Navigation – Plan du site
2013
663

Migrations, dynamiques agricoles et problèmes fonciers en Afrique subsaharienne : Le périmètre irrigué de Lagdo (Nord-Cameroun)

Migrations, agricultural dynamics and land problems in Subsaharian Africa: the case of the irrigated area of Lagdo (North Cameroon)
Abdoulay Mfewou

Résumés

Dans la région de Lagdo, au Nord-Cameroun, les paysans migrants puis la Société agro-industrielle de la Bénoué (SAIB), installée en 2000 à un point névralgique pour la réalisation de son projet rizicole et fruitier, devaient valoriser l’aval du barrage hydroélectrique. En conséquence, cette installation a fait déguerpir 36 % des paysans dans ce périmètre irrigué. Cette occupation du site des paysans par la société a réveillé une série de conflits fonciers entre différents acteurs (paysan, SAIB, élites, lamido, nouvelle génération) qui ont été longtemps négligé par l’État. Cette insécurité foncière a bloqué les activités agricoles de la SAIB et provoque l’abandon de ces équipements et du matériel végétal dans la brousse. Ce conflit non solutionné par l’autorité administrative amplifie l’alliance entre l’administration de l’État et les chefferies traditionnelles, ce qui a pour conséquence un repli sur l’appartenance ethnique et le désintéressement de la population dans le projet de développement agricole, dont le risque est l’asphyxie de la région.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’antagonisme entre le droit foncier moderne et le droit foncier coutumier reste un facteur limitant du développement agricole en Afrique subsaharienne. Celui-ci peut-il être effectif s’il n’aboutit pas à sortir les acteurs concernés d’une situation d’insécurité foncière ? Cet article vise à répondre à cette question par l’analyse des politiques de développement agricole dans l’arrondissement de Lagdo dans le Nord-Cameroun, choisi comme laboratoire d’une histoire locale de développement (Carte 1). En effet, cet espace a été considérablement transformé par la construction, initiée par l’État, d’un barrage hydroélectrique et d’une zone agricole irriguée dans les années 1980, puis par l’implantation au cours des années 2000 d’une société agro-industrielle privée visant à exploiter l’espace agricole ayant été créé.

Carte 1 : Présentation du Nord-Cameroun

Carte 1 : Présentation du Nord-Cameroun

Réalisation : Abdoulay Mfewou, 2012

2Ce développement a entraîné l’arrivée, en plusieurs phases, de nombreux paysans venus de l’extrême nord du pays. Ces migrations ont d’abord été organisées par l’État, puis elles sont devenues spontanées. Elles modifient en profondeur la société locale et portent en elles le germe des conflits fonciers qui caractérisent tout au long de la période la vie sociale dans la région. Le périmètre irrigué de Lagdo, qui a servi pour élaborer une histoire locale du développement dans cette partie du pays, est en effet marqué par la multiplication de conflits fonciers opposant l’ensemble des groupes sociaux entre eux et impliquant les institutions présentes. Ces conflits conduisent à une situation de blocage dommageable au développement.

3La réalisation de nombreux entretiens avec les cadres des services administratifs de la société agro-industrielle, les élites locales, ainsi que des personnes appartenant aux divers groupes paysans démontrent d’une part que les processus de démocratisation et de décentralisation, tels qu’ils sont conduits, renforcent de façon paradoxale le pouvoir des élites locales, et d’autre part que l’absence de moyens donnés aux institutions étatiques pour faire respecter les lois foncières nuit à toute action, publique ou privée, visant à créer un cadre de développement agricole dans cet espace pourtant privilégié.

Les caractéristiques hydro-climatiques de Lagdo

4Avec une population de 60 000 âmes et une superficie de 3 000 km2, Lagdo est situé dans la région du Nord, la zone soudano-sahélienne du Cameroun. Il est soumis à un climat tropical à deux saisons : une saison humide courte (de mai à octobre) et une saison sèche (de novembre à mars). Ce climat détermine deux saisons de productions agricoles : de juillet à septembre en culture pluviale et d’octobre à mars en culture irriguée.

5Le régime hydraulique de type tropical est caractérisé par une période de hautes-eaux (entre juillet et octobre avec un maximum en août-septembre) et une période de basses-eaux (entre janvier et mai avec étiage en avril). La pluviométrie augmente progressivement dans l’ensemble de la région à partir du mois de mai (900-1000 mm).

6La zone irriguée de Lagdo est alimentée par un réseau de canaux principaux, secondaires et tertiaires constituant des quartiers. Les parcelles d’un quartier sont dominées par un canal tertiaire dont la longueur varie en général entre 600 et 1 000 m, et couvre une largeur de 150 à 200 m. Les types d’irrigation sont : la submersion par bassin pour la riziculture, des vertisols, le ruissellement (à la raie ou à la planche) pour la polyculture sur les sols vertiques et les sols légers.

7L’irrigation sur les rizières devait se faire de manière continue, tant le jour que la nuit. Cependant, celle par ruissellement était prévue seulement 12 heures diurnes en raison de la difficile maîtrise de l’eau pendant les nuits et en tenant compte de l’affectation des paysans. L’assainissement du périmètre est assuré par un réseau de colatures qui débouche en collecteurs tracés le long des dépressions naturelles. Les eaux de ruissellement extérieur en bordure haute du périmètre sont collectées par des fosses le long des cavaliers du canal d’irrigation. Elles sont dirigées vers les grands axes naturels de drainage, soit hors du périmètre, soit à travers le périmètre irrigué.

