Navigation – Plan du site
2014
697

Le renouvellement de la ville algérienne par la démolition-reconstruction du vieux bâti. De la sanction à la recherche de légitimité, Cas de la ville d’Annaba

The renewal of the Algerian town by the demolition-reconstruction of old buildings. From sanction to search of legitimacy. Case study of the city of Annaba
Bahia Kebir et Anissa Zeghiche

Résumés

L’état de vétusté avancé du vieux bâti dans la ville algérienne pose le dilemme de la démolition, non plus comme outil-sanction, mais comme outil « légitimé » face à la nécessité de le renouveler et de le restructurer. Les mutations récentes de la ville algérienne en général et à Annaba en particulier nécessitent l’introduction d’outils nouveaux pour accompagner ces transformations ; transformations résultant d’initiatives privées emboîtant le pas à l’action publique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le processus de renouvellement urbain, ou de régénération urbaine, opéré à partir des années 1980 dans de nombreuses villes occidentales (en Europe, voire dès les années 1960 en Amérique du Nord) suite au déclin industriel, ou celui qui s’opère plus récemment dans des pays en plein essor économique (l’exemple de la Chine ou de la Turquie), obéit à des stratégies propres à chaque pays et aux territoires à renouveler. Ce processus concrétise le choix de politiques menées selon les contextes économique et social mais aussi des valeurs culturelles intrinsèques.

  • 1 L’approche des New Labour : « investing in people, not just in buildings » voulant rompre avec l’ap (...)
  • 2 Loi Solidarité et Renouvellement urbains du 13 décembre 2000, adoptée en France.
  • 3 Istanbul Capitale européenne de la culture 2010.

2Ainsi, si en Grande Bretagne l’Urban Regeneration s’est essentiellement appuyée sur un choix de Dérégulation économique qui a permis de booster l’économie pour se tourner par la suite vers l’Urban Renaissance (Colomb, 2006) plus soucieuse des préoccupations sociales1, le Renouvellement Urbain en France s’est basé sur le concept de Solidarité2 pour requalifier à la fois les centres anciens, les quartiers de banlieue en difficulté et les friches industrielles en déshérence. Le cas Allemand s’est essentiellement assimilé à une Rénovation Douce s’opposant à la radicalité de la rénovation-bulldozer et impliquant de façon effective la participation des habitants (Vittu, 2012), tandis qu’en Italie la démarche fondée sur une vision du Recupero (Ingallina, 1993) s’est attelée à privilégier la prise en compte de l’héritage historique et de la ville existante dans sa globalité. Dans les villes à forte expansion démographique et/ou économique, la transition économique ainsi que les ambitions de modernisation et/ou de rayonnement culturel, comme c’est le cas en Chine ou en Turquie3, orientent les choix de l’action publique vers la reconquête de territoires urbanisés pour les remodeler et répondre au mieux aux exigences du moment.

3Il ressort de ces différentes expériences de renouvellement urbain, que la démolition du bâti existant est source de controverse au regard de son état de ruine, de stigmatisation sociale ou d’obsolescence technique. Démolir pour reconstruire peut être envisagé comme un processus ordinaire et cyclique, inhérent aux sociétés qui ont de tout temps démoli « en toute conscience et sans état d’âme… pour cause de vétusté, d’inutilité, de dysfonctionnement, d’inadaptation et, en termes plus positifs cette fois de modernisation » (Choay, 1996). Toutefois, la démolition revêt le plus souvent une connotation négative liée à la violence de la destruction, celle-ci est souvent décriée notamment en rapport à la critique faite à la Rénovation urbaine. Perçue comme un aveu d’échec après des tentatives infructueuses de réhabilitation des Grands Ensembles, la Déconstruction trouve cependant légitimité et marque la fin d’un tabou auprès des acteurs locaux en France (Duarte, 2010). Ne pas démolir recouvre tout autant un caractère fortement symbolique notamment dans les villes marquées par la désindustrialisation qui ont érigé les témoins du déclin au rang de patrimoine industriel dont la reconversion a permis un changement de regard (Mons, 2009) ; le choix de ne pas démolir était ainsi un acte de résilience, « une stratégie d’enrayement de la fatalité et du désenchantement » (Druot, 2009).

4Toute nouvelle substitution est ainsi corrélée à cette interrogation : peut-on modifier, recomposer la ville ou certaines de ses parties sans « oser » la démolition ? Celle-ci est-elle inévitable ? Dans quels cas peut-elle être admise ? Quelles parties de la ville peuvent être vouées à la démolition, quelles autres devront être conservées ? L’acte radical qu’est la démolition est ainsi précédé de ce dilemme entre, d’une part, les tenants d’une sauvegarde, parfois jugée passéiste et à laquelle certains préféreront une « conservation empreinte d’authenticité » (Lambert, 2012) et, d’autre part, des arguments en faveur d’une destruction souvent décriée et perçue comme un gâchis, voire, de façon plus passionnée, un acte de vandalisme et qui interrogent l’homme dans son rapport au patrimoine et à l’acte d’édifier (Choay, 1992).

5Ces interrogations sont d’autant plus pertinentes et légitimes dans une ville algérienne en mutation, exposée d’une part à une rareté du foncier libre, rendant caduque l’implantation de nouveaux programmes, et souffrant, d’autre part, des conséquences de choix politiques sans cesse remis en cause et où l’espace a été maintes fois « retourné » (Côte, 1993). La démolition d’un bâti, certes frappé de forte obsolescence, n’y serait-il pas encore un autre cycle de « déni de la mémoire » (Veschambre, 2008), renvoyant ainsi à l’idée de défaire, de supprimer des éléments d’identification et d’appropriation de l’espace, comme ont pu être les modifications introduites dans les tissus traditionnels de la ville algérienne pendant la colonisation, tout comme les gestes d’effacement ou de réappropriation au lendemain de l’indépendance ?

6La thématique du renouvellement urbain est en réalité relativement récente en Algérie ; la littérature s’y rapportant est peu abondante et la réflexion en est à ses prémices. Mais bien qu’il n’existe pas (ou pas encore) de politique de renouvellement urbain à proprement dire en Algérie, on assiste néanmoins à l’émergence d’un intérêt nouveau des pouvoirs publics pour la prise en charge d’un vieux bâti dont l’entretien est resté longtemps négligé. Cette vision en état de gestation est cependant largement devancée par l’action privée laquelle, depuis la transition économique du pays dans les années 1990, trouve dans la ville algérienne des opportunités économiques s’exprimant par une intense activité. Cela explique la présente position à s’interroger sur un processus en cours et un phénomène en gestation et non à évaluer une politique urbaine réellement entreprise, celle-ci étant dans une phase de prospection.

7Avec l’émergence d’un nouveau contexte économique et social en Algérie depuis une décennie, la question de la démolition du vieux bâti devient pertinente par l’urgence de sa prise en charge mais aussi par le dilemme qu’elle suscite et les enjeux économiques et sociaux qui l’accompagnent. La ville algérienne, longtemps vouée à s’étendre et aujourd’hui appelée à se recomposer, connaît des mutations spatiales résultant simultanément de l’action de l’acteur privé et de la vision des pouvoirs publics, chacun obéissant à des desseins propres. S’entourant d’interrogations sur la manière de se positionner vis-à-vis de ce choix ultime, l’acte de démolir semble trouver aujourd’hui des légitimités auprès de ces différents acteurs. Ces légitimités semblent marquer un passage dans l’usage de la démolition prévue par la législation algérienne comme « outil-sanction » (Schmit, 1988) et dont la perception négative pourrait constituer un frein aux futures opérations de renouvellement, vers son acceptation par les différents acteurs en tant qu’outil de renouvellement du tissu urbain.

Comment pourrait donc être appréhendé ce processus de mutation de la ville algérienne ; quelle en serait la particularité ? Comment serait perçue l’action de démolir pour renouveler les tissus urbains ? Quelle attitude et quels choix devront adopter les pouvoirs publics afin de mieux accompagner cette mutation ?

