Navigation – Plan du site
2017
827

Localisation et effets des télécentres dans les territoires ruraux : le cas du Cantal (France)

Location and effects of telework centers in rural areas: the case of Cantal (France)
Louis Salgueiro, Gilles Puel et Valérie Fernandez

Résumés

Bien que l’engagement des politiques publiques en faveur du télétravail ne soit pas récent, les aménageurs français ont recours aujourd’hui encore au déploiement de télécentres quand une nouvelle vague « d’objets » voit déjà le jour (espaces de « coworking », « FabLabs », etc.). À partir d’une étude empirique menée dans le Cantal, cet article interroge les effets des télécentres sur l’espace dans les territoires isolés à dominante rurale en France. L’analyse de l'offre et des usages questionne les perspectives et les limites de ces outils dont le succès ou l’échec semblent fonction de nombreux facteurs interdépendants : stratégies d'acteurs et imbrication de leurs actions à multiples échelles, offres techniques variées, différents publics utilisateurs, usages ou non-usage et facteurs extérieurs. Certains des facteurs apparaissent alors plus structurants, notamment ceux liés à la localisation, quand d’autres, plus socio-techniques, produisent quelques exceptions.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le Gers, l’Ariège, la Dordogne, le Lot, la Lozère, l’Orne, les Côtes-d’Armor, la Nièvre ou encore le Cantal font partie des départements français où le télétravail est favorisé au moins depuis le milieu des années 2000, avec l’ambition de redistribuer des activités économiques liées au numérique en faveur de ces territoires ruraux. Dans ce but, les politiques publiques du télétravail menées par l’État et à l'échelle locale ont produit des « télécentres » pour héberger différentes formes de télétravail en zones rurales.

  • 1 Le télécentre est un espace de travail ou un lieu mis à disposition de manière flexible pour des pr (...)

2La communauté des chercheurs a déjà et à juste titre maintes fois dénoncé les mythes technicistes et relativisé la durabilité et la portée des effets des initiatives numériques locales, les technologies de l’information et de la communication (TIC) étant avant tout des objets urbains. En effet, les études empiriques concluent généralement que « les logiques dominantes dans lesquelles évolue l'espace rural ne sont que faiblement remises en question par les technologies de l'information », et ceci est à mettre en lien avec le relatif échec des télécentres1 en termes de fréquentation (Moriset, 2000, 2011).

  • 2 Le « tiers-lieux » (Oldenburg, 1989) est un concept désignant des lieux n'étant ni le domicile, ni (...)

3Néanmoins, les mécanismes et la dynamique de cette « boîte noire » ont été très peu étudiés dans le détail. Certes, les télécentres ne sont pas récents, et la première étape de leur diffusion a d'abord consisté à aménager le territoire sous un angle technique (bureaux, ordinateurs, etc.), les excluant a priori de la catégorie des « tiers-lieux2 » si populaire et mouvante aujourd'hui. Or, la vision des politiques publiques vis-à-vis des télécentres a évolué au fil du temps et des interactions avec des territoires dont la dynamique tend au renouveau et à la valorisation de nouvelles manières de développer et de vivre les espaces peu denses et/ou isolés. Les initiatives départementales, notamment dans le Cantal, ont progressivement intégré les télécentres dans des dispositifs plus larges (développement économique et accueil de populations) en leur associant des services et de l'animation.

4En effet, si les écrits désenchantant le discours lié au numérique et aux territoires ruraux en quête des attributs de la modernité sont toujours pertinents, la « pénalité rurale » semble, ou sera a priori, de moins en moins liée aux carences en aménagement et en équipements en télécommunications. En parallèle, et certains y voient un nouveau paradigme, d’autres modèles de lieux du travail flexible émergent, comme les espaces de coworking centrés sur la mise en réseau, l’événementiel et l’innovation. Apparus en 2008 à Paris, leur nombre était d’environ 250 en 20143 tandis que les télécentres, apparus dès 1996 à Villard-de-Lans, étaient un peu moins d’une centaine cette même année (Salgueiro, 2015). Ces deux archétypes de lieux renouvellent l’intérêt de la question de la proximité physique et de la production dans les territoires. En effet, les télécentres publics d’office associés au tele-travail sont des marqueurs spatiaux qui cristallisent des politiques publiques considérant les territoires sous le prisme du modèle « centre-périphérie » et une notion de distance court-circuitable par les TIC. À présent, certains acteurs publics locaux du télétravail en zone rurale semblent vouloir amorcer une nouvelle phase en intégrant du « co » au « tele » au sein des dispositifs existants, pour reprendre les préfixes évocateurs des deux types de lieux énoncés.

  • 4 Les FabLabs sont des lieux accessibles au public qui offrent des équipements de fabrication personn (...)

5L'enjeu de cet article réside dans l'analyse des télécentres des territoires ruraux et de leurs effets. Ces dispositifs complètent la batterie de « lieux du numérique » déployés successivement avec le soutien des pouvoirs publics dans le cadre des politiques du développement de la Société de l’Information, par exemple les Établissements Publics Numériques (EPN) depuis la fin des années 1990. Ainsi, comment le télétravail en milieu rural via les télécentres a-t-il été développé jusqu’à aujourd’hui et pour quels résultats, quels effets ? Les réponses sont importantes, car ces dispositifs ont évolué depuis leur émergence, d’autant plus que cette vague est désormais conjointe à celle du développement de nouveaux objets tels les espaces de coworking et plus récemment les FabLabs4 ruraux. La stratégie des acteurs publics détermine les conditions de localisation, de fonctionnement (équipements, services, localisation, etc.), la gouvernance de ces dispositifs à différentes échelles, mais aussi les usages et les non-usages. On peut également se poser la question des stratégies des utilisateurs et de leur réception des différentes offres (Salgueiro, 2017a). Aussi, dans quelle mesure ces dispositifs produisent-ils ou non des mécanismes favorables ou non à l'ancrage et l’attraction d'activités économiques liées au numérique ? Modifient-ils des pratiques des individus, notamment en termes d’activité ou de mobilité ? Quels autres facteurs sont à l’œuvre dans le développement et le fonctionnement de ces dispositifs et leurs usages ?

6Notre travail s’organise de la manière suivante : la première partie revient brièvement sur les imaginaires et la rhétorique des effets supposés des TIC et du télétravail sur la répartition spatiale des activités économiques sur les territoires. Une deuxième partie présente le terrain d’études, le Cantal et ses dix télécentres, la méthodologie retenue et le contexte de réalisation de son expérimentation. L’analyse de l’offre, son déploiement et les modèles des dispositifs observés constitue la troisième section. La quatrième fait l’analyse des usages et non-usage avant de conclure.

Télétravail et télécentres : rhétorique et politiques publiques

Les effets des TIC sur l’espace et les mobilités : bref cadrage théorique

7Les mythes construits à propos des interactions entre TIC et territoires sont nombreux : fin de la géographie, dissolution de la ville, des mobilités physiques, etc. Nombreux sont donc les scientifiques et les experts à avoir adopté une posture déterministe qui surévalue les effets des TIC sur la déconcentration des activités économiques et les mobilités (Jourdenais, Desrochers, 1998).

8Malgré tout, les TIC ont bien un potentiel de dissémination de l'activité, notamment pour les firmes qui, en quête de compétitivité, redéploient certaines fonctions d'exécution en périphérie (Storper, 1997). Pour d'autres, les TIC participent à de nouvelles formes spatiales, notamment périurbaines, en renforçant l’« espace des flux » (Castells, 2001). Enfin, la littérature comporte de multiples représentations de territoires ruraux à la fois bucoliques et hypermodernes, où les individus ont fui les grandes villes pour des communautés reculées tout en exerçant une activité professionnelle distante, à l'aide des outils numériques. Forester (1989) et Kotkin (2000) qualifiaient de mythes ces représentations parfois appelées « Electronic Cottage » ou encore « Valhalla ».

9De manière globale, les effets des TIC sur les territoires dépendent des jeux d'acteurs qui s'approprient ou non les dispositifs techniques et leurs innovations. Ainsi, les différentes stratégies façonnent le territoire en tant que produit social (Lefebvre, 2000) et les TIC accompagnent ces changements. Les formes spatiales qui en résultent dépendent alors des logiques d'accumulation des acteurs qui s'insèrent dans un système plus général : la dynamique de la mondialisation et ses multiples formes de territorialisation qui tendent vers la concentration des activités économiques et des TIC dans les grandes aires urbaines.

