Navigation – Plan du site
2013
652

Infrastructure de données géographiques et gestion intégrée de la zone côtière

Les enseignements de l’expérience MIMEL
Spatial Data Infrastructure and Integrated Coastal Zone Management: lessons from the experience of MIMEL
Iwan Le Berre, Laurence David, Matthieu Le Tixerant, Julien Defenouillère et Loïc Nogues

Résumés

Après une présentation générale des enjeux et du contexte réglementaire liés au partage et à la diffusion de l’information géographique, cet article décrit l’expérimentation menée sur les régions Basse et Haute Normandie dans le cadre de la Mimel (Mission Interservices Mer et Littoral), et s’attache à en tirer quelques enseignements génériques applicables à la mise en place d’infrastructures de données géographiques pour la gestion intégrée de la zone côtière.
Les travaux réalisés ont permis d’analyser les conditions organisationnelles et fonctionnelles de l’utilisation de l’information géographique au sein des services de l’État et de leurs partenaires dans le cadre de leurs missions sur le littoral. Reposant sur l’élaboration de recommandations techniques et méthodologiques, sur la mutualisation de l’information géographique et sur une animation permanente, la méthodologie adoptée a permis de souligner l’importance de l’échange entre partenaires en vue de compléter et d’améliorer leurs compétences en géomatique et par-delà, leur efficacité opérationnelle.
En particulier, l’expérience de la Mimel montre que l’entretien, la pérennisation et le succès de la vocation opérationnelle d’une infrastructure de données spatiales, ne peut s’envisager qu’avec un support politique affiché et suivi. Elle montre également le rôle déterminant joué par l’animation et la gestion du réseau des partenaires, conditions indispensables pour parvenir à adosser les orientations politiques marines et littorales sur des jeux de données publiques cohérents, aussi exhaustifs et actualisés que possible, conformément aux obligations définies par la Directive européenne Inspire.

Haut de page

Texte intégral

Ce travail a été réalisé dans le cadre de la Mission interservices mer et littoral (Mimel), administration expérimentale créée par le Comité interministériel d’aménagement et de développement du territoire du 14 septembre 2004 et animée par le Directeur régional de l’environnement de Basse-Normandie en tant que DIREN de la façade maritime Manche-Mer du Nord. Il a bénéficié d’un cofinancement de la Préfecture de Basse-Normandie (Fond national d’aménagement et de développement du territoire – FNADT) et de la Diren de Basse-Normandie – Mimel. Le détail des travaux réalisés dans ce cadre peut être consulté sur le site d’accompagnement du projet - www.indigeo.fr - ainsi que sur la page de la DREAL de Normandie consacrée aux atlas Polmar : http://www.basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr/la-mimel-r325.html.
Les auteurs souhaitent tout particulièrement remercier les trois relecteurs anonymes ainsi que le comité de rédaction de Cybergéo pour leurs critiques et commentaires qui ont permis d’améliorer très sensiblement la qualité de cet article en vue de sa publication.

Introduction

1Le Comité Interministériel d’Aménagement et de Développement du Territoire (Ciadt) du 14 septembre 2004 a souhaité expérimenter une Mission Inter-services de la Mer et du Littoral (Mimel), en vue de renforcer la coordination et la transversalité des services et établissements publics de l’État, dans leur appréhension des questions littorales et maritimes. En appui de ses missions, la Mimel a souhaité se doter d’une infrastructure de données géographiques (IDG), comme structure d’échange et de mutualisation des compétences et des données géographiques sur la mer et le littoral des deux régions concernées : la Basse et la Haute Normandie.

2Cependant, bien que vertueuse dans son principe, la mutualisation de l’information géographique se heurte dans la pratique à différentes difficultés d’ordre technique, méthodologique, mais aussi organisationnel, voire politique. Elle dépend notamment du niveau de sensibilisation et de compétence des acteurs concernés dans le domaine de l’exploitation et de la diffusion de l’information géographique, qui repose sur les pratiques de travail, ainsi que sur la connaissance et la maîtrise des méthodes et des technologies liées.

3À travers l’exemple de la Mimel, nous nous sommes interrogés sur les modalités de production, d’utilisation et d’échange de l’information géographique dans une optique opérationnelle d’aide à la gestion des espaces littoraux et marins. Après une indispensable étape d’inventaire des missions exercées par les services de l’Etat et leurs partenaires sur la mer et le littoral, des pratiques développées pour la collecte, la production et l’exploitation de l’information géographique utile à ces fins, nous avons cherché à mettre en place et à promouvoir les conditions techniques et organisationnelles nécessaires pour développer une IDG interservices apte à fournir un appui opérationnel pour la gestion intégrée de la zone côtière (GIZC).

4Tirant parti de l’expérience de la Mimel, cet article propose d’analyser les pré-requis nécessaires à la mise en place d’une IDG et à sa pérennisation. Après une description générale des enjeux liés à la mutualisation de l’information géographique et au développement des infrastructures de données géographiques, nous exposerons la méthodologie employée, les principaux éléments découlant de la consultation entreprise au sein de la Mimel et sur lesquels se sont appuyées les réalisations que nous présentons ensuite. Enfin, notre discussion portera sur les questions organisationnelles qui se sont posées durant cette expérience, avec pour objectif de proposer certaines recommandations génériques pour la mise en œuvre d’une IDG sur la mer et le littoral.

Contexte

Mutualiser l’information géographique

  • 1 Convention d’Aarhus 2003/4/CE du Parlement européen concernant l’accès du public à l’information en (...)
  • 2 Cf. Site officiel d’INSPIRE : inspire.jrc.ec.europa.eu/inspire.jrc.ec.europa.eu/ , pour la version (...)

