Skip to navigation – Site map
2017
813

Pékin entre patrimoine et modernité : une mutation de la morphologie urbaine observée par satellite depuis 50 ans

Antoine Lefebvre

Abstracts

Urban areas in China have dramatically changed since its opening to a market economy in 1978. In Beijing, the transformation of the old city reflects modifications in society, politics and economy. The old urban pattern, that has a unique architectural and social heritage, has been demolished at the expense of business centers, shopping malls and luxury housing. This article proposes to monitor these changes using satellite images. The results allow us to date, quantify and spatialize morphological changes. Results are compared with references and highlight urban development policies such as housing reform in 1991 and preparation for the 2008 Olympic Games. It is estimated that over half of the old urban pattern was demolished and it is showed that Chinese authorities have difficulties to preserve its heritage while meeting the needs of urban modernity.

Top of page

Full text

Une urbanisation retardée puis accélérée

1L’urbanisation de la Chine peut être présentée en deux principales périodes (Henriot, 2002) : une urbanisation « retardée » pour la période maoïste entre 1949 et 1978, puis une urbanisation « accélérée » pour la période de 1978 à nos jours. La particularité de cette urbanisation a marqué et marque encore aujourd’hui le paysage urbain des centres historiques des villes chinoises.

2Le terme « retardée » fait référence au manque de moyens mis en œuvre pour subvenir aux besoins des vagues de migrants chinois venus de la campagne. Les plus importantes migrations ont commencé avant les années 1950 ; l’économie agricole était alors affaiblie par les années de guerre civile et de l’occupation japonaise (Wu, 2000). Avec l’arrivée au pouvoir du Parti communiste chinois (PCC) en 1949, ces migrations se sont intensifiées, notamment lors de la première partie du « Grand bond en avant » avec l’industrialisation du pays. Malgré la très forte densité de population, peu de logements sont créés à cette période. À Pékin, l’architecture jusqu’alors intacte est réaménagée de manière informelle afin de répondre à la demande de logements. L’espace habitable est divisé à multiples reprises, dégradant de plus en plus les conditions de vie. Des extensions de toutes formes ont été construites dans les cours des habitations traditionnelles. La surface habitable a augmenté en moyenne de 55 % entre 1950 et 1987 (Wu, 1999). Par exemple, il est supposé que les habitations de Pékin pouvaient être divisées de manière à abriter jusqu’à 40 familles (Gaubatz, 1995) et la densité de population pouvant atteindre jusqu’à 57 000 habitants par kilomètre carré (Gan, 1990). Ce phénomène ne s’est pas limité à la ville de Pékin. De manière analogue à Shanghai, il pouvait y avoir plus 60 000 habitants par kilomètre carré dans le quartier du Bund (Bergère, 2005). La cité historique est ainsi devenue surpeuplée avec des problèmes de salubrité. Les habitations traditionnelles, siheyuans, sont ainsi surnommées dazayuan qui signifie littéralement « désordre ». Des tentatives de dédensification urbaine sont alors menées par le PCC notamment avec la politique de réforme agraire. Cependant, cela n’aura qu’un effet limité car les habitations ont déjà subi de nombreuses modifications (Wu, 2000).

3L’ « accélération » de l’urbanisation et la modernisation des principales villes chinoises sont initiées à la suite des réformes de Deng XiaoPing à la fin des années 1970. L’ouverture du pays à une économie de marché a notamment changé les activités économiques des principales villes. Elles sont ainsi passées du secteur secondaire au tertiaire en une vingtaine d’années, entre les années 1980 et 2000 (Gu et Shen, 2003). Cette nouvelle dynamique a suscité de nouveaux besoins en matière d’infrastructures (logements, bureaux, commerces) et a favorisé le développement rapide de nouveaux modes de vie, passant d’une société traditionnelle et socialisante à une société de consommation. La réforme du logement de 1991 est un autre facteur important de cette urbanisation « accélérée ». Dans le cadre du 8ème plan quinquennal, le secteur de l’immobilier est privatisé. L’État cède la gestion de son territoire à des promoteurs chinois et étrangers.

4De manière générale, la production de la ville nouvelle en Chine a eu pour conséquence de baisser la densité de population des centres-villes, de spécialiser les quartiers et de transformer la morphologie urbaine existante.

5Bien que la population des villes chinoises n’ait cessé d’augmenter, l’étalement urbain a permis de dédensifier le tissu existant. Par exemple, de 1982 à 1990, la densité des quartiers du centre-ville de Shanghai (et des principales villes chinoises) a considérablement baissé (Wang et Zhou, 1999). A l’inverse, la densité des quartiers en périphérie a augmenté.

6Avant l’ouverture du pays, la ville chinoise s’organisait en fonction des sociétés d’Etat appelées danwei. Chaque entreprise fournissait les logements et l’ensemble des services (écoles, magasins…) pour ses travailleurs. La ville pouvait alors rassembler un ensemble de villages urbains. Avec le développement du marché immobilier, cette organisation s’est rapidement transformée et les quartiers se sont spécialisés par activité (industrie, commerce, bureau, éducation supérieure, haute technologie…) (Gaubatz, 1999). Cette spécialisation a eu pour autre conséquence de séparer progressivement les classes sociales. Les classes les plus pauvres se sont retrouvées le plus souvent en périphérie à proximité des secteurs dédiés à l’industrie et les classes les plus aisées se sont établies en centre-ville, zone privilégiée pour les bureaux et commerces.