10Quant aux mobilités, la question des interactions avec les TIC s'est également longtemps inscrite dans le prolongement des postures exagérant les effets de « démobilité » physique, réduisant, voire annulant les déplacements. En réalité, les TIC sont complémentaires aux déplacements et il n'est pas ardu de trouver des références à la fois théoriques et empiriques à ce propos, de Gottman (1971) à Mokhtarian (2009), en passant par le modèle de Grübler (1990), etc. Le « virtuel » ne peut se substituer totalement à la coprésence dans de nombreuses situations et le face à face continue d’importer (Veltz, 2000). Nous remarquons également que cette problématique fait plus souvent l’objet d'un traitement sur des terrains à forte densité démographique, en l’occurrence les centres urbains qui pâtissent d'externalités négatives liées aux congestions des réseaux de transport routiers. Concernant les études réalisées, les questions se renouvellent peu et les méthodes employées se concentrent sur des approches quantitatives toujours plus complexes, la mobilité étant en réalité un phénomène social total (Rallet et al., 2009). L’appréhension des phénomènes de complémentarité et d’induction impliquant des « télémobilités » est de fait un exercice périlleux.

Le télétravail, ou les deux promesses de l’« hypermodernité » pour les territoires

11Pour les acteurs publics, le télétravail est un outil pour (ré)aménager les territoires en s’appuyant sur les « nouvelles flexibilités spatio-temporelles du travail et de la production » théoriquement permises par les TIC (Moriset, 2004). Les deux principaux objectifs affichés sont les suivants : réduire les déplacements domicile-travail et respatialiser le travail.

12Le premier promeut le télétravail pour réduire les externalités négatives des déplacements pendulaires domicile-travail et les congestions générées dans les systèmes métropolitains (e.g. Handy, Mokhtarian, 1995).

13L’autre enjeu du télétravail pour les acteurs publics de l’aménagement est la revitalisation des territoires ruraux. Il s’agit d’appuyer les activités liées au numérique praticables à distance pour maintenir et accueillir les populations actives. Depuis des décennies, on a pu voir en France l’émission régulière d’appels à projets, notamment ceux de la Délégation à l’aménagement et à l’action régionale (DATAR) lancés en 1990, 1992, ou encore en 1993 intitulé « Le télétravail pour l’emploi et la reconquête des territoires ». En associant le télétravail et les téléservices, les politiques publiques ont ainsi tenté de redistribuer les activités économiques utilisant les TIC dans les territoires ruraux (Crouzet, 2002), notamment en mobilisant de nouveaux types de lieux : les télécentres.

Des télécentres pour les territoires ruraux : une histoire ancienne

  • 5 Source : EMERGENCE European Employer Survey, 2000 (IES/NOP).

14À partir de 1986, l’engouement des pays scandinaves pour le telecottage se propage dans tout le Royaume-Uni et en Europe de l’Est au cours de la première moitié des années 1990 (Di Martino et Wirth, 1990 ; Murray, 2001). Le telecottage, inventé en Suède, désignait un lieu multifonction offrant l'accès à des équipements et des services informatiques, et ce, dans l’objectif de développer des usages domestiques et professionnels des TIC dans les territoires ruraux, dont le télétravail. Les premières expériences hébergeant des activités professionnelles ont vu le jour en 1982, à Nykvarn. Mais après trois ans de fonctionnement, cette expérimentation avait cessé. Walter Paavonen (1999) conclut que les objectifs étaient trop ambitieux : réduire les inégalités territoriales, diminuer les déplacements et leurs externalités négatives, créer de l’emploi, utiliser des bureaux inoccupés, diffuser la technologie, accueillir les néo-ruraux, maintenir les services publics, etc. Au Royaume-Uni, seulement un centre sur cinq pouvait accueillir des télétravailleurs et on y comptait 0,9 % de salariés européens en 20005 (Murray et Cornford, 1998). Ces lieux se sont en fait rapidement spécialisés dans la démocratisation des usages domestiques du numérique (Qvortrup, 1989). À l’international, le « telecentre » est d’ailleurs l’équivalent de l’Établissement public numérique français des années 2000. En parallèle et en corrélation avec la démocratisation de l'accès à Internet pour les particuliers, le domicile est devenu le lieu de télétravail privilégié.

  • 6 AFTT & Distance Expert (2000), Le travail à distance en Europe, rapport remis à la commission europ (...)

15En France, en 2000, on comptait une dizaine de télécentres, au sens de centres de télétravail, localisés pour la plupart en milieu rural, et 133 utilisateurs6. Mais c'est l'appel à projets de la Délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires (DIACT) de 2005 à 2007 qui constitue la principale initiative publique de diffusion des télécentres en territoires ruraux. L’appel à projets, doté de trois millions d'euros et qui anticipait la création de 100 lieux et 1000 postes de travail, donnait la définition suivante :

« Un télécentre est un espace hébergeant des télétravailleurs salariés ou indépendants. Ils y trouvent au minimum un bureau privatif (…) à louer à la journée, à la semaine ou au mois ; des équipements partagés (...) et des services permanents ou occasionnels (...). Le télécentre peut être situé dans un local ayant une autre vocation comme un hôtel d’activité, une pépinière d’entreprise, un incubateur, une mairie, une école, un bureau de poste, une trésorerie, une maison de services publics (...). Il peut utilement servir de lieu de travail permanent ou occasionnel pour des télétravailleurs habitant à proximité et dont l’entreprise est éloignée, de bureaux de passage pour des télétravailleurs nomades (…), de lieux de rencontre pour les télétravailleurs indépendants exerçant à domicile à proximité et désireux de rompre leur isolement (…) ».
Extrait de l’appel à projets « Télécentres et Téléactivités », DIACT, 2005.

16La large définition supposait d'emblée une grande diversité de dispositifs. Quoi qu’il en soit, on en comptait à peine 35 fin 2010 (Rassat, 2011). Leur création s'est ensuite poursuivie malgré la fin de l’appel à projets grâce à d'autres fonds, régionaux, nationaux ou européens, si bien qu’on en comptait plus d'une soixantaine fin 2013 et un peu moins d'une centaine fin 2014.

17Toutefois ce nombre reste approximatif pour les raisons suivantes :

  • nombreux sont en cours d’étude ou de réalisation, comme en Dordogne où 10 autres lieux étaient prévus. À l’échelle de la Région Aquitaine par exemple, l’enjeu affiché est de développer environ 200 tiers-lieux, espaces de coworking et télécentres confondus. De même, en Ile-de-France, les appels à projets annuels continuent à soutenir l’émergence de tiers-lieux comme les télécentres ;

  • l’appellation télécentre peut ne pas être utilisée. Par exemple, la tendance actuelle venue des grandes agglomérations est à « l’espace de coworking », similaire en termes d’infrastructure et d’équipement mais avec davantage d’animation et de communautés épistémiques ;

  • certains peuvent ne plus être en activité, soit ayant fermé, soit demeurant inactif sans qu’aucune information n’ait été diffusée, notamment pour raison politique ;

  • enfin certains peuvent être appelés télécentres alors qu’ils ont des fonctions d’hôtel d’entreprises hébergées et de bureaux réservés de manière permanente.

Un cas emblématique

Le Cantal : un terrain représentatif des territoires ruraux isolés misant sur le numérique

  • 7 Insee Première No.1218, janvier 2009.
  • 8 Cette dynamique est surtout portée par les pôles urbains majeurs que sont Limoges, Clermont-Ferrand (...)

18Notre terrain d'études se situe dans le Cantal, un département au cœur de la région du Massif central dont une des caractéristiques est d’être globalement contournée par les flux et polarisée vers l’extérieur (Woessner, 2010). Si la dynamique démographique des territoires y est globalement décroissante et vieillissante depuis le début du XXe siècle jusqu'à la fin des années 20007, les pôles urbains, même moyens, retrouvent une attractivité et leur population se stabilise ou s’accroît légèrement8. On comptait alors une trentaine de télécentres dans la zone du Massif central fin 2013 dont 10 dans le Cantal, sachant qu’au moins une quinzaine d’autres étaient en projet entre 2014 et 2015 (en Ardèche, dans l’Allier, etc.).