5La diffusion des données publiques liées à l’environnement est désormais considérée comme un enjeu essentiel pour l’information, l’association et l’adhésion des citoyens et des élus aux politiques environnementales. Cet enjeu se matérialise par des textes réglementaires tels que la convention d’Aarhus et la Directive correspondante1, ainsi que par la Directive Inspire2 qui crée un cadre légal pour l’établissement et l’exploitation d’une infrastructure de données géographiques en Europe et qui impose des obligations notamment en termes d’archivage et de catalogage des données afin d’en favoriser la diffusion et l’accès.

  • 3 Voir aussi l’article de F. Salgé sur le site du Séminaire Information géographique et aide au dével (...)

6Selon cette directive, les IDG – également appelées infrastructures de données spatiales, notamment dans la littérature internationale – sont définies « par des métadonnées, des séries de données géographiques et des services de données géographiques ; des services et des technologies en réseau ; des accords sur le partage, l’accès et l’utilisation ; et des mécanismes, des processus et des procédures de coordination et de suivi établis, exploités ou mis à disposition ». Elles reposent donc par nature sur l’utilisation et le développement d’un ensemble de technologies de gestion et de diffusion de l’information géographique, mais constituent surtout la matérialisation de politiques, de dispositifs réglementaires et d’accords institutionnels visant à faciliter le partage de données géographiques d’intérêt général et leur mise à la disposition d’un large panel d’utilisateurs (Longhorn, 2003 ; Esnard, 2007)3.

7Encourager la mutualisation de l’information géographique se justifie à plusieurs titres (Cowen, 2008). Il s’agit en premier lieu d’éviter une inutile et dispendieuse duplication des efforts dans la constitution des bases d’information géographique, tout en réduisant la redondance et la fragmentation des données qui en découlent. Considérant la compartimentation liée à la multiplication de bases de données autonomes et non coordonnées d’aucuns évoquent même une « balkanisation géomatique » (Feyt, 2004) !

  • 4 À ce sujet, on peut par exemple se référer aux résultats de l'enquête sur l’utilisation de l’Orthop (...)

8En second lieu, le partage de données vise à fournir à la communauté d’utilisateurs de l’information géographique des référentiels cohérents, qui leur permettront de remplir au mieux leurs missions et de produire leurs jeux de données selon des standards géographiques communs et définis au préalable. Réciproquement, cette interopérabilité et l’amélioration de la disponibilité des données peuvent contribuer à renforcer les relations entre les organisations productrices et utilisatrices de l’information géographique et par conséquent peut aider à combler certaines lacunes thématiques ou spatiales dans la connaissance de l’environnement (Pornon et al., 2004)4.

9Enfin, la mutualisation des données implique de formaliser les modalités d’encadrement de la production et de la diffusion, selon un mode interopérable, d’une information géographique prête à l’emploi et de qualité vérifiée, dans un souci d’usage commun (Tribbia et Moser, 2008). En renforçant les coopérations entre producteurs et utilisateurs, elle favorise également l’échange d’expériences et de bonnes pratiques par la mise en réseau ou, de manière plus formelle, par l’organisation d’ateliers, de dispositifs de formation continue, etc.

10Au lieu de la logique de projet inhérente à beaucoup de SIG sectoriels, on assiste alors à la conception de systèmes permanents et interinstitutionnels beaucoup plus complexes (Tulloch, 2008). Ils deviennent ainsi capables de répondre plus efficacement aux sollicitations croissantes – et légitimes – des acteurs de la société civile qui, du reste, « sont de plus en plus à même d’accéder aux ressources (matériels, logiciels, données) leur permettant de produire par eux-mêmes des cartes pouvant prétendre à l’expression d’une (contre-)expertise spatiale » (Feyt, 2004). Ils peuvent alors converger vers le concept de Géogouvernance énoncé par Dubus et al. (2010) qui, au-delà de la démocratie participative liée à l’information et à la formation des citoyens pour permettre la compréhension par tous des enjeux d’un problème, vise la « construction d’une démarche s’appuyant sur l’utilisation des méthodes et outils de l’analyse spatiale, destinée à rendre intelligible la complexité du territoire, à faire émerger les enjeux spatiaux et à mettre à portée de tous les acteurs une information territoriale pertinente et nécessaire à la mise en œuvre d’une gouvernance territoriale "éclairée" ».

L’expérience française…

11Mais cette perspective nécessite des données « en circulation », dont on facilite et on affiche les conditions d’accès en tirant notamment avantage des possibilités offertes par Internet (Lubek et al., 2005). Si la valeur des données a pu parfois être fondée sur la rétention, c’est désormais leur accessibilité qui devient de fait le fondement de leur valeur (de même que le savoir-faire pour leur exploitation). « Et le pouvoir afférent revient non pas à ceux qui détiennent certaines données, mais à ceux qui savent accéder au moment opportun à la donnée ad hoc » (Ecobichon, 1994).

12Pourtant, plusieurs observateurs (Lubek et al., 2005 ; Bersani C. et al., 2006) constataient encore récemment, que l’État et certains de ses établissements ne semblaient pas avoir apprécié à leur juste valeur les opportunités réelles offertes par la diffusion et le partage de l’information géographique publique. Les risques liés à la rétention de données de références, institutionnelles et scientifiques de qualité éprouvée, n’ont pas été mieux appréciés alors même qu’Internet offre une très forte accessibilité à des données de qualité incertaine (Tribbia et Moser, 2008). Il est vrai que, au-delà de la seule production des données, leur diffusion nécessite un effort de mise en forme (standardisation) et de description (métadonnées), le développement d’outils spécifiques (catalogues), ainsi qu’une politique clairement définie visant à en garantir la cohérence, la sécurité et la qualité.

13Ainsi, en suivant l’exemple pionnier des infrastructures nord-américaines et australiennes, des IDG répondant à ces objectifs se mettent progressivement en place dès les années 1990 essentiellement à l’échelle nationale (Maguire, 1997 ; Masser, 1999 ; Crompvoets et al., 2004), parfois internationale (Proulx et al., 1997 ; Gourmelon et al., 2009).

