Navigation – Plan du site
2018

Andreotti A., Le Galès P. et Moreno-Fuentes F.-J., 2015, Globalized Minds, Roots in the City. Urban Upper-Middle Classes in Europe, Oxford, Wiley, 264 p.

Contrôler les échelles : Mobilités transnationales, ville et ancrage local chez les cadres supérieurs européens
Thomas Pfirsch

Notes de l’auteur

Le livre a été traduit et publié en français sous le titre Un monde à la carte. Les villes européennes des classes supérieures, Paris, PUF, 2016. Mais les références dans le compte rendu renvoient à l’édition originale anglaise chez Wiley.

Texte intégral

1La mondialisation s’accompagne-t-elle de l’émergence d’une nouvelle élite transnationale, s’affranchissant des attaches territoriales nationales et urbaines locales, et unifiée par un nouveau style de vie hypermobile ? Cette question anime depuis une trentaine d’années les théoriciens de la « société liquide », mais sans toujours s’appuyer sur des enquêtes empiriques solides. Les rares études empiriques sur le sujet trouvent en quelque sorte ce qu’elles cherchent en se focalisant sur des groupes très minoritaires sélectionnés précisément pour leur forte mobilité et observés dans des villes mondiales destinataires d’une mobilité globale élitaire, à l’image de la « transnational capitalist class » étudiée par Leslie Sklair (2001).

2Le livre d’Alberta Andreotti, Patrick Le Galès et Javier Moreno-Fuentes vient reposer la question des rapports entre élites économiques et territoire dans la mondialisation, mais en entrant par un groupe bien plus large : celui des « managers » du privé et du public. Ces derniers sont de plus sélectionnés non pour leur mobilité effective, mais sur le critère traditionnel de la classe socio-professionnelle, et étudiés dans leur ville de résidence, afin d’intégrer dans l’enquête ceux qui ne bougent pas, ou reviennent dans leur ville d’origine. Le livre se concentre de plus sur quatre « globalizing cities » européennes (Paris, Milan, Madrid et Lyon), dynamiques économiquement mais qui – Paris mise à part – ne se situent pas au sommet de la hiérarchie urbaine mondiale. Par cette focale depuis l’« Europe du Sud-ouest » (sic), le livre s’inscrit dans le courant de travaux récents qui cherchent à recontextualiser des théories urbaines produites à partir des villes globales anglophones. Enfin, l’ouvrage s’appuie sur une riche enquête comparative : 480 entretiens menés auprès d’hommes et femmes cadres en milieu de carrière, avec le même protocole dans les quatre villes étudiées. L’enquête explore à la fois leur positionnement identitaire, leurs pratiques internationales, leur rapport à l’État nation, leur implication dans leur ville et leur quartier de résidence, les critères de leurs choix résidentiels, la valorisation subjective de l’international…

