Navigation – Plan du site
2018
841

Les périurbains et leurs espaces publics : enquête sur les franges nord de la métropole parisienne

Suburbanites and public spaces. A survey on the Northern fringes of Paris
Antoine Fleury

Résumés

Les espaces périurbains sont souvent considérés sous l’angle d’un déficit d’urbanité relié à un manque voire à une absence d’espaces publics. Pourtant, de nombreux travaux récents ont donné à voir les processus de publicisation à l’œuvre dans un espace périurbain de plus en plus diversifié et approprié par ses habitants. À partir d’une enquête menée sur les franges nord de la métropole parisienne, cet article analyse les pratiques et représentations des habitants pour identifier les différents espaces assurant pour eux, à un moment ou à un autre, la fonction d’espace public. Il attire l’attention sur les différents types d’espaces pratiqués, tant en termes de formes que d’interactions en public, mais aussi sur les différenciations sociales dans le rapport à ces espaces. En définitive, il montre que les habitants du périurbain fréquentent des espaces publics diversifiés, en lien avec des pratiques et des représentations qui parfois opposent, mais le plus souvent articulent proximité et distance géographique, ville et campagne, quête de nature et recherche de l’altérité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Que ce soit dans les médias ou dans certains discours académiques, les espaces périurbains sont souvent considérés sous l’angle d’un déficit d’urbanité relié à un manque voire à une absence d’espaces publics. Ils correspondraient ainsi à un « style de vie caractérisé par une forte privatisation de l’espace, tant dans ses lieux (peu d’espaces publics) que dans sa mobilité (domination écrasante de l’automobile) » (Lévy, 2013). Selon cette perspective, non seulement les périurbains auraient tendance à plébisciter la fermeture résidentielle, mais « les lieux fréquentés [par ces derniers] au fil de leurs déplacements [seraient] tout aussi aseptisés et contrôlés que les espaces résidentiels » (Charmes, 2007). Cet insistance sur la rareté ou l’absence d’espaces publics dans le périurbain prend sens dans l’opposition, bien souvent établie et ce jusqu’à la caricature, entre citadins et périurbains : « d’un côté, les habitants des quartiers centraux, vivant en appartement, se déplaçant à pied ou en bus, sensibles aux espaces publics, ouverts aux “frottements” » et « de l’autre, les pavillonnaires, repliés sur l’espace privé du logement, dépendants de l’automobile, producteurs de lieux “génériques”, porteurs d’idéologies défensives et sécuritaires » (Cailly, 2008).

2Depuis une dizaine d’années, de nombreux travaux ont montré à l’inverse que les espaces périurbains ne sont pas dénués d’espaces publics ou de processus de publicisation. D’une part, les spécialistes des espaces ruraux et périurbains ont attiré l’attention sur les « espaces ouverts » définis comme des espaces libres de construction et non artificialisés (Poulot, 2013). Ils ont largement documenté la manière dont ces derniers sont devenus « une des composantes majeures des modes d’habiter périurbain », en « [s’articulant] à la quasi-totalité des mobilités périurbaines » et en « [devenant] des lieux d’un vivre-ensemble, à tout le moins d’un vivre en commun » (Poulot et al., 2016, p. 90). Les nouvelles formes d’investissement (résidentiel, récréatif, touristique, etc.) de ces espaces ouverts ont été analysées dans toute leur diversité et certains parlent à leur propos de publicisation dans la mesure où ces espaces ont des statuts juridiques divers (Le Caro, 2007 ; Banzo, 2009 ; Banzo et al., 2010 ; Banos et Sabatier, 2010 ). Si les problèmes de cohabitation existent, par exemple entre usages récréatifs et usages agricoles, il faut cependant souligner que cette publicisation est de plus en plus portée par la composante rurale des sociétés locales, avec notamment un rôle de plus en plus actif des agriculteurs (Le Caro, 2007 ; Poulot, 2013 ; Clément et Soulard, 2016). D’autre part, une abondante littérature a été consacrée aux centres commerciaux, mettant en évidence « les nouvelles relations entre espace marchand et espace social, entre espace commercial et espace public » (Lestrade, 2002) qui se sont dessinées à la faveur de la généralisation de leur utilisation. Par les usages qui s’y déploient, ces espaces de consommation font eux aussi l’objet d’une publicisation (Sabatier, 2006). Car, même s’ils apparaissent pour beaucoup encore comme de simples « centres d’achat », les centres commerciaux sont devenus pour certains habitants des « centres de vie » (Lestrade, 2001), des « lieux de socialité » (Poupard, 2005), notamment dans le périurbain (Gasnier, 2010 et 2012).

  • 1 L’enquête a été réalisée dans le cadre d’un projet de recherche financé par le PUCA (« Lieux et hau (...)

3C’est dans le sillage de ces travaux que s’inscrit le présent article. En s’appuyant sur une enquête qui a porté sur les pratiques et les représentations des habitants sur les franges nord de la métropole parisienne (sud de l’Oise et nord du Val d’Oise)1, il s’intéresse à la place respective et à l’articulation, dans leurs pratiques et représentations, des différents espaces construits par les habitants, à un moment ou à un autre, comme des espaces publics. Appréhendés comme une « construction sociale » (Korosec-Serfaty, 1988, p. 111), les espaces publics sont ici définis conjointement comme des espaces ouverts au public, quel que soit leur statut (public ou privé) et qu’ils soient aménagés ou pas à destination du public, et comme des espaces pratiqués par le public pour divers motifs, des interactions entre usagers découlant potentiellement de ces pratiques. Cette définition permet d’insister sur le fait que la nature, l’intensité et la diversité des usages, et avec eux des interactions, peuvent varier considérablement dans l’espace et dans le temps (Dessouroux, 2003 ; Casillo, 2013 ; Fleury, 2014). Deux hypothèses guideront la réflexion. D’une part, les espaces périurbains approchent d’un stade de « maturité » (Berger et al., 2014), qui correspond au développement de pratiques de proximité et à un ancrage dans l’espace local, et cette évolution passe par la construction d’espaces publics périurbains, ces derniers incluant sans s’y limiter les espaces ouverts. D’autre part, les espaces de vie des habitants englobent des espaces ruraux comme des espaces urbains (Morel-Brochet, 2007 ; Dodier, 2007), du cœur de l’agglomération aux petites villes qui structurent les franges périurbaines (Bonin-Oliveira, 2011), avec en conséquence une large palette d’espaces publics potentiels. Dans les deux cas, les occasions sont donc nombreuses pour les périurbains de se confronter avec l’altérité, bien loin des clichés sur la vie périurbaine.

4Après avoir présenté le terrain et l’enquête, l’article donne à voir toute la variété des espaces publics pratiqués par les habitants, tant en termes de formes que de localisation. Il s’intéresse ensuite aux interactions en public qui caractérisent ces espaces. Enfin, l’accent est mis sur l’importance des différenciations sociales dans le rapport aux espaces publics, nuançant l’hypothèse initiale et rappelant les inégalités d’accès aux espaces publics propres aux espaces périurbains.

Une enquête par entretiens dans l’Oise et le Val d’Oise

5L’enquête a été réalisée dans le secteur d’Écouen-Ézanville, en bordure de l’agglomération parisienne, et autour de deux petites villes situées à environ 50 km de Paris, Méru et Senlis, la première étant incluse dans l’aire urbaine de Paris, la seconde définissant une petite aire urbaine (figure 1). Ces secteurs ont été choisis dans la perspective de dépasser une vision réductrice du périurbain et de prendre acte de son hétérogénéité (Dodier et al., 2012 ; Aragau et al., 2011), parce qu’ils sont caractérisés avant tout par leur position intermédiaire, marqués par une certaine diversité en termes d’habitat, d’emploi, d’équipements et de commerces, mais aussi en termes de peuplement (voir annexes 1 et 2). Ils s’inscrivent dans un espace où se mêlent forêts domaniales et grande culture céréalière, jalonné de petites villes tantôt industrielles (Creil, Méru...), tantôt tertiaires (Chantilly, Senlis...). Le processus de périurbanisation y est plus ou moins avancé, aboutissant à une densification variable, selon la distance à l’agglomération et aux infrastructures de transport, mais aussi selon la spécificité des contextes locaux, avec parfois de fortes contraintes (parc naturel régional et sites naturels classés, plan d’exposition au bruit, etc.). Enfin, de grands contrastes sociaux traversent cette région, avec d’un côté une surreprésentation d’employés et d’ouvriers sur les franges de l’agglomération parisienne, dans la vallée de l’Oise et dans le pays de Thelle, et de l’autre une surreprésentation de cadres dans les environs de Senlis, Chantilly et L’Isle-Adam, le reste de la région accueillant plutôt des classes moyennes, avec une surreprésentation des professions intermédiaires.

Figure 1 : Les terrains d’enquête

Figure 1 : Les terrains d’enquête
  • 2 Les entretiens ont été réalisés puis retranscrits au cours de l’année 2013 par Marie Bocquet, Helin (...)
  • 3 Commerces (marchés, supermarchés, commerces indépendants…), services et équipements (établissements (...)
  • 4 Il s’agit d’une méthode d’enquête nommée « photo elicitation interview » qui consiste à mener l’ent (...)
  • 5 La question était formulée ainsi : « Voici quelques photos. Pouvez-vous nous dire si vous reconnais (...)