Le fonctionnement actuel du périmètre irrigué de Lagdo

8Un agent d’exploitation de la Mission d’étude et d’aménagement de la vallée supérieure de la Bénoué (MEAVSB), représentant de l’État, assure la régulation des eaux du canal principal. La distribution de l’eau au niveau des bandes est supervisée par des responsables nommés par la mission d’étude. Quant à la distribution de l’eau au niveau des blocs, elle est depuis deux ans sous la responsabilité des aiguadiers qui sont choisis dans les villages. Ils ouvrent les vannes sur les canaux secondaires, suivant un calendrier établi d’avance et par rotation.

9Malgré cette organisation préétablie, le non respect du calendrier agricole par les paysans entraîne des problèmes de gestion de l’eau : ouverture à contre-temps de la vanne ou absence physique lors des séances d’irrigation prévues.

10Les responsabilités quant à l’entretien des aménagements sont partagées. La MEAVSB est en charge de l’entretien des canaux et drains principaux. Le Projet hydroagricole de Lagdo (PHAL) est responsable de l’entretien des canaux et drains secondaires. Les agriculteurs assurent l’entretien des canaux et des drains tertiaires (au niveau des bandes) et quaternaires (au niveau des parcelles). La réalisation des travaux d’entretien est supposée suivre le calendrier cultural établi à l’avance par le PHAL.

11Cependant, l’exécution des travaux d’entretien n’est pas rigoureusement respectée, quel que soit le niveau de responsabilité. La surveillance de l’ensemble du réseau d’irrigation est, depuis l’installation de la SAIB, assurée par des "surveillants d’eau". Ce sont des paysans habitant les villages autour du périmètre irrigué.

12Ils ont été choisis par le projet en vue d’empêcher les animaux d’accéder aux installations, et en particulier aux ouvrages de transport. Ils assurent la surveillance en se déplaçant le long des canaux à l’aide de bicyclettes acquises pour la circonstance. Cette opération ne va pas sans créer des situations conflictuelles entre les paysans et le projet, suite à la capture (jugée injuste par les paysans) des animaux divaguant près des canaux et qui sont en partie responsable de la dégradation des infrastructures.

Calendrier agricole

13Les mois d’avril, mai, juin et parfois juillet sont réservés à la préparation des terres pour une nouvelle campagne. Cette préparation commence par le défrichement et le labour. Les pratiques culturales commencent au mois de mai pour le coton et l’arachide hors du périmètre irrigué, se poursuivent aux mois de juin-juillet pour le riz, le maïs et le sorgho et peuvent même aller jusqu’aux mois de septembre (mil) ou octobre (oignons). Les travaux d’épandage d’engrais, de sarclage et d’entretien se déroulent entre le mois de mai (arachide) et le mois de septembre (riz, manioc, coton) et parfois même au cours des mois de novembre et décembre (oignons).

14Le calendrier agricole est largement ouvert sur les cultures de contre-saison (sorgho repiqué en novembre, janvier et février), et sur le maraîchage tout au long de la saison sèche. Les récoltes commencent dès le mois de septembre pour l’arachide et le sorgho et s’étalent sur le mois d’octobre pour le maïs, le coton, le sorgho et l’oignon, novembre pour le riz. Enfin, le muskuwari (sorgho de saison sèche) est récolté aux mois de décembre-janvier. Le coton, le manioc et la patate douce sont récoltés aux mois de décembre-février.

Politiques de développement, dynamiques agricoles et flux migratoires

Paysans, élites et chefferie traditionnelle avant la construction du barrage (1960-1985)

15L’histoire du peuplement du Nord-Cameroun est expliquée par les grandes mobilités anciennes des populations. La conquête des Peuls au XIXe siècle est marquée par leur supériorité militaire et a concerné d’immenses espaces. Les Peuls ont su organiser leurs conquêtes et mettre en place une politique d’assimilation très efficace qui se poursuit dans toute la région. Cette mobilité ancienne s’est effectuée selon un certain nombre d’affinités, à la fois dans le domaine religieux (musulman) et dialectique, qui jouent le rôle de ciment entre les différents groupes ethniques de la région du Nord.

16La répartition ethno-démographique actuelle indique un brassage d’ethnies (Peul, Mboum, Sao, Dii, Bata, etc.) vivant tous ensemble dans des quartiers urbains et des quartiers ruraux. Cette population est organisée en petits groupes de même appartenance ethnique (Carte 2). Cette mosaïque d’ethnies concerne aujourd’hui tout le Cameroun.

Carte 2 : Les ethnies du Nord-Cameroun

Carte 2 : Les ethnies du Nord-Cameroun

Sources : Abdoulay Mfewou, 2012. Carte reconstituée d’après B. Lambezat, 1961,Les populations païennes

17Pour comprendre la portée des changements récents à Lagdo, il convient d’abord de remarquer que l’émergence des conflits fonciers que l’on observe aujourd’hui dans l’ensemble du Nord-Cameroun est le résultat de la longue histoire locale du peuplement, tout particulièrement l’installation de très nombreux migrants (notamment Toupouri, Mafa, Moundang) dans le cadre de projets de développement, sans qu’ils aient la perspective d’obtenir d’un droit de propriété car cette partie du Cameroun a été conquise au XIXe siècle par les chefferies Peules.

