Navegación – Mapa del sitio
2017
811

Le journal retrouvé. Les spatialités d’un géographe normalien en 1893

Pascal Clerc

Resúmenes

En 1893, le futur géographe Maurice Zimmermann est étudiant à l’École normale supérieure. Tout au long de cette année, il tient son journal intime et décrit scrupuleusement son quotidien, ses états d’âme mais aussi ses pratiques spatiales. Ainsi, il est possible d’élaborer une biographie spatialisée de Zimmermann au cours de cette année parisienne : ses lieux de prédilection, ses déplacements et le territoire que ces pratiques permettent de construire. En outre, le passage par le journal intime permet d’aborder leur dimension sensible et émotionnelle.

Inicio de página

Texto completo

« Il est question ici d’espace » (W. Benjamin)

1C’est un « agenda-buvard » du Bon Marché pour l’année 1893, un agenda rouge à la couverture toilée, à peine usée. C’est le journal intime d’une des années parisiennes d’un jeune étudiant normalien : Maurice Zimmermann (1869-1950), futur géographe, futur animateur des Annales de géographie, futur auteur de la Géographie universelle. Cette année 1893 correspond à la fin de sa deuxième année à l’École et au début de sa troisième.

2Cet écrit est le premier d’une longue série : 56 « documents », des agendas et des carnets, soit un ensemble de 8 000 à 10 000 pages qui s’étire sur plus d’un demi-siècle. Après 1893, sans que l’on sache si les écrits de Zimmermann ont été détruits ou s’il a seulement renoncé à tenir la chronique de son quotidien, de nombreuses années sont manquantes. Ce n’est qu’à partir de 1917 qu’il devient un diariste très régulier. Avec la Seconde Guerre mondiale, les cahiers prennent encore de l’ampleur ; c’est le temps de la retraite, il se consacre de plus en plus à l’écriture. La graphie change ; d’abord serrée dans sa jeunesse, énergique, minuscule, elle s’apaise, se détend, s’arrondit. En 1950, il ouvre ce qui sera son ultime cahier à spirales et le 22 mai, d’une plume tremblante, trace encore quelques mots, les derniers ; il meurt le 1er juin.

  • 1 Ce journal, connu par les contemporains lyonnais de Zimmermann, avait disparu. Il aurait été brûlé (...)

3Cinquante-six documents ; une vie. Un journal retrouvé1.

4Je feuillette ce premier volume, parcours la narration de ces journées répétitives, de cette vie étudiante cadencée par le travail, les sorties entre amis et les perspectives amoureuses. Et des lieux, toujours les mêmes : des cafés, le jardin du Luxembourg, un bal, la bibliothèque de la rue d’Ulm… Je pense à la Chronique berlinoise de Walter Benjamin, Benjamin qui envisageait de cartographier sa jeunesse dans la capitale allemande : « J’ai imaginé un système de signes conventionnels et sur le fond gris de telles cartes on en verrait de toutes les couleurs si les logements de mes amis et amies, les salles de réunion des divers collectifs (…), les chambres d’hôtel et de bordel que j’ai connues le temps d’une nuit, les bancs décisifs du Tiergarten, les chemins de l’école et les tombes que j’ai vu remplir, les lieux où trônaient des cafés dont les noms ont aujourd’hui disparu et qu’on avait quotidiennement sur les lèvres (…) si tout cela y était distinctement porté. » (2011, p. 252-253).

  • 2 Un terme que j’ai retrouvé dans Philippe le Guillou, Géographies de la mémoire, 2016.

5Le journal de l’année 1893 de Maurice Zimmermann ne permet pas d’atteindre le degré de précision envisagé par Benjamin. Il constitue néanmoins une forme d’invitation à l’étude des spatialités d’un individu, une invitation à une « bio-géographie »2 : repérer des lieux, dessiner des parcours, délimiter un territoire, évaluer la valeur des différents espaces fréquentés, tenter d’appréhender de quelle manière, ces lieux, ces déplacements, ce territoire font la vie d’un individu. Il ne s’agit pas encore en 1893 d’entrer dans le quotidien de la communauté des géographes français. Zimmermann en est à peine au seuil. Il hésite ; il lit beaucoup de littérature, des livres d’histoire aussi. Son attirance pour la géographie ne se dessine que progressivement ; Vidal de la Blache et ses enseignements n’y sont pas étrangers. C’est le 11 juillet qu’il note pour la première des mots allant en ce sens : « Travaille toute la journée ma leçon de Vidal sur la Mer Rouge. Je crois que, depuis longtemps, je n’avais pas travaillé d’aussi bon cœur. La géographie est vraiment une science admirable, elle concentre en elle les résultats de tant d’autres sciences intéressantes par elles-mêmes que je crois bien que c’est elle que je choisirai plus tard si je veux faire quelque chose ».

  • 3 Cet article précède l’ouvrage que Jean-Luc Racine et Josianne Racine ont consacré à Viramma : Une v (...)

6Le journal intime est un matériau géographique inhabituel. L’individu y est privilégié relativement aux acteurs collectifs : les Français, les agriculteurs, l’État… et les logiques individuelles de l’action l’emportent sur les effets de système (Revel, 2010). Parmi ceux qui ont enquêté en géographe sur des individus, Jean-Luc Racine et Jean-François Staszak me semblent avoir ouvert de nouvelles dimensions pour la recherche disciplinaire. Le travail de Racine concerne une anonyme : une femme de caste inférieure d’un village tamoul. Son article « Paria : espaces d’une vie » publié dans la revue Mappemonde en 19923 part d’une question simple et essentielle : « Que peuvent être, au bas de la hiérarchie d’une société de castes, l’espace de vie et les espaces mentaux d’une Paria d’un village tamoul, fragment du territoire de Pondichéry, enclavé dans l’État du Tamilnad, en Inde du Sud ? » (n°4, p. 19) L’ouvrage de Staszak, Géographies de Gauguin (2003), est une description des espaces et un récit des pratiques spatiales d’un artiste dont « la vie, l’œuvre et les interrogations métaphysiques (…) ont une composante géographique essentielle » (p. 10) ; Staszak allant jusqu’à soutenir que la « révolution artistique opérée par Gauguin » (p. 10) s’interprète aussi par la géographie de sa vie.

7Ces travaux et les méthodologies mises en oeuvre permettent d’approcher les sentiments et les sensations d’un individu. Avec un matériau comme celui dont on dispose pour Zimmermann, il est possible d’aller encore plus loin dans cette voie. Ce sont ses pensées intimes, ses doutes, ses questionnements qui apparaissent sur les pages manuscrites ; il y a là la possibilité d’une géographie sensible et d’une géographie des émotions, d’une géographie « au ras du sol », d’une géographie des sens en action, au plus près des pratiques spatiales et des affects.

8Ce type de recherche renvoie aussi à des types d’espaces, des espaces à l’échelle des individus, comme une forme spatialisée de microstoria. Les vies quotidiennes de Zimmermann, celle de Viramma, cette femme d’un village tamoul, même celle de Gauguin, grand arpenteur du Monde, se déroulent en partie dans de petits espaces, notamment dans des « espaces domestiques » (Collignon et Staszak, 2003) dont l’étude reste encore aujourd’hui aux marges des pratiques disciplinaires en dépit d’évolutions notables.

9Cette approche pose aussi la question d’un possible élargissement de la perspective. Si parler des spatialités d’un individu permet de mieux le connaître et de travailler certains concepts de la géographie sensible, peut-on mettre ces spatialités en perspective avec celles de ses contemporains ? Ici celles des normaliens de la fin du siècle : parmi les géographes, Jean Brunhes (1869-1930) qui fréquenta l’École quelques années avant Zimmermann, Emmanuel de Martonne (1873-1955) et Albert Demangeon (1872-1940) qui y entrent en 1892 un an après Zimmermann ou encore Raoul Blanchard (1877-1965) quelques années plus tard. Hors l’autobiographie – une construction a posteriori – de ce dernier, on ne dispose guère de documents permettant de répondre à cette question. Néanmoins, la marginalité de Zimmermann, qui se révèlera au fil des ans, permet de dire que la dimension extra-scolaire de ces spatialités est sans doute un trait qui lui est propre : là où la vie de ses condisciples géographes, ceux qui ont fait carrière en tout cas, tournait largement autour de l’École, celle de Zimmermann était probablement plus organisée par les lieux de loisir et de fête du Quartier Latin.

