Navigation – Plan du site
2014
Images & Villes
685

Formes urbaines, modes d’occupation du sol et composition sociale en zone urbaine dense : des relations inattendues à Paris

Urban forms, land use and social mix in built up areas: the case of the city of Paris
Catherine Rhein et Milena Palibrk

Résumés

Quelle place occupe la végétation dans les zones urbaines les plus denses ? Selon que l’on soit riche ou pauvre, réside-t-on plutôt dans des quartiers végétalisés ou dans des quartiers dépourvus d’espaces verts publics ou privés ? La place de la végétation dans les zones urbaines denses a été peu étudiée de manière systématique, faute de sources. L’accès à une image Haute Définition de la végétation de Paris a permis la constitution d’une base de données sur les modes d’occupation du sol et sur les générations de tissu urbain dans Paris. Cette base a été complétée par des données sociodémographiques. Trois grands paradoxes sont mis en lumière, sur les quartiers haussmanniens, aisés, mais peu végétalisés, sur les gentrifieurs, ou plutôt sur un segment précis d’entre eux, celui des professionnels de l’information, des arts et des spectacles, concentrés dans les quartiers les moins végétalisés de la capitale, enfin sur les retraités, pauvres ou riches, concentrés aujourd’hui dans les quartiers les plus végétalisés. Ces informations sur les modes d’occupation du sol permettent ainsi de nouvelles interprétations des processus de gentrification et, de manière plus générale, des transformations du tissu urbain et des couches sociales.

Haut de page

Texte intégral

1Quelle place occupe la végétation dans les zones urbaines les plus denses ? Selon que l’on est riche ou pauvre, réside-t-on plutôt dans des quartiers végétalisés ou dans des quartiers dépourvus d’espaces verts, publics ou privés ? Aujourd’hui la place de la végétation dans la ville est intégrée aux questions et aux politiques de développement durable. Mais cette question a d’abord été pensée comme projet architectural et urbanistique, consistant à réintroduire la Nature dans la Ville. Ainsi, pour les penseurs de la ville tels que P. Geddes, R. Unwin ou H. Sellier, ces réflexions portaient sur les moyens et les modalités de créer une ville aérée, apaisée par la création de formes urbaines nouvelles dont la Garden City (la Ville-Jardin) est l’une des déclinaisons les plus célèbres (Roncayolo, 1996 ; Welter, 2002). Selon ces perspectives, la Nature est simultanément idéalisée et réifiée, dans une Ville de la Seconde Révolution industrielle alors caractérisée par de fortes densités de population, par une pollution élevée et par de violents conflits de classes.

2Or les villes sont constituées de plusieurs générations de formes urbaines (Panerai et al., 2009). Les traces des cycles d’urbanisation successifs se sont inscrites dans l’espace urbain, matérialisées dans les formes urbaines comme dans l’agencement des espaces publics et du réseau viaire, très au-delà des quelques réalisations inspirées par ce modèle de la Ville-Jardin, historiquement daté (Roncayolo, 1996 ; Garden et Pinol, 2009). La question est alors plus complexe : quelle place a-t-elle été accordée à la végétation au cours de ces différents cycles d’urbanisation ? Comment ces différentes conceptions se sont-elles conjuguées, intégrées, composées au fil des siècles ?

3Cet article rend compte d’un travail mené sur la place de la végétation dans la ville de Paris, c’est-à-dire dans un centre métropolitain dense et ancien où résident deux millions d’habitants et où travaillent plus d’un million d’actifs. La dimension méthodologique est, ici, au cœur des réflexions : des données nouvelles ou peu exploitées ont été construites et utilisées à l’échelle des IRIS, maillage le plus fin possible pour les données sociodémographiques produites par l’INSEE. Cet article constitue une pièce d’une recherche plus vaste sur les Espaces de naturalité en ville, dirigée par M. Cohen et financée par le Programme Interdisciplinaire de Recherche Ville et Environnement (PIRVE-CNRS et Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de l’Aménagement du Territoire-Plan Urbain, Construction, Architecture ; Cohen et al., 2012).

Hypothèses et postulats

4La place de la végétation dans les villes dépend des types de tissu urbain et des formes urbaines qui constituent ces derniers. Pour certains, les quartiers aisés seraient les plus végétalisés. Cette hypothèse a été validée aux Etats-Unis, où le tissu pavillonnaire est très développé (Bramley et Power, 2009). Cette hypothèse peut probablement être aussi validée dans le cas des banlieues pavillonnaires européennes, puisqu’il existe une relation directe entre taille des parcelles et surfaces occupées par la végétation : la taille des parcelles est élevée dans les banlieues résidentielles, plus faible dans les banlieues populaires.

5En revanche, sur les zones urbaines denses, peu de travaux concernent les modalités d’occupation du sol et leurs relations avec les caractéristiques de la population, des ménages et du bâti. Or l’observation de cartes, de photos aériennes et d’images satellitaires à haute résolution indique que l’organisation de l’espace de ces parties urbaines centrales et les modes d’occupation du sol sont très variés et que la végétation peut y être présente sous de nombreuses formes.

6Le point de départ de ce travail porte sur les relations pouvant exister entre degré de végétalisation et composition sociale des quartiers. D’emblée, il a été postulé que ces relations sont indirectes, compte tenu de la longueur et de la complexité des processus au cours desquels s’est constitué le tissu urbain parisien, notamment des puissants remaniements opérés au fil des différents cycles d’urbanisation.

7Parmi les cycles d’urbanisation les plus importants pour notre propos, le cycle haussmannien (1853-1870) est bref, mais majeur, tant par les innovations introduites que par les dynamiques impulsées, qui se poursuivront jusqu’à la première guerre mondiale. Avant les interventions haussmanniennes, peu d’espaces verts publics existent dans Paris :

  • les grands cimetières (Père Lachaise, Montparnasse, Montmartre) ;

  • les esplanades (Ecole Militaire, Invalides) ;

  • les jardins (Trocadéro, Ranelagh, Tuileries, Plantes).

8Haussmann fait réaménager le parc Monceau et les jardins du Luxembourg ; il fait surtout créer les bois de Vincennes et de Boulogne, les parcs Montsouris, des Buttes-Chaumont et du Trocadéro, ainsi que 28 squares (Pinon, 2002, p. 122-126). Au fil des cycles suivants, d’autres formes urbaines apparaissent : la ceinture des Habitations Bon Marché est érigée en lieu et place des fortifications de Thiers, dans l’entre deux-guerres (Cohen et Lortie, 1994). Les opérations d’éradication des îlots insalubres seront transformées, à partir des années 1960, en de très amples opérations de rénovation urbaine (Coing, 1966 ; Castells et Godard, 1973).