  • 9 Population du Cantal en 2013, source : INSEE 2016.

19Le Cantal se caractérise par son hétérogénéité géographique, avec en son centre les Monts du Cantal entouré de contreforts et de vallées. Avec une densité moyenne de 25,7 habitants au kilomètre carré en 2013, ses 147 035 habitants se répartissent autour de trois pôles dont principalement l’aire urbaine d’Aurillac (environ 64 877 et 924 hab/km² pour le chef-lieu)9 qui dispose d’un aéroport à proximité et concentre environ la moitié des établissements et les deux tiers de l’emploi du département. Le chef-lieu est suivi d'un pôle urbain moyen, Saint-Flour, à proximité de l’autoroute A75 et d’un petit pôle urbain isolé au nord-ouest, Mauriac. Les autres communes sont peu denses et relativement isolées.

Carte 1 : Localisation des télécentres et densité démographique du Cantal, 2013

Carte 1 : Localisation des télécentres et densité démographique du Cantal, 2013

Source : © CGET 2016 – IGN GéoFla. INSEE RP 2013. Modifications auteurs 2017

  • 10 Source : CCI Auvergne, Portrait économique des entreprises, 2012.

20En 2010, 40 % des emplois étaient dans la fonction publique et 35 % dans le commerce, les transports et les services divers. Une grande partie du PIB est issue de l’agriculture et du tourisme, tandis que l’économie numérique est peu présente avec moins de 50 établissements et environ 200 emplois sur environ 70 000 actifs en 2012 dans le département10.

  • 11 Site Web du programme Auvergne Haut-Débit <http://www.auvergnehautdebit.fr , consulté le 15/03/2014 (...)
  • 12 Source : Rapport annuel de l’Observatoire France Très Haut Débit 2015.

21En matière d’aménagement numérique, 94 % de la population était éligible à l’ADSL (Asymmetric Digital Subscriber Line) dès 2004, et 65 % disposait d'un débit supérieur à 8 Mb/s en 2013. Compte tenu de sa situation géographique, le territoire étudié est relativement bien équipé en infrastructures de télécommunications, et ce grâce au partenariat public privé « Auvergne Haut-Débit »11 mis en œuvre avec Orange, l’Union européenne avec le Fonds européen de développement régional (FEDER), l’État avec le Fonds national pour l’aménagement et le développement du territoire (FNADT), le conseil régional d’Auvergne et le conseil départemental. Ces données de couverture sont construites à partir d’un traitement en termes de pourcentage global de la population départementale qui est concentrée dans les principaux pôles cités. Aussi, 70 % des communes du département (voir carte 2) comptaient moins de 87,4 % de leurs habitants ayant accès à un débit supérieur à 3 Mb/s, en dessous donc de la moyenne de la population française12.

Carte 2 : Part des locaux éligibles à un débit supérieur à 3Mb/s (toutes technologies confondues), 2015

Carte 2 : Part des locaux éligibles à un débit supérieur à 3Mb/s (toutes technologies confondues), 2015

Source : © CGET 2016 – IGN GéoFla. Observatoire France Très Haut Débit 2015. Modifications auteurs 2017

22Ce conseil départemental développe le numérique en tant qu’axe stratégique depuis 1998 avec le programme CyberCantal13. Les thématiques développées sont la télémédecine, l’e-administration (bornes, visio-accueil, etc.), la médiation numérique avec les établissements publics numériques, l’éducation et… le télétravail. Le conseil départemental a ainsi soutenu la création de 10 télécentres ouverts entre 2007 et 2012 et leur structuration en réseau à l’aide des fonds structurels mentionnés plus haut. Ils sont localisés à Aurillac, Saint-Flour, Mauriac pour ce qui est des principaux pôles urbains, puis Murat, Ydes, Allanche, Chaudes-Aigues, Montmurat, Cassaniouze et Riom-ès-Montagnes (voir carte 1).

Une étude empirique fondée sur une approche systémique

Approche de gouvernance multiniveau du dispositif de télétravail territorialisé

23Les dispositifs sociotechniques, même s’ils sont centrés sur les TIC, sont ancrés dans un système spatial (Fernandez, Puel, 2010). Ils héritent donc de propriétés liées au capital social du territoire, notamment les dynamiques territoriales préalablement à l’œuvre. Ces propriétés se retrouvent alors dans les stratégies liées à l’appropriation et à la diffusion de l’offre, mais aussi dans les dynamiques d’usages et de non-usages. Le télécentre cristallise alors les interactions existantes et il constitue un marqueur spatial du dispositif de télétravail en milieu rural qui se décline selon les interactions identifiées. Les acteurs interagissent selon quatre niveaux différents : les décideurs européens et nationaux, les régions, les coordinateurs de réseau départementaux (CRD) et les structures porteuses du télécentre (échelle locale).

  • 14 Ferhenbach J. et al. (2009), Le développement du télétravail dans la société numérique de demain. R (...)

24L’étude des différents appels à projets et les ressources documentaires, comme le rapport d’étude du Centre d’analyse stratégique (CAS)14, permettent de déchiffrer les rôles des acteurs de niveaux 1 et 2, à savoir la diffusion de prescriptions et le financement public incitatif sous forme d’appels à projets. En revanche, les niveaux départemental et local sont les plus opérationnels du côté de l’offre, car ils déploient et gèrent infrastructures, équipements et services. Par ailleurs, ils sont en contact direct avec les usagers. Ce sont ces processus de territorialisation des dispositifs de télétravail ainsi que les usagers potentiels qui ont été au centre de l’analyse.

Les enquêtes auprès des acteurs de l’offre et des usagers

  • 15 Les auteurs remercient les financeurs du projet, à savoir le conseil départemental, et le ministère (...)

25Les enquêtes ont été réalisées en 2013 dans le cadre d'une commande publique du conseil départemental du Cantal15 portant sur l’évaluation du dispositif de télétravail sur ce territoire. Chacun des protocoles d’enquête, pour tenir compte des interactions, mobilise des questions qui concernent les deux autres groupes.

– Le coordinateur de réseau départemental (CRD)

26Le conseil départemental porte une politique structurante en partenariat avec les porteurs de télécentre locaux qu’il semble fédérer à première vue (sur le site Web). L’enjeu est de comprendre la stratégie adoptée et les actions menées pour constituer et animer le réseau. Un entretien semi-directif d’une heure a été réalisé en début d’année 2013 auprès d’un agent en charge du dispositif à l’échelle départementale.

– Le porteur de télécentre

27Les caractéristiques de l’offre technique, servicielle et les ressources allouées peuvent varier d’un territoire à un autre et fournissent une indication sur le niveau d’engagement de la structure porteuse. Une enquête auprès des dix porteurs locaux a été menée en début d’année 2013 sous forme d’entretiens directifs d’environ 45 minutes, chacun comprenant des questions fermées, et parfois ouvertes, notamment en ce qui concerne la dynamique du dispositif (perspectives, contexte local, etc.). À noter que les porteurs étaient tous des acteurs publics ou socio-économiques.

– Les usagers

  • 16 L’annexe détaille les thématiques abordées dans les différents protocoles d’enquête.

28Enfin, plus de 200 individus, connus du CRD et des porteurs pour avoir déjà utilisé les télécentres ou à avoir été en contact avec ces acteurs en tant que télétravailleurs, ont été sollicités via une liste de diffusion pour répondre à un questionnaire en ligne de janvier à février 2013. Environ les deux tiers d’entre eux ont répondu à nos questions via une passation téléphonique à la fin de la période. La structure du questionnaire prévoyait des questions conditionnelles selon le profil du répondant : salarié/travailleur indépendant ; usager ou non-usager. Le nombre de réponses complètes obtenues s’est finalement porté à 39, avec un peu plus de la moitié des répondants qui étaient usagers d’au moins un télécentre. Certains ont ainsi pu ne pas avoir fréquenté de télécentres, mais uniquement utilisé les services du CRD. Les données ont ensuite fait l’objet d’un traitement à partir d'une procédure de codage ouvert, via des tris croisés sur les questions liées aux lieux de travail et aux usages des télécentres, aux déplacements effectués vers ceux-ci, mais également aux liens avec les autres utilisateurs, le tout en considérant leur profil professionnel et personnel16.