14À l’échelle française, les initiatives pionnières sont d’abord régionales à l’exemple du Crige en région Provence-Alpes-Côte d’Azur5 et de l’Observatoire de l’environnement littoral et marin (Oelm) sur le littoral du Nord-Pas-de-Calais qui, dès la fin des années 1990, ont permis de structurer, de rendre accessible et de diffuser dans des réseaux bien établis les données provenant d’organismes différents et de mutualiser des moyens, des compétences et des acquisitions concertées de données. Les partenariats s’établissent sur la base d’un volontariat encadré notamment par des conventions ou des chartes comme dans l’initiative plus récente du GéoBretagne6.

15Dans les faits, la directive Inspire s’est avérée déterminante pour la mise en œuvre d’une initiative nationale en France. Le Géoportail a été construit pour répondre aux obligations de cette directive, et devenir le portail national de référence pour l’accès aux données géographiques publiques (« Portail des territoires et des citoyens »)7. Cette directive a également initié le mouvement de « libéralisation » des données publiques en cours qui se manifeste notamment par la récente mise à disposition du public de certains référentiels (BDCarthage, via le serveur du SANDRE, données environnementales des Dreal via le serveur Carmen, trait de côte Histolitt Shom/Ign, etc.) et plus récemment encore par les nouvelles modalités de diffusion (1er janvier 2011) du Référentiel Grande Échelle (RGE) de l’Ign pour l’exercice des missions de service public ne revêtant pas un caractère industriel ou commercial, ainsi que pour la recherche et l’enseignement.

…sur la mer et le littoral

16Pour les pouvoirs publics le domaine d’action concernant la mer et le littoral est très vaste et pose régulièrement de nouvelles questions. Sur ce territoire spécifique, l’organisation, le partage et l’échange des connaissances, la recherche de méthodes communes d’étude sont particulièrement nécessaires pour améliorer la pertinence des analyses et l’efficience de l’action de l’État, des collectivités et des différents acteurs institutionnels (Vallega, 2005). En effet, plusieurs événements aux conséquences catastrophiques (tempêtes Lothar et Martin en 1999, Xynthia en 2010, pollution de l’Erika en 1999, pollution du Prestige en 2002) ont démontré la coordination imparfaite des actions des services de l’État et des collectivités territoriales (de Cacqueray, 2011), mais aussi la dispersion des données environnementales nécessaires à leur planification et à leur mise en œuvre. Ainsi, bien que l’approche sectorielle soit restée longtemps la règle (Bartlett, 1999 ; Sherin et al., 2000 ; Gourmelon et Le Berre, 2004), la multiplication des usages en mer (développement des énergies marines renouvelables, de l’extraction des granulats marins et des activités de loisir notamment), les crises halieutiques, les effets des activités humaines et ceux des changements climatiques, plaident pour de nouvelles pratiques.

17Elles s’inscrivent dans le cadre général de la Gestion Intégrée des Zones Côtières ou GIZC, qui vise à « permettre tout à la fois une régulation des conflits d’usage, la préservation de l’environnement et l’assurance d’un développement durable de ce territoire généralement très convoité… »8. Par les facilités qu’elles procurent pour la gestion, l’analyse et la diffusion des données géoréférencées, l’utilisation des Technologies de l’Information Géographique est recommandée dans la mise en œuvre des politiques de GIZC (Cicin-Sain et Knecht, 1998 ; Dauvin, 2002). Elles fournissent en effet une aide précieuse aux acteurs du littoral pour améliorer la connaissance et la compréhension des espaces marins et littoraux par nature complexes (Bartlett et Smith, 2004 ; Vallega, 2005). Ainsi, sur le littoral, la collaboration institutionnelle et la mutualisation des données sont particulièrement nécessaires tant les responsabilités et les compétences sont fractionnées, territorialement (notamment par domaine : maritime, intertidal et terrestre), corporativement (par métiers) et administrativement, multipliant ainsi les sources de données (Bartlett, 1999 ; Lockwood et Fowler, 1999 ; Sherin et al., 2000 ; Gourmelon et Le Berre, 2004).

  • 9 La Base d’Observation pour le Suivi des Côtes développée par le Centre d’Etude Technique Maritime e (...)

18On peut citer deux expériences pionnières menées sur le littoral français pour contribuer à rassembler la connaissance afin de mieux gérer cet espace très convoité : le géorépertoire Bosco9 développé par le Cetmef et le Brgm afin « de porter à la connaissance des utilisateurs potentiels les données physiques produites sur le littoral français par différents organismes institutionnels et scientifiques » (Metzler et Oliveros, 1999) ; l’Inventaire des données de référence sur le littoral a quant à lui été établi par un groupe de travail associant le Service Hydrographique et Océanographique de la Marine (Shom) et l’Ifremer (Allain et al., 2000) sur un champ thématique plus large. Cet inventaire se concrétisera par la mise en œuvre du serveur Sextant dont la vocation est de collecter des données géoréférencées sur le domaine marin, et de les mettre à disposition sur un catalogue. Exclusivement réservé à l’Ifremer dans un premier temps, Sextant s’est progressivement ouvert à d’autres organismes, notamment la Mimel.

19Le CNIG10 s’est également intéressé à cette question à travers son Groupe de travail littoral (Robin et al., 2005) qui a proposé de ché à mettre eun férentiel Gra

 et LtGLds ieut êtra diffité>via l> Géolittores vols et spécifiqte du Ge portail nationas –>dont la vocation «  »11D dans ce cad,ui , notammeni éta proposear la rtualisation ds référentiels contiés tee-n merOrthhotéograpent littord,uSe cae littorals référenti tpro-bathyr mériql’ex 3D)es en courou), enoique de productin>.