9Dans ce travail, nous avions posé les postulats suivants :

  1. à chaque cycle d’urbanisation correspondent des formes urbaines spécifiques ;

  2. les caractéristiques de ces formes urbaines résultent de conceptions de l’habitat différentes selon les couches sociales auxquels sont destinés les logements construits ;

  3. les relations entre formes urbaines et degré de végétalisation diffèrent selon les cycles d’urbanisation et selon les couches sociales.

10L’échelle d’analyse retenue dans ce travail, celle des IRIS définis par l’INSEE, ne coïncide qu’en partie avec les formes urbaines telles qu’elles sont définies par des spécialistes d’histoire urbaine et architecturale, tels F. Loyer, P. Panerai, M. Garden et J.L. Pinol, P. Pinon. Plutôt, cette coïncidence n’existe que dans certaines parties de Paris, mais non dans d’autres parties. En effet, l’échelle d’analyse a été pensée de manière différente selon les cycles d’urbanisation. Dans les plans du Paris Haussmannien, les espaces verts sont principalement conçus comme grands parcs urbains (Montsouris, Buttes Chaumont, Monceau) et comme squares et jardins de moindre taille (Pinon, 2002, p. 122). En revanche, entre les deux guerres, les espaces verts seront conçus à l’échelle des îlots, juxtaposés ou intégrés à la construction des Habitations Bon Marché (HBM) menées tout autour de Paris, à la place de l’enceinte de Thiers (Cohen, 1994).

Sources et méthodes

11Cette opération de recherche a été possible grâce à la mise à notre disposition d’une source exceptionnelle, dans le cadre d’une convention passée entre l’Université Paris Diderot et l’Atelier Parisien d’Urbanisme (APUR) : il s’agit d’un ensemble de cartes dérivées d’une orthophotographie prise par la société InterAtlas, à la demande de l’APUR. Cette source, très coûteuse, a permis de produire plusieurs fichiers de données sur l’occupation du sol parisien dont M. Palibrk a assuré la mise en forme.

12Parallèlement, une base de données statistiques a été constituée sur la morphologie urbaine et sur la composition sociale de la population résidente. Dans ce travail, il est postulé que les relations entre composition sociale des quartiers et modes d’occupation du sol passent par la morphologie urbaine. Ce terme de morphologie urbaine désigne ici l’ensemble des caractéristiques des logements et des immeubles, sur lesquels l’INSEE met de nombreux indicateurs à la disposition des chercheurs.

La carte de la végétation InterAtlas-APUR

13En 2005, à la demande de membres du Conseil Municipal de Paris, l’Atelier Parisien d’Urbanisme a confié à la société InterAtlas une mission aérienne afin d’obtenir des photographies du couvert végétal sur l’ensemble de l’Ile-de-France. Ces photographies ont été prises dans les longueurs d’onde du visible (rouge, vert et bleu) et du proche infrarouge, permettant de détecter les surfaces recouvertes par la végétation. Les déformations géométriques ont été corrigées : des orthophotographies ont été mises au point et plusieurs traitements d’image ont été réalisés, à l’aide de techniques de télédétection. La société InterAtlas a fourni à l’APUR plusieurs produits cartographiques dont une carte de la hauteur de la végétation, une carte de la hauteur du bâti et une carte des différents modes d’occupation du sol (bâti, bitume/eau, terre, végétation).

14La carte de la hauteur de la végétation est la couche SIG qui a permis de créer la modalité végétation, d’une part, et les modalités de hauteur de végétation, d’autre part. Cette couche est un produit issu du traitement d’une mosaïque d’orthophotographies qui a permis d’obtenir une image en 4 classes (végétation de moins de 1 mètre, végétation de 1 à 9 mètres, végétation de 10mètres et plus, autre). La carte de la hauteur de la végétation a été obtenue par la combinaison :

  • d’une carte de la végétation (résolution à 0,50 m) – végétation décelée sur une orthophotographie pour laquelle ne sont utilisés que les canaux situés dans le vert, le rouge et le proche infrarouge (résolution 0,125 m)– ;

  • du résultat de la soustraction du modèle numérique de terrain (MNT) au modèle numérique d’élévation (MNE), les deux modèles ayant une résolution d’un mètre. La résolution finale de la couche est ainsi d’un mètre également.

15Ce produit fourni par la société InterAtlas n’était pas utilisable tel quel. L’obtention de la variable « Végétation », comprise comme taux de végétation en fonction de la hauteur de cette dernière pour chaque polygone IRIS, est issue d’une chaîne de traitements qui est la suivante.

16Une image classée est une image pour laquelle les pixels faisant partie d’une même classe ont un code commun dans leur table attributaire et apparaissent de ce fait d’une même couleur à l’écran. Tel n’est pas le cas pour l’image fournie par la société InterAtlas pour laquelle nous avons effectivement, à l’écran, quatre couleurs principales pour les quatre classes mentionnées, mais une multitude de nuances pour ces quatre couleurs. Il n’était pas possible de construire une table attributaire avec un codage en quatre modalités. Nous avons dû créer un nouveau fichier de type raster pour lequel le terme de « classe » avait un sens. Pour traiter l’image initiale, nous avons utilisé le logiciel de traitement d’images ENVI et nous avons ainsi réalisé une classification dirigée en quatre classes selon la méthode de Mahalanobis, ce qui a permis d’obtenir une image raster classée, introduite puis traitée dans le logiciel ArcGIS selon la chaîne de traitements suivante :

  • lecture et nettoyage de l’image raster classée obtenue soENVI dans ArcGIS ;

  • vectorisation de l’image raster classée ;

  • découpage de l’image vectorisée pour ne retenir que l’information portant sur la zone d’étude, à savoir la ville de Paris ;

  • découpage des vecteurs par les contours des IRIS pour utiliser les données à cette échelle ;

  • calcul de la somme des surfaces des vecteurs d’une même classe au sein d’un même IRIS ;

  • calcul du rapport entre surface occupée par la végétation selon sa hauteur au sein d’un IRIS et surface de l’IRIS, pour l’ensemble des IRIS.

La carte d’occupation du sol

17Cette carte a été produite par la société InterAtlas selon les mêmes modalités que celle de la hauteur de la végétation. Nous avons réalisé, sur cette carte, les mêmes traitements que ceux concernant la carte de la hauteur de végétation. L’objectif était de créer, pour chaque IRIS, une variable Mode d’occupation du sol comportant quatre modalités, correspondant aux superficies occupées respectivement par :

  • le bâti ;

  • la terre ;

  • l’eau/bitume ;

  • la végétation.