18Les sources orales montrent que les premiers habitants de Lagdo dans les années 1960 étaient Peuls, soit seulement 500 habitants environ. Ceux-ci pratiquaient la culture du mil sur des parcelles à superficies réduites. Il y avait aussi une centaine de migrants pêcheurs venus du Logone et du Chari, dans la région de l’Extrême-Nord. La plus grande partie des terres de Lagdo n’avait jamais porté de culture. Elle était exploitée par les éleveurs peuls pour faire paître et boire leurs animaux, surtout en période de saison sèche. Les infrastructures routières étaient embryonnaires et seulement quelques pistes servaient à acheminer les produits de la pêche vers la ville de Garoua.

19La région de Lagdo appartient politiquement au lamidat Peul de Garoua, placé sous l’autorité de lamido, et par son intermédiaire d’ardo (chef d’unité territoriale), le lawan (chef de l’administration locale) et de djoro chef de village (Schéma 1). Enfin "l’élite" désigne un ensemble constitué par les notables qui occupent des postes dans la plus haute sphère de l’administration camerounaise et par les riches commerçants qui sont considérés comme des membres dominants de l’ethnie peul. Ce terme reprend celui du langage courant dans la région, utilisé pour nommer ces personnes.

Schéma 1 : Organisation de la vie politique des chefferies traditionnelles dans la région du Nord-Cameroun

Schéma 1 : Organisation de la vie politique des chefferies traditionnelles dans la région du Nord-Cameroun

 

La mise en place du barrage hydroélectrique et de la zone rizicole irriguée de Lagdo (1977-2000)

  • 1 CAMSUCO : Cameroon Sugar Compagny ; SOSUCAM : Société Sucrière du Cameroun.

20Dotée d’un barrage hydroélectrique réalisé de 1977 à 1982 et inauguré en 1986, la retenue d’eau a une capacité de six milliards de m3 pour une surface noyée de l’ordre de 700 km2 (Tchana, 2002). L’objectif premier de sa construction consiste à fournir de l’électricité dans la région. Le second vise à apporter de l’eau pour la riziculture et la pisciculture dans le périmètre. Cependant, les étangs construits ont été abandonnés car les migrants pêcheurs qui auraient pu les mettre en valeur n’ont pas bénéficié d’une formation de maîtrise des techniques d’élevage piscicole. Ce projet a entraîné un flux migratoire d’origines très diverses, composé d’anciens migrants, de montagnards et de paysans des plaines de l’Extrême-Nord, qui avaient déjà servi de main-d’œuvre pour la construction du barrage hydroélectrique. Ceux-ci sont en effet restés sur place pour développer l’agriculture dans le périmètre irrigué (Carte 3).La mission d’étude et d’aménagement de la vallée supérieure de la Bénoué (MEAVSB), créée par le décret présidentiel n° 72/332 du 17 juillet 1972 et modifié par le décret n° 73/50 du 09 février 1973, a conduit des études et des expérimentations agricoles dans le but de présenter à l’État camerounais les potentialités agricoles de cet espace. Cette mission a alors installé, en 1985, environ 150 familles migrantes pour valoriser les parcelles irriguées. La mission a enregistré 17 000 ha dans la zone de Lagdo. Les villages Riao et Wendou qui couvrent 7 000 ha environ, ont été retenus comme périmètre devant abriter la société sucrière, la troisième du Cameroun après celles de la SOSUCAM et de la CAMSUCO1 à Mbandjock, dans l’est du pays. Des périmètres sucriers, résultats de la recherche d’une indépendance alimentaire dans les années 1970, ont été projetés partout dans le pays. L’un des ces projets a été mis en place dans le nord du pays, à proximité du barrage à venir.

Carte 3 : La région irriguée de Lagdo

Carte 3 : La région irriguée de Lagdo

Sources : Abdoulay Mfewou, 2012

21La première phase de cette étude a été validée par un comité interministériel en 1987 et les travaux de réalisation devaient s’étendre de 1988 à 1999. Ces derniers ont été suspendus à cause de la crise économique ces mêmes années. Aussi, profitant de la non-réalisation du complexe sucrier par l’État, certains anciens migrants ont profité pour occuper ce vaste espace fertile. Cette opportunité a même entraîné un flux migratoire spontané.

L’implantation de la Société agro-industrielle de la Bénoué (2000-2010)

22La croissance de la population nationale (de l’ordre de 3,5 % environ) a créé une forte demande pour les cultures vivrières. La croissance dans les pays voisins, à l’instar du Nigeria qui connaît un boom pétrolier et se trouve contraint d’acheter une partie de ses céréales (maïs, sorgho, riz) sur le marché de Garoua, accentue ce phénomène.

23La République Centrafricaine qui traverse une période de trouble politique continue elle aussi à acheter des produits agricoles sur le marché de Ngaoundéré. Toutefois, aucune société privée, hormis la Semry, à Maroua, déjà en difficulté sur le plan industriel, ne pouvait relever le défi économique agricole et répondre au besoin alimentaire. C’est ainsi que, des membres des élites locales et des investisseurs étrangers (respectivement 60 % et 40 % des actionnaires) ont jugé nécessaire de contribuer au développement économique en ce sens. Ils ont ainsi créé une société agro-industrielle visant à produire des cultures vivrières et des fruits.

24Avec un capital de 922 500 000 FCFA, la SAIB, société à caractère privé en quête de terres fertiles pour la réalisation de son projet riz et de son projet fruitier. Elle occupe alors le site investi par d’anciens migrants au sein de l’aire irriguée. Un conflit foncier volontairement négligé par l’administration éclate alors. Ce conflit, jugé de peu d’envergure au départ par les élites, a été soumis au sous-préfet de Lagdo puis au gouverneur de la région. Il s’est ensuite répercuté aux ministères, pour aboutir enfin à la présidence de la République (Schéma 2).