Un second couteau de la géographie ?

  • 4 Pour un portrait plus complet voir Clerc (2015a et 2015b).

10« Sa vie fut manquée » (Allix, 1950) 4. Le propos est lapidaire, brutal même, mais, d’un point de vue strictement académique, exact. Zimmermann n’a pas fait carrière. Universitaire sans thèse, géographe sans publications de premier ordre hors ses contributions à la Géographie universelle, savant sans positions institutionnelles majeures, il n’a guère laissé de traces dans l’histoire de la discipline. Pourtant, il occupe une place assez singulière au sein de celle-ci. Pour ses pairs, c’était un des meilleurs ; pour Vidal de la Blache, son maître de l’École normale supérieure, il y avait là un esprit d’une grande intelligence, mais il fallait le protéger, protéger ce talent de lui-même, de sa tendance à la dispersion, à la procrastination, aux doutes.

  • 5 Lettre de Perrot au ministre de l’Instruction publique du 1er septembre 1894 (Archives nationales F (...)
  • 6 Lettre de Perrot, Ibid.

11Maurice Zimmermann est né en 1869 en Lorraine dans un milieu modeste. Installé ensuite à Paris avec sa famille, il intègre grâce à ses bons résultats le lycée Henri IV, puis la Faculté des Lettres de Paris et l’École normale supérieure. En 1894, il est reçu au premier rang de l’agrégation d’histoire-géographie et Georges Perrot, le directeur de l’École, juge sa leçon de géographie « remarquable »5. Pour autant, son succès au concours ne marque pas la fin de sa présence à l’École puisqu’il obtient le droit, fréquent pour les meilleurs élèves, d’y rester une année supplémentaire sous la « direction immédiate »6 de Vidal de la Blache. Le maître voulait avoir son élève à l’œil.

12Pendant le lustre qui suit cette ultime année normalienne, Zimmermann reste à Paris. Cette période est mal connue et l’absence de journal n’arrange rien. On peut en reconstituer des bribes : quelques leçons particulières, peut-être des enseignements dans un cours privé, une vie agitée et incertaine… Zimmermann n’est plus étudiant, pas encore enseignant, et hors son activité aux Annales de géographie dont il intègre la direction grâce à Vidal de la Blache, on ne sait guère ce qu’il fait ni comment il vit. Ces dernières années parisiennes apparaissent comme un moyen de repousser les échéances, de différer l’entrée dans une carrière professionnelle, de surseoir aux engagements et aux contraintes.

  • 7 Plus qu’à sa personne, c’est à la discipline qu’il enseigne – la plus importante pour les dirigeant (...)

13En 1899, lassé sans doute des hésitations de son poulain, soucieux aussi de sa situation financière précaire, Vidal de la Blache lui cherche une porte de sortie. Ce sera Lyon. Il y a une chaire nouvelle à la Chambre de commerce, une chaire d’histoire et de géographie coloniale. Zimmermann postule et il est recruté le 20 novembre 1899. Il a le privilège d’ouvrir les cours avec la leçon inaugurale7.

14Il ne quittera plus cette ville en dépit de tout le mal qu’il en dit. Il ne joue pas le jeu classique pour les universitaires exilés en province du rapprochement du centre et des lieux du pouvoir. Il s’intègre dans les milieux locaux, entre Université et Chambre de commerce.

  • 8 Le volume X Océanie-Régions polaires australes (1930) avec Paul Privat-Deschanel, son ancien condis (...)
  • 9 Le bulletin de l’Association des anciens élèves de l’enseignement colonial de la Chambre de commerc (...)

15L’œuvre scientifique de Zimmermann semble très réduite : deux volumes de la Géographie universelle (dont l’un en collaboration)8, 13 articles scientifiques, une vingtaine de notes et de comptes rendus ; c’est tout. Pourtant, il a écrit, beaucoup et tout au long de sa vie, mais dans des marges, des replis du monde académique ou carrément dans le secret. Mentionnons d’abord la Chronique des Annales dont il est responsable entre 1895 et 1919 : plus de 1 200 notes qui disent l’actualité du monde dans 116 numéros soit un volume total de près de 1 400 pages (Clerc, 2014). Au-delà du bilan comptable, la Chronique apparaît comme une contribution majeure à la réflexion sur le Monde. Quelques-uns de ses contemporains, comme Max Sorre ou André Cholley l’ont pressenti. Plus récemment, Jean-Baptiste Arrault (2007) a mis en évidence cette sensibilité au monde qui devient Monde, cette ébauche d’une pensée systémique. D’autres écrits de Zimmermann n’ont quasiment pas laissé de trace dans la mémoire disciplinaire comme ses contributions très actives au Bulletin de la société de géographie de Lyon, revue pour laquelle il lui arrive d’écrire jusqu’à la moitié du contenu d’un numéro, ou à Lyon-Colonial9. Il collabore aussi à la presse lyonnaise avec une tribune hebdomadaire dans le quotidien Le Salut Public de 1919 à 1926. Rien de cela n’est vraiment rentable sur le plan académique ; c’est tout Zimmermann.

  • 10 Note des chefs de service du 17 juillet 1931 (Archives nationales, F/17/24427 Zimmermann).

16Si on y ajoute son journal, on comprend mieux son incapacité à réaliser une thèse. Pourtant tout commence pour le mieux. En novembre 1893, alors qu’il est à l’École et prépare l’agrégation, il se lance avec l’enthousiasme du néophyte dans des travaux sur le régime glaciaire des régions boréales. Ce sera la première définition d’un sujet de recherche ; il y aura quelques variantes, spatiales et thématiques, sans que la perspective initiale soit abandonnée. Mais dès la fin du mois de décembre point la lassitude : « Je travaille peu, ces jours-ci. Je ne sais quelle torpeur m’a saisi mais je n’ai déjà plus l’entrain magnifique, l’esprit net et sûr des jours qui ont suivi la rentrée. Si je me sens déjà abruti à cette époque de l’année, que sera-ce dans six mois ? Je me noie dans les énormes bibliographies de ma thèse. Je ne sais plus par quel bout commencer.  » (7/12). Un quart de siècle plus tard – Zimmermann a alors 48 ans – plus personne ne se fait d’illusion sur cette fameuse thèse ; surtout pas le Recteur de l’Académie de Lyon qui se contente de quelques mots dans sa notice individuelle : « il ne la passera peut-être jamais ». Le constat s’avèrera exact. Zimmermann avait sans doute renoncé depuis de nombreuses années. Il n’a jamais joué le jeu de la carrière universitaire et alors qu’il aurait pu prétendre, avant la plupart de ses collègues, à une chaire en géographie, et sans doute à Paris, « ce talent rare », comme l’écrit Auguste Ehrard le doyen de la faculté des lettres10, a choisi d’autres chemins.

1893 : année parisienne

17Après sa réussite au concours d’entrée à l’École normale supérieure en 1890, Zimmermann doit satisfaire à ses obligations militaires. C’est donc seulement à l’automne 1891 qu’il devient normalien. Le journal étudié couvre par conséquent une partie de sa 2ème année à l’École et le début de la 3ème, celle de sa réussite à l’agrégation.

  • 11 Zimmermann n’est pas une exception. Les maladies vénériennes sont très répandues dans un milieu est (...)

18En décembre, comme il le fait aussi mensuellement, il tire le bilan de son année et commence par ces mots : « C’est une année capitale dans ma vie ». Si l’on s’en tient à cette remarque, sans poursuivre plus avant la lecture, on peut penser qu’il parle de l’entrée dans l’âge adulte ou du début de la préparation de l’agrégation ou encore de la définition de son sujet de thèse. Mais non, cette « année capitale » l’est par les conséquences néfastes de ses amours débridées, les maladies vénériennes qu’il contracte, les épreuves qu’elles constituent et qui affecteront durablement sa santé11. Faute de relation durable, Zimmermann passe de lit en lit. Plus que l’étude, ses relations avec des femmes sont la grande affaire de sa vie et structurent une grande partie de ses spatialités. La lecture du journal d’étudiant de Romain Rolland, qui passe par l’École normale supérieure quelques années plus tôt, entre 1886 et 1889, offre un contraste saisissant ; il traite avec condescendance et un peu de dégoût les coucheries des uns ou des autres. Logiquement, ses spatialités en sont affectées, tournées vers l’école, ce « cloître » comme il l’écrit, plus que vers l’extérieur.

