Navigation – Plan du site
2017
838

Les vertus identitaire, relationnelle et heuristique de la territorialité – D’une conception culturelle à une conceptualisation tripartite

The identity, relational and heuristic virtues of territoriality – From a cultural conception to a tripartite conceptualization
Mario Bédard

Résumés

La géographie s’est dotée du concept de territorialité pour appréhender les tenants et aboutissants de nos relations au territoire. Or, ce concept est si populaire, notamment au su de leurs rapides transformations et de leurs conséquences, qu’il demeure usuellement peu réfléchi et rarement employé de manière précise ou appropriée, ce qui mine sa vocation identitaire et sa fonction relationnelle. C’est pourquoi, après avoir rappelé et analysé les six définitions-types de ce concept clé qui prévalent en géographie humaine, les vertus et limites des affinements récents de Klauser et Murphy en interrogeant tout spécialement les types d’identité et d’imaginaire à l’œuvre, puis les rôles référentiels prêtés au territoire et à l’échelle, cet article propose une conception culturelle et une conceptualisation tripartite de ce concept pour démontrer tout son potentiel heuristique et, par ricochet, pour mieux comprendre et composer avec notre condition territoriale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction – Mise en cause de notre condition territoriale

1Que ce soit dans leurs dimensions culturelles, économiques, environnementales, politiques ou sociales, nos rapports au territoire sont plus que jamais interpellés dans leurs fondements avec l’accroissement de nos mobilités (idées, biens et services, individus), l’exploitation accélérée des ressources naturelles puis l’urbanisation effrénée de nos milieux et modes de vie. La nature de ces rapports et leur importance sont en effet de plus en plus sollicitées alors que ces diverses transformations (et bien d’autres encore qui leur sont contigües) nous amènent à (re)prendre conscience que nos relations au territoire sont toutes aussi existentielles qu’essentielles. Compte tenu des défis qu’elles posent en termes d’aménagement, d’environnement ou de référentiel, ces mobilités, urbanisation et exploitation ont notamment pour conséquence de relancer sans cesse les processus d’appropriation et d’identification territoriales auxquels chaque individu, communauté ou société sont soumis car nous sommes tous inexorablement territoriaux (Dardel, 1990; Hartshorne, 1939; Massey, 2005). Cela posé, la géographie a développé le concept de territorialité afin d’appréhender les tenants et les aboutissants de nos relations au territoire et de ces processus, et dès lors, pour composer avec d’éventuelles mutations comme celles présentées ci-dessus. Or, ce concept s’avère problématique car il fait l’objet d’interprétations et d’usages peu uniformes et cohérents, voire très explicites quant à ce qui est évoqué lorsqu’on recourt à ce terme, soit une difficulté des plus préjudiciables à sa vocation identitaire, à sa fonction relationnelle et à son potentiel heuristique, et par conséquent au plus vaste objectif d’une meilleure compréhension de notre condition territoriale. Mais avant de poursuivre sur cette difficulté et ses éventuelles solutions, précisons un peu plus ce qu’on entend par territorialité.

Une définition globale de la territorialité

2L’identité d’un individu n’est possible que parce que ce dernier existe. Et comme cet individu se situe toujours quelque part, il est de facto en relation avec un territoire qu’il habite et qui l’habite en retour (Berdoulay & Entrikin, 1993). Un territoire qu’on discerne, pense et aménage en fonction de la signification qu’on lui prête et des usages qu’on en fait. C’est dire que l’identité de toute personne, communauté ou collectivité comporte une forte condition territoriale. Or, cette condition territoriale demeure peu ou pas connue et pratiquée, faute notamment de moyens pour la saisir dans son immatérialité, puis pour la gérer dans sa complexité identitaire et dans sa dynamique scalo-référentielle. Cette condition territoriale est pourtant un phénomène que la géographie explore depuis une quarantaine d’années au moyen du concept de territorialité qu’elle a emprunté à la biologie – plus précisément à l’éthologie (Howard, 1920; Hediger, 1951; Lorenz, 1952, 1966) et à la psychologie comportementale (Callan, 1970; Alland, 1972; Ittelson et al 1974; Greenbie, 1975), qui elles-mêmes l’avaient empruntée à diverses réflexions universalistes du XVIIIe siècle qui jetaient ainsi des bases des sciences sociales du XIXe siècle - et qu’elle a largement réinvesti. Un concept qui connaît une forte popularité depuis que la géographie, faisant sienne divers courants de pensée postmodernes dont le poststructuralisme et le cultural turn à partir des années 1990, s’intéresse tout particulièrement à la question identitaire. Qu’il s’agisse d’altérité et de différence, et donc de l’Autre, sinon du Même et de ce qui est foncier et pérenne à toute identité, ce concept est en effet de plus en plus utilisé qu’il est pour illustrer l’importance du sens qu’on confère au territoire et du sentiment d’appartenance qu’il nourrit à sa suite.

3Étymologiquement, les origines de la territorialité remontent au mot territoire qui a une double origine latine. Il y a d’une part territorium, dérivédu latin terra, « la terre », qui évoque le fait de vivre sur ou de la terre, donc d’être territorial. Il y a, d’autre part, jus terrendi, c'est-à-dire littéralement le droit de posséder une terre, un territoire puis de le protéger par la menace (terrere), selon le recueil de jurisprudence civile Digeste de Justinien (533) qui constitue l’un des fondements du droit moderne (Kourtessi-Philippakis, 2011). Le suffixe ité indique lui sémantiquement une qualité ou propriété. Lorsqu’accolé au qualificatif territorial, le substantif territorialité qui en résulte désigne globalement pour la géographie une fonction ou un attribut de notre condition territoriale qui qualifie la nature intime de nos relations au territoire. Plus précisément, ce concept évoque nominalement notre manière particulière d’être en relation avec un territoire. Interpellant la somme des traits comme la charge de sens par lesquels nous en faisons notre habitat, la territorialité permet donc de connoter notre façon d’habiter un territoire.

Insuffisances et errements des entendements et usages du concept de territorialité

4Il reste que ce concept est si populaire en géographie qu’il demeure usuellement peu réfléchi et rarement employé de manière précise ou appropriée. Si on y réfère pour évoquer notre manière particulière d’être en relation avec un territoire, il demeure que les entendements et usages qui en sont faits sont fort variables et problématiques. Il en est ainsi (i) soit parce que réduit à sa plus simple expression en vertu d’ignorance ou de méconnaissance qui font en sorte qu’il est pris pour acquis, et donc non défini (tel un concept-valise), ou qu’il est réifié comme ultime clé d’interprétation (telle une pierre philosophale), (ii) soit par confusion des genres (en appelant à une définition d’un type A pour une analyse d’un type B). C’est d’ailleurs pourquoi subsiste, à notre avis, un vaste flou conceptuel et opérationnel. Ce double flou pose particulièrement problème alors que les termes identité et authenticité sont dorénavant de tous les discours, sinon de toutes les démarches et qu’on y réfère quasi-systématiquement au territoire, si ce n’est aux phénomènes de déterritorialisation et reterritorialisation qui les suscitent. Peu ou mal comprises, sinon insuffisamment explorées ou assumées, la vocation identitaire et la fonction relationnelle du territoire sur lesquelles s’édifient notre territorialité sont en effet l’objet d’interprétations et d’utilisations si étriquées, galvaudées ou intéressées que ce concept éclaire peu, si ce n’est pas assez notre condition territoriale, et s’avère par conséquent peu utile, renchérissant même parfois à l’actuelle déshérence. Or, ces surenchère, maladresse ou calcul nous privent d’un outil précieux compte tenu de son potentiel heuristique, pour mieux comprendre nous sommes, pourquoi nous y sommes et comment nous y sommes.

Apports et limites des récentes tentatives d’affinement…

5Ces mêmes méconnaissance, ignorance ou confusion des genres ont depuis peu suscité quelques réflexions permettant d’étoffer les acceptions et emplois du concept de territorialité, dont tout spécialement celles de Klauser (2008, 2012) et de Murphy (2012). Or, pour heureuses et profitables qu’elles soient, ces propositions demeurent trop timides. Mais voyons plus par le menu ce qu’elles s’évertuent à accomplir.

6Alors qu’on interroge de plus en plus nos relations au territoire et, plus précisément, le phénomène de la territorialité, ces deux géographes tentent en effet de raffiner les moyens de la géographie qui, s’intéressant depuis Soja (1971), Malmberg (1980) et Sack (1983) à la territorialité, le font selon eux en vertu d’une conception stratégique qui leur apparaît insuffisante, voire trompeuse. Trop cartésienne, politique et spatiale, notamment au su des défis d’aujourd’hui en termes de culture, d’environnement et de société, Klauser et Murphy souhaitent, à la suite de Amin (2004), Painter (2010) et Storey (2001), une conception alternative de la territorialité, plus proche de notre condition territoriale. “Territoriality […] is better understood as implicating and being implicated in ways of thinking, acting and being in the world” (Delaney, 2005, p. 12).

  • 1 Nous préciserons davantage à la prochaine section les diverses définitions-types de ce concept qui (...)

7Pour ce faire, tous deux mobilisent la territorialité développée par Raffestin (1977, 1983, 1984, 1986), soit une territorialité fort utile car plus processuelle, sociale et territoriale (Murphy 2012). De façon plus détaillée1, Klauser et Murphy soutiennent que :

  • si Malmberg (1980) considère les relations entre une société et son territoire de façon globale, sans véritablement s’attarder à leur dimension conflictuelle ou considérer de concert le territorial et le social (comportement),

  • si Soja (1971) les aborde pour dégager en quoi ces relations permettent l’avènement de territoires distincts et à tout le moins partiellement exclusifs lorsque dûment appropriés (appropriation),

  • et si Sack (1983) traite ces relations comme autant de moyens d’affirmation ou de contrôle vis-à-vis d’un territoire où une collectivité est souveraine (identification),

c’est que pour eux la territorialité est un processus géographique qui « produit des relations » et grâce auquel on peut analyser le comportement humain (Malmberg) ou les divisions territoriales (Soja, Sack). Raffestin diffère en arguant que la territorialité est un système qui « est produit par des relations », tant et si bien qu’étudier la territorialité implique d’abord pour lui l’analyse du contexte des actions sociales (Murphy 2012). Autrement dit, alors que les trois premiers traitent la territorialité comme le résultat de médiations, par exemple un comportement ou une stratégie spécifique vis-à-vis un territoire, Raffestin l’étudie à partir des processus de médiation à l’œuvre car, organisationnelle, elle est causale (Klauser, 2008, 2012). Cette conception est donc plus intéressée par les modalités et les finalités de nos médiations au territoire que par les résultats de nos relations au territoire (Raffestin, 1984).

8Cette ouverture à la territorialité de Raffestin permet un distinguo d’importance qui amène Klauser et Murphy à avancer que deux conceptions bien distinctes de ce concept existent, ce qui expliquerait le flou conceptuel et opérationnel plus tôt mentionné. Nous serions, en effet, en présence de deux registres de sens œuvrant sur des cours parallèles ou divergents qu’ils attribuent principalement à des différences culturelles, le monde anglophone (ramené ici aux conceptions de Soja, Sack et Malmberg, ce dernier étant … suédois) ne concevant pas ce phénomène de la même manière que le monde francophone (ici résumé au seul Raffestin). C’est ce postulat qui les incite à approfondir la nature et l’ampleur des différences et des complémentarités entre ces deux approches et, chemin faisant, à tenter d’enrichir notre compréhension de la territorialité.

9Il reste que les contributions de Klauser et Murphy, pour fécondes qu’elles soient, demeurent limitées dans leurs ambitions et insuffisantes dans leurs moyens. Il en est ainsi parce que, primo, leurs éclaircissements et élargissements reposent sur une simple confrontation théorique, c'est-à-dire sur les conceptions de la territorialité faites par certains auteurs-phares, sans jamais aller voir « sur le terrain » - c'est-à-dire auprès des textes qui y réfèrent et les emploient - dans quelle mesure ces deux registres de sens prévalent, coexistent ou se repoussent. Secundo, l’idée d’une différenciation culturelle pour expliquer ces deux approches demeure trop peu investiguée, ce faute d’arguments propres à établir les traits culturels respectifs à ces deux registres. Tertio, ce distinguo ne considère pas tous les géographes-clés qui se sont particulièrement intéressés à ce concept, et donc pas toutes les définitions-types premières qui peuvent le moduler, ce tant du côté francophone qu’anglophone, ce qui atténue la portée de la double conception avancée. À cet effet, la lecture comparative de l’approche stratégique et de ses dimensions politique, matérielle puis spatiale, et de l’approche relationnelle, tour à tour sociale, processuelle et territoriale qu’ils effectuent, demeure, finalement, trop dualiste. Un peu comme si Klauser et Murphy n’arrivaient pas à résoudre le problème suivant soulevé par Tizon :

Sous le même mot de territorialité, la vision des géographes contemporains oscille donc entre celle d’une géographie de la territorialité très large, englobant tout l’être et tous ses univers […] et celle d’une correspondance entre le territoire administratif (celui des juristes), les populations qui l’occupent et les pouvoirs qui l’organisent (1996, p. 27).

10Certes, ils parlent de leur complémentarité, mais ils intercèdent plus en sa faveur qu’ils ne la démontrent ou ne l’opérationnalisent. Or, cette inhabileté n’est-elle pas imputable au fait qu’une conception culturelle est toujours à faire au moyen d’une conceptualisation où la territorialité se révélerait non pas politique ou sociale, voire politique et sociale, mais bien politique, sociale et culturelle ? Quarto, n’en est-il pas ainsi parce que, globalement, Klauser et Murphy n’explorent pas vraiment, ou suffisamment, la vocation identitaire de la territorialité, et, dès lors, n’abordent pas maints aspects fondamentaux de sa fonction relationnelle originelle et première, tant et si bien que son potentiel heuristique reste insuffisamment décortiqué et mis en valeur ? N’est-ce pas d’ailleurs pourquoi on emploie indifféremment ce concept dans l’une ou l’autre de ces conceptions pour traiter d’identité politique, sociale ou culturelle, d’identité individuelle, communautaire ou collective, sinon d’identité unitaire, spécifique ou singulière, ce alors que des différences essentielles subsistent pourtant entre elles ? Soit autant de nuances importantes à faire, postulons-nous, car il s’agit là d’entendements et d’usages forts distincts de notre territorialité sans lesquelles on ne peut que miner l’apport de ce concept et, dès lors, moins bien comprendre et composer avec notre condition territoriale.