3Deux questions sont au centre du livre : assiste-t-on à la formation d’une classe supérieure de cadres européenne ou mondiale, développant des styles de vie communs au-delà des frontières nationales (1) ? Et observe-t-on chez les cadres européens la logique de « sécession » nationale et locale caractéristique de la transnational capitalist class (2) ? La réponse des auteurs est claire. S’il y a bien une idéologie commune valorisant la globalisation et les mobilités transnationales chez les managers d’Europe du Sud-ouest, dans la pratique leurs mobilités internationales restent limitées (la moitié d’entre eux n’ont jamais résidé dans un pays étranger), majoritairement restreintes à l’Europe, et souvent marquées par des retours. Les auteurs distinguent ainsi trois groupes de cadres en fonction de leur degré de transnationalisme : les « fairly mobile » sont très minoritaires, les « rather local » constituent près d’un tiers de l’échantillon et le groupe le plus important rassemble ceux qui concilient une mobilité internationale élevée (essentiellement à travers des déplacements professionnels temporaires) et un fort ancrage résidentiel et social local. Pour beaucoup de cadres, le transnationalisme – défini comme l’importance des pratiques transfrontalières et des références subjectives internationales dans la vie quotidienne et les normes sociales (selon la définition de Mau, 2010) – se vit en fait dans l’immobilité, par les pratiques virtuelles des médias, ou les contacts sur place avec des étrangers via le monde professionnel. En conséquence, cette transnationalisation est tout à fait compatible avec le maintien de très fortes attaches nationales et locales, notamment par le rôle que jouent les réseaux de parents et d’amis dans les choix résidentiels. Il n’y a donc pas de sécession des managers européens, mais plutôt un jeu sur les échelles. Les échelles locales, nationales, européennes et globales ne se substituent pas l’une à l’autre, elles s’articulent pour produire des identités multiples et fournissent surtout une ressource, un pouvoir décisif dans la vie sociale des cadres. Les concepts de « partial exit » (le fait de « sortir » partiellement de sa société nationale, en y revenant ou en y conservant certaines pratiques sociales – inspiré des travaux de Hirschman, 1970) ou d’« elective belonging » (Savage et al., 2005) sont proposés par les auteurs pour désigner ce jeu subtil sur la proximité et la distance au gré des contextes, qui permettent aux managers d’asseoir leur pouvoir social. Le plan de l’ouvrage suit d’ailleurs ce raisonnement par échelle : le premier chapitre revient sur la notion de classe moyenne supérieure dans les trois pays étudiés, le second analyse l’ancrage urbain des cadres, le troisième leur degré de transnationalisme et le quatrième l’articulation des deux à travers les stratégies de « partial exit ».

4Ces résultats ne sont pas en soi nouveaux. Mais l’intérêt du livre est de leur donner un fondement empirique solide et de permettre de mieux comprendre les variations sociales de ce jeu sur la mobilité internationale et l’ancrage local. Les cadres du privé sont ainsi plus mobiles que ceux du public, en particulier les cadres de grande entreprise. Les hommes sont également plus mobiles que les femmes, et ce quel que soit l’âge et la position de carrière, alors que les femmes sont en général plus mobiles en début de carrière et parmi les plus jeunes générations. Mais un des grands intérêts du livre est de montrer le rôle du contexte urbain dans ce jeu d’échelles. Ainsi, l’ancrage local est plus intense dans les villes des pays à famille forte d’Europe du Sud (Milan et Madrid), où le rôle des réseaux de parenté attache durablement les individus à leur espace d’origine, provoquant un « inherited rather than elective belonging » (p. 71). Il y a également un effet capitale à Paris et Madrid, où l’ancienneté des réseaux post-coloniaux permet une plus grande mobilité internationale des cadres (professionnelle plus que résidentielle).

5Enfin, il y a un net effet de quartier sur ce jeu de la mobilité et de l’ancrage. L’enquête a le mérite d’accorder un rôle clé à la diversité des quartiers à l’échelle intra-urbaine. Les enquêtés ont été choisis dans 16 quartiers, 4 dans chacune des 4 villes étudiées, sélectionnés en fonction de leur degré de centralité (deux dans le centre et deux en périphérie dans chaque ville), et de leur degré de mixité sociale (un quartier central « mixte » et un quartier central bourgeois plus homogènes, idem en périphérie). Ainsi, les cadres en phase de mobilité sociale et nouvellement arrivés dans les villes étudiées ont tendance à choisir des quartiers homogènes, centraux ou périphériques, où l’insertion locale est facilitée par les institutions, sans nécessité d’une trop forte implication dans le quartier, tandis que les cadres originaires de la ville sont souvent maintenus par leurs attaches familiales dans des quartiers centraux devenus mixtes socialement, et dans lesquels ils s’impliquent fortement pour mieux contrôler la distance avec les classes moyennes et populaires locales. Ce faisant, le livre souligne l’importance de nouvelles dynamiques socio-urbaines qui ne correspondent pas aux modèles classiques de la gentrification (où la mixité est valorisée et non produite par remplacement générationnel comme c’est le cas ici), ou de la suburbanisation (ici les quartiers centraux homogènes sont fortement valorisés), habituellement convoqués pour décrire les classes moyennes supérieures dans les villes contemporaines. C’est là une autre originalité du livre que de se situer au carrefour des études sur les mobilités internationales, sur la ségrégation et sur l’espace urbain, croisement souvent effectué pour les migrants sud-nord mais rarement pour les mobilités nord-nord.