7Enfin, les opérations de renouvellement des centres-villes se multiplient dans la plupart des villes chinoises dans les années 1980-1990 et la morphologie urbaine se transforme rapidement au profit de la ville verticale. Ces opérations de renouvellement contribuent aussi à la ségrégation sociale et spatiale du milieu urbain.

8Dans les parties suivantes, cet article s’intéresse plus particulièrement à la modernisation du centre historique Pékin et aux différentes périodes qui ont altéré son patrimoine architectural, social et culturel.

Pékin, une cité historique en proie à la modernisation

9La ville s’agrandit, mais change aussi de l’intérieur. Elle se modernise et se verticalise au détriment de son patrimoine architectural et social. Les promoteurs immobiliers ordonnent la destruction de nombreux quartiers historiques, déplacent la plupart du temps la population locale en périphérie et construisent de grands ensembles destinés à accueillir des centres commerciaux ou des appartements pour des populations aisées.

10La cité historique de Pékin est considérée dans cet article comme la « ville tartare » construite dès la fin du XIVe siècle (Figure 1). Elle englobe la cité impériale qui comprend entre autres des monuments uniques tels que la Cité interdite, les jardins impériaux, les tours du tambour et de la cloche. La « ville tartare » était entourée de remparts qui ont été détruits dans les années 1950 afin de laisser place à de grands boulevards et à une ligne de métro.

Figure 1 - Présentation de la cité historique de Pékin et des principaux quartiers mentionnés dans le texte

Figure 1 - Présentation de la cité historique de Pékin et des principaux quartiers mentionnés dans le texte

11Cette partie de la ville était composée initialement d’un tissu urbain homogène composé de petites allées dénommées hutong orientées selon un axe est-ouest et de maisons traditionnelles, nommées siheyuan (qui signifie littéralement quatre murs). Avec l’ouverture du pays, le développement de Pékin s’est fait initialement autour de la ville. Cependant, la municipalité de Pékin lança un programme de rénovation urbaine Old and Dilapited Housing Renewal en 1991 (Goldman, 2003) qui initia les destructions en masse.

12Les pressions de rénovation urbaine sur la cité historique sont de plusieurs natures. On peut mentionner avant tout les opérations immobilières qui sont une source importante de profit pour les investisseurs. La spéculation sur le prix du logement n’a fait qu’intensifier le développement des projets urbains. Entre 2004 et 2011, les prix de l’immobilier ont en moyenne doublé dans les plus grandes villes chinoises (Gaulard, 2014). Une autre motivation pour la rénovation est d’améliorer la salubrité des quartiers et des logements. La densité de population est très importante alors que les habitations ne comportent qu’un ou deux étages. Les habitants disposent d’un espace de vie très réduit et sans confort. Afin d’améliorer les conditions de vie dans ces quartiers, une solution consiste à développer le modèle de ville verticale. De plus, la plupart de ces logements étaient dépourvus de sanitaires et les habitants devaient s'accommoder d'infrastructures publiques.

13La cité historique est ainsi devenue depuis le début des années 1990 un lieu en constante mutation générant de fortes discontinuités. Le tissu urbain est fragmenté, les quartiers anciens se retrouvent enclavés par de nouvelles infrastructures très imposantes et souvent avant-gardistes. Il s’agit aussi d’une mutation en volume ; la silhouette composée de bâtiments de faible hauteur laisse place à des bâtiments toujours plus hauts. Sanjuan (2010) qualifie ce phénomène d’internationalisation urbaine. Pékin, tout comme Shanghai et les principales villes chinoises, est une vitrine de l’émergence du pays. Sanjuan (2010) évoque un mépris de l’authenticité en citant l’exemple de la rue commerciale de WangFuJing, l’un des premiers projets de rénovation. Le centre national des arts du spectacle construit dès 2001 à proximité de la Cité interdite peut aussi interpeler avec son architecture contemporaine. Enfin, ce mépris est toujours d’actualité, comme en atteste le nouveau complexe SOHO créé par l’architecte Zaha-Hadid en 2012 (Figure 2). Cette infrastructure pourrait être à l’image d’un objet non identifié venu d’une société lointaine.

Figure 2 - Le centre historique de Pékin en mutation.

Figure 2 - Le centre historique de Pékin en mutation.

a. au premier plan, les hutongs, au second plan, le complexe SOHO Zaha-Hadid à l'architecture futuriste ; b. vue depuis la tour de la Cloche. Au premier plan, les quartiers anciens ; au second plan, les premiers bâtiments de la ville verticale à l’extérieur du premier périphérique

14En effet, ces discontinuités ne sont pas seulement architecturales, mais aussi sociales. Aujourd’hui, la cité historique mêle principalement une population vernaculaire perpétuant un style de vie modeste, traditionnel et une nouvelle génération, aisée, en phase avec la société de consommation globalisée. Le territoire reflète ainsi d’importantes inégalités sociales avec des populations évoluant dans un environnement fonctionnellement distinct, mais spatialement proche. Peu d’interactions entre ses différentes populations sont visibles et cette surprenante cohabitation architecturale et sociale semble éphémère. On peut alors se demander quand la mutation de la cité historique sera achevée.

15Pékin a délaissé une partie de son patrimoine au profit de la modernité et d’une société mondialisée. La morphologie de la cité historique se banalise ainsi selon un modèle inspiré des villes d’Amérique du Nord. Pourtant, en 2004, l’État commence à prendre conscience de la destruction de son patrimoine. À Pékin, des plans de préservation sont mis en place afin de protéger certains quartiers (Figure 3). Cependant, il a été montré que l’intérêt du gouvernement est souvent de développer l’activité touristique sans préserver l’authenticité de son patrimoine (Felli, 2005 ; Sanjuan, 2000). En effet, certains quartiers sont détruits puis reconstruits à l’identique pour y implanter des bars et des enseignes multinationales comme Starbucks ou McDonald’s.