25Ce projet comptait exploiter le périmètre irrigué de Lagdo comme zone de production. Les investisseurs, comme tous ceux avant eux, ont négligé l’essentiel qui est le statut foncier dans la zone où doit s’installer la société. Or, les activités de production et de commercialisation des produits ont rencontré les obstacles dès la première année de la création de la société. Cette installation va relancer et donner une autre dimension aux conflits fonciers que connaît l’ensemble du Nord-Cameroun.

26Dans cette dernière région, la Société agro-industrielle de la Bénoué est la seconde entreprise industrielle après la Société de coton. La SAIB utilise en majorité une main-d’œuvre paysanne (de petits salariés). Les autres employés sont des techniciens. Il est impossible d’obtenir auprès de la société l’effectif des salariés qu’elle emploie. Dans sa politique agricole, cette société compte venir en aide aux paysans qui exploitent les rizières de Lagdo pour obtenir des crédits agricoles et des intrants remboursables après la vente de leur récolte par la SAIB. La société compte aussi acheter une partie de la récolte des paysans.

27Au début de l’installation de la société, certains migrants ont abandonné en partie les activités agricoles qui étaient les leurs pour exercer un travail rémunérateur non qualifié à la SAIB. La société voulait d’ailleurs dynamiser la production et lutter contre la pauvreté. Choisi comme culture principale, le riz et les fruits deviennent de plus en plus des aliments basiques de la population du Nord. En outre, la demande en fruits (mandarines, oranges, pamplemousses) dans le Nord-Cameroun tend à se généraliser. Sur le plan de la stratégie d’exploitation et de son objectif de production envisagée, la SAIB se limite seulement à la production de riz et à la production des fruits destinés à la vente. La transformation en jus de fruits n’étant pas prévue, ces fruits récoltés sont écoulés directement sur les marchés du Nord-Cameroun.

Multiplication des conflits fonciers dans le périmètre irrigué de Lagdo

Les conflits entre la SAIB, les anciens migrants et la nouvelle génération

28Seulement 150 familles migrantes ont été installées par la mission d’étude dans le périmètre irrigué de Lagdo, en plus des anciens migrants ayant servi de main d’œuvre dans la construction du barrage qui étaient déjà présents. Par la suite, ces anciens migrants ont été rejoints par toute une parentèle de nouvelle migrante. Notre étude montre que les nouveaux migrants spontanés arrivent tous de l’Extrême-Nord.

29A partir des années 1980, et particulièrement pendant la crise économique que le Cameroun a traversée dans les années 1990, on a observé un afflux migratoire et une installation non contrôlée des paysans dans le même périmètre irrigué. Cette situation a duré plus de 20 ans, jusqu’à la création de la SAIB en 2000. A l’instar des migrants, la SAIB a bénéficié de l’autorisation de l’action de la mission d’étude (représentant l’État dans le projet hydroagricole de Lagdo), ainsi que d’un bail emphytéotique pour occuper le site déjà investi par les paysans.

30Les techniciens des Services des domaines et du cadastre ont procédé à la délimitation et au bornage du terrain. Plusieurs villages ont ainsi été retenus et 1067 hectares de terre ont été laissés à la disposition des villages : Ringo, Riao, Gounougou, Béssoum, Dingalé, Ouro-doukoudjé, Tchouffi, Djanga, Sirlawé. La SAIB n’a eu droit qu’à 4 000 hectares du périmètre irrigué, y compris les bas-fonds humides (dans et hors du périmètre).

31La SAIB a dû investir près d’un milliard et demi de francs CFA pour la réhabilitation et l’aménagement du périmètre irrigué : le déboisement, le nivellement de terrain, puis le paiement des salaires aux 35 employés permanents auxquels s’ajoutent des temporaires, pour une masse salariale mensuelle totale de 3,5 millions de francs CFA. Les revendications des paysans ont alors commencé à s’accroître, émises par de petits groupes des migrants, sans qu’elles fassent trop de bruit (Nforgang, 2005). Ensemble, les agriculteurs ont cherché à s’appuyer sur le droit de l’État camerounais moderne pour considérer "d’inutilité publique" la présence de cette société.

32Alors que la superficie réservée à la SAIB représente 75 % de la surface totale, seules 25 % des terres restent à partager entre les anciens migrants et la nouvelle génération grandissante. Sur les 4000 hectares accordés à la SAIB et jugé d’utilité publique, la société a défriché seulement 300 hectares et semé 14 hectares de riz à cause du conflit. Le président-directeur général adjoint considère en effet cette revendication comme une manipulation politique de l’opposition, expliquant "qu’au moins 90 % de ceux qui ont écrit des choses sur la SAIB, avant de les publier, n’ont jamais cherché à vérifier la véracité". Cette contestation continue à entraîner le ralentissement des activités engagées par la SAIB, voire l’abandon des objectifs de productions initiaux.

Les conflits liés aux conditions d’attribution des parcelles

33Dans l’ensemble, 60 % des parcelles aménagées étaient exploitées chaque année avant la principale crise foncière et la distribution de l’eau au niveau des blocs. Cette surface se trouve sous la responsabilité des contrôleurs qui sont des bénévoles. L’attribution de parcelles à un paysan, sous la participation du djaoro, le représentant du lamido, est effectuée après la réalisation par la mission d’étude d’une enquête socio-économique sur chaque chef d’exploitation. Cette enquête permet de déterminer sa situation matrimoniale, le nombre d’actifs dans son ménage, le nombre de matériel agricole et son activité principale.

