Navigation – Plan du site
2017

Giaccaria P., Minca C. (dir.), 2016, Hitler’s geographies – The spatialities of the Third Reich, Chicago, The University of Chicago Press, 378 p.

Jean-Louis Tissier

Texte intégral

1Cet ouvrage est une contribution à une page « noire » de l’histoire de la géographie, au sens où il établit que des géographes, académiquement reconnus avant 1933, ont été les experts pour des desseins funestes voire criminels. Ce livre collectif comporte 16 chapitres mais il reprend, en tant que chapitres, six textes déjà publiés entre 1987 et 2011.

2Les éditeurs, P. Giaccaria et C. Minca, ouvrent le livre par un état de la recherche qui recense les travaux portant sur cette question dans les années 1990-2010, essentiellement dans le monde académique anglo-saxon, et dans des problématiques des sciences politiques et historiques. Des contributions allemandes, et géographiques, complètent ce bilan. Il convient d’observer que nombre de ces travaux sont menés dans le contexte plus général des réflexions de philosophie politique, celle, ancienne, de Carl Schmitt et celle, contemporaine, de Giorgio Agamben, sur les principes et les modalités du pouvoir d’État.

3Deux chapitres post-introductifs, mais distincts du diptyque qui forme l’essentiel de l’ouvrage, proposent un questionnement plus général. Le premier, « For a Tentative Spatial Theory of the Third Reich », examine la « charge » spatiale de la culture nazie qui n’est pas seulement celle de l’espace vital. Les projets nazis à diverses échelles ont pour finalité une expansion, une réorganisation territoriale et une redistribution du peuplement. Ils se traduisent aussi par une iconographie de propagande qui, par des cartes, des flèches et des flux, redessine l’Europe centrale et orientale. Le second, « Holocaust spaces », analyse ce qui se tramait sous l’apparente logique spatiale c’est-à-dire l’entreprise génocidaire, celle des déportations, des ghettos et des camps d’extermination, préalable à la réalisation de l’ordre spatial projeté.

4Les éditeurs poursuivent en distinguant, dans les contributions de leurs collègues, deux axes de recherche : le premier sous le libellé « Third Reich Geographies » porte sur les conceptions et les réalisations spatiales et territoriales développées pendant le Troisième Reich, le second, sous le libellé « Geographies of the Third Reich », interroge les pratiques sous-jacentes à ces conceptions et traite principalement de la politique d’extermination ou Holocauste. Ces deux axes composent les deux grandes parties de l’ouvrage, même si le lecteur peut être tenté de discuter ce partage et de redistribuer les contributions d’un axe à l’autre.

5Huit chapitres permettent de revisiter la géographie allemande, universitaire et applicable, d’un demi-siècle, courant de la fin des années 1890 aux années 1940. Jürgen Zimmerer montre comment l’université de Berlin (Frédéric-Guillaume) a été, de F. von Richthofen à A. Penck, un lieu de recherche impériale et coloniale, des horizons lointains tropicaux aux espaces voisins de l’Europe orientale. Gerhard Wolf analyse la place de l’Est (Ost) dans le discours et l’imaginaire géopolitique qui a conduit à l’individualisation d’un champ de recherche, l’« Ostforschung », qui existait avant la prise de pouvoir en 1933, et qui connait un essor rapide ensuite. Sous cette appellation apparemment neutre se situent les travaux qui valorisent les capacités des colons germaniques à exploiter des espaces considérés comme mal gérés par les Slaves et les Juifs. Mark Basin étudie les débats qui ont existé entre les tenants d’une approche géopolitique spatialiste et ceux d’une politique raciale, prioritaire chez les idéologues nazis. L’installation du nouveau régime a dans ce cas aussi provoqué une radicalisation totalitaire, dans laquelle les valeurs völkisch, biologique et culturelle, prennent le pas sur les prescriptions rationalisantes élaborées par K. Haushofer et ses épigones.

6Clemens Driessen et Jamie Lorimer ouvrent un dossier singulier, celui de la tentative de reconstitution d’une vie animale sauvage. L’auroch ancestral en a été l’emblème et Herman Göring, führer des chasses du Troisième Reich, l’inspirateur. Les territoires conquis à l’est, et notamment la forêt de Bialowieza, devaient accueillir les expériences initiées par les frères Heck dans les laboratoires du zoo de Berlin. Des photos étonnantes de tableaux de chasse avec H. Göring montrent que le Lebensraum animal n’est pas épargné par une Raubswirtschaft de loisir pour les dignitaires du régime.