Figure 3 - Extrait du plan de protection 2004-2020 de la ville de Pékin : les zones protégées sont en jaune, les principaux monuments en rouge

Figure 3 - Extrait du plan de protection 2004-2020 de la ville de Pékin : les zones protégées sont en jaune, les principaux monuments en rouge

16Malgré les nombreux travaux sur la transformation de la cité historique de Pékin, il n’existe pas d’étude quantitative globale depuis l’ouverture de la Chine à l’économie de marché à aujourd’hui. Certaines références se focalisent sur l’étude d’un ou quelques quartiers (Felli, 2005 ; Shin, 2010 ; Wu, 1999) ; ou alors les résultats cartographiques sont peu détaillés ou ne sont plus à jour (Abramson, 2007 ; Broudehoux, 1994 ; Chen, Dong, et Zhang, 2008 ; Gaubatz, 1995 ; Ragueneau, 2008). Cet article s’intéresse à l’observation de ces mutations à partir d’une étude d’une série d’images satellites. Cette source de données est adaptée car elle permet d’avoir une information objective, homogène et continue sur l’ensemble d’un territoire. Ce sont plus précisément les changements de morphologie urbaine à l’échelle du tissu urbain et de l’îlot qui sont étudiés.

17La partie suivante présente les données et la méthode utilisée.

Les images satellites, un outil pour le suivi de la morphologie urbaine

18Pour suivre ces mutations, le travail de terrain s’avère primordial, mais il ne suffit pas. La ville historique de Pékin fait plus 3600 ha et un territoire aussi grand est particulièrement contraignant à parcourir et à analyser. Quand bien même une enquête de terrain serait réalisée pour identifier les quartiers anciens restants, il serait impossible de dater la construction des nouveaux bâtiments. On peut alors s’appuyer sur des documents d’urbanisme, des cartes ou des travaux existants, mais cette information n’est pas homogène d’une source à une autre. De plus, l’accès à ces données peut être limité voire même impossible.

19Une information à la fois globale, continue dans le temps et objective s’avère indispensable. Pour cela, les images satellites fournissent un excellent moyen d’observation. On peut réaliser une étude sur la ville de Pékin à partir d’images accessibles gratuitement et les analyser avec la même méthodologie.

Nature et disponibilité des données

20La disponibilité et les spécifications des images satellites utilisées pour cette étude sont variées. Le choix s’est principalement tourné vers des données gratuites et facilement accessibles. Celles-ci peuvent être regroupées en deux catégories :

  • Les images à Haute Résolution (HR) dont la résolution spatiale est comprise entre 5 et 30 m : Une série de 78 images LANDSAT-5 et LANDSAT-7 acquises entre 1984 et 2011 ont été utilisées. Les bandes multispectrales de ces missions ont une résolution de 30 m et ne permettent pas d’identifier clairement les bâtiments et leur agencement. Néanmoins, elles ont l’avantage d’avoir une résolution spectrale suffisante pour extraire des informations sur la nature et la propriété des matériaux qui composent les éléments urbains.

  • Les images Très Haute Résolution (THR) dont la résolution spatiale est inférieure à 5 m : Une série de 22 images issues de différentes missions (IKONOS, QuickBird, Kompsat-2, GeoEye, Worldview-2 et 3, Pléiades…) acquises entre 2001 et 2016 ont été utilisées. La mise à disposition des données THR au grand public a débuté en 1999 avec le lancement du capteur IKONOS. Cela explique pourquoi il n’y a pas d’images disponibles antérieurement. À partir des images THR, la composition et l’organisation du tissu urbain sont identifiables. Ces données commerciales sont accessibles gratuitement dans une version dégradée en couleur visible (Rouge, Vert, Bleu) dans Google Earth. Cette information reste néanmoins suffisante pour analyser le changement du tissu urbain.
    Enfin, une image déclassifiée de 1966 acquise par le satellite-espion américain « CORONA » a été utilisée pour connaître l’état initial de la cité historique. Ces images ont été rendues publiques dans les années 1990. Elles sont en noir et blanc et elles représentent très précisément les détails de la structure urbaine (résolution spatiale inférieure à 1,5 m).

21Les images utilisées sont synthétisées par la Figure 4. La sélection d’images HR en hiver et en été a été privilégiée afin de prendre en compte les changements liés à la saisonnalité. Enfin, mis à part l’image CORONA, l’ensemble des images THR a été récupéré à partir du logiciel Google Earth.

Figure 4 - Nombre d'images satellites utilisées par année

Figure 4 - Nombre d'images satellites utilisées par année

Suivi de la morphologie urbaine par télédétection

22L’étude de morphologie urbaine à partir d’images satellites consiste à détecter des changements dans le tissu urbain qui se définit comme la combinaison variée et complexe d’espaces vides (rues, jardins, parkings, friches…) et d’espaces pleins (bâtiments résidentiels et fonctionnels) (Allain, 2004). Par exemple, un îlot qui était initialement composé d’innombrables maisons traditionnelles est souvent remplacé par un ou deux bâtiments imposants par leur surface et leur hauteur. Cette nouvelle nature et organisation de l’espace urbain modifie de manière significative le paysage urbain et cela peut être mesuré par télédétection.