19La santé parfois chancelante de Zimmermann affecte aussi son travail. Peut-être est-il en outre sujet à l’hypocondrie ; nombre de ses journées de diariste commencent par un état de sa santé : « Je ne sais quel sentiment confus m’avertit que ça ne va plus si bien cette nuit. Le matin je sens en me levant que j’ai autant et plus de gêne à marcher qu’hier. » (7/02), « Je suis tout à fait mal fichu aujourd’hui. J’ai pris froid en chemin de fer ou bien est-ce l’effet du changement d’air, mais j’ai horriblement mal à la gorge. » (20/07), « Aujourd’hui, je me lève le cerveau endolori. J’ai à peine dormi. » (30/11)

20L’année 1893 de Zimmermann se divise en deux parties inégales séparées par les vacances d’été. La première partie apparaît comme une période très incertaine, une période de construction et de choix, une période de révolte aussi contre une institution dont il accepte mal les contraintes. C’est aussi on l’a vu la période des hésitations quant au choix d’une orientation disciplinaire. Ses notes quotidiennes révèlent ses doutes, ses états d’âme, ses hésitations, ses tentations, ses résolutions et leur trahison. Il est tiraillé entre les nécessités studieuses et les fatales attractions de la grande ville. Il résiste, cède, se reprend, rechute… Seule la maladie le canalise un peu, le ramène aux leçons, à ses livres et aux cours, dans des lieux clos. « Notre corps est notre première maison » (Besse, 2013, p. 235) et le corps malade de Zimmermann modifie ses spatialités. La maladie le confine dans des espaces étroits et protecteurs qu’il apprend à habiter, il réduit son rayon d’action, modifie ses modes de déplacement. Lui qui n’aime rien tant que les échappées dans la grande ville, qui vit la promenade comme une modalité du contact au monde mais aussi comme une hygiène de vie, se voit temporairement contraint de réduire ses parcours, par exemple de ne marcher plus que dix kilomètres par jour lors d’une de ses périodes de convalescence.

  • 12 Vidal de la Blache ne pense manifestement pas encore à la constitution d’une équipe pour la future (...)

21La fin de l’année est plus apaisée. À partir du mois de novembre, avec la rentrée à l’École, c’est l’agrégation qui est en vue et structure une partie de son activité. Il suit les cours avec ferveur, du moins lorsqu’il s’agit de ceux de Vidal de la Blache, prépare des oraux et passe pour cela de nombreuses heures dans les livres, les revues ou les atlas. C’est aussi le moment du choix d’un sujet de thèse. À la date du 3 novembre, il mentionne pour la première fois sa thématique : « Je vais voir Vidal. Je crois que je prendrais pour thèse le régime glaciaire du nord – dévalisé biblo [sic] ». On n’en saura pas plus sur la façon dont la décision a été prise et du rôle de Vidal dans celle-ci12.

22Entre ces deux phases, les vacances d’été sont l’occasion d’une double rupture dans son espace-temps. D’abord au mois d’août dont il passe la première quinzaine dans le Jura, alternant visites familiales et excursions champêtres, puis pendant la presque totalité du mois de septembre à Alençon pour une période militaire entre manœuvres et ennui caserné.

23Entre des considérations sur sa santé, ses rêves d’amours romantiques et la réalité de ses relations tarifées, ses amitiés, son quotidien d’étudiant avec les cours, les travaux en bibliothèque et les leçons qu’il donne, la vie de Zimmermann se structure autour de pôles, en tension, qui organisent son espace autour des loisirs et du travail (fig. 1) : ils dessinent des itinéraires, structurent un territoire et un réseau estudiantin de relations, pointent des centres d’attraction et des lieux de sociabilités (Frémont et al., 2000).

Carte 1 : Entre le plaisir et l’étude : les lieux parisiens de Zimmermann

Carte 1 : Entre le plaisir et l’étude : les lieux parisiens de Zimmermann

(Plan de Paris, E. Andriveau-Goujon, 1882, © F. Troin, 2016)

L’École : un micro-espace composite

24L’École normale supérieure est située rue d’Ulm depuis 1847. Elle est le premier lieu à partir duquel Zimmermann organise sa vie ; c’est là qu’il travaille. C’est là aussi qu’il dort le plus souvent et soigne ses maux. À l’échelle des pratiques, l’École n’est pas une entité homogène mais un micro-espace composé de lieux bien différenciés, caractérisés par des fonctions et des valeurs (fig. 2). Quatre d’entre eux reviennent de manière récurrente sous la plume de Zimmermann : la bibliothèque, les salles de cours, l’infirmerie et le dortoir.

  • 13 Pierre Camena d’Almeida (1865-1943) est passé par l’École normale supérieure quelques années avant (...)
  • 14 Après des études en Sorbonne, Henri Schirmer (1862-1931) soutient une thèse sur le Sahara. Il ensei (...)

25L’École est le lieu central de son activité studieuse. Il travaille aussi au domicile familial, suit quelques cours à la Sorbonne, y assiste à des conférences et des soutenances de thèses. Sont recensées dans le journal celles de Camena d’Almeida13 (lundi 8 mai) et de Schirmer14 (lundi 12 juin). Il n’est pas tendre avec le premier : « Quel esprit vague, confus, sans conscience, léger, pas scientifique ! » (8/05), note des erreurs factuelles dans son travail et se désole que l’université accepte ce genre de profil. Il ne s’attarde guère sur la thèse de Schirmer, mais égratigne au passage son mentor Marcel Dubois dont il déplore le comportement flagorneur.

26La bibliothèque est l’endroit qu’il apprécie le plus. Il y passe de longues heures studieuses et silencieuses à lire des ouvrages, feuilleter des atlas ou compulser des articles de revues. Il y trouve aussi refuge : « Il n’y a décidément que là que je me trouve bien à l’École » (24/6). La bibliothèque est le lieu de l’isolement et de la vie intellectuelle.

  • 15 Il s’agit de Gustave Bloch (1848-1923), le père de Marc, un historien spécialiste d’histoire ancien (...)
  • 16 Charles Seignobos (1854-1942) est professeur d’histoire à la Sorbonne pendant une grande part de sa (...)
  • 17 Dans son journal, Romain Rolland a le même sentiment : "Je me prends de passion pour la géographie (...)

27Les salles de cours n’ont pas de sens en elles-mêmes ; il ne les décrit jamais, ne dit rien de leur matérialité. Elles ne font lieu que de manière sporadique à travers leur fonction et plus précisément selon les enseignements qui s’y déroulent et surtout selon les enseignants qui les mettent en scène. Certains cours comme ceux de Bloch15 l’ennuient au plus haut point. D’autres, ceux de Seignobos16 ou Wallerand ont ses faveurs. Mais c’est surtout Vidal de la Blache qui l’impressionne17 : « Leçon excellente de Vidal sur la région du Zambèze et sur le partage de l’Afrique orientale entre les Européens.  » (25/1), « Il nous fait l’Égypte, très bien du reste. Ça complète l’ensemble sur l’Afrique » (20/6), « Leçon supérieure de Vidal sur l’influence des Alpes sur le climat et l’hydrographie des régions voisines. Vraiment, pour nous épater à ce point, il faut que ce soit un homme fort, car voilà plus de 3 ans que je fais de la géographie. Mais il a un talent d’exposition, et c’est plus que de la science cela. » (29/11)

  • 18 Il s’agit de l’ouvrage d’Hippolyte Taine Les origines de la France contemporaine dont la publicatio (...)