7Succèdent à ces quatre chapitres de tonalité historique quatre chapitres qui portent sur les politiques de planification territoriale menées dans le Reich lui-même et dans son extension orientale. Stuart Helden sous le titre « National Socialism and the Politics of Calculation » présente la priorité, l’obsession, comptable du régime qui veut maîtriser le nombre des hommes, les flux matériels, la production agricole et industrielle en vue de maximiser sa puissance dans la Gleichhaltung. Notion que l’on peut traduire par prise de contrôle ou mise au pas avec, en arrière-plan, un processus d’unification sociale, politique, de centralisation territoriale et « d’épuration ethnique » par les lois de Nuremberg. Les analyses de M. Heidegger sur la technique et la gestion des masses conceptualisent les méthodes purement comptables des statisticiens et ingénieurs dont Albert Speer, le responsable de l’économie de guerre, a été la figure de proue.

8Après cette contribution généraliste, Mechtild Rössler, qui dès 1988 avait publié dans L’Espace géographique les premiers résultats de son travail de thèse sur « Géographie et national-socialisme » propose ici un bilan sous le titre « Applied Geography and Area Research in Nazi Society : Central Place Theory and Planning, 1933-1945 ». M. Rössler revient sur les institutions que le régime met en place dès 1934 et souligne que, sous l’apparent volontarisme de rationalité, se jouent des rivalités dans l’expertise, les compétences et les finalités. Le personnel chargé des études est composite dans ses origines disciplinaires : le leader, Konrad Meyer, est agronome, Andréas Walther socio-cartographe, mais on y trouve des démographes, des urbanistes, des médecins, etc.

9Mais le cas de Walter Christaller est évidemment « central ». M. Rössler retrace sa carrière et fait observer que, si sa thèse en 1933 n’a pas eu un fort écho dans la géographie académique, elle a vite suscité un réel intérêt dans les milieux de l’aménagement, qui sont soutenus et sollicités par le nouveau régime dès sa mise en place en 1934. La chronologie est ici importante. Il faut distinguer la période antérieure à la guerre durant laquelle il s’agit de réaménager ce qui était dénommé l’Altreich, c’est à dire le territoire existant que le régime divise en 22 régions à réorganiser. Et d’autre part le temps de l’expansion militaire à l’est, qui offre un terrain d’expérimentation sur lequel W. Christaller est mobilisé, sous l’autorité de Himmler, aux côtés de militaires, d’urbanistes-architectes, d’ingénieurs. Si ces experts ne sont pas des nazis fanatiques, ils trouvent dans ce moment et cet espace une opportunité pour affiner leurs recherches théoriques dont l’application tournera court du fait du renversement de la réalité guerrière. Konrad Meyer est jugé à Nuremberg sous l’accusation n°8 Volskstumprocess, sa défense met en avant son rôle essentiellement scientifique, il sera libéré dès 1948 et contribuera à Hanovre à la reconstruction de l’Allemagne. Ses collaborateurs, dont W. Christaller, ne seront plus inquiétés. Dans la bibliographie de son article, M. Rössler dresse une liste précise de 22 publications techniques ou académiques de W. Christaller de 1922 à 1948.

10Trevor J. Barnes revient sur le cas de W. Christaller en l’associant à celui d’August Lösch : « A Morality Tale of Two Theorists in Hitler’s Germany : W.Christaller et A. Lösch ». Le choix de la comparaison ne porte pas sur les similitudes et différences de leurs théories respectives des lieux centraux, mais sur leur positionnement vis-à-vis de l’appareil d’État du régime. L’article complète le précédent quant à la carrière de W. Christaller et il est précieux concernant celle de Lösch. Ce dernier fait partie du cercle des économistes proches de Joseph Schumpeter, surnommé le Meister à l’université de Bonn. A. Lösch fait avant-guerre des séjours aux États-Unis où il influence des pionniers de l’économie spatiale, notamment E. Ullman. Il rentre néanmoins en Allemagne et prend un poste à l’université de Kiel. Ses convictions politiques et ses exigences scientifiques l’éloignent malgré tout des milieux opportunistes qui répondent à la demande nazie. L’auteur qualifie Lösch de « résistant » et Christaller de « collaborateur ».