6L’enquête a consisté en une série de 98 entretiens semi-directifs2 qui se sont principalement déroulés au domicile des personnes enquêtées. Ces entretiens comportaient trois ensembles de questions, articulés à trois grands thèmes : le parcours résidentiel et biographique ; l’espace de vie, incluant la collecte systématique de lieux régulièrement fréquentés3 ; les représentations et l’attachement au territoire. Au cours des deux premières étapes de l’entretien, les espaces publics ne faisaient pas directement l’objet de questions, mais les enquêtrices et enquêteurs avaient été formés en amont pour inciter les personnes enquêtées à les évoquer à leur manière, par exemple en leur demandant de donner davantage de précisions sur les lieux fréquentés pour telle ou telle activité (voir annexe 3). Les questions relatives aux représentations et à l’attachement au territoire revenaient sur les lieux évoqués précédemment : l’une d’entre elles portait plus spécifiquement sur la flânerie et la promenade et une autre sur les itinéraires empruntés régulièrement. Enfin, les entretiens s’achevaient sur une discussion autour de photographies prises par les enquêteurs sur les différents terrains et représentant toute une gamme d’espaces potentiellement publics, à proximité ou à distance du lieu de résidence4. Les enquêtés étaient invités à les commenter5, ce qui a permis de récolter à la fois des récits de souvenirs ou de pratiques routinières.

  • 6 L’échantillon se compose respectivement, pour Méru et Senlis, de 12 et 6 habitants du centre, 5 et (...)
  • 7 La comparaison des profils des enquêtés avec l’ensemble de la population dans chacun des trois sect (...)

7Dans la perspective d’appréhender le périurbain dans sa diversité à la fois morphologique et sociale, la première moitié des entretiens a été menée dans les centres urbains et dans des quartiers péricentraux : quartier d’habitat social de la Nacre et lotissement du Val à Méru ; faubourg Saint-Martin et Bon Secours, deux quartiers pavillonnaires, à Senlis. L’autre moitié a été menée dans des communes environnantes (entre 2 et 5 km), où domine l’habitat individuel (voir figure 1)6. Les enquêtés ont été principalement approchés à leur domicile, et secondairement par l’intermédiaire d’habitants déjà interviewés. Par le choix des terrains puis par ajustements successifs a ainsi été constitué un échantillon d’habitants (tableau 1) dont les profils sociaux et démographiques sont relativement proches de ceux de la population de chaque secteur. Au terme de l’enquête, on relève quelques surreprésentations7, notamment des retraités dans le secteur de Méru et des diplômés du supérieur dans celui de Senlis, des femmes pour le secteur d’Ecouen-Ezanville et à l’inverse des hommes pour le secteur de Méru, ou encore des propriétaires dans les secteurs de Senlis et Ecouen-Ezanville. Ce faisant, les contrastes observés dans la population de référence se trouvent d’ailleurs accentués. En revanche, l’échantillon reflète très bien les contrastes entre les différents secteurs pour les structures familiales, les classes d’âge et la situation professionnelle.

Tableau 1 : Présentation des personnes enquêtées

Secteur de Méru

33 personnes enquêtées

19 hommes et 14 femmes

Entre 23 et 86 ans (moyenne : 48 ans)

18 actifs ayant un emploi, 5 actifs sans emploi, 9 retraités/préretraités, 1 étudiant

22 sans le Bac, 9 avec Bac uniquement et 2 diplômés de 2e et 3e cycles

Secteur de Senlis

31 personnes enquêtées

18 femmes et 13 hommes

Entre 24 et 75 ans (moyenne : 51 ans)

23 actifs ayant un emploi, 1 actif sans emploi, 7 retraités/préretraités

7 sans le Bac, 18 avec Bac uniquement et 6 diplômés de 2e et 3e cycles

Secteur d’Écouen-Ézanville

33 personnes enquêtées

22 femmes et 11 hommes

Entre 24 et 80 ans (moyenne : 48 ans)

20 actifs ayant un emploi, 4 actifs sans emploi, 7 retraités/préretraités, 2 étudiants

7 sans le Bac, 11 avec Bac uniquement et 15 diplômés du supérieur

Source : Berroir et al., 2015

Formes et usages de l’espace public des périurbains

8Dans le champ des études périurbaines, plusieurs travaux mettent en avant les espaces ouverts et leur publicisation (Banos et Sabatier, 2011 ; Poulot et al., 2016 ; Clément et Soulard, 2016). Si l’enquête confirme ce résultat, elle rappelle que les habitants du périurbain fréquentent de nombreux autres types d’espaces, à proximité ou à distance de leur lieu de résidence, y compris dans des villes, grandes ou petites. Même si l’on observe quelques variations selon les secteurs étudiés, leurs pratiques s’inscrivent en fait dans des espaces aux formes variées – ouverts ou bâtis, de « nature » ou artificialisés – qui pour certains tendent à s’hybrider et entre lesquels se dessinent de nouvelles continuités.

Les espaces publics du centre de l’agglomération : pratiques quotidiennes versus pratiques occasionnelles

9« Plus on s’éloigne de la ville, plus distance spatiale et distance sociale se combinent pour expliquer un moindre rapport à l’urbain » avait déjà constaté R. Dodier (2007). Il en va de même pour les habitants enquêtés dans les secteurs de Méru et de Senlis puisqu’une majorité d’entre eux ne se rend que très rarement dans le centre de l’agglomération parisienne. Ce sont plutôt les enquêtés du secteur d’Ecouen-Ezanville, situé en bordure de l’agglomération, qui s’y rendent régulièrement.

10Ensuite, on peut distinguer ceux qui en ont une pratique quasi quotidienne, parce qu’ils y travaillent, et ceux qui s’y rendent plus particulièrement pour des activités culturelles, pour se promener, pour voir des amis ou de la famille. Les premiers sont peu nombreux et résident quasiment tous dans le secteur d’Écouen-Ézanville. Les espaces publics qu’ils fréquentent dans le centre de l’agglomération se réduisent bien souvent aux espaces de transport (trains, gares et métro), dont ils soulignent surtout le caractère éprouvant. S’ils en fréquentent sans doute d’autres, ils ne les évoquent que très peu au cours de l’entretien, ce qui témoigne d’un usage principalement fonctionnel de ces espaces. Les seconds résident dans les secteurs d’Écouen-Ézanville mais aussi, dans une moindre mesure, de Senlis. Ils déclarent prendre le temps de flâner dans certaines espaces publics urbains et une partie non négligeable évoque des espaces publics qu’ils connaissent bien. Parmi ces habitants, certains continuent de fréquenter des lieux où ils ont gardé des habitudes, comme Paul (61 ans, technicien retraité, Écouen/Bois Bleu) qui travaillait à Paris et y retourne régulièrement depuis sa retraite. Pour la plupart de ces enquêtés, la fréquentation des espaces publics urbains se combine avec des pratiques d’achat ou culturelles, voire avec des pratiques de type touristique, tout particulièrement à Paris :

« je prends [mon appareil photo] dans un gros sac, je prends le train, toute seule en journée, et… [je vais] faire des photos, à Montmartre, à Saint-Michel, en bord de Seine, des choses comme ça. » (Fanny, 27 ans, hôtesse d’accueil, Écouen)

« je me balade le nez au vent, c’est une très belle ville Paris, c’est la richesse culturelle. Et puis c’est incroyable, on se pose à une terrasse de café, on a 36 romans à la minute, c’est génial. » (Noël, 23 ans, étudiant, Esches).

11À quelques exceptions près, les espaces publics du centre de l’agglomération ne sont donc en définitive pratiqués qu’occasionnellement parmi les enquêtés. C’est plutôt dans les espaces périurbains eux-mêmes que l’on retrouve les espaces publics les plus importants dans les pratiques quotidiennes des habitants.

Centres des petites villes et centres commerciaux : entre achats et flânerie

12La fréquentation régulière des zones commerciales est souvent considérée comme l’un des attributs du mode de vie périurbain, ce que vient confirmer notre enquête. La plupart des enquêtés fréquentent les zones d’activités commerciales et en particulier les centres commerciaux, qu’elles soient situées en bordure de l’agglomération ou en périphérie des petites villes. Pour autant, la régularité du recours et le rapport à ces lieux sont très diversifiés. Si une partie non négligeable des enquêtés ne développe qu’un usage fonctionnel des centres commerciaux, nombre d’entre eux déclarent apprécier ces lieux où ils se rendent parfois plusieurs fois par semaine. L’enquête confirme alors les résultats obtenus par des travaux spécifiquement consacrés aux centres commerciaux (Lestrade, 2001 ; Sabatier, 2006) puisque ces lieux accueillent des usages diversifiés et qu’ils apparaissent non seulement comme des lieux d’approvisionnement mais aussi comme des lieux agréables où l’on peut venir passer du temps pour flâner, pour se détendre, pour déjeuner ou dîner en famille. Il s’agit en général de centres commerciaux proches du lieu de résidence, c’est-à-dire situés à quelques minutes en voiture, associant un hypermarché et une galerie marchande : centres commerciaux Plaine de France (Moisselles) ou My Place (Sarcelles) pour les habitants du secteur d’Écouen-Ézanville, Villevert (Senlis) ou les Marquises (Méru) pour les deux autres secteurs. Mais ces enquêtés sont également prêts à se rendre dans des centres commerciaux plus éloignés, offrant une plus grande diversité de commerces et de services, incluant par exemple des cinémas. Ainsi, les Trois Fontaines à Cergy ou les Portes de l’Oise à Chambly constituent des lieux de sortie occasionnelle.