10Mimel s été mise en pla. A animée par le DirecteuR régional de lEenvironnement de Basse-Normandis – en tant qua Diren da façade maritime Manche-Mer du Nois – ea coordinatio mofait, ave, de DirecteuR régional s Affssairet maritimne (ade Basse-Normandin, eenil assoceconu, ave, let établissements publics et scientifique(cf.ecog. 1)ns, la Mimelmbositintrait deonroduirune démarche prie diltipminair qui dtrair contribuer r améliorer la cohérenre des politiques publiques de l’État en m,e par le développement d’e -)expertisglobaable, d’una méthodologid l’approchs commues et dmmues concececonu, ave, ler différentusaeurs de lt espace mares.

11MimelLa a verauté des partenaires, de leurs missio,dcels, de leurs pratiquesrofpressionnelles ee opérationnelmes ainsi qut de leun «ficuuoire de le information géographiqon » démontrait à l’v"sidcque le caractère indispensable d’une structure d’échange et de mutualisation dex données géographique, mais égalemen, des compétencesion géomatiqDG sur la mer et le littoral.

Méthodologie développée à partir d’une étude de cas : la MIMEL

Le pôle géomatique mer et littoral : une IDG à triple vocation

s étÀensrtppe comme uoutDG à triple vocatial (a)is constitter unn pten formtune structination et da mutualisation de l’information géographiqus pouenil améliorer la circulatins entre ler différenterservic. n l objecti détant notamment deonontribuer , la(standardisati t des p="toables de collecon et dontraalemen, dex donné9) (b) en tant d’outmtune Sui, utmtudtraim>permettrdste vavorisee et de col détde l’information géographiquexia(sttqDG sur la mer et le littor9) (c) utmtudtraim proposeunertimensionroerspectivs pour développen des méthodee de travaildaptliées à ls éollutiotapida s des enjeuxule littoral.

Mimel

  • 12Sexta12Ifremer(...)

CarmenMimel e l’Ifremerpermnt aux services de l’État l’utiliter lu serveun dx données géographiquer Sexta122 qut offre accèelà de l’information géographique de référencs en domaine mar (a le serveur d (Sh>4détans alors en courd le développemers) er unn pten formtune mutualisation dex ressourcee opérationnelmn>.

5La disponibilité à cesoutins, nousnt donc permis d, nous con entrs sur leaerspeons organisationnmes a mise en réseae da producteurs e d’utilisateurs l’information géographique sur la mer et le littoras , ainsi que surd’inventair> e le intégsation des jeux de donnéeexia(sttse au seinuen réseae ses partenairenque la Mimel

tees d’étuon

Mimeldon(BDCae 1)nt. œuament foie dDCaegements Côer9)s e la Manc,à lCalvadohus et lS see-e Maritims – dans deux région différent, utm, nousuranc permis déreo entrune Granda a verauté l’acteurs e desstirationsxtr mêlement-vannées v-à-vices de l’utilisati,ce ue la production et de la diffusià de l’information géographiqa).

BDCae 1al P présealution de site d’étu>.
p/a>As grdi.frOrigiionalpngm>613k)es

U une IDt pour la Mimel

MimelMimel, 20,es et d’autres partenairelaiderifis90, ont dona été coiculté panoique de questinntaires et dn entéticesioiffvri mer ee mui, 29. V volonlairement ouveires eensi-e directiues, leinfourelationst, la(structurn généraleude questinntaimtudtrenaim>permettraceux dtinatenairen dyur répondr> da faocae bad,ue en naction de leurs nogtiativesthabiétudee de travans. Su, le28 e questinntairesnvploysm>,3 , nouomeni étnt foulté(82 %in dre fo05). afin ds présesee et de col détde des respoesnt à cee questinntair, s des entéticen d’uneugrés toyzond ds deue heeouomens ensui s étéeultéau trèd d41alispeoiennes, dan25 s serviceoues organismal.

8ensuins, nous nous sommeattaerchsnt r répondre au différentes questionscouvuyéesorons de cetta consultation m, nousappuyant suune démarchs concertes es participatige. El-ciu> s’ess organrtes auutir d’un groupe techniques constiéet dmmuedouzomaine d-)expecesion géomatiqDdet, plusieurs organismes partenairee (CireIfremer détans chgéet déollabppen des proganisation, méthodologiqres et d’assesur l’encadremene général d (développement de lDG».

U u,acmpaeignement par la recherche e, par l’exempas : lrv"fusià de lAt clsMimal :9et al., 2499) ; l’exploitation de l’information géographiqus pour produirr ee mettre j>Pour leat cls et .,et .,

Mimel

R résultaEL

h3h2 class="texte">Ifremer 3h2 class="texte">

v et lc Conseis aus neffetn e lr planificati),is au ofuen, dexmieuxautrec(matgctors (s missions d’étures et dn)expertiset scientifiqu08l.

a>

Ifremerv eonzqueprlarssent er produi. Uion les résultue esr à cs prce, ave, lemitoyensnde SIojee lels usaes.

3h2 class="texte">e S,e, administratioe et diffation dex donnél <3/p>

er que cfiformeata ciffusion encorers minants entre SIojes caéogrape d danc certainsisn courrecutilliesorons de cetta consultati5). Ee dpoehali,nu en avers seulemen, dee producteurs de uercmes d’information géographiquyel assoeen efcrativement des métadonné8l.

, trait de côtssnoi(re)s produiteenes intenui, t nonant laprogonnaissance des référentielexia(sttsou)lepourmidaptrvation pou, det Échelons ou debesoafles spécifiqu9) d d’autes pat l’échangn «s physiqon » es données notr organismes, notammenn pour des référentie,u> s efcriquscvmment pacopient sul ded risquedteursxintencel.