23La résolution spectrale des missions LANDSAT permet de discriminer les quartiers anciens des nouveaux ensembles. Les Figure 5 et Figure 6 présentent différentes compositions d’images de la cité historique en 1984 et 2010. Les images de gauche correspondent au visible (composé de rouge, vert et bleu). Les anciens quartiers apparaissent dans des nuances de gris homogènes alors que les grands ensembles présentent de petits agglomérats de valeurs plus contrastés. Les blancs correspondent aux toitures et les noirs aux ombres portées par ces grands bâtiments. Cependant, la distinction entre les deux tissus urbains n’est pas évidente et leur délimitation des quartiers est très approximative.

24Les images de droite présentent une combinaison avec le vert, un indice de végétation et l’infrarouge thermique. La distinction entre les différents tissus urbains est plus facile avec cette représentation ; les quartiers historiques apparaissent dans des teintes bleues et violettes alors que les nouveaux quartiers sont hétérogènes avec du noir, du rouge et du vert. Les changements entre l’image de 1984 et celle de 2010 sont plus évidents. Alors que l’image de 1984 est globalement homogène, celle de 2010 fait bien apparaitre les nouveaux quartiers de WangFuJing à l’est de la Cité interdite, de XiDan à l’est, ainsi que les nouveaux bâtiments établis le long de l’avenue Chang’An.

25La bande du vert visible est intéressante pour distinguer la couleur des bâtiments. En effet, elle permet de distinguer les bâtiments en béton et autres revêtements clairs. À l’inverse, la toiture des habitations traditionnelles est de couleur sombre.

26L’indice de végétation (dérivé du proche infrarouge) fournit un renseignement sur la présence de végétation. Les images semblent montrer que les anciens quartiers contiennent plus de végétaux que les nouveaux. Du moins, la végétation est distribuée de manière plus homogène alors que les projets de rénovation ont tendance à segmenter les zones très urbaines des espaces végétalisés.

27L’infrarouge thermique présente une information sur les températures de surface. Cette information ne reflète pas la température de l’air ambiant, mais celle du sol et des bâtiments. Cette donnée montre que la température de surface des hutongs est plus importante que celle des grands ensembles. Cela s’explique par des matériaux, la couleur des toitures (tuiles et béton) ainsi que par la forme des toits. Contrairement aux toits plats, les toitures à deux pans ont pour effet de surestimer les valeurs enregistrées.

Figure 5 – La cité historique de Pékin vue par le satellite LANDSAT 5 en 1984 : à gauche une composition rouge, vert, bleu ; à droite, une composition infra-rouge thermique, NDVI, vert

Figure 5 – La cité historique de Pékin vue par le satellite LANDSAT 5 en 1984 : à gauche une composition rouge, vert, bleu ; à droite, une composition infra-rouge thermique, NDVI, vert

Figure 6 – La cité historique de Pékin vue par le satellite LANDSAT 5 en 2010 : à gauche une composition rouge, vert, bleu ; à droite, une composition infra-rouge thermique, NDVI, vert

Figure 6 – La cité historique de Pékin vue par le satellite LANDSAT 5 en 2010 : à gauche une composition rouge, vert, bleu ; à droite, une composition infra-rouge thermique, NDVI, vert

28Les tissus urbains s’observent néanmoins plus facilement à partir d’images à très haute résolution. La Figure 7 représente l’ouest de l’avenue Chang’An et la partie sud du nouveau quartier de JingRong Jie en 1969 et 2001.

29Les changements entre les deux images sont évidents. Les innombrables maisons traditionnelles ne sont pas identifiables, mais on retrouve le maillage structuré de la Cité interdite avec les étroites ruelles représentées par des lignes principalement horizontales et verticales.

30Les nouveaux bâtiments se caractérisent par leur grande surface de béton (qui apparait en blanc), mais aussi leur ombre portée (en noir et proportionnelle à la taille des bâtiments).

31L’interprétation de ce type d’image ne laisse aucune ambiguïté.

Figure 7 - Exemple d’une série temporelle d’images satellites à Très Haute Résolution sur le secteur de la « Financial Street » (JinRong Jie) de Pékin en 1966 et 2001 : on remarque le développement des nouvelles structures urbaines au détriment des habitations traditionnelles en fonction de leur texture

Figure 7 - Exemple d’une série temporelle d’images satellites à Très Haute Résolution sur le secteur de la « Financial Street » (JinRong Jie) de Pékin en 1966 et 2001 : on remarque le développement des nouvelles structures urbaines au détriment des habitations traditionnelles en fonction de leur texture

Méthode d’analyse

32Il existe nombreuses techniques pour suivre le milieu urbain et détecter des changements dans des images de télédétection (Coppin et al., 2004 ; Lefebvre, Corpetti, et Hubert-Moy, 2011). De plus, beaucoup de publications ont déjà été réalisées sur le développement des villes chinoises (Schneider et Mertes, 2014 ; Yin et al., 2011 ; Zhang et al., 2005). Néanmoins, peu de travaux ont été réalisés sur le renouvellement urbain en Chine.

33Dans le cadre de cet article, le traitement des données se base sur des techniques d’analyse de texture et des méthodes d’apprentissage avancées (Lefebvre et Cheval 2015 ; Lefebvre et Corpetti, 2015 ; Lefebvre et Corpetti 2017). La performance de ces techniques n’est pas présentée, mais le lecteur peut s’orienter vers ces publications pour approfondir les aspects méthodologiques. Par ailleurs, les résultats ont été améliorés manuellement par photo-interprétation afin d’avoir une cartographie détaillée pour réaliser un travail d’analyse précis.

Spatialisation et quantification des mutations urbaines

34Le suivi des mutations de la cité historique de Pékin à partir d’images satellites confirme l’importance des politiques de renouvellement urbain (Figure 8). En effet, la surface occupée par les anciens quartiers a diminué de 52 % (Figure 9). Les résultats montrent clairement que la majeure partie des mutations a eu lieu entre 1993 et 2012 à un rythme 85 ha/an.