Objectifs

  • 2 Pour mieux saisir les principaux entendements et usages du concept de territorialité en géographie, (...)

11Si le flou conceptuel et opérationnel auparavant noté quant à la territorialité se révèle moindre suite aux réflexions de Klauser et Murphy, diverses difficultés demeurent, tout comme maintes inconnues. C’est pourquoi, tirant profit de certaines de leurs propositions, nous entendons poursuivre cette première entreprise d’approfondissement pour en arriver, si possible, à des entendements plus justes et à des usages plus avisés de ce concept. Pour ce faire, nous avons cherché dans le cadre d’un article précédant celui-ci (Bédard, 2018), (a) à systématiser et à étayer au moyen d’une vaste recension2 les lectures-types qui qui semblent le plus marquer le cours et l’évolution des entendements et usages faits en géographie de la territorialité, chacune s’appuyant sur une conceptualisation présumée « originale » de nos rapports au territoire qui aurait à chaque fois ouvert de nouveaux horizons interprétatifs en vertu de sa lecture « autre », puis (b) à éprouver à partir des textes l’explication culturalo-centrée avancée par Klauser et Murphy qui dicterait ses diverses conceptions. Le présent texte essaiera lui de bonifier la double conception stratégique et organisationnelle de ces deux géographes en (i) la revisitant dans certains de ses éléments ou postulats au su de toutes les définitions-types qui, selon ce même corpus, sont faites de la territorialité en géographie, puis (ii) en lui adjoignant une conception culturelle, davantage habilitée que serait une plus franche conceptualisation tripartite culturelle, politique et sociale à saisir notre territorialité. Plus précisément, le flou conceptuel et opératoire qui persiste toujours ne découle-t-il pas notamment du fait que séviraient en géographie non pas 4 mais 6 définitions-types de la territorialité que reprennent, de manière plus ou moins avouée et explicite, les géographes qui s’y intéressent (Bédard, 2018) ? Le problème n’est-il pas encore que ces six matrices définitionnelles sont déclinées individuellement ou conjuguées selon diverses combinaisons à géométrie variable alors qu’elles évoluent sur des voies parallèles et peinent à se reconnaître, ou parce que leurs rapprochements s’effectuent plus en termes de co-construction que de co-constitution (cf. Klauser et Murphy) ? Ces définition-types ne seraient-elles pas davantage structurantes si, considérées ensemble, elles interpellaient un plus vaste horizon d’acceptions que celui convié par les actuels registres stratégique, organisationnel, politico-social ou socioculturel ?

12C’est pour y répondre que, dans un premier temps, nous dégagerons les six définitions-types de la territorialité qui prévalent au sein de la géographie selon notre corpus, puis les commenterons à partir de certaines composantes associées à sa vocation identitaire et à sa fonction relationnelle, ce pour plus aisément dégager les vertus et limites du rôle qu’elles prêtent respectivement à ce concept. Interrogeant tout spécialement le rôle référentiel que l’on prête au territoire et à l’échelle. Ce n’est qu’une fois cette étape réalisée que nous pourrons esquisser, notamment à partir des traits et fonctions qui auront ainsi été dégagés ou qui demeureront obnubilés, écartés ou travestis, sa conception culturelle et sa conceptualisation tripartite et, de là, différencier les types d’identité et d’imaginaire sur lesquels ces trois modes d’appropriation et d’identification territoriaux fondamentaux s’appuient et plus clairement démontrer le potentiel heuristique de ce concept. Mais avant d’enchaîner avec la typologie de ses six définitions-types, quelques précisions supplémentaires s’imposent.

Précisions contextuelles et méthodologiques

13Le territoire et nos rapports fonciers à celui-ci comme le sens que nous leur conférons ont été largement débattus ailleurs qu’en géographie. Mentionnons tout particulièrement à cet égard les travaux de :

  1. Lefebvre (2000) qui, soutenant le primat du spatial sur le temporel, médite sur les causes, les modalités et les conséquences de la production de l’espace (Paquot 2009), et conçoit l’espace qu’on occupe, s’approprie à partir d’une théorisation qui distingue le perçu (pratique spatiale), le conçu (représentations de l’espace) et le vécu (espaces de représentation), puis qui articule son hypercomplexité;

  2. de Foucault (1966, 1969, 1975, 1984) qui, explorant notre condition relationnelle suite au passage de la prévalence de la localisation à l’étendue puis à l’emplacement, et donc du site à la situation comme de la souveraineté à la gouvernementalité avec l’affirmation des bio-pouvoirs, propose une ontologie spatiale (Philo 2000) qui repose sur le concept d’hétérotopie (1984), soit ces lieux de l’à-côté où cohabitent des espaces irréels dans des espaces réels, pour interroger nos manières d’être dans l’espace ou de nous le représenter dans sa pluri-dimensionnalité ;

  3. puis de Derrida et Guattari (1980, 1991) qui, à partir d’une géophilosophie investiguant le renouveau de nos relations au territoire grâce aux processus de déterritorialisation et reterritorialisation, puis des concepts de rhizome, espace-strié (site, structure) et espace-lisse (situation, affects), questionnent les pratiques d’appropriation, de construction et de transformation collective des milieux de vie pour mieux saisir en quoi le territoire est constitutif d’un « avoir plus profond que l’être » et, de là, de notre condition d’être car différentiateur.

14Signalons encore les quelques cas suivants :

  • de la topophilie de Bachelard (1989) qui cherche à comprendre les rapports fondamentaux de l’être humain au monde en abordant par la rêverie poétique, et donc d’une ontologie directe, ses territoires intimes où tout prend sa source et son sens ;

  • de l’être-au-monde d’Heidegger (1962, 1980) par lequel approfondir le rapport au lieu comme foyer – chaque lieu étant unique car toujours approprié et signifié - et à la terre comme condition de l’habiter, et dès lors du penser;

  • de la chôra de Platon (2008) pour qui l’espace est le domaine de la nécessité, réceptacle de tout devenir (Casey, 2001) et du topoï d’Aristote (2004) pour qui le lieu nous est essentiel car on ne peut être sans lui (Sambursky, 1977) ;

  • de la dromologie de Virilio (1976) où, avec l’augmentation des mobilités et des vitesses qui nient les distances, l’espace urbain est en pleine mutation et désormais impossible à délimiter, voire à définir, tant et si bien qu’il appelle à un espace critique;

  • de la proxémie d’Hall (1978) grâce à laquelle affiner la compréhension des processus culturels complexes centraux à la construction de l’identité, tout espace matériel étant un produit culturel spécifique ;

  • de la topologie de Latour (1991) et de sa théorie acteur-réseau pour illustrer comment l’espace est signifié par les relations entre des parties de plus en plus discontinues qui œuvrent dorénavant au sein de réseaux ;

  • puis de Castells (1998; 2000) et Giddens (1991, 1999) qui examinent également l’incidence de ces réseaux et la délocalisation des relations sociales qui s’ensuit, puis leur impact sur le vivre-ensemble spatial.

15Soit autant de réflexions, qui, avec celles encore d’Appaduraï (1996), Arendt (1958), Beck (1997), Corboz (1983), Nancy (1993), Sen (2003), Simmel (1988), Williams (1972) et nombre d’autres, sondent les espaces qualitatifs du dedans (endogènes) ou du dehors (exogènes) pour comprendre comment ou pourquoi nos multiples formes d’appropriation et de particularisation de l’espace (Alphandéry et Berques, 2004) participent et témoignent de notre habiter, si ce n’est de l’habitabilité de nos milieux de vie.

  • 3 Fusse-t-elle considérée de manière plus ou moins précise ou implicite alors qu’il est surtout quest (...)

16Il reste que, aussi stimulantes soient ces réflexions tenues par des anthropologues, philosophes, sociologues, urbanistes et autres, notre article n’a pas pour ambition de considérer l’ensemble pan-scientifique des conceptions et interprétations qui peuvent être faites du territoire, de nos relations à celui-ci ou de notre condition territoriale. D’autres s’y sont déjà fort bien employés (cf. Casey, 1997; Crang et Kitchin, 2000; Dear and Flusty, 2002; Hubbard, Kitchin and Valentine, 2010; Paquot et Younès, 2009), encore que sans recenser tous les champs possibles (les arts et la psychologie sont notamment peu ou pas considérés), et en vertu d’une approche globale, c'est-à-dire sans s’intéresser, par exemple, à un type de rapport en particulier (identitaire), voire à un concept spécifique évoquant la territorialité. Il en est ainsi car leurs désirs étaient d’une autre nature, plus encyclopédiques, réunissant les principaux auteurs scrutant la charge de sens prêtée au territoire par l’être humain3 et qui, par leur rassemblement, illustreraient la pluralité et l’étendue de ses conceptions. Or, rappelons-le, notre article a pour objectif de réfléchir sur les tenants relationnels et les aboutissants identitaires des conceptions faites en géographie de ces mêmes rapports à partir du concept de territorialité, un concept qui, postulons-nous, y réfère et les explore mieux que tout autre. Motivé par la multitude de ses entendements et usages en géographie et les divers errements qui s’en suivent, ce choix d’approfondir le lien fait en géographie entre territorialité, vocation identitaire et fonction relationnelle n’invalide en rien l’attrait de ces autres champs et réflexions, et notre propos se bonifierait sans nul doute en y ayant davantage recours. C’est plutôt que notre article est en soi fort ambitieux et que la démonstration qu’il implique nous apparaît déjà suffisamment touffue et exigeante. Qui plus est, les limites imparties à l’exercice de l’article imposent une longueur qui nous a incité à nous concentrer sur notre seul objet principal. Évidemment, l’analyse des conceptualisations effectuées par les géographes de la territorialité nous obligera à faire appel à des scientifiques autres pour bien distinguer ces mêmes entendements et usages. Lorsque nous le ferons, ce sera toutefois seulement à titre d’appuis circonstanciels pour étayer notre argumentation, et non d’avenues thématiques à étudier à proprement dit.

17De la même façon, les phénomènes, notions et concepts d’espace, de territoire et de lieu, pour ne nommer que ceux-là, compte tenu de leur profondeur de champ respective afférente aux conceptions et pratiques là aussi multiples qui en sont faites (Cresswell, 2004; Delaney, 2005; Entrikin, 1991; Massey, 2005; Tuan, 1977), exigeraient eux aussi une réflexion d’une autre nature ou ampleur que celle ici poursuivie. Si nous y recourrons amplement pour caractériser les entendements et usages pouvant être faits de la territorialité en géographie, ils demeureront au final moins affinés que celui-là, pour nécessaires qu’ils soient. Par exemple, ce n’est pas tant du territoire en général, substrat indifférencié ou « chose en soi », ou des divers territoires avec lesquels nous pouvons être en contact à un moment ou à un autre, dont traite cet article, mais bien du territoire qu’un individu, une communauté ou une collectivité peut s’approprier, puis transformer à son image comme « entité pour soi » afin de s’y identifier. C’est que leur rôle, dans le cadre de cet article, est celui de variables retenues pour soutenir notre propos, et non de concepts clés devant structurer, à part égale avec la territorialité, notre analyse. Nous ne chercherons donc pas ici à définir ce qu’est le territoire, l’espace, le lieu, le paysage, leur rôle ou autre. Nous ne chercherons pas non plus à réfléchir sur toutes nos relations au territoire, même si plusieurs d’entre elles seront largement investiguées à partir des perspectives scalaires, intentionnelles ou objectales que permettent ces moyens, notamment pour différencier les registres de sens de la territorialité. Nous chercherons plutôt à établir la capacité du concept de territorialité à dégager, déconstruire et expliquer la complexité et la dynamique de nos relations identitaires au territoire.

  • 4 Évidemment, si nous comprenions l’espagnol, le portugais, le russe, le coréen ou toute autre langue (...)

18Précisons enfin que la territorialité dont il est ici question renvoie surtout à celle vécue et conçue en Occident, ce plus particulièrement dans un contexte urbain, façonnée qu’elle est par un mode de vie de plus en plus urbanisé et urbanisant qui, homogénéisant (Massey, 2007; Mongin, 2005; Soja, 2000), surdéterminerait les pensées et pratiques territoriales de tout un chacun. Ce faisant, ce n’est pas tant la territorialité urbaine occidentale qui est sciemment ciblée que celle qui nous semble prévaloir au sein de la géographie, une géographie au cours épistémologique d’abord et avant tout modelé par ce type de regard4.

19Somme toute, nous croyons que cet article peut nourrir la réflexion géographique sur nos rapports au territoire et notre condition territoriale à partir d’un entendement et d’un usage géographiquement plus réfléchis et assumés du concept de territorialité.

20Ces précisions étant faites, quelles sont les six-définitions-types de la territorialité qui prévalent au sein de la géographie selon l’échantillon de textes ici colligés ?

Les six définitions-types de la territorialité

  • 5 Enfin quasi-chronologique puisque groupées en deux ensembles distincts selon les types d’identité e (...)

21Signalons d’entrée de jeu que ces définitions-types sont présentées dans leur ordre chronologique5 d’apparition, ceci pour faciliter l’évolution de la compréhension de ce phénomène et de sa conceptualisation par les géographes. Soulignons aussi que ce ne sont pas toutes les acceptions de la territorialité esquissées par les six géographes initiateurs des définitions-mères de la territorialité qui seront explorées dans le cadre de cet article, mais bien celles qui sont les plus fréquemment évoquées et pratiquées selon notre corpus. Cela dit, si certaines de leurs interprétations ou utilisations ne seront pas nommément considérées, nous les résumerons sous forme de notes de bas de page à titre de complément d’information dans un souci de relative exhaustivité.