13Dans la période récente, l’évolution des pratiques quotidiennes des ménages périurbains a cependant conforté la place des petites villes comme « points relais de la périurbanisation », permettant aux habitants « de s’éloigner de la ville centre et de ses services tout en garantissant la proximité d’une centralité autour de laquelle peut s’organiser la vie quotidienne » (Bonnin-Oliveira, 2013). Il s’agit en quelque sorte d’une centralité alternative à celle des centres commerciaux. Ainsi, les rues et les places des petites villes situées à proximité du lieu de résidence apparaissent fréquentées régulièrement, en lien avec des pratiques de consommation et de loisirs. Comme pour les espaces ouverts, promenade et flânerie y sont courantes et on relève une grande familiarité avec les lieux, ce dont témoignent des itinéraires favoris. Ces pratiques régulières s’accompagnent souvent d’un discours valorisant la marche à pied, l’accès facile à diverses ressources urbaines, en particulier les commerces. Une majorité des enquêtés se rend aussi assez régulièrement en voiture dans les petites villes plus lointaines – en distance mais pas forcément en temps de parcours – le week-end ou pendant les vacances. La plupart d’entre eux déclarent qu’ils vont s’y promener, qu’ils aiment y flâner après un repas au restaurant ou avant un moment dans un café. La ville la plus souvent citée est L’Isle-Adam (figure 2), à la fois pour son centre-ville et pour les berges de l’Oise :

« L’Isle-Adam, c’est une ville où c’est agréable d’aller se promener à pied, le long de l’Oise et même dans le centre-ville, dans les petites rues commerçantes, même là, c’est très sympa. Ça fait partie des villes que j’aime bien […]. Et puis c’est pas loin » (Julie, 51 ans, professeure des écoles, Ézanville)

14Mais Auvers-sur-Oise, Chantilly ou encore Senlis reviennent également souvent dans le discours des enquêtés. Toutes ces petites villes sont fréquentées pour les mêmes raisons, à savoir parce qu’elles offrent un cadre agréable qui combine des caractéristiques urbaines (animation, commerces, patrimoine) et « naturelles » (parcs et forêts, plans d’eau...). Ainsi les petites villes apparaissent-elles comme des interfaces entre différents types d’espaces publics de plus en plus connectés entre eux.

Figure 2 : Promenade sur les rives de l’Oise à L’Isle-Adam

Figure 2 : Promenade sur les rives de l’Oise à L’Isle-Adam

© A. Fleury, 31/10/2013

Les espaces ouverts et les villages : des pratiques intenses et diversifiées

15Initialement peu valorisés dans les processus de périurbanisation où ils apparaissaient comme des réserves d’espace en attente d’une urbanisation à venir, les espaces ouverts sont désormais en voie d’appropriation par les habitants (Poulot et al., 2015). Ils sont ainsi pratiqués par la majorité des enquêtés dans tous les secteurs étudiés. Il s’agit, d’une part, des espaces ouverts situés à proximité du lieu de résidence, où les habitants se rendent à pied, plusieurs fois par semaine. Les usages sont multiples, incluant surtout la promenade et la flânerie, mais aussi des activités sportives (vélo, randonnée, équitation, etc.) ou encore la cueillette (fleurs, fruits, champignons, etc.). Selon la localisation du logement, les habitants privilégient les bois et les forêts ou bien les champs et les chemins ruraux. Il s’agit, d’autre part, d’espaces ouverts plus éloignés où les habitants se rendent le plus souvent en voiture, le week-end, pour y pratiquer le même genre d’activités mais sur une plus longue durée, par exemple pour un pique-nique. Dans les deux cas, on relève une certaine familiarité avec les lieux. Certains habitants évoquent leurs « circuits favoris » à travers champs et donnent même un « petit nom » à certains d’entre eux ; d’autres pointent les différences de paysages et d’usages entre les forêts, voire au sein d’une même forêt, et leurs variations selon les saisons.

16Quand ils résident dans des petites communes, il arrive que les enquêtés se promènent dans le centre du village. On relève alors une continuité forte avec les espaces ouverts dans leurs cheminements :

« On passe par la rue de Dieudonné, on coupe dans le bois, on revient par la rue d’Hanvoile, on prend la rue de Chauffour, on revient par là. Là, y a de quoi se promener au moins 2h, hein, tranquillement » (Edwige, 51 ans, comptable, Anserville)

« Dans le village, y a la campagne à côté, puis y aussi les chevaux, donc on peut aller voir les chevaux avec les enfants. Y a un parc… Enfin, y a de quoi se promener ! » (Coralie, 31 ans, gestionnaire de litiges, Le Mesnil-Aubry)

17Pour autant, la plupart ne se rendent que très rarement dans le centre de leur village, ce qu’ils expliquent en général par le manque de commerces et plus globalement d’animation. La grande majorité des enquêtés a néanmoins pour point commun de se rendre dans d’autres villages ou bourgs de la région, pour faire des achats alimentaires ou pour se promener, certaines de leurs sorties dominicales dans les espaces ouverts comprenant une étape dans un ou plusieurs villages. Ainsi, certains villages constituent de véritables attractions touristiques locales, comme par exemple Pierrefonds, Fontaine-Chaalis ou Gerberoy, en lien avec leur histoire et leur patrimoine bâti. Mais ce sont finalement plutôt les événements tels que les foires, les brocantes ou les marchés qui contribuent au réinvestissement des villages et des bourgs. De nombreux enquêtés participent à ces événements le week-end, certains sillonnant même la région, d’une brocante à l’autre.

Des pratiques éclatées à la mise en réseau des espaces publics

18Les pratiques de l’espace ouvert comme celles des villages, des bourgs et des petites villes sont relativement éclatées dans l’espace et dans le temps, en lien le plus souvent avec des déplacements en voiture. C’est d’ailleurs ce qui différencie les espaces publics périurbains de ceux du cœur de la ville dense, marqués par de plus fortes continuités piétonnières. Pour autant, les pratiques spatiales de certains enquêtés commencent à construire des continuités entre ces différents types d’espaces, comme ont pu le constater par ailleurs Poulot et al. (2016) qui parlent de « mise en réseau des espaces ouverts ».

19Tout d’abord, en ce qui concerne les petites villes, si la référence au paysage urbain et au patrimoine est récurrente dans les discours des enquêtés, c’est aussi souvent pour leur proximité avec la « nature » que ces villes sont appréciées. Les espaces publics urbains que sont les rues et les places sont étroitement connectés, dans les pratiques comme dans les représentations des enquêtés, avec les espaces ouverts ou de « nature » (figure 2). Bien souvent, les enquêtés insistent sur la présence de forêts ou de bois à proximité de la ville, mais aussi sur la nature en ville. Les chemins qui relient les faubourgs au centre-ville ou la promenade des remparts à Senlis illustrent bien cette imbrication que l’on retrouve dans les itinéraires de promenade :

« On passe par le petit chemin qui fait très campagne pour aller en centre-ville. (...) On a vraiment l’impression d’être à la campagne pratiquement jusqu’au centre-ville » (Annabelle, 53 ans, professeure du secondaire, Senlis, Faubourg St-Martin).

20À une échelle plus large, la pratique du vélo, de l’équitation ou encore de la randonnée contribue à cette mise en réseau des différents types d’espaces publics, comme en témoigne Julie (41 ans, professeur des écoles, Écouen/centre-ville), qui met l’accent sur les continuités territoriales jusqu’aux villes, en passant par les villages :

« il y a plein de sentiers agricoles qui sont super sympas et on peut aller très loin. [...] Au-dessus d’ici, c’est que des petits villages, et tout se rejoint par petits sentiers agricoles. […] Je peux aller jusqu’à Royaumont, jusqu’à la forêt de L’Isle-Adam et tout, c’est vraiment bien. Et en partant, là, du centre-ville, quasiment. Dès derrière la mairie, là, il y a déjà un petit sentier. [...] On peut aller jusqu’à L’Isle-Adam, jusqu’à… jusqu’à Pontoise, même. Je l’ai fait une fois ».