8L’objectif de cette étude est de porter un éclairage sur la manière de se positionner vis-à-vis de ce choix ultime de démolir pour régénérer les tissus existants, sur les conséquences d’un tel acte, et de tenter de décrypter les arguments sur lesquels se construisent aujourd’hui la légitimité de l’acteur public et de l’acteur privé, arguments qui semblent aujourd’hui justifier la démolition d’un vieux bâti longtemps ignoré dans la ville algérienne. Il est tenté d’en présenter la situation et l’ampleur, en mettant en évidence les légitimités qui justifient, proscrivent ou freinent la démolition du vieux bâti, en s’intéressant au processus de la démolition-reconstruction, observé dans les quatre grandes villes algériennes, en général, et plus particulièrement à Annaba (ex Bône), une ville côtière de l’extrême nord-est algérien. Annaba, chef-lieu de wilaya (Département), est située à 600 km à l’est d’Alger et à 80 km de la frontière algéro-tunisienne. Elle abrite un peu plus de 250 000 habitants et anime un territoire wilayal regroupant près de 610 000 habitants (ONS, 2008). La ville est composée de trois principaux tissus juxtaposés qui correspondent aux trois grandes périodes de son histoire : le noyau originel d’époque médiévale, tissu traditionnel compact et jouxtant le port ; le tissu colonial composé d’une trame en damier combinée à un tracé concentrique avec une architecture constituée essentiellement dans la partie centrale d’immeubles de rapport de type haussmannien et dont l’espace majeur est la Place du Cours de la Révolution ; puis viennent les extensions périphériques de la période post-indépendante sous forme de grands ensembles d’habitat collectif dont les normes de conception obéissent à un maillage très hiérarchisé et un espace libre dilué (Carte 1).

Carte 1 : Annaba, limites et principales composantes

Carte 1 : Annaba, limites et principales composantes

9Une attention particulière sera donc portée sur les opérations de démolition-reconstruction prédominantes et réalisées par l’acteur privé au niveau du parcellaire colonial de la ville d’Annaba, sur les nouvelles formes et fonctions occupant les parcelles reconstruites, ainsi que sur la logique économique régissant ce processus. Ces actions de démolition réalisées par l’acteur privé sont décrites et confrontées au regard des arguments qui accompagnent le nouveau discours des pouvoirs publics sur la question de la démolition du vieux bâti.

Pouvoirs publics et démolition du vieux bâti, la recherche de nouvelles légitimités

La ville algérienne à l’épreuve des mutations socioéconomiques

10L’urbanisme promu en Algérie, depuis l’indépendance, s’est jusqu’à récemment attelé à étendre la ville au-delà de ses franges pour répondre, toujours dans l’urgence, aux incessantes demandes en logements. Après des années de réduction drastique des dépenses publiques, un tournant semble se produire, depuis deux décennies, dans un contexte ponctué de mutations économiques et sociales. Les pouvoirs publics s’y sont engagés, grâce à une embellie financière, dans une série de réformes visant à relancer l’économie, à accroitre l’offre en logement et en emploi et à entreprendre des travaux de restructuration. Ce contexte socioéconomique nouveau entraîne, de façon inédite, des actions et des interventions sur les tissus urbains existants, préfigurant une ville algérienne en mutation et faisant émerger des problématiques nouvelles et complexes.

  • 4 Loi 90-25 du 18 novembre 1990 modifiée et complétée, portant orientation foncière, J.O n° 49 du 18  (...)
  • 5 Loi 90-29 du 1er décembre 1990 modifiée et complétée, relative à l’aménagement et l’urbanisme, J.O (...)

11En réalité, ce processus a été entamé dès le début des années 1990 ; l’entrée en vigueur des nouvelles dispositions concernant le foncier4 et la déconcentration de la gestion urbaine5, ont activement accompagné la libéralisation du marché du foncier et l’investissement de l’opérateur public et privé dans la promotion immobilière. Cette transition a boosté le secteur de la construction et notamment la multiplication des interventions des propriétaires privés (Souami, 2001). Les mutations économiques engagées à cette période ont entrainé des transformations urbaines significatives, tant du point de vue des procédures, des morphologies, que celui des fonctions. On assiste dès lors à l’émergence de nouveaux acteurs dans la production de l’espace urbain se manifestant essentiellement par des promotions immobilières et des équipements à caractère économique.

12Puis, plus récemment, avec l’aisance financière dont bénéficie le pays et qui fait éclore un nouveau regard, des projets urbains stratégiques sont initiés à Alger avec le réaménagement de la baie, de l’oued El Harrach et la Place de Martyrs, ou encore à Constantine avec la préparation de l’évènement « Capitale de la culture arabe 2015 ». Ces projets urbains sont accompagnés tant bien que mal par l’introduction de nouvelles infrastructures de transport (métro d’Alger, tramway, ouvrages d’art). Par ailleurs, l’état de vétusté avancé du vieux bâti dans les villes algériennes oriente les pouvoirs publics à se préoccuper de cette question par la mise en place d’un diagnostic exhaustif dans les quatre grandes villes, Alger, Oran, Constantine et Annaba, et dont les résultats justifieront les choix à retenir en termes de réhabilitation, de restauration ou de démolition.

13Les enjeux qui accompagnent ce contexte économique et social relativement récent, agissent sur la structure des grandes villes algériennes, faisant émerger un nouvel urbanisme accompagné de problématiques inédites et qui concernent essentiellement les tissus constitués appelés à se régénérer. Ainsi, en parallèle à une ville algérienne qui continue à s’étaler, la ville existante se meut par une profusion de projets publics mais aussi d’opérations de démolition-reconstruction essaimées à travers les tissus urbains et opérées essentiellement par l’acteur privé ; autant d’actions qui peuvent s’assimiler à des prémices de renouvellement urbain mais qui ont pris de cours et interrogent aujourd’hui les pouvoirs publics quant à la prise en charge du vieux bâti et la mise en place d’outils appropriées pour accompagner la mutation.

Discours persuasif et ébauche d’outils pour l’action

14Le Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme estime à 8 % du parc logement en Algérie concerné par un état de vétusté avancé, 15 % de ces logements seraient concentrés dans les quatre grandes villes précitées. Outre les tissus traditionnels (Casbah, Médina) relevant d’une problématique patrimoniale autre ; le tissu colonial, datant du 19ème siècle, représente la part la plus importante de ce que les pouvoirs publics désignent aujourd’hui sous l’appellation « vieux bâti ».

  • 6 Loi n° 06 – 06 du 20 février 2006 portant Loi d’orientation de la ville, J.O n° 15 du 12 mars 2006.

15En réalité, la reconnaissance de cet héritage de la période coloniale en tant que patrimoine semble être davantage l’apanage des scientifiques ; il est en effet moins considéré en tant que tel par les pouvoirs publics ou par les habitants, ce qui rend plus complexes et plus controversés les enjeux qui accompagnent sa prise en charge. À l’indépendance, le parc immobilier dans le tissu colonial considéré comme « bien-vacant » est mis en location puis cédé à partir du milieu des années 1980 à bon nombre de locataires devenus propriétaires. Leur mise en vente par l’État à des prix relativement modérés sans mise en place effective de cahiers des charges qui auraient précisé les modalités d’entretien de ces biens et des parties communes (comme en atteste la suppression des conciergeries) pourrait être comprise comme, non seulement une volonté de l’État de se désengager d’une prise en charge problématique, une dévalorisation symbolique de la qualité architecturale de ces constructions mais également comme l’absence d’identification et d’attachement affectif à l’encontre de ce legs de la période coloniale. Ceci rend difficile sa reconnaissance en tant que patrimoine au même titre que celui hérité de la période antérieure. Toutefois, l’état avancé de dégradation de ce vieux bâti force aujourd’hui les pouvoirs publics à s’y intéresser : sa préservation et sa valorisation font partie des recommandations de la Loi portant orientation de la ville tout autant que la restructuration, la réhabilitation et la modernisation des tissus urbains pour les rendre fonctionnels6.

  • 7 Farès A., « Les grands dossiers de la wilaya d’Alger. Ce qu’il faut savoir sur le vieux bâti », Lib (...)
  • 8 Chiffre énoncé par le Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme.

16Des réflexions ont été menées depuis 2006 par les différents responsables des wilaya d’Alger, Oran, Constantine et Annaba autour du thème de « La méthodologie sur la conduite de l’opération de diagnostic de l’état de vulnérabilité du vieux bâti dans les grandes villes »7 ; une approche qui repose sur la classification du bâti en fonction de son degré de vulnérabilité et sa valeur architecturale ou historique. Ce diagnostic serait ainsi la pièce maîtresse pour argumenter le choix en faveur d’opérations de réhabilitation des constructions ou de leur démolition. Mais l’ampleur et la complexité de la question laissent présager la difficulté de gestion des 1,8 millions de bâtisses8 classées en état de dégradation avancé. Le Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme estime que « dans l’état actuel, il n’est pas raisonnable que l’État remette en état des bâtisses que leurs propriétaires ont décidé de laisser à l’abandon » s’inquiétant de la « réaction de tous les citoyens qui logent mal, qui habitent dans des bidonvilles ou qui n’ont pas de logement du tout ».