La construction d’une offre à deux niveaux : du réseau à la compétitivité territoriale

Le réseau de télécentres : une construction publique multipartenariale

La construction institutionnelle d'un dispositif départemental de télétravail

  • 17 Chaudes-Aigues, Allanche, Cassaniouze et Montmurat sont par exemple des communes de moins de 1000 h (...)

29C’est à l’occasion de l’appel à projets de la DIACT en 2005-2007 qu’a été enclenchée la construction du réseau départemental de télécentres dont le nombre prévu était de sept au départ. Le partage de l’enveloppe initiale de 100 000 euros s’est fait entre les structures gestionnaires de télécentre et le CRD pour son rôle d’animateur avec le soutien, notamment financier, d’autres partenaires comme le conseil régional d’Auvergne. La sélection des télécentres s’est généralement effectuée à partir d’un appel à manifestation d’intérêt émis par le conseil départemental, et ce quelle que soit leur localisation et la taille de leur commune d’implantation17. Bien que le département soit relativement bien maillé, certaines communes pourtant plus centrales n’ont pas été sensibles à ce dispositif malgré l’opportunité que pouvait représenter l’appel à projets de la DIACT en 2005 (par exemple Salers, Maurs ou Massiac).

30Les enjeux énoncés ont été les suivants : faire du télétravail un facteur d’égalité des chances et de développement économique, contribuer au développement des zones rurales par les TIC appliquées au monde du travail, favoriser la croissance et l’attractivité du département en proposant de nouvelles méthodes de travail, contribuer à équilibrer les flux migratoires entre zones urbaines et zones rurales. Le discours tenu reprend de fait la rhétorique sur le télétravail.

31Trois compétences initiales caractérisent le rôle du CRD et semblent évoluer en interaction et au fil du temps et du développement des rapports avec les partenaires et les usagers :

  • l’appui des porteurs de télécentre sur les aspects techniques (études, équipement informatique) et financiers dans le processus de création et de développement ;

  • l’organisation du partenariat local avec les porteurs et des acteurs socio-économiques du territoire (Chambre de commerce et d’industrie, Pôle emploi, etc.) qui, au cours d'un long processus institutionnel a fixé différentes modalités telles que les tarifs d'accès, les horaires d'ouverture, l'utilisation des outils de réservation des espaces de travail, la communication, etc., en somme un travail de normalisation de l'offre et d'engagement mutuel ;

    • 18 Chaque CRD dispose d'un site Web afin de présenter son offre ainsi que les télécentres associés. Pa (...)

    l’animation et la valorisation du réseau qui incluent l’offre mobilière des télécentres et du maillage du territoire via un site web dédié18 participant à leur référencement en ligne, la participation à des salons professionnels (au salon de l'agriculture à Paris par exemple), la communication média (édition de plaquettes, communiqués de presse, etc.) et enfin la prospection d’utilisateurs potentiels comme des groupes nationaux, voire internationaux (IBM, etc.) et des individus (travailleurs indépendants et entrepreneurs).

Les services aux utilisateurs : une offre multicible qui introduit l'animation et la valorisation

32En plus de mettre en œuvre une stratégie pour construire une offre à l’échelle départementale en s’appuyant sur des partenariats avec les acteurs locaux, le CRD entretient un rapport direct avec les utilisateurs en communiquant et en déployant des services professionnels. Ce positionnement institutionnel est systématique de la part des CRD, mais varie selon le territoire. On retrouve des services incontournables comme des outils de communication, le référencement en ligne des télécentres et des utilisateurs ou encore l’organisation de rencontres. En revanche, ce qui différencie le dispositif du Cantal est le travail de structuration du réseau du conseil départemental et de ses partenaires (Pôle Emploi, la CCI, l’Institut universitaire technologique d’Aurillac, BGE sud-ouest, etc.) pour multiplier les services et les ressources apportées aux usagers afin de créer une offre attractive et « sans couture », le « Pass Actifs Mobiles ».

33En 2012, le conseil départemental du Cantal décide d’aller au-delà de l’offre centrée sur l’objet télécentre et développe des services professionnels pour accroître le nombre d’usagers et leur mise en réseau. L’offre veut alors toucher les télétravailleurs disséminés sur le territoire, qu’ils travaillent ou non dans un télécentre. L’ensemble des services, unifiés sous l’appellation « Pass Actifs Mobiles », comprend la mise à disposition d’une suite d’outils techniques diffusant de l’information et améliorant la communication, et l’organisation d’évènements. Ainsi, la plateforme http://telecentres.cantal.fr permet à ces derniers d’accéder à de nombreuses ressources (réservation de bureau, de salle de réunion en ligne, carte des points de visioconférence, documentation sur le télétravail, etc.). L’inscription au dispositif est gratuite et permet aux usagers de bénéficier d’opportunités professionnelles notamment lors de rencontres, d’être référencés via l’annuaire en ligne, de participer gratuitement à des salons professionnels (salon du Web à Paris, RuraliTIC à Aurillac et d’autres) et de bénéficier de conseils via des séminaires en ligne (Webinars) portant sur les aspects juridiques, commerciaux ou encore communicationnels de l’activité. L’offre de services semble avant tout destinée aux entrepreneurs.

34L’objectif du CRD est donc à présent de créer des synergies pour dynamiser les activités utilisant le numérique sur son territoire en créant une communauté visible et attirer de nouveaux usagers. Le télécentre a bien entendu toujours sa place dans le dispositif, en termes de ressource matérielle pouvant accueillir potentiellement ces communautés en présentiel.

L’offre des télécentres : vers la diversification territoriale

Deux modèles de télécentres influencés par la stratégie du porteur

35Pour les porteurs, le télécentre est une infrastructure associée à la possibilité d’exercer le télétravail sur le territoire et donc d’attirer des populations et d’autres activités économiques. Sa dimension varie de dix bureaux privatifs à un bureau partagé avec deux postes de travail, avec au minimum du mobilier, des équipements de reprographie et une connexion Internet en général haut débit. Il est systématiquement hébergé, adossé à des équipements publics existants : hôtel de ville ou de communauté, médiathèque, maison des services aux publics, pépinière ou hôtel d’entreprises. Il s’agit ainsi d’optimiser l’utilisation des locaux, de limiter les investissements initiaux et de faire bénéficier les utilisateurs potentiels des services de ces structures.

36La localisation des télécentres associe indirectement différentes aménités environnantes à l’offre : commerces, services postaux, restauration, établissements scolaires, etc. Les structures hébergées par les hôtels de ville au cœur du centre urbain sont à proximité directe des commerces et des services.

37En matière de tarification, nombreux sont les télécentres qui pratiquent la gratuité les premiers mois d’utilisation pour attirer et fidéliser les usagers potentiels. Passé ce délai, entre 6 et 12 mois, la journée de travail était facturée en moyenne 10 euros et le mois 90 euros pour les utilisateurs réguliers et/ou permanents.

38Enfin, le travail de l’animateur du télécentre varie, allant de la fonction de gestion administrative et logistique du lieu à la valorisation, la communication et l’animation avec de l’événementiel, des formations et des ateliers pour les utilisateurs. Outre son niveau d'implication, son profil varie également fortement, chargé de mission de développement économique, technicien en système d'information, voire l’élu local selon les moyens alloués par la structure porteuse.