21Il en découle même chez certains habitants une exigence nouvelle en termes de politiques publiques. Ainsi, Paul (61 ans, technicien retraité, Écouen/Bois Bleu) fait remarquer qu’il faudrait « créer dans la campagne des itinéraires jalonnés et paysagés, à l’image des promenades urbaines ». L’aménagement en cours de nombreuses pistes cyclables clairement balisées va dans ce sens, même si les pouvoirs publics tardent à accompagner ce maillage progressif des espaces périurbains par les pratiques des habitants.

Une gamme variée d’interactions en public

22Au-delà de cette diversité des formes et des usages, il convient de s’intéresser aux différents types d’interactions en public dont les habitants sont amenés à faire l’expérience. L’enquête montre que si les habitants du périurbain mettent à distance la densité et l’hétérogénéité sociale et qu’ils ont tendance à se tourner plus volontiers vers des espaces marqués par la faiblesse des interactions, privilégiant le contact avec la « nature » (Poulot, 2013), ils n’en prennent pas moins part à toute la gamme des interactions en public. Pour saisir ces dernières, les travaux de L. Lofland (1998) sont particulièrement éclairants puisqu’ils invitent à penser les espaces urbains selon le type d’interaction qui y domine, identifiant trois sphères (realms) : public, privée et communautaire ou locale (parochial). En préférant le terme de sphère (realm) à celui d’espace (space), L. Lofland souligne que les limites entre ces sphères sont protéiformes, qu’elles peuvent se chevaucher, coexister dans un même espace matériel, grandir ou bien disparaître.

Une mise à distance de la densité et de l’hétérogénéité sociale

23Comme on l’a vu précédemment, une majorité d’habitants enquêtés ne fréquente pas le centre de l’agglomération et a fortiori ses espaces publics. « Cette grande prudence vis-à-vis de la ville dans le périurbain lointain ne doit pas être interprétée comme un rejet mais plutôt comme une indifférence » fait remarquer R. Dodier (2007). Notre enquête confirme ce constat, notamment dans le secteur de Méru, où plusieurs habitants insistent sur le fait qu’ils n’ont pas de raisons de s’y rendre. Cependant, quand ils sont amenés à qualifier la grande ville et ses espaces publics, les enquêtés les associent la plupart du temps à la forte densité, à la foule :

« J’avoue que maintenant quand je retourne à Stains, je me sens plus très bien (…). J’ai l’impression que c’est une espèce de jungle, (…) puis c’est très très dense. Là, y a… pour moi, y a trop de monde. Je pourrais pas vivre à Paris de toute façon parce que c’est… y a trop de monde » (Angélique, 42 ans, assistante maternelle, Ézanville)

24Ces fortes densités d’usages sont souvent perçues négativement, suscitent du stress voire de la peur. C’est particulièrement le cas pour les gares et les trains (en particulier le RER D), souvent évoqués par ailleurs pour leur manque de confort et leur saleté, et pour le caractère éprouvant des déplacements qui en découle. En dehors des espaces de transport, les espaces publics de Paris et de sa banlieue nord sont souvent jugés tout aussi négativement, les problèmes de circulation et de stationnement, ainsi que le manque de sécurité – plus particulièrement pour les rues des communes de banlieue – s’ajoutant à la trop forte densité de fréquentation. À ce rejet de la densité est associé, chez certains enquêtés, même s’ils sont plus rares, un rejet de la diversité et notamment la possibilité de côtoyer d’autres groupes sociaux.

25Il en découle des stratégies d’évitement qui d’ailleurs expliquent en partie la faible fréquentation de ces espaces publics. Ainsi, nombreux sont ceux qui ont arrêté de prendre les transports en commun et qui privilégient désormais la voiture, mode de déplacement individuel permettant d’éviter les problèmes soulevés ci-dessus. Ainsi, Malika (44 ans, assistante maternelle, Le Mesnil-Aubry) déclare : « Si je vais à Paris, j’y vais en voiture. J’évite d’aller en transports. J’ai donné, quoi ». Un certain nombre d’enquêtés déclare aussi éviter désormais de fréquenter certaines communes de Seine-Saint-Denis et leurs espaces publics : outre le marché de Saint-Denis, les rues de Stains, de Villiers-le-Bel et de Sarcelles, le parc de la Courneuve sont également évoqués : « il vaut mieux ne pas y aller parce qu’il y a beaucoup de gens que je connais qui se sont fait agresser » précise Fanny (27 ans, hôtesse d’accueil, Écouen). Certains quartiers de Paris sont également concernés, comme par exemple le quartier des Halles.

26Certes, ces discours et ces pratiques d’évitement traduisent en définitive une tendance à déconsidérer les espaces publics les plus archétypaux, c’est-à-dire ceux où l’on fait l’expérience du côtoiement d’inconnus, ainsi que d’une densité et d’une diversité sociale fortes (Hannerz, 1983 ; Lofland, 1998). Si ces espaces sont par nature ambivalents, les menaces extérieures et la mise en danger de soi l’emportent ici sur la possibilité de la découverte et de la rencontre. Ce type de discours ne se retrouve cependant que minoritairement et est associé à la fois à des trajectoires résidentielles et à des profils sociaux particuliers, comme nous le verrons par la suite. Il s’agit en outre le plus souvent d’espaces publics fréquentés de manière contrainte, comme par exemple les espaces de transport. Si l’on considère que les espaces publics ne se réduisent pas à ceux qui sont les plus denses et divers dans leurs usages comme dans le profil de leurs usagers, on ne peut cependant en conclure que ces habitants du périurbain ne pratiquent pas d’espaces publics. Tendant à délaisser ceux qui sont marqués par des interactions sociales nombreuses, les périurbains choisissent en fait de fréquenter d’autres types d’espaces dont il convient d’explorer les caractéristiques.

Un contact avec la « nature » privilégié aux interactions sociales

27Force est de constater que les espaces les plus fréquentés – espaces ouverts, espaces publics des villages et petites villes – correspondent à des caractéristiques opposées à celles qui définissent classiquement l’espace public : calme et tranquillité, faibles densités d’usages. La mise à distance des espaces publics de la ville dense dans les discours des enquêtés fait ainsi tout particulièrement écho à la forte valorisation des espaces ouverts, ce que résume bien Gabriella (47 ans, assistante maternelle, Le Mesnil-Aubry), qui « aime autant aller [se] balader dans les champs » parce qu’elle se sent « plus à l’aise toute seule au milieu d’un champ qu’avec des gens qu’[elle] n’apprécie pas forcément ». La faiblesse des interactions sociales est très souvent évoquée et valorisée. Ainsi, Paul (61 ans, technicien à la retraite, Écouen/Bois Bleu) aime marcher dans les chemins ruraux car « on peut marcher 15 mn sans croiser personne », mais plutôt « des moutons et des chevaux, mais aussi des renards ». La découverte de la nature l’emporte alors sur l’interaction sociale : « On oublie tout, on regarde ce qui se passe. J’ai trouvé un petit coin dans la forêt d’Esches, j’ai fouillé un peu là-dedans, j’ai trouvé le coin à champignons et le coin à châtaignes » (Gabriel, 32 ans, sans emploi, Esches). De nombreux enquêtés insistent sur la beauté des paysages et de leurs changements suivant les saisons, sur la diversité de la flore et de la faune, mais aussi, même si c’est un peu moins courant, sur les odeurs et sur les bruits de la nature. Les espaces ouverts apparaissaient finalement comme des espaces où l’on peut se ressourcer, le verbe revenant de manière récurrente dans le discours des enquêtés :

« Il n’y a personne […]. Tu te ressources […], moi je ne me ressource pas en ville » (Gilles, 52 ans, professeur du secondaire, Senlis, Faubourg St-Martin)

« J’aime bien être au calme avec la nature : j’ai besoin de ça, de me ressourcer. Quand je pars marcher souvent au départ j’ai la musique et puis soudain j’arrête parce que j’ai le bruit des oiseaux, de la nature. » (Ariane, 46 ans, décoratrice d’intérieur, Senlis, centre)

« C’est un endroit [la forêt d’Ecouen] peut-être pour se ressourcer un petit peu, surtout quand vous avez des animaux » (Fanny, 27 ans, hôtesse d’accueil, Écouen)

28Ainsi se dessine, dans les pratiques et les représentations des périurbains, un autre type d’espace public tout autant marqué que la version archétypale et urbaine de l’espace public par la découverte et l’inattendu mais plutôt tourné vers le non-humain. Ce type d’espace public correspond peu ou prou aux espaces ouverts. Si les citadins viennent y chercher des formes de tranquillité et d’intimité, ainsi qu’une relation privilégiée à la nature que l’on peut aussi trouver dans les parcs et jardins de l’agglomération, les espaces ouverts se démarquent par le fait qu’ils font partie du paysage quotidien des périurbains, font l’objet d’usages fréquents et diversifiés, et surtout contribuent à « la fabrication d’un projet de vie qui conjugue vie saine et agréable et contact avec la nature » (Poulot, 2013).