3h2 class="texte">Exprpressiou debesoafles en données géographiqul <3/p>

8ayenai gusaeux es relsépessancs notrs thématique(cog. 2f). n>Lsrs doerminance des respoesnvas aux donnéet sur l’environnemees physiqe(78 %in des fondn)9):er naturn et éollutioe d, trait de côteent de lrresarin œuasages Côer,es c. A avedmieutiaverdmdes respoes,de Suisons leinformatisnn concernantesraerspeont dbiodoloe-prodoloees (carachrlisation dehabiateleaé debioent, a qualitnt de lrau)nsassoo-progonpeese incisateursedes activitéprogonphiqret terrestser ee maritim/ , purelati,e trimoafq)nsa réglemenmatio(z Zoner natulablesz Zonee deêercmin ccupisation dDPMnon ellait,nsa-, pollutio(r plnee deorise ebaruasagesz Zonee dHisckusageaccès dDPMn5). En tant d’informatisnd de référen,lr lelim siset administration(t terrestser ee maritim)cs er les référentielsIgn

sriomal. Cacchrpar des uercmes d’information géographiqusplnecoaronee ds métadonnéa>D dantent dorta,rs senu en aver, des services de lEÉt d e20 %rdmdeaautres organismsnoinoerchnt lexmieucaoes,deo ent 71 %in det établissements publia).

quess ainsa mise ev"sidcqa). Ellse>, trodute notamment par lfassiblirs albtence ue p="toable, méthodologiqres pour produi,ee mettre j>Pour eal aiden dee donnés), ainsi queaden delacmmunee techniqser ee méthodologiqres poulepouéchange e leur mist à dispositi».

Inventaire des donnél

Mimel qus constitn, le pôle géomatiqun peut êtra vilprenicinqle Grandes thématiqu9):l.

Mimnt

U uexempes dn)exploitatioe opérationnelon de lIDGas : leat cls, trodute danellettrasueadeuni imourtsithi étog génrauté deat cl,aamen, danelurln formhique danelpour cpots. Puutin de epondrn deéeexemprenque la zond de compétence ue la Mimel

5 dans la formermnt avedmdedppotssuestandardnnesc u) quunn peut êtrs coid grnne commanecdotphique dane la asse oùurhahiquat clse nécessrmeata colleuds et l)exploitation de plue d50es jeux de donnée déninast d’un) qnzomaine ds organismer différenal.

Carmen qut>permnt notammenteserrestitrdeata ctinusséet desespacet littora juss qus alort nquimsueadel delim sised dDCaegemeonlont de mise en œuvre c sdat clsecog. 41geOnnn peuciétdt notammentesun espacesimennabl ttieln de s’euntaire ne lS see, juss qus alors dDCutt êtrCalvadohus eS see-e Maritiin e lbaieà leVeyes notra Mancus eCalvadohe.

Figure 4al Capnaturn ls parn, de l’intfaviun ds caéogrape bieeseigiCarmen.
Carmnt p/a>CarmFigure 4: Screimehotoof tochM man nx pollutiewebmapping intfaviun éveledre aidetochFéreh Mdminisyoof Eienvirammen">CarmnWebs servi"br >As grdi.frOrigiionalpngm>685k)es

QuelgiqresConseignemel tirrtlstunt l)eohrtence ue la Mimel

8Mim,elMimnt

qun t dccoua)Au-delàresheleade nécesséetee, nous t teogtrs sur d’iluesance desrinticirenque la mise espréaurd s,ucteu,us ee de le mutualisation de l’information géographiq,u> qureispqsont notamment sul de="pamètoides cappoenemenraess organisationnsou)x pimatiquet pa fostieffiabur m ît trire.

U ue contexte techniqefavorasibl

MimelSextant

P parters dee donnél

20069) Pornti,e> 201al laidericisation det administrcteurs d’informati,eloctualisatioet accèt à certaines donné,thi étog génrauté degonn elauuoisnt utilpreste danellee données eable, mas donné,ta Obtence uaocédure nnforualrtet pour la misn j pouetur lal atration dee donnéal.

peut êtrrsnnnisaenassibll-calssées dnne cadlemenr ec len structnl,e, mais plu obasibremens à ls suffiissance ur lrromosatioloctugon de leurs compétenc, pu risq biaucoup ei r ces partenaireEleorant dcca venret e l ccafation dr cet tra au(rmnt notammensorons sdatatelro).s. gg grnnni, plusieurrep rtiseau n courd deata consultatiin des servic,ns lt dnignltationd’u prifféreee SIhniqufs norualsst,)s à ls Écheleduespréaurdaces partenairen ne lIDG,eables compétenced>Lc Coniles ee dcoordinaucti,egonousnsemblun de pispositiot intéresst)p pous répondr ec lebesoaflal.

savtièesciul duion demoslposrr ler pluunaisstrenque la mutualisati. Onnn peuy vavoir on idurd deata conairenu>ayena toe,, mais ausst l’e> er d’uns cn foitation de le ratim srton den «fheal veeblinason » ee l’information géographiqu(Cnaig,e> 05)n, danelurln naction lt parteir sde données et d améliisation de le a qualitn) qu, leut offre ede plun Grandrelaétuon dsann œuvra au seinquesieuronstisaticel.

Animltatioeant échansux dn)expétencl

Mimel

s’esfoctualéespoue nimltatior>peanrenrassgrés noun différeelus forlal eie sisoeant échansue pluoulmoiyens for s,l prunatis, organisationdatatelrous en dinformatis,l prdaduction ee diffation l’e lrmeress d’informati,es c. l.