Tableau 1 : Principales caractéristiques et utilisation des télécentres du Cantal, 2012

 

Structure d’adossement

Année d’ouverture

Nombre d’utilisateurs/an

Commune

Réguliers

Ponctuels

Allanche

Hôtel de ville

2010

2

Une cinquantaine***

Aurillac

Local de CCI

2009-2012*

5

Une dizaine

Cassaniouze

Locaux publics vacants

2012

3

1

Chaudes-Aigues

Maison des services

2008

3

Une centaine

Mauriac

Médiathèque

2012

2

0

Montmurat

Locaux publics vacants

2008

2

0

Murat

Maison des services

2007-2012**

14

0

Riom-ès-Montagnes

Maison des services

2012

2

Une cinquantaine

Saint-Flour

Hôtel d’entreprises

2009

2

0

Ydes

Maison des services

2008

3

Une centaine

Total

38

311

* Déménagement de locaux et changement de gestionnaire
** Agrandissement du télécentre
*** Il s’agit d’estimations

Louis Salgueiro, 2016

39Deux modèles d’offre se dessinent selon les équipements et les services proposés, la quantité et le type d’espaces mis à disposition, les investissements et la mobilisation de ressources humaines. Ainsi, le télécentre peut représenter un équipement secondaire reconnaissable par :

  • un faible investissement initial et de faibles coûts de fonctionnement (entre 500 et 4 000 euros pour l’année étudiée) ;

  • peu de postes de travail, du mobilier standard ;

  • une faible animation locale, avec des ressources humaines limitées et partagées sur diverses missions ;

  • un équipement technique peu fiable ou insuffisant (problèmes d’accès réseau, faible débit) ;

  • une faible communication autour du dispositif.

40Dans le cas d’une politique plus soutenue, le télécentre devient un équipement structurant de la stratégie locale pour l’accueil de populations actives et le développement du territoire (Murat, ou Mauriac où il n’y a pas de maison de services aux publics). Le dispositif se caractérise par :

  • un investissement conséquent, parfois en plusieurs temps, et un coût de fonctionnement élevé (entre 10 000 et 60 000 euros pour l’année étudiée) ;

  • un nombre plus important de postes de travail (par rapport à la précédente gamme) et du mobilier « attractif » ;

  • une communication soutenue en vue d'un rayonnement régional, national, voire européen ;

  • un site Web ou une sous-catégorie de site dédiée ;

  • des ressources humaines dédiées ;

  • le développement de services différenciateurs, par exemple la formation au télétravail, un annuaire des utilisateurs, une bourse du travail, des événements réguliers.

41Deux stratégies ont ainsi été observées : l’une est passive, l’autre active. La première permet d’être valorisé par le CRD qui référence les territoires favorisant le télétravail : il s’agit ici d’un effet d’aubaine d’ordre communicationnel. Le porteur de télécentre bénéficie alors d’un effet de réseau en matière de visibilité et apparaît comme un territoire d’accueil potentiel pour les télétravailleurs. L’investissement est limité, considéré comme risqué avec des retombées incertaines dans un contexte où les ressources publiques, financières et humaines sont limitées et rationalisées, surtout si par ailleurs le porteur administre un territoire isolé et fragile. L’offre peut aussi être éclipsée par celle de la structure d’adossement gérée par une structure dont l’accueil de professionnels n’est pas le métier. La grande majorité des télécentres suit ce modèle. La seconde stratégie est active. Elle ambitionne des effets territoriaux (principalement la captation des nouveaux arrivants de la région) et peut jouer la carte d’une image « hypermoderne », avec un équipement attractif, de l’animation et de l’événementiel, et une stratégie de marketing territorial valorisant le cadre naturel et une qualité de vie associée au territoire.

Des stratégies locales incompatibles avec la politique départementale et la logique de réseau ?

42Le choix d’implantation d’un télécentre revient aux acteurs qui souhaitent faire valoir une stratégie à leur propre échelle, ici locale, avec des objectifs plus ou moins soutenus. L’implantation de la structure ne sert donc pas directement la cohérence des aménageurs à l’échelle régionale ou départementale. En effet, la politique de gestion locale est autonome malgré son entière dépendance vis-à-vis des financeurs publics. Chaque acteur territorial peut ainsi prétendre à des fonds structurels européens (FEDER, FEADER, FSE, etc.) ou/et nationaux (FNADT, PER, etc.). Par ailleurs, ces financements croisés peuvent être renouvelés pour les différentes fonctions d’un même dispositif. Murat a par exemple bénéficié de financements de l’État à deux reprises, ce qui élève son investissement total à un montant au moins trois fois supérieur à celui des autres, à hauteur d’au moins 100 000 euros depuis l’année d’ouverture.

43Le jeu de la compétitivité territoriale fondé sur la rhétorique du télétravail marque tout territoire rural proposant un cadre de vie attractif. Mais pour viser la place de « point de chute » le plus visible pour les potentielles nouvelles populations actives, le porteur de télécentre peut se retrouver en contradiction avec la logique de réseau et son effet englobant en termes de communication. Les postures concurrentielles et passives expliquent le fait qu’il n’y ait pas de coopération spontanée entre les porteurs de télécentre d’un même système territorial et/ou entre un porteur de télécentre et le CRD.

Les déterminants des usages des télécentres

Une offre à la carte pour les travailleurs indépendants

44Les utilisateurs ont deux interlocuteurs possibles pour un dispositif à deux échelles couvrant de nombreuses pratiques : l’un au niveau départemental, avec les services proposés par le CRD, l’autre au niveau local avec son offre centrée sur le lieu. Les entretiens révèlent que les niveaux du dispositif et les usages segmentent les utilisateurs potentiels :

  • bénéficier de l’offre départementale et fréquenter au moins un télécentre (une dizaine d'individus) ;

  • bénéficier de l’offre départementale sans fréquenter de télécentre (environ cinquante individus) ;

  • ne pas faire partie du réseau départemental et fréquenter au moins un télécentre (une vingtaine d’individus) ;

  • ne pas faire partie du réseau départemental et ne pas fréquenter de télécentre (ordre de grandeur inconnu).

45Le questionnaire a recueilli les données de 39 individus dont 30 travailleurs indépendants, cinq salariés du secteur privé, deux du public et deux chefs d’entreprises. La moyenne d’âge était de 41 ans. Sur les 39 répondants, 20 avaient utilisé au moins un télécentre en 2012 sachant qu’ils étaient 38 usagers à utiliser régulièrement les télécentres du Cantal, et 19 le dispositif du CRD seulement. Sont majoritairement représentées les activités de secrétariat et assistance de gestion, le développement informatique et Web, le conseil et la communication. Les trois principaux motifs d’utilisation des télécentres sont apparus dans l’ordre de récurrence suivant :

  • rompre l’isolement, pour un tiers des répondants ;

  • profiter de l’environnement de travail à bas prix, pour un quart des usagers ;

  • développer leur activité en utilisant le télécentre comme levier (trouver des clients parmi les autres utilisateurs du télécentre, enrichir le carnet d’adresses, prospecter sur le territoire d'implantation du télécentre), pour le quart des usagers.

46Quant aux dix-neuf autres, les non-utilisateurs de télécentre, ils évoquent différentes raisons :

  • la préférence pour le travail au domicile, en lien avec les conditions de l’activité (équipement difficilement transportable, conversations téléphoniques, etc.) ;

    • 19 Le temps de trajet toléré séparant le domicile du télécentre est en général au maximum 20 minutes e (...)

    la distance qui sépare un télécentre du domicile19 ;

  • un manque d’information à propos de l’offre ;

  • l’équipement ne satisfait pas les besoins professionnels (aménagement du bureau, qualité du réseau, etc.).

47Les usages et non-usage des télécentres sont ainsi reliés à des facteurs intrinsèques à l’offre, mais pas seulement. Il est souvent fait référence à la localisation ou encore à la situation des territoires d’ancrage de ces équipements.

Le choix du télécentre est influencé par l’offre

48Les choix effectués par les utilisateurs potentiels dépendent des opportunités qu’un dispositif offre en fonction des besoins professionnel et personnel. La localisation, la configuration du lieu et l’équipement technique sont les principales variables qui déterminent le choix des utilisateurs.

49Ainsi, le télécentre de Saint-Flour est peu fréquenté alors qu’il est situé dans le second pôle du système territorial avec un accès à l’autoroute. Selon les répondants, la configuration du lieu, sa localisation et le niveau de l’offre technique sont en cause : un seul bureau partagé pour quatre individus qui donne un sentiment de promiscuité, hébergé par un hôtel d’entreprises à dix minutes en voiture du bourg centre et de ses commerces, peu de fiabilité des réseaux Internet et mobile, des ordinateurs obsolètes, etc. La conséquence de ces caractéristiques est un faible potentiel d’agglomération du télécentre qui ne peut alors répondre au besoin relationnel.