28Autre lieu de travail et de repli, plus inattendu : l’infirmerie. Zimmermann y fait de longs séjours dans la première partie de l’année. Le « plaisir » de l’infirmerie est voisin de celui de la bibliothèque, c’est celui de la solitude et de l’étude. Il note par exemple le 4 février : « C’est la 1ère fois depuis longtemps, que je réussis grâce à ma solitude relative, à lire la plus grande partie d’un ouvrage18. » Lui qui aime tant sortir, arpenter les rues, rencontrer du monde, découvre une autre vie et se découvre jouissant de celle-ci, jouissant de « ce petit nid de l’infirmerie. Nid bien froid, bien administratif, de grandes salles hautes de plafond, des murs nus, peints en vert, des chaises de paille, un parquet ciré, le tout froid, attristant. Mais au moins, écrit-il, avais-je la ressource d’y être seul, d’y paresser et d’y travailler à mon aise, me levant tard, me couchant tôt, dégustant lentement et avec conviction les œuvres des auteurs contemporains. » (27/2) Donc le lit, « l’espace individuel par excellence » (Perec, 1974, p. 26). Bien qu’il juge « horriblement incommode de lire au lit » (4/2), Zimmermann passe de longues heures dans celui de l’infirmerie, refuge au sein du refuge.

  • 19 René Lespès (1870-1944) a un parcours qui se rapproche de celui de Zimmermann. Outre le parallélism (...)

29L’antithèse de l’infirmerie c’est le dortoir, « la turne » comme il l’écrit. Alors que ce pourrait être le lieu de l’abandon au sommeil, tout ou presque l’y importune : la promiscuité, le bruit, les ronfleurs, l’agitation permanente. Trop indépendant, trop individualiste, trop rétif aux cadres de la vie collective, il rage de devoir y retourner lorsque ses maux le laissent en paix. Mais ses sentiments sont ambivalents ; il ne déteste pas, par moment, les grands chahuts et les blagues de potaches dont son ami le plus proche, Lespès19, semble le grand spécialiste.

Carte 2 : Lieux et activités

Carte 2 : Lieux et activités

(Relevés personnels, © P. Clerc et F. Troin, 2016)

Les tentations du Quartier latin

30Si l’École est le lieu central de la vie studieuse de Zimmermann, la grande affaire pour lui est quand même d’en sortir. De nouveau, les écrits de Romain Rolland peuvent être sollicités comme contrepoint. Si la vie de l’un est bornée par l’enceinte de l’École, celle de l’autre ne se conçoit guère qu’au-delà des murs. L’écrit de Rolland est une sorte de journal intellectuel introspectif et tourné vers l’intérieur, les spéculations philosophiques et les relations sociales au sein de l’École. C’est à partir de ce refuge qu’il envisage la ville, à distance : « Où trouverais-je, à Paris, un jardin comme ici, où je pourrais une heure durant, rester étendu sur une pelouse, qui sent bon l’herbe nouvelle, et que percent çà et là des primevères, – les yeux perdus dans le bleu du ciel, où il semble qu’on plane. Nous disons tous, entre nous, que nous sommes prisonniers, entre les quatre murs de ces galeries de cloître, où nous nous sommes tant promenés pendant l’hiver. Lorsque je suis couché sur mon tapis vert et que je me plonge dans le ciel, je jure bien que je ne me sens pas enfermé : j’ai l’immensité bleue. » (1952, p. 118)

31Ou encore, le lendemain : « 4 mai soir. De ma fenêtre. Le phare de la Tour Eiffel s’allume au-dessus des nuages. » (1952, p. 296) Le spectacle lui suffit.

32Zimmermann, lui, se veut acteur du grand tourbillon de la ville, il plonge, s’immerge dans la foule ; il n’est pas dans la contemplation, mais dans le mouvement urbain. L’École, ses contraintes, le règlement qu’il doit respecter l’étouffe : « Il faut décidément que l’amour de la liberté, de l’absolue indépendance soit bien vif chez moi, car depuis bientôt deux ans que je suis à l’École, je n’ai pu m’accoutumer à cette règle. Le désir de voir sans cesse des femmes, le regret des paysages parisiens, la soif de l’air et de la rue me hantent sans cesse, et bien rares sont les moments où je goûte un peu de tranquille paix dans ces murs. Tout m’y choque et m’y déplaît. Jamais du reste, je n’ai pu m’habituer au voisinage constant de l’autorité. L’éducation universitaire a toujours trouvé un réfractaire en moi, à ce sujet, et ma sauvagerie naturelle me tient à l’écart de ce qui légalement, ou par le fait de sa nature, m’est supérieur. » (24/6)

33De Romain Rolland à Zimmermann, ce sont deux modalités de la géographicité qui se dessinent, deux types de rapport au monde. La vision de la vie qu’à Zimmerman tient toute entière dans ces mots du 23 mars : « Il est triste de gaspiller au travail une si admirable journée. Les beaux jours sont rares dans l’année, et quand ils sont venus, de sottes occupations nous distrayent (sic) d’en jouir ». Mais ces « sottes occupations » que sont les tâches estudiantines ne le préoccupent guère en réalité. Chaque jour ou presque, il arpente le boulevard Saint-Michel. Au centre géométrique de ses pérégrinations, le jardin du Luxembourg, au nord en remontant vers la Seine, son café favori le dHarcourt, au sud, avenue de l’observatoire le Bal Bullier. Ces repères spatiaux n’ont rien d’original : ce sont parmi les lieux de loisir préférés des étudiants du Quartier latin (Moulinier, 2002). D’un endroit à l’autre, Zimmermann se déplace, parfois seul en quête de possibles conquêtes, parfois en groupe pour des bordées en général alcoolisées.

34« Le soleil me pousse toujours et fatalement au Luxembourg » (29/3). Le quotidien de Zimmermann est rythmé par cette tension entre l’étude et le farniente dont le jardin est un pôle majeur. Parfois, il résiste à la tentation : « Au lieu de sortir de bonne heure, de traîner sottement mon ennui à travers le Luxembourg, je travaille à peu près toute la journée » (13/7). Le plus souvent il cède et fait mine de s’en désoler : « Toujours je reviens à cet éternel et stupide Luxembourg » (24/8). Il a ses habitudes : la chaise qu’il loue (10 centimes) ou les bancs sur lesquels il s’installe lorsqu’ils sont déjà fréquentés de manière intéressante à ses yeux, les amis qu’il retrouve pour de longues discussions, les concerts qu’il vient écouter le dimanche, les perspectives de séduction, ses rêveries à contempler les arbres en bourgeons ou les feuilles mortes, ses lectures. De tous les lieux explicitement cités dans son journal de l’année 1893, c’est celui pour lequel les occurrences sont les plus nombreuses (63). Outre la diversité des activités possibles, le Luxembourg apparaît comme un lieu stratégique de par sa situation sur l’axe du boulevard, au débouché des rues Gay-Lussac et Soufflot, au cœur de ses déplacements entre l’École et les autres lieux de loisir (figure 2).

  • 20 C’est là que se retrouvaient notamment les créateurs de l’éphémère revue littéraire Centaure (1896- (...)
  • 21 Malgré, une vingtaine d’années d’écart et des scènes de la pratique spatiale situées dans deux vill (...)
  • 22 La Source était situé en face du lycée Saint-Louis.
  • 23 Le Vachette a cessé d’exister en 1913. Il était situé à l’angle du boulevard Saint-Michel et de la (...)
  • 24 Dans le vocabulaire du XIXe siècle, les grisettes sont des prostituées occasionnelles, souvent des (...)