35Ces 50 dernières années peuvent ainsi être décomposées fonction de leur intensité en 5 périodes :

Figure 8 - Carte des mutations de la cité historique de Pékin

Figure 8 - Carte des mutations de la cité historique de Pékin

Figure 9 - Evolution des quartiers anciens restants entre 1966 et 2016

Figure 9 - Evolution des quartiers anciens restants entre 1966 et 2016

1966-1993, les stigmates d’une urbanisation retardée

36À partir de l’image CORONA de 1966, peu d’immeubles de grande hauteur ont été identifiés dans la cité historique. Environ 55 % de la cité historique est couverte par les hutong.

37Les autres zones sont principalement la Cité interdite, la place TianAnMen, les lacs à l’ouest, le quartier des légations au sud-est, ainsi que des parcs et des temples, de manière plus éparse.

38Le long de la grande avenue, de nombreux bâtiments de plusieurs étages étaient déjà présents.

39Ce tissu urbain n’est pas modifié en 1984, date de la première image LANDSAT, et les changements restent diffus jusqu’en 1993. On retrouve ainsi cette urbanisation « retardée », évoquée par Henriot (2002), qui a très peu affecté la morphologie de la ville historique.

1993-2002, l’ouverture et la réforme du logement

40La mutation de la cité historique débute en 1993. On remarque ainsi une période d’environ deux ans entre la réforme du logement et les premières destructions massives. Gaubatz (1999) mentionne en effet la mise en place de 48 projets de rénovation urbaine en 1992. Entre 1993 et 2001, une destruction de 820 ha a été enregistrée, ce qui correspond à une moyenne de 91 ha/an.

41La Figure 8 montre que les transformations de la vieille ville ne sont pas dispersées, mais qu’elles se concentrent à sur quelques noyaux à l’est et l’ouest de la Ville. On compte les quartiers de Xizhimen (Figure 10), Ping Anli au nord-ouest, au sud-est (à proximité de la gare de Pékin), et de manière symétrique le quartier de Xidan à l’ouest et (5) Wangfujing à l’est de la Cité interdite. Cette organisation met en évidence la mise en place de grands projets d’urbanisme et non pas d’une multitude de petits événements individualisés.

42Abramson (2007) confirme que ces projets ont été dédiés au développement de centres commerciaux. Gaubatz (1999) évoque une organisation selon le modèle de Christaller où les centres commerciaux de Xidan et WangFuxing sont les noyaux principaux autour desquelles s’organise un sous-réseau de services entrainant aussi des destructions.

43Cette période correspond aussi au début du renouvellement du quartier de JingRongJie (la rue de la finance). Situé à l’ouest du quartier de Xidan, ce quartier a vocation, comme son nom l’indique, à devenir un centre d’affaires dans la cité historique. Dans Goldman (2003), l’auteur précise que les démolitions ont commencé dès 1994 jusqu’à 2005 sur une surface de 105 ha. Le projet d’aménagement a engendré le déplacement de 45 000 habitants. Il peut être clairement suivi à partir de nos résultats. On remarque particulièrement un développement qui part de l’avenue de Chang’An et s’étend vers le nord. De plus, la surface mesurée, 107 ha, concorde avec à la surface mentionnée.

Figure 10 - Détection de changement dans quartier de XiZhiMen à partir d’images LADNSAT-5 : la forme violette (à l'intérieur du cercle) correspond à une surface minérale homogène (ici, la création d'une gare)

Figure 10 - Détection de changement dans quartier de XiZhiMen à partir d’images LADNSAT-5 : la forme violette (à l'intérieur du cercle) correspond à une surface minérale homogène (ici, la création d'une gare)

2002-2003, la préparation aux Jeux Olympiques de 2008 (10ème plan quinquennal)

44Les années 2002 et 2003 ont été les plus intenses en termes de destruction. Plus de 460 ha de quartiers anciens ont été détruits en deux ans ce qui est presque trois fois plus rapide (230 ha/an) que sur la période 1993-2001.

45Cette accélération coïncide avec la sélection de Pékin en 2001 pour les Jeux olympiques (JO) de 2008. Les JO sont l’opportunité pour la ville organisatrice d’améliorer son image et de s’identifier comme une ville mondiale. De grands projets d’aménagement et de modernisation sont ainsi réalisés sur des périodes très courtes. Cependant, ces « méga-événements » (JO, Expositions universelles…) se font la plupart du temps au détriment des populations les plus pauvres. Il a été observé que ces opérations consistent à remplacer certains quartiers pauvres pour y installer de nouvelles infrastructures sans accorder de solutions durables pour les populations concernées (Greene, 2003).

46Les JO de Pékin ont été parmi les plus coûteux (plus de 40 milliards de dollars). Dans le cadre du 11ème plan quinquennal, Pékin a dépensé plus de 200 millions de dollars pour détruire des quartiers anciens et plus de 12 milliards pour améliorer la qualité de vie de la ville (Sands, 2008). Sur le plan social, il a été estimé que 1,5 million d’habitants ont été expropriés entre 2000 et 2008 (Shin, 2009). Les quartiers anciens et informels ont laissé place à des grandes infrastructures comme le village olympique, mais aussi à une multitude de projets de modernisation de moindre envergure (Broudehoux, 2007). On remarque ainsi la création du Centre national des arts du spectacle dès 2002, mais les changements les plus importants sont détectés à l’est de la ville dans les quartiers de DongZhiMen et ChaoYangMen (Figure 11). Certains axes routiers sont élargis ou embellis avec des espaces verts. Par exemple, l’espace entre les rues de BeiHeYan et DongHuangChengGen a ainsi été converti en espaces verts durant cette période.