Lowenthal

22La première définition qui a été faite de la territorialité en géographie est attribuable à Lowenthal et se lit comme suit : “the ownership, division and evaluation of space” (1961, p. 253). Si rien de plus n’en est formellement dit, et bien qu’elle soit ainsi apparemment typique à un entendement politique, cette définition interpelle un tout autre registre de sens à la lecture de l’article où elle est introduite, ce en vertu d’une conception plus constitutionnelle que stratégique car d’ascendance culturelle. S’inscrivant dans un contexte où certains géographes, dont Wright (1947) et Dardel (1990), en appelaient d’une géographie moins exclusivement éprise d’analyse spatiale et d’objectivité, mais plus du libre-arbitre et de la subjectivité de l’être humain et qui, à terme, mènera aux courants de pensée humanistes des années 1970 (phénoménologie, idéalisme, existentialisme, etc.), Lowenthal emploie le terme territorialité pour exprimer en quoi nos rapports au territoire et leur signification relèvent fondamentalement du regard que nous portons sur le monde et notre environnement. Un regard, poursuit-il, qui repose sur des mots et structures linguistiques qui, telle une syntaxe cognitive propre à une population, façonnent nos perceptions et notre mode de pensée. Sa conception de la territorialité se veut donc culturelle dans la mesure où toute connaissance - et donc toute relation au territoire - est pour lui autant subjective qu’objective car unique, animée qu’elle est par les sentiments (et donc les valeurs qui les inspirent et signifient, encore qu’elles aussi ne sont pas comme telles mentionnées) que nous éprouvons face à un paysage, un territoire.

Each of us warps the world in his own way and endows landscapes with his particular mirages […] Another reason why private world views are irreductibly unique is that all information is inspired, edited, and distorted by feeling (257) […] all knowledge is necessarily subjective as well as objective (258).

23De fait, tout lieu est selon Lowenthal foncièrement complexe et plusieurs de ses traits demeurent moins accessibles ou compréhensibles que ceux des territoires ou espaces que tous nous partageons. Autrement dit, habiter un lieu suppose une intimité et une connaissance fine propres à une fréquentation quotidienne, si ce n’est à une double appropriation-signification plus prégnante à l’échelle du Je que celle plus éthérée qu’implique les appropriations-significations par projection ou association typiques au partage à l’échelle du Nous des marqueurs de la collectivité ou de la société à laquelle on adhère ou participe. Un peu comme si ces espaces et territoires ne peuvent être, au final, signifiés et signifiants qu’à partir du lieu privé car ultime référentiel différentiateur. Et c’est parce que cette première définition-type favorise une intellection particulière et individuelle du monde, et qu’elle valorise surtout les processus premiers de sens que, étrangère à toute ambition ou prérogative stratégique ou organisationnelle, nous la qualifions de constitutive.

24Il reste que, pour constitutive et culturelle qu’elle soit dans ses aspirations, elle demeure pré-culturelle puisque jamais la culture n’est à proprement nommée ou investiguée. Première tentative du genre, elle énonce plus qu’elle n’approfondit ce rôle et cette dimension de la territorialité. En atteste, par exemple, que le rôle référentiel du territoire n’y est pas comme tel exploré plus avant, idem pour l’échelle individuelle, les types d’identité ou d’imaginaire. C’est sans doute ce déphasage entre sa définition et le rôle qu’il prête à ce concept qui peut expliquer pourquoi cette première définition-type est peu courue et n’est pas devenue une véritable matrice définitionnelle, encore qu’elle influera d’autres définitions-types (cf. Raffestin et Di Méo).

Soja

  • 6 La conception de la territorialité de Soja s’inscrit au sein d’une plus vaste entreprise que cette (...)

25La seconde définition-type de la territorialité qui s’est ensuite dessinée en géographie grâce à Soja a, elle, plus d’impact si on en croit les références assez nombreuses qui y sont faites, alors qu’elle s’inscrit dans le renouveau de la géographie politique orchestré par Harvey (1973), Lacoste (1976), Peet (1977) et Taylor (1978). Sans pour autant adhérer comme plusieurs de ceux-ci au courant marxiste, ce dernier a cherché à comprendre plus finement les corrélations qu’il y a entre un système politique et un espace géographique, et par conséquent à mieux gérer les rapports de force qui dicteraient ce dernier. Définie comme : “a behavioural phenomenon associated with the organization of space into spheres of influence or clearly demarcated territories which are made distinctive and considerer at least partially exclusive by their occupants or definers” (1971, p. 19), la territorialité consiste pour Soja en une composante fondamentale de l’organisation politique6 de l’espace. Œuvrant à une échelle sociétale où le territoire est ultime référentiel et/ou objet de convoitises, la territorialité pourvoit selon lui un lien essentiel entre une société et l’espace qu’elle occupe car elle y régule les interactions humaines, qu’il s’agisse de compétition, conflit ou coopération, et parce qu’elle contribue au développement des identités et du sentiment d’appartenance de ces mêmes populations en ceci qu’elle dégage des discontinuités (geographical exclusiveness), crée des barrières (segregation), puis génère de la cohésion et des orientations internes.

26Si cet entendement politique de la territorialité s’avère conforme à ce que Klauser et Murphy y discernent car d’abord et avant tout régulateur, la conception de Soja apparaît plus processuelle que stratégique, c'est-à-dire plus liée à une volonté initiale d’organisation que consécutive de contrôle. Elle s’intéresse en effet plus aux fondements théoriques de la territorialité comme mode de différentiation qu’aux modalités opératoires d’un exercice de pouvoir. Soulignant que la territorialité devient moins primitive et davantage symbolique au fur et à mesure qu’évoluent les sociétés, Soja investigue également l’hypothèse selon laquelle la territorialité est modulée par des processus et fonctions qui varient socio-historiquement selon les contextes, tant et si bien que les sentiments d’identité spatiale et d’exclusivité sont évolutifs. Somme toute, la territorialité permet de mieux appréhender et signifier la complexité et la portée des relations de l’être humain vis-à-vis du territoire. “Territoriality at the societal scale adds meaning and interpretability to the complex layering of formal and functional regions which thickly coats the earth's surface” (1971, p. 38). Malgré ces traits quelque peu socioculturels, et aussi intéressée soit cette seconde définition-type par l’identité, cette dernière demeure peu explorée, abordée globalement à la seule échelle macro-sociétale comme quelque chose de spécifique à construire et/ou à défendre. Il en va de même pour le territoire, plus considéré comme un objet qu’un sujet malgré ses fonctions identitaires et symboliques, puis pour l’échelle, non précisée au-delà de l’entité géographique qui est objet de souveraineté ou d’affirmation. Autrement dit, si nous reprenons l’exemple employé ci-dessus pour la territorialité selon Lowenthal, Soja propose une définition plus spatiale que territoriale en ceci que le territoire y est plus entendu comme réceptacle et faire-valoir d’un Nous socio-politique avéré ou désiré. C’est pourquoi les rapports d’appropriation et de signification audit territoire y sont davantage afférents au processus et à la phase de transformation qui atteste de la première, soit la mise en place d’un habitat conforme à l’habiter souhaité, et qui contribue à la seconde, soit la différenciation par affirmation de milieux et modes de vie partagés singuliers.

Malmberg

27La définition-type que fait Malmberg de la territorialité est d’une nature moins politique ou sociale que Soja, plutôt constitutive comme celle de Lowenthal, encore qu’elle soit plus existentielle qu’essentielle. Si la territorialité exprime et permet de réaliser, selon ce géographe suédois, un vaste registre de relations qu’un individu ou un groupe entretient vis-à-vis un territoire, qu’il s’agisse, comme pour Soja, d’appropriation ou d’affirmation pour réguler divers désirs sociaux d’ordre, de hiérarchie et d’organisation, elle permet surtout de satisfaire des “basic psychological needs for identity, privacy, and security” (1980, p. 10), le territoire étant une entité d’identification comme un espace d’action et de protection. Transcendant la territorialité écologique, purement physiologique, et la socialité, largement abstraite, la territorialité humaine distingue selon lui un individu ou un groupe humain par le territoire qu’il possède et qui le responsabilise, car nécessaire à sa survie comme à sa plénitude. Sensible à l’éveil environnemental qui a marqué la communauté scientifique lors des années 1970 (Commoner, 1971 ; Naes, 1972 ; Dumont, 1974), la territorialité est pour Malmberg un phénomène concret d’importance, inexorablement lié à notre condition géographique (et non d’abord à notre condition territoriale). Éminemment fluctuante dans le temps, l’espace, puis en fonction des individus et sociétés, il se refuse à définir la territorialité car toute définition s’avèrerait partielle et partiale. Il n’en reste pas moins que l’entendement et l’usage qu’il préconise circonscrivent une lecture foncièrement territorialisée et territorialisante de nos rapports au territoire, car nous ne pouvons faire l’économie de ce dernier à titre d’habitat ou de ressource et, dès lors, nous nous devons d’agir en toute connaissance de cause. Annonciateur du développement durable et de la gestion intégrée des ressources qui ont cours depuis la fin des années 1990, Malmberg interroge les finalités écologiques et sociales de notre habiter et œuvre à la mise en place d’un principe de précaution devant commander toute (inter)action territoriale, fut-elle d’appropriation, de transformation ou d’identification.

28Si cette troisième conception de la territorialité nous apparaît constitutive, elle relève toutefois d’une « constitutionnalité » plus phénoménale et basique, attendu que, en vertu de son caractère politique, et toujours à la différence de Lowenthal, elle est aussi bien innée qu’acquise car elle participe d’une construction. D’abord et avant tout désireux de réaffirmer, par son truchement, la dépendance de l’être humain vis-à-vis de la Nature, Malmberg aborde sans beaucoup de précisions le rôle référentiel du territoire et de l’échelle, la dimension culturelle de la territorialité, si ce n’est lorsqu’il parle de sa variabilité, puis sa vocation identitaire qui demeure non étudiée au-delà de l’expression de la complexité de notre identité. Ce faisant, et pour politique qu’elle soit sous maints aspects, cette troisième définition-type diffère de l’interprétation stratégique qu’en font Klauser et Murphy en ceci qu’elle se veut plus processuelle, et encore plus instinctive qu’organisationnelle, peu intéressée qu’elle est par les questions d’autorité. Malmberg propose ainsi une conception où il est plus question d’écosphère que de noosphère ou de pouvoirs, ce qui explique sans doute pourquoi cet entendement ne soit jamais devenu, comme celui de Lowenthal même si on y réfère un peu plus souvent depuis quelques années avec les diverses problématiques environnementales contemporaines, une matrice définitionnelle.

Sack

29La définition-type de la territorialité la plus fréquemment invoquée parmi les textes consultés est celle de Sack pour qui elle consiste en une stratégie spatiale consciente et désirée : “to affect, influence or control ressources and people, by controlling area” (1986, pp. 1-2). Expression géographique première d’un pouvoir social permettant de mieux comprendre que les lieux et les gens sont mutuellement constitutifs, la territorialité s’apparente pour lui à une construction qui donne les moyens à une population de contrôler un territoire puis ses ressources et, ce faisant, d’influencer les gens qui s’y trouvent comme leurs actions. Par exemple, c’est par l’exploitation de ses ressources qu’une société, par le truchement de lois et règlements afférents à l’expression de son emprise sur celles-ci et à l’accomplissement de son projet collectif, préside à sa destinée et détermine où, pourquoi et comment se développer et, de là, le peuplement et la mise en valeur de l’une ou l’autre de ses régions. Alors qu’elle permet l’analyse des modalités de l’appropriation et des finalités de l’exercice administratif de la souveraineté, la territorialité illustre selon lui les structures territoriales politiques des organisations et des communautés. Or, même si elle met ainsi l’« emphase sur les facteurs de puissance et les relations de pouvoir » (Lasserre & Gonon 2007, p. 67), cette conception de la territorialité ne participe pas comme tel du renouveau de la géopolitique des années 1980 et 1990 (Agnew, 1987; Dalby, 1991 ; O’Thuatail, 1996 ; Taylor, 1989). En effet, à la différence de ces autres travaux qui explorent de manière prospective le rôle des États ou des systèmes-mondes (soit ce qui pourrait ou devrait être), la territorialité de Sack, davantage associée à ce qui est, se révèle plus méthodologique et théorique qu’idéologique ou critique, notamment en vertu de la typologie des conditions et des effets qu’il lui prête et grâce à laquelle classifier et valider nos relations au territoire. C’est pourquoi, et conformément à ce qu’en disent Klauser et Murphy, on y recourt d’abord et avant tout pour dégager et analyser les structures et pratiques qui participent d’un système comme l’incidence des relations sociales sur les actions et divisions spatiales.

  • 7 Au même titre que Soja, cette définition de la territorialité de Sack comme instrument de contrôle (...)

30Approfondissant davantage les comment que les pourquoi, si cette quatrième définition-type de la territorialité relève d’une conception franchement politique, elle se veut néanmoins plus processuelle que stratégique car plus intéressée par une manière d’être, soit l’exercice du pouvoir sur un territoire, que par les raisons contextuelles et moyens spécifiques en vertu desquels il s’exprime. Il en est ainsi parce que pour Sack, et un peu comme Soja, le territoire constitue plus un objet de souveraineté qu’un sujet politique malgré son rôle référentiel, la seule véritable échelle investiguée étant l’échelle collective, distante des spécificités du territoire et du lieu à l’aide desquelles s’affirmer et s’identifier. De la même façon, les divers volets de la dimension culturelle (types d’identité, d’imaginaire, de valeurs, symboles, etc.) ne sont pas vraiment abordés. Sack propose donc au final une lecture « simple » de ce phénomène et un usage « aisé » de ce concept, nos relations au territoire restant inexorablement politiques7. Si ces traits peuvent expliquer la grande popularité de cette quatrième définition-type et, par conséquent, son influence, ils la distinguent de la conception préconisée par Raffestin, plus soucieux de démontrer, par nos médiateurs, en quoi les structures, pratiques et relations inhérentes à notre condition territoriale sont responsables de nos actions et pensées (Murphy, 2012).