35Aujourd’hui disparu, le dHarcourt (photo 1) était à la fin du XIXe siècle un des plus fameux café d’étudiants et d’intellectuels de la Rive gauche20. C’est le café préféré de Zimmermann21 ; il fréquente aussi la Source22 et le Vachette23. Avec ses amis de l’École, ils se retrouvent au dHarcourt pour réinventer le monde autour d’un café, d’une bière ou d’un verre d’absinthe. C’est un lieu de rendez-vous normalien, celui d’une génération normalienne, la trace spatialisée d’une identité collective. Chaque génération estudiantine se construit ainsi, à travers une manière spécifique de territorialiser l’espace. Autre temps, autres lieux : Marc Augé dans son Éloge du bistrot parisien (2015) rappelle qu’avec ses condisciples, à la fin des années 1950, il passait son temps chez Piron et Guimard, « les deux cafés attitrés de l’École de la rue d’Ulm » (p. 21). Les cafés de Zimmermann et de ses amis sont ceux d’une sorte d’aristocratie estudiantine définie peut-être par le statut d’étudiant normalien ; ils ne traînent pas dans les « caboulots », les « bouis-bouis » ou les « beuglants ». Pourtant, ces mêmes normaliens n’hésitent pas, Zimmermann en particulier, à se laisser à laisser aller à des comportements assez éloignés de l’activité intellectuelle, de la discussion, du débat. C’est l’autre face du dHarcourt. C’est un « un café à femmes » (Hazan, 2002), c’est le « scandaleux d’Harcourt » (Moulinier, 2002, p. 223). C’est un lieu de rencontre pour les longues nuits d’ivresse, un lieu de débauche avec des grisettes24, bruyant et tumultueux. Le dHarcourt est de toutes les pérégrinations zimmermanniennes. Stratégiquement situé à l’angle du boulevard Saint-Michel et de la place de la Sorbonne, il est à la fois un lieu de rendez-vous et une étape possible sur un des trajets au sein du Quartier latin ; c’est un lieu rituel. C’est parce qu’il constitue un point de repère pour les normaliens que Zimmermann peut s’y rendre sans préméditation, sûr d’y retrouver des connaissances. Au sortir d’un cours, d’une conférence, d’une soutenance de thèse, le dHarcourt s’impose. Entre tentatives de séduction ou drague lourdaude, conversations amicales et alcoolisées, les activités de Zimmermann n’y varient guère. Comme l’infirmerie ou la bibliothèque de l’École, le dHarcourt est aussi un refuge, un lieu d’abandon qui guérit du vague à l’âme : « Je combats l’influence attristante du temps par une bonne absinthe. » (21/5) Cette double pratique du dHarcourt éclaire à la fois le comportement grégaire de Zimmermann et son fonctionnement comme électron libre.

Photo 1 : Le café d’Harcourt

Photo 1 : Le café d’Harcourt

(inconnue, début du XXe siècle)

  • 25 Article du 6 mars 1895 paru dans le quotidien parisien La Presse.

36A l’autre extrémité du Boulevard Saint-Michel, il ne reste plus rien du Bal Bullier que le nom, celui d’une brasserie et celui d’un restaurant universitaire voisins. Nul doute que les étudiants qui déjeunent aujourd’hui dans ce dernier lieu ignorent pourquoi il s’appelle ainsi. Pourtant le Bal Bullier avait une fameuse réputation. À une époque où la danse était un loisir couru, ce bal public très fréquenté par les étudiants était l'un des plus anciens et des plus célèbres de la capitale (photo 2). Célèbre par sa salle de danse et son étonnant décor à l’imitation de l’Alhambra de Grenade, célèbre aussi pour son « jardin et [ses] bosquets où l’on peut s’égarer avec les grisettes du Quartier latin » (Bihl-Willette, 1997, p. 100) ou bien s’exercer au billard, au tir au pistolet ou aux jeux de balle. Comme le rappelle avec humour un article de presse25, si les étudiants qui fréquentaient le bal « étaient chaque année renouvelés », les étudiantes étaient en revanche « toujours les mêmes », manière de dire qu’outre la danse, Bullier est aussi un lieu de prostitution. Zimmermann s’adonne à l’une comme à l’autre. Il aime danser : « J’aime (…) le bal et son entrain lascif. J’aime voir les tailles se plier, les robes s’envoler, les cheveux se défriser. J’aime (…) l’ardeur de la valse, l’éclat des yeux, la flamme du teint chez mes petites danseuses » (3/5) mais les danses « à Bullier » se terminent régulièrement dans des hôtels du quartier. Le Bal, c’est une tentation permanente, comme celle qui l’attire au Luxembourg. Parfois ces deux activités entrent en concurrence : « danser et palper des tailles de femmes [ou] jouir du soleil » (1/11). Dans tous les cas, cela l’éloigne de l’étude.

Dessin 1 : Le Bal Bullier

Dessin 1 : Le Bal Bullier

(© ADAGP, © Bibliothèque de documentation internationale contemporaine / MHC)

« Chez nous »

37Un autre pôle structure la vie de Zimmermann et ses déplacements quotidiens. C’est le domicile familial qu’il ne nomme jamais autrement que « chez nous ». Situé au 24 avenue de Montsouris (aujourd’hui avenue René Coty), à moins de deux kilomètres de l’École, à proximité du parc Montsouris, « chez nous » est le lieu de la cellule familiale. C’est un lieu de sociabilités vues comme indispensables mais souvent présentées sous un jour assez sombre : avec sa mère qui le soupçonne – à juste titre – des pires turpitudes, son père avec qui les disputes sont régulières, sa sœur Marie dont il désespère de lui voir réussir un jour le brevet, son frère Camille qui passe de temps en temps, enfin Mélanie – la bonne – qu’il assaille régulièrement et sans délicatesse de ses ardeurs juvéniles. « Chez nous », c’est un refuge lorsqu’il n’en peut plus de la turne bruyante ; c’est aussi un lieu de travail où il emmène quelque lecture. À bonne distance de ses parcours les plus fréquents – sans en être vraiment éloigné – et de l’axe tentateur du boulevard, « chez nous » est une retraite, un lieu de repli à défaut d’être un lieu de tranquillité, une marge urbaine en bordure de la ville, un faubourg déjà (figure 3). Le domicile familial est le seul lieu vraiment privé que fréquente Zimmermann même si la bibliothèque de l’École, parfois l’infirmerie, peuvent servir de substitut. La vie d’étudiant normalien est une vie de proximité et de promiscuité ; on l’a vu, Zimmermann la supporte mal d’où sa fréquentation assidue de l’espace public comme espace d’anonymat garanti par la foule. Dans ces conditions, le domicile familial prend de l’importance comme possibilité d’intimité, pas tellement comme lieu de l’ancrage. On ne sent pas pour Zimmermann, dans ce « chez nous » la dimension bachelardienne de la maison, cette forme d’inscription physique dans l’individu qu’est la maison, ce lieu des « habitudes organiques » (Bachelard, 1992, p. 32). « Chez nous » n’est pas la maison natale. Celle de Zimmermann est en Lorraine, mais il n’en parle jamais comme il ne parle jamais de ses origines. C’est à Paris qu’il naît au monde. Le « chez nous » n’est pas celui des racines, mais celui du retrait, une façon de sortir du bocal étouffant de la vie normalienne.

38Au fil de ses déplacements et de la manière dont il les narre dans son journal, Zimmermann construit peu à peu deux mondes qui ne communiquent guère. Entre le domicile familial et ses autres espaces du quotidien, la frontière est étanche. Deux mondes pour deux vies que Zimmermann tente le plus possible de ne pas croiser : sa famille ne vient pas à l’École et s’il rencontre son père dans la rue, c’est un hasard plutôt malvenu ; ses amis ne vont pas « chez nous », et même ses maladies resteront longtemps ignorées de ses parents. Seule exception à ce cloisonnement des mondes, Camille, son frère, avec qui il n’hésite pas à partager les nuits au café comme les aventures sexuelles. Ce cloisonnement est aussi spatial. Entre l’École et son domicile, il y a de la distance ; il parle d’éloignement et des rues désertes qu’il doit arpenter pour faire ce trajet. Ce n’est pas toujours le cas : il y a aussi des déplacements sans distance dans le quotidien de Zimmermann.

Carte 3 : Un tout petit territoire

Carte 3 : Un tout petit territoire

(Relevés personnels, © P. Clerc et F. Troin, 2016)

À la mesure des pas

39D’un lieu à l’autre, de l’École au domicile familial, du Luxembourg au Bal Bullier, du Quartier Latin à la Rive Droite, Zimmermann parcourt la ville. Cette pratique peut être appréhendée comme hodologique (Tiberghien, 2004 et Besse, 2004 et 2009) au sens où ces déplacements, au-delà du simple mouvement sur des axes, participent d’une approche sensible du monde, sont partie intégrante de son urbanité et configurent ses espaces de vie. « L’hodologie alors semble privilégier le cheminement plus que le chemin. » (Tiberghien, 2004, p. 9)

  • 26 Cette activité est néanmoins productive comme le rappelle Frédéric Gros (2009), à travers l’exemple (...)

