouvait et devait maintenir vivants. En 2001, avec Marrakech, elle donne naissance à une catégorie nouvelle, celle du patrimoine oral et immatériel. La place Jemma el Fna, avec ses conteurs, ses charmeurs de serpents, ses acrobates, ses virtuoses de la musique gnaoua a été la première inscrite sur la liste. C'est ici que le paradoxe du patrimoine, bien compris de ses promoteurs, a éclaté, dans toute sa nudité: comment des savoir-faire pouvaient-ils être protégés sans être figés, accompagnés mais contenus dans leur évolution nécessaire?

5Et évolution il y eut. Le succès aidant, et les touristes accourant, un peu plus encore, sont venus s'ajouter les montreurs de singes et les femmes peignant les mains des autres femmes aux couleurs du henné. De cette évolution, la célébration des 10 ans atteste comme une révélation. Une exposition de photographies du siècle écoulé, installée dans les locaux de la Banque centrale du Maroc, juxtapose des images de l'entre-deux-guerres et d'autres plus récentes. Les premières montrent une place incroyablement animée, les passants s'agglutinant autour des conteurs et des charmeurs de serpents. Les photographies d'aujourd'hui montrent des milliers de passants et des centaines d'échoppes. Il suffit de sortir de la Banque pour voir que les charmeurs de serpents ne font plus recette. Les conteurs résistent tant bien que mal avec leur public d'initiés. Mais le métier ne paye plus et les conteurs se font vieux. Un peu plus loin, une scène en tous points comparable à ces plateaux techniques sur lesquels se produisent nos chanteurs et musiciens rock, accueille pendant une semaine les représentants actuels de ces traditions artistiques. Un public poli accueille les conteurs, les acrobates et les musiciens, et les récompense de ses rires et de ses applaudissements. Mais le dispositif a changé de nature; le public n'est plus là à entourer les artistes au plus près. Il se tient, par la force des choses, à la distance que requiert un spectacle bien ordonné. L'anniversaire du classement de la place est l'occasion d'une mise à distance, d'une professionnalisation qui rappelle que la place a changé quand on voulait la conserver. Evidemment.

6En s'en prenant aux touristes et aux Marocains qui travaillent pour eux, le poseur de bombes visait-il aussi un lieu consacré par une institution mondiale du patrimoine et la signification nouvelle qu'elle donne à la place? On ne le sait pas encore. Mais ce ne serait pas la première fois qu'un site du Patrimoine Mondial est visé pour ce qu'il représente: une autre forme de la mondialisation présente. On a oublié un peu vite que la destruction des bouddhas de Bamiyan, l'année même du classement de Jemma el Fna, avait été justifiée par le gouvernement afghan, aux mains des Talibans, par l'intérêt que les experts avaient manifesté peu avant pour l'inscription des statues gigantesques sur les listes de l'UNESCO. Au titre des sites en péril. Car ce label appelle au respect des œuvres culturelles où qu'elles se trouvent. Il participe d'une apologie de la diversité, sinon de la tolérance, la même qui alimente le tourisme dit culturel. Le monde est un, non pas parce qu'il est uniforme, mais parce que sa diversité est reconnue, pratiquée, célébrée conformément à des codes qui fixent les différences et les équivalences. Tout comme les bouddhas de Bamiyan, la place Jemma el Fna est désormais reconnue comme un de ces hauts lieux de la culture humaine. Elle n'est plus, du moins plus seulement, le creuset singulier d'hommes et de femmes d'un quart de continent et d'une mer intérieure qui le borde vers le nord. Cette idée aussi insupporte l'Islam radical et toute autre forme de fanatisme culturel.

7Certes, la place Jemma el Fna a peu changé d'apparence. Les bâtiments qui la bordent ont gagné quelques étages et quelques terrasses durant les dernières décennies; mais sa configuration d'ensemble reste la même. La terre battue a laissé la place au bitume; mais qui s'en soucie vraiment? Par contre, tout le reste a changé. Des acteurs et des spectateurs sont toujours en place, mais le spectacle a évolué et le public avec lui. Par-dessus tout, deux symboles la surplombent désormais. Celui du touriste attablé, sur le rebord d'une terrasse, armé d'une caméra et des codes culturels qu'il diffuse autour de lui. Celui des experts cosmopolites du patrimoine, indicateurs en bandoulière, apôtres d'une humanité solidaire. L'un et l'autre ont le monde pour jardin. Le poseur de bombe a miné ce jardin, envoyant à la face du monde entier, à la une de nos quotidiens, des images d'horreur qui ne parviennent jamais qu'à conforter la place Jemma el Fna dans le statut qui est désormais le sien. Un des nombrils d'un monde globalisé où les identités collectives se recomposent et s'affichent, animées tantôt par un souci de syncrétisme, tantôt par une curiosité mutuelle et polie, tantôt par le culte de la haine et de la destruction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Debarbieux, « Marrakech, un mois plus tard, 10 ans après », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Mondialisation et pays du sud, mis en ligne le 23 juin 2011, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/23817

Haut de page

Auteur

Bernard Debarbieux

Université de GenèveProfesseur invité à l'Université de MarrakechBernard.Debarbieux@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page