  • 9 Propos de l’Inspecteur Général du Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme, recueillis par A.L., «  (...)
  • 10 Propos de la Directrice de l’Urbanisme au Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme, recueillis par (...)

17Face au coût mais aussi à la complexité des situations que peuvent engendrer des opérations de réhabilitation ou de restauration, les pouvoirs publics s’interrogent sur la décision à prendre : « est-ce parce que des constructions sont vieilles qu’on est dans l’obligation de les restaurer ? Pourquoi ne pas les démolir ? », invoquant par là une « remise en cause de la sacralisation que l’on se fait souvent du vieux bâti »9 et une certaine appréhension des difficultés de maîtrise des opérations de réhabilitation qui nécessitent un savoir-faire et une gestion appropriés qui font encore défaut. La question de la faisabilité devient aussi l’argument justifiant les choix futurs quant à la réhabilitation : « quand elle est faisable on la fait sinon on démolit », la démolition étant alors considérée comme une « opportunité pour récupérer le foncier dont la valeur est importante… à la place on va injecter des équipements qui vont revitaliser les fonctions urbaines ou construire une infrastructure ou un jardin ou une place publique. C’est le concept de régénération urbaine »10.

  • 11 Rencontre Régionale Ouest, Tlemcen, le 30 avril 2011, Université Abou Bakr Belkaid.

18À ce propos, les thèmes de réflexions des Assises Nationales de l’Urbanisme de 2011, portant sur la régénération comme outil de revitalisation des fonctions urbaines, préconisent alors une « mise en place de mécanismes et d’outils de prise en charge des tissus urbains présentant un état de vétusté ou de dysfonctionnement préjudiciable aux plans de la fonctionnalité, de la sécurité des biens et des personnes, de l’économie urbaine et de l’esthétique des paysages et du cadre bâti ». La récupération du foncier urbain pour « de nouvelles fonctions adaptées » constitue une solution à « l’amenuisement des réserves foncières du domaine public [qui] exige des mécanismes techniques et opérationnels de renouvellement des potentialités à travers la régénération urbaine », laquelle devant impliquer « un cadre institutionnel efficace, des montages financiers fiables, des opérateurs professionnels spécialisés (bureaux d’études, entreprises et producteurs de matériaux de construction appropriés »11.

  • 12 B.N., « Une expertise pour le vieux bâti », Dépêche de Kabylie, le 11 mars 2006.

19Cette propension vers le choix de la démolition est devenue effective depuis près de deux années dans les villes d’Alger, d’Oran et Constantine où des ambitions de « Modernisation » s’accompagnent d’opérations de démolition d’ampleur relativement importante impliquant la collaboration entre le Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme, celui des Collectivités Locales et celui des Finances. Au préalable à toute décision, un programme d’expertise du vieux bâti dans les quatre villes est confié, dès l’année 2006, aux Centres de Contrôle Technique (CTC) des trois régions (Est, Centre et Ouest) du pays en association avec le Centre de Génie Parasismique (CGS) et le Centre National d’Étude et de la Recherche en Industrie du Bâtiment (CNERIB). Un groupe de réflexion et de concertation, entre les différents organismes impliqués, est également mis en place afin d’élaborer, par un projet de loi, le cadre législatif déterminant les intervenants et leurs responsabilités12.

Prémices d’action : les démolitions dans les vieux quartiers, arguments techniques et nécessité de restructuration

20La préoccupation des pouvoirs publics au sujet du vieux bâti remonte aux années 1980 où la vétusté des tissus urbains dans les grandes agglomérations devenait préoccupante. De nombreuses installations obsolètes furent détruites (exemple des Halles d’Alger) et de nombreux terrains récupérés pour de nouvelles constructions en dépit des critiques ou contestations qui ont accompagné ces opérations ; c’est notamment le cas du Grand Projet Urbain d’Alger qui a « tenté d’exister dans un climat de morosité économique » (Anouche, 2002). La crise pétrolière viendra réduire de façon drastique les dépenses publiques et suspendre la réflexion sur la ville existante.

  • 13 10 milliards de dinars algériens pour les quatre villes : Alger, Oran, Constantine et Annaba.

21Le séisme qui a frappé de nombreuses villes algériennes en mai 2003 a révélé à nouveau l’extrême fragilité des tissus anciens, remettant cette question dans les priorités des problèmes urbains à résoudre. L’importance des enveloppes financières allouées dès l’année 2006 à l’expertise du vieux bâti dans les quatre villes algériennes13 témoigne de l’intérêt que portent aujourd’hui les pouvoirs publics à ce sujet. Un nouveau mode opératoire serait ainsi en train de s’esquisser au niveau de la ville algérienne qui continue à s’étendre mais dont les tissus constitués connaissent des mutations accélérées.

  • 14 Les services de la protection civile de la ville d’Oran ont à ce sujet recensé près de 200 effondre (...)
  • 15 B.M.A., « Vieux bâti : 150 immeubles d’habitation désaffectés seront démolis », El Watan, le 27 jui (...)
  • 16 B.M. A., « Relogement : les quarante immeubles vidés seront démolis », El Watan, le 15 février 2010

22Longtemps concentré au niveau des noyaux originels (Casbah, Médina), le phénomène d’effondrement du vieux bâti se propage à travers les tissus d’époque coloniale14. Manque d’entretien, densité d’occupation et aléas du temps mettent en péril des centaines d’édifices situés dans ces zones centrales des grandes villes algériennes. À titre d’exemple, depuis 2010 dans la ville d’Oran (ouest algérien), au sein du quartier Derb, les services techniques de la commune ont procédé à l’évacuation de 150 immeubles qui ont été désaffectés et devront être démolis après des opérations de relogement de leurs habitants (plus de 600 familles) entamées dès l’année 200815. Une fiche technique a permis d’établir un diagnostic et d’estimer à cinquante millions de dinars16 le coût de la démolition des immeubles dont l’état de dégradation avancé présente un danger imminent, ceux-ci étant considérés par les services techniques comme « ne présentant aucun intérêt architectural ou historique ». Cette décision est toutefois contestée par les habitants, qui considèrent ce quartier comme l’un des plus anciens quartiers de la ville et donc témoin de son histoire urbaine. Une fois l’opération de démolition achevée, l’assiette foncière dégagée devrait être transférée aux services des Domaines et servir à l’implantation de projets d’utilité publique initiés par l’exécutif de la Wilaya dans le cadre du projet de modernisation de la ville d’Oran. Mais les lenteurs dans l’exécution des travaux de démolition, dues essentiellement au manque de moyens matériels et financiers, ont pour conséquence l’arrivée de nouveaux occupants ; ces derniers viennent squatter les lieux en attente qui sont parfois murés ou détruits partiellement par les services de la commune dans une tentative de les rendre inhabitables.

23Au niveau d’Alger (capitale du pays), une réflexion est lancée sur le devenir du Grand Alger concernant la maîtrise de son étalement, son nécessaire renouvellement et la recherche d’une gouvernance appropriée à tous ces besoins (Hadjiedj, 2003). Des travaux sont entrepris depuis le début des années 1990 et de nombreuses démolitions ont été réalisées par les pouvoirs publics dans le cadre de la restructuration du quartier d’El Hamma visant à repenser la centralité de la capitale (Djedouani, 2004). Hormis ces démolitions, des centaines d’immeubles d’habitation demeurent dans un état de vétusté avancé. La commune de Belouizdad dénombre, au premier semestre de l’année 2011, près de 120 immeubles voués à la démolition. Les assiettes de quelques immeubles détruits ont été très vite occupées et transformées de façon illicite en parkings gardés, et ce en dépit de la volonté de la commune d’en faire des espaces de détente en attendant leur réaffectation. Le souci majeur auquel sont confrontés les pouvoirs publics, dans cette décision de démolition de bâtiments menaçant ruine, est le relogement des habitants. Les réactions de ces habitants, rarement associés à ce processus, sont diverses :

  • Ceux qui acceptent d’être relogés ailleurs, trouvant ainsi un logement en meilleur état de salubrité,

  • Ceux qui le contestent pour des raisons d’éloignement du lieu de travail et des liens sociaux tissés au fil des années,

  • Ceux qui réinvestissent les lieux car relogés dans des appartements exigus,

  • Ou encore les ménages en cohabitation dont une partie accepte le relogement alors que l’autre refuse, ou bien ces mêmes ménages dont on ne satisfait pas la demande d’obtenir de nouveaux appartements séparément.

24Ce sont autant de situations auxquelles sont confrontés les pouvoirs publics dans les opérations de relogement et qui constituent les obstacles majeurs aux démolitions. Ce fut le cas au niveau de la rue Tripoli à Hussein Dey (Alger) où la structure de cet axe n’a pu être modifiée pour le passage du tramway et ce malgré l’exiguïté de la rue, le choix des pouvoirs publics a été de réduire la voie de circulation automobile la limitant à un sens unique.