40Zimmermann aime marcher et cette pratique prend chez lui diverses formes. La marche est un mode de déplacement ; elle lui permet de se rendre rapidement d’un lieu à un autre au sein du petit territoire qu’il arpente au quotidien (figure 3). La marche est une hygiène de vie notamment après de longues plages de travail mais aussi de manière presque rituelle, le lundi, avec son ami Lespès pour des promenades qui les conduisent souvent dans d’autres quartiers. La marche est une dérive, un style de vie. Des cafés à Bullier, d’un café à l’autre, en passant par les haltes au Luxembourg, Zimmermann et ses amis arpentent leur petit territoire ; sa taille autorise des circulations faites d’allers et de retours, parfois réitérés dans la soirée jusqu’à ce que la fatigue, l’ivresse trop avancée ou une rencontre interrompent ce cycle. Zimmermann évoque plus discrètement la marche comme moment de réflexion, trajet de pensée, cette « pensée flottante qui naît de la marche (…) affranchie des contraintes de raisonnement » (Le Breton, 2012, p. 28)26.

  • 27 Il peut s’agir à cette époque d’un omnibus hippomobile (en service jusqu’à la Première Guerre mondi (...)

41L’espace de vie de Zimmermann a les dimensions des déplacements marchés. Du café dHarcourt au Bal Bullier en passant par le Luxembourg, il y a à peine un kilomètre soit douze à quinze minutes de marche. De l’École à ces différents lieux, c’est encore plus rapide, huit à dix minutes tout au plus. Seul le domicile familial est un peu plus éloigné (une vingtaine de minutes de marche de l’École). Entre son goût pour la marche d’une part et la brièveté des temps de parcours d’autre part, la distance entre les lieux est en partie effacée. L’effectuation de ces parcours ne « coûte » rien, ni en temps, ni en argent, ni en énergie, ni en distance mentale ; son quartier fait lieu. Par contre, les déplacements plus longs réclament un investissement, lorsque Zimmermann sort du Quartier latin, de son espace du quotidien. Ce sont des ex-cursions. Les alternatives à la marche, bien que peu évoquées, relèvent de la même logique. Il prend parfois l’omnibus27 comme ce jour de janvier pour se rendre au Moulin-Rouge, ou simplement lorsque son état de santé lui interdit des marches trop longues. La tenue quotidienne et apparemment scrupuleuse de ses comptes permet d’évaluer sa fréquentation des transports en commun ; une ou deux fois par mois tout au plus.

42Le Breton décrit la marche comme une pratique « sensible et sensuelle » (2012, p. 49). C’est le mode de déplacement qui met le plus fortement en prise avec le monde, qui rend le plus disponible aux autres, à la vie, à la rencontre. Dans les rues parisiennes, Zimmermann est au spectacle ; il vibre au rythme de la ville, de la foule en mouvement, des bruits du trafic, des odeurs, du soleil sur la peau ou du froid qui mord, à l’affût des jeunes filles, de leur sourire et du corps en mouvement. La rue n’est plus alors un couloir de circulation, un non-lieu qui permet de relier des lieux mais un élément majeur des spatialités de Zimmermann, « un espace à part entière » (Besse, 2013).

43Baudelaire, dans le peintre de la vie moderne, décrit le flâneur comme un être indépendant : « voir le monde, être au centre du monde et resté caché au monde » (1863). Ce portrait est-il celui de Zimmermann ? Indépendant à coup sûr, souvent en marge ; il le sera toute sa vie. Lors de cette année parisienne, et sans doute aussi par la suite, il expérimente un style de vie (Nuvolati, 2009), une forme d’oisiveté active qui est celle du flâneur. À l’étude, il préfère presque toujours un tour sur le « Boulevard », à l’immobilité la mobilité, à la retraite dans le cloître de la rue d’Ulm la plongée dans la foule du Quartier. La flânerie est une activité qui occupe largement cette période de sa vie.

Un petit territoire

44Les lieux les plus fréquentés par Zimmermann, ceux qui sont visités presque au quotidien, se cantonnent au Quartier latin (il écrit « le quartier », sans majuscule, pour dire l’espace familier qu’est pour lui cette partie de Paris) et structurent son territoire.

45La lecture de son journal permet de circonscrire plus précisément l’espace de sa vie quotidienne : il s’étend de part et d’autre du boulevard Saint-Michel (à l’ouest jusqu’aux limites du jardin du Luxembourg, à l’est guère au-delà de l’École normale supérieure), entre le boulevard du Montparnasse (et son prolongement, le boulevard de Port-Royal) au sud et le boulevard Saint-Germain au nord. Ce territoire est orienté ; il ne se déploie pas de manière aréolaire autour de l’École qui est alors son principal lieu de résidence. Schématiquement, lorsque Zimmermann en sort, il se dirige toujours vers des directions ouest, jamais vers l’est.

46On peut rapprocher cette territorialisation du Quartier latin de recherches contemporaines sur la notion de quartier parisien (Humain-Lamoure, 2007, Rhein, 2008). Le Quartier latin de Zimmermann est d’échelle infra-arrondissement ; c’est aussi la référence scalaire retenue par les Parisiens aujourd’hui (Rhein, 2008). Il est intéressant de constater que cette échelle de référence, cette échelle dans lesquelles les sociabilités du quotidien se déploient ne semble pas varier au fil du temps en dépit de la mutation des moyens de transport et des mobilités comme si, peut-être, l’échelle du quartier était celle de la pratique pédestre aujourd’hui comme hier. D’autre part, dans l’identification des différentes représentations spatiales contemporaines du Quartier latin, Anne-Lise Humain-Lamoure mentionne celle d’un quartier historique centré sur la Sorbonne « qui renvoie clairement à la vision nostalgique d’un Quartier latin perdu » (p. 246, 2007). Cette représentation spatiale est celle des plus anciens résidents du quartier ; c’est une spatialité de la mémoire plus que des pratiques quotidiennes actuelles, la mémoire d’un passé révolu, en partie celui de Zimmermann et de ses amis étudiants normaliens : le Luxembourg, l’axe du boulevard Saint-Michel, les cafés…

47Cet espace est territorialisé à travers des formes d’appartenance, d’appropriation et la définition de limites. C’est un espace social, un espace d’interconnaissance. Au fil de ses déplacements, Zimmermann rencontre des amis, des enseignants, des visages simplement familiers. Certains lieux comme le jardin du Luxembourg et le café dHarcourt ont même explicitement une fonction de lieu de rencontre.

48Lorsqu’il est dans « le quartier », Zimmermann ne mentionne presque jamais le décor urbain et les itinéraires empruntés, comme s’ils se fondaient dans cette familiarité du proche ; il est chez lui, dans son territoire, sans la distance qui rendrait possible l’observation paysagère. Tout est familier. Les lieux de sociabilité priment sur les formes matérielles (Rhein, 2008). Il n’en est pas de même lorsqu’il parcourt d’autres quartiers parisiens. Le passage de l’intérieur qu’est le Quartier latin à l’extérieur qu’est le reste de la ville laisse des traces dans l’écriture intime de Zimmermann. Ce sont souvent des descriptions paysagères qui signent le franchissement d’une limite. Hors du Quartier latin, c’est une autre ville qui commence avec des formes de dépaysement, d’étonnement face à ce qu’il ne voit plus lorsqu’il parcourt, de manière presque automatique, les rues de son territoire. La rive droite et les autres quartiers sont des espaces de moindre fréquentation. Il y fait des promenades, fréquente des salons de peinture ou se livre à des achats dans les « grands magasins ». Ces ex-cursions sont organisées, planifiées ; elles font rarement partie des pratiques spontanées dans le Quartier latin. Zimmermann doit déployer, même de manière minime, des stratégies spatiales. À travers ses écrits transparaît toujours ou presque l’idée de la distance, de l’énergie nécessaire pour la parcourir : le temps qu’il faut, ce que cela lui coûte, le dépaysement induit par le franchissement de cette distance, la nécessité de « sortir du quartier » (31/8) pour accéder à cet ailleurs parisien.

Quitter Paris

49La banlieue, ainsi qu’une large partie des arrondissements parisiens périphériques, est la terra incognita de Zimmermann. On peut faire confiance sur ce point à ses notes, toujours précises lorsque sa spatialité ordinaire est bousculée : en un an, il se rend deux fois à Aubervilliers pour visiter la famille d’un ami. Il ne s’étend pas sur ces déplacements sauf à signifier que la vie à Paris lui paraît beaucoup plus excitante.