Figure 11 - Les quartiers de DongZhiMen et ChaoYangMen : les plus grandes zones de destruction sur la période 2002-2003

Figure 11 - Les quartiers de DongZhiMen et ChaoYangMen : les plus grandes zones de destruction sur la période 2002-2003

2004-2011, la mise en place des zones protégées

47À partir de 2004, il y a un ralentissement significatif des destructions. On mesure près de 247 ha de quartiers anciens détruits, soit 35 ha/an en moyenne. Néanmoins, la littérature nous apprend que la vie des habitants à cette période reste rythmée par les démolitions. Le récit de Meyer (2008) décrit son quotidien dans le quartier de DaZhaLan en 2005. Ce quartier est situé au sud de la place TianAnMen, en dehors de la cité historique et à l’extérieur de notre zone d’étude. L’auteur décrit la fatalité des habitants qui ignorent les projets de rénovation et découvrent les maisons de leurs quartiers marquées du caractère Chai signifiant qu’elles seront prochainement abattues (Figure 12). À l’inverse, il évoque aussi l’intérêt des nouvelles générations à être relogées dans un nouvel appartement et avoir accès à de meilleures conditions pour y développer leur vie de famille.

Figure 12 - Exemples de répercussions dans le quotidien des quartiers historiques

Figure 12 - Exemples de répercussions dans le quotidien des quartiers historiques

a. Le caractère "Chai" (signifiant littéralement "démolir") peint sur les murs des maisons à détruire ; b. Destruction d’habitation (à proximité de Xihai, nord-ouest du centre-historique) avec des moyens parfois limités

48Ce ralentissement coïncide avec la mise en place du plan de préservation. Si l’on se réfère au « Beijing City Master Plan » (Figure 3), on identifie la concordance entre les zones protégées et les quartiers restants même si l’on constate quelques démolitions à l’intérieur des zones protégées.

2012-2016, un patrimoine en sursis ?

492012 semble être un tournant dans la mutation de la cité historique. On enregistre un peu plus de 5 ha de hutong détruits entre 2012 et 2016. Avec une moyenne de 1.4 ha/an, on pourrait croire que la transformation de la cité est achevée et que les mesures de protection sont désormais renforcées. Cependant, contre toute attente, on observe principalement une nouvelle démolition de plus 30 ha à proximité de ZhongNanHai, le quartier du gouvernement Ce nouveau quartier est constitué de bâtiments de faible hauteur et essaie de se confondre dans le paysage urbain existant (Figure 13). Un article de presse en ligne publié en 2012 évoque une surprenante extension du siège du gouvernement chinois. Sachant que leur quartier était protégé, les habitants sont surpris, mais restent fatalistes face à sa destruction (Kaiman, 2012). À la différence de la majorité des autres destructions, celles-ci dépendent d’une initiative publique. Les zones protégées ne sont donc pas figées et peuvent encore évoluer. Cet exemple montre qu’elles ont tendance à se réduire et que le patrimoine restant ne bénéficie peut-être que d’un sursis.

50Les autres changements concernent des travaux d’embellissement dans les quartiers touristiques de GuLou et NanLuoGuXiang. Il s’agit de la poursuite de l’aménagement d’une voie en eau qui a commencé en 2007 dans le quartier de GuLou qui se poursuit vers l’est. Les maisons aux alentours ont été rasées et des bâtiments de faible hauteur apparaissent. À NanLuoGuXiang, une nouvelle station de métro est sortie de terre en 2011.

51Enfin, il faut aussi remarquer que le complexe SOHO Zaha-Hadid, cité précédemment, a été bâti sur une friche datant de 2002. La construction du complexe en 2012 n’a ainsi pas généré de nouvelle destruction lors des débuts des travaux.

Figure 13 - L'extension du siège du gouvernement dans le quartier de ZhongNanHai

Figure 13 - L'extension du siège du gouvernement dans le quartier de ZhongNanHai

Conclusion

52Dans cet article, on a daté, quantifié et spatialisé les mutations de la cité historique de Pékin de 1966 à 2016 à partir d’images satellites. On a montré que plus de 50 % du tissu urbain originel a disparu et ces destructions ont été particulièrement intenses à partir de 1991, à la suite de la réforme du logement en 2001 et de l’annonce des JO de 2008.

53Le rythme moyen des destructions entre 1991 et 2016 est 70 ha/an. Cependant, la vitesse des démolitions s’est considérablement réduite depuis les années 2010. La mise en place des zones protégées en 2004 a certainement contribué à ce ralentissement.

54Le tissu urbain correspondant à la morphologie de la cité historique originelle est majoritairement au nord de la Cité interdite et respecte globalement la délimitation des zones protégées. Cependant, ce patrimoine est à son tour menacé par l’industrie du tourisme. L’authenticité et le tissu social se perdent à leur tour. Certains quartiers préservés ont été détruits pour être reconstruits non pas à l’identique, mais dans leur état vernaculaire, avant qu’ils ne soient soumis à la subdivision et la surpopulation de l’ère maoïste (Figure 14). Ces quartiers n’ont pas été identifiés dans cet article ; cependant des changements de vie locale et d’activités ont bien eu lieu. Ils n’abritent plus les populations locales, mais ont laissé place à des marchands de souvenirs, des bars et des restaurants pour touristes. D’autres sont reconvertis en habitation de luxe comme NanChiZi à l’ouest de la Cité interdite (Goldman, 2003).