34Au départ, la mission d’étude attribuait un quart d’hectare de parcelle par paysan autour du périmètre. Ayant jugé cette superficie très insuffisante, elle a décidé d’attribuer un demi hectare par paysan. Le bénéficiaire doit exploiter sa parcelle chaque année. Dans la fiche d’attribution, il est stipulé que "chaque parcelle attribuée est provisoire, soit pour une durée de deux années renouvelables, puis, le cas échéant, dans un deuxième temps, en concession définitive après trois ans". Ce principe est établi pour éviter un conflit si les paysans sont appelés à partir ailleurs. Mais les contestations demeurent car certains jugent leur parcelle trop petite et aimeraient avoir le double de terre, pensant ainsi pouvoir céder une partie de leur exploitation à leur progéniture. D’autres souhaitent obtenir une parcelle pour le riz, soit un hectare, et une parcelle supplémentaire pour le sorgho pour alterner les cultures à chaque campagne agricole (Tableaux 1 et 2).

Tableau 1 : Statut foncier dans le périmètre hydroagricole de Lagdo

Répondant et villages

Propriétaire %

Non propriétaire %

Indécise %

Gounougou

2,27

67,12

12,35

Ouro Doukoundjé

48,60

0,67

74,15

Bessoum

48,95

2,03

13,48

Dingalé

0,18

30,16

0

Total

100

100

100

Sources : Enquête sur un échantillon de 956 chefs d’exploitation dans le périmètre irrigué (Mfewou, 2009)

35Il ressort de l’analyse des données concernant le statut foncier dans le périmètre hydroagricole de Lagdo que 60 % des chefs d’exploitations des villages d’Ouro-Doukoundjé, Béssoum et Dingalé considèrent les fiches d’attribution comme un titre foncier qu’ils brandissent chaque fois qu’ils sont menacés d’expropriation. Le paysan sait bien que ce n’est pas à proprement parler d’une immatriculation foncière véritable, ni un document équivalent. Un tel document non juridique ne s’impose pas, car, dans ces villages, le présenter serait assimilé à une démarche asociale parce que politiquement et socialement c’est sur la terre dont repose le pouvoir traditionnel du lamidat. Toutefois, cette fiche d’attribution offre un argument pour défendre un dossier devant l’administration. A Gounougou par exemple, très peu de paysans (2,27 %), pensant pourtant être propriétaires, n’ont pas reçu de document de la part de la mission d’étude. Celle-ci avait commencé à attribuer les parcelles et la fiche d’attribution dans les trois premiers villages, mais Gounougou n’a pas bénéficié de cette fiche. Juridiquement, ce document est sans valeur sur le plan du droit de propriété. Les paysans peuvent toujours être délogés, et dans le respect de la loi. Néanmoins ce papier peut servir un jour d’appui pour l’établissement du titre de propriété. Dans la région, on essaie de sortir les transactions foncières de l’oralité. Il existe de plus en plus de délibérés de la justice traditionnelle, sorte d’actes intermédiaires entre propriété et droit d’usage, sur des papiers avec tampon aux armes de la chefferie et libellé dans un français non juridique. Cette démarche irait dans le sens de certains projets : développement paysannal et de gestion de terroirs (DPGT)-territoires et développement local (TERDEL), qui cherchent une sécurisation foncière à travers une codification non légiférée.

Tableau 2 : Répartition du statut foncier en fonction des villages enquêtés

Répondants et villages

Gounougou %

Ouro Doukoundjé %

Béssoum %

Dingalé %

Propriétaire

5,86

80,35

93,96

1,11

Non propriétaire

89,18

0,58

2,01

98,89

Indécise

4,96

19,07

4,03

0

Total

100

100

100

100

Sources : Enquête sur un échantillon de 956 chefs d’exploitation dans le périmètre irrigué (Mfewou, 2009)

36Il ressort de l’analyse des données sur la répartition du statut foncier en fonction des villages enquêtés (Tableau 2) que le nombre de paysans répondants non propriétaires est élevé à Gounougou et à Dingalé (90 %) par rapport aux paysans dans les villages Ouro-Doukoundjé et Béssoum qui ont eu le document de la mission d’étude. Mais, dans l’ensemble du périmètre irrigué, les paysans n’ont que le droit d’usage foncier aux yeux du lamidat. L’accès à la terre dans le périmètre irrigué est toujours contrôlé pour éviter une occupation anarchique. La mission d’étude suit le dynamisme de chacun dans l’attribution de parcelles. L’accès à une parcelle par ce moyen est jugé insatisfaisant par certains paysans (Tableau 3).

Tableau 3 : Avez-vous trouvé l’accès à la terre par attribution en quantité et qualité satisfaisante ?

Répondants et villages

Gounougou %

Ouro Doukoudje %

Bessoum %

Dingalé %

Oui

27,02

30,92

26,17

54,44

Non

65,31

61,27

62,75

37,77

Indécise

07,65

07,80

11,07

07,77

Total

100

100

100

100

Sources : Enquête sur un échantillon de 956 chefs d’exploitation dans le périmètre irrigué (Mfewou, 2009)

37Il ressort de ce tableau (3) que l’accès à la terre est matérialisé par l’inscription de chacun sur la liste. Or 60 % des paysans perçoivent comme non satisfaisant en quantité et en qualité l’accès à la terre par attribution. Cela peut s’expliquer par l’enthousiasme à la culture (riz, sorgho, muskuwari). Chacun voudrait accéder à une grande superficie pour générer davantage de profit.