50L’offre d’un télécentre intéresse des professionnels résidant certes à proximité (en moyenne à dix minutes en véhicule personnel ou à pied), mais aussi certains qui disposent pourtant d’un autre équipement plus proche de leur domicile. Ainsi, celui de Murat attire des télétravailleurs habitant à 10, mais aussi à 25 minutes de trajet en véhicule personnel qui résident parfois près d’Allanche ou de Saint-Flour pourtant eux aussi équipés d’un télécentre. L’équipement est localisé dans le centre historique et est entouré d’aménités comme des restaurants, des commerces, des hôtels, etc. L’aménagement et l’amélioration des locaux ont aussi eu des effets positifs sur sa fréquentation : « Depuis la création du nouveau télécentre, celui-ci est beaucoup plus chaleureux. J’y occupe un bureau (privatif) qui m'a été attribué » (extrait d’une réponse au questionnaire usagers).

Photo 1 : Le télécentre « haut de gamme » de Murat, 2012

Photo 1 : Le télécentre « haut de gamme » de Murat, 2012

Source : <http://www.paysdemurat.fr/​>, consulté le 29/03/2015

  • 20 De nombreux élus et techniciens venus de France et parfois d’ailleurs en Europe font le déplacement (...)
  • 21 Le rapport mentionne des effets positifs sur l’économie locale, notamment en matière d’achat et de (...)

51L’équipement « haut de gamme » de Murat, dont l’esthétique tranche avec l’aspect pittoresque du centre et ses aménités naturelles environnantes, joue ainsi sur l’imaginaire hypermoderniste du télétravail à la campagne. Associé à une stratégie d’accueil des populations actives, l’équipement attire des néo-ruraux initialement venus en activité touristique dans le département et qui ont été séduits par la possibilité de travailler « à distance » des grandes agglomérations. Il attire aussi des entrepreneurs venus pour suivre une formation au télétravail dont le télécentre a longtemps eu le monopole en France. Le lieu accueille également le Forum annuel du télétravail depuis 2008. Il s’agit du dispositif ayant le plus de succès en territoire rural et isolé et il fait figure de modèle en la matière20. Du côté des retombées exposées par le porteur, on notera que 35 personnes extérieures au territoire ont été accueillies avec leur famille depuis l’ouverture du télécentre21.

52L’analyse des usages a ainsi permis dans un premier temps de dégager des critères directement influencés par l’offre avec les facteurs socio-techniques liés au lieu lui-même en tant qu’équipement, mais aussi comme lieu de sociabilité, soit la capacité du gestionnaire ou non à animer le lieu et à y favoriser la rencontre et l’émergence d’une communauté d’utilisateurs. Ces facteurs se combinent avec d’autres, notamment géographiques.

Des usages liés à la situation et à la dynamique des territoires

53Si l’offre influence certains choix individuels, ces derniers ne sont pas sans lien avec les dynamiques spatiales dans lesquelles s’insèrent les utilisateurs potentiels.

54Les déclarations des animateurs (cf. tableau 1) recensent 349 usagers pour l’ensemble des dix télécentres en 2012. Les usagers ponctuels (90 %) forment la grande majorité. Les télécentres d’Allanche (50), Riom-ès-Montagnes (50), Chaudes-Aigues (100) et Ydes (100) servent de point d'accès public à Internet pour des utilisateurs saisonniers venant profiter d’aménités environnantes liées aux loisirs et aux sites touristiques. Il s’agit d'un usage détourné au vu des publics ciblés par les acteurs de l'offre, mais qui paraît logique si l’on se réfère à la densité démographique due à leur isolement et à l’activité économique de ces territoires tournés vers le tourisme et l’économie présentielle.

55Dans un autre cas de figure, le télécentre d’Aurillac attire de manière moins conditionnelle les utilisateurs qui se disent pourtant peu satisfaits par l'équipement : « les locaux ne sont peut-être pas adaptés », « le débit Internet pourrait être amélioré », « un espace de convivialité serait le bienvenu ». Le télécentre occupe quand même la deuxième place en matière de fréquentation par des utilisateurs réguliers. Parmi ceux-ci, un salarié y travaille de manière permanente en raison de la situation professionnelle du conjoint. Un autre travaille pour un employeur en région parisienne qu’il rejoint régulièrement via l’aéroport à proximité. Le télécentre, malgré la faible qualité de l’offre, concentre en effet une grande part des activités et des flux du fait de sa situation géographique.

  • 22 Les zones de revitalisation rurale, créées en 1995, visent à améliorer un contexte fiscal local pou (...)

56Enfin, des politiques publiques exogènes sans lien avec le télétravail ont des effets indirects sur l’usage, en particulier si elles influencent le contexte fiscal local des entreprises. C’est le cas à Cassaniouze où le télécentre offre un service de domiciliation d’entreprises et héberge deux startups dans le développement informatique et Web. Ces organisations ont fait le choix d’une commune éloignée du bassin d’emploi principal pour bénéficier des avantages de la zone de revitalisation rurale (ZRR)22.

57Les facteurs externes et la dynamique des territoires d’ancrage restent ainsi structurants et modèrent la portée de l’offre en influençant les stratégies des utilisateurs. Les deux facteurs géographiques relèvent de la localisation, notamment en termes de situation du télécentre dans l’organisation spatiale d’un territoire donné et ses aménités, commerciales ou naturelles, et expliquent largement les usages ou les non-usages, autrement dit l’échec ou le succès de ces dispositifs.

Conclusion

58La question était donc de savoir si la vague du développement du télétravail en milieu rural isolé via les télécentres tient les promesses des politiques publiques au moment où une énième vague déferle, celle du coworking et des FabLabs ruraux.

59Mais avant de rappeler nos conclusions, il est bon de rappeler ici que la méthode comporte certains biais liés à la fragilité des données à propos des usages. En effet, l’effectif recueilli auprès des gestionnaires est souvent une estimation, car le comptage des usagers par le porteur de télécentre n’est pas systématique. Par ailleurs les réponses à notre enquête ne peuvent être représentatives de tous les usages et non-usages dans la mesure où, d’une part, la plupart de ces derniers sont occasionnels et liés aux périodes touristiques et, d’autre part, que beaucoup d’utilisateurs potentiels demeurent invisibles, pratiquant le télétravail à domicile.

60En tenant compte de toutes les réserves nécessaires liées à la collecte de nos données « usagers » et du fait que certains télécentres avaient ouvert depuis peu, nous observons, sur dix lieux, sept situations d’échec et trois de succès relatifs. Quatre types de télécentres émergent de ce constat :

  • Murat est la « success story » qui vise l’excellence en termes de conditions d’accueil des néo-ruraux dont l’activité est centrée sur le numérique. Le porteur, la communauté de communes, a grandement investi dans son dispositif à l’aide de fonds structurels nationaux et européens, et mobilise tous les imaginaires hypermodernistes du télétravail à la campagne. L’investissement total s’élève à quelques centaines de milliers d’euros, avec des coûts de fonctionnement qui intègrent un animateur en grande partie dédié au télécentre. Le Forum annuel du télétravail illustre la spécialisation de ce territoire qui a fait du numérique son modèle de développement. Enfin, on observe depuis peu un glissement sémantique avec l’insertion de la référence au coworking et aussi l’intégration d’un FabLab au dispositif23.

  • Certains connaissent un échec relatif. Ce sont les cas d’Ydes, Allanche, Riom-ès-Montagnes et Chaudes-Aigues si l’on considère les objectifs premiers des politiques publiques du télétravail visant à attirer de nouveaux habitants et élargir la base économique des territoires. Les porteurs ont opté pour une posture « passive » prenant peu de risques avec un investissement faible, peu ou pas d’animation, mais avec le bénéfice de l’action du conseil départemental qui leur offre de la visibilité sur cette thématique. Les usages bien que détournés épousent de fait les caractéristiques préexistantes de ces territoires avec leurs aménités environnantes et leur modèle de développement basé sur une économie en partie tournée vers le tourisme. De fait ces télécentres sont demeurés des « points d’accès public à Internet ».