29Dans ces espaces ouverts, la possibilité de rencontre avec des inconnus existe, la sphère publique s’invitant ainsi ponctuellement dans les autres sphères si l’on reprend les termes de L. Lofland (1998). Cette possibilité est parfois valorisée, comme par Gabriel (cf. ci-dessus) qui raconte avoir croisé un autre cueilleur de champignons qui lui a indiqué où en trouver. Mais ce sont les risques de ces rencontres qui sont surtout mis en avant, notamment par les femmes, et limitent d’ailleurs en partie l’usage des espaces ouverts. La plupart des parents soulignent également qu’ils ne laissent pas leurs enfants aller jouer ou se promener seuls. Ces risques plus ou moins fantasmés rappellent que l’on a malgré tout affaire à des espaces publics. Ils renvoient en effet à la nature même de ce dernier, comme lieu de rencontres inopinées et parfois dangereuses, celles-ci étant amplifiées par la faible densité d’usages caractéristique du périurbain (Le Goff, Malochet, 2012), même si, comme pour dédouaner leur lieu de vie, un certain nombre d’enquêtés explique cette menace par des phénomènes de diffusion depuis la ville dense.

Des sociabilités de voisinage et un côtoiement alternatif de l’altérité

30Les pratiques des habitants révèlent cependant aussi la recherche d’interactions sociales en dehors de la sphère privée, même si ce sont d’autres interactions que celles qu’impliquent les espaces publics les plus denses et divers. Il s’agit tout d’abord des sociabilités de voisinage, articulées à des réseaux de connaissances, qui renvoient à la sphère « locale » ou « communautaire » (parochial realm) décrite par L. Lofland (1998). On retrouve ainsi une forte valorisation de la sociabilité villageoise, en opposition à l’anonymat de la ville. Comme le rappelle R. Dodier (2007), « il s’agit sans doute d’un discours largement reconstruit, très dans l’air du temps, exprimé à partir de la nostalgie de valeurs considérées comme rurales ». Pour autant, rejoignant les résultats d’autres recherches (Morel-Brochet, 2007), l’enquête montre que les sociabilités de voisinage existent, même si elles ne sont pas systématiques, et qu’elles s’inscrivent bien souvent en extérieur : on se dit bonjour, on échange quelques mots. Les moments festifs entre voisins sont souvent évoqués (apéritifs, barbecues), de même que les animations organisées par des associations ou par la commune (marchés, brocantes, carnavals, etc.). À Anserville et à Esches, la camionnette du boulanger est présentée comme un moment de regroupement régulier des habitants. Le rôle des commerçants est souvent mis en avant : non seulement leurs clients « ne sont pas [pour eux] des numéros » (Edwige, 51 ans, comptable, Anserville) mais certains contribuent à créer des lieux attractifs, comme le « Le Bar’béry », très apprécié des jeunes de Barbéry et dont le rôle positif dans la vie du village est souligné par plusieurs enquêtés. On retrouve le même genre de discours et de pratiques pour les communes urbaines, où les habitants mettent bien souvent en avant les sociabilités avec leurs voisins :

« On s’entend très bien avec mes voisins. […] Ici c’est vraiment une toute autre ville et les gens prennent le temps de s’arrêter et de discuter, et tout ça. […] Ici, [ils] sont très bavards. Ils sont plus ouverts, plus faciles à approcher. […] Une fois qu’ils ont la confiance, une fois qu’ils comprennent qu’on est gentil, ben c’est l’ouverture, c’est la chaleur humaine, c’est… “bah venez prendre un café, venez partager un gâteau…” » (Flora, 27 ans, gestionnaire de paies, Méru, Le Val)

31Il est également souvent fait allusion aux petits commerçants que l’on connaît bien ou qui, tout du moins, prennent le temps d’un véritable échange. Autant de sociabilités que l’on ne retrouve pas à Paris, comme un certain nombre d’enquêtés le soulignent, et qui rapprochent les petites villes des villages : « Écouen c’est un village, et on s’y sent bien. On est bien accueilli par les commerçants, les voisins sont agréables et courtois. (…) A Paris, on pourrait plus retrouver ça, par exemple » (Fanny, 27 ans, hôtesse d’accueil, Écouen). Les centres commerciaux sont d’ailleurs aussi un lieu où l’on peut croiser les mêmes personnes – employés comme clients d’ailleurs – de manière régulière et prendre le temps d’échanger avec elles, comme l’expliquent plusieurs enquêtés.

32Outre ces sociabilités liées à l’interconnaissance, les pratiques des habitants révèlent aussi une confrontation à un autre type d’espace public correspondant cette fois-ci aux critères de définition les plus classiques, à savoir des lieux de rencontres et de sociabilités inopinées avec des inconnus (la « public realm » pour reprendre les termes de L. Lofland [1998]). Mais, à la différence des espaces publics de l’agglomération, ce sont des espaces publics que l’on choisit de fréquenter et qui ont un caractère rassurant pour de nombreux enquêtés. Les petites villes sont sans surprise au premier chef concernées, présentant les avantages de la ville sans ses inconvénients, avec des espaces publics moins intensément fréquentés et donc plus « calmes » comme aiment à le dire les habitants, moins diversifiés dans leurs usages – comme souvent aussi dans le profil de leurs usagers – que ceux de la grande ville, où l’on croise tout autant des connaissances que l’on y côtoie des inconnus. Même si les enquêtés n’en parlent pas beaucoup, les centres commerciaux et leurs galeries marchandes les confrontent également à un grand nombre d’inconnus. Si les clients sont parfois très nombreux, notamment en fin de semaine, on les côtoie néanmoins dans un cadre strictement normé et contrôlé. Enfin, il arrive que les rues et les places des villages ou les bourgs se muent aussi, même si c’est de manière temporaire et exceptionnelle, en lieux majeurs du côtoiement avec des inconnus. C’est le cas des villages les plus touristiques, comme en témoigne Léon (84 ans, retraité, Corbeil-Cerf) : « on aime bien aller une ou deux fois l’an à Gerberoy [même si] le dimanche, c’est un peu la foule, c’est un peu la cohue ». C’est aussi le cas quand s’y tient un marché, mais surtout dans le cadre d’événements du type brocante, festival, etc., appréciés et très fréquentés, alors que les bourgs et villages sont peu fréquentés le reste de l’année. Au cours de ces événements se nouent des interactions qui renvoient certes à l’interconnaissance, puisque ces animations sont souvent organisées par des associations locales, mais permettent tout autant le côtoiement de personnes venues de toute la région.

33En définitive, les périurbains sont certes peu nombreux à valoriser la forte densité et la forte diversité d’usages ou d’usagers, privilégiant les espaces ouverts où ils entretiennent des contacts d’une grande richesse avec la nature. Dans leur espace de vie, ils n’en développent pas moins régulièrement des interactions sociales en dehors de la sphère privée, que ce soit à travers des sociabilités de voisinage ou dans l’anonymat des lieux de sortie ou d’achat de fin de semaine.

Figure 3 : Consommation et sociabilité dans le centre de Senlis

Figure 3 : Consommation et sociabilité dans le centre de Senlis

© A. Fleury, 05/06/2014

Différenciations sociales et inégalités d’accès aux espaces publics

34Formes, usages et modes d’interaction sociale définissent donc différents types d’espaces publics. Mais comment les habitants combinent-ils ces différents espaces publics dans leur espace de vie ? Trois grands types de pratiques se dessinent : ils se différencient principalement par le rapport aux centres commerciaux et aux espaces publics de l’agglomération. Ils renvoient à des groupes sociaux assez bien différenciés, même si l’on peut relever quelques nuances à l’intérieur de ces types, en fonction du lieu de résidence et de la trajectoire résidentielle. Ce faisant, l’enquête vient compléter les travaux menés par d’autres chercheurs sur les modes d’habiter périurbain, en particulier ceux attirant l’attention sur les inégalités en termes de « capital de mobilité » et de « citadinité » (Cailly, 2008 ; Dodier, 2012).

Évitement des centres commerciaux et pratique intense des autres espaces publics

  • 8 Il s’agit de points de retrait de biens ou de marchandises au sein desquels le client prend livrais (...)