Raffestin

31Politique à maints égards car elle examine les mécanismes de régulation du pouvoir puis ce qui sert à délimiter et à caractériser une population, dont tout spécialement la frontière (Raffestin, 1979, 1980), le géographe helvète soutient en effet que la territorialité œuvre à un niveau plus profond. Un peu comme Lowenthal mais de manière plus élaborée, il s’intéresse à la sémiosphère qu’un groupe humain mobilise pour s’approprier puis s’identifier à un territoire, c'est-à-dire aux codes, langages et tout autre médiateur qui nous permettent de mieux saisir nos relations au territoire et à l’existence (Raffestin, 1977). Par exemple, c’est en interrogeant le sens prêté aux paysages employés dans la stratégie de branding d’une municipalité, d’un promoteur immobilier ou d’un agent touristique, sinon dans le cadre de l’affirmation d’une communauté ou d’une société comme entité distincte, qu’on peut mieux déceler le rôle et la valeur qu’un État, une institution, une population, etc., accorde aux lieux et territoires qu’ils sont supposés représenter, voire symboliser. Il définit ainsi la territorialité comme le système de « relations que les groupes, et par conséquent les sujets qui y appartiennent, entretiennent avec l’extériorité et l’altérité à l’aide de médiateurs dans la perspective d’atteindre la plus grande autonomie possible compatible avec les ressources du système » (1986, p. 92). Considérée à nouveau comme une construction « de faits sociaux complexes, non immédiatement repérables et identifiables » (1984, p. 440), la territorialité n’est pas pour lui un simple phénomène afférent à notre condition territoriale ou un concept créé pour réfléchir sur la nature de nos relations au territoire. Elle est plutôt un véritable paradigme par lequel exprimer et sonder la complexité de notre double condition relationnelle et territoriale. Pour Raffestin, il ne s’agit pas en effet de chercher à comprendre et gérer notre présence sur Terre à partir de la seule matérialité de nos environnements mais bien surtout dans les signes et les pratiques par lesquels nous les transformons et les signifions. Faite de continuités et de discontinuités puisque différant dans le temps, l’espace et nos rapports à l’Autre, la territorialité est par conséquent constituée autant de relations avec des territoires concrets qu’avec des territoires abstraits.

  • 8 Raffestin use aussi de la territorialité pour nommer et réfléchir sur l’aspect plus matériel (1979, (...)

32Organisationnelle plus que politique comme le soulignent Klauser et Murphy en vertu de son vif intérêt pour la mécanique systémique des médiateurs grâce auxquels s’opèrent nos relations existentielles comme essentielles au territoire, cette conception de la territorialité s’avère aussi quelque peu constitutive (comme Lowenthal mais non comme Malmberg) et donc plus socioculturelle que franchement sociale, car elle approfondit les fondements de l’identité par le truchement de l’altérité, du langage et du territoire qui seraient, selon Raffestin (1995), à la base de toute culture. Or, pour métissée qu’elle semble ainsi être, son investigation de ces traits demeure fondamentalement sociale alors qu’il n’est pas vraiment question de territoire différencié mais bien plutôt d’environnement, d’extériorité ou de ressources, que le territoire y est plus objet que sujet, qu’on y parle plus de groupes ou collectivités que de communautés ou d’individus, puis que identité, imaginaire et valeurs sont peu abordés, si ce n’est de manière implicite avec les transformation et signification faites d’un territoire par une population lorsqu’elle se l’approprie et s’y identifie. Déconstruisant et qualifiant par le truchement de ce concept nos relations foncières et innées au territoire, encore que, modelées par nos intentions et moyens, elles sont aussi pour partie acquises, Raffestin propose plus une théorie de la médiation territoriale que de notre condition territoriale (Klauser, 2012)8. Précisons enfin que si cette cinquième définition-type de la territorialité est la plus courue dans la géographie francophone comme en atteste le nombre élevé de références qui y sont faites (Bédard, 2018), plusieurs n’y voient qu’un entendement politique autre que celui de Sack, plus processuel que stratégique. Ce qu’elle est effectivement pour partie, mais en mode mineur, puisque les interrelations entre société, espace et pouvoir y sont dites surdéterminées par les systèmes de signes et registres de sens à l’œuvre.

Di Méo

33La dernière et plus récente définition-type qui ressort en géographie de notre corpus est celle de Di Méo pour qui la territorialité se définit « comme une donnée consubstantielle de tous les rapports » (1991, p. 129). Il en est ainsi car, méta-structure d’« une logique spatiale articulant les rapports sociaux » (1994, p. 257), elle se veut, comme celle de Raffestin, essentielle et organisationnelle puisque associée à notre condition relationnelle. Caractérisée « par une communauté de valeurs et de traits culturels » (2007, p. 2), la territorialité est aussi un « sentiment profond, socialement partagé du rapport […] à un espace » (2002, p. 186). Expression d’une relation primordiale au plus intime et élémentaire, la territorialité est encore existentielle et constitutive pour ce géographe français car inhérente, comme le souligne Malmberg, à notre condition territoriale dans sa dimension phénoménale et basique, et non dans sa dimension politique stratégique ou processuelle (cf. Sack et Soja). Acteur et témoin d’un milieu de vie et du mode d’en être en tant que système complexe et multi-scalaire de rapports socio-spatiaux, la territorialité de Di Méo propose un schème de pratiques et de représentations fondatrices grâce auquel comprendre et gérer notre double condition relationnelle et territoriale.

34Explorant nos identités multiples car elle en est l’assise spatiale et géographique, la territorialité, poursuit Di Méo, considère simultanément, puisque interdépendantes, l’expérience existentielle de chacun, la co-détermination dialectique du sujet et de son contexte social, puis l’organisation de l’espace géographique objectivé que les enjeux sociaux (re)définissent en permanence (2005). Il s’ensuit que, concevant la territorialité comme une condition (Lowenthal ou Malmberg, quoique dans des registres différents) et non un paradigme (Raffestin), et donc plus comme ce qui est, foncièrement, et non ce qui peut ou doit être de manière cognitive, épistémologique ou idéologique, Di Méo propose une approche métissée de la territorialité où le social s’ouvre davantage au culturel. Il préconise pareilles conception et approche pour mieux saisir et comprendre les causes et conséquences de la nouvelle geste aménagiste et communicationnelle. Une geste qui, depuis quelques décennies, transforme et met en cause par exemple des milieux et modes de vie urbains ou ruraux (1994, 2005, 2007), auparavant davantage distincts en vertu de pratiques territoriales et de dynamiques scalaires qui leur étaient propres, en milieux et modes de vie dorénavant confondus, si ce n’est confondants. Soit un phénomène afférent à l’avènement d’un urbain postmoderne-type (cf. thirdspace de Soja, 1989), sinon à l’urbanité dont il est agent et témoin, qui prédomine de plus en plus et qui interpelle de sitôt, en vertu d’appropriation et de signification autres, les assises et référentiels de ceux qui les habitent.

35Or, comme Raffestin, si l’identité, l’imaginaire, les valeurs et les sentiments y sont passablement valorisés, leurs entendements et usages demeurent limités. Sa lecture de ces traits de la dimension culturelle de la territorialité est en effet typiquement sociale alors qu’il la traite d’abord et avant tout comme un apriori émotionnel et pré-social (Di Méo, 1999) à tout groupement humain. Ainsi, l’identité individuelle, propre au Je, n’est jamais vraiment investiguée dans ses nuances. Seule l’identité spécifique à une société ou à une formation socio-spatiale est expressément abordée, et ce malgré l’importance que Di Méo prête à la valeur subjective des rapports vécus, profonds et affectifs comme mode premier d’expression du sujet (2007); pas plus d’ailleurs que le sentiment d’appartenance, ses processus d’appropriation et d’identification qui sont au mieux entraperçus. L’imaginaire est enfin le moins sondé de tous les volets culturels, étudié qu’en lien à un projet social ou politique sans plus de précisions quant aux divers types d’imagination interpellés.

36De la même façon, l’investigation de l’expérience de chacun faite par cette sixième définition-type de la territorialité est plus théorique et groupale qu’expérientielle et individuelle, et dès lors trop distante ou distanciée pour pleinement appréhender ladite expérience dans sa dimension instituante. En ce qui concerne la co-détermination du sujet et de son contexte social, rien n’y est vraiment dit quant aux contexte et spécificités géographiques, tout aussi déterminants, pourtant, sur la transformation par le sujet dudit contexte. Enfin, si l’organisation de l’espace géographique objectivé est justement énoncée en termes de polarisation, gravitation, diffusion et autres, cette organisation reste plus processuelle que stratégique, puis plus sociale que politique, soit autant de précisions qui gagneraient à être effectuées pour mieux établir sa nature et sa portée.

37Cela souligné, cette définition-type approfondit la fonction relationnelle et la vocation identitaire de la territorialité en s’intéressant tout particulièrement au territoire comme référentiel symbolique et ciment politique, et donc comme mode d’expression et faire être de nos relations au territoire. Il reste que si Di Méo distingue pour ce faire les territoires des lieux et paysages, leurs typicités demeurent insuffisamment établies, notamment quant à leur rôle, sauf en avançant que les lieux composent le territoire. Ce qui s’avère également problématique est que cette différenciation n’inclue pas l’espace, certes davantage abstrait mais pas moins concret et signifiant (Cresswell, 2004 ; Massey, 2005); des qualités et limites que l’on retrouve aussi dans son traitement des échelles. Si la dynamique des échelles est reconnue, leurs charges référentielles individuelles ne sont pas vraiment décortiquées, si ce n’est en soulignant la prédominance du groupe sur l’individu. La conception de Di Méo se distingue enfin en ceci qu’elle se veut aussi bien innée qu’acquise car la territorialité relève autant de l’ordre structurel de la conscience pure que de l’ordre culturel de l’espace social (2005). Or, s’il est juste d’avancer que la territorialité est pour partie innée dans son volet constitutionnel et pour partie acquise dans son volet organisationnel, la manière dont ces « ordres structurel et culturel » peuvent être ainsi qualifiés à partir de perspectives extérieure et civilisationnelle, et donc non intérieure et particulariste, sans de facto brider leurs apports respectifs, n’est pas très claire ; ces structure et culture sont en effet pour une large part moins ordonnées que ce qui est soutenu ici.

38Partisan comme Raffestin d’une double condition relationnelle et territoriale, Di Méo propose la conception la plus élaborée qui soit à ce jour de la territorialité. Pour plus sensible qu’elle soit à l’ampleur, à la variabilité et à l’importance de nos relations au territoire, elle demeure toutefois peu courue, que ce soit parce que trop éparse (développée de manière souvent épiphénoménale au fil de textes s’échelonnant sur plus de 20 ans), trop récente, présumée trop dans l’ombre de celle de Raffestin, inconnue dans l’anglophonie, etc. Il en est peut-être ainsi surtout parce que, tel que démontré ci-dessus, elle souffre de travers et carences qui l’empêchent de solutionner davantage les méconnaissance, ignorance ou confusion des genres qui sapent les réflexions abordant la territorialité, de même que les insuffisances des propositions de Klauser et Murphy. Ce qui à notre avis pose le plus problème parmi ses travers et carences est une conception de la territorialité trop peu culturelle qui, pour métissée qu’elle soit – attendu que ce terme n’est jamais employé par Di Méo ou Raffestin –, se révèle au final composite par agrégation choisie, car elle reste fondamentalement sociale.

Regard croisé sur ces six définitions-types

39Lorsqu’on examine ensemble ces six définitions-types qui marquent, selon notre corpus, le cours des réflexions sur ou par la territorialité en géographie, on constate que s’il y a une progression et un certain raffinement dans ses entendements et usages, ceux-ci ne sont pas voulus et organisés comme tels. Les développements et sophistications que l’on peut observer semblent en effet plutôt être le résultat de deux tendances non-concertées, l’une plus active et l’autre plus réactive. Il y a ainsi, d’une part, les définitions-types premières de Lowenthal, Soja, Malmberg et Sack qui proposent apparemment à chaque fois « à partir de rien » une lecture « originale » de la territorialité, un peu comme si un mouvement de balancier ou une quête de complétude, effectué sans doute en parallèle aux divers courants de pensée qui surgissaient alors en géographie face aux impairs et dogmatismes des uns et des autres, les amenait à valoriser des approches différentes ou supposées comme telles. Soit autant de voies dont le parallélisme, voire l’antinomie, est attesté par le fait qu’on y réfère peu ou pas aux autres, si ce n’est pour souligner la justesse de sa propre conception. Il y a ensuite, d’autre part, les définitions-types métissées de Raffestin et Di Méo qui, si elles préconisent des lectures distinctes, affichent une complémentarité à la fois moins nette et plus subtile puisque, davantage imbriquées, elles s’avèrent plus co-construites en vertu d’affinements qui tirent profit des autres approches de la territorialité, si ce n’est approfondissent certains de ses traits jusqu’alors méconnus ou ignorés.

  • 9 Pour la mise à l’épreuve de cette explication de Klauser et Murphy, voir Bédard, 2018.

40Or, ces tendances sont-elles attribuables à des perspectives culturalo-centrées, respectivement anglophone et francophone, ou plutôt à deux phases dans la compréhension de ce phénomène et l’emploi de ce concept, la seconde pouvant s’édifier à partir des avancées ou propositions de la première ? S’il n’est pas vraiment possible d’y répondre9 , force est de constater que, pour heureuses et appropriées qu’elles puissent être dans leur registre de sens respectif, ces six définitions-types, seules, groupées ou hybridées, ne parviennent pas à saisir et, à plus forte raison, à opérationnaliser tout le spectre de notre condition territoriale ; d’où la nécessité d’élaborer une véritable conception culturelle de la territorialité qui nous apparaît être un préalable nécessaire à une conceptualisation tripartite sans laquelle on ne peut réaliser son plein potentiel heuristique.

