Navigation – Plan du site
2012

Reclus E., 2011, Projet de globe au 100.000e, Paris, Éditions B2, 96 p. (Première édition : 1895). Introduction de Nikola Jankovic

Federico Ferretti

Texte intégral

1Cet élégant livre de petit format est la réédition critique de l’un des écrits les plus originaux d’Élisée Reclus (1830-1905)1 : le projet pour le Grand Globe proposé pour l’Exposition universelle de Paris de 1900. Cette réédition nous semble d’autant plus importante qu’elle arrive d’un éditeur spécialisé dans le domaine de l’architecture, confirmant l’intérêt que suscitent encore aujourd’hui les pères de la géographie, dont Reclus, même en dehors de la discipline.

2Ce livre est enrichi par la reproduction de 20 dessins originaux, provenant de plusieurs archives, du Grand Globe et de projets corrélés, qui donnent au lecteur l’idée des dimensions gigantesques de cet objet, par rapport aux autres projets présentés pour la même Exposition. Le texte original est précédé par une introduction substantielle, écrite par l’éditeur de l’ouvrage, Nikola Jankovic. Cet essai, intitulé « Le Vieil Homme et la Terre » (pp. 7-45r.)puis dans ledanaste littérature existante sur Reclus, et en particulier dans les meilleures études déjà parues au sujet du Grand Globe (Alavoine-Muller, 2003 ; Dunbar, 1996). Jankovic esquisse d’abord la biographie du géographe, en soulignant l’intérêt spécial de certains passages de son parcours, notamment le tournant de sa participation à la Commune de Paris et le rôle qu’il a joué, dans les années suivantes, dans l’élaboration de la théorie politique du communisme anarchiste (voir Pelletier, 2009). L’essai aborde ensuite l’analyse reclusienne du phénomène qu’on appelle aujourd’hui la mondialisation, qui commence à intéresser les géographes à la charnière entre le 19e et le 20e siècle. Cette analyse, chez Reclus, s’enrichit d’une démarche politique internationaliste, à propos de laquelle Jankovic cite un morceau de l’Homme et la Terre : « Le théâtre s’élargit.)puisqu’il embrasse maintenant l’ensemble des terres et des mers, mais les forces qui étaient en lutte dans chaque État particulier sont également celles qui se combattent par toute la Terre. En chaque pays, le capital cherche à maîtriser les travailleurs ; de même sur le plus grand marché du monde, le capital, accru démesurément, insoucieux de toutes les anciennes frontières, tente de faire œuvrer à son profit la masse des producteurs et à s’assurer tous les consommateurs du globe » (p. 18).

3Jankovic souligne le rôle joué, dans le projet du Grand Globe, par l’ancien cartographe de Reclus pour la Nouvelle Géographie Universelle, Charles Perron (voir Ferretti, 2010), qui se charge de construire le premier morceau de l’œuvre, notamment un relief tridimensionnel de la Suisse au 100.000e, qui participera enfin à l’Exposition universelle en gagnant une médaille d’or. Le Globe entier n’aura pas la même fortune, mais son projet suscite un débat international dont il est intéressant de remarquer le double caractère, scientifique et politique : d’un côté, le projet qu’on vient de réimprimer (pp. 63-91) est présenté par Reclus au 6e Congrès International de Géographie à Londres ; de l’autre côté, c’est une revue socialiste, La Société Nouvelle de Bruxelles, qui l’imprime sous forme de brochure.

4L’essai de l’éditeur aborde ensuite le texte original réédité. D’après Reclus, « le globe l’emporte sur la carte par le caractère de vérité : il représente la planète dans sa véritable structure, se module exactement sur les vrais contours, tandis que les cartes, d’autant plus fausses qu’elles s’appliquent à une partie plus considérable de la surface planétaire, ne peuvent que tromper le lecteur sur les dimensions relatives des régions différentes ; les distorsions du tracéanarient suivant les divers modes de construction, telle méthode exagérant les dimensions de la partie centrale, telle autre celles des parties extérieures » (pp. 63-64). Et le géographe d’ajouter : « Un deuxième avantage que présente le globe comme représentation de la forme planétaire est son caractère d’unité » (p. 64). Du point de vue technique, l’un des points les plus importants est de garder « une échelle commune aux trois dimensions, longueur, largeur et hauteur » (pp. 64-65r.)ce que Reclus et Perron considèrent comme la seule façon de ne pas tromper l’œil du spectateur, au contraire de la plupart des reliefs de l’époque qui, pour des raisons de visualisation, exagèrent les proportions des hauteurs. Un globe au 100.000e permet d’apprécier, sur sa surface, une saillie d’un centimètre pour 1 000 mètres de hauteur d’une montagne : le prix de cette réalisation serait la construction d’un objet énorme, de 127,5 mètres de diamètre, que les visiteurs pourraient parcourir grâce à un système d’échelles hélicoïdales. La valeur non seulement scientifique, mais aussi éthique, de cette entreprise, est clairement soulignée par Reclus au moment où il affirme, dans les dernières lignes, son idée du lien entre savoir et morale : « Cette somme n’est pas pour nous effrayer, car elle représente un travail utile, dont l’humanité ne peut se dispenser pour arriver à la connaissance parfaite de son domaine, et nous savons, hélas ! à combien de futilités et de crimes parfois, se gaspille notre savoir humain » (p. 73).