35Un premier type correspond aux enquêtés appartenant aux classes moyennes ayant un capital culturel relativement important et aux classes supérieures, dont les espaces de vie sont relativement étendus, en lien avec une certaine facilité à se déplacer – principalement en voiture – et une large gamme d’activités de loisirs. Ils résident surtout dans le secteur de Senlis et dans une moindre mesure en centre-ville à Écouen. Chez ces enquêtés, on relève la plupart du temps un rejet des centres commerciaux, déjà constaté par L. Cailly (2008). Cela ne veut pas dire qu’ils ne les fréquentent pas, mais plutôt occasionnellement et pour des achats spécifiques ; plusieurs d’entre eux favorisent par ailleurs les drives8 qui évitent la fréquentation d’un magasin ou d’une galerie commerciale. Ces enquêtés pratiquent et valorisent plutôt, en grande majorité, les espaces publics de nature – qu’ils soient à proximité ou à distance – et les espaces publics considérés comme typiquement urbains, en particulier ceux des petites villes (Senlis et Chantilly principalement) mais aussi ceux de Paris, où ils se rendent en voiture et dont ils n’ont pas une image négative, bien au contraire. Leur pratique de ces espaces publics urbains s’articule souvent à des pratiques de consommation ou à des pratiques culturelles, à une valorisation des ressources patrimoniales et architecturales comme des ambiances urbaines. Anne-Lise (50 ans, podologue, Senlis, centre) et Flora (27 ans, gestionnaire de paies, Méru, Le Val) résument bien ce rapport aux espaces publics :

« Les zones commerciales ce n’est pas très beau. Les petits magasins de Senlis sont plus jolis. […] La nature, c’est plus sympa, on est plus attirés par la verdure »

« Je n’aime pas le shopping, […] tout simplement parce qu’on piétine […]. Et puis je n’arrive pas à trouver le temps pour faire du shopping. Tandis que je peux facilement m’échapper, je dirais spirituellement, quand je fais des balades à l’extérieur. Je n’aime pas être engoncée dans des endroits… avec tout plein de murs. »

36L’effet de lieu joue évidemment beaucoup. Il est incontestable que le cadre de vie offert par Senlis ou Chantilly – villes historiques préservées autant que pôles commerciaux de premier plan dans la région – tout comme par leurs environs, avec de nombreuses forêts domaniales et des espaces naturels protégés, favorise ce genre de pratiques et de représentations. Ce constat vaut également, même si c’est dans une moindre mesure, pour Écouen, avec son petit centre historique requalifié, jouxté par son château et sa forêt. Les seules critiques émises sur des espaces publics urbains concernent sans surprise les villes industrielles et ouvrières de la région, comme Creil, qui sont le plus souvent évitées.

37Seule la trajectoire résidentielle et le lieu de résidence viennent moduler la combinaison de ces différents espaces publics. D’une part, la fréquentation comme la familiarité avec les espaces ouverts et les petites villes alentours est moins intense pour les nouveaux arrivants, souvent venus de l’agglomération parisienne. Ces enquêtés continuent à fréquenter régulièrement Paris où ils se rendent soit pour des activités culturelles ou de loisirs, soit pour retrouver des proches ; ils entretiennent une grande familiarité avec les espaces publics parisiens, dont ils n’évoquent que très peu les contraintes. A l’inverse, les habitants anciennement installés ou originaires de la région fréquentent davantage les espaces ouverts, notamment les forêts dont ils connaissent parfaitement les aménagements et les essences d’arbres, ainsi qu’une gamme diversifiée de bourgs et de petites villes qu’ils décrivent avec force détails.

Combinaison d’espaces publics et mise à distance du centre de l’agglomération

  • 9 S. Lestrade (2002) avait relevé une différence similaire entre des femmes cadres supérieures d’une (...)

38Un second type correspond aux enquêtés appartenant aux classes moyennes, en particulier aux « petits moyens » (Cartier et al., 2008), à la frontière entre classes populaires et classes moyennes, particulièrement nombreux dans l’échantillon. Pour la plupart bien motorisés, ces habitants ont des espaces de vie moins étendus que les précédents. Ils n’en pratiquent pas moins aussi des activités de loisirs qui les mènent dans les espaces ouverts ainsi que dans les petites villes alentours. Ce qui les différencie principalement du type précédent, c’est non seulement le rejet des espaces publics de l’agglomération mais surtout la fréquentation et la valorisation des centres commerciaux9. L. Cailly (2008) avait constaté la même tendance dans le cas de Tours : « en dehors du travail, ces périurbains évitent autant que possible un cœur d’agglomération qu’ils réprouvent. Du coup, ils tendent à valoriser les centralités périphériques, dans lesquelles ils peuvent passer parfois beaucoup de temps ». L’enquête montre néanmoins que la pratique des centres commerciaux n’exclut pas la pratique des espaces ouverts, principalement ceux qui sont proches du lieu de résidence, ou de certaines petites villes plus éloignées. Le cas de Nora (37 ans, mère au foyer, Écouen, Bois Bleu) est emblématique de ce type. Comme on l’a vu précédemment, Nora tient un discours très négatif sur les espaces publics de la banlieue nord ; elle précise en même temps qu’elle aime se promener dans le centre commercial Leclerc de Moisselles (figure 4) tout autant que dans les champs, et qu’elle se rend de temps en temps à L’Isle-Adam et à Chantilly le week-end.

39Le lieu de résidence influence cependant beaucoup la fréquentation respective de ces différents espaces. Ainsi, les habitants qui résident dans les communes urbaines fréquentent de manière relativement équilibrée les centres-villes, les centres commerciaux et les espaces ouverts. Ceux qui résident dans les villages pratiquent relativement moins, quant à eux, les espaces publics des petites villes où ils se rendent majoritairement en voiture, pour les commerces, services et équipements, ce qui les amène d’ailleurs à déplorer les problèmes de circulation et de stationnement. Ils y pratiquent donc sans surprise assez peu la flânerie et la promenade, privilégiant pour cela les espaces ouverts ou les centres commerciaux. L’effet de lieu vient bien sûr moduler ce constat puisque l’attractivité commerciale et l’animation des centres joue également, celui de Senlis attirant plus les habitants des villages alentours que ceux de Méru, Écouen et Ézanville. Par ailleurs, la distance à l’agglomération parisienne explique que ce soit les habitants du secteur d’Écouen-Ézanville qui pratiquent davantage les espaces publics de cette dernière, tout en développant bien souvent un discours de rejet que l’on retrouve beaucoup moins dans les deux autres secteurs, où le rapport à l’agglomération est moins structurant.

Figure 4 : Le centre commercial « Plaine de France » à Moisselles

Figure 4 : Le centre commercial « Plaine de France » à Moisselles

© H. Karaman, 19/04/2013

40La trajectoire résidentielle pèse également beaucoup sur la combinaison des différents espaces publics dans les pratiques et les représentations des habitants. D’un côté, un certain nombre d’enquêtés continuent à entretenir un lien fort avec l’agglomération parisienne, en particulier avec la banlieue nord, où ils ont habité ou travaillé par le passé, où ils ont de la famille ou des amis. Ainsi, Paulette (71 ans, infirmière à la retraite, Ézanville) continue de se rendre à Sarcelles où elle va faire le marché, sans en avoir une vision négative, tout en se promenant souvent à la fois dans Écouen et sur ses franges. Mais pour d’autres, c’est la trajectoire résidentielle qui explique le rejet des espaces publics de l’agglomération. Pour plusieurs enquêtés, les problèmes liés aux espaces publics expliquent d’ailleurs en partie leur relocalisation résidentielle. Tel est le cas pour Angélique (42 ans, assistante maternelle, Ézanville) qui a « fui » Villiers-le-Bel parce qu’elle « ne s’y sentait plus en sécurité » ou pour Julie (51 ans, professeure des écoles, Ézanville) qui a quitté Stains parce qu’il « avait de plus en plus d’agressions » et précise que « c’est devenu une espèce de jungle ». Ces enquêtés tentent d’ailleurs d’éviter au maximum les espaces publics urbains (hors centres commerciaux) et valorisent aussi bien les espaces ouverts alentours – même si tous ne les fréquentent pas régulièrement d’ailleurs – que les sociabilités de voisinage, dont une partie s’inscrit dans les espaces publics de proximité.

Difficultés d’accès aux espaces publics et stratégies d’adaptation

41Dans les deux types précédents, les pratiques de l’espace public sont fortement conditionnées par la capacité à être mobile. Certains groupes sociaux se trouvent confrontés à des difficultés d’accès aux espaces publics et doivent se limiter à ceux qui sont situés dans la proximité physique de leur logement.

42Le premier des groupes sociaux concernés est celui des classes populaires. Rappelons que dans le périurbain, ces ménages sont souvent amenés à réduire leurs déplacements pour faire face aux coûts élevés de la mobilité et deviennent parfois « captifs du périurbain » (Rougé, 2007), réalisant l’essentiel de leurs activités dans des espaces de vie restreints. Parmi les personnes enquêtées, il s’agit principalement d’habitants de Méru, dont la majorité est peu mobile et dont les pratiques de consommation ou de loisirs sont de surcroît fortement limitées par leur capacité financière. Ainsi, Paola (47 ans, technicienne de surface, Méru, centre) précise : « J’ai pas de voiture, donc j’peux pas bouger. […] J’ai pas les moyens moi de sortir. Donc Méru-Plages ». Ces habitants se rendent rarement dans les centres commerciaux et sortent peu de la ville pour se rendre dans les espaces ouverts alentours, ou bien dans les autres bourgs et petites villes de la région. À l’inverse, ils ont une pratique intense des espaces publics de leur ville, que ce soient les rues et les places de leur quartier, celles du centre-ville – avec le rôle important du marché – ou, dans une moindre mesure, les espaces verts. Les espaces publics de Méru constituent pour eux une ressource locale importante, à côté des autres ressources locales, participant de leur « dépendance locale » (Fol, 2010). Pour autant, l’enquête met en évidence des stratégies d’adaptation qui permettent ponctuellement d’accéder à des espaces publics situés hors de Méru. Plusieurs enquêtés s’organisent régulièrement avec des proches possédant une voiture pour se rendre au centre commercial ou pour aller se promener dans des espaces ouverts. Ainsi, Sofia (47 ans, technicienne de surface) et Marlène (48 ans, sans emploi), deux voisines du quartier de la Nacre qui n’ont pas de voiture, profitent de celle de l’ancien compagnon de Marlène pour aller avec les enfants faire des promenades en forêt, des pique-niques, ou se baigner au Plan d’eau du Canada près de Beauvais.

