Navigation – Plan du site
2016

Attané I., Brugeilles C., Rault W. (dir.), 2015, Atlas mondial des femmes. Les paradoxes de l’émancipation, Paris, Autrement, 96 p.

Cartographier les inégalités entre les sexes
Marianne Blidon

Texte intégral

1L’Atlas mondial des femmes. Les paradoxes de l’émancipation s’inscrit dans la continuité de deux autres Atlas des femmes dans le monde édités chez Autrement par la géographe Joni Seager, le premier étant sous-titré Emancipation ou oppression : un paysage contrasté (1998) et le second La réalité de leurs conditions de vie (2003). Cette nouvelle version coéditée avec l’INED regroupe les contributions de 25 auteur.es, principalement sociologues et démographes. Ce changement éditorial, qui marque la fin de la politique de traduction d’atlas réalisés par des expert.es anglophones auprès de l’ONU, a pour effet de recentrer la production cartographique sur la France et l’Europe. Le point de départ de l’atlas est que

« rares sont les pays (...) rassemblant les conditions d’une égalité parfaite entre les femmes et les hommes dans des domaines aussi variés que l’accès à la santé, à l’instruction, à l’emploi, à l’information, les salaires, la représentation politique, la transmission du patrimoine, la liberté d’expression et, dans la sphère privée, la prise de décision au sein du couple et de la famille ou le partage du travail domestique » (p. 7).

2À partir de données statistiques provenant d’Eurostat, de l’OCDE, de l’OMS et de la version révisée de 2012 du World population prospect, de données juridiques sur les législations en vigueur et de données d’enquêtes, l’atlas dresse un bilan des inégalités entre les sexes tout en mettant en lumière les avancées réalisées qu’il décline en cinq sections thématiques : disposer de son corps ; sphère privée ; socialisation et stéréotypes ; travail et (in)dépendance économique ; la lutte contre les inégalités. L’ouvrage se clôt sur une bibliographie composée principalement d’ouvrages en démographie et en sociologie. L’un des principaux mérites de cet ouvrage est de confirmer et d’illustrer, données statistiques à l’appui, que le corps reste l’un des premiers espaces d’inégalités et que la représentation du travail comme vecteur d’émancipation des femmes est à questionner au prisme des données socio-économiques.

Le corps, espace premier des inégalités

3Dans une perspective foucaldienne, le corps est l’espace premier où se lisent les rapports de pouvoir et s’exerce l’emprise du politique. Pour preuve, il suffit de rappeler les controverses ou les paniques morales suscitées par des questions comme l’euthanasie, le don d’organes, la procréation pour autrui, le travail lié au sexe, mais aussi le port du voile ou la libre circulation des personnes dans le monde. Le corps est ici abordé à partir de différents angles : la démographie, la santé et la fécondité (le droit de naître, l’espérance de vie, le droit à l’avortement, la mortalité maternelle), les violences (les mutilations sexuelles, les violences sexuelles, les fémicides), la sexualité (avant le couple, après 50 ans et l’homosexualité féminine) mais aussi les idéaux corporels et les normes de genre.

4La carte du droit à l’avortement est ainsi éclairante car rares sont les pays dans le monde qui l’autorisent sans restriction, ce qui pose la question du droit de disposer de son corps pour une majorité de femmes. Paradoxalement, les taux estimés d’avortement sont plus élevés en Amérique du Sud et en Afrique où il est majoritairement interdit qu’en Europe ou en Amérique du Nord où il est autorisé, ce qui n’est pas sans conséquence. En effet,

« selon l’OMS, en 2008, plus de 20 millions d’avortements ont été pratiqués dans de mauvaises conditions, conduisant à 47 000 décès de femmes, soit 13 % des décès liés à une grossesse dans le monde » (p. 20).