U els questis sénetammenn pimatiql

  • 152006)a>

15a>,et lt parteir sde donnéen s’esmascunn «s activitet nofs neon a). Ellrbsou eeioe> et e eu certaihestandardelatio, demodabilitludeee produstioe ed dgquestistunt l’information géographiq,ut dona e eus relatiexpeetr daaagonpeee pluoulmoiyen, bievprcueesvennelsos>pstionens eables serviceeH"peryge eTuleochm>2006)a D , pl,me mêmenns coid grarane l’information géographiqucocomme n, bies publ,us egiqilllhiqusitde le ratim srton deargusementempyltés enaerveun s IDG,eills cviesene unesmasc cculétd, utraiqitn, le parteir de donné nlls constitns qummues pals seunemen, det échansut-vartilexia(sttss notronstisatice n>L pria(stcee ee le mutualisation sde donné nllsaurreant pacondnnqitment êtrs seunemenrsnnne aux enjeue tecodolos qua). Ell hrltretoadtmere toie l, naturnene nsatis,lantusoganismeetec courércnre) qurxia(lsons notra reonstisaticl, ainsi que des relatislhumrtam,usssoalnsur enistr réniqsn) qu, tetopl-épeemeneH"peryge eTuleochm>2006)a L la mise er aence d’unIDGss constitnt à u= titsunsvohranslée pjetnn pimatiqes ,tsqu, tee SI, onstisationnsroSuisont paa vocatiot êtra len structnlor>peanrenceeTuleochm>2008),ur refran structnloe espréaurrertqsont pa, naturnenr ce stctatisrs prenaire) que nécessrtanuneeimriicaustioe ed ses ut bies sur lvengon tere(Pooreus eChtanianm>20069) CchueteWvaliamsti,e> 009) Pornti,e> 201. l.

Mim,nt L pre parsation de leurs missioa L lD directioI int-R ratialnrevrt lM meea rgrée dans le cadrei fsCett pri for vadx vavoie epondreus reires eplripour des missione ue la Mimelpsia(stt o pridque dane lcoordinauctinr ec lennmbreus delfiuctratio. l.

001. C s’esmaparticutiènemencstrionat sur la m,ut domain, triactionnlenemenroeseéetee l’Ét, oùusée pjettmmene j polhuiaamen, de pjetr,eimoucteurs deresirdet ogonphiqr, s ergstphiqteete environnemenraes, mais aussd dcnairenree ratimio. D dsantièet trèaamgisib,d, lettealuveins pou organeois o amnrtercete espaeteeiumblitmes emicuipliemenvis snteanièsrt dcennié,es crodsamenraversaut teierrionalisatio(Trouvalttm>2006)a Mafo, e danellettras,eable, mhidcmes d amnrtepemens clahniqlee ly soranav grnnnreecrgiremenine opérenceedtrCacniqray,e> 201ds et lnde conainen de dee pjetren l’utilisatioou)s l)exploitation dcete espaesorane ue plut er plun dislitlu dppoa(lté pas dee différents usarleeenacrcteur) quutilssevien, onstisationns,)x ofemissionnoinocittcifiqsou)eimripslhab"tquaoa L lsantièedsnoin certainr ec les usarlee)exploerane l’information géographiqus eable, méthprex assonnnlun pourllemeeoulepout di cours t notammens dee ercteurs motrg tiqut lndt éoleet trèsimennabammena veeunn formteen géca vnstcee(Dubplur et al.2020). . ppesst,)n pous quut y reanvohransllemens -r ce stctation dee pjetren l amnrtepeme,mi Iessreuveiqisi que tous leacrcteurssevieni égalemenn csicultaleant c sueeet,s quutilunaiemenb géneffietir d’uninformatios dnatiauri égms sur lex enjeue ee deeynanphiqren de le t teiertoi,l, ainsi qur d’uninformationnqiialbrenu> sur laantièed l’utileSue cettinformation pouermerese ev"sidcqdelposrsttmmenens eabposrbesoafle(a asn-Vinteme,m> 201gel.

Mimel »Hau ee d="geesp>

Bnnaiéograieel

> p>

Allain S., Guillomont B., Le Visage C., Loubersac L. Populus J., 2000, Données géographiques de référence en domaine littoral, Brest (France), IFREMER-SHOM.

Bartlett D., Smith J. (eds.), 2004, GIS for coastal zone management, CRC Press.

Bartlett D.J., 1999, "Working on the frontier of sciences: applying GIS to the coastal zone", in Wright D.J., Bartlett D.J. (eds.), Marine and Coastal Geographical Information Systems, London, Taylor & Francis, 11-24.

Bersani C., Simoni M.-L., Allain Y.-M., Ribière G., Denègre J., Planques P., Tugayé Y., 2006, Schéma d’organisation des dispositifs de recueil de données et d’observation sur le littoral, Ministère de l’intérieur et de L’aménagement du territoire, Ministère des transports, de l’équipement, du tourisme et de la mer, Ministère de l’écologie et du développement durable, http://www.ifen.fr/littoral/telecharger/004488-01.pdf.

Caron C., 2004, "Le rôle et la valeur des SIG dans les organisations", in Roche S., Caron C. (dir.), Aspects organisationnels des SIG, Paris, Hermès, Lavoisier, 95-119.

Chan T.O., Williamson I.P., 2000, "Long term management of a corporate GIS", International Journal of Geographical Information Science, vol. 14, No. 3, 283-303.

Cedre, 2003, Guide de révision des plans Polmar-Terre. Brest, CEDRE, 164 p http://www.cedre.fr/fr/rejet/obligation/guide_revision.pdf.

Cicin-Sain B., Knecht R.W., 1998, Integrated coastal and ocean management, concepts and practices, Washington D.C., Covels, Ca, Island Press.

Cowen D., 2008, "The availability of Geographic data: the current technical and institutionnal environment", in Wilson J.P., Fotheringham A.S., The handbook of Geographic Information Science, Oxford, Blackwell Publishing, 11-34.

Craig W.J., 2005, "White Knights of Spatial Data Infrastructure: The Role and Motivation of Key Individuals", URISA Journal, vol. 16, No. 2, 107-118.

Crompvoets J., Bregt A., Rajabifard A., Williamson I., 2004, "Assessing the worldwide developments of national spatial data clearinghouses", International Journal of Geographical Information Science, vol. 18, No. 7, 665-689.

Dauvin J.-C. (dir.), 2002, Gestion intégrée des zones côtières : outils et perspectives pour la préservation du patrimoine naturel, Paris, Muséum national d’histoire naturelle.

de Cacqueray M., 2011, La planification des espaces maritimes : analyse des stratégies, des acteurs et des outils au service de la Gestion Intégrée de la Mer et du Littoral.EDSM-IUEM, Brest, Université de Bretagne Occidentale, http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00656090

Dubus N., Helle C., Masson-Vincent M., 2010, "De la gouvernance à la géogouvernance : de nouveaux outils pour une démocratie locale renouvelée", L’espace Politique, http://espacepolitique.revues.org/index1574.html, vol. 10, No. 1.