38L’accès à la terre suppose également que le chef d’exploitation a l’obligation, vis-à-vis de l’aménagement hydro-agricole, de la mise en valeur agricole de la parcelle reçue, de la maintenance et de l’entretien des parcelles, ainsi que la redevance à verser aux notabilités après la récolte. Nous avons aussi observé qu’il est interdit de prêter, de louer ou de céder en partie ou en totalité, à des tiers les parcelles attribuées. Si un paysan n’est pas en mesure d’exploiter la totalité des parcelles attribuées, il doit obligatoirement prévenir la mission d’étude en début de campagne agricole. Elle seule décidera du sort de la parcelle. Nous avons observé que ce principe n’est pas toujours respecté. Par exemple, dans le village d’Ouro-Doukounkjé, certains paysans ont loué leurs parcelles à des voisins. Le refus de payement de bail a entraîné un litige entre propriétaire et locataire d’une parcelle. Dans le même village, d’autres ont voulu conserver les parcelles qu’ils ont louées. Cela explique pourquoi les baux dans la région sont de plus en plus courts. Aujourd’hui, ils n’excèdent pas deux ans.

39Très souvent, après le jugement d’un conflit pour non-paiement, les deux parties perdent la terre au profit de la mission d’étude. Le paysan est responsable du fonctionnement des ouvrages et des équipements servant directement à l’irrigation et au drainage de la parcelle qui lui a été attribuée. Il sera chargé de niveler la parcelle en vue d’assurer une parfaite irrigation.

Les conflits nés de la compétition entre migrants

40Géographiquement, les bas-fonds sont très sollicités par les migrants à cause de leur terre argileuse noire, des vertisols aptes à la culture du muskuwari (sorgho de contre-saison), et du riz irrigué. Autour du périmètre irrigué de Lagdo (Gounougou, Ouro-Doukoudjé, Béssoum et Dingalé), les tensions d’occupation de terre se développent au quotidien entre les migrants, chacun souhaitant augmenter son exploitation. Il ressort des informations recueillies que les migrants ont toujours gardé dans l’esprit des projets Nord-Est Bénoué (NEB) et Sud-Est Bénoué (SEB), que les surfaces emblavées sont cultivées en fonction de la capacité de chacun, mais la quête de la terre se présente différemment dans le périmètre irrigué.

41La concurrence entre périodes culturales (entre la culture du sorgho et la culture du riz) provoque des conflits entre les migrants et la nouvelle génération à la démographie croissante pour l’obtention d’un espace plus large. A la mort d’un chef d’exploitation célibataire à Ouro-Doukoudjé en 2000, ses voisins de parcelle avaient par exemple occupé sa rizière, alors que le chef de migrant avait, de son côté, attribué la même parcelle à un jeune actif qui lui avait versé 5 000 francs CFA. Pendant les périodes culturales les voisins avaient labouré la parcelle et semé le riz, quand le jeune actif est venu semer du sorgho sur la même parcelle. La situation s’est aggravée lorsque des actes de violence verbale puis physique ont été perpétrés. L’affaire a suivi son cours jusqu’au djaoro et les deux parties en litige ont perdu la parcelle. Le djaoro, pour préserver la paix sociale, l’a alors attribuée à un autre jeune actif sans terre.

Les conflits relatifs à l’usage des parcelles par les migrants

42Nous avons observé que les migrants se plaignent du manque de transparence dans l’attribution des parcelles dans le périmètre. Les habitants des villages voisins (Barmé et Sirlawé, Ouro-labo I, Ouro-Labo II) et quelques fonctionnaires et notables de la ville de Garoua, ont bénéficié de parcelles dans le périmètre irrigué. Les populations s’y sont opposées en menaçant les non-habitants du périmètre avec des machettes. Il ressort de notre étude que certains migrants, dans le village de Gounougou, ont barré la route de l’entrée du périmètre aux étrangers pendant les activités agricoles. Cet endroit était resté sous le contrôle des habitants du périmètre. Le djaoro a réussi à ramener l’ordre en expliquant aux anciens migrants qu’ils ne sont pas sur leur territoire et qu’il faut partager la zone avec d’autres Camerounais.

43Cependant, l’enjeu n’est pas au niveau du partage, mais plutôt de la récupération ou de la perte des exploitations sans indemnisation. La présence de la SAIB à Dingalé et à Béssoum a repoussé certains migrants dans les villages de Gounougou et Ouro-Doukounjé. Chacun cherche à s’insérer dans son appartenance ethnique ou religieuse, d’autres cherchent à partager entre eux les parcelles qui restent à Dingalé et à Béssoum en attendant de trouver la solution. Après la mort d’un des chefs de ménage Toupouri qui avait accepté de partager son champ avec son frère, ce dernier a confisqué le terrain. Les enfants du défunt étant encore très jeunes (7 et 9 ans), il a fallu que le djaoro intervienne pour rendre la parcelle à la veuve.

Le conflit entre les générations

44Les jeunes actifs agricoles représentent presque 50 % de la population autour du périmètre irrigué. Le mode d’attribution d’une parcelle par la mission d’étude est la suivante : le jeune actif agricole bénéficie d’une parcelle d’un quart d’hectare et devient indépendant de ses parents. Mais la fluctuation de la population, la migration spontanée, et le vieillissement des chefs d’exploitation célibataires et sans enfants, créent des litiges fonciers entre ces jeunes. La présence de la SAIB a déjà réduit le rayon d’action des paysans (sur l’ancienne exploitation de canne à sucre et de muskuwari). Certains jeunes continuent à servir de main-d’œuvre agricole.