5La carte de la mortalité maternelle s’avère plus encourageante concernant les avancées réalisées en faveur des femmes. « En 1990, 400 femmes décédaient pour 100 000 naissances dans le monde. Elles étaient de 210 pour 100 000 naissances (…) en 2013 » (p. 22). Ces progrès ont surtout été marqués dans les pays les plus riches contrairement à l’Afrique où la situation demeure préoccupante avec des ratios de mortalité maternelle entre 600 et 1 100 pour 100 000 naissances en Somalie, au Niger, au Tchad, en Centrafrique, République Démocratique du Congo, Guinée, Sierra Leone, Liberia, Soudan du Sud ; ce qui recoupe partiellement la carte des taux d’urbanisation et pose la question de l’offre et de l’accessibilité aux centres de soin. Ainsi, 53 % des naissances sont assistées par des professionnel.le.s en milieu rural contre 84 % en milieu urbain.

6Le corps est aussi un marqueur social. Les normes esthétiques de corpulence, en particulier l’injonction à la minceur, s’appliquent de manière inégalitaire. Si elle est plus stricte à l’égard des femmes particulièrement en Israël ou en Bulgarie, elle peut aussi être en défaveur des hommes comme en Uruguay ou s’appliquer également aux hommes et aux femmes comme en Corée du Sud (p. 59). Dans un contexte de mondialisation des modèles culturels et esthétiques, ces données mériteraient d’être croisées à d’autres afin de mieux en comprendre les différences.

Le travail, lieu d’émancipation en question

7Si l’accès aux ressources et à l’autonomie financière sont des conditions nécessaires de l’émancipation, il n’en demeure pas moins que le travail est un espace d’émancipation paradoxal. En effet, pour les féministes matérialistes, le travail est le lieu de l’exploitation des femmes. Elles ont notamment montré que le travail des femmes était invisibilisé à la fois dans la sphère publique où nombre de femmes d’agriculteurs, de commerçants, d’artisans ou de professions libérales exercent une activité qui échappe à la statistique publique et dans la sphère familiale du fait de la non prise en compte du travail domestique. C’est peut-être à l’aune de cette invisibilisation – et pas seulement du secteur informel – qu’il convient de lire l’absence des femmes dans la part de la population active d’un grand nombre de pays notamment africains et l’affirmation selon laquelle « dans le monde, 1,3 milliard de femmes travaillent – soit environ une sur deux chez les plus de 15 ans » (p. 62). Les chiffres de la part des femmes dans la population active diffèrent selon les pays ; ce qui en revanche ne diffère pas, c’est les différenciations hommes/femmes par secteur d’activité qui s’avèrent partout marquées. « Les femmes demeurent concentrées dans les secteurs de l’agriculture, la santé, le travail social, l’administration le commerce de détail et la restauration. En Europe, près des deux tiers des femmes exercent leur activité dans le cadre de seulement dix ensembles de professions » (p. 63). Partout dans le monde, les femmes réalisent la part la plus importante du travail domestique et parental et ont des revenus moindres que les hommes, ce qui impacte notamment leur autonomie. L’exclusion du droit d’hériter ou de l’accès à la propriété les fragilisent encore davantage.

8L’accès à un emploi est en partie lié à l’accès à l’éducation. Si l’amélioration de la scolarisation est très nette depuis les années 1970 dans le monde, 110 millions d’enfants en 2000, dont 58 % de filles, n’avaient pas accès à l’école. « L’éloignement de l’école – fréquent en milieu rural – a davantage d’impact sur les filles : leurs parents hésitent à les laisser parcourir seules de longues distance » (p. 46). Quand l’accès à l’éducation ne suffit pas, la migration peut apparaître comme une issue. Ainsi, en 2010, la part de femmes dans les stocks de migrants internationaux était estimée à 48 % (p. 73). Ce chiffre masque une diversité de flux migratoires dans le temps et l’espace. Aux emplois dans le secteur du service aux personnes ou du textile, s’ajoutent les migrations de mariage qui ont pris de l’ampleur notamment en Asie depuis les années 1990.