43Le critère de l’âge définit les deux autres groupes qui s’inscrivent dans ce type, même si c’est pour d’autres raisons. Si l’enquête ne compte pas d’adolescents, certains enquêtés insistent, en se référant à leurs enfants, sur le manque d’espaces publics pour ces derniers, comme Angélique (42 ans, assistante maternelle, Ézanville) :

« Tout est payant. […] Alors ceux qui n’ont pas les moyens… bah voilà, quoi [...]. Quand il [son fils] se réunit avec des copains, soit c’est chez moi, soit chez les… les uns et les autres, quoi. Ça se limite à ça. Ou après bon, s’il veut faire un bowling ou des trucs comme ça, mais tout est payant, quoi »

44Si en grandissant les adolescents élargissent progressivement leur espace de vie, en se réunissant par exemple autour du lycée et dans des centres commerciaux (Didier-Fèvre, 2015), ils n’en restent pas moins dépendants dans leurs mobilités et sont amenés à se rassembler à proximité de leur lieu de résidence, souvent aux marges des villages. Plusieurs enquêtés se rappellent ainsi les moments passés entre amis sur les terrains de sport, en forêt ou autour des bancs qui jalonnent les communes :

« Parce que je me souviens qu’une fois je suis partie se retrouver là [au terrain de foot] avec mon copain parce qu’on devait avoir une discussion et je voulais pas que ça soit chez moi et donc on est partis là-bas (rire) mais bon voilà c’est vrai que quand il fait beau c’est sympa, on peut se poser dehors, c’est bien » (Doreen, 24 ans, maquilleuse, Moisselles)

« [La forêt d’Ecouen, ça m’évoque] les promenades… Des délires qu’on a pu avoir avec mes potes, étant jeunes. Là, c’est que du bon. » (Dolores, 38 ans, assistante maternelle, Ecouen, Bois bleu)

45Les personnes âgées sont également concernées par cet accès difficile à une partie des espaces publics, dans le cadre d’un « recentrage des déplacements et de la vie sociale » (Aragau, Morel-Brochet, 2012). Les moins âgés passent plus de temps dans leur commune et fréquentent plus que les autres enquêtés des espaces publics locaux qu’ils valorisent beaucoup, en lien avec des sociabilités de voisinage. Mais le vieillissement et la maladie limitent fortement la fréquentation des espaces publics, y compris ceux qui sont situés à proximité. Tel est le cas de Jacqueline (70 ans, enseignante à la retraite, Écouen, Bois Bleu), dont le mari est décédé récemment, qui précise qu’elle ne se promène plus « après avoir beaucoup marché avec lui dans le coin ». Les centres commerciaux semblent constituer le dernier espace public qu’ils fréquentent régulièrement. Ces enquêtés y trouvent un moyen de sortir de leur isolement relatif, puisqu’ils retrouvent des connaissances et des amis dans un cadre sécurisant. Pour certains d’entre eux, il s’agit même de l’un des seuls espaces publics fréquentés. Ainsi, Robert (72 ans, ouvrier à la retraite, Méru, Le Val) dont la femme est handicapée, précise que pour cette dernière, c’est « la seule sortie » étant donné qu’« elle ne sort pas de la maison, à part pour faire les courses ».

Conclusion

46Les espaces publics sont classiquement considérés comme les lieux par excellence de l’urbanité, c’est-à-dire de la densité et de la diversité, permettant la rencontre aléatoire d’une variété de personnes, à l’image des rues et des places des centres-villes, ou encore des espaces du métro (Hannerz, 1983 ; Joseph, 1998). Ce faisant, les espaces publics tendent à être idéalisés (Lussault, 2001 ; Koch et Latham, 2012), notamment en ce qui concerne l’intensité de leur fréquentation et leur capacité à mélanger des groupes sociaux différents, alors que les situations sont très variables dans le temps comme dans l’espace (Staehli et Mitchell, 2008) et que « l’accessibilité de nombreux espaces publics extérieurs n’implique pourtant pas leur ouverture sociale, ni leur usage de fait par tous » (Korosec-Serfaty, 1988, p. 115). De cette vision idéalisée découlent en outre nécessairement la mise en évidence d’un degré de publicité voire d’urbanité d’une part, et un intérêt plus marqué pour les espaces les plus centraux et les plus emblématiques d’autre part. Cette vision doit donc être dépassée si l’on souhaite s’intéresser à tous les espaces publics des régions métropolitaines, bref appréhender les espaces publics « at large » comme y invitent également, pour d’autres questions et dans un autre contexte, R. Paddison et J. Sharp (2007). Loin des clichés sur la privatisation des espaces périurbains, cette approche permet ainsi de reconnaître l’existence d’espaces publics à part entière dans ces territoires, même si ceux-ci prennent des formes variées, en lien avec des pratiques et des représentations qui parfois opposent, mais le plus souvent articulent ville et campagne.

47L’enquête menée sur les franges nord de la métropole parisienne montre que les habitants du périurbain pratiquent certes les espaces ouverts mais aussi les centres commerciaux et les bourgs ou petites villes, sans parler des espaces publics de l’agglomération dense. Même si le contact avec la nature est privilégié et malgré l’attrait des faibles densités d’usages, les sociabilités de voisinage ne sont pas rares. Par ailleurs, à un moment ou à un autre, les interactions sociales dans l’anonymat existent, pour certaines subies (dans l’agglomération et les transports en commun) et pour d’autres choisies (dans les petites villes, les pôles du tourisme local ou lors d’événements tels que brocantes ou festivals) ; la probabilité d’une rencontre avec des inconnus se retrouve jusque dans les espaces ouverts, qu’elle soit valorisée ou crainte. On relève donc des modes d’interaction en public qui ne sont pas si différents de ceux qui caractérisent la ville dense, même si de plus faibles densités expliquent un équilibre différent entre « parochial realm » et « public realm » si l’on se réfère à la grille de lecture proposée par L. Lofland (1998). Pour autant, la position sociale des habitants vient moduler ces résultats : la fréquentation ou non des espaces publics renvoie aux inégalités face à la mobilité et aux activités pratiquées, notamment ludiques. Cette forme d’inégalité d’accès aux espaces publics n’en est pas moins en partie atténuée grâce aux espaces publics de proximité.

48En définitive, alors que semble émerger une demande des habitants à cet égard (Desjardins et Fleury, 2014), l’action publique en matière d’espaces publics demeure relativement faible dans les territoires périurbains. Le chantier est immense : entretien des chemins ruraux ou forestiers, meilleur partage des routes avec création de pistes cyclables, requalification des espaces publics autour des gares et dans les centres, cheminements piétons autour de certains équipements notamment commerciaux, etc. La question des modèles d’aménagement reste néanmoins posée. En effet continuent à s’opposer une approche « paysagère » des espaces publics qui se concentre sur les espaces ouverts (Delbaere, 2010) et, quand elle intègre les autres espaces publics, se limite bien souvent à ceux des villages et des bourgs (Fourny et al., 1997 ; Desjardins et Fleury, 2014), et une approche plus technique, marquée par une vision urbaine des espaces publics, qui continue à se concentrer sur les questions de circulation. Une approche plus intégrée, qui prenne mieux en compte des usages diversifiés et les nouvelles continuités qu’ils dessinent, reste à développer. Mais cette approche devra se confronter, d’une part, à la segmentation des compétences au sein de la puissance publique et à des marges de manœuvre inégales des collectivités et, d’autre part à la diversité des formes et des statuts d’espaces publics dont un certain nombre demeurent de statut privé.

Haut de page

Bibliographie

Aragau C., Berger M., Rougé L., 2011, « Du périurbain aux périurbains. Diversification sociale et générationnelle dans l'ouest francilien », Pouvoirs Locaux : les cahiers de la décentralisation, Vol. 94, No.3, 58-64.

Aragau C., Morel-Brochet A., 2012, « Partir ou rester : l’ancrage résidentiel périurbain à l’épreuve du vieillissement », in : Membrado M., Rouyer A. (dir.), Habiter et vieillir, Toulouse, Érès, 105-120.

Banos V., Sabatier B., 2010, « Les espaces périurbains non bâtis en France : entre publicisation “urbaine” et privatisation “rurale” ? », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Special issue 3, http://articulo.revues.org/1524.

Banzo M., 2009, L’espace ouvert pour une nouvelle urbanité, Habilitation à diriger des recherches, géographie, tome 3, Université Michel de Montaigne-Bordeaux III.

Banzo M., Couderchet L., Valette E., 2010, « La difficile publicisation des espaces ouverts en périphérie urbaine : le parc des Jalles de l’agglomération bordelaise », in : Dumont M., Hellier E. (dir.), Les nouvelles périphéries urbaines. Formes, logiques et modèles de la ville contemporaine, Rennes, PUR, 101-115.