Ecobichon C., 1994, L’information géographique, nouvelles techniques, nouvelles pratiques, Paris, Hermès, Lavoisier.

Esnard A.M., 2007, "Institutional and organizational barriers to effective use of GIS by community-based organizations", Journal of the Urban Regional Information Systems Association (URISA), vol. 19, No. 2, 13-19.

Feyt G., 2004, "Les métiers du territoire face aux technologies de l’information géographique : Babel et esperanto", in Roche S., Carron C. (dir.), Aspects organisationnel des SIG, Paris, Hermès Lavoisier, Traité IGAT. Information Géographique et Aménagement du Territoire, 55-70.

Goodchild M.F., Fu P., Rich P., 2008, "Sharing Geographic Information: An Assessment of the Geospatial One-Stop", Annals of the Association of American Geographers, vol. 97, No. 2, 250-266.

Gourmelon F., Georis-Creuseveau J., Rouan M., N’Diaye S., 2009, "Le CIAO, première étape vers une infrastructure de données spatiales en Afrique de l’Ouest", Revue internationale de Géomatique vol. 19, No. 3, 351-372.

Gourmelon F., Le Berre I., 2004, "Towards an institutional GIS for the Iroise Sea (France)", in Bartlett D. (ed.), GIS for Coastal Zone Management, CRC Press, 141-152.

Haque A., 2001, "GIS, public service, and the issue of democratic governance", Public Administration Review, vol. 61, No. 3, 259-265.

Harvey F., Tulloch D., 2006, "Local-government data sharing: Evaluating the foundations of spatial data infrastructures", International Journal of Geographical Information Science, vol. 20, No. 7, 743-768.

Higgs G., 2004, "We haven’t got a GIS. It isn’t a problem for us; why is it a problem for you?", Computers, Environment and Urban Systems, No. 28, 285-288.

Le Berre I., Hariz M.R., Nogues L., David L., 2011, "Des indices pour hiérarchiser la sensibilité du littoral aux pollutions marines par les hydrocarbures : l’exemple normand", Norois, vol. 219, No 2. 109-129.

Le Berre I., Quemmerais F., Fichaut B., 2008, "Révision de l’atlas Polmar-Terre du Département de la Manche : vers un SIG opérationnel interservices", Cybergeo, http://www.cybergeo.eu/index18082.html, No. 422.

Le Tixerant M., 2002, "Représentation logique et spatiale de la réglementation des activités humaines en mer côtière", Revue Internationale de Géomatique, volume 12, No 3, 325-335.

Le Tixerant M., Pennanguer S., Boncoeur J., Curtil O., 2004, "Approche spatiale de la réglementation des pêches professionnelles dans la bande côtière". in Gourmelon F., Robin M. (dir.) SIG littoral, Paris, Hermès Lavoisier, Traité IGAT. Information Géographique et Aménagement du Territoire, 123-147.

Lockwood M., Fowler C., 1999, "Significance of coastal and marine data within the context of the US National Spatial Data Infrastructure", in Wright D.J., Bartlett D.J. (eds.), Marine and Coastal Geographical Information Systems, London, Taylor & Francis, 261-278.

Longhorn R., 2003, "Coastal Spatial Data Infrastructure", in Bartlett D., Smith J. (eds.), GIS for coastal zone management, CRC Press, 1-15.

Lubek P., Champagne V., Cannard P., Cousquer Y., 2005, Rapport d’enquête sur le Référentiel à grande échelle de L’institut géographique national. Paris, Inspection générale des finances, Inspection générale de l’administration, Conseil général des Ponts et chaussées, http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/064000418/index.shtml,décembre 2005, 48 p.

Maguire C., 1997, "Metadata in Australia", Bulletin of the American Society for Information Science, vol. 24, No. 1, 18-20.

Masser I., 1999, "All shapes and sizes: the first generation of national spatial data infrastructures", International Journal of Geographical Information Science, vol. 13, No. 1, 67-84.

Masson-Vincent M., 2011, "« Information géographique, analyse spatiale et géogouvernance » ", L’Espace géographique, vol. 40, No. 2, 127-132.

Metzler N., Oliveros C., 1999, "BOSCO, Base d’Observation du Suivi des Côtes", CoastGIS’99, Brest, France, IUEM-UBO, IFREMER, SHOM.

Poore B.S., Chrisman N.R., 2006, "Order from Noise: Toward a Social Theory of Geographic Information", Annals of the Association of American Geographers, vol. 96, No. 3, 508-523.

Pornon H., 2004, "Ingéniérie dans les SIG : comment les SIG entrent dans les organisations", in Roche S., Caron C. (dir.), Aspects organisationnels des SIG, Paris, Hermès, Lavoisier, 147-168.

Pornon H., 2011, SIG, la dimension géographique du système d’information, Paris, Dunod.

Pornon H., Nedovic-Budic Z., Pinto J., 2004, "Information géographique et partenariats interorganisationnels", in Roche S., Caron C. (dir.), Aspects organisationnels des SIG, Paris, Hermès, Lavoisier, 267-298.

Proulx M.J., Bédard Y., Létourneau F., Martel C., 1997, "Catalogage des données spatiales sur le World Wide Web : concepts, analyse des sites et présentation du géorépertoire personnalisable GEOREP", Revue Internationale de Géomatique, vol. 7, No. 1, 7-32.

Robin M., Morsetti V., Pichereau D., Babillot P., 2005, "L’information géographique de référence en zone côtière : le cas français", in Gourmelon F., Robin M. (dir.), SIG et environnement côtier, Editions Hermès.