Les limites de l’exercice cartographique

9L’ouvrage constitue donc une somme stimulante de synthèses qui permet d’actualiser les connaissances dans différents domaines allant des droits des femmes, en passant par l’accès à la contraception, aux pratiques culturelles ou aux fonctions politiques. Il permettra surtout aux néophytes de reconsidérer le mythe de « l’égalité déjà là » que ce soit dans le monde, en Europe ou en France. L’amateur de cartes restera pour sa part un peu sur sa faim, celles-ci représentant seulement un tiers de l’iconographie de l’atlas et certaines notices n’en comportant pas, notamment celles sur la sexualité, les inégalités sexuées d’orientation (scolaire), la dépendance, le sport ou les organisations de femmes dans le monde. Cela s’explique pour partie par le choix des entrées dont certaines ne se prêtaient pas nécessairement à l’exercice cartographique contrairement à des entrées sur les politiques de la ville, la gestion de l’environnement, l’accès aux ressources agricoles, la structuration de l’espace domestique ou les conflits dans le monde qui font défaut, mais aussi par la difficulté de l’exercice comparatif faute de données disponibles ou de données homogènes. Ainsi

« mesurer l’ampleur des violences sexuelles, et a fortiori établir des comparaisons entre pays, est un exercice hasardeux, notamment en raison des nombreux freins qui limitent la parole des victimes, mais aussi parce que les définitions des violences ne sont pas partout les mêmes. Ainsi, les violences mesurées par les enquêtes ou par le nombre de plaintes enregistrées traduisent moins le niveau réel de ces violences dans un pays donné que la propension des victimes à déclarer les violences subies. Même au sein d’ensembles géographiques relativement homogènes sur les plans sociaux, économiques et juridiques tels que l’Union européenne, on relève des taux de plaintes pour viol extrêmement variables : de 1,5 pour 100 000 habitants en Grèce à 28,1 en Belgique. Les définitions légales du viol et des violences sexuelles peuvent aussi être très différentes d’un pays à l’autre ».

10Cela s’explique aussi par le choix de cartographier une variable à l’échelon des États, ce qui ne permet pas de saisir les logiques spatiales à l’œuvre qui sont parfois mentionnées dans le texte. Ainsi, concernant le recul des pratiques d’excision en Afrique,

« si l’adoption de législations a été une étape importante, elle n’est cependant pas suffisante, les actions de prévention et de sensibilisation demeurent nécessaires. Ces actions sont facilitées dans certains contextes : quand la pratique n’est pas généralisée, en milieu urbain et dans le contexte migratoire, où la rencontre avec d’autres populations peut conduire à un assouplissement des normes sociales » (p. 25).

11Or les trois cartes du Mali, de la Tanzanie et du Sénégal qui mettent en évidence des différenciations régionales – notamment des logiques de concentration à Dodoma et à Manyara et un effet centre/périphérie – ne comportent pas de données complémentaires comme le niveau d’urbanisation qui permettrait d’en expliquer les différences de prévalence.

12Ces difficultés pourraient être dépassées en prenant au sérieux l’espace, en le considérant comme une dimension constitutive de la production des inégalités entre les sexes (Massey, 1994). Ainsi, sur la question de la dépendance, la question « où (les femmes vieillissent-elles) ? » n’est pas anodine ; de même que celle des politiques conduites en matière de maintien à domicile ou des disparités en nombre de places dans les structures d’accueil. Elles pourraient aussi l’être en se saisissant des outils forgés par les géographes féministes, notamment anglophones, qui ont profondément renouvelé les pratiques cartographiques et ont permis de mieux comprendre les spatialités des femmes et les inégalités entre les femmes.

Haut de page

Bibliographie

Massey D., 1994, Space, Place and Gender, Cambridge, Policy Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Blidon, « Attané I., Brugeilles C., Rault W. (dir.), 2015, Atlas mondial des femmes. Les paradoxes de l’émancipation, Paris, Autrement, 96 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 19 août 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/27766

Haut de page

Auteur

Marianne Blidon

IDUP, Paris 1 Panthéon Sorbonne
marianne.blidon@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page