25D’autres situations accompagnent ces décisions de démolition du vieux bâti, faisant valoir d’autres légitimités qui s’opposent. C’est le cas de la prison d’El Coudiat à Constantine (est algérien), en dépit de son classement en tant que patrimoine national en 1992, ce bâtiment a fait l’objet d’une décision de démolition à cause du tracé adopté pour le passage du tramway. Cette décision a provoqué une vive opposition de la part de la société civile qui a réussi à l’infléchir grâce au mouvement associatif local, celui-ci invoquant la valeur historique de ce centre pénitencier témoin de la période de la guerre de libération. Le tracé du tramway fut redessiné sans pour autant éviter la destruction d’une partie des tribunes du stade Ben Abdelmalek. Des projets de modernisation de cette ville ont également amené à prendre des décisions de démolition notamment au quartier du Bardo où un immense quartier précaire abritant près de 1 300 familles a été complètement détruit afin d’accueillir de nouveaux projets sur près de 50 hectares libérés.

26L’état de dégradation du vieux bâti menaçant ruine et la nécessité de restructuration de tissus anciens par récupération d’assiettes foncières constituent ainsi des arguments pour asseoir cette nouvelle légitimité en faveur de la démolition et en vue d’une reconstruction jugée plus efficiente ou plus rentable. Les arguments techniques semblent ainsi prévaloir dans ce choix notamment à travers le diagnostic visant à identifier l’état du vieux bâti dans les quatre grandes villes. C’est le cas à Annaba où les résultats de l’expertise se sont essentiellement appuyés sur des critères techniques. Comment l’action de démolition est-elle dans ce cas appréhendée entre opportunités du marché et ambitions des pouvoirs publics locaux ? Quelle en serait la portée dans le développement futur de cette ville dont la poursuite de l’étalement se heurte aux contraintes naturelles ?

Les opérations de démolition-reconstruction à Annaba : entre opportunités du marché et ambitions des pouvoirs publics locaux

27Tout en continuant à s’étendre, la ville d’Annaba, hybride et mobile, connaît une dynamique parallèle se traduisant par un processus plus ou moins spontané de démolition-reconstruction de son parcellaire colonial. En échappant à la planification, ces importantes transformations soulèvent une multitude d’interrogations.

Action privée et logique économique : une démolition légitimée ?

28La ville d’Annaba connaît depuis deux décennies une rapide transformation de son tissu urbain qui s’inscrit dans la nouvelle logique économique issue des réformes engagées. Cette mutation se matérialise par des substitutions ponctuelles essaimées de façon sporadique à travers son parcellaire colonial et qui se produisent à un rythme de plus en plus soutenu. Ces mutations s’opèrent essentiellement dans le secteur du centre-ville (l’hyper-centre colonial) essentiellement le long de l’axe Larbi Tebessi, l’avenue de l’ALN, la rue Bouzered Hocine avec substitution de bâtiments à usage d’habitation en immeuble à usage commercial. Ce phénomène se propage également au niveau des quartiers résidentiels qui abritent de plus en plus d’activités tertiaires, c’est le cas du quartier de l’Elysa (secteur de la Colonne) et notamment au niveau de l’avenue du Colonel Amiour dont le tissu, constitué essentiellement de maisons individuelles à étage de type colonial, se densifie par ces opérations de démolition-reconstruction, de nouvelles bâtisses à plusieurs niveaux viennent remplacer ces maisons anciennes en accueillant de nouvelles activités (banques, assurances, cliniques privées).

29Le quartier dit du Gazomètre, jouxtant l’hyper centre et constituant la zone péricentrale ainsi que la plaque tournante du commerce et des flux autour de la place Hacène Nouri, connait également une profonde mutation. Deux grandes opérations vont donner le ton à ces transformations, il s’agit de la réalisation du Centre d’Affaires Méditerranéen (CAM) et le Centre Commercial Numidia comme premières opérations de partenariat entre les pouvoirs locaux et l’acteur privé. Une autre opération d’envergure sera matérialisée par la tour d’habitation AADL faisant partie du projet présidentiel d’un million de logements. Ce quartier verra également la construction d’un autre centre commercial privé (Centre Essalem) sous forme d’immeuble à étages mais aussi la démolition des Halles Souk-El-Fellah, une ancienne grande surface de distribution du secteur public dont la surface a été convertie en stands de vente loués à de jeunes commerçants dans une tentative avortée de résorption du chômage ; ces halles ont été complètement détruites après un incendie. En parallèle, de nombreuses opérations de démolition-reconstruction sont réalisées par l’acteur privé sur l’ancien parcellaire changeant la physionomie de ce quartier vétuste. Ce secteur limitrophe à l’hyper-centre a également accueilli deux sièges de directions de Wilaya situé sur l’avenue Bouzered Hocine laquelle enregistre une cadence accélérée d’actions de substitution de son parcellaire (Carte 2).

30En dépit de leur aspect sporadique, ces transformations par démolition-reconstruction n’en représentent pas moins une part importante du tissu urbain central et péricentral. Une logique de rentabilité semble ordonner la volonté des propriétaires qui sont essentiellement de nouveaux acquéreurs de biens achetés auprès d’héritiers soucieux de céder un legs dont l’entretien devient coûteux mais dont la situation stratégique surenchérit le prix à la vente (Rahal et Boukhemis, 2013). Après démolition de l’ancienne habitation, le nouveau propriétaire, érigeant une nouvelle construction, privilégie un changement d’activité se présentant sous deux cas de figure (Rahal, 2012) :

  • Le nouveau bâtiment comporte une activité tertiaire : dans certains cas il s’agit d’un centre commercial composé de stands sur plusieurs étages loués à des particuliers. On citera le cas exceptionnel de la salle de cinéma de propriété publique cédée à un opérateur privé qui a procédé à sa démolition et à l’édification d’un centre commercial sur la même parcelle (Photo 1).

Carte 2 : Démolitions-Reconstructions. Quartier du Gazomètre, Annaba.

Carte 2 : Démolitions-Reconstructions. Quartier du Gazomètre, Annaba.
  • Dans d’autres cas il s’agira d’un établissement sanitaire (cliniques privées) ou d’un immeuble entièrement loué pour l’exercice d’activités tertiaires (banques étrangères, assurances).

  • Les nouvelles fonctions sont parfois mixtes se présentant sous forme de commerces au rez-de-chaussée avec logements et/ou bureaux aux étages. Les logements sont parfois occupés par le propriétaire du bien lui-même ou bien vendus ou loués.

31Outre l’introduction d’une nouvelle fonction tertiaire notamment au niveau bas des immeubles nouvellement érigés, parfois même loués avant la fin du chantier de construction (Photo 2), le souci de rentabilité se mesure également par la densification de la parcelle, le nombre d’étages étant le plus souvent augmenté par rapport à l’ancienne bâtisse (Photo 3) ; dans certains cas, des opérations de remembrement sont également effectuées sur deux parcelles, permettant ainsi d’obtenir de plus grandes surfaces intérieures. D’autre part, ces substitutions, que nous qualifierons de greffes en raison du caractère incohérent quant à leur insertion au contexte, introduisent une rupture dans la façade urbaine, leur hauteur se distinguant par rapport à la silhouette de la rue ainsi que par les rythmes et les dimensions dissemblables des ouvertures. On y décèle également l’introduction de matériaux et d’éléments architectoniques en rupture avec l’existant (Photo 4).

32Sur fond de spéculation foncière, ces opérations reflètent l’enjeu économique qui accompagne ces substitutions partielles sur le tissu urbain : la rentabilité financière semble être l’argument majeur auquel profitent à la fois les nouveaux acquéreurs par le bénéfice obtenu sur investissement, et les propriétaires des biens mitoyens en attente par surenchérissement de la valeur du foncier. Ainsi, faute d’outils efficients de politique publique se substituant à la planification traditionnelle, les règles financières pilotent d’avantage le développement urbain se caractérisant par leur « volatilité et leur caractère cyclique peu compatibles avec une politique urbaine à long terme » (Renard, 2008).