Figure 14 - La reconstruction du quartier NanChiZhi : le quartier a été rasé pour être reconstruit dans son état vernaculaire, il est désormais moins dense, mieux organisé et dédié à des habitations de luxe

Figure 14 - La reconstruction du quartier NanChiZhi : le quartier a été rasé pour être reconstruit dans son état vernaculaire, il est désormais moins dense, mieux organisé et dédié à des habitations de luxe

55On peut alors s’interroger sur le devenir des quartiers « authentiques » restants comme ceux localisés au nord de JingRongJie ou au sud du moderne complexe SOHO Zaha-Hadid. Que les quartiers soient protégés ou non, les images satellites ont montré qu’ils pouvaient être démolis. Seront-ils les prochains quartiers à disparaître au profit d’une ville moderne, mais de plus en plus banalisée ? Les données de télédétection continueront à nous fournir une information objective et homogène pour y répondre.

Top of page

Bibliography

Abramson D. B., 2007, "The Aesthetics of City-Scale Preservation Policy in Beijing", Planning Perspectives, vol. 22, No.2, 129–66.

Allain R., 2004, Morphologie Urbaine. Géographie, Aménagement et Architecture de La Ville. Paris, Armand Colin.

Bergère M. C., 2005, "Le Développement Urbain de Shanghai, Un «  Remake  »  ?", Vingtième Siècle. Revue D’histoire, vol. 1, No.85, 75–60.

Broudehoux A., 2007, "Spectacular Beijing: The Conspicuous Construction of an Olympic Metropolis", Journal of Urban Affairs, vol. 29, No.4, 383–99.

Broudehoux A., 1994, Neighborhood Regeneration in Beijing: An Overview of Projects Implemented in the Inner City since 1990. Thèse, Montreal, McGill University

Chen P., Dong M., Zhang J., 2008, "Research on the Current Status and History Transformation of Hutong in Beijing Imperial City Based on GIS Technique", The International Archives of the Photogrammetry, Remote Sensing and Spatial Information Sciences, vol. 37, 1017–1022.

Coppin P., Jonckheere I., Nackaerts K., Muy B., Lambin E. F, 2004, "Digital Change Detection Methods in Ecosystem Monitoring: A Review", International Journal of Remote Sensing, vol. 25, 1565–1596.

Felli R., 2005, "Le patrimoine à Pékin, entre destruction et détournement  : les effets d’une gouvernance urbaine entrepreneuriale", Geographica Helvetica, vol. 60, 275–83.

Gan G. H., 1990, "Perspective of Urban Land Use in Beijing", GeoJournal, vol. 20, No.4, 359–364.

Gaubatz P., 1995, "Changing Beijing", Geographical Review, vol. 85, No.1, 79–96.

Gaubatz P., 1999, "China’s Urban Transformation: Patterns and Processes of Morphological Change in Beijing, Shanghai and Guangzhou", Urban Studies, vol. 36, No.9, 1495–1521.

Gaulard M., 2014, "Les Dangers de La Bulle Immobilière Chinoise", Revue Tiers-Monde No.3, 77–96.

Goldman J., 2003, From Hutong to Hi-Rise: Explaining the Transformation of Old Beijing, 1990-2002. Thèse, Boston, Massachusetts Institute of Technology (MIT).

Greene S. J., 2003, "Staged Cities: Mega-Events , Slum Clearance , and Global Capital", Yale Human Rights & Development L.J., vol. 6, No.1961, 161–87.

Gu C., Shen J., 2003, "Transformation of Urban Socio-Spatial Structure in Socialist Market Economies: The Case of Beijing", Habitat International, vol. 27, No.1, 107–122.

Henriot C., 2002, "Urbanisation et Métropolisation En Chine. Le Cas de Shanghai", La Refondation Mégapolitaine, vol. 6, 147–60.

Kaiman J., 2012, "Razing History: The Tragic Story of a Beijing Neighborhood’s Destruction", The Atlantic. URL: http://www.theatlantic.com/international/archive/2012/02/razing-history-the-tragic-story-of-a-beijing-neighborhoods-destruction/252760/

Lefebvre A., Cheval J., 2015, "Monitoring Urban Transformation in the Old City of Shanghai and Its Former Foreign Settlements from 1985 to 2014", IEEE Joint Urban Remote sensing Event (JURSE 2015), 1–4

Lefebvre A., Corpetti T., 2015, "Monitoring Beijing Inner City Transformation from 1966 to 2010", IEEE Joint Urban Remote sensing Event (JURSE 2015) , 1–4

Lefebvre A., Corpetti T., Hubert-Moy L., 2011, "Développement D’une Méthode Orientée-Objet Basée Sur Une Transformée D’ondelettes et La Théorie Des Évidences de Dempster-Shafer Pour La Caractérisation et Suivi Des Changements D’occupation Des Sols  : Application À La Métropole de Rennes", Revue Internationale de Géomatique, vol. 21, No.3, 297–325.

Lefebvre A., Corpetti T., 2017, "Monitoring the Morphological Transformation of Beijing Old City Using Remote Sensing Texture Analysis", IEEE Journal of Selected Topics in Applied Earth Observations and Remote Sensing, vol. 10, No.2, 539–548.

Ragueneau S., 2008, "Peut-on Réinventer Pékin  ?", Géographies et Culture, vol. 65.

Sands L. M., 2008, "The 2008 Olympics’ Impact on China", China Business Review.

Sanjuan T., 2000, La Chine  : Territoire et Société. Hachette, Paris, 189 p.