Conception culturelle et conceptualisation tripartite de la territorialité

41La conceptualisation tripartite de la territorialité qui suit repose sur l’intégration différenciée des conceptions culturelle, politique et sociale fondamentales qui ressortent des pleins et des creux qui se sont dégagés des six définitions-types recensées mais encore de ceux associés aux approfondissements théoriques et avancées méthodologiques de Klauser et Murphy. En effet, ces trois conceptions culturelle, politique et sociale se démarquent clairement à notre avis et coexistent car toutes trois sont consubstantielles à notre territorialité, façonnées qu’elles sont chacune par les différents types de rapports fonciers que nous entretenons vis-à-vis du territoire. C’est pourquoi nous proposons pareille triangulation afin de saisir et d’opérationnaliser le plus adéquatement possible tous les registres de sens qu’interpelle notre condition territoriale. Pour réaliser cette différenciation et cette mise en dialogue, nous reprendrons et systématiserons, à partir d’une perspective d’ensemble jusqu’ici inconnue, divers éléments quant à la vocation identitaire et la fonction relationnelle qui animent les propos que tiennent les géographes lorsqu’ils emploient ce concept et/ou réfléchissent sur ce phénomène; des éléments qui seront élagués, affinés, complétés, puis restructurés à partir des types d’imaginaire et d’identité, puis des rôles référentiels des territoire et échelle qui sont respectivement à l’œuvre dans ces trois conceptions de la territorialité. Il reste que, à la différence des conceptions politique et sociale, davantage établies même si ce que nous en présentons se distingue à bien des égards de ce qui en a été dit auparavant, la conception culturelle de la territorialité, fut-il illustré, est la plus négligée ou la moins développée, ceci sans doute parce qu’elle est la plus ardue. Cela étant, nous serons davantage amené dans son cas à combler des vides qu’à épurer ou à réorganiser certains traits de manière à poser ses particularités. Précisons enfin que, comme il en a été pour les six définitions-types, nous caractériserons tout d’abord de façon condensée chacune de ces trois conceptions géographiques de la territorialité, puis les étofferons en reprenant la même structure démonstrative pour plus aisément les définir, les différencier et les articuler.

La conception culturelle de la territorialité

42La conception culturelle de la territorialité se distingue en ceci qu’elle s’intéresse aux propriétés territorialisantes du sentiment d’appartenance qu’éprouve et décline une personne, une famille ou un clan. C’est le processus constitutionnel et vertical d’appropriation et d’identification par création et/ou qualification d’un lieu unique grâce auquel naître, se définir, et où se projeter pour être, propre à une identité unitaire, plus ontologique et innée, où le Je égo-territorial se construit et pouvant se résumer au sens et à la conscience générés par le « être de » ce lieu. Ces identité unitaire et « être-de ce lieu » sont possibles car animés par une imagination créatrice instituante, dite représentative (Bédard, 2002, 2016), qui imaginalise (Durand, 1968 ; Wunenburger, 1991) les paramètres tant matériels qu’immatériels qui initient nos rapports à un lieu, et qui fonde notre territorialité verticale parce qu’elle réfère ainsi non seulement aux significations et aux valeurs que l’on prête au lieu approprié pour s’exprimer mais aussi comme géosymbole et matrice relationnelle pour exister, signifiant et signifié.

43Autrement dit, parmi les rapports fonciers que nous entretenons au territoire, certains émanent de l’irrépressible besoin d’absolu et de racines que chacun ressent pour être, unique. En effet, si nous nous définissons pour partie en lien avec divers traits caractéristiques à un collectif ou à une société auquel nous adhérons, notre unicité repose toujours, au final, sur notre libre-arbitre qui nous permet d’interpréter et d’appliquer comme bon nous semble ces traits plus larges, voire de nous en distancier, ce en vertu de notre capacité à créer NOTRE lieu, d’où l’appellation ici retenue d’un processus constitutionnel et vertical de territorialisation par lequel nous choisissons un lieu où nous enraciner, duquel tout part et auquel tout revient (Gustafson, 2001, 2014; Lewicka, 2011; Low & Altman, 1992). Il s’ensuit que chaque individu, famille ou clan entretient des rapports essentiels avec les plus petites échelles (1 :1, micro-local et/ou local) où il vit au quotidien et où l’effet de distance ne joue pas car ces individu, famille ou clan ne sont, et ne peuvent être, que dans la mesure où ils habitent un site initialement indistinct ou autre qu’ils ont fait leur comme lieu en le transformant et en le connotant comme LEUR milieu de vie. Il en est ainsi car ce milieu de vie leur est propre, tel un quant-à-soi, en vertu du sens qu’il lui confère par leurs pratiques et symboles vernaculaires et qui en fait un sujet plus qu’un objet grâce auquel se connaître, se conforter, puis s’affirmer car, construit et reconstruit pour-soi (Sartre, 1976), comme infrastructure référentielle, il institue, représente et nourrit leur âme (Cresswell, 2004). Somme toute, la conception culturelle de la territorialité explore et fait valoir les modalités et finalités habitantes de notre condition territoriale, c'est-à-dire les pourquoi et comment nous nous identifions à un lieu puisque, immanent à la substance d’un individu, d’une famille ou d’un clan car source, matière et résultante de leurs besoins d’appropriation et d’identification, il est mode premier d’expression de leur unicité (Sack, 1997 ; Bédard & Breux, 2011).

La conception politique de la territorialité

44La conception politique de la territorialité se particularise en ceci qu’elle s’intéresse aux propriétés et aux institutions territorialisantes de la souveraineté qu’exerce ou souhaite une collectivité, une ethnie ou une nation. C’est le processus stratégique ou processuel et oblique d’appropriation et d’identification par revendication et régulation d’un territoire unique grâce auquel un collectif, un peuple, une nation peut advenir et demeurer, propre à une identité spécifique, plus téléologique et acquise, où un Nous politico-territorial se réalise et pouvant se résumer au bien-commun et au pouvoir générés par le « être-pour » ce territoire. Ces identité spécifique et « être-pour ce territoire » sont possibles parce que animés par une imagination créatrice fédératrice radicale (Bédard, 2002, 2016), qui imagine une matrice territoriale à partir d’un ensemble particulier de significations-mères (Castoriadis, 1975, 1996) qui prescrivent nos rapports à un territoire et fondent notre territorialité oblique en ceci qu’elles mettent en relation et déterminent tous les éléments de notre environnement politique qui participent à l’édification de notre territoire comme creuset fondateur, façonnant les discours, préceptes et symboles que suscitent la promotion de ses typicités et la défense de son indépendance.

45De façon plus détaillée, cette autre conception de la territorialité se concentre sur les rapports stratégiques de contrôle ou processuels d’organisation (attendu que ces derniers sont plus astreignants et hiérarchiques que leurs équivalents de la conception sociale à venir) que nous entretenons, à titre d’ensemble politique, face à un territoire jugé nécessaire à l’accomplissement d’objectifs communs qui nous sont spécifiques. En effet, un peu comme pour l’unicité afférente au rôle du lieu, mais dans un registre moins intime, nous nous définissons aussi conformément aux ambitions et valeurs d’un collectif politique auquel nous adhérons car nous nous reconnaissons et nous accomplissons dans le territoire qu’il possède ou cherche à s’approprier, un territoire où ses traits sont promulgués et légiférés comme autant d’attributs d’identification essentiels en vertu de leurs fortes dimensions symboliques (Debarbieux, 1995 ; Bonnemaison, 1996), habilités qu’ils sont à structurer les conditions de l’existence d’une population et à l’informer en retour sur sa propre identité (Soja, 1971 ; Painter, 2010). Il s’ensuit que chaque collectivité, ethnie ou nation entretient des rapports identitaires avec les plus petites échelles (provinciale, nationale, internationale ou mondiale) où elle vit et exerce, ou entend exercer, son autorité sinon son influence. Il reste que ce processus relationnel différentiateur procède d’une manière autre que celui de la conception culturelle parce que ces échelles et leurs charges de sens, afférentes aux attentes et idéaux partagés par une population, sinon par ceux qui ont voté pour le parti au pouvoir, sont plus lointaines et abstraites que celles vécues au quotidien par chaque individu, famille ou clan. Cette double distanciation incite par ailleurs toute collectivité, ethnie ou nation à constamment (ré)affirmer son existence ou sa volonté de reconnaissance afin de perdurer ou éventuellement advenir, car elle ne peut être, une et spécifique, que dans la mesure où chacune habite ou revendique SON territoire où exploiter les ressources de son ou de ses sites, puis valoriser sa situation en termes d’échanges et de rapports de force, un territoire qu’elle édifie et signifie par prescription ou programmation idéologique comme SON milieu de vie. Un milieu de vie qui lui est propre, en vertu du sens qu’elle lui confère au su de prédicats et symboles afférents à un projet politique matérialisé ou devant se concrétiser dans un espace ancré, contrôlé et borné (Sack, 1986 ; Elden, 2010), soit un territoire-objet à avoir pour ensuite le pratiquer comme auto-référence à toute affirmation ou revendication collective (Badie, 1995 ; Paasi, 2003). Somme toute, la conception politique de la territorialité explore et fait valoir les modalités et finalités politiques plus territorialisantes que territorialisées de notre condition territoriale, c'est-à-dire les pourquoi et comment nous nous identifions à un territoire imaginé et construit comme habitat et structure référentielle pour réaliser notre Nous collectif.

La conception sociale de la territorialité

46La conception sociale de la territorialité se différencie dans la mesure où elle s’intéresse aux propriétés territorialisantes et aux dimensions territorialisées du vivre-ensemble qu’ébauche et conjugue une communauté d’individus, une classe sociale ou une société. C’est le processus organisationnel et horizontal d’appropriation et d’identification par ré-affirmation et co-construction d’un territoire partagé dans lequel s’intégrer et où se conforter pour devenir, propre à une identité singulière, plus épistémologique et acquise, où le Je se recrée à l’aune d’un Nous socio-territorial qui le renouvelle et pouvant se résumer au vivre-ensemble et au bien-être conditionnels au « être par ce territoire ». Ces identité singulière et « être par ce territoire » sont animés par une imagination créatrice fédératrice (re)productive (Bédard, 2002, 2016) qui imagine un ensemble de référentiels socio-territoriaux qui modèlent nos rapports au territoire et qui structurent notre territorialité horizontale. Ils sont en effet autant d’éléments identificatoires à un mode de vie qui participe d’une différentiation territoriale car ils rassemblent autour d’une prégnance symbolique (Taylor, 2003) et d’une puissance d’adhésion du sujet à une communauté (Ricoeur, 2000) habitant de manière distinctive un territoire.

47Plus précisément, la conception sociale de la territorialité approfondit les rapports constitutionnels et processuels d’organisation d’une nature non réglementaire ou institutionnelle que nous entretenons, à titre de communauté ou de société, face à un territoire à habiter pour y assumer et accomplir les valeurs, codes et symboles qui lui sont typiques et auxquels nous nous identifions aussi. Attendu que l’être humain est foncièrement grégaire, certains de nos rapports fonciers au territoire émanent de notre désir d’être partie prenante d’un plus grand que soi social (et non politique comme la conception antérieure). C'est-à-dire d’un ensemble d’individus qui partagent les mêmes convictions et aspirations et qui ont choisi de les vivre en un même territoire qu’ils façonnent à leur image, sinon de les reproduire en un autre territoire qui leur serait propice. La conception sociale de la territorialité souligne ainsi l’importance de toute entité socio-territoriale à laquelle nous adhérons pour réaliser, pour partie, ce que nous sommes ou souhaitons devenir, et donc grâce à laquelle s’affirmer ou se reconnaître unique parce que faisant nôtre sa singularité (une unicité donc moins unitaire que celle de la conception culturelle, davantage au diapason de la spécificité plus large de la conception politique car renvoyant elle aussi à un Nous, quoique dans un autre registre). Cette autre entité socio-territoriale se caractérise par ses rapports identitaires avec les échelles médianes (local, méso-local, micro-régional), soit cet autre horizon scalaire qui se situe au-delà de l’individu, de la famille ou du clan, puis en deçà et surtout selon d’autres modalités plus informelles et diffuses, d’un collectif, d’une nation ou d’une ethnie, où elle existe et peut exercer son influence.

48Préconisant une quête de cohérence, si ce n’est de plénitude par choix raisonné, ce troisième processus relationnel procède à des appropriation et identification territoriales qui, par différentiation communautaire, œuvrent en un registre de sens superstructurel et épistémologique qui se superpose de manière transversale à ceux structurel et téléologique puis infrastructurel et ontologique où opèrent respectivement les territorialités politique et culturelle. Pas tant par distanciation ou rupture que par requalification ou réinterprétation du lieu du Je égo-territorial et du territoire du Nous collectif, ces appropriation et identification découlent encore et surtout du rôle référentiel d’une autre nature accordé au territoire alors que c’est fondamentalement un vivre-ensemble qui y prévaut et est recherché. Si tout vivre-ensemble demeure indissociable du site et de la situation du territoire où vit ou aspire à vivre une communauté ou une société, car c’est là ou à partir de certaines de leurs typicités qu’elle s’est constituée, ses traits territoriaux sont en effet d’abord et avant tout attributs d’identification de son mode d’être, soit le « système […] de détermination des relations et des pratiques sociales » (Di Méo ,1985, p. 665) normé par les valeurs et codes qui le commandent puis structuré par les comportements, signes et symboles qui le nourrissent.

49Il en est ainsi parce que, contrairement aux rapports essentiels entretenus envers le lieu culturel ou le territoire politique, les rapports sur lesquels se fonde, à quelques nuances près, pareille formation socio-spatiale (Di Méo, 1985, 1987), sont eux existentiels, plus animés et signifiés par le mode de vie qui les surdétermine que par le milieu de vie qui les incarne et les appelle. L’imprimatur des conditions d’existence (Bourdieu, 1972) des formations socio-spatiales explique pourquoi le territoire n’y est pas considéré comme un sujet pour-soi ou un objet par-devers soi, mais plutôt comme un objet en-soi qui, proposant un axe dynamique de signification plus dénotatif que connotatif (Raffestin, 1982 ; Paasi, 2000), permet l’avènement et l’organisation de rapports de socialisation qui ne nécessitent pas d’enracinement ou de souveraineté, mais une empreinte territoriale peu profonde ou éphémère suffisante à l’expression du modus vivendi et du registre de sens propres à l’habiter ciblé, et grâce auxquels ceux qui y participent peuvent aspirer à davantage de bien-être. Ce type d’habiter est par ailleurs si peu lié aux aspérités et spécificités du territoire où il se dessine que de plus en plus de géographes en parlent plutôt comme de spatialité (Lussault, 2007). Explorant les modalités et les finalités plus territorialisées que territorialisantes de notre tissu social, la conception sociale de la territorialité démontre somme toute qu’une formation socio-spatiale ne peut être une et singulière que dans la mesure où elle habite un territoire co-construit par des individus y conjuguant par leurs us et coutumes SON mode de vie comme auto-référence à leur condition citoyenne.