33Par ailleurs, ce processus nous renvoie également à des questionnements qui devraient être posés en amont. L’argument technique justifié par l’état de vétusté des anciennes bâtisses et les difficultés de leur entretien, la logique de rentabilité ou le souci légitime d’extension des surfaces habitables, devraient-ils être les seuls à être pris en compte pour justifier la démolition ? N’y a-t-il pas là risque de dérive en l’absence d’un inventaire qui protègerait des bâtisses présentant un caractère architectural particulier ? Une dérive que le capital ordonnerait selon les conjonctures pour « construire un environnement propre à son image » (Harvey, 1978) et pourrait ainsi le détruire à nouveau pour le transcrire avec la réapparition d’une nouvelle crise ou d’un contexte différent. Et si ces arguments, toutefois légitimes, l’emportaient, ne devraient-ils pas être réfléchis autant dans l’intérêt particulier que collectif en terme d’image, de fonctionnement, de mobilité à l’échelle de toute la ville ?

34D’autre part, la sporadicité de ce processus de démolition-reconstruction, à travers le tissu urbain central et péricentral de la ville d’Annaba, nous questionne sur la nécessité d’une vision globale, jusque-là absente, quant à l’évolution future de ces tissus constitués. Les conséquences de cette mutation, quand bien même parfois nécessaire, voire favorable, démontrent la difficulté des instruments d’urbanisme et des règlements actuels à anticiper ou à contrôler ce phénomène. Le permis de construire n’étant que peu corrélé à l’autorisation de démolir, ce processus de substitution échappe ainsi à la cohérence dont est tributaire l’intérêt collectif, ceci en termes de forme urbaine qu’il s’agirait non pas de préserver en l’état mais à laquelle il est indispensable de garantir une certaine cohérence, mais aussi en termes de fonctionnement de la ville où le choix des nouvelles activités et leur localisation reste problématique.

Photo 1 : Substitution d’une salle de cinéma par un centre commercial

Photo 1 : Substitution d’une salle de cinéma par un centre commercial

Cliché : KEBIR B. 2013

Photo 2 : Mise en location de magasins après reconstruction de la parcelle

Photo 2 : Mise en location de magasins après reconstruction de la parcelle

Cliché : KEBIR B. 2013

Photo 3 : Reconstruction avec densification sur une petite parcelle

Photo 3 : Reconstruction avec densification sur une petite parcelle

Cliché : KEBIR B. 2013

Photo 4 : Introduction de matériaux et d’éléments architectoniques nouveaux à la façade urbaine

Photo 4 : Introduction de matériaux et d’éléments architectoniques nouveaux à la façade urbaine

Cliché : KEBIR B. 2013

35Ce choix de démolir pour reconstruire, s’il accompagne une mouvance libérale encouragée, doit tenir compte des besoins, apporter les améliorations attendues et non pas créer de nouveaux dysfonctionnements au sein d’une structure urbaine fortement congestionnée et déséquilibrée. Ainsi, dans un contexte économique ayant favorisé cette évolution, quelle latitude ont aujourd’hui les pouvoirs publics locaux vis-à-vis de l’évolution future des constructions vétustes dans les tissus anciens ?

La démolition, entre ambitions de restructuration et conflits d’intérêt…

36La question de la démolition du vieux bâti dans la ville d’Annaba, caractérisée à l’instar des grandes villes algériennes par son urbanisation diffuse, constitue un enjeu important au vu de la rareté du foncier encore nécessaire à la réalisation de nouveaux projets, mais aussi au regard des ambitions de restructuration qui concernent essentiellement le centre-ville, ambitions qui restent toutefois timorées. Cet espace hérité de l’époque coloniale constitue le centre névralgique d’une agglomération intercommunale de plus de 350 000 habitants regroupant le chef-lieu et son espace périurbain qui y est fortement relié et en est dépendant sur le plan fonctionnel. En dépit de la nécessité de restructuration de l’espace central tant du point de vue de l’accessibilité, de la mobilité, des fonctions que de l’image, les choix restent en grande partie mobilisés sur le report de croissance vers l’espace périurbain, notamment à El Bouni qui continue de recevoir de grands programmes de logements et d’équipements (Pôle Universitaire, futur CHU, Gare Routière…).

37En parallèle, et paradoxalement, des dizaines d’hectares souffrent de désuétude et d’obsolescence avancée au niveau de la zone centrale et péricentrale sans qu’aucune action ne soit menée à l’échelle de cet espace en dépit des enjeux qu’il suscite. Par exemple, une tentative de réaménagement de l’îlot (incluant le Palais de Justice et la Maison d’Arrêt) situé au nord du Cours de la Révolution avait été amorcée par un concours d’idées qui préconisait la démolition de la Maison d’Arrêt dans le but d’assurer une meilleure transition vers la place du Palais de la culture ; mais ce projet est resté au stade de l’étude. Pareillement, le projet de démolition de la bibliothèque municipale située non loin de cet îlot pour la construction d’un centre d’affaires par un investisseur étranger (Groupe émirati SIDAR) a suscité une vive réaction au sein de l’assemblée communale, scindant les élus en deux groupes, l’un favorable au projet car créateur d’emplois et l’autre s’y opposant car estimant la situation de la bibliothèque stratégique pour les élèves fréquentant les lycées avoisinants. En définitive, ce projet fut tout simplement abandonné (Boulbir, Boukhemis et Zeghiche, 2012).

38Ces réflexions autour de la transformation de certains espaces stratégiques du centre-ville d’Annaba, bien que n’ayant pas abouti, si elles reflètent une préoccupation des pouvoirs publics quant à la nécessité de restructuration de cet espace, dénotent également le dilemme précédant le choix de démolir. Afin de justifier les choix à venir, les pouvoirs publics misent désormais sur les arguments techniques que devra fournir le diagnostic confié à l’organisme public de Contrôle Technique de la Construction (CTC-Est). L’opération visant à établir le diagnostic technique du vieux bâti à Annaba concerne 12 quartiers centraux et péricentraux (Carte 3) totalisant le nombre de 3 887 bâtisses correspondant à 13 698 logements.

39Cette expertise s’est appuyée sur une méthodologie rationnelle suivant des critères liés essentiellement à :

  • La description détaillée du système structurel, de l’étanchéité et des parties communes (hall, escalier…)

  • Le diagnostic des désordres (fissures des cloisons et murs, affaissement des planchers, corrosion des aciers et profilés métalliques, éclatement des enrobages) et formulation d’avis techniques.

Carte 3 : Taux du vieux bâti fortement dégradé dans les secteurs expertisés à Annaba (2013)

Carte 3 : Taux du vieux bâti fortement dégradé dans les secteurs expertisés à Annaba (2013)

Tableau 1 : État de dégradation du vieux bâti dans les secteurs expertisés à Annaba

Quartiers

Nombre de bâtisses

État de dégradation

IMR

Bon

Léger

Moyen

Fort

Nombre

 %

Nombre

 %

Vieille-ville

505

9

3

108

187

37 %

198

39 %

M’Haffeur

50

0

12

4

28

56 %

6

39 %

Oued Edheb

439

4

24

18

267

60 %

26

6 %

Didouche Mourad

95

0

0

95

0

0

0

0

La Colonne

834

68

53

270

397

47 %

46

5,5 %

Belaid Belgacem

206

11

45

150

0

0

0

0

Gazomètre

44

0

0

17

25

56 %

2

4,5 %

Hyper-centre

493

59

78

206

133

26 %

17

3,44 %

Port Said

50

1

7

32

10

20 %

0

0

Sidi Brahim

782

0

1

18

532

68 %

132

16 %

Seybouse

389

10

10

180

131

33 %

58

15 %

Total

3887

162

242

1288

1710

44 %

485

13 %

*IMR : Immeuble Menaçant Ruine

Source : CTC Est. 2012

40Une classification des bâtiments est effectuée à l’issue de l’avis technique selon une typologie du niveau de dégradation (léger, moyen et fort) et du degré d’intervention préconisée (légère, moyenne et lourde) ; une typologie qui fait également ressortir les Immeubles Menaçant Ruine (IMR). Ce diagnostic, qui somme toute est purement technique, s’attache essentiellement à évaluer l’état de solidité de la structure portante des immeubles et n’aborde en rien les aspects architecturaux à même de démontrer un intérêt ou une qualité architecturale devant être pris en compte pour décider du type d’intervention à mener.

41Les résultats de l’expertise au niveau des 12 secteurs identifiés à Annaba (Tableau 1) font ressortir que près de 44 % des bâtisses visitées présentent un état de dégradation avancé et que plus de 13 % menacent ruine. Il est important de noter qu’un nombre élevé de bâtisses n’ont pas été expertisées en raison du refus ou de l’absence du propriétaire lors de la visite des agents du CTC, ce qui dévoile l’absence de dialogue avec les habitants en amont de cette opération ; dialogue qui aurait permis la sensibilisation et le consensus. Le quartier du Gazomètre, en dépit du nombre important de parcelles reconstruites, enregistre un taux très élevé de constructions fortement dégradées. Le quartier de la Colonne enregistre également un taux considérable de bâtiments dans un état avancé de dégradation. Hormis la vieille-ville et le quartier El M’haffeur (le plus ancien quartier précaire à Annaba), le quartier Sidi Brahim, ancienne cité de recasement de l’époque coloniale, détient le plus fort taux de bâti dégradé et menaçant ruine.