5Comme plusieurs auteurs l’ont remarqué, le principe de l’unité planétaire se traduit chez Reclus dans le principe de l’unité humaine, qui est en même temps une valeur stratégique de sa démarche sociale. Le Globe, comme l’observe Jankovic, devient « un symbole émancipateur de fraternité » (p. 24). L’essai aborde par ailleurs la question des références de cette idée reclusienne dans l’histoire culturelle de son siècle, du célèbre globe construit en 1851 à Londres par James Wyld à toute la tradition contemporaine du jardin géographique et du géorama (Besse, 2003). Cependant.)ce n’est pas un objet d’art que le géographe anarchiste veut bâtir, mais un instrument scientifiquement précis qui corrige « les distorsions géométriques des différentes types de rabattement sur un plan » (p. 29).

6Le globe est conçu pour être permanent, et pour pouvoir permettre des mises à jour au fur et à mesure que les découvertes progressent ; il doit être équipé avec tous les documents, didascalies, dessins, gravures utiles à l’étude de chaque pays : il doit être une sorte de monument vivant à la tradition géographique du 19e siècle, notamment celle de Ritter et Humboldt, dont Reclus est issu. Jankovic démontre l’avoir bien compris quand il souligne la continuité entre le précédent ouvrage de Reclus et le Globe : « Le globe est en quelque sorte l’envers de la Nouvelle Géographie Universelle (…). Bref, une utopie planétaire presque complète. Au contraire de la carte qui propose une image statique, la visite au globe constitue déjà une certaine expérience du monde » (p. 35).

7Le texte de Reclus est suivi par une annexe technique, rédigée par son neveu Paul Reclus (qui, à l’époque, adopte le pseudonyme de Georges Guyou), ingénieur de formation, qui démontre la relative facilité de réalisation du projet, au moins du point de vue technique. En effet, les difficultés arrivent du point de vue économique, car dans le débat des années 1895-1898, reconstruit par Jankovic, les principales divergences entre le géographe et les possibles financiers concernent la nature même du travail : ces derniers prônent, à travers l’architecte Albert Galeron, la construction d’un objet très spectaculaire, dont la fonction principale serait d’amuser le public, alors que, selon Jankovic, Reclus envisage son Globe comme « un instrument d’émerveillement, pas de divertissement » (p. 38).

8Une première tentative d’intégration des différentes propositions échoue en 1896, car le projet « fait cohabiter tout)ce que le géographe abhorre : le Cosmorama de Galeron, un diorama de Mme Bressac, et le Cinéorama, un dispositif panoramique sur le thème de l’ascension en ballon (…). La signature de l’éminent savant cautionne donc un profitable globe-spectacle où les prouesses techniques se mêleraient à des attractions géographiques ou cosmographiques » (p. 42). En définitive, après des années de négociations, et malgré le soutien d’institutions comme la Royal Geographical Society, le savant « annonce au Conseil municipal de Paris son désistement en avril 1898 » (p. 44).

9Néanmoins.)ce projet continue à intéresser les géographes et les férus de géographie, comme cette réédition le démontre. L’essai de Jankovic se termine sur une citation de l’article “L’Enseignement de la Géographie” où Reclus, après l’échec du projet, revendique encore sa signification profonde : « Une légende (…) nous dit que les hommes, jadis unis en un seul peuple et travaillant à l’érection d’un de ces édifices du savoir, la tour de Babel, se trouvèrent soudain frappés d’ignorance mutuelle les uns pour les autres, et cessant de se comprendre, partirent chacun de son côté, devenus étrangers et ennemis. Mais actuellement, nous parlons à nouveau une langue commune, celle de l’étude scientifique ; rien ne nous empêche de nous unir encore plus étroitement que jamais ; le jour est venu où nous pouvons sans crainte reprendre la construction commencée. Espérons que dans un avenir prochain chaque ville bâtira sa nouvelle Tour des étoiles, où tous les citoyens viendront à leur ais dobserver les phénomènes de Ciel et s’instruire sur les merveilles de la Terre » (p. 45).

Haut de page

Bibliographie

Alavoine-Muller S., 2003, « Un globe terrestre pour l’Exposition universelle de 1900. L’utopie géographique d’Élisée Reclus », L’Espace géographique, Vol. 31, No. 2, 156-170.

Besse J.-M., 2003, Face au monde : atlas, jardins, géoramas, Paris, Desclée de Brower.

Dunbar G. S., 1996, « Élisée Reclus and the Great Globe », in Dunbar G. S. (ed.), The History of Geography, New York, Dodge-Graphic Press Inc., 12-22.

Ferretti F., 2010, « Charles Perron, le cartographe de la juste représentation du monde », Visions Cartographiques – Le Monde Diplomatique http://blog.mondediplo.net/2010-02-05-Charles-Perron-cartographe-de-la-juste

Pelletier Ph., 2009, Élisée Reclus, géographie et anarchie, Paris, Éditions du Monde Libertaire.

Reclus É., 1876-1894, Nouvelle Géographie universelle, la terre et les hommes, Paris, Hachette, 19 volumes.

Reclus É., 1895, Projet de construction d’un globe terrestre à l’échelle du cent-millième, Bruxelles, Éditions de la Société Nouvelle.

Reclus É., 1898, « A Great Globe », The Geographical Journal, Vol. 12, No. 4, 401-406.

É. Reclus, 1903, « L’enseignement de la géographie », Bulletin de la Société Belge d’Astronomie, No. 1, 3-9.

É. Reclus, 1905-1908, L’Homme et la Terre, Paris, Librairie universelle, 6 volumes.

Haut de page

Notes

1 Voir sa bibliographie sur le site http://raforum.info/reclus/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Federico Ferretti, « Reclus E., 2011, Projet de globe au 100.000e, Paris, Éditions B2, 96 p. (Première édition : 1895). Introduction de Nikola Jankovic », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 17 janvier 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/24955

Haut de page

Auteur

Federico Ferretti

Docteur en Géographie
Chercheur associé à l’UMR 8504 Géographie-cités, Équipe EHGO
federico.ferretti@rocketmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page