L’articulation dialogique de cette conceptualisation tripartite

50Notre proposition d’une conceptualisation tripartite de la territorialité repose aussi sur l’articulation dialogique de ces trois conceptions. Cette conceptualisation tripartite ne peut effectivement solutionner quelque peu le flou conceptuel et opératoire qui affecte ce concept, puis démontrer et entretenir son potentiel heuristique, que dans la mesure où les conceptions culturelle, politique et sociale sur lesquelles elle s’appuie sont les trois modes d’expression distincts mais indissociables d’un même phénomène global qu’elles co-constituent compte tenu de leurs vocation identitaire et fonction relationnelle respectives, évoquant et restituant chacune l’un des trois volets intrinsèques de notre territorialité. Une territorialité à si et tant bien saisir par leur truchement qu’elles doivent toutes trois être également considérées puis traitées en conséquence. La logique dialogique à partir de laquelle s’exécute pareille articulation soutient ainsi que ces trois conceptions œuvrent en même temps sur des cours parallèles tout aussi signifiants et structurants car opérant en des registres de sens complémentaires. Mieux interdépendants parce que leur intégration différenciée s’appuie sur leur pluralité et leur asymétrie fondamentales (Gide, 1999) comme autant de constituantes d’un même phénomène (Lévinas, 1984) qu’elle s’emploie à faire dialoguer car, sans la reconnaissance et l’acceptation de l’Autre qui lui est implicite, ces conceptions ne peuvent être vraiment signifiées et signifiantes, tributaires qu’elles sont d’une territorialité plus vaste qui ne peut être sans l’un ou l’autre de ces volets. Respectant leurs champs respectifs puisque s’opérant à partir de leurs spécificités et de leur consubstantialité, l’articulation dialogique des trois conceptions de la territorialité ici promulguée a ainsi l’insigne avantage de permettre l’entendement et l’usage appropriés de chacune d’entre elles eu égard au type de territorialité qu’elles investissent et de celui qui est investigué (cf. figure 1).

Figure 1 – Schématisation de la conceptualisation tripartite de la territorialité

Figure 1 – Schématisation de la conceptualisation tripartite de la territorialité

Le cas du Vieux-Cap-Rouge

51Autrement dit, en employant pareille conceptualisation tripartite, il nous apparaît davantage possible de comprendre la nature et la portée de nos relations au territoire, puis de mieux les gérer. Prenons, à titre d’exemple de son apport, et sans reprendre par le menu les traits des conceptions culturelle, politique et sociale de la territorialité ci-dessus dégagés, le cas du Vieux-Cap-Rouge. Tout aménagement territorial recevable et durable du Vieux-Cap-Rouge repose notamment sur la juste compréhension de ce qui le caractérise et le signifie, dont tout spécialement les rapports existentiels et essentiels qui lient ses habitants à son territoire. Or, comme toute entité géographique, sa territorialité est fort complexe car non seulement multidimensionnelle et évolutive, mais sujette à diverses interprétations selon les contextes et les points de vue.

52Le Vieux-Cap-Rouge se distingue par une territorialité mal appréhendée de plus en plus sollicitée alors que la trame urbaine de la ville de Québec et une urbanité pan-québécoise, voire pan-américaine ou occidentale, sont respectivement à se métamorphoser et à s’imposer rapidement. De façon plus détaillée, le Vieux-Cap-Rouge est le foyer pluriséculaire de Cap-Rouge, un quartier résidentiel huppé assez récent situé à l’extrémité sud-ouest de la ville de Québec. Fondé en 1541 autour des fortifications qu’avaient construites Jacques Cartier sur le promontoire dudit cap et Jean-François de La Roque de Roberval sur la rive est de la rivière du même nom, le peuplement du Vieux-Cap-Rouge s’est véritablement amorcé en 1637 et on y retrouve toujours de nombreuses traces de son passé industriel (meunerie, poterie, industrie navale, etc.) et résidentiel ouvrier typique au XIXe siècle et au début du XXe siècle. Or, ce cadre bâti, toujours bien vivant car plusieurs y demeurent dans des maisons plus petites et accessibles que dans le voisinage immédiat, mais aussi parce que diverses institutions à saveur patrimoniale ou commerciale y ont pignon sur rue, et le mode de vie unique qui s’y est développé et que les locaux préservent jalousement (aucune publicité n’est faite pour les produits de la boulangerie, de la boucherie ou de la bijouterie-joaillerie qui y opèrent depuis quelques décennies, les habitants comme leurs propriétaires cherchant à préserver leur quant-à-soi) sont à bien des égards interpellés (comme pour les autres lieux anciens non classés comme sites historiques ou arrondissements historiques) par l’expansion urbaine de la ville de Québec. Celle-ci est tout particulièrement visible depuis la phase de densification amorcée en 2012 que la Ville promulgue et par laquelle de vieux boisés (notamment au pied de la falaise de Cap-Rouge) disparaissent au profit de nouveaux développements résidentiels, sinon des maisons sont détruites pour en construire de plus nombreuses à l’architecture et au gabarit tout autres sur une même surface afin de régler les problèmes de circulation et freiner l’étalement urbain, mais aussi pour grossir les revenus de la Ville en taxes foncières.

53Il reste que pour « dommageables » qu’elles puissent être pour le sentiment d’appartenance au Vieux-Cap-Rouge, ces pressions et métamorphoses ne lui sont pas propres. En effet, elles ne le visent pas directement car tous les quartiers des autres arrondissements de Québec expérimentent la même chose (encore que pas nécessairement de la même façon puisque tous n’ont pas la même connotation patrimoniale) alors que la Ville cherche à améliorer de cette manière le bien-être de sa population toute entière. La plupart des quartiers subissent eux aussi les effets de pareil renouvellement de son vivre-ensemble comme élément clé du positionnement stratégique de la Ville au sein de l’Est du Québec, voire du Québec, du Canada, de l’Amérique du Nord, si ce n’est du monde tout entier, un renouvellement et un positionnement présumés favorables à la venue de nouveaux citoyens et à la rétention de ceux qui l’habitent déjà pour mieux répondre aux besoins de son économie florissante, des renouvellement et positionnement qui s’avèrent enfin possibles et fort efficaces en vertu de l’appui des gouvernements du Québec et du Canada aux bien commun et pouvoir ainsi ciblés.

54Ces pressions et métamorphoses sont également notables en milieu rural et en régions éloignées des grands centres. Signalons le cas de Kamouraska sur la Côte-Sud du Québec qui, longtemps village rural paisible mâtiné d’activités de pêche et de villégiature (XVIIIe, XIXe et durant une grande partie du XXe siècles), a vu cette triple vocation, et donc les milieux et modes de vie qui y sont associés, largement mise en cause avec le boom touristique des années 1990-2000. Ce dernier a rapidement généré une forte augmentation de la valeur des résidences et des terres et a provoqué l’exil de plusieurs habitants, incapables d’assumer ce surcoût. Il a aussi suscité la greffe de nouvelles fonctions exogènes au cadre bâti existant (implantation rapide et désordonnée de gîtes touristiques, restaurants et autres), voire la transformation de ce dernier par des villégiateurs. En effet ces derniers, en mal de quiétude et d’authenticité, les ont pourtant fortement pris à parti en imposant leurs attentes et exigences en termes de services, commodités, etc. Ce qui a provoqué l’avènement de boutiques offrant des produits haut-de-gamme ou destinés aux seuls touristes, mais encore la construction de nouvelles résidences cossues obstruant les perspectives paysagères tant recherchées sur le fleuve Saint-Laurent et respectant rarement les typicités architecturales de l’endroit.

55Ces deux cas illustrent que notre territorialité est culturelle, politique ET sociale. Et donc que nos « être de », « être pour » et « être par » ce lieu ou ce territoire, pour distincts qu’ils soient, sont toujours tous à l’œuvre. Le problème est que, que ce soit dans le cadre de ces exemples ou plus largement au sein de la géographie, on ne reconnaît pas à chacun de ces trois volets de notre condition territoriale une fonction relationnelle et une vocation référentielle aussi importantes les unes que les autres car les lectures et attentes usuelles des individus, collectivités, ou sociétés vis-à-vis un lieu ou un territoire ne sont pas plurielles et globales mais particulières et unilatérales, guidées au premier chef par leurs propres intérêts. Or, la territorialité, rappelons-le, est un système tripartite de relations culturelles, politiques et sociales au territoire qui s’articulent à partir de trois pôles équidistants car « équi-signifiants ». Si on peut donc observer la territorialité caractéristique, prêtée ou souhaitée d’une population ou d’un territoire à partir de son volet politique, ce dernier ne prend toute sa charge de sens que dans la mesure où il est abordé dans toute sa profondeur de champ, et donc en considérant pleinement ses filiations avec ses compléments culturel et politique, et vice versa. Autrement dit, privilégier une perspective ou une conception, voire un entendement ou un usage pour réfléchir sur tout aménagement ou planification territorial ne devrait pas exclure les deux autres, mais plutôt impliquer qu’ils peuvent au mieux être mis en mode mineur de manière ponctuelle.

Conclusion

56Lorsqu’on rencontre une personne pour la première fois, que ce soit lors de voyages lointains ou dans son environnement immédiat, l’une des premières questions qui nous est posée ou à laquelle tacitement nous répondons est : « d’où êtes-vous ? ». Si on nous le demande ou si on donne pareille information, c’est que l’endroit d’où nous venons et/ou où nous vivons (la formule « d’où êtes-vous ? » est paradoxale car elle peut se rapporter à notre lieu de naissance ou à celui où nous demeurons alors) nous définit de bien des façons ; ce qui correspond à l’expression populaire : « Dis-moi d’où tu viens et je te dirai qui tu es ». En effet, tandis qu’on le précise, selon qui nous sommes, notre interlocuteur ou les circonstances (colloque scientifique à l’étranger, marché public de notre ville, déambulation sur les pentes d’une montagne proche), nous référons à notre territorialité, aussi ineffable ou inconnue soit-elle, car nous évoquons aussitôt divers éléments marquants de notre « être-de », « être-pour » et « être-par », soit ces diverses relations essentielles que nous entretenons vis-à-vis du territoire que nous habitons (ou souhaitons habiter) et qui, parce que transformé (ou imaginé si toujours à l’étape du projet) à notre image pour nous y reconnaître, nous y projeter, et donc pour nous y identifier, nous habite. Soit autant d’éléments de notre condition territoriale qui sont de plus en plus sollicités alors que nos milieux et modes de vie se métamorphosent rapidement.

57Or, si la géographie s’est dotée du concept de territorialité pour saisir ce phénomène et pour réfléchir sur la prolifération des interprétations de nos relations au territoire et de leurs modes de gestion consécutive aux actuels changements, les entendements et usages de celui-ci s’avèrent multiples, indéfinis et/ou peu cohérents à divers degrés, d’où le flou conceptuel et opératoire qui nuit à son plein et juste emploi. Sensible à ce problème et désireux d’y pallier un tant soit peu, cet article, (i) à la différence des six définitions-types trop univoques ou insuffisamment ouvertes et métissées qui se sont démarquées au sein de notre corpus, notamment vis-à-vis la dimension culturelle, et auxquelles a usuellement recours la littérature scientifique géographique, et (ii) à la suite des conceptions hybrides inachevées de Klauser ou Murphy puisque limitées dans leurs ambitions et insuffisantes dans leurs moyens, a cherché à illustrer tout le potentiel heuristique de ce concept clé à la réflexion géographique et toute l’importance structurante de ce phénomène qui nous est immanent. Pour ce faire, nous avons établi que trois conceptions, respectivement culturelle, politique et sociale, l’animent et le signifient fondamentalement puisqu’elles lui sont consubstantielles, ce en les distinguant puis en les articulant de manière dialogique au sein d’une conceptualisation tripartite effectuée au moyen de l’affinement et de la systématisation des vocation identitaire et fonction relationnelle qui leur sont propres. Plus précisément, nous avons illustré la profondeur de champ de ces vocations et fonctions de la territorialité par l’entremise des types d’identité et d’imagination qui les structurent, puis des rôles référentiels impartis aux territoires et aux échelles selon qu’il s’agit d’une conception culturelle, politique ou sociale. Il n’a donc pas tant été proposé une hybridation du concept de territorialité que la différenciation intégrée de ses trois conceptions. Nous avons ainsi souligné que la territorialité œuvre simultanément dans trois registres complémentaires et interdépendants d’appropriation et d’identification au territoire qu’il nous faut considérer comme autant d’éléments d’une même équation.

58Cela dit, notre stratégie explicative peut s’avérer contraignante car elle soutient que seules ces conceptions culturelle, politique et sociale constituent la quadrature de notre territorialité, des conceptions distinguées et articulées à partir de leurs seules vocation identitaire et fonction relationnelle, et au moyen des seuls types d’identité, d’imagination et de rôles référentiels des territoires et échelles qui leur sont afférents. Il reste que celles-ci et ceux-là nous ont semblé être les plus pertinents pour attester de la fécondité de ce concept et, par son truchement, de la complexité identitaire et de la dynamique scalaire référentielle de notre condition territoriale, soit un concept et un phénomène trop peu investigués à partir de ces traits, pour déterminants qu’ils soient. Notre démonstration peut encore sembler limitée dans la mesure où le concept de territorialité a été seul examiné alors que son horizon de sens peut aussi être évoqué par d’autres concepts apparentés (sens du lieu, sentiment d’appartenance, géographicité, développement durable, etc.). Mais comme notre propos se concentrait sur ce concept pour illustrer son apport, nous ouvrir à ces autres possibilités aurait été contre-productif, soit la même réserve que celle faite précédemment vis-à-vis des concepts géographiques d’espace, lieu, paysage et territoire, ou encore des conceptions du territoire, de nos rapports à celui-ci et de notre condition territoriale provenant d’autres disciplines. La principale limite de notre texte reste sans doute que, proposant pour la première fois (à notre connaissance) pareilles conception culturelle et conceptualisation tripartite de la territorialité, celui-ci demeure, au final, insuffisamment déployé et étayé. En effet, il nous aurait fallu développer davantage sur les modalités et finalités de ces conception culturelle et conceptualisation tripartite, si ce n’est sur celles des processus d’appropriation, de transformation et d’identification territoriales sur lesquels se fondent les conceptions culturelle, politique et sociale, davantage explorer leurs tenants et aboutissants symboliques ou encore leurs incarnations paysagères, enfin plus préciser et systématiser les types d’identité, d’imagination, puis les rôles du territoire et de l’échelle, eux aussi plus propositionnels que largement explicités. Compte tenu toutefois du format restreint de l’article, nous ne pouvions faire plus. Une autre limite à signaler concerne la représentativité des textes et revues scientifiques de notre corpus vis-à-vis l’ensemble des entendements et usages pouvant être effectués de la territorialité en géographie. Or, si les 37 revues de renom sélectionnées et les quelques 2 000 articles colligés ne nous ont pas permis, par triangulation et selon le principe du seuil de saturation (Charmaz, 2015; Glaser et Strauss, 1967; Pires, 1997), de dégager les principales définitions-types et conceptions-mères de ce concept au sein de cette discipline, lesquelles et combien seraient nécessaires pour être gages d’une meilleure représentativité ?