42Ce diagnostic révèle également la sporadicité des parcelles où l’expertise préconise une intervention lourde (Carte 4). Cet aspect conjugué à la nature juridique de la propriété, qui s’avère en majorité privée, rend difficile en réalité le passage effectif à une intervention de grande envergure par les pouvoirs publics ayant initié cette expertise. Par ailleurs, des freins d’ordre financier mais aussi de nature logistique ayant trait au montage d’opération semblent aujourd’hui geler toute intervention. Par tâtonnements, l’initiative publique se heurte à la complexité des actions et à leur enchevêtrement et ce en l’absence d’implication des acteurs privés et des représentants de la société civile, mais aussi de stratégie globale pour le développement urbain à Annaba à long terme. Ces freins se traduisent en une hésitation des pouvoirs publics dont l’action se restreint à une tentative de réhabilitation par des projets pilotes. Des opérations dont on esquisse les contours à travers des cahiers des charges à confier à des bureaux d’études puis à des entreprises dont on exige une qualification dans le domaine de la réhabilitation architecturale, un savoir-faire qui en réalité fait défaut. Deux sites ont été choisis pour entamer ces projets pilotes au niveau des artères importantes de l’hyper-centre (Cours de la Révolution, rue Asla Hocine, avenue de l’ALN, rue Ibn Khaldoun, rue Emir Abdelkader) et du quartier de La Colonne (rue Ibn Badis, rue Ben Amiour, rue Colonel Amirouche) (Photos 5 et 6). Un concours national a été récemment lancé pour le choix de bureaux d’études afin d’établir un état de lieux exhaustif de ces bâtisses et mettre au point un cahier des charges précis pour la réalisation de ces opérations de réhabilitation.

43Se heurtant d’ores et déjà à la difficulté du choix d’un bureau d’études qualifié pour ce type d’action, les pouvoirs publics appréhendent par la suite de ne pas trouver sur le marché local des entreprises spécialisées dans le domaine. Ainsi cette recherche de légitimité fondée sur des arguments techniques, faisant face à la complexité des situations, laisse présager des difficultés aussi bien pour une prise de décision quant aux opérations à entreprendre que pour l’accompagnement de la mutation dans ces secteurs de la ville.

La ville algérienne face au dilemme de la démolition

44Les éléments distinctifs de l’expérience, ainsi démontrée, de la ville algérienne en général et de celle d’Annaba en particulier, nous renseignent sur les points forts, les difficultés ainsi que sur les interrogations entourant la démolition vis-à-vis de la nécessité de renouveler la ville.

Carte 4 : État du vieux bâti dans le quartier de la Colonne I à Annaba (2013)

Carte 4 : État du vieux bâti dans le quartier de la Colonne I à Annaba (2013)

Photo 5 : Immeuble ciblé par l’opération pilote de réhabilitation. Quartier de la Colonne

Photo 5 : Immeuble ciblé par l’opération pilote de réhabilitation. Quartier de la Colonne

Cliché : KEBIR B 2013

Photo 6 : Immeuble ciblé par l’opération pilote de réhabilitation. Cours de la Révolution

Photo 6 : Immeuble ciblé par l’opération pilote de réhabilitation. Cours de la Révolution

Cliché : KEBIR B. 2013

La démolition en droit de l’urbanisme, un outil-sanction mal accepté

45L’argumentaire porté par une ébauche de discours persuasif ainsi que les prémices d’actions, laissent entrevoir la propension que peuvent avoir aujourd’hui les pouvoirs publics en faveur du choix de démolir mais aussi, en filigrane, leurs réticences envers cette alternative. Les difficultés d’accompagnement en termes de gestion, de coût et de savoir-faire, semblent constituer les principaux freins à la démolition ; des obstacles qui sont également portés par les réactions souvent négatives des habitants et de la société civile rendant ce choix très difficile à entreprendre et à se faire accepter dans un contexte social marqué par la pénurie de logements et équipements en tout genre.

  • 17 Selon le Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme, dans la seule région de la capitale en 2008, on (...)
  • 18 Assemblée Populaire Communale.
  • 19 Bahri W., « Le foncier de la discorde, manifestations et interpellations à Annaba », L’Expression, (...)

46Cette perception négative pouvant accompagner les démolitions, dans le cadre d’un renouvellement urbain de la ville algérienne, pourrait être accentuée par des antécédents qui ne manquent pas de revêtir un caractère répressif. En effet, si la démolition est relativement acceptée par les contrevenants en tant que sanction à l’encontre d’infractions partielles (construction d’une clôture ou d’un escalier sur voie publique, non-respect de servitude, extension par construction d’une pièce ou d’un étage supplémentaire non autorisé), elle l’est moins lorsqu’il s’agit de maisons précaires érigées sans permis de construire sur des terrains appartenant au domaine public. L’application de la mesure de démolition de ces habitations illicites est rendue difficile, voire caduque au vu de l’ampleur du phénomène17, notamment face à la crise du logement persistante et aux moyens financiers ne permettant pas l’accès à un logement décent pour certaines couches sociales. À Annaba, par exemple, certains quartiers sont souvent la scène de troubles suite au passage à l’acte par les services de l’APC18 pour démolir ces constructions illicites, un véritable « bras de fer »19 oppose alors les occupants du bidonville aux démolisseurs. Ces habitants perçoivent cette sanction, appliquée par démolition de leur habitation, comme une mesure répressive à leur encontre car se sentant par-là doublement lésés dans leur droit de se loger.

  • 20 Loi 08-15 du 20 juillet 2008 fixant les règles de mise en conformité des constructions et leur achè (...)

47Face à ces situations conflictuelles, les mesures préconisées par les pouvoirs publics, voulant « éradiquer » ce type d’habitat, vacillent entre une politique de « bulldozer » et une politique de « tolérance » et de « reconnaissance » selon des trajectoires jamais « linéaires » (Signoles, 1999). Cette question s’est complexifiée depuis l’adoption de la récente loi dite de régularisation du bâti inachevé20. Cette loi visant à amener les propriétaires à achever leur construction crée et intensifie le sentiment d’inégalité vis-à-vis de l’application de la sanction. Celle-ci est rendue davantage ambigüe par l’acceptation de situations irrégulières par les pouvoirs publics lesquels, face au fait accompli et à son ampleur, posent l’alternative de la régularisation. Cette ambivalence nourrit la polémique entourant l’action de démolir et accentue le dilemme d’une démolition qui serait nécessaire pour restructurer la ville algérienne.

48Dans ce climat de tension vive et persistante, comment donc faire accepter aujourd’hui la démolition comme outil de renouvellement urbain ? Quelles seraient les priorités à entreprendre ? Comment démêler ces situations inextricables et duales entre démolir un bâti jugé vétuste mais licite et régulariser un habitat illicite qui serait somme toute légitime pour ses occupants ?

49Si là serait la mission des pouvoirs publics devant légitimer des ambitions de restructuration, l’action de l’acteur privé donne cependant le ton à un processus de renouvellement des tissus existants dans une certaine frénésie échappant à une vision globale et cohérente du développement urbain.

La démolition, quels arguments pour quelles perspectives

50Comment donc appréhender la démolition, serait-elle une violence ou un mal nécessaire, l’acte à partir duquel on espère effacer ce que l’on veut oublier pour recommencer autrement, rattraper ce qui est raté, pour un avenir meilleur ? La reconstruction, assimilée à un remède, ne saurait alors être dénuée de sens, au contraire, elle serait chargée de symboles pour l’homme et la société qui y inscrit son identité, ses espérances, ses valeurs, parfois ses craintes ou ses illusions.

  • 21 Thème de l’exposition universelle de Shanghai 2010 : « Meilleure ville, Meilleure vie ».

