Navigation – Plan du site
2013

Gorman-Murray A., Pini B., Bryant L. (eds.), 2013, Sexuality, rurality, and geography, Lexington Books, Plymouth, 269 p.

Marianne Blidon

Texte intégral

  • 1 Traductions personnelles.

1Le champ de la géographie des sexualités s’est principalement structuré à partir d’études urbaines, voire métropolitaines, pour des raisons qui tiennent davantage à la saisie de l’objet qu’à sa nature. Cette orientation a durablement pesé sur sa constitution. Ce tropisme, qu’Halberstam qualifie de métrocentrisme, a souvent conduit à faire l’économie d’une investigation empirique du rural tout en englobant sous ce singulier des contextes extrêmement hétérogènes. Richard Phillips remarque ainsi qu’« en cartographiant les sexualités rurales et en mettant le rural sur les cartes métaphoriques de la théorie queer, nous étions conscients que le rural n’était pas seulement un espace négligé. Bien plus, le rural comme nous le savons a été défini et enfermé dans une relation avec l’urbain ou plutôt avec le métropolitain »1 (p. 22). Le rural ainsi construit comme l’antithèse consubstantielle de la ville, a longtemps souffert d’une définition en creux, réduite à quelques dichotomies : dépravation urbaine vs moralité rurale, civilité urbaine vs bestialité rurale, libéralisme et progressisme urbain vs conservatisme et traditionalisme rural, masculinité efféminée vs masculinité virile… Sexuality, rurality, and geography interroge donc ces oppositions à partir d’une double approche du rural en tant qu’espace matériel et que représentation symbolique, tout en étant attentif à la diversité et à la complexité des contextes (occidentaux) étudiés. Le projet s’inscrit dans la continuité d’une série de publications individuelles ou collectives qui sont rassemblées dans l’abondante bibliographie, anglophone pour l’essentiel, qui clôt l’ouvrage. Il a surtout le mérite de rendre accessibles des contributions dont l’intérêt n’est pas tant la cohérence d’ensemble – notamment dans la définition de son objet – que de donner un aperçu des recherches en cours et d’ouvrir des pistes de réflexion fécondes.

2Parmi les thèmes devenus des classiques de la géographie rurale, se distinguent les travaux qui explorent comment « la ruralité a marqué les imaginaires spatiaux des communautés et cultures LGQ en occident » (p. 3) en particulier comment elle participe de la production d’une subjectivité à partir de l’élaboration d’un récit émancipateur de soi. Ces récits diffèrent fortement selon qu’ils sont énoncés par celles et ceux qui sont nés et ont grandi à la campagne ou par celles et ceux qui ont fait le choix de s’y installer, après avoir grandi en ville, pour développer, par exemple, des activités en rapport avec le tourisme (chambres d’hôtes, hôtels, restaurants, bars, encadrement de pratiques culturelles ou sportives…) ou pour vivre en communauté en lien avec la nature (maison de femmes, Radical Faeries, communauté queer, etc.). Se distinguent aussi les travaux sur la naturalisation de l’hétérosexualité et l’organisation patriarcale des structures de production agricole, notamment la division sexuelle du travail. Enfin, plus récemment, des travaux sur la sexualité animale qui questionnent les limites et les fondements de la dyade nature/culture ont eu des développements fructueux. Loin d’ignorer ces trois axes de recherche, Andrew Gorman-Murray, Barbara Pini et Lia Bryant, les trois chercheurs australiens qui coordonnent Sexuality, rurality, and geography, ont fait le choix de les relire à partir de quatre entrées thématiques : intimités et institutions ; communautés ; mobilités ; production et consommation.

3Le chapitre Intimités et institutions montre en quoi les relations interpersonnelles et les affects sont aussi le produit des normes, en particulier en quoi la vie rurale implique une adhésion au modèle de la famille et de la propriété au risque d’en être exclu. Le maintien de valeurs telles que la chasteté (des femmes !) ou la fidélité impliquent des institutions comme la famille ou la religion mais aussi des organisations qui s’en portent garantes. Ainsi, la Travellers’Aid Society à laquelle Richard Phillips s’intéresse et dont l’objectif était, du xixe au début du xxe du siècle, de garantir la respectabilité des femmes britanniques dont elle chaperonnait les déplacements ferroviaires ou maritimes. Ce faisant, elle traçait les contours d’une géographie de l’immoralité dont les épicentres (urbains) étaient les gares ou les ports, lieux de perdition par excellence pour de jeunes provinciales « innocentes » et « vulnérables ». La survivance de ces discours – qui étaient déjà des discours racialisés – est frappante.