59En conclusion, l’importance culturelle, économique, politique et sociale de nos rapports au territoire, si ce n’est leur inéluctabilité développementale, écologique et référentielle, nous incitent plus que jamais à les interroger. Or, pour utile que puisse être le concept de territorialité dont s’est munie la géographie pour y réfléchir, et malgré divers raffinements récents, celui-ci peine toujours à totalement les embrasser et, dès lors, à composer véritablement avec notre condition territoriale. C’est pourquoi avons-nous proposé une conceptualisation tripartite qui constitue, selon nous, une définition et une opérationnalisation plus abouties de ce concept, inférant que dans la différenciation puis l’articulation dialogique de ses trois manières foncières d’être en relation avec un territoire selon qu’on connote l’unicité, la singularité ou la spécificité de notre façon de l’habiter et, dès lors, d’être de, par ou pour ce territoire, nous serons plus à même d’employer sciemment ce concept. L’objectif poursuivi est de pouvoir ainsi réaliser une analyse à l’aune de l’une ou l’autre de ses conceptions compte tenu de l’enjeu, des acteurs et des moyens, pour mieux interpréter nos rapports au territoire comme la trame des actions, des signes, des significations et des symboles par laquelle se dessine notre présence-en-ce-monde et sur laquelle s’inscrit notre geste aménagiste.

Haut de page

Bibliographie

Agnew, J. A., 1987, Place and politics: the geographical mediation of state and society, Boston, Allen & Unwin.

Alland, A., 1972, The human imperative, New York, Columbia University Press.

Alphandery, P. & Bergues, M., 2004, “Territoires en questions: pratiques des lieux, usages d’un mot”, Ethnologie Française, Vol.37, No.2, 5-12.

Amin, A., 2004, “Regions unbound: towards a new politics of place”, Geografiska Annaler, Series B, No.86, 33-44

Appadurai, A., 1996, Modernity at large, Minneapolis, Minnesota University Press.

Arendt, H., 1958, The human condition, Chicago, Chicago University Press.

Aristote, 2014, Œuvres complètes, Paris, Flammarion.

Badie, B., 1995, La fin des territoires. Paris, Fayard.

Bachelard, G., 1989, La poétique de l’espace, 4e éd. Paris, Presses universitaires de France, collection Quadrige. [1957]

Beck, U., 1997, The reinvention of politics: rethinking modernity in the global social order, Cambridge, Polity.

Bédard, M., 2002, “Géosymbolique et iconosphère bourguignonnes : Continuité ou rupture paysagère ? Le cas de Beaune”, Cahiers de Géographie du Québec, Vol.46, No.129, 323-343.

Bédard, M., 2016, “Réflexion sur les modes relationnels et registres de signifiance des perception, conception, représentation et affection, ou la quadrature des approches qualitatives en géographie”, Cahiers de géographie du Québec, Vol.60, No.171, 47-69.

Bédard, M., 2018, “Réflexions sur la vocation identitaire, la fonction relationnelle et le potentiel heuristique de la territorialité –Analyse statistique de ses entendements et usages et mise à l‘épreuve d’une explication culturalo-centrée”, article à soumettre hiver 2018 à Cybergeo, 24 pages.

Bédard, M. & Breux, S., 2011, “Non-lieux et grands projets urbains – Une inéluctable équation?  Perspectives théoriques et propositions analytiques”, Annales de géographie, No.678, 135-156.

Berdoulay, V. & Entrikin, N.J., 1993, “Singularité des lieux et prospective”, Espaces et Sociétés, No.74-75, 189-202.

Bonnemaison, J., 1996, Les fondements géographiques d’une identité — L’archipel de Vanuatu : essai de géographie culturelle, Paris, Orstrom.

Bourdieu, P., 1972, Esquisse d’une théorie de la pratique, Genève, Librairie Droz.

Callan, H., 1970, Ethology and society, Oxford, Oxford University Press.

Casey, E.S., 1997, The fate of place. A philosophical history, Berkeley, California University Press.

Casey, E.S., 2001, “Espaces lisses et lieux bruts”, Revue de métaphysique et de morale, Vol.32, No.4, 465-481.

Castells, M., 1998, La société en réseaux. L’ère de l’information, Paris, Fayard.

Castells, M., 2000, The rise of the network society. The information age: economy, society and culture, Cambridge, Blackwell.

Castoriadis, C., 1975, L’institution imaginaire de la société, Paris, Seuil.

Castoriadis. C., 1996, La montée de l’insignifiance – Les carrefours du labyrinthe IV, Paris, Seuil.

Charmaz, K., 2015, “Grounded theory; methodology and theory construction”, in: Smelser N.J. et Baltes P.B. (dir.) International encyclopedia of the social and behavioral sciences, 2nd edition, New York, Elsevier, 402-407.

Commoner, B., 1971, The closing circle, London, J. Cape.

Corboz, A., 1983, “ Le territoire comme palimpseste”, Diogène, No.121, 14-35.

Crang, M. & Thrift, N.J. (dir.), 2000, Thinking space, London, Routledge.

Cresswell, T., 2004, Place – A short introduction, London, Blackwell.

Dalby, S., 1991, “Critical geopolitics: discourse, difference, and dissent”, Environment and Planning, D: Society and Space, Vol.9, 261-283.

Dardel, É., 1990, L'homme et la terre - Nature de la réalité géographique, 2e éd., Paris, Éditions du CTHS. [1952]

Dear, M. & Flusty, S. (dir.), 2002, Spaces of postmodernity: Readings in human geography, Oxford, Blackwell.

Debarbieux, B., 1995, “Le lieu, le territoire et trois figures de rhétorique”, L’Espace géographique, Vol.2, 97-112.

Deleuze, G. et Guattari, M., 1980, Mille plateaux, Paris, Minuit.

Deleuze, G. et Guattari, M., 1991, Qu’est-ce que la philosophie? Paris, Minuit, collection Critique.

Denaley, D., 2005, Territory: a short introduction, Malden, Blackwell.

Di Méo, G., 1985, “Les formations socio-spatiales ou la dimension infra-régionale en géographie”, Annales de géographie, Vol.94, No.526, 661-689.

Di Méo, G., 1987, “Objectivation et représentation des formations socio-spatiales de l’acteur au territoire”, Annales de Géographie, Vol.96, No.537, 564-594.

Di Méo, G., 1991, L’Homme, la Société, l’Espace, Paris, Anthropos, Economica.

Di Méo, G., 1994, “Épistémologie des approches géographiques et socio-anthropologiques des quartiers urbains”, Annales de géographie, Vol.103, No.577, 255-275.

Di Méo, G. (1999). “Géographies tranquilles du quotidien : Une analyse de la contribution des sciences sociales et de la géographie à l’étude des pratiques spatiales”, Cahiers de Géographie du Québec, Vol.43, No.118, 75-93.

Di Méo, G., 2002, “L’identité : une médiation essentielle du rapport espace/société”, Géo-Carrefour, Vol.77, No.2, 175-185.

Di Méo, G., 2004, “Composantes spatiales, formes et processus géographiques des identités”, Annales de Géographie, Vol.113, No.638-639, 363-384.

Di Méo, G., 2005, “Aux portes de Pau, le SIVU du Piémont Béarnais : identités rurales et réalités urbaines”, in Arlaud J. & Royoux M. (dir.), Rural-urbain, nouveaux liens, nouvelles frontières, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 157-169.

Di Méo, G., 2007, “Identités et territoires : des rapports accentués en milieu urbain ?”, Métropoles, No.1, 1-16.

Dumont, R., 1974, L’utopie ou la mort, Paris, Seuil, collection Points politique.

Durand, G., 1968, L’imagination symbolique, Paris, Presses universitaires de France, collection Quadrige. [1964]

Elden, S., 2010, “Land, terrain, territory”, Progress in Human Geography, Vol.34, No.6, 799-817.

Entrikin, N. J., 1991, The betweenness of place: towards a geography of modernity, Baltimore, John Hopkins University Press.

Foucault. M., 1966, Les Mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard.

Foucault. M., 1969, Archéologie du savoir, Paris, Gallimard.

Foucault, M., 1975, Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

Foucault, M., 1984, “Des espaces autres, Hétérotopies”, Architecture, Mouvement, Continuité, Vol.5, 46-49. [1967]

Foucault, M., 2004, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France (1977-78), Paris, Gallimard/Seuil, collection Hautes Études.

Foucault. M., 2006, La volonté de savoir : droit de mort et pouvoir sur la vie. Cours au Collège de France (1976-77). Paris, Gallimard/seuil, collection Hautes Études. [1976]

Giddens, A., 1991, Modernity and self-identity: self and society in the late Modern Age, Stanford, Stanford University Press.

Giddens, A., 1999, Runaway world: how globalisation is reshaping our lives, London, Profile.

Gide, A., 1999, Essais critiques, Paris, Gallimard, collection Bibliothèque de la Pléïade. [1946]

Greenbie, B.B., 1975, Design for diversity, Amsterdam, Elsevier.

Gustafson, P., 2001, “Meanings of place: everyday experience and scientific conceptualization”, Journal of Environmental Psychology, Vol.21, 5-16.

Gustafson, P., 2014, Place attachment in an age of mobility, in Manzo L.C. Manzo & Devine-Wright P. (dir.) Place attachment – Advances in theory, methods and applications, London, Routledge, 37-48.

Hall. E.T., 1978, La dimension cachée, Paris, Seuil, collection Points. [1963]

Hartshorne, R., 1939, The nature of geography: A critical survey of current thought in the light of the past, Lancaster, Association of American Geographers.

Harvey, D., 1973, Social justice and the city, London, Arnold.

Hediger, H., 1951, Observations sur la psychologie animale dans les parcs nationaux du Congo, Bruxelles, Institut des parcs nationaux du Congo.

Heidegger, M., 1962, Chemins qui ne mènent nulle part, Paris, Gallimard.

Heidegger, M., 1980, “Bâtir, habiter, penser” in Essais et conférences, Paris, Gallimard, collection Tel. [1958]

Howard, H.E., 1920, Territory in bird life, London, John Murray.

Hubbard, P. & Kitchin, R. (dir.), 2010, Key thinkers on space and place, 2nd ed., London and Thousand Oaks, Sage.

Hussy, C., 2002, “La territorialité, éléments pour une approche écogénétique”, in Hussy J. (dir.) La territorialité, une théorie à construire : colloque du 28 septembre 2001, en Hommage à Claude Raffestin, Genève, Université de Genève, Cahiers géographiques, 4, 74-82.

Ittelson, W,H., et al, 1974, An introduction to environmental psychology, New York, Holt, Rinehart & Winston.

Klauser, F., 2008, Rethinking the relationships between society and space: a review of Claude Raffestin’s conceptualisation of human territoriality, Galway, National University of Galway, Social Science Research Center, WP 37. 11 juillet 2014. URL: http://nuigalway.ie/research/ssrc/documents/territoriality_working_paper_francisco_klauser.pdf.

Klauser, F., 2012, “Thinking through territoriality: introducing Claude Raffestin to Anglophone sociospatial theory”, Environment and Planning D, Vol.30, 106-120.

Kourtessi-Philippakis, G., 2011, “La notion de territoire : définitions et approches”, in Kourtessi-Philippajis G. & Treuil R. (dir.) Archéologie du territoire, de l’Égée au Sahara, Paris, Publications de la Sorbonne, 7-16.

Lacoste, H., 1976, Géographie du sous-développement, Paris, Seuil.

Lasserre, F. & Gonon, E., 2007, Espaces et enjeux: méthodes d’une géopolitique critique, Paris, L’Harmattan, collection Raoul-Dandurand.

Latour, B., 1991, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte.

Lefebvre, H., 2000, La production de l’espace, 4e éd. revue et augmentée, Paris, Anthropos. [1974]

Lévinas, E., 1984, Transcendance et intelligibilité, Genève, Labor & Fidès.

Lewicka, M., 2011, “Place attachment : how far have we come in the last 40 years ?”, Journal of Environmental Psychology, Vol.31, 207-230.

Lorenz, K., 1952, King Solomon’s ring, New York, Crowell.

Lorenz, K., 1966, On aggression, London, Methuen.

Low, S.M. & Altman, I., 1992, “Place attachment: a conceptual inquiry”, in Altman I. & Low S.M. (dir.) Place attachment, New York, Plenum, 1-12.

Lowenthal, D., 1961, “Geography, experience and imagination: towards a geographical epistemology”, Annals of the Association of American Geographers, Vol.51, 241-260.

Lussault, M., 2007, L’homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, Paris, Seuil, collection La couleur des idées.

Malmberg, T., 1980, Human territoriality – Survey of behavioural territories in man with preliminary analysis and discussion of meaning, The Hague, Paris & New York, Mouton Publishers, collection New Babylon, Studies in the Social Sciences, 33.

Massey, D., 2005, For space, London, Sage.

Massey, D., 2007, World city, London, Polity Press.

Mongin, O., 2005, La condition urbaine. La ville à l’heure de la mondialisation, Paris, Seuil, collection La couleur des idées.

Murphy, A.B., 2012, “Entente territorial [sic]: Sack and Raffestin on territoriality”, Environment and Planning D: Society and Space, Vol.30, 159-172.