  • D’autres sont davantage en échec au vu des données recueillies : Saint-Flour, Montmurat et Mauriac. Le télécentre de Saint-Flour, deuxième pôle urbain majeur du département, n’attire pas les usagers, car il est en concurrence directe avec l’hôtel d’entreprises qui l’héberge et le gère alors que la structure loue également des bureaux. Les télécentres de Montmurat et Mauriac n’accueillent pas beaucoup d’usagers. Le premier est celui d’un petit village qui ne bénéficie pas de l’attrait touristique de ceux cités plus haut, et l’autre n’avait ouvert que depuis peu. Ses résultats sont donc à relativiser, car le porteur investissait encore dans l’animation du lieu au moment de l’enquête.

  • Aurillac et Cassaniouze sont des succès relatifs pour des raisons différentes. Le premier accueille un certain nombre d’utilisateurs réguliers, ce qui s’explique par sa situation en tant que pôle urbain majeur du département. Les avis des utilisateurs sur les aspects socio-techniques du lieu sont cependant plutôt négatifs, malgré l’investissement du porteur pour réaménager le lieu. Aussi, certains des usagers ont ouvert leur propre espace de coworking à Aurillac. Quant à Cassaniouze, dont le porteur est une commune d’environ 500 habitants qui a peu investi dans son dispositif, accueille deux start-ups venues profiter entre autres des avantages du classement en ZRR, avec un impact sur l’économie locale (consommation des usagers dans les commerces locaux) selon le gestionnaire.

61Enfin, l’offre départementale animée et gérée par le CRD, ici le conseil départemental, donne de la visibilité au territoire sur la thématique du télétravail et apporte des services professionnels variés. Le rôle du CRD est ici l’animation institutionnelle du dispositif pour constituer une offre unifiée et l’animation d’une communauté d’usagers, en majorité des travailleurs indépendants qui étaient jusque-là « invisibles ». L’animation à l’échelle départementale ne suffit malheureusement pas à faire vivre les télécentres quand les porteurs optent pour une posture passive.

62Les clés qui permettent d’expliquer l’échec ou le succès des télécentres relèvent de deux types de facteurs, géographiques et socio-techniques, ainsi que de leurs interactions. Bien évidemment, les facteurs géographiques classiques sont des déterminants importants : la situation géographique du télécentre, des variables comprenant l’isolement et la connectivité du territoire d’ancrage, la densité et la qualité de la population, sa position dans l’organisation du système territorial, etc. Mais l’environnement immédiat du lieu sert ou dessert également son attractivité, avec les aménités extérieures telles que les commerces, les services, le cadre de vie, etc.

63Les facteurs socio-techniques comprennent les aménités internes au lieu, à savoir les caractéristiques techniques (configuration des lieux, qualité des équipements et de la connexion à Internet, etc.) et également celles liées à la capacité d’animation des lieux par l’organisation de rencontres, d’événements plus ou moins formels en vue de soutenir l’émergence et la dynamique d’une communauté d’usagers. Le dynamisme de l’animateur est fondamental, car c’est son action qui va assurer l’interaction entre le lieu et le territoire, entre le lieu et une communauté d’usagers.

64On doit légitimement poser la question du rapport coût/bénéfice pour les territoires et dans quelle mesure ces investissements sont pertinents au vu des usages, des non-usages et des effets relevés sur l’espace et les mobilités pour ce type de territoire. À la première lecture, ces derniers restent marginaux et/ou temporaires et ils ne semblent pas pouvoir influencer la dynamique globale du département. Si l’on s’en tient à l’ambition initiale, on pourrait alors considérer que, pour ce qui est de développer l’économie numérique en territoire isolé via le télétravail, le défi est trop ambitieux (Salgueiro, 2017b). Toutefois, à l’échelle locale, le rapport n’est pas forcément désavantageux selon les types de télécentres identifiés. En effet, le conseil départemental assure la visibilité et en partie l’animation ; il unifie des ressources pour la plupart préexistantes déjà détenues par ses partenaires, les locaux utilisés étant souvent vacants à l’origine. La grande partie des coûts pour les télécentres concernent l’équipement bureautique, la connexion Internet, voire l’informatique, mais les plus élevés et les plus rares aussi sont liés à l’animation, qui nécessite le financement au moins partiel d’un poste, et le bâti, là où seulement quelques porteurs de télécentres ont investi. Quand bien même, les financements publics sont régulièrement disponibles auprès de l’État et de l’Union européenne, même s’ils ne sont pas aisés à capter. Quoi qu’il en soit, le service est finalement rendu bien que parfois avec des usages inattendus et des objectifs initiaux bien ambitieux qui n’ont pas été atteints, du moins au moment de l’enquête. Notre analyse nous invite finalement à penser que les télécentres ont davantage une fonction symbolique pour participer à l’attractivité des territoires en matérialisant la possibilité technique et hypermoderniste du télétravail à la campagne, permettant potentiellement d’orienter, d’inviter les usagers potentiels à se laisser convaincre. Ils ont aussi une marge de progression quant à leur fonction sociale, en rassemblant dans ces territoires les quelques usagers réguliers dont l’activité est centrée dans le numérique.

65Malgré tout, ces dispositifs pourraient éventuellement constituer une réponse pour la revitalisation de ces territoires, à condition qu’ils soient associés à d’autres modalités, qu’ils soient diversifiés et bien calibrés pour tenir compte des disparités des besoins territoriaux. Car bien d’autres questions peuvent y être associées, notamment la question de la localisation des services de base comme les commerces, la Poste, les écoles ou encore de la couverture haut-débit… Il serait ainsi approprié de mieux conditionner les appels à projets des politiques publiques nationale, européenne ou encore régionale en considérant les facteurs évoqués avant d’engager une diffusion territoriale massive et aveugle des derniers « lieux du numérique » à la mode. À l’échelle locale, il serait également plus approprié d’identifier et d’associer les usagers potentiels déjà présents sur le territoire en amont de la démarche, de s’assurer de leur volume et de la nature de leurs besoins, et ce, avant même de s’engager dans la création du lieu.

Haut de page

Bibliographie

Castells M., 2001, L’ère de l’information, Paris, Fayard.

Crouzet E., 2002, "Le télétravail et l’organisation socio-économique du territoire français : entre discours aménageur et réalités entrepreneuriales", L’information géographique, Vol. 66, No.3, 206-222.

Di Martino V., Wirth L., 1990, “Telework: A New Way of Working and Living”, International Labour Review, Vol. 129, 585-611.

Fernandez V., Puel G., 2010, La gouvernance territoriale des TIC, Paris, Hermès science publications Lavoisier.

Forester T., 1989, "The myth of the electronic cottage", ACM SIGCAS Computers and Society, vol.19, num.2, 4–19.

Gottmann J., 1971, "Pour une géographie des centres transactionnels", Bulletin de l’Association des géographes français, Vol. 48, 41-49.

Handy S.L., Mokhtarian P.L., 1996, "The future of telecommuting", Futures, No.28, 227-240.

Jourdenais M., Desrochers P., 1998, "La fin de la distance et la déconcentration de l’activité économique : Nouvelle réalité ou mirage ?", Canadian Journal of Regional Science, Vol. 21, No.1, 49-72.

Lefebvre H., 2000, La production de l’espace, Paris, Anthropos.

Kotkin J., 2000, The new geography : how the digital revolution is reshaping the American landscape, New York, Random House.

Mokhtarian P., 2009, "If telecommunication is such a good substitute for travel, why does congestion continue to get worse?", Transportation Letters, Vol. 1, No.1, 1-17.

Moriset B., 2000, "Quelles problématiques pour les technologies de l’information et de la communication en milieu rural  ? / Information technologies in rural areas. The key issues", Géocarrefour, No.75, 5-6.

Moriset B., 2004, "Télétravail, travail nomade : le territoire et les territorialités face aux nouvelles flexibilités spatio-temporelles du travail et de la production", Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 257, 06 février 2004. URL : http://cybergeo.revues.org/3815 ; DOI : 10.4000/cybergeo.3815

Murray B., 2001, "The Hungarian Telecottage Movement", in: Latchem C., Walker D. (eds.), Telecentres: Case studies and key issues, Vancouver, The Commonwealth of Learning.

Murray W., Cornford, D., 1999, "Universal Access: Telecottage and telecentre survey 1998", Teleworker Magazine.

Oldenburg R., 1989, The Great Good Place: Cafes, Coffee Shops, Bookstores, Bars, Hair Salons, and Other Hangouts at the Heart of a Community, New York, Da Capo Press.