Sherin A.G., Cody D.W., Theriault E.L., 2000, "Putting the coastal zone information puzzle together", Coastgis’99: Geomatics and coastal environment, IUEM-UBO, Brest, France, IFREMER, SHOM.

Tribbia J., Moser S.C., 2008, "More than information: what coastal managers need to plan for climate change", Environmental Science and Policy, vol. 11, 315-328.

Trouillet B., 2006, "La mer-territoire ou la banalisation de l’espace marin (golfe de Gascogne)", Mappemonde, http://mappemonde.mgm.fr/num12/articles/art06405.html,vol. 84, No. 4.

Tulloch D.L., 2008, "Institutional Geographic Information Systems and Geographic information partnering", in Wilson J.P., Fotheringham S. (eds.), The Handbook of Geographic Information Science, Blackwell Publishing, 449-465.

Vallega A., 2005, "From Rio to Johannesburg: The role of coastal GIS", Ocean and Coastal Management, vol. 48, No. 7-8, 588-618.

Walser O., Thévoz L., Joerin F., Schuler M., Joost S., Debarbieux B., Dao H. (eds.), 2011, Les SIG au service du développement territorial, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Haut de page

Notes

1 Convention d’Aarhus 2003/4/CE du Parlement européen concernant l’accès du public à l’information en matière d’environnement, voir site officiel (en anglais) : www.unece.org/env/pp/welcome.html

2 Cf. Site officiel d’INSPIRE : inspire.jrc.ec.europa.eu/inspire.jrc.ec.europa.eu/ , pour la version française voir eur-lex.europa.eu/LexUriServ/site/fr/oj/2007/l_108/l_10820070425fr00010014.pdf

3 Voir aussi l’article de F. Salgé sur le site du Séminaire Information géographique et aide au développement durable, 4 mai 2006, www.cnig.gouv.fr/Front/docs/cms/introduction_124051879241312600.pdf

4 À ce sujet, on peut par exemple se référer aux résultats de l'enquête sur l’utilisation de l’Orthophotographie littorale menée en juillet 2005 par le CETE Normandie Centre accessible sur http://www.geolittoral.equipement.gouv.fr/article.php3 ?id_article =16

5 Centre régional de l’information géographique - http://www.crige-paca.org/

6 http://www.geobretagne.fr/

7 Le Géoportail national (http://www.geoportail.fr/) est un site de référence pour l’accès aux données géographiques publiques permettant l’accès partagé entre services de l'Etat, le porter à connaissance, la consultation en ligne, le catalogage et la diffusion en ligne.

8 Fiche Gestion intégrée de la zone côtière, Ifremer - http://www.ifremer.fr/com/actualites/dev-durable-gestion-cote.htm

9 La Base d’Observation pour le Suivi des Côtes développée par le Centre d’Etude Technique Maritime et Fluvial du ministère de l’équipement et par le Bureau de Recherches Géologiques et Minières est accessible à partir du lien suivant, http://www.bosco.tm.fr/Bosco-index.htm

10 Conseil National de l’Information Géographique, www.cnig.gouv.fr/

11 Géolittoral : www.geolittoral.developpement-durable.gouv.fr/

12 Le serveur Sextant (www.ifremer.fr/sextant/) met à disposition de l'Ifremer et, sur convention, à des partenaires de projets, des données géographiques et leurs métadonnées relatives à l'espace marin et littoral produites par des organismes publics.

13 Ils peuvent être téléchargés à partir du site : http://www.indigeo.fr

14 Cette cartographie thématique est accessible par le lien suivant : http://carmen.application.developpement-durable.gouv.fr/55/geomer_polmar.map

15 Cités dans (Harvey F. and Tulloch D. 2006)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Organisation de la Mimel d’après son arrêté de création signé le 3 mai 2005Figure 1: Mimels organization according to its creation decree of May 3 2005
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26032/img-1.png
Fichier image/png, 235k
Titre Carte 1 : Présentation du site d’étudeMap 1: Presentation of the study site
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26032/img-2.png
Fichier image/png, 613k
Titre Figure 2 : Principaux résultats de la consultationFigure 2: Main results of the consultation
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26032/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 3 : Proposition de démarche pour la diffusion des données au sein du pôle géomatique Mer et LittoralFigure 3: Draftprotocol for data diffusion within the pôle géomatique Mer et Littoral
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26032/img-4.png
Fichier image/png, 137k
Titre Figure 4 : Capture d’écran de l’interface de cartographie en ligne Polmar-Terre sous CarmenFigure 4: Screenshot of the Marine pollution webmapping interface developed under the French Ministry of Environment Carmen Webservice
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26032/img-5.png
Fichier image/png, 685k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Iwan Le Berre, Laurence David, Matthieu Le Tixerant, Julien Defenouillère et Loïc Nogues, « Infrastructure de données géographiques et gestion intégrée de la zone côtière », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Cartographie, Imagerie, SIG, document 652, mis en ligne le 11 septembre 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/26032

Haut de page

Auteurs

Iwan Le Berre

Maître de Conférences, LETG-Brest GEOMER UMR6554 CNRS, IUEM-Université de Bretagne Occidentale, Brest,
iwan.leberre@univ-brest.fr

Articles du même auteur

Laurence David

Assistant Ingénieur, LETG-Brest GEOMER UMR6554 CNRS, IUEM-Université de Bretagne Occidentale, Brest,
laurence.david@univ-brest.fr

Matthieu Le Tixerant

Docteur en Géographie, Terra Maris (SARL), Technopole Brest-Iroise, Plouzané,
matthieu.letixerant@terramaris.fr

Articles du même auteur

Julien Defenouillère

Administrateur et valorisation de données - correspondant SI, DREAL Basse-Normandie, Service Ressources naturelles Mer et Paysage, Caen,
julien.defenouillere@developpement-durable.gouv.fr

Loïc Nogues

Ingénieur d’étude, LETG-Brest GEOMER UMR6554 CNRS, IUEM-Université de Bretagne Occidentale, Brest

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page