18Les techniques de télédétection utilisées par InterAtlas ne permettaient pas de distinguer les modalités Eau et Bitume. Aussi, pour opérer cette distinction, avons-nous utilisé une carte des zones en eau, créée grâce à la digitalisation des surfaces aqueuses sur l’orthophotographie de Paris. Il a ensuite suffi de soustraire la modalité Eau de la modalité Eau/bitume de la carte précédente, ce qui nous a permis d’obtenir la variable Bitume. L’ensemble de ces traitements a été mené sous ArcGIS.

Les données statistiques de l’APUR sur la période de construction des immeubles

19Dans le cadre de la même convention, l’APUR a mis à notre disposition des données sur la période de construction des immeubles. Ces données avaient été constituées par l’historien F. Loyer qui a procédé à une datation des façades des immeubles parisiens, rue par rue. L’intérêt de ces données tient dans la finesse du découpage chronologique, beaucoup plus précise pour le XIXe siècle et jusqu’au XXe. Le tissu urbain parisien est très ancien : les deux-tiers des logements ont été achevés avant 1948. Dans les données de l’APUR, quatre périodes de construction sont distinguées entre 1800 et 1939, alors que dans les recensements INSEE, une seule modalité (avant 1949) est désormais collectée et proposée dans le Recensement Rénové de la Population.

Les données sociodémographiques

20Les données des recensements de 1999 et de 2007 ont été utilisées sous trois formes différentes. Pour le RP 1999, les données utilisées sont les tableaux-analyses accessibles aux chercheurs par les Archives des Données Issues de la Statistique Publique (ADISP), Centre Maurice Halbwachs (CNRS-ENS Jourdan). Pour les données du RP 2007, C. Rhein a obtenu l’avis favorable du Comité du Secret Statistique d’utiliser le fichier-détail du RP 2007, qui ont été traitées sur le Centre d’Accès Sécurisé aux Données (CASD).

21Les variables utilisées dans ce travail portent sur :

  • la morphologie urbaine (caractéristiques des immeubles et des logements ordinaires) ;

  • la composition des couches sociales, décrite par la catégorie socioprofessionnelle des personnes de référence des ménages, en 8 et en 42 postes.

22Le Tableau n° 1 présente les données sur la Ville de Paris, pour les nomenclatures en 8 et en 42 postes, pour l’ensemble des personnes de référence, en 1999 et en 2007. Toutes les sous-catégories n’ont pas été retenues, dans ce Tableau comme dans les analyses présentées plus loin : seules les catégories comprenant au moins 600 ménages ou personnes de référence (P.R.) figurent dans ce tableau. Par ailleurs, l’évolution des structures sociales a été considérable entre 1999 et 2007 : les Cadres et Professions Intellectuelles Supérieures ont augmenté de 24 %, tandis que la catégorie des ouvriers a diminué de 19 %. C’est une évolution qui se situe dans la prolongation de tendances lourdes qui ont été dégagées depuis 25 ans (Rhein, 2007).

Tableau 1 : les couches sociales et leur évolution à Paris

Tableau 1 : les couches sociales et leur évolution à Paris

Espace de référence et unités d’analyse

23L’espace de référence est ici constitué par le territoire de la Ville de Paris, à l’exclusion des bois de Vincennes et de Boulogne. Les données concernent la zone centrale de la métropole parisienne et le territoire couvert coïncide avec celui de la Ville de Paris, à la fois commune et département, c’est-à-dire unité pertinente de gestion territoriale. L’exclusion des deux grands bois parisiens tient au fait que ces bois sont très peu peuplés, et le sont de manière atypique.

24Les unités d’analyse sont, dans ce travail, les Îlots Regroupés pour l’Information Statistique (IRIS) définis par l’INSEE pour l’exploitation des données censitaires à l’échelle infracommunale. Les IRIS sont définies comme des groupes d’îlots dans lesquels résident 2 000 habitants environ. Ce maillage a été utilisé par l’INSEE pour la diffusion des résultats du RP 1990, puis des RP 1999 et désormais, pour ceux du Recensement Rénové de la Population (Godinot, 2005).

25La ville de Paris comporte 992 IRIS. Or dans ce travail, les analyses statistiques ne portent que sur 846 IRIS. L’élimination de 146 IRIS est fondée sur trois critères. En premier lieu, le nombre minimum de ménages/résidences principales par IRIS a été fixé à 150 au recensement de 1999. Les ménages et/ou résidences principales sont, en effet, les individus statistiques utilisés principalement dans ce travail. Par ailleurs, depuis 2011, L’INSEE met à la disposition des utilisateurs des tableaux produits à l’échelle des IRIS deux indicateurs portant sur :

  • les types d’IRIS, sur le plan fonctionnel : H (habitat), A (activités), D (divers) : ici, seuls les IRIS où prédomine la fonction résidentielle (H) ont été retenus,

  • le label des IRIS indique le degré de fiabilité des résultats produits, en trois modalités : seuls les IRIS les plus fiables (label 3) ont été retenus.

26La grande majorité des IRIS éliminés des analyses sont situés au cœur de Paris, il s’agit essentiellement des quartiers d’affaires, dans lesquels les habitants sont très peu nombreux.

Occupation du sol, morphologie urbaine et structures sociales

27Nous présentons d’abord les résultats de l’analyse exploratoire des données menée sur chacun des trois ensembles de variables utilisées. Il s’agit en particulier de variables dont le comportement est peu connu sur le plan statistique, parce que peu accessibles (occupation du sol, PCS en 42 postes).

Les modes d’occupation du sol

28Dans Paris, les espaces végétalisés sont constitués des éléments suivants :

  • espaces en friches, industrielles ou autres, notamment les talus du chemin de fer de la Petite Ceinture abandonné depuis 1934 ;

  • boulevards, avenues, rues plantées d’arbres (Loyer, 1994, p. 313) « espaces plantés dans la ville » : d’abord les arbres, sur les remparts : boulevards. « D’origine rurale, par la plantation régulière de ses arbres en alignement et par le choix d’essences de haute tige, (l’avenue) se distingue des paysages agricoles ».

  • stades, grands réservoirs (Montsouris-Vanne, Loing et Lunain ; Lilas-Dhuys, Lauriston) ;

  • villas et cités des arrondissements périphériques (cités des Fleurs des XIIIe et XVIIe arrondissements, Campagne à Paris, quartiers pavillonnaires de la Mouzaïa et de la Butte aux Cailles) ;

  • squares, jardins publics, parcs privés ou publics (hôtels particuliers, institutions religieuses) ;

  • cimetières (Père Lachaise, Batignolles, Montmartre, Montparnasse) ;

  • hôpitaux (Saint Vincent de Paul, Port-Royal et Baudelocque, Val de Grâce, Robert Debré) : Sainte Anne, Cochin, Broussais-Saint-Joseph, Georges Pompidou, Bichat-Claude Bernard : cependant la plupart des grands hôpitaux ont été exclus de l’analyse, parce que trop peu peuplés.