45Au cours de notre enquête, nous avons noté que d’autres jeunes s’étaient fait installer par leurs parents ou après négociation entre des ressortissants du village. Ils ont bénéficié des parcelles par relations sociales ou par location à condition de payer le bail après la récolte. Le refus de paiement de location amène souvent le bailleur à changer de locataire.

46Dans le cas d’une forte pression foncière comme à Ngong, on retient la parcelle en ayant payé d’avance. Au cours d’une nouvelle campagne agricole, dans le village Ouro-Doukoudjé, un ancien locataire a perdu sa parcelle au profit d’un autre jeune paysan. Le premier s’était réfugié à Gounougou espérant gagner une portion de terre. N’ayant pas trouvé mieux, l’ancien locataire est revenu sur sa parcelle détruire le champ du nouvel occupant en lui demandant de partir. Il y a eu confrontation. Le propriétaire a alors récupéré sa parcelle et le champ est resté en jachère involontaire à cause du temps de semis perdu pour cette campagne agricole.

47La compétition pour l’obtention de terre est devenue récurrente pour la jeune génération dans le périmètre irrigué à cause de la densité (90 hab/km2) et plus encore de la forte concentration de population à cet endroit dont le cadre des moyens de production actuelle a entraîné une saturation foncière. Les habitudes de quête des terres individuelles au Nord-Cameroun se retrouvent dans l’esprit des paysans. Chacun croit pouvoir disposer de la terre à sa guise. On peut la prêter, la louer, la laisser en friche et même la vendre sans s’en référer à l’autorité traditionnelle. Cet idéal, dans la région de Lagdo, n’a plus cours depuis longtemps.

48Cependant, nous avons observé à Béssoum qu’un étranger à peine arrivée dans le village a pu obtenir une parcelle d’un ancien chef d’exploitation qui a accepté de lui céder un quart d’hectare de parcelle du fait d’un lien de parenté, alors que certains jeunes actifs du village sont sans exploitation. Ces derniers se sont opposés à ce genre de donation et ont empêché le nouveau venu de cultiver le champ : "nous sommes des sans terre et vous préférez donner la terre aux étrangers". Le djaoro a du récupérer la terre pour l’attribuer, sous contrainte, à un jeune autochtone du village.

La combinaison des conflits

49L’émergence des conflits fonciers observés a eu des implications sociale et politique dans le périmètre irrigué de Lagdo (Schéma 2). C’est le résultat d’un mélange des causes du passé et du présent souvent inextricables par la considération de lamido comme chef de terre en opposition avec les camerounais du Sud du pays qui considèrent plutôt le maire et le sous-préfet comme chef de terre. Face à ce pouvoir traditionnel de lamido, les conflits fonciers dans le Nord-Cameroun entre différents acteurs sont extrêmement difficiles à résoudre en s’appuyant sur la loi du législateur. Cette difficulté relève aussi du lien entre la démocratisation et la décentralisation telles qu’elles sont conduites. Ce lien vient amplifier l’alliance entre l’administration et les chefferies traditionnelles. Cette alliance forme une unité pour renfoncer le pouvoir traditionnel des chefs de terre (lamido). En retour, l’administration de l’État bénéficie des appuis des lamido dans une tractation qui est considérée comme allant de soi.

50Les chefferies bénéficiant d’un acquiescement pour l’administration de leurs territoires, tant qu’elles restent fidèles au pouvoir et le manifestent lors des échéances électorales, sont également bien représentées dans les plus hautes sphères (celles des personnes détenant des responsabilités gouvernementales). Cette alliance efface parfois les cadres réglementaires de la république.

51La reconnaissance officieuse du pouvoir coutumier comme gérant exclusif du foncier figure parmi les libéralités accordées par le gouvernement aux lamidats. Les chefs sont théoriquement considérés comme des "auxiliaires d’administration", intronisés, rémunérés et évalués par l’administration territoriale. Mais dans la pratique, leur pouvoir se renforce en proportion inverse au désengagement de l’État.

Schéma 2 : système conflictuel foncier général au Nord-Cameroun

Schéma 2 : système conflictuel foncier général au Nord-Cameroun

Sources : Abdoulay Mfewou, 2012

Les superficies cultivées dans le périmètre irrigué de Lagdo

52Sur le plan agronomique, si ces conflits n’affectent pas les rendements des cultures en champ (riz, maïs, muskuwari, coton, arachide), ils occasionnent un bouleversement social chez les paysans. Les résultats agricoles sont fonction de la quantité de pluies enregistrées, de la qualité du sol et des facteurs de production (semences, engrais, herbicides, main d’œuvre).

53Les superficies cultivées chez les paysans se répartissent en cultures principales (375 ha de riz en saison des pluies, 265 ha de riz en saison sèche avec 3 500 kg/ha en moyenne, 630 ha de sorgho à 1 200 kg/ha, 475 ha de muskuwari à 1 500 kg/ha, 380 ha de maïs à 1 500 kg/ha, 310 ha de coton à 1 600 kg/ha, 125 ha d’arachide à 1 200 kg/ha). Les cultures secondaires (niébé, sésame, manioc, oignon, patate douce, aubergine) et les arbres fruitiers ne représentent que 2 % des superficies cultivées. La majorité de ces produits se cultive en saison des pluies (d’avril à octobre). Il en résulte que la production de céréales (600 kg/personne/an) est trois fois supérieure aux besoins alimentaires des populations (200 kg/personne/an environ selon les normes FAO), ce qui explique qu’une majeure partie de la production rizicole est commercialisée. Elle est cependant loin de satisfaire les besoins alimentaires de l’ensemble du nord du pays.