51Deux postures opposées semblent se présenter, celle dédramatisant la démolition (Pinon, 2011) avançant les arguments de développement et de contemporanéité (mise aux normes, optimisation d’espaces stratégiques), et celle liée à une conscience patrimoniale, à un héritage à transmettre, à la mémoire des lieux avec ce que cela suppose en termes de lien social. Ces oppositions rendent encore plus complexes la question d’un legs en péril dans les tissus traditionnels des villes algériennes où des pans entiers sont en ruine, faisant percevoir l’acte de démolir comme une ultime violence faite à l’histoire commune. Dilemme difficile à trancher qu’est donc ce choix de démolir pour reconstruire ; il l’est d’autant plus dans un pays comme l’Algérie dont l’histoire est jalonnée de ruptures et d’incessantes remises en cause, un pays où l’on aspire désormais à la continuité et à la stabilité. Ou alors ce choix serait-il la promesse d’une vie meilleure, d’une ville meilleure21, face aux besoins d’une démographie rendant toujours pesante la pénurie en logements et à laquelle le foncier vient à manquer, au coût de l’immobilier extrêmement élevé et que la spéculation surenchérit, aux terres agricoles sacrifiées et aux paysages naturels défigurés par une urbanisation accrue et acharnée ?

52Mais cette promesse d’une qualité de vie en ville surmonterait-elle les difficultés induites par la démolition notamment en terme de relogement des habitants, d’incapacité des instruments à agir sur les tissus existants, de carence (ou d’incompétences inavouées ) en bureaux d’étude et entreprises spécialisées ainsi qu’en main d’œuvre qualifiée pour des travaux de réhabilitation ou de restauration, mais aussi de formation des architectes et des urbanistes axée sur la conception des projets nouveaux et très peu sur les problématiques concernant les tissus constitués ?

53Face à ce diagnostic faisant ressortir une part importante du bâti en état de dégradation avancé, face aux légitimités économiques, techniques et structurelles qui se dessinent, quelles stratégies devront être adoptées ? Celle d’un urbanisme de « ponctualisme » (Bohigas, 1984) ou celui d’une action radicale ? Celle de la table rase ou celle de la mutation progressive qui puise dans l’énergie existante afin de réinventer la qualité dans les territoires stigmatisés ? Quelle vision de renouvellement offrir comme alternative à ces territoires ?

54Dans cette situation, paradoxalement confuse et prometteuse que connait la ville algérienne, se pose l’enjeu d’une planification rompant avec les réflexes réglementaires pour devenir une démarche active et créative débouchant sur le projet urbain (Ingallina, 2010). Celui-ci aura la charge d’appréhender la ville en tant qu’hybride, surmontant la difficulté d’agir sur ses fragments tout en garantissant la cohérence des actions entre les différents partenaires (Broggi, 2010). Ainsi la ville algérienne existante avec ses qualités et ses dysfonctionnements contiendrait la matrice implicite de la ville de demain où « les espaces les plus marqués négativement sont en réalité la chance de la ville » (Grumbach, 1994). Une évolution « des objectifs, des moyens et pratiques traditionnelles de développement et d’aménagement » (Roussel, 2003) devra donc mettre en place cette démarche adaptée à chaque cas, mettant l’accent sur les relations qu’entretiennent les éléments qui composent la ville par « la reconnaissance de ce qui déjà est là » (Devillers, 1994).

Conclusion

55Ainsi, « d’outil-sanction » pénalisant les constructions illicites, la démolition semble devenir un « outil légitimé » pour recoudre, recomposer, réparer ou requalifier les tissus urbains en quête d’un meilleur usage. Une légitimité économique semble guider le choix de l’acteur privé dont l’action est portée par la logique marchande et par le coût d’une démolition jugé plus rentable que celui d’une restauration ou une réhabilitation. Une légitimité technique semble par ailleurs orienter les choix de l’action publique. Ces choix apportent toutefois leur lot d’incohérences, de difficultés de gestion et de mise en œuvre, mais aussi d’interrogations quant aux enjeux liés à ces actions inédites dans la ville algérienne. Cet acte radical, lourd de sens qu’est la démolition, ne peut se faire sans engager la réflexion sur un dilemme difficile à trancher : que doit-on démolir et/ou conserver ? Comment accompagner ces démolitions et en gérer les conséquences ?

56Dans ce contexte de mutations spatiales d’une ville algérienne qui se refait sans dessin préalable, régulée par le marché et des initiatives privées emboîtant le pas à l’action publique, les questions auxquelles les pouvoirs publics devront trouver réponse seront de l’ordre de la responsabilité et de la nature des intervenants : qui doit faire quoi et comment ? Si le vieux bâti à Annaba présente des signes de vétusté avérés et pourrait constituer l’opportunité de récupérer du foncier en milieu urbain, quelle serait la stratégie à adopter ? Quelle serait la part des dimensions sociales, économiques, historiques et patrimoniales pour un processus de mutation qualitative ? Sous quelle forme associer l’acteur privé et l’habitant à un tel processus ? Comment définir la tâche de chacun dans une démarche de partenariat coordonnée face à la diversité des territoires à renouveler, des échelles à articuler et des situations sociales à résoudre ?

57L’intérêt de ce nouveau mode opératoire sur les tissus constitués est d’en garantir l’efficience, mais surtout de voir, en toile de fond, l’impérative réflexion autour des choix à retenir pour une ville algérienne en devenir. Celle-ci ne devrait-elle pas être portée par un projet fédérateur et prospectif (Louhi-Djeghri et Zeghiche, 2012), en vue d’un renouvellement spatial qui accompagnerait un renouveau social et économique dans une Algérie voulant rompre avec la spirale de dévalorisation héritée des années de crise ? Une stratégie ambitieuse devra ainsi être mise en place en intégrant développement économique et social dans une vision partagée entre partenaires et devant s’appuyer sur un engagement public fort (Mellakh, 2011 ; Mellakh et Zeghiche, 2013). Mais au préalable de toute stratégie, c’est une philosophie dont il s’agira de définir les contours.

58Les outils et les compétences, jusque-là attelés au développement extensif de la ville algérienne, sont-ils appropriés dans ces situations ? Une foule de questions se présentent ainsi au préalable de toute action sur les tissus constitués dans une ville algérienne encore en quête d’équilibre et d’identité. « Les hommes, les méthodes, les institutions » (Swach, 1998) seront la clé d’un projet urbain dont la réussite requiert un temps pour en débattre et en théoriser le sens.

Haut de page

Bibliographie

Anouche K., 2002, « Les enjeux d’un projet de métropole internationale dans une ville en crise : le cas d’Alger », in Carriere J-P. (dir.), Villes et projets urbains en méditerranée, Tours, Presses Universitaire François Rabelais, 90-110.

Bohigas O., 1984, « Cent projets concrets pour transformer Barcelone », Techniques et Architecture, No.351, décembre 1983 – janvier 1984, 123-129.

Boulbir L., Boukhemis K., Zeghiche A., 2012, « Crise de l’offre foncière économique en Algérie : du bloc à l’investissement informel. Le cas de la ville d’Annaba », Revue d’Économie Régionale et Urbaine, No.3, 353-378.

Broggi A., 2010, « Des méthodes pour assurer la qualité urbaine », in Masboungi A. (dir.), Barcelone, Ville innovante, Paris, Le Moniteur, 131-133.

Choay F., 1992, L’allégorie du patrimoine, Paris, Seuil.

Choay F., 1996, « De la démolition », in Fortier B. (dir.), Métamorphoses parisiennes, Paris, Pavillon de l’Arsenal, 11-28.

Colomb C., 2006, « Le new labour et le discours de la  »Renaissance Urbaine«  au Royaume-Uni. Vers une revitalisation durable ou une gentrification accélérée des centres-villes britanniques ? », Sociétés Contemporaines, No.63, 15-37.

Cote M., 1993, L’Algérie ou l’espace retourné, Paris, Flammarion.

Devillers Ch., 1994, « Le projet urbain », Les mini PA, No.2, Paris, Pavillon de l’arsenal.

Djedouani S., 2004, Mutations urbaines et stratégies de renouvellement dans deux villes-ports méditerranéennes. Le cas de Marseille et Alger, Thèse de Doctorat, Institut d’Urbanisme de Paris, Université Paris XII, Val de Marne.

Druot F., 2009, « Ne pas démolir, une stratégie », Architecture d’Aujourd’hui, No.374, novembre-décembre 2009, 65-74

Duarte P. (dir.), 2010, Les démolitions dans les projets de renouvellement urbain, représentations, légitimités et traductions, Paris, L’Harmattan.

Grumbach A., 1994, « La dialectique des contraintes ou comment se fait la ville », Publication « Le Débat », No.80, Gallimard, mai-août 1994, 174-145.

Harvey D., 1978, « The urban process under capitalism, a framework for analysis », International journal of urban and regional research, 2, No.4, 110-131.

Hdjiedj A., Chaline C., Dubois-Maury J. (dir.), Djedouani S. (coord.), 2003, Alger, les nouveaux défis de l’urbanisation, Paris, L’Harmattan.

Ingallina P., 1993, Les politiques de réhabilitation et de reconquête des milieux intra-urbains. Le « recupero » en Italie, la réhabilitation en France, thèse de doctorat, Paris I.