29Dans Paris, la végétation est plus importante sur la rive gauche que sur la rive droite. La partie la plus ancienne de la ville, plus développée sur la rive droite que sur la rive gauche, est particulièrement peu végétalisée : bâti et bitume y constituent les modes très dominants d’occupation du sol. Pour autant, peut-on dire que ces parties les plus centrales sont aussi les plus denses ?

30Les modes d’occupation du sol parisien issus du traitement des images sont au nombre de cinq. Ils sont utilisés sous la forme de proportions de la surface totale des IRIS en hectares, sur une superficie totale de 8 698,5 ha, pour l’ensemble de Paris (Figure 1).

31Dans Paris, la végétation constitue le troisième mode d’occupation du sol, derrière le bâti (40 %) et le bitume (30 %). Ainsi la végétation occupe 20 % du sol, contre 36 % dans l’agglomération dense de Paris, c’est-à-dire dans Paris et la petite couronne. Au sein de Paris-ville, le IIe arrondissement est le moins végétalisé (3,3 %) tandis que le XXe arrondissement est le plus végétalisé (29 % : APUR, 2008). La terre (6 %) domine sur les emprises ferroviaires et les cimetières, dans les arrondissements périphériques de la capitale (Figure 1).

Figure 1 : Répartition des quatre grands modes d’occupation du sol

Figure 1 : Répartition des quatre grands modes d’occupation du sol

32Ces différents modes d’occupation du sol entretiennent entre eux des relations plus complexes qu’il y paraît. L’analyse des coefficients de corrélation indique que deux de ces modes – bâti et végétation – sont inversement proportionnels (-.76), et cette opposition est stable à l’échelle de tous les IRIS parisiens (n =992), ou pour les seuls IRIS retenus dans ce travail (n =846). C’est donc une opposition stable, forte, structurante qui se dégage ainsi. Si les proportions de bitume et de végétation sont opposées (-.56), aucune relation significative n’est apparue, en revanche, entre bitume et bâti.

Densités et modes d’occupation du sol

33La densité résidentielle nette – ou rapport du nombre de résidents à l’hectare – est, à Paris, de 320 hts/ha, mais dépasse 500 hts/ha dans de nombreux IRIS au nord, à l’est et dans le quart sud-ouest de la ville. Il s’agit là d’une répartition contre-intuitive, puisque l’impression visuelle de densité est, au contraire, beaucoup plus élevée dans les arrondissements les plus centraux qui sont précisément les moins peuplés.

34A l’échelle des grandes métropoles, la densité de population est positivement liée à la proportion du bâti (Bramley and Power, 2009 ; Jenks and al., 2000). Dans Paris intra-muros, cette corrélation est de +.48, valeur relativement modeste, puisque la variance expliquée par le bâti n’est que de 25 %.

35Contrairement à une autre idée reçue, densité résidentielle et taille moyenne des immeubles ne sont pas liées (-11) : la construction de grands immeubles n’induit pas nécessairement de fortes densités de peuplement. Certes, la densité de population est élevée dans les IRIS concernés par les grandes opérations de rénovation urbaine des années 1970 et 1980, notamment dans les différents quartiers rénovés (Place des Fêtes, Olympiades, avenues de Choisy/Italie). Mais d’autres quartiers, non affectés par de telles opérations, sont tout aussi densément peuplés, en particulier dans les Xe et XIe arrondissements, et au nord de la Butte Montmartre, c’est-à-dire dans des quartiers urbanisés dès la première moitié du XIXe siècle.

Figure 2 : densités résidentielle et bâtie

Figure 2 : densités résidentielle et bâtie

36Par ailleurs, les quartiers sont d’autant plus verts que les immeubles y sont grands, par le nombre d’étages et/ou par le nombre de logements. En effet la taille des immeubles est négativement corrélée à la proportion de bâti (-. 45) et positivement corrélée à celle de la végétation (+.45).

37Ainsi des densités élevées sont atteintes, dans Paris, par des formes urbaines les plus variées : rues loties, ensembles de tours et de barres, groupes d’habitat social, tandis que les quartiers à densité résidentielle faible – tels le nord du XVIe arrondissement – sont des quartiers où le bâti – souvent de type haussmannien – occupe plus des deux-tiers du sol, mais y remplit de moins en moins une fonction résidentielle.

38Densité de peuplement et densité du bâti sont donc à distinguer nettement : certes les densités sont, dans un cas comme dans l’autre, faibles au centre et fortes à la périphérie de la ville, mais au-delà de ce constat, les deux cartes qui rendent compte de leurs répartitions spatiales ne se ressemblent guère et la corrélation entre les deux variables (-.11) n’est pas significative (Figure 2).

Les formes urbaines et leurs descripteurs

39La morphologie urbaine désigne l’ensemble des formes urbaines à des échelles qui vont de l’immeuble, de la parcelle à l’îlot, voire à des compositions telles que la villa, le domaine, ou encore la ville-jardin (garden-city). Or nous traitons ici de données sur les logements et sur les immeubles, données agrégées à l’échelle de l’IRIS, alors que l’îlot ferait sens pour un architecte ou pour un urbaniste (Chemetov et al. 1989 ; Loyer, 1994 ; Panerai et al., 2009). Ce maillage IRIS est donc une première contrainte. La seconde contrainte tient dans le nombre limité d’indicateurs disponibles, dans les recensements de population, sur la morphologie des logements et des immeubles.

40L’immeuble, en tant qu’unité statistique, n’existe plus dans le recensement rénové de la population mis en place en 2004 (Godinot, 2005). C’est donc à titre posthume que les résultats issus de l’analyse de ces indicateurs sont présentés ici. Le décalage des dates (1999-2005) ne fait pas problème dans Paris, parce que le tissu urbain y change de façon marginale. Jusqu’au recensement de 1999, plusieurs informations étaient collectées sur les immeubles, parmi lesquelles le croisement entre nombre d’étages et nombre de logements a fait l’objet d’analyses systématiques dans ce travail.