Sanjuan T., 2010, La Chine et le monde chinois : une géopolitique des territoires. Paris, Armand Colin.

Schneider A., Mertes C. M., 2014, "Expansion and Growth in Chinese Cities, 1978–2010", Environmental Research Letters, vol. 9, No.2.

Shin H. B., 2009, "Life in the Shadow of Mega-Events: Beijing Summer Olympiad and Its Impact on Housing", Journal of Asian Public Policy, vol. 2, No.2, 122–41.

Shin H. B., 2010, "Urban Conservation and Revalorisation of Dilapidated Historic Quarters: The Case of Nanluoguxiang in Beijing", Cities, vol. 27, 43–54.

Wang F., Zhou Y., 1999, "Modelling Urban Population Densities in Beijing 1982–90: Suburbanisation and its Causes", Urban Studies, vol. 36, No. 2, 271–287.

Wu F., 2000, "The Global and Local Dimensions of Place-Making: The Remaking of Shanghai as World City", Urban Studies, vol. 37, 1359–1377.

Wu L., 1999, Rehabilitating the Old City of Beijing: A Project in the Ju’er Hutong Neighbourhood. Vancouver, UBCPress

Yin J., Yin Z., Zhong H., Xu S., Hu X., Wang J., Xu J., 2011, "Monitoring Urban Expansion and Land Use/land Cover Changes of Shanghai Metropolitan Area during the Transitional Economy (1979-2009) in China", Environmental Monitoring and Assessment, vol. 177, 609–21.

Zhang Q., Wang J., Gong P., Shi P., 2005, "Detection of Recently Constructed Multi-Storey Buildings Using SPOT Panchromatic and Landsat TM/ETM+ Data", Geocarto International, vol. 20, No.1, 3–13.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 - Présentation de la cité historique de Pékin et des principaux quartiers mentionnés dans le texte
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28038/img-1.png
File image/png, 261k
Title Figure 2 - Le centre historique de Pékin en mutation.
Caption a. au premier plan, les hutongs, au second plan, le complexe SOHO Zaha-Hadid à l'architecture futuriste ; b. vue depuis la tour de la Cloche. Au premier plan, les quartiers anciens ; au second plan, les premiers bâtiments de la ville verticale à l’extérieur du premier périphérique
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28038/img-2.png
File image/png, 905k
Title Figure 3 - Extrait du plan de protection 2004-2020 de la ville de Pékin : les zones protégées sont en jaune, les principaux monuments en rouge
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28038/img-3.png
File image/png, 767k
Title Figure 4 - Nombre d'images satellites utilisées par année
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28038/img-4.png
File image/png, 20k
Title Figure 5 – La cité historique de Pékin vue par le satellite LANDSAT 5 en 1984 : à gauche une composition rouge, vert, bleu ; à droite, une composition infra-rouge thermique, NDVI, vert
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28038/img-5.jpg
File image/jpeg, 216k
Title Figure 6 – La cité historique de Pékin vue par le satellite LANDSAT 5 en 2010 : à gauche une composition rouge, vert, bleu ; à droite, une composition infra-rouge thermique, NDVI, vert
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28038/img-6.jpg
File image/jpeg, 284k
Title Figure 7 - Exemple d’une série temporelle d’images satellites à Très Haute Résolution sur le secteur de la « Financial Street » (JinRong Jie) de Pékin en 1966 et 2001 : on remarque le développement des nouvelles structures urbaines au détriment des habitations traditionnelles en fonction de leur texture
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28038/img-7.png
File image/png, 849k
Title Figure 8 - Carte des mutations de la cité historique de Pékin
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28038/img-8.png
File image/png, 501k
Title Figure 9 - Evolution des quartiers anciens restants entre 1966 et 2016
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28038/img-9.png
File image/png, 93k
Title Figure 10 - Détection de changement dans quartier de XiZhiMen à partir d’images LADNSAT-5 : la forme violette (à l'intérieur du cercle) correspond à une surface minérale homogène (ici, la création d'une gare)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28038/img-10.png
File image/png, 212k
Title Figure 11 - Les quartiers de DongZhiMen et ChaoYangMen : les plus grandes zones de destruction sur la période 2002-2003
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28038/img-11.jpg
File image/jpeg, 380k
Title Figure 12 - Exemples de répercussions dans le quotidien des quartiers historiques
Caption a. Le caractère "Chai" (signifiant littéralement "démolir") peint sur les murs des maisons à détruire ; b. Destruction d’habitation (à proximité de Xihai, nord-ouest du centre-historique) avec des moyens parfois limités
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28038/img-12.jpg
File image/jpeg, 208k
Title Figure 13 - L'extension du siège du gouvernement dans le quartier de ZhongNanHai
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28038/img-13.jpg
File image/jpeg, 336k
Title Figure 14 - La reconstruction du quartier NanChiZhi : le quartier a été rasé pour être reconstruit dans son état vernaculaire, il est désormais moins dense, mieux organisé et dédié à des habitations de luxe
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28038/img-14.jpg
File image/jpeg, 291k
Top of page

References

Electronic reference

Antoine Lefebvre, « Pékin entre patrimoine et modernité : une mutation de la morphologie urbaine observée par satellite depuis 50 ans », Cybergeo : European Journal of Geography [Online], Cartography, Images, GIS, document 813, Online since 24 April 2017, connection on 14 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/28038 ; DOI : 10.4000/cybergeo.28038

Top of page

About the author

Antoine Lefebvre

CNES, UMR IRISA, Vannes, France
lefebvre.antoine@gmail.com

Top of page

Copyright

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Top of page