11Joshua Hagen présente une figure singulière de l’aménagement : Gottfried Feder, nazi précoce, qui a été aussi le promoteur des villes nouvelles dans ce contexte politique. Il préconise cette forme d’urbanisation pour réduire le poids des metropolis où, selon lui, le peuple allemand dégénère dans la promiscuité ethnique et politique et dans des conditions sanitaires qui dégradent sa vitalité. Son idéal urbain est la ville petite, de 10 à 15 000 hab., dont il propose un semis de 1000 unités réalisé sur le territoire national en une cinquantaine d’années. L’article est illustré par les schémas originaux de l’équipe de Feder (cartes, plans, tableaux, organigramme). Ce programme élaboré pour l’Altreich, avec une proposition pour réorganiser le grand Berlin, apparaît comme un projet pour l’espace vital. G. Feder décède en septembre 1941, moment où en Ukraine la Wehrmacht est ralentie dans son offensive et où d’autres priorités s’affirment : les villes anciennes sont un enjeu, les villes nouvelles attendront.

12La seconde partie du volume propose une lecture géographique de l’Holocauste. Les modalités de cette approche ne sont pas faites selon un relevé exhaustif des lieux de rafles, de lignes de transferts et des centres d’extermination. Les différents auteurs choisissent une analyse conceptuelle et culturelle, inspirée des travaux de G. Agamben ou encore du film Shoah de C. Lanzmann. Les faits sont abordés principalement à travers le prisme de la mémoire.

13Ainsi, l’antinomie de la citta vs selva, issue des réflexions de G. Agamben dans Homo sacer (1995), est reprise par Giaccaria et Minca pour lire la relation entre la civilisation urbaine et la barbarie sylvestre dans le processus d’extermination. Ce détour philosophique est, à notre sens, inégalement convaincant. Des îlots forestiers de l’Europe orientale ont, certes, été investis par l’archipel exterminateur, mais ils ont aussi protégé les partisans qui harcelaient les arrières de la Wehrmacht. La compréhension de ces années de cauchemars géographiques ne sort pas vraiment renforcée par ce jeu métaphorique.

14Tim Cole développe une réflexion sur les « Geographies of Guettoization » à la fois comme processus de déplacements contraints et comme lieux de peuplement transitoire. L’analyse prend appui sur la somme que constitue la thèse de Raul Hilberg sur « La destruction des Juifs d’Europe » (1985) et propose une interprétation qui souligne que la clôture matérielle et le contrôle policier n’ont pas totalement isolé ces quartiers. Ils sont restés jusqu’à leur évacuation des composantes centrales et dominées de la vie urbaine.

15Michael Fleming s’interroge sur les modalités de la connaissance au Royaume-Uni de la politique d’extermination menée en Pologne pendant la guerre. Trois institutions et canaux sont étudiés : le Foreign Office, le Gouvernement polonais en exil et les informations transmises par la résistance intérieure polonaise.

16Andrew Charlesworth, qui a mené des recherches sur la mémoire in situ de l’Holocauste, propose un texte personnel, de méditation sur son retour à Birkenau. Richard Carter-White aborde la question de la mémoire à partir de Shoah le film de C. Lanzmann. Le film, conçu sur le questionnement de témoins sur les lieux même des événements, fait jouer le rapport singulier entre la distance dans le temps, plusieurs décennies, et la proximité dans l’espace. Simone Gigliotti envisage l’expérience de l’Holocauste sous l’angle de la mobilité, qui est la condition du déporté, de lieux concentrationnaires à d’autres, et des évacuations dramatiques pour les ultimes survivants. On a là un exemple du spatial turn appliqué à l’expérience dramatique du 20ème siècle.