Paavonen W., 1999, "Telecottages and other work centre experiments", Telektronikk, Vol. 95, No.4, 64-68.

Qvortrup L., 1989, "The Nordic telecottages: Community teleservice centres for rural regions", Telecommunications Policy, Vol. 13, No.1, 59-68.

Rallet A., Aguilera A., Guillot C., 2009, "Diffusion des TIC et mobilité : permanence et renouvellement des problématiques de recherche", Flux, No.78, 7-16.

Rassat P., 2011, Aménager votre territoire avec le télétravail et les téléactivités, Voiron, éd. Territorial.

Salgueiro L., 2015, Les dynamiques territoriales d’adoption, de diffusion et d’usages des tiers-lieux de travail ruraux : une approche systémique des télécentres du Cantal, thèse de doctorat en géographie et aménagement, Université Toulouse Jean Jaurès. <http://www.theses.fr/s106476>, consulté le 13/01/2016.

Salgueiro L., 2017a, "Les télétravailleurs : l’innovation publique en zone rurale à l’épreuve des stratégies des usagers. L’exemple des télécentres du Cantal", in : Courcelle T., Fijalkow Y., Taulelle F. (dir.), Services publics et territoires : adaptations, innovations et réactions, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Salgueiro L., 2017b, "Développer l’économie numérique en territoire isolé, un défi trop ambitieux ? L’exemple des télécentres du Cantal", in : Les carnets du LabEx ITEM, Grenoble, Cité des Territoires. <http://labexitem.hypotheses.org/300>, consulté le 27/07/2017.

Storper M., 1997, The Regional World: Territorial Development in a Global Economy, New York, Guilford Press.

Veltz P., 2000, Le nouveau monde industriel, Paris, Gallimard.

Woessner R., 2010, France : aménager les territoires, Paris, Sedes.

Haut de page

Annexe

Annexe : Les thématiques abordées dans les enquêtes auprès des acteurs et des utilisateurs

Avec le coordinateur de réseau départemental (CRD) :

Le guide d’entretien semi-directif a mobilisé cinq catégories de questions :

  • la stratégie et le champ d’intervention ;

  • les modalités de coopération entre le CRD et les acteurs locaux et extérieurs ;

  • le rôle de coordination et d'animation du réseau de télécentres ;

  • les services déployés ;

  • les perspectives d'évolution du dispositif.

Avec les porteurs de télécentre :

Les questions des entretiens directifs sont réparties en dix catégories :

  • référencement et gestionnaire du télécentre ;

  • les infrastructures du lieu ;

  • le modèle économique ;

  • l’offre : équipements et services ;

  • les usages du dispositif ;

  • les aménités commerciales et les équipements publics à proximité du lieu ;

  • les actions de communication ;

  • les actions d’animation ;

  • l’intégration dans des réseaux de lieux existants ;

  • les perspectives d’évolution du dispositif.

Avec les utilisateurs :

Le questionnaire en ligne a mobilisé sept groupes de questions :

  • les lieux de travail utilisés ;

  • l’usage des services des télécentres (fréquence, motifs, etc.) ;

  • les mobilités associées aux lieux de travail ;

  • l’usage du dispositif du CRD ;

  • les liens avec les autres télétravailleurs ;

  • le profil professionnel ;

  • le profil civil.

Haut de page

Notes

1 Le télécentre est un espace de travail ou un lieu mis à disposition de manière flexible pour des professionnels effectuant des métiers utilisant les TIC.

2 Le « tiers-lieux » (Oldenburg, 1989) est un concept désignant des lieux n'étant ni le domicile, ni le lieu de travail classique (locaux de l'employeur) qui impliquent une dimension relationnelle entre utilisateurs.

3 « Tous les chiffres du coworking en 2014 ». Blog Bureaux A Partager, <https://www.bureauxapartager.com/blog/les-chiffres-du-coworking-en-2014/>, consulté le 13/01/2016.

4 Les FabLabs sont des lieux accessibles au public qui offrent des équipements de fabrication personnelle (imprimante 3D, découpeuse laser, etc.).

5 Source : EMERGENCE European Employer Survey, 2000 (IES/NOP).

6 AFTT & Distance Expert (2000), Le travail à distance en Europe, rapport remis à la commission européenne, disponible à la demande sur le site Web de l'Association Française du Télétravail et des Téléactivités <www.aftt.asso.fr>.

7 Insee Première No.1218, janvier 2009.

8 Cette dynamique est surtout portée par les pôles urbains majeurs que sont Limoges, Clermont-Ferrand et Saint-Étienne.

9 Population du Cantal en 2013, source : INSEE 2016.

10 Source : CCI Auvergne, Portrait économique des entreprises, 2012.

11 Site Web du programme Auvergne Haut-Débit <http://www.auvergnehautdebit.fr >, consulté le 15/03/2014.

12 Source : Rapport annuel de l’Observatoire France Très Haut Débit 2015.

13 <http://www.cybercantal.fr/>, consulté le 19/01/2016.

14 Ferhenbach J. et al. (2009), Le développement du télétravail dans la société numérique de demain. Rapport au Premier ministre, Paris, Centre d’analyse stratégique et Cabinet Roland Berger. Le CAS était une institution d’expertise et de prospective du Premier ministre remplacée en 2013 par France Stratégie.

15 Les auteurs remercient les financeurs du projet, à savoir le conseil départemental, et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et le cabinet de conseil en TIC Citica dans le cadre d’une convention industrielle de formation à la recherche (CIFRE) avec une thèse portant sur ce terrain.

16 L’annexe détaille les thématiques abordées dans les différents protocoles d’enquête.

17 Chaudes-Aigues, Allanche, Cassaniouze et Montmurat sont par exemple des communes de moins de 1000 habitants.

18 Chaque CRD dispose d'un site Web afin de présenter son offre ainsi que les télécentres associés. Par exemple en Lozère <http://solozere.com>, dans le Gers <http://www.soho-solo-gers.com> ou encore dans le Cantal <http://telecentres.cantal.fr>. Sites consultés le 15/03/2014.

19 Le temps de trajet toléré séparant le domicile du télécentre est en général au maximum 20 minutes en véhicule personnel.

20 De nombreux élus et techniciens venus de France et parfois d’ailleurs en Europe font le déplacement pour le visiter.

21 Le rapport mentionne des effets positifs sur l’économie locale, notamment en matière d’achat et de rénovation de logement. <http://www.auvergnepro.com/article/impact_economique_de_la_politique_d_accueil_de_teletravailleurs_du_pays_de_murat>, consulté le 19/01/2016.

22 Les zones de revitalisation rurale, créées en 1995, visent à améliorer un contexte fiscal local pour dynamiser l'attractivité de territoires ruraux fragilisés. Le but étant d’inciter à l’implantation d'activités économiques.

23 <http://www.cocotte-numerique.fr/>, consulté le 01/02/2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Localisation des télécentres et densité démographique du Cantal, 2013
Crédits Source : © CGET 2016 – IGN GéoFla. INSEE RP 2013. Modifications auteurs 2017
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28510/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Carte 2 : Part des locaux éligibles à un débit supérieur à 3Mb/s (toutes technologies confondues), 2015
Crédits Source : © CGET 2016 – IGN GéoFla. Observatoire France Très Haut Débit 2015. Modifications auteurs 2017
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28510/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Photo 1 : Le télécentre « haut de gamme » de Murat, 2012
Crédits Source : <http://www.paysdemurat.fr/​>, consulté le 29/03/2015
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28510/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Salgueiro, Gilles Puel et Valérie Fernandez, « Localisation et effets des télécentres dans les territoires ruraux : le cas du Cantal (France) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 827, mis en ligne le 18 août 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/28510

Haut de page

Auteurs

Louis Salgueiro

Docteur en géographie et aménagement
Université de Toulouse, LEREPS, France
louis.salgueiro@univ-tlse2.fr

Gilles Puel

Professeur en aménagement de l’espace et urbanisme
Université de Toulouse, LEREPS, France
gilles.puel@univ-tlse2.fr

Valérie Fernandez

Professeure en sciences de gestion
TELECOM Paristech, CNRS SES-i3, Université de Paris Saclay, France
valerie.fernandez@mines-telecom.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page