Berger M., Aragau C., Rougé L., 2014, « Vers une maturité des territoires périurbains ? », EchoGéo [En ligne], No.27, http://echogeo.revues.org/13683.

Berroir S., Desjardins X., Fleury A., Queva C. (dir.), 2015, Lieux et hauts lieux des densités intermédiaires, Rapport final, Programme PUCA « Du Périurbain à l’urbain », http://www.urbanisme-puca.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport_PUCA_Hauts_lieux-1.pdf

Bigando E., 2013, « De l’usage de la photo elicitation interview pour appréhender les paysages du quotidien : retour sur une méthode productrice d’une réflexivité habitante », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Politique, Culture, Représentations, document 645. URL : http://cybergeo.revues.org/25919 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25919.

Bonnin-Oliveira S. (dir.), 2011, Les “pôles secondaires” dans la réorganisation des mobilités : Maturité et durabilité des espaces périurbains ? Rapport final, Programme PUCA « La mobilité et le périurbain à l’impératif de la ville durable : Ménager les territoires de vie des périurbains ».

Cailly L., 2008, « Existe-t-il un mode d’habiter spécifiquement périurbain ? », EspacesTemps.net [En ligne], Travaux, http://www.espacestemps.net/articles/mode-habiter-periurbain/.

Cartier M., Coutant I., Masclet O., Siblot Y., 2008, La France des “petits-moyens”. Enquêtes sur la banlieue pavillonnaire, Paris, La Découverte.

Casillo I., 2013, « Espace public », in : Casillo I. avec Barbier R., Blondieux L., Châteauraynaud F., Fourniau J-M., Lefebvre R., Neveu C. et Salles D. (dir.), Dictionnaire critique et interdisciplinaire de la participation, Paris, GIS Démocratie et Participation, http://www.dicopart.fr/it/dico/espace-public.

Charmes E., 2007, « Les périurbains sont-ils anti-urbains ? », Annales de la recherche urbaine, No.102, 7-18, https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00191140v2/document.

Clément C., Soulard C., 2016, « La publicisation des espaces agricoles périurbains dans le Lunellois, Languedoc. Un cadre d’analyse en géographie », Annales de géographie, Vol. 712, No.6, 590-614.

Delbaere D., 2010, La Fabrique de l’espace public. Ville, paysage et démocratie, Paris, Ellipses.

Desjardins X., Fleury A., 2014, « Les espaces publics dans les territoires de densités intermédiaires : conceptions, usages et potentialités », Revue géographique de l’Est [En ligne], Vol. 54, No.3-4, http://rge.revues.org/5297.

Dessouroux C., 2003, « La diversité des processus de privatisation de l’espace public dans les villes européennes », Belgeo [En ligne], No.1, 21-46, https://belgeo.revues.org/15293.

Didier-Fèvre C., 2015, « “The place to be?” Vivre et bouger dans les entre-deux : jeunesse et mobilités dans les espaces périurbains, Thèse de doctorat en géographie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Dodier R. (dir.), 2012, Habiter les espaces périurbains, Rennes, PUR.

Dodier R., 2007, « Quelle articulation entre identité campagnarde et identité urbaine dans les ménages “périurbains” ? », Norois [En ligne], Vol. 202, 35-46, https://norois.revues.org/1616.

Fleury A., 2014, « Espace public urbain », in : Bihr A., Pfefferkorn R. (dir.), Dictionnaire des inégalités, Paris, Armand Colin, 151-152.

Fol S., 2010, « Mobilité et ancrage dans les quartiers pauvres : les ressources de la proximité », Regards Sociologiques, No.40, 27-43.

Fourny M.-C., Pagand B., Pradeilles J.-C., 1997, « Les nouveaux centres périurbains : l’espace public porteur de territoires », Revue de géographie alpine, Vol. 85, No.4, 83-95.

Gasnier A., 2010, « La recomposition territoriale des pôles commerciaux et de loisirs périphériques : vers de nouvelles urbanités ? », in : Renaud-Hellier E., Dumont M. (dir.). Les nouvelles périphéries urbaines. Formes, logiques et modèles de la ville contemporaine, Rennes, PUR, 7-71.

Gasnier A., 2012, « Géographie de la consommation et pratiques de chalandise des périurbains » in Dodier R. (dir.). Habiter les espaces périurbains, Rennes, PUR, 102-121.

Hannerz U., 1983, Explorer la ville, Paris, Éditions de Minuit.

Joseph I., 1998, La ville sans qualités, La Tour d’Aigues, L’Aube.

Koch R., Latham A., 2012, “Rethinking urban public space: accounts from a junction in West London”, Transactions of the Institute of British Geographers, Vol. 37, No.4, 515-529.

Korosec-Serfaty P., 1988, « La sociabilité publique et ses territoires - Places et espaces publics urbains », Architecture et Comportement, Vol. 4, No.2, 111-132.

Le Caro Y., 2007, Les loisirs en espace agricole : l’expérience d'un espace partagé, Rennes, PUR.

Le Goff T., Malochet V., 2012, Insécurité en territoires périurbains. Comparaison de cinq sites franciliens, Paris, IAU Île-de-France.

Lestrade S., 2001, « Les centres commerciaux : centres d’achat et centres de vie en région parisienne », Bulletin de l'Association de géographes français, 78e année, No.4, 339-349.

Lestrade S., 2002, « Les centres commerciaux dans la recomposition économique et culturelle des territoires urbains », Flux, Vol. 50, No.4, 59-62, www.cairn.info/revue-flux-2002-4-page-59.htm.

Lévy J., 2013, Réinventer la France. Trente cartes pour une nouvelle géographie, Paris, Fayard.

Lofland L.H., 1998, The Public Realm: Exploring the City’s Quintessential Social Territory, New York, Aldine de Gruyter.

Lussault M., 2001, « Propositions pour l’analyse générale des espaces d’actes », in : Ghorra-Gobin C. (dir.), Réinventer le sens de la ville. Les espaces publics à l’heure globale, Paris, L’Harmattan, 33-46.

Morel-Brochet A., 2007, « À la recherche des spécificités du mode d’habiter périurbain dans les représentations et les sensibilités habitantes », Norois [En ligne], Vol. 205, 23-35, https://norois.revues.org/1237.

Paddison R., Sharp J., 2007, “Questioning the End of Public Space: Reclaiming Control of Local Banal Spaces”, Scottish Geographical Journal, Vol. 123, No. 2, 87-106.

Poulot M., 2013, « Du vert dans le périurbain », EspacesTemps.net [En ligne], http://www.espacestemps.net/articles/du-vert-dans-le-periurbain-les-espaces-ouverts-une-hybridation-de-lespace-public/.

Poulot M., Aragau C., Rougé L., 2016, « Les espaces ouverts dans le périurbain ouest francilien : entre appropriations habitantes et constructions territoriales », Géographie, économie, société, Vol. 18, No.1, 89-112.

Poulot M., Rougé L., Aragau C. et Mettetal L., 2015, « Les espaces ouverts dans la fabrique périurbaine : vers l’affirmation de logiques de transaction dans les nouvelles recompositions socio-spatiales », Urbia, Vol. 17, 33-50.

Poupard J.-M., 2005, Les centres commerciaux. De nouveaux lieux de socialité dans l’espace urbain, Paris, L’Harmattan.

Rougé L., 2007, « Inégale mobilité et urbanité par défaut des périurbains modestes toulousains », EspacesTemps.net, Travaux, http://www.espacestemps.net/articles/mobilite-urbanite-periurbains-modestes/.

Sabatier B., 2006, La publicisation des espaces de consommation privés. Les complexes commerciaux récréatifs en France et au Mexique, Thèse de doctorat en géographie, Université de Toulouse II Le Mirail.

Staeheli L.A., Mitchell D., 2008, The People’s Property? Power, Politics and the Public, New York, Routledge.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Variations démographiques annuelles (1982-2010) et variation de l’emploi (1999-2010) dans les communes des trois secteurs d’enquête

Annexe 1 : Variations démographiques annuelles (1982-2010) et variation de l’emploi (1999-2010) dans les communes des trois secteurs d’enquête

Remarque : la zone d’étude à laquelle fait référence la dernière ligne du tableau a été délimitée pour le projet PUCA « Lieux et hauts-lieux des densités intermédiaires ». Englobant les secteurs d’enquête évoqués dans cet article, elle rassemble 252 communes situées de part et d’autre de la frontière entre les départements du Val d’Oise et de l’Oise.

Sources : INSEE, RGP 1982, 1990, 1999, 2010 / Berroir et al., 2015

Annexe 2 : Quelques éléments de caractérisation des communes enquêtées

Annexe 2 : Quelques éléments de caractérisation des communes enquêtées

Remarque : la zone d’étude à laquelle fait référence la dernière ligne du tableau a été délimitée pour le projet PUCA « Lieux et hauts-lieux des densités intermédiaires ». Englobant les secteurs d