Cycles d’urbanisation et formes urbaines

41La période d’achèvement des logements est un indicateur des différents cycles d’urbanisation et des traces que chacun d’eux a laissés dans la ville : la variable utilisée ici a été élaborée par l’historien F. Loyer, à partir d’un travail de datation des façades des immeubles parisiens (Loyer, 1994). Certes, cette dernière variable reprend en partie, pour les périodes les plus récentes, la datation issue des recensements INSEE. Mais pour le XIXe siècle, les modalités sont plus nombreuses que dans les données de l’INSEE. C’est pourquoi cette variable donne des résultats plus riches, parce que, dans Paris intra-muros, le stock bâti avant la Première Guerre mondiale représente 60 % du parc de logements et renvoie à des formes urbaines très différentes de celles issues de la période 1915-1948 avec lesquelles elles sont désormais confondues.

Les statuts d’occupation, à l’articulation entre formes urbaines et structures sociales

42Il existe, par construction, des relations entre statuts d’occupation et catégories sociales des ménages. Ainsi, les logements sociaux abritent une population dûment sélectionnée en fonction du niveau des revenus de ces ménages. Le profil de ces ménages est surdéterminé : les catégories populaires (ouvriers et employés) y sont surreprésentées. Il existe donc une relation structurelle entre ce statut – logement social – et ces catégories populaires. Une telle relation n’existe pas dans le cas des deux autres statuts d’occupation – propriété occupante et location dite « libre » (c’est-à-dire non sociale). De fait, pour ces deux statuts, la nature de la relation est différente : elle est démographique, non socioéconomique. C’est une dimension qui influence le fait d’être locataire (population plutôt jeune) ou propriétaire (population plutôt âgée).

43Il existe, par ailleurs, une relation entre la période d’achèvement des logements et la composition démographique de la population, comme l’ont montré J.C. Chesnais et H. Le Bras (1976). Ainsi, le degré de vieillissement des ménages résidant dans les grandes opérations de rénovation urbaine est marqué dès 1999 déjà, plus encore en 2007. Il s’agit de ménages entrés jeunes dans ce stock, dans les années 1960, qui ont atteint l’âge de la retraite : aussi, dans certains IRIS, plus de la moitié des ménages sont-ils retraités en 2007, parce que la mobilité résidentielle est très faible.

44Les trois grands statuts d’occupation sont liés, chacun différemment, aux formes d’occupation du sol. Le stock social (20 % du stock total) a plusieurs caractéristiques qui le distinguent nettement des deux autres stocks (propriété occupante, location libre). La proportion de logements sociaux est corrélée :

  • positivement à la proportion de végétation (+.36), et surtout à la proportion de terre (+.49) ;

  • négativement à celle du bâti (-.58).

Pour les stocks de logements relevant des deux autres statuts, les relations sont opposées :

  • pour les logements en location, négativement avec (-.45) avec la végétation, positivement (+.57) avec la proportion de bâti ;

  • pour les logements en propriété occupante, positivement avec le bâti (+.38), mais sans relation significative avec la proportion de végétation).

Structures sociales des ménages

45La répartition des couches sociales au sein des villes, grandes ou petites, a fait l’objet de nombreux travaux, dans le cadre d’analyses sur la division sociale de l’espace. Il est remarquable de constater qu’une opposition forte et stable se dégage entre ménages aisés (dont les chefs relèvent de la catégorie des CPIS) et couches populaires (ménages ouvriers et employés). Cette opposition a été observée sur Paris-ville, sur Paris et ses banlieues, à l’échelle de l’Ile-de-France (INSEE, 2002). Or cette opposition forte renvoie à des structures sous-jacentes du parc de logements. Quelles sont les relations existant entre ces structures et les modes d’occupation du sol ?

46Plusieurs ensembles de relations ont été dégagés, à partir du corpus de données qui vient d’être présenté, enrichi des variables portant sur la composition par PCS des ménages, à différents niveaux d’agrégation (tableaux°2 et°3).

Tableau 2 : Les sous-groupes vivant dans les quartiers les moins végétalisés

CSP des personnes de référence

des ménages

 % bâti

 % végétation

 % terre

Prof information, arts et spectacles

+.46

-.39

-.32

Etudiants, élèves

+.38

-.31

-.32

Prof. Intermédiaires entreprises

+.22

-.2

n.s.

Cadres entreprises

+.25

-.12

-.26

Cadres (cs3)

+.47

-.30

-.39

Sources : RP 2007 et Image InterAtlas ; n =846 IRIS).

Tableau 3 : Les sous-groupes vivant dans les quartiers les plus végétalisés

CSP des personnes de référence

des ménages

 % bâti

 % végétation

 % terre

Prof. Intermédiaires Fonction Publique

-.19

+.13

n.s.

Employés Fonction Publique

-.37

+ .12

n.s.

Retraités ex-Professions Intermédiaires

-.37

+. 31

+. 16

Retraités ex employés

-.39

+.24

+.26

Ensemble des retraités (cs 8 postes)

-.49

+.48

+.25

Sources : RP 2007 et Image InterAtlas.

47De ces deux tableaux, il apparait bien que ce sont plutôt les ménages âgés qui vivent dans les IRIS les plus végétalisés, tandis qu’à l’opposé ce sont à la fois les étudiants, ainsi que les CPIS, et en particulier la sous-catégorie des professions de l’information, des arts et des spectacles, qui résident dans les IRIS les moins verts.

Les trois relations paradoxales

Le paradoxe haussmannien

48Ce paradoxe tire son nom du fait que les catégories les plus aisées résident dans les quartiers haussmanniens qui sont aussi les quartiers les moins végétalisés. Ainsi la corrélation entre bâti et quatre des six sous-catégories des CPIS (professions libérales, gros commerçants, chefs d’entreprises, cadres des entreprises) est positive, de façon nette et stable, tandis que les relations avec la végétation et la terre est négative, pour ces quatre sous-catégories, fortement corrélées positivement entre elles : en d’autres termes, ces quatre sous-catégories constituent un groupe social plus homogène, par le lieu de résidence, que les autres sous-catégories, dont les zones de résidence diffèrent de ce dernier groupe, d’une part, mais aussi entre sous-groupes que sont les professeurs et professions scientifiques, d’une part, les journalistes et artistes ensuite, et les cadres de la Fonction Publique, en dernier lieu.

49Une variable disponible dans un tableau-analyse INSEE 1999 a été utilisée : il s’agit du croisement entre nombre d’étages et nombre de logements par immeuble. La corrélation est positive (+.6) entre l’une des modalités (immeubles comportant 5 à 8 étages, moins de 9 logements) et les sous-groupes des Professions libérales et des chefs d’entreprises de 10 salariés ou plus : cette relation renvoie aux immeubles haussmanniens des quartiers d’affaires, dans lesquels subsistent quelques logements réellement occupées en résidences principales, tandis que les autres logements ont été convertis en locaux professionnels (ouest du XVIIe arrondissement, nord du XVIe arrondissement) : ces IRIS correspondent à des quartiers densément bâtis, mais peu peuplés et peu végétalisés.