17Enfin Katherine Fleming, dans cette partie largement consacrée à la dimension mémorielle, ramène le lecteur français à Drancy. Derrière le toponyme communal se tient la Cité de la Muette, qui fut le principal camp de regroupement de la population juive en France de 1941 à 1944, avant sa déportation vers Auschwitz. K. Fleming inscrit son étude dans la suite des Lieux de mémoire, coordonnée par Pierre Nora, qui, évidemment, n’avait pas retenu ce site. Pour l’auteur, ce site banal qui a fait l’objet d’un réemploi résidentiel après la guerre est aussi porteur d’une mémoire, d’abord portée par les seuls rescapés avant d’être « nationalisée » et située sur une trajectoire Marais-Vél d’Hiv-Drancy et Auschwitz qui traverse maintenant la mémoire de France et l’espace européen.

18L’ouvrage présente des illustrations, cartes et schémas, tirés des archives allemandes. Cette dimension graphique du discours nazi, qui, avant (Lucien Febvre ironisait, dès 1929, sur cette véhémence du trait géopolitique en noir et blanc) et pendant la guerre, fut l’un des vecteurs essentiels de la propagande territoriale dans la presse, des expositions et des films. Par le dessin s’affichaient l’expansion du Troisième Reich, la soi-disant rationalité des aménagements de l’espace, de l’échelle locale à l’échelle continentale. On regrette cependant qu’un seul article, celui sur G. Feder, s’appuie sur ces sources.

19La terminologie du discours aménagiste du Troisième Reich qui forme un champ sémantique révélateur (Lebensraum, Raumordnung et –ortung, Volksgemeinschaft, Ostforschung, Volks- et Kulturboden, etc.) est quant à elle simplement esquissée. Le linguiste Victor Klemperer, dans son analyse de la LTI (acronyme crypté de son dossier ouvert pour Lingua Tertii Imperii), l’avait initiée à propos de la « radieuse Weltanschauung (sic) ».

20Par ailleurs, dans un ouvrage d’histoire des conceptions et des pratiques géographiques de cet âge sombre, il est curieux qu’une impasse soit faite sur les réactions des géographes contemporains, témoins des constructions théoriques nazies. On se permettra ici une piqûre de rappel. Dans les Annales de Géographie dès 1932, A. Demangeon, vigilant à ces « nouveautés » d’outre-Rhin, mettait en garde contre ce tournant de la géographie allemande et y reviendra à plusieurs reprises. Son collègue Jacques Ancel, dans cette revue en 1933, fait preuve du même esprit critique.

21Sur cette question historiographique le lecteur intéressé pourra compléter son information par la lecture de la riche mise au point de Nicolas Ginsburger (2011). On s’étonnera que Giaccaria et Minca et leurs collaborateurs ne mentionnent pas les travaux très récents des historiens français sur le nazisme, notamment ceux de Christian Ingrao et Johann Chapoutot, alors qu’ils abordent la portée spatiale de l’idéologie. Enfin, les livres de Timothy Snyder (2010, 2015), en passe de devenir des classiques en américain (et en français, l’auteur y exploite des sources, notamment soviétiques, qui avaient été inaccessibles à R. Hilberg) semblent ignorés. Nous signalons ces références pour compléter cet ouvrage-dossier qui rassemble des travaux variés, à poursuivre.

Haut de page

Bibliographie

Agamben G. (1997) [1995], Homo sacer. 1. Le pouvoir souverain et la vie nue, Paris, Seuil.

Ancel J., 1933, "La ville libre de Danzig [Géographie politique régionale]", Annales de Géographie, Vol.42, No.237, 286-302.

Demangeon A., 1932, "Géographie politique", Annales de Géographie, Vol.41, No.229, 22-31.

Ginsburger N., 2011, "La géographie allemande revisitée/Quarante ans de regard critique (1969-2010)", L’Espace géographique, Vol.40, No.3, 193-214.

Hilberg R., 1985, The Destruction of the European Jews, 3 vol., New York, Holmes and Meier.

Snyder T., 2012, Terres de sang. L’Europe entre Hitler et Staline, traduit de l’anglais par Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, Gallimard.

Snyder T., 2016, Terre noire : L'Holocauste, et pourquoi il peut se répéter, traduit de l’anglais par Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, Gallimard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Tissier, « Giaccaria P., Minca C. (dir.), 2016, Hitler’s geographies – The spatialities of the Third Reich, Chicago, The University of Chicago Press, 378 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 20 octobre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/28752

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page