6Bien sûr, malgré la richesse de son matériau empirique, l’enquête comporte des limites. La question de l’ethnicité est par exemple peu abordée, alors même que des études récentes ont montré l’importance des discriminations raciales dans la mobilité internationale des cadres des pays européens, France en tête. L’importance de la famille est constamment rappelée dans le livre (« family, family, family » p. 182), mais sans être déconstruite ni véritablement analysée : on ne sait rien des arbitrages de mobilité au sein des couples de cadres par exemple, ni de la composition différente des modèles familiaux dans les villes étudiées. Surtout, la famille y est systématiquement présentée comme un frein à la mobilité internationale et comme un facteur d’ancrage local, alors que l’on sait aussi l’importance des réseaux familiaux comme support migratoire, y compris dans les migrations nord-nord qualifiées (Baldassar et Merla, 2014). Mais la principale limite du livre est que, au terme de sa lecture, on perçoit finalement assez mal quelle est la spécificité du « partial exit » des cadres européens par rapport à d’autres groupes sociaux habitués à jouer sur les échelles. Quelle est la différence entre le « partial exit » des cadres étudiés et celui de la bourgeoisie européenne traditionnelle, qui fonde depuis longtemps son pouvoir sur l’articulation du cosmopolitisme et d’un hyper ancrage local ? Et comment se distingue-t-il du « partial exit » des migrants sud-nord établis en Europe et habitués à vivre à la fois ici et là-bas, au sein de quasi-diasporas ? Quel est aussi le rôle particulier du contexte de l’intégration européenne et de la libre circulation Schengen sur ces cadres européens par rapport à leurs homologues nord-américains par exemple ? Le livre ne tranche pas explicitement ces questions et n’ouvre pas de comparaison conclusive avec d’autres groupes sociaux et d’autres espaces. Mais il lance des pistes, en soulignant par exemple le caractère très européen, plus que mondial, des circulations internationales de ces cadres et l’importance d’une idéologie mobilitaire en leur sein. Il montre aussi la capacité de ce groupe à contrôler ses mobilités et à les ajuster en fonction des différents contextes, capacité facilitée aussi bien par le capital économique que par leur niveau d’éducation et la « hiérarchie des passeports ». Car l’essentiel n’est pas de montrer que circulations internationales et ancrage local s’articulent, ce que les sciences sociales savent depuis longtemps, mais bien comment ces articulations reposent sur des mécanismes de pouvoir, et à qui elles profitent.

Haut de page

Bibliographie

Baldassar L., Merla L. (dir.), 2014, Transnational Families, Migration and the Circulation of Care: understanding mobility and absence in family life, Londres, Routledge.

Hirschman A.H., 1970, Exit, Voice and Loyalty: responses to Decline in Firms, Organizations and States, Cambridge, Harvard University Press.

Mau S., 2010, Social Transnationalism. Lifeworlds beyond the Nation State, Londres, Routledge.

Savage M., Bagnall G., Longhurst B., 2005, Globalisation and Belonging, Londres, Sage.

Sklair L., 2001, The Transnational Capitalist Class, Oxford, Wiley-Blackwell.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Pfirsch, « Andreotti A., Le Galès P. et Moreno-Fuentes F.-J., 2015, Globalized Minds, Roots in the City. Urban Upper-Middle Classes in Europe, Oxford, Wiley, 264 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 16 janvier 2018, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/28913

Haut de page

Auteur

Thomas Pfirsch

Université de Valenciennes, France
thopfirsch@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page