Le paradoxe des gentrifieurs

50La catégorie des gentrifieurs est assurément difficile à définir : elle ne recouvre certainement pas l’ensemble de la catégorie des Cadres et Professions Intellectuelles Supérieures, mais quelques-uns des sous-groupes qui la constituent. Le recours à la nomenclature détaillée en 42 postes des catégories socioprofessionnelles a permis de mettre en évidence une sous-catégorie dont les quartiers de concentration résidentielle apparaissent radicalement différentes de celles des deux sous-catégories majeures du groupe CPIS (cadres administratifs, commerciaux et techniques d’entreprise, figure 3, cs37 et cs38) : il s’agit des professions de l’information, des arts et des spectacles (figure n° 33, cs35) . Ce sous-groupe a la particularité d’être hétérogène par les statuts et par les revenus des personnes qui le constituent, puisqu’il rassemble fonctionnaires, intermittents du spectacle, mais aussi journalistes pigistes et professeurs d’art en free lance. Ce sous-groupe est concentré dans trois quartiers de Paris : Montmartre, Belleville, le Marais à un degré moindre. L’hypothèse avait été posée que ce sous-groupe serait plutôt concentré dans des quartiers végétalisés. Or il n’en est rien, bien au contraire : c’est précisément dans le cas de ce sous- groupe que la corrélation avec la végétation est la plus nettement négative, tandis qu’elle est la plus nettement positive avec la proportion de bâti. Ce sous-groupe réside dans des quartiers populaires, dans lesquels les cours industrielles des Xe, XIe et XVIIIe arrondissements font l’objet de reconversions fonctionnelles en ateliers d’artistes et en résidences principales (Clerval, 2010). Il faut souligner que ce groupe est particulièrement concentré dans Paris intra-muros : il s’est même accru, en valeur relative comme en valeur absolue entre 1999 et 2007, en dépit de l’augmentation sensible des prix immobiliers dans Paris. En effet, pour beaucoup de ces actifs, la localisation centrale de leur résidence est essentielle à leurs activités qui, se déployant dans de multiples lieux, nécessitent un accès aux différents moyens de transport (Rhein, 2007) : telle est, tout du moins, l’hypothèse explicative que nous proposons.

Figure 3 : les Cadres et Professions Intellectuelles Supérieures, un groupe composite

Figure 3 : les Cadres et Professions Intellectuelles Supérieures, un groupe composite

Le paradoxe des retraités

51Le troisième résultat contre-intuitif concerne la corrélation positive entre retraités et végétation. Cette corrélation vaut pour l’ensemble des retraités, et pour les retraités selon leur PCS avant la prise de retraite. La relation entre types de population et degré de végétalisation serait donc principalement de nature démographique. Il y a là un effet des cycles de construction particulièrement net en ce qui concerne les couches populaires, d’autant que les ménages plus jeunes trouvent de moins en moins à se loger dans Paris intra-muros.

52La proportion de ménages retraités est positivement liée à la végétation (+.48), négativement au bâti (-.49). Ces résultats restent les mêmes si l’on considère les retraités en sous-groupes, selon la catégorie socioprofessionnelle d’origine : or les deux principaux sous-groupes (ex-cadres, d’une part, ex-employés et ouvriers d’autre part) ont des répartitions géographiques opposées dans Paris (figure 4). Ce paradoxe s’explique par une chaîne de corrélations entre CSP, cycles d’urbanisation (ou périodes d’achèvement des logements), statut d’occupation et mode d’occupation du sol. Pour les retraités ex-ouvriers ou ex-employés,, ils occupent des logements sociaux achevés dans les années 1970, dans lesquels les ménages occupants – peu mobiles – ont avancé en âge et sont passés à la retraite. Il s’agit, pour l’essentiel de retraités ex- ouvriers/ employés résidant dans les IRIS où prédominent les immeubles et logements construits lors des rénovations des années 1960-1980.

Figure 4 : Ménages retraités selon la catégorie socioprofessionnelle antérieure de la personne de référence

Figure 4 : Ménages retraités selon la catégorie socioprofessionnelle antérieure de la personne de référence

53A l’autre extrémité de l’échelle sociale, les anciens cadres sont concentrés dans des quartiers verts du sud du XVIe arrondissement et dans les VIe et VIIe arrondissements, autour des jardins du Luxembourg, du Ranelagh, de l’Ecole Militaire. Dans certains IRIS du XVIe arrondissement, la proportion de ménages retraités ex-CPIS atteint 35 %. L’évolution se fait donc à stock constant, comme dans les IRIS rénovés des quartiers populaires : les ménages y vieillissent avec leurs logements, laissant d’autant moins de place aux ménages plus jeunes que ces ménages retraités atteignent désormais des durées de vie plus longues.

Occupation du sol, composition sociale et types de logements : une synthèse

54Par souci de clarté, l’exposé des résultats était, jusqu’à présent, fondé sur l’examen des matrices de corrélation entre variables – nombreuses – construites pour ce travail. Avant même la constitution de ces matrices de corrélation, il avait été procédé à des analyses univariées, de façon systématique, sur tous les groupes de variables. C’est lors de cette étape que la décision a été prise de réduire le nombre d’IRIS en fonction des critères indiqués plus haut (nombre de ménages, fonction, fiabilité de l’information statistique).

55Il apparaît utile de procéder à une synthèse de ces différents résultats. C’est la raison pour laquelle une analyse en composantes principales a été menée sur une matrice rassemblant :

en variables actives :

  • les 5 modalités d’occupation du sol (bâti, végétation, bitume, terre, eau) ;

  • les dix modalités d’achèvement du bâti ;

en variables non actives :

  • 31 des 42 catégories socio-professionnelles caractérisant les personnes de référence ;

  • les trois principaux statuts d’occupation des logements (propriété occupante, locatif libre, locatif social) ;

  • la densité résidentielle ;

  • la taille moyenne des logements.

56Le plan des deux premiers axes représente 37 % de la variance totale. Le premier axe est constitué par cette opposition forte et stable, déjà indiquée, entre bâti et végétation/terre, renforcée par celle existant entre bâti achevé avant 1914 et bâti plus récent (Figure 5). Cette opposition entre modes d’occupation du sol et générations de bâti est aussi une opposition entre couches sociales.

57Sur le pôle négatif, ce sont surtout des membres de ce groupe de gentrifieurs considéré comme pionnier, c’est-à-dire les Professions de l’information, des arts et des spectacles, qui constituent le sous-groupe le mieux représenté, sur ce pôle, des 6 sous-groupes constituant la catégorie des Cadres et Professions intellectuelles supérieures (CPIS). A cet ensemble, est associée la composante majeure des Professions intermédiaires, active dans le privé (PCS n° 45) dont les logiques de localisation résidentielle sont donc plus proches des CPIS que de celles de leurs homologues travaillant dans la Fonction Publique.