Conclusion

54L’absence de droit de propriété foncière en zone rurale dans la région du Nord-Cameroun induit une série de conflits fonciers entre différents acteurs de développement au sein de la région (paysan, nouvelle génération, élites, lamido). Ces conflits, occultés, sont amplifiés par la création en 2000 de la Société agro-industrielle de la Bénoué (SAIB) à caractère privée installée à un point névralgique dans le périmètre irrigué de Lagdo.

55Cette société se présente comme un projet endogène, dirigé par les "fils du pays" (les élites politiques locales de Garoua) pour œuvrer au développement régional. Elle n’a pas hésité à faire appel à l’expertise de la recherche régionale. Pourtant, elle montre bien peu d’originalité par rapport aux projets antérieurs de développement. Elle apparaît un peu comme l’héritière du projet Nord-Est Bénoué (NEB) et de la ferme de Karéwa, à ceci près que c’est un projet agro-industriel privé. Comme dans les précédents projets, les buts affichés demeurent sans grande nouveauté. La SAIB reste sur des spéculations classiques en vigueur lors des trois dernières décennies : canne à sucre, riz, et toujours un volet quasi militant sur les sorghos… La société s’est convertie tardivement aux fruitiers, devant la réussite du verger de Kismatari (Garoua).

56Comme les autres projets, la Société agro-industrielle de la Bénoué (SAIB) a négligé les facteurs sociaux qui, depuis un demi-siècle, représentent les seuls vrais défis à relever par l’État. Les handicaps sont toujours là : la non-adhésion des paysans "pris dans leur pesanteur sociale", le non renouvellement d’un parc de matériel défectueux, la production de biens agricoles impossibles à commercialiser même sur le marché local de Garoua.

57Mais les temps changent, et, dans la région, les problèmes fonciers se multiplient. Le paysan demeure dans un statut d’usufruitier. Ici, les conflits fonciers deviennent rapidement protéiformes et, plus qu’ailleurs, font que les protagonistes se présentent à tous les guichets (Schéma 2) : chefs traditionnels, service de l’agriculture, sous-préfet, maire de Lagdo, commandant de gendarmerie, tribunaux, les institutions religieuses, et retour sur les chefs traditionnels sans qu’aucun conflit ne trouve de véritable solution. Les journaux s’en mêlent, les partis politiques interviennent, l’affaire touche certains ministères, voire la présidence de la République. Les associations régionales des droits de l’Homme alertent l’opinion internationale. La région se trouve comme paralysée, embourbée, dans d’inextricables problèmes fonciers.

Haut de page

Bibliographie

Boutrais J., 1976, Compétition foncière et développement au Nord-Cameroun. La plaine de Mora., Yaoundé, ONAREST-ISH.

Mimche H., 2006, "Quand les immigrés se font autochtones immigration et dynamique d’appropriation de l’espace des réfugiés tchadiens au Nord-Cameroun", in MINRESI, l’Asie au Sud Afrique méditerranée, Ouagadougou.

Nfongang C., 2005, "Nord-Cameroun : des conflits fonciers bloqués par la politique", L’Afrique et le Sud au quotidien, n° 4244.

Seignobos C., Teyssier A., 1998, Observatoire du foncier : 2.Enjeux fonciers dans la zone cotonnière du Cameroun, Paris, IRD.

Seignobos C., 2002, "Trois acteurs du développement local : Le lamido, le maire, de la commune rural, et le sous-préfet.", in Seignobos C, Elément d’une stratégie de développement rural pour le Nord-Cameroun, Cameroun, IRD.

Seignobos C., Teyssier A., 1997a, L’accélération de la crise foncière dans le Nord-Cameroun, DPGT/SODECOTON, ORSTOM.

Seignobos C., Teyssier A., 1997b, Observatoire du foncier : 1.Enjeux fonciers dans la zone cotonnière du Cameroun, Paris, IRD.

SODECOTON, 1975. Rapport de Synthèse des Campagnes agricoles au Nord-Cameroun

Tchana M., 2002, Présentation sommaire des aménagements hydrauliques au Cameroun, Yaoundé, Rapport DGRST-CRH.

Haut de page

Notes

1 CAMSUCO : Cameroon Sugar Compagny ; SOSUCAM : Société Sucrière du Cameroun.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Présentation du Nord-Cameroun
Crédits Réalisation : Abdoulay Mfewou, 2012
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26092/img-1.png
Fichier image/png, 150k
Titre Carte 2 : Les ethnies du Nord-Cameroun
Crédits Sources : Abdoulay Mfewou, 2012. Carte reconstituée d’après B. Lambezat, 1961,Les populations païennes
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26092/img-2.png
Fichier image/png, 111k
Titre Schéma 1 : Organisation de la vie politique des chefferies traditionnelles dans la région du Nord-Cameroun
Crédits  
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26092/img-3.png
Fichier image/png, 18k
Titre Carte 3 : La région irriguée de Lagdo
Crédits Sources : Abdoulay Mfewou, 2012
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26092/img-4.png
Fichier image/png, 96k
Titre Schéma 2 : système conflictuel foncier général au Nord-Cameroun
Crédits Sources : Abdoulay Mfewou, 2012
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26092/img-5.png
Fichier image/png, 69k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdoulay Mfewou, « Migrations, dynamiques agricoles et problèmes fonciers en Afrique subsaharienne : Le périmètre irrigué de Lagdo (Nord-Cameroun) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 663, mis en ligne le 20 décembre 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/26092

Haut de page

Auteur

Abdoulay Mfewou

Enseignant-chercheur
Université de Dschang, Cameroun
mfewou@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page