50Il quitte à trois reprises la région parisienne en 1893. Le dimanche 9 juillet dans le cadre d’une sortie à la fois culturelle et festive organisée semble-t-il par l’École, il se rend dans la petite ville de Gisors à une soixantaine de kilomètres de la capitale. Est-ce la fatigue due à son état de santé précaire ? Toujours est-il qu’il regrette amèrement cette expérience, regrette d’avoir quitté Paris pour cette journée provinciale « vide », « plate » et « bête ».

51Dans la nuit du 30 au 31 juillet, il se rend à Dole pour quelques semaines de vacances chez ses tantes. Il semble là aussi regretter ce départ. En réalité ses sentiments sont complexes : « J’en suis venu à désirer de plus en plus être ailleurs, être plus âgé, quitter ces lieux et ces instants douloureux. (…) Je ressentais en voyant le boulevard une dernière fois, je ne sais quel regret, profond et vague, d’autant plus vif, de quitter tout cela. Quand on fuit, fût-ce pour quelques jours, un lieu où l’on a éprouvé trop de sensations et d’émotions, ce n’est jamais sans un certain déchirement que se fait le départ ; on sent que cette absence est un point de repère qui marque la fin d’une part de notre vie, on éprouve soudain avec force la sensation de la vie qui s’écoule. » (Résumé du mois de juillet 1893)

52À Dole et dans ses environs, il marche comme à son habitude, fait beaucoup de visites à l’initiative de ses tantes et contemple les paysages. Cette vie simple paraît lui plaire, sans doute parce que sa durée est étroitement bornée. En réalité, il a « le désir toujours vif et ardent de Paris » (17/8) et dès son retour le dimanche 20 août, il file au Luxembourg pour retrouver l’atmosphère de la capitale.

53Le 5 septembre, après avoir vainement tenté d’y échapper, il prend le train pour Alençon afin d’y effectuer une période de service militaire. C’est l’ennui qui domine son quotidien, à la fois dans cette petite bourgade et dans la vie de caserne ; beaucoup d’heures à attendre des ordres et des consignes, des journées entières allongé sur son lit. La vie de caserne ne lui plaît pas et encore moins celle du dortoir pour des raisons de promiscuité analogues à son rejet de la « turne » de l’École. Il se réjouit de pouvoir parfois louer une chambre en ville pour échapper « aux chieries de la chambrée » (6/9). À Alençon, Zimmermann territorialise un nouvel espace, sans changer de type de géographicité : entre cafés, bordel et axes de promenade, ce sont presque les mêmes types de lieux qu’à Paris qui dessinent la structure spatiale de ce quotidien temporaire. Lorsque cette période s’achève, le retour est curieusement empreint de tristesse et de nostalgie. Ce sont les vacances et une bonne partie de ses amis n’est pas encore rentrée à la capitale. Il anticipe les quelques années à venir : « Et je sens déjà que plus j’irai, moins j’aurai de vieux amis à Paris. Ça se comprend : tous partent pour la province. Et, je reste, moi, vieil étudiant attardé quoique naïf dans ce Paris dont je n’ai pas su jouir où je n’ai même pas su me faire une maîtresse, où je n’ai pris que le mal, sans même savoir en goûter les plaisirs. » (1/10)

541893, année parisienne. Cela durera encore six ans puis Zimmermann passera le reste de son temps à Lyon, dans une autre ville, qu’il n’aimait guère, mais trop velléitaire pour tenter de changer le cours des choses.

55Drôle de vie. C’est à Paris qu’il respire, qu’il est libre. C’est aussi à Paris, qu’il tombe malade et que les déchirements et emballements amoureux dessinent la carte de ses émotions : les rues où il passe avec un pincement au cœur, les fenêtres qu’il n’ose plus regarder, les lieux propices aux rencontres. À son retour de Dole, après des semaines campagnardes et paisibles, il écrit : « Je jouis de me retrouver à Paris, le mouvement des rues, l’animation de tout, l’air élégant, coquet, provoquant des fillettes, et enfin cet air qui circule tout chargé de griserie, d’esprit, d’intelligence, je retrouve dans tout cela des choses connues et aimées, la pâture de tout mon moi, l’élément où je respire librement. Cette ville rien qu’à y circuler comme je le fais, est, cela se sent, la grande ville d’indépendance et de libéralisme, pour quiconque veut fuir les servitudes du monde, pour qui, comme moi, vient d’une province, où il a été obligé de recevoir et de rendre des visites, où les rues étaient mortes, et les gens souvent insipides, où la vie de petite ville s’étalait dans toute sa fadeur. » (21/7)

56Zimmermann est urbain, pleinement. Il jouit de la densité et de la diversité, des rencontres possibles, d’être dans le lieu de tous les possibles. Il jouit de la liberté, celle d’être anonyme dans les foules. L’air de la ville rend libre.

Inicio de página

Bibliografía

Allix A., 1950, « Maurice Zimmermann (1869-1950) », Revue de géographie de Lyon, No 3, 244-246.

Arrault J.-B., 2007, Penser à l’échelle du monde. Histoire conceptuelle de la mondialisation en géographie (fin du XIXe siècle/entre-deux-guerres). Paris : Université Paris I Panthéon-Sorbonne, thèse de doctorat de géographie, sous la direction de Robic M.-C.

Bachelard G., 1992, La poétique de l’espace, Paris, PUF.

Benjamin W., 2011, Écrits autobiographiques, Paris, Christian Bourgois éditeur.

Besse J.-M., 2004, « Quatre notes conjointes sur l'introduction de l'hodologie dans la pensée contemporaine », Les carnets du paysage, No 11, 26-33.

Besse J.-M., 2009, Le goût du monde. Exercices de paysage, Arles, Actes Sud /ENSP.

Besse J.-M., 2013, Habiter. Un monde à mon image, Paris, Flammarion.

Bethemont J., 1996, « Sur une école lyonnaise de géographie (1923-1973)  », in : Claval P. et Sanguin A.-L., La géographie française à l’époque classique (1918-1968), Paris, l’Harmattan.

Bihl-Willette L., 1997, Des tavernes aux bistrots. Histoire des cafés, Lausanne, L’Âge D’Homme.

Collignon B., Staszak, J.-F., 2003, Espaces domestiques, Paris, Bréal.

Clerc P., 2014, « Les Annales de Géographie (1895-1919). Une Chronique de la colonisation en marche », in Garcia-Alvarez J. et Garcia J.-C. (eds), Historia da Geografia e colonialismo / Histoire de la Géographie et Colonialisme / History of Geography and colonialism, Lisboa, Centro de estudos geográficos - UGI Commission of the History of Geography, 61-74.

Clerc P., 2015a, « Maurice Zimmermann (1869-1950) : les spatialités d’un géographe excentrique », in Clerc P. et Robic M.-C. Hors-les-murs ? Itinéraires de géographes dans le Monde (années 1900 - entre-deux-guerres), Paris, l’Harmattan, 35-67.

Clerc P., 2015b, « Maurice Zimmermann (1869-1950) », in Lorimer H. et Withers C. (eds), Geographers: Biobibliographical Studies, Volume 34, Londres, Bloomsbury, 97-125.

Clerc P., Robic M.-C., 2015, Hors-les-murs ? Itinéraires de géographes dans le Monde (années 1900—entre-deux-guerres), Paris, l’Harmattan.

Deprest F., 2009, Géographes en Algérie (1880-1950). Savoirs universitaires en situation coloniale, Paris, Belin.

Frémont A., Chevalier J., Hérin R., Renard J., 1984, Géographie sociale, Paris, Masson.

Gros F., 2009, Marcher, une philosophie, Paris, Carnetsnord.

Hazan E., 2002, L’invention de Paris. Il n’y a pas de pas perdus, Paris, Seuil.

Humain-Lamoure A.-L., 2007, « Le quartier Latin, ou qu'est ce qui fait quartier dans Paris ? », in Saint-Julien T., Le Goix R. (dir.), L’Ile-de-France. Centralités, inégalités, proximités, Paris, Belin, 233-252.

Le Breton D., 2002, Éloge des chemins et de la lenteur, Paris, Métailié.

Moulinier P., 2002, La naissance de l’étudiant moderne (XIXe siècle), Paris, Belin.

Nuvolati G., 2009, « Le flâneur dans l’espace urbain », Géographie et cultures, No 70, 7-20.

Perec G., 1974, Espèces d’espaces, Paris, Galilée.

Racine J.-L., 1992, « Paria : espaces d’une vie », Mappemonde No 4, 19-22.