Naes, A., 1972, The pluralist and possibilist aspect of the scientific enterprise, London, Allen & Unwin.

Nancy, J.-L., 1993, Le sens du monde, Paris, Galilée.

O’Tuathail, G., 1996, Critical geopolitics: The politics of writing global space, Minneapolis, Minneapolis University Press.

Paasi, A., 2000, “Territorial identities as social constructs”, Hagar – International Social Science Review, Vol.1, 91-113.

Paasi, A., 2003, “Territory”, in Agnew J., Mitchell K. & O’Tuathail, G. (dir.) A companion to political geography, Malden, Blackwell, 109-122.

Painter, J., 2010, “Rethinking territory”, Antipode, Vol.42, 1090-1118.

Paquot, T., 2009, “Henri Lefebvre, penseur de l’urbain”, in Paquot T., et Younès C., (dir.) Le territoire des philosophes. Lieu et espace dans la pensée au XXe siècle, Paris, La Découverte, collection Armillaire, 237-254.

Paquot, T. et Younès, C. (dir.), 2009, Le territoire des philosophes. Lieu et espace dans la pensée au XXe siècle. Paris, La Découverte, collection Armillaire.

Peet, R., 1977, Radical geography : alternative view points on contemporary social issues, Chicago, Maaroufa.

Philo, C., 2000, “Foucault’s geography”, in Crang M. et Thrift, N.J. (dir.) Thinking space, London, Routledge, 205-238.

Pires, A.P., 1997, “Échantillonnage et recherche qualitative : essai théorique et méthodologique”, in Poupart J. et al (dir.) La recherche qualitative – Enjeux épistémologiques et méthodologiques, Montréal, Gaétan Morin, 113-169.

Platon, 2008, Œuvres complètes, Paris, Flammarion.

Raffestin, C., 1977, “Paysage et territorialité”, Cahiers de Géographie du Québec, Vol.21, No.53-54, 123-134.

Raffestin, C., 1980, Pour une géographie du pouvoir, Paris, Librairies techniques.

Raffestin, C., 1982, “Remarques sur les notions d’espace, de territoire et de territorialité”, Espace et société, Vol.41, 167-171.

Raffestin, C., 1983, “L’imagination géographique”, Géotopiques, 25-43.

Raffestin, C., 1984, “La territorialité : miroir des discordances entre tradition et modernité”, Revue de l’Institut de Sociologie, Vol.3-4, 437-447.

Raffestin, C., 1986, “Écogénèse territoriale et territorialité”, in Auriac F. & Brunet R. (dir.) L’espace. Jeux et enjeux, Paris, Fayard, Nouvelle encyclopédie Diderot, 175-185.

Raffestin, C., 1995, “Géographie et écologie humaine”, in Bailly A.S. et al (dir.) Encyclopédie de la géographie, Paris, Économica, 23-36.

Raffestin, C. & Bresso, M., 1979, Travail, espace, pouvoir, Lausanne, L’Âge d’Homme.

Ricoeur, P., 2000, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, collection Essais.

Sack, R.D., 1980, Conceptions of space in social thought: a geographic perspective, London, MacMillan.

Sack, R.D., 1983, “Human territoriality”, Annals of the Association of American Geographers, Vol.73, No.1, 55-74.

Sack, R.D., 1986, Human territoriality. Its theory and history, Cambridge, Cambridge University Press.

Sack, R.D., 1997, Homo geographicus – A framework for action, awareness, and moral concern, Baltimore & London, John Hopkins University Press.

Sack, R.D., 2003, A geographical guide to the real and the good, New York & London, Routledge.

Sambursky, S., 1977, “Place and space in late neoplatonicism”, Studies in History and Philosophy of Science Part A, Vol.8, No.3, 173-187.

Sartre, J. P., 1976, L’être et le néant. Essai d’ontologie phénoménologique, Paris, Gallimard, collection Bibliothèque des idées. [1943]

Sen, A., 2003, Un nouveau modèle économique. Développement, justice, liberté, Paris, Odile Jacob, collection Poches.

Simmel, G., 1988, La tragédie de la culture, Paris, Rivages. [1910]

Soja, E.W., 1971, The political organization of space, Washington, Association of American Geographers, Commission on College Geography Resource Paper, 8.

Soja, E.W., 1989, Postmodern geographies. The reassertion of space in critical theory, London, Verso.

Soja, E.W., 1996, Thirdspace: journeys to Los Angeles and other real-and-imagined places, Cambridge, Blackwell.

Soja, E.W., 2000, Postmetropolis: critical studies of cities and regions. Oxford, Blackwell.

Soja, E.W., 2010, Seeking spatial justice, Minneapolis, University of Minnesota Press, Globalization and Community Series.

Storey, D.W., 2001, Territory: the claiming of space, Harlow, Longman.

Taylor, C., 2003, Les sources du moi. La formation de l’identité moderne, Montréal, Boréal, collection Boréal Compact. [1989]

Taylor, P. J., 1978, “Political geography”, Progress in Human Geography, Vol.2, 53-62.

Taylor, P. J., 1989, Political geography, World-economy, nation-state, and locality, Harlow, Longman Scientific & Technical.

Tizon, P., 1996, “Qu’est-ce que le territoire ?”, in Di Méo G. (dir.) Les territoires du quotidien, Paris, L’Harmattan, 17-34.

Tuan, Y.F., 1977, Space and place, London, Edward Arnold.

Turco, A., 2002, “Sociotopie : un concept pour servir à la construction d’une théorie de la territorialité”, in Hussy J., (dir.) La territorialité, une théorie à construire : colloque du 28 septembre 2001, en Hommage à Claude Raffestin, Genève, Université de Genève, Cahiers géographiques, 4, 159-166.

Virilio, P., 1976, L’insécurité du territoire, Paris, Stock, collection Monde ouvert.

Williams, R., 1972, The country and the city, London, Chatto & Windus.

Wright, J.K., 1947, “Terrae incognitae: the place of imagination in geography”, Annals of the Association of American Geographers, Vol.37, 1-15.

Wunenburger, J.J., 1991, L'imagination, Paris, Presses universitaires françaises, collection Que sais-je ?

Haut de page

Notes

1 Nous préciserons davantage à la prochaine section les diverses définitions-types de ce concept qui prévalent en géographie selon notre corpus. Nous nous contentons ici de rapporter les propos de ces deux auteurs.

2 Pour mieux saisir les principaux entendements et usages du concept de territorialité en géographie, nous avons colligé tous les articles l’abordant explicitement depuis son avènement dans cette discipline en 1961 (Lowenthal, 1961) jusqu’à la fin de 2016, ce parmi un ensemble de 37 revues scientifiques jugées les plus propices à cet exercice de validation « par le terrain ». Ont ainsi été considérées 11 revues de géographie spécialisées pouvant selon nous regrouper le plus grand nombre de spécialistes intéressés par ces questions (Antipode, Cultural Geography, Environmental Ethics, Gender, Place and Culture, Géographie et cultures, Hérodote, Journal of Historical Geography, Political Geoography, Population, Place and Space, Social and Cultural Geographies, Space and Culture), 10 revues géographiques davantage généralistes associées à un pays en particulier, et donc à d’éventuels groupes d’individus culturellement plus « spécifiques », ce afin d’avoir le plus vaste éventail possible de conceptions (Cahiers de géographie du Québec, Géographe canadien, Environment and Planning D, L’Espace géographique, GéoCarrefour, Geographical Research, Geografiska Annaler B, Géographie, économie et société, New Zealand Geographer, Norwegian Journal of Geography), ainsi que 16 revues plus nettement généralistes et internationales, géographiques et autres, présumant que, parées d’un plus grand prestige puisque comptant parmi les plus anciennes et les plus réputées (elles bénéficient pour la plupart des indices d’impact les plus élevés), elles seraient davantage influentes (Annales de géographie, Annals of the Association of American Geographers, Applied Geography, Area, Cybergeo, Diogenes, Economic Geography, Espaces et sociétés, EspacesTemps.net, Geoforum, Geojournal, International Journal of Urban and Regional Research, Landcape and Urban Planning, Progress in Human Geography, Transactions of the Institute of British Geographers, Urban Studies). Si plus de 2 000 articles ont ainsi été dénombrés, nous avons également examiné au sein des mêmes revues tous ceux traitant d’identité (près de 6 500), ce compte tenu de l’importance que nous accordons à la vocation identitaire de la territorialité, et avons cherché à dégager et à analyser leurs éventuelles cooccurrences pour éprouver nos postulats. Nul livre (monographie ou recueil) n’a été envisagé car nous désirions recueillir le plus grand nombre de sources, mais plus encore saisir le plus finement et de la manière la plus à jour l’évolution des conceptualisations de la territorialité au sein de la discipline. Pour plus de précisions quant à cette recension et à ses modalités, sinon sur les résultats de notre analyse statistique, voir Bédard 2018.

3 Fusse-t-elle considérée de manière plus ou moins précise ou implicite alors qu’il est surtout question d’espace et de ses modes de signification et de territorialisation, et encore d’un espace souvent distinct de celui auquel réfère habituellement les géographes.

4 Évidemment, si nous comprenions l’espagnol, le portugais, le russe, le coréen ou toute autre langue, voire si nous étions davantage familier avec les territorialités autochtones ou rurales, il est possible que notre corpus de références aurait été quelque peu différent. Cela posé, nous ne sommes pas convaincu que cela aurait modifié la territorialité ici abordée, tant est prégnant selon nous l’imprimatur de la géographie universelle, un imprimatur certes sensible culturellement et linguistiquement (domination de l’anglais et de l’univers anglo-saxon), mais relevant d’abord et avant tout de l’ontologie et de l’épistémologie de la discipline (à moins bien évidemment que celles-ci soient également surdéterminées par les intérêts ou lecture de l’un ou de l’autre).

5 Enfin quasi-chronologique puisque groupées en deux ensembles distincts selon les types d’identité et d’imaginaire employés qui, s’ils altèrent quelque peu la séquence temporelle, permettent mieux leur saisie en soulignant la toute-puissance des conceptions stratégique et organisationnelle.

6 La conception de la territorialité de Soja s’inscrit au sein d’une plus vaste entreprise que cette seule définition-type première. Avec Postmodern Geographies (1989) et Thirdspace (1996), Soja ne cherche plus en effet à conceptualiser la territorialité ou à l’aborder directement. Il esquisse plutôt une nouvelle lecture du rôle territorialisant de la ville alors que, à partir du cas de Los Angeles (1996), il constate que de plus en plus d’hétérotopies, simulacres ou pastiches, président aux milieux et modes de vie qui se dessinent dans les villes, ces dernières étant dorénavant constituées de lieux (places ) de plus en plus désagrégés qui ont peu ou pas à voir avec les modèles urbains antérieurs, dont tout particulièrement celui centre-périphérie(s). S’inspirant de Lefebvre et de Foucault, il propose une analyse de cette transformation de l’urbain « traditionnel » au profit d’un mode d’aménagement diffus et multipolaire en distinguant trois types d’espace : un espace premier (firstspace) propre aux aménagistes et fait de cartes associées à diverses notions abstraites propres à l’analyse spatiale; un espace second (secondspace) plus imaginatif et représentationnel, proche cette fois du lieu; puis un espace-tiers (thirdspace), “multi-sided and contradictory, oppressive and liberating, passionate and routine, knowable and unknowable […] a space of radical openness, a site of resistance and struggle, a space of multiplicitous representations,[…] where there are always “other” spaces, heteropologies, paradoxical geographies waiting to be explored” (Soja 1989 : 279). Et c’est grâce à cette autre approche des enjeux territoriaux et rapports de force spatiaux que Soja en appelle d’une plus grande justice spatiale (2010) car, selon lui, la justice a une géographie et une distribution équitable des ressources comme un accès égal aux services sont des droits humains fondamentaux.

7 Au même titre que Soja, cette définition de la territorialité de Sack comme instrument de contrôle et de gouvernance (1983) s’inscrit au sein d’une plus vaste réflexion sur le spatial (1980, 1997, 2003) qui explore aussi les notions et concepts d’espace, région et géographie. Il y développe notamment une conception encore davantage relationnelle du lieu (mais est-ce là la meilleure traduction du concept anglais place, qui évoque aussi les idées d’endroit et de territoire ?) car, cœur non seulement de la réflexion géographique mais encore de notre condition géographique (1997), s’y rejoignent et conjuguent l’empirique (soit le sens, la nature et les relations sociales), le moral (soit la vérité, la justice et le naturel) et l’esthétique (1997), soit trois domaines convergents qui se déclinent de diverses manières en vertu d’une territorialisation variable selon les contextes.

8 Raffestin use aussi de la territorialité pour nommer et réfléchir sur l’aspect plus matériel (1979, 1980, 1982) de notre condition territoriale, c'est-à-dire sur l’environnement physique (écosphère et cadre bâti) duquel nous dépendons fondamentalement en vertu de notre corporéité (Turco, 2002), et nous agissons. Sa conception de la territorialité se veut donc également écogénétique (Hussy, 2002), tant topologique que topographique. Il reste que cet autre aspect est moins largement évoqué et exploité dans les textes consultés, et n’est pas conceptualisé comme tel.

9 Pour la mise à l’épreuve de cette explication de Klauser et Murphy, voir Bédard, 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Schématisation de la conceptualisation tripartite de la territorialité
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28853/img-1.png
Fichier image/png, 9,0k
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28853/img-2.png
Fichier image/png, 15k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mario Bédard, « Les vertus identitaire, relationnelle et heuristique de la territorialité – D’une conception culturelle à une conceptualisation tripartite », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 838, mis en ligne le 20 décembre 2017, consulté le 20 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/28853 ; DOI : 10.4000/cybergeo.28853

Haut de page

Auteur

Mario Bédard

Professeur agrégé
Département de géographie
Université du Québec à Montréal
Montréal, Canada

Membre régulier du Centre de recherches sur les Innovations sociales (CRISES)
Membre régulier de l'Institut du patrimoine de l'Université du Québec à Montréal
Membre associé au Centre de recherches Gaston Bachelard sur l'Imaginaire et la Rationalité

Courriel : bedard.mario@uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page