58A l’opposé, sur le pôle positif du premier axe, ce sont surtout les retraités –cadres compris – et les Professions Intermédiaires et employés de la Fonction Publique qui constituent les catégories les mieux représentées sur le plan factoriel. Or l’opposition porte fondamentalement sur des formes d’occupation du sol différentes, renvoyant à des formes urbaines distinctes par leur âge, et par leur conception : cette opposition se retrouve dans la composition sociale des ménages résidant dans les IRIS.

59Le deuxième axe est constitué par une opposition entre :

  • bâti achevé de l’entre-deux guerres aux années 1960 ;

  • bâti récent (1960-2004), dans lesquelles les grandes rénovations sont caractérisées par la mise en place d’immeubles de grande taille.

60Cette opposition recoupe celle relevée entre deux modes d’occupation du sol : végétation-bâti (pôle positif) contre bitume (pôle négatif). Il s’agit d’une opposition entre ces formes urbaines particulières que constitue la ceinture des HBM entourant Paris, où le bitume a été beaucoup utilisé, plus que dans les IRIS marqués par ces grandes rénovations.

61Le troisième axe (9 % de variance) est constitué par une opposition entre quartiers rénovés dans les années 1960-1970 et quartiers périphériques, où prédominent les infrastructures ferroviaires (caractérisées par la prépondérance de la terre), et/ou des opérations d’aménagement très récentes et de grande envergure (Paris Rive Gauche, Bercy).

62Cette analyse permet de dégager plusieurs types d’IRIS : une classification hiérarchique ascendante a été menée sur les coordonnées des IRIS sur les trois premiers axes de l’ACP et a permis de classer les 846 IRIS en six grands types.

Figure 6 : les six grands types d’occupation du sol

Figure 6 : les six grands types d’occupation du sol

63Le premier type (figure 6) est le plus central : il correspond au bâti le plus ancien, le plus dense et aux quartiers les moins végétalisés. Ses contours correspondent à ceux de l’extension de Paris au milieu du XIXe siècle. Il intègre les quartiers patriciens développés du XVIe au XVIIIe siècle (faubourgs Saint Germain et Saint Honoré, Marais), comme les quartiers plus populaires. C’est dans ce type que la densité résidentielle est maximale, alors que la taille moyenne des immeubles y est minimale. C’est enfin dans ce type que la proportion de Cadres et Professions Intellectuelles supérieures est la plus élevée, en particulier pour le sous-groupe des Professions de l’information, de l’art et des spectacles représentant 18 % des CPIS. Ce sont par ailleurs des quartiers où la proportion de ménages retraités est minimale.

64Les types 2 et 3 sont similaires en ce qui concerne les modalités d’occupation du sol. En revanche, le tissu urbain, plus ancien dans le type 2, a été davantage remanié récemment que dans le type 3, mais ce sont, pour l’essentiel, des quartiers urbanisés de types haussmannien et post-haussmannien. Par ailleurs, la population résidant dans les quartiers de type 2 est un peu plus populaire et un peu plus jeune que dans le type 3 : mais ces nuances sont mineures, dans des quartiers où les ménages CPIS représentent à peu près la moitié des ménages résidents, si l’on ajoute aux ménages actifs les ménages retraités.

Tableau 4 : Caractéristiques des types d’occupation du sol et de tissus urbains

Types

1

2

3

4

5

6

Végétation

9 %

21 %

21 %

30

32 %

28 %

Bâti

54 %

43 %

43 %

20 %

36 %

31 %

Bâti <1850

42 %

9 %

5 %

1 %

2 %

2 %

Bâti 1850-1914

48 %

30 %

44 %

4 %

18 %

8 %

Bâti 1914-1968

6 %

14 %

27 %

77 %

18 %

11 %

Bâti > 1968

7 %

37 %

17 %

13 %

56 %

71 %

HLM

4 %

19 %

9 %

72 %

31 %

49 %

CPIS

40 %

32 %

36 %

18 %

28 %

31 %

Retraités

18 %

20 %

23 %

30 %

27 %

19 %

Sources : données InterAtlas-APUR et INSEE.

65Le type 4 est principalement celui des IRIS de la ceinture de Paris : le stock des Habitations à Bon Marché (HBM), construit entre les deux guerres, constitue une part non négligeable du stock social parisien. En conséquence, les couches populaires y prédominent ; le degré de vieillissement y est accentué. Dernière spécificité : c’est le bitume qui constitue le mode d’occupation du sol dominant.

66Les types 5 et 6 sont caractérisés par une végétalisation importante, et par des emprises non bâties liées aux infrastructures ferroviaires (type 5). Le tissu urbain y est beaucoup plus récent que dans tous les autres types : il s’agit de quartiers périphériques urbanisés tardivement ou profondément remaniés, notamment par des opérations de rénovation urbaine (Place des Fêtes, Olympiades, Beaugrenelle) et par de grands aménagements (Paris Rive Gauche, Bercy). Dans les quartiers de type 5, la population est relativement âgée : arrivée jeune dans des immeubles achevés dans les années 1970 ou 1980, elle a avancé en âge depuis lors.

Eléments de conclusion

67Ces types d’occupation du sol et de tissu urbain suivent un schéma concentrique qui reflète l’inscription spatiale des différents cycles d’urbanisation au fil des siècles. Dans Paris, la dissymétrie Ouest-Est tient au fait que le XVIe arrondissement, peu urbanisé au milieu du XIXe siècle, a été conçu, d’emblée comme quartier dévolu à la bourgeoisie, sous le IIe Empire et les formes d’urbanisation qui ont alors été impulsées se sont poursuivies dans les décennies suivantes. Aujourd’hui, ces Beaux Quartiers sont peuplés de ménages aisés, en majorité âgés. Or, depuis un demi-siècle, la catégorie des CPIS s’est considérablement accrue, en volume et en proportion en Ile de France et dans la ville de Paris, en particulier. Les ménages CPIS s’installent donc dans d’autres parties de la ville et de la métropole. Cette catégorie des Cadres et Professions Intellectuelles supérieures, en augmentation marquée depuis 40 ans, s’est aussi considérablement diversifiée dans sa composition : certains sous-groupes parviennent, plus que d’autres, à s’installer dans Paris.