Revel J., 2010, « Microstoria », Delacroix C. (et al.), Historiographies, I. Concepts et débats, Paris, Gallimard, 529-534.

Rhein C. (resp.), 2008, Regards sur les quartiers parisiens. Contextes spatiaux, usages politiques et pratiques citadines, Étude réalisée par Blidon M, Fleury A., Guérin-Pace F., Humain-Lamoure A.-L., Contrat ville de Paris n° Dasco 2004-168. http://alhl.free.fr/docs/Regards%20sur%20les%20quartiers%20parisiens_Rapport.pdf

Rolland R., 1952, Le cloître de la rue d’Ulm, Paris, Albin Michel.

Staszak J.-F., 2003, Géographies de Gauguin, Paris, Bréal.

Tiberghien G., 2004, « Hodologique », Les carnets du paysage, No 11, 7-25.

Thomas R., 2007, « La marche en ville. Une histoire de sens », L’Espace Géographique, No 1, 15-26.

Inicio de página

Notas

1 Ce journal, connu par les contemporains lyonnais de Zimmermann, avait disparu. Il aurait été brûlé en raison de certaines pages sulfureuses (Bethemont, 1996). Mais rien n’était sûr. J’ai cherché en vain jusqu’à ce qu’une conservatrice de la bibliothèque universitaire redécouvre les volumes archivés dans des réserves, ait la curiosité d’en ouvrir un, le trouve suffisamment intéressant pour espérer qu’un chercheur ou une chercheuse l’étudie, enfin qu’elle me contacte. Qu’elle en soit ici remerciée.

2 Un terme que j’ai retrouvé dans Philippe le Guillou, Géographies de la mémoire, 2016.

3 Cet article précède l’ouvrage que Jean-Luc Racine et Josianne Racine ont consacré à Viramma : Une vie paria. Le rire des asservis Inde du Sud (1994), Plon.

4 Pour un portrait plus complet voir Clerc (2015a et 2015b).

5 Lettre de Perrot au ministre de l’Instruction publique du 1er septembre 1894 (Archives nationales F/17/24427 Zimmermann).

6 Lettre de Perrot, Ibid.

7 Plus qu’à sa personne, c’est à la discipline qu’il enseigne – la plus importante pour les dirigeants consulaires – que Zimmermann doit cet honneur.

8 Le volume X Océanie-Régions polaires australes (1930) avec Paul Privat-Deschanel, son ancien condisciple de l’École normale supérieure.

9 Le bulletin de l’Association des anciens élèves de l’enseignement colonial de la Chambre de commerce.

10 Note des chefs de service du 17 juillet 1931 (Archives nationales, F/17/24427 Zimmermann).

11 Zimmermann n’est pas une exception. Les maladies vénériennes sont très répandues dans un milieu estudiantin sans doute peu conscient des risques et dans lequel le recours à la prostitution est pourtant très important. Zimmermann contracte entre autres la syphilis comme 12% des étudiants parisiens de l’époque (Moulinier, 2002).

12 Vidal de la Blache ne pense manifestement pas encore à la constitution d’une équipe pour la future Géographie universelle même si dans les faits c’est bien Zimmermann qui fut chargé des régions scandinaves et polaires. C’est sans doute en 1907 ou 1908 qu’il fait état de ses plans pour l’organisation de l’ensemble (Clerc et Robic, 2015, p. 21).

13 Pierre Camena d’Almeida (1865-1943) est passé par l’École normale supérieure quelques années avant Zimmermann. La thèse qu’il soutient en mai 1893 porte sur les Pyrénées. Après un passage par la faculté des lettres de Caen, il fait sa carrière à l’université de Bordeaux.

14 Après des études en Sorbonne, Henri Schirmer (1862-1931) soutient une thèse sur le Sahara. Il enseigne à l’université de Lyon puis à la Sorbonne.

15 Il s’agit de Gustave Bloch (1848-1923), le père de Marc, un historien spécialiste d’histoire ancienne qui fut élève à l’École avant d’y enseigner à partir de 1888.

16 Charles Seignobos (1854-1942) est professeur d’histoire à la Sorbonne pendant une grande part de sa carrière. Avec Charles-Victor Langlois, c’est un des chefs de file de l’école méthodique. Le regard que porte Zimmermann sur Seignobos enseignant réhabilite quelque peu un historien que l’historiographie contemporaine n’épargne pas toujours (voir aussi l’article d’Antoine Prost dans la revue XXe siècle, "Seignobos revisité", 1994, n°43, p. 100-118)

17 Dans son journal, Romain Rolland a le même sentiment : "Je me prends de passion pour la géographie telle que l’ont révélée les admirables leçons de Vidal de la Blache."

18 Il s’agit de l’ouvrage d’Hippolyte Taine Les origines de la France contemporaine dont la publication engagée en 1875 avec la partie sur l’Ancien Régime s’achève en cette année 1893.

19 René Lespès (1870-1944) a un parcours qui se rapproche de celui de Zimmermann. Outre le parallélisme de leurs années d’études et de leur réussite à l’agrégation, leur vie professionnelle se déroule dans la même marginalité. Lespès enseigne durant toute sa carrière au lycée d’Alger. Il est l’auteur d’ouvrages de géographie urbaine remarqués sur Oran et Alger (voir aussi Deprest, 2009, p. 258-259).

20 C’est là que se retrouvaient notamment les créateurs de l’éphémère revue littéraire Centaure (1896-1897): Paul Valéry, André Gide, Pierre Louÿs…

21 Malgré, une vingtaine d’années d’écart et des scènes de la pratique spatiale situées dans deux villes différentes – Paris et Berlin – on trouve d’étonnantes proximités dans la manière dont Zimmermann et Benjamin parlent des cafés.

22 La Source était situé en face du lycée Saint-Louis.

23 Le Vachette a cessé d’exister en 1913. Il était situé à l’angle du boulevard Saint-Michel et de la rue des Écoles et souvent décrit comme le café des étudiants "bohèmes", de ceux qui se rêvent poètes ou romanciers ; Verlaine, Barrès, Maupassant y avaient leurs habitudes (Bihl-Willette, 1997, p. 153). C’était aussi le lieu de rendez-vous des étudiants étrangers.

24 Dans le vocabulaire du XIXe siècle, les grisettes sont des prostituées occasionnelles, souvent des ouvrières de la mode.

25 Article du 6 mars 1895 paru dans le quotidien parisien La Presse.

26 Cette activité est néanmoins productive comme le rappelle Frédéric Gros (2009), à travers l’exemple de quelques philosophes, Kant en particulier.

27 Il peut s’agir à cette époque d’un omnibus hippomobile (en service jusqu’à la Première Guerre mondiale) ou déjà automobile.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Título Carte 1 : Entre le plaisir et l’étude : les lieux parisiens de Zimmermann
Créditos (Plan de Paris, E. Andriveau-Goujon, 1882, © F. Troin, 2016)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/27999/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 2,7M
Título Carte 2 : Lieux et activités
Créditos (Relevés personnels, © P. Clerc et F. Troin, 2016)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/27999/img-2.jpg
Ficheros image/jpeg, 1,0M
Título Photo 1 : Le café d’Harcourt
Créditos (inconnue, début du XXe siècle)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/27999/img-3.jpg
Ficheros image/jpeg, 304k
Título Dessin 1 : Le Bal Bullier
Créditos (© ADAGP, © Bibliothèque de documentation internationale contemporaine / MHC)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/27999/img-4.jpg
Ficheros image/jpeg, 424k
Título Carte 3 : Un tout petit territoire
Créditos (Relevés personnels, © P. Clerc et F. Troin, 2016)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/27999/img-5.jpg
Ficheros image/jpeg, 778k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Pascal Clerc, « Le journal retrouvé. Les spatialités d’un géographe normalien en 1893 », Cybergeo : European Journal of Geography [En línea], Epistemología, Historia de la Geografía, Didáctica, documento 811, Publicado el 23 marzo 2017, consultado el 14 diciembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/27999

Inicio de página

Autor

Pascal Clerc

Maître de conférences HDR en géographie
ESPE Université Claude Bernard Lyon 1
Équipe EHGO, UMR 8504 Géographie-Cités
France
pascal.clerc@univ-lyon1.fr

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Inicio de página