4Le chapitre Communautés explore comment les identités et les subjectivités sexuelles sont socialement construites et performées au sein des communautés rurales. L’accent est mis, pour différents sujets et communautés sexuels, sur l’interaction complexe entre inclusion et exclusion, formes de solidarité et d’aliénation. LaToya Eaves analyse, à travers son propre parcours et au-delà via « les voix de plusieurs générations […] rarement entendues dans la culture queer ou l’académie » (p. 112), comment les queers afro-américaines du Sud rural des États-Unis développent un fort sentiment d’appartenance à leur région d’origine avec laquelle elles maintiennent des liens très étroits. « Parce que je suis toutes ces identités [femme, noire, queer], aussi bien que sudiste et “de la campagne”, j’ai souvent été confrontée à une série de questions et de commentaires qui impliquent des présupposés négatifs à propos de mes identités “marginalisées”. Oui, je suis discriminée au nom de chacune d’entre elles. Ça ne changera probablement jamais. Cependant, la malédiction [“cloud of doom”] imaginaire qui plane proverbialement sur le rural et le Sud, en annihilant toute possibilité de victoire politique progressiste ou d’existence pacifiée, doit être remise en question » (p. 112).

5Le chapitre Mobilités aborde, à travers l’exemple des gays et des lesbiennes, le lien entre la formation des subjectivités sexuelles et les migrations. À partir d’un corpus d’entretiens recueillis en France et aux États-Unis, Alexis Annes et Meredith Redlin analysent les effets des migrations de retour et des circulations entre la ville et la campagne dans la construction identitaire des gays qui ont grandi à la campagne, se sont installés en ville avant de revenir à la campagne pour certains d’entre eux. Ces derniers conjuguent à la fois une identité gay qu’ils revendiquent et une identité rurale à laquelle ils adhérent, maintenant ainsi un équilibre paradoxal au quotidien entre les valeurs hétéronormatives de la société dans laquelle ils évoluent et une visibilité gay quotidienne qui tient notamment au fait qu’ils vivent en couple.

6Enfin, le chapitre Production et consommation interroge le rural comme espace de production – en particulier l’agriculture, l’élevage ou l’exploitation minière – au prisme des questions sexuelles. Claire Rasmussen interroge l’instabilité des frontières entre l’homme et l’animal à partir de la question sexuelle dans un contexte où la nature constitue le socle rhétorique de la morale. Elle met ainsi en regard la promulgation de la loi contre la bestialité votée par l’État de Floride et la généralisation de l’insémination artificielle dans la filière porcine, qui a pour conséquence de substituer l’éleveur au porc pour recueillir le sperme et féconder la truie au point que « des générations entières de porcs auront exclusivement des relations sexuelles avec des hommes/machines » (p. 181). La caractérisation de l’acte comme sexuel – ou non –, l’intentionnalité et la normalité qui leur sont associés – ou non – montrent la porosité des définitions. « Regarder nos pratiques avec les animaux, en particulier celles qui impliquent du sexe, conduit à contester la capacité à définir clairement la démarcation homme / animal et nature / culture » (p. 185) et à interroger les fondements des arguments qui distinguent ce qui est sexuel de ce qui ne l’est pas, « la bonne » de « la mauvaise sexualité ».

7L’ouvrage démontre tout l’intérêt de penser l’articulation entre genre et sexualité, de ne pas essentialiser ou réifier des catégories, qu’elles soient sociales ou spatiales, et d’interroger les angles morts des recherches dominantes. Les méthodes mises en œuvre demeurent relativement classiques (analyse de corpus documentaires, enquête par entretiens, observation participante...) à l’exception de Mathias Detamore qui met en œuvre une expérimentation, « the gay bar experiment », en investissant successivement avec des ami-es gays et lesbiennes plusieurs bars de la région des Appalaches. Cette approche, qui n’a pas pour objectif d’être représentative, s’avère fructueuse pour mettre en évidence le rôle positif de l’interconnaissance dans ces contextes hétéronormatifs. « À l’inverse de nos attentes concernant les espaces queer métropolitains qui assurent la sécurité des gays/trans par la densité de leur agrégation, la mobilisation politique et la forte visibilité, les espaces ruraux queer sont tributaires de leur capacité à interagir avec et à s’intégrer aux (et souvent à transformer les) espaces hétérosexuels » (p. 89). Dans ce contexte, l’interconnaissance, loin d’être un facteur de vulnérabilité, devient la condition même de la constitution de safe space parce qu’elle implique le respect de la parenté et une réciprocité de devoirs dont découle le souci de l’autre (care). Le clivage n’est donc plus entre hétérosexuels et homosexuels mais entre « gens du coin » et étrangers. Ce travail a un réel intérêt épistémologique : la connaissance ne procède pas d’un savoir a priori lié à une expérience, mais à la co-construction d’une expérimentation qui met à l’épreuve les prénotions.

8Au final, l’ouvrage s’adresse aux chercheurs s’intéressant aux questions de genre et de sexualité qui ne se satisfont pas du maintien du rural dans un no man’s land de la connaissance, mais aussi aux géographes qui ne seraient pas encore convaincus de leur dimension heuristique. Ce faisant, c’est aussi le récit de la globalisation – en termes d’échelles, d’effets, de résistances ou de marginalisation – qui s’en trouve renouvelé, notamment dans ses dimensions culturelles.

Haut de page

Notes

1 Traductions personnelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Blidon, « Gorman-Murray A., Pini B., Bryant L. (eds.), 2013, Sexuality, rurality, and geography, Lexington Books, Plymouth, 269 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 24 septembre 2013, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/26057

Haut de page

Auteur

Marianne Blidon

IDUP – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
marianne.blidon@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page