68Cette analyse des modes d’occupation du sol et des caractéristiques urbanistiques des quartiers apporte aussi plusieurs éléments dans l’interprétation des changements sociaux de Paris. Elle indique l’existence de différents types de gentrification, et non d’un type unique. Il s’agit de l’analyse du versant souvent oublié de la gentrification, celle du tissu urbain. Ainsi la végétation ne joue pas le rôle aussi décisif que celui qui est souvent postulé dans les choix résidentiels des gentrifieurs : il existe de fait différents types de ménages gentrifieurs, aux statuts différents et recherchant des localisations résidentielles différentes. En revanche, les couches populaires (employés et ouvriers) peuvent de moins en moins résider hors du parc social, dont la dernière génération fait partie des quartiers les plus végétalisés de la capitale, mais les relations mises en évidence à partir des données du recensement 2007 évolueront ultérieurement, au fil des cycles de vieillissement/rajeunissement relatif des différentes parties de la capitale.

69Enfin, le maillage utilisé – celui des IRIS – ne permet qu’une exploration partielle des relations entre modes d’occupation du sol, tissu urbain et composition sociale. En particulier, tels qu’ils avaient été conçus par Haussmann, les grands parcs desservent les quartiers environnants : ce jeu d’échelle sera pris en compte dans un prochain développement de ces travaux.

70Les résultats présentés dans cet article ont fait l’objet d’une communication, lors du colloque Images et Villes, en décembre 2011. Ces travaux ont été rendus possibles par la mise à disposition des données suivantes :

  • Les cartes issues du traitement de l’orthophotographie InterAtlas ont été mises à la disposition de M. Palibrk par l’APUR, avec l’accord d’InterAtlas, dans le cadre d’une convention entre l’Université Paris Diderot (pôle Image) et l’Atelier Parisien d’Urbanisme.

  • Recensement de la population 1999 : bases de données infra-communales- IRIS (1999) Tableaux-analyses, INSEE (producteur), Centre Maurice Halbwachs (diffuseur)

  • Les données 2007 sont issues de traitements menés par C. Rhein sur les fichiers-détail (individus et logement-ménages) du RP 2007, sous SAS. L’auteur a bénéficié, pour l’accès aux données, du Centre d’Accès Sécurisé à Distance, dédié aux chercheurs autorisés, suite à l’avis favorable émis par le Comité du Secret Statistique (Conseil National de l’Information Statistique).

Haut de page

Bibliographie

APUR, 2008, « La couverture végétale de Paris et des communes du centre de l’agglomération parisienne », n° 29 (en ligne sur www.apur.org)

Bramley G., Power S., 2009, « Urban form and social sustainability : the role of density and housing type », Environment and Planning B, vol. 36, 30-48.

Castells M., Godard F. (dir.), 1973, La rénovation urbaine à Paris : structure urbaine et logique de classe, Paris-La Haye, Mouton.

Chemetov P., Dumont M.J., Marrey B., 1989, Paris-Banlieue, 1919-1939, architectures domestiques, Paris, Dunod.

Clerval A., 2010, « Les dynamiques spatiales de la gentrification à Paris, une carte de synthèse », Cybergeo : European Journal of Geography, article 505, URL : http//cybergeo.revues.org.

Cohen J.-L., Lortie A., 1994, Des Fortifs au périph. Paris, les seuils de la ville, Paris, Picard-Pavillon de l’Arsenal.

Cohen M., Baudoin R., Palibrk M. Persyn N., Rhein C., 2012, « Urban biodiversity and social inequalities in built-up cities : new evidences, next questions, the example of Paris, France », Landscape and Urban Planning, vol. 106, 277-287.

Coing H., 1966, Rénovation urbaine et changement social, l’îlot 4 (Paris XIIIe), Paris, Editions Ouvrières.

Garden M., Pinol J.-L., 2009, Atlas des Parisiens, Paris, Parigramme.

Godinot A., 2005, Pour comprendre le recensement de la population, INSEE Méthodes, hors série (en ligne sur le site de l’INSEE).

IAURIF-DR INSEE, 2002, Atlas des Franciliens, t. 3, Population, Paris.

Jenks M., Burton E., Williams K. (eds), 2000, Achieving sustainable urban forms, London, Spon.

Le Bras H., Chesnais J.-C., 1976, « Cycle de l’habitat et âge des habitants », Population, No.2, 269-300.

Loyer F., 1994, Paris XIXe siècle, de l’immeuble à la rue, Paris, Hazan.

Mignot C., 2004, Grammaire des immeubles parisiens, six siècles de façades du Moyen Âge à nos jours, Paris, Parigramme.

Panerai P., Castex J., Depaule J.-C., 2009, Formes urbaines, de l’îlot à la barre, Marseille, Editions Parenthèses.

Pinon P., 2002, Atlas du Paris Haussmannien, Paris, Parigramme.

Rhein C., 2007, « Changements sociaux et transformations de l’espace », in Saint-Julien T., Le Goix R. (dir.), La métropole parisienne, centralités, inégalités, proximités, Paris, Belin.

Roncayolo M., 1996, Les grammaires d’une ville, essai sur la genèse des structures urbaines à Marseille, Paris, Editions de l’EHESS.

Welter V.M., 2002, Biopolis, Patrick Geddes and the City of Life, Cambridge, MIT Press.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : les couches sociales et leur évolution à Paris
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26423/img-1.png
Fichier image/png, 431k
Titre Figure 1 : Répartition des quatre grands modes d’occupation du sol
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26423/img-2.png
Fichier image/png, 276k
Titre Figure 2 : densités résidentielle et bâtie
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26423/img-3.png
Fichier image/png, 133k
Titre Figure 3 : les Cadres et Professions Intellectuelles Supérieures, un groupe composite
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26423/img-4.png
Fichier image/png, 240k
Titre Figure 4 : Ménages retraités selon la catégorie socioprofessionnelle antérieure de la personne de référence
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26423/img-5.png
Fichier image/png, 156k
Titre Figure 5
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26423/img-6.png
Fichier image/png, 62k
Titre Figure 6 : les six grands types d’occupation du sol
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26423/img-7.png
Fichier image/png, 82k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Rhein et Milena Palibrk, « Formes urbaines, modes d’occupation du sol et composition sociale en zone urbaine dense : des relations inattendues à Paris », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 685, mis en ligne le 27 juillet 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/26423

Haut de page

Auteurs

Catherine Rhein

Directeur de recherche CNRS,
UMR n° 8504-Géographie-Cités,
CNRS-Universités Paris 1 et Paris Diderot,
rhein@msh-paris.fr

Articles du même auteur

Milena Palibrk

Ingénieur d’études, Pôle Image,
UFR Géographie, Histoire et Sciences de la Société,
Université Paris Diderot,
milena.palibrk@univ-paris-diderot.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page