Navegación – Mapa del sitio
2017

Fournier M. (dir), 2016, Cartographier les récits, Clermond-Ferrand, PUBP, 242 p.

Franck Chignier-Riboulon

Texto completo

1L’ouvrage Cartographier les récits, dirigé par Mauricette Fournier, est issu de deux journées d’étude internationales organisées les 16 et 17 novembre 2012. Ces journées s’intéressaient plus précisément aux récits documentaires et fictionnels dans une perspective interdisciplinaire, avec des géographes, des littéraires, des civilisationnistes, des historiens... Douze textes ont été retenus pour cette publication. Rédigés en français et en anglais, ils prennent place au sein de trois thématiques : « cartographie littéraire : relectures et expérimentations », « mise en carte des récits : représentations, transmission et mémoires », « cartographie narrative : interaction, communication, usages ».

2La publication s’inscrit dans le courant critique post-moderne, très marqué par le culturalisme. Ce courant a redonné des lettres de noblesse à des analyses conjuguant littérature, géographie et humanité, alors que jusqu’aux années 1970, voire au-delà, de tels travaux n’étaient pas considérés comme scientifiques. Dans ce cadre, des ouvrages comme celui de Jacques Lévy (1999) mettaient en exergue la subjectivité et la relativité de l’approche spatiale. Il s’agissait alors de dépasser « l’évidence du temps et de l’espace dans notre représentation du monde » (p. 142). Dès lors, cartographier c’est aussi appliquer des codes, des normes, de lecture et d’interprétation. Précédant bien souvent les géographes, des précurseurs avaient déjà montré l’importance des spatialités et des territorialités pour les sociétés humaines, tels Gilles Deleuze et Félix Guattari (1972, p. 163) ou Henri Lefebvre (1974) évoquant la complexité des lieux et des liens. L’ambition de Deleuze et Guattari (1991, p. 82) s’orientait même vers le développement d’une géophilosophie, car, selon eux, « penser se fait plutôt dans le rapport du territoire et de la terre », appuyant leur propos sur Husserl « exigeant un sol pour la pensée » ou Kant mettant « directement la pensée en rapport avec la terre ». De même, les « marches dans la ville » ou les « récits d’espace » de Michel de Certeau, tout comme la partie « Habiter » de Pierre Mayol (1990 et 1994) ou les « hétérotopies » de Michel Foucault (1994, p. 756 sqq) consacraient l’importance des liens au(x) territoire(s), avec leur part de sentiments, de perceptions. Plus près de nous, les travaux de Michel Collot donnent une dimension nouvelle à la spatialité littéraire (2005, 2011 et 2014).

3Le livre dirigé par Mauricette Fournier repose sur cette idée de complexité, de relativité et de dépassement de codes construits, puis hérités au nom d’un rationalisme aménagiste tendant à une modélisation au nom d’un scientisme de bon aloi. Dans cette publication, la notion de palimpseste développée par Matthew Moyle (p. 67 sqq.) incarne bien la réalité de lectures à plusieurs niveaux, géographiques notamment. Les sens cachés, les désirs entrelacés de montrer les lieux aux lecteurs tout en se préservant, se protégeant résument plus d’un auteur, comme en témoigne le texte de Florence Troin décryptant Izzo à Marseille et Ruiz Zafon à Barcelone. Elle donne alors une visibilité cartographique aux impensés, aux désirs des auteurs de faire vivre l’espace, vrai ou imaginé, dans lequel, comme souvent, la ville devient une personne à part entière. Plus largement, dans cette partie autour de la « cartographie littéraire », l’objectif n’est pas uniquement « une géographie de papier » (Desbois, 2002, cité par Troin, p. 14) mais davantage « une géographie sensible et poétique » (Troin, p. 8) s’articulant autour des sentiments de mémoire, de fresques historiques construisant des identités nationales, des rapports à l’autre. Justement, cette dimension mémorielle tenant de « l’esprit des lieux », cher à Michel Lussault ou à bien des architectes et urbanistes, transparaît dans les apports de l’histoire à la compréhension du temps et de l’espace présents. Les exemples fournis par les auteurs renvoient aux pratiques sociales et aux lieux où elles s’exprimaient, aux images (aux imageries) des espaces visités ou imaginés, voire aux reconstructions de la mémoire des lieux, pour en donner plus de force, surtout dans le cadre de nationalismes (Khmelevskaya, p. 105 sqq. à propos du soulèvement de 1916 à Dublin). Pour autant, la thématique la plus séduisante, par son originalité, semble la dernière. L’utilisation et la présentation de cartographies nouvelles redéfinissent nos représentations, parfois trop rationnelles. Certes, elles ne sont pas forcément toujours novatrices, mais leur réitération est nécessaire, car l’esprit du géographe est formaté par le cartésianisme, et celui-ci nous coupe de certaines réalités, mais aussi de perceptions… et de plaisirs. Ainsi, l’idée de Sylvie Lardon de peindre des chorèmes sur des aquarelles (l’aquarelle ne prend-elle pas d’ailleurs le pas sur le chorème ?) ou le choix de Pascale Argod de dessiner des carnets de voyages nous offrent une autre vision de l’espace. De même, « la cartographie affective » décrite par Elise Olmedo au travers de femmes pauvres de Marrakech compose une géographie et recompose la nôtre. Dans cette perspective, au travers du toucher de tissus, il est tenté de retraduire les lieux vécus, investis par ces femmes, par l’expression de la douceur, de la dureté ou de tout autre sentiment lié à un espace.

4Au final, par-delà la variété des entrées abordées, un tel ouvrage participe pleinement à la lecture des sociétés, notamment par son approche interdisciplinaire. Loin des logiques en « ence » (« pertinence », « cohérence »…) dont beaucoup de géographes et aménageurs sont devenus coutumiers (et nous en sommes), il offre un autre regard et nous interroge sur nos rationalités. Et puis, ne boudons pas notre plaisir, l’iconographie est abondante et, surtout, elle est en couleurs, ce qui devient rare dans nos éditions aux coûts serrés.

Inicio de página

Bibliografía

Certeau (de) M., Giard L., Mayol P. (dir.), 1990 et 1994, L’invention du quotidien, tome 1 « Arts de faire », tome 2 « Habiter, cuisiner », Paris, Gallimard.

Collot M., 2014, Pour une géographie littéraire, Paris, Éditions Corti.

Collot M., 2011, La pensée paysage, Arles/Versailles, Actes Sud/ENSP.

Collot M., 2005, Paysage et poésie, du romantisme à nos jours, Paris, Les Éditions Corti.

Deleuze G., Guattari F., 1991, Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris, Les Éditions de Minuit.

Deleuze G., Guattari F., 1972, Capitalisme et schizophrénie, tome 1 « L’anti-oedipe », Paris, Les Éditions de Minuit.

Foucault M., 1994, Dits et écrits, tome 4 « 1980-1988 », Paris, Gallimard.

Lefebvre H., 1974, La production de l’espace, Paris, Anthropos.

Lévy J., 1999, Le tournant géographique, Paris, Belin.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Franck Chignier-Riboulon, « Fournier M. (dir), 2016, Cartographier les récits, Clermond-Ferrand, PUBP, 242 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En línea], Revista de libros, Publicado el 08 junio 2017, consultado el 12 diciembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/28354

Inicio de página

Autor

Franck Chignier-Riboulon

Université Clermont Auvergne
UMR Territoires
franck.chignier-riboulon@uca.fr

Inicio de página

Derechos de autor

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Inicio de página