Ingallina P., 2010, Le projet urbain, Paris, Que sais-je ? PUF.

Lambert G., 2012, « Paris détruit, Paris vivant ? Destructions et sauvegarde, les cycles de la ville », Métropolitiques, 27 janvier 2012. URL : http://www.metropolitiques.eu/Paris-detruit-Paris-vivant.html, page consultée le 28 juin 2014.

Louhi-Djeghri N., Zeghiche A., 2012, « La prospective, un outil essentiel pour agir sur le territoire. Essai d’application au centre-ville de l’agglomération d’Annaba », Revue Sciences Sociales et Humaines « El-Tawassol », No.30, 79-102, Université Badji Mokhtar-Annaba, Algérie.

Mellakh A., 2011, Agenda 21 local et concertation. Entre discours et réalité. Cas de la ville d’Annaba (nord-est algérien), Mémoire de Magister, Département d’Aménagement, Université Badji Mokhtar – Annaba, Algérie.

Mellakh A., Boukhemis A., 2013, « L’Agenda 21 local, un enjeu du développement urbain concerté. L’exemple de la ville d’Annaba (Algérie) », Colloque Villes, pouvoir et modes de gouvernement urbain en Tunisie et au Maghreb, 17-18 avril 2013, Unité de Recherche ECONURBA, Faculté des Sciences Humaines et Sociales, Université de Tunis, Tunisie.

Mons D., 2009, « Les formes de renouvellement urbain dans la ville de tradition industrielle », in Paris D., Mons D. (dir.), Lille métropole, laboratoire du renouveau urbain, Marseille, Parenthèses, 126-157.

ONS (Office National des Statistiques), Algérie : Recensement Général de la Population et de l’Habitat, 2008. http://www.ons.dz/-Population-RGPH2008-.html, page consultée le 28 juin 2014.

Pinon P., 2011, Paris détruit. Du vandalisme architectural aux grandes opérations d’urbanisme, Paris, Parigramme.

Rahal K., 2012, Reconstruire la ville sur la ville. Stratégies des acteurs privés dans les tissus coloniaux. Cas d’étude : Ville d’Annaba, Mémoire de Magister, Département d’Architecture, Université Badji Mokhtar – Annaba, Algérie.

Rahal K., Boukhemis K., 2013, « Le renouvellement du tissu urbain colonial. Décryptage des systèmes d’acteurs privés et leurs stratégies déployées. Cas de la ville d’Annaba (Algérie) », Colloque Villes, pouvoirs et modes de gouvernement urbain en Tunisie et au Maghreb, 17-18 avril 2013, Unité de Recherche ECONURBA, Faculté des Sciences Humaines et Sociales, Université de Tunis, Tunisie.

Renard V., 2008, « La ville saisie par la finance », Le Débat, No.148, 106-117.

Roussel F.X., 2003, « Penser la ville, ville renouvelée, renouvellement urbain, une page de la mutation des villes en train de s’écrire », in El Haggar N., Paris D., Shahrour I. (dir.), La ville en débat, Paris, l’Harmattan, 167-181.

Schmit B., 1988, « Entre la démolition et le droit », Diagonal, No.73, 21-22.

Signoles P., Elkadi G., Sidi Boumediene R., 1999, L’urbain dans le monde arabe, politiques, instruments et acteurs, Paris, CNRS éditions.

Souami T., 2001, « Algérie, la naissance difficile d’un marché des terrains à bâtir », Études foncières, No.89, 36-40.

Swach P., 1998, « Barcelone, la deuxième renaissance », Projet Urbain, No.14, 2.

Veschambre V., 2008, Traces et mémoires urbaines, enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Vittu E., 2012, « La  »réhabilitation en douceur«  à Berlin : une place pour tous ? », Métropolitiques, 19 septembre 2012. URL : http://www.metropolitiques.eu/La-rehabilitation-en-douceur-a.html, page consultée le 28 juin 2014.

Haut de page

Notes

1 L’approche des New Labour : « investing in people, not just in buildings » voulant rompre avec l’approche « Thatchérienne ».

2 Loi Solidarité et Renouvellement urbains du 13 décembre 2000, adoptée en France.

3 Istanbul Capitale européenne de la culture 2010.

4 Loi 90-25 du 18 novembre 1990 modifiée et complétée, portant orientation foncière, J.O n° 49 du 18 novembre 1990.

5 Loi 90-29 du 1er décembre 1990 modifiée et complétée, relative à l’aménagement et l’urbanisme, J.O n° 52 du 2 décembre 1990.

6 Loi n° 06 – 06 du 20 février 2006 portant Loi d’orientation de la ville, J.O n° 15 du 12 mars 2006.

7 Farès A., « Les grands dossiers de la wilaya d’Alger. Ce qu’il faut savoir sur le vieux bâti », Liberté, 6 décembre 2007.

8 Chiffre énoncé par le Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme.

9 Propos de l’Inspecteur Général du Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme, recueillis par A.L., « Réhabilitation délicate du vieux bâti », Le temps d’Algérie, le 4 septembre 2010.

10 Propos de la Directrice de l’Urbanisme au Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme, recueillis par Midjek F., « Vieux bâti : des quartiers seront démolis », El Watan, le 27 juin 2011.

11 Rencontre Régionale Ouest, Tlemcen, le 30 avril 2011, Université Abou Bakr Belkaid.

12 B.N., « Une expertise pour le vieux bâti », Dépêche de Kabylie, le 11 mars 2006.

13 10 milliards de dinars algériens pour les quatre villes : Alger, Oran, Constantine et Annaba.

14 Les services de la protection civile de la ville d’Oran ont à ce sujet recensé près de 200 effondrements durant l’année 2010. Yacine A., « Oran, 153 immeubles sont à démolir », El Watan, le 25 août 2010.

15 B.M.A., « Vieux bâti : 150 immeubles d’habitation désaffectés seront démolis », El Watan, le 27 juillet 2010.

16 B.M. A., « Relogement : les quarante immeubles vidés seront démolis », El Watan, le 15 février 2010.

17 Selon le Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme, dans la seule région de la capitale en 2008, on a recensé pas moins de 50 000 constructions réalisées sans autorisation préalable de la part des services de l’urbanisme au niveau de l’Assemblée Populaire Communale (APC).

18 Assemblée Populaire Communale.

19 Bahri W., « Le foncier de la discorde, manifestations et interpellations à Annaba », L’Expression, le 21 mars 2011.

20 Loi 08-15 du 20 juillet 2008 fixant les règles de mise en conformité des constructions et leur achèvement, J.O n° 44 du 3 août 2008.

21 Thème de l’exposition universelle de Shanghai 2010 : « Meilleure ville, Meilleure vie ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Annaba, limites et principales composantes
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26597/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Carte 2 : Démolitions-Reconstructions. Quartier du Gazomètre, Annaba.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26597/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Photo 1 : Substitution d’une salle de cinéma par un centre commercial
Crédits Cliché : KEBIR B. 2013
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26597/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Photo 2 : Mise en location de magasins après reconstruction de la parcelle
Crédits Cliché : KEBIR B. 2013
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26597/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Photo 3 : Reconstruction avec densification sur une petite parcelle
Crédits Cliché : KEBIR B. 2013
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26597/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Photo 4 : Introduction de matériaux et d’éléments architectoniques nouveaux à la façade urbaine
Crédits Cliché : KEBIR B. 2013
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26597/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Carte 3 : Taux du vieux bâti fortement dégradé dans les secteurs expertisés à Annaba (2013)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26597/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Carte 4 : État du vieux bâti dans le quartier de la Colonne I à Annaba (2013)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26597/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Photo 5 : Immeuble ciblé par l’opération pilote de réhabilitation. Quartier de la Colonne
Crédits Cliché : KEBIR B 2013
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26597/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Photo 6 : Immeuble ciblé par l’opération pilote de réhabilitation. Cours de la Révolution
Crédits Cliché : KEBIR B. 2013
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/26597/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bahia Kebir et Anissa Zeghiche, « Le renouvellement de la ville algérienne par la démolition-reconstruction du vieux bâti. De la sanction à la recherche de légitimité, Cas de la ville d’Annaba », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 697, mis en ligne le 20 décembre 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/26597

Haut de page

Auteurs

Bahia Kebir

Département d’Architecture, Faculté des Sciences de la Terre,
Université Badji Mokhtar d’Annaba, Algérie
Maître-assistante
bahiakebir@yahoo.fr

Anissa Zeghiche

Département d’Aménagement, Faculté des Sciences de la Terre,
Université Badji Mokhtar d’Annaba, Algérie
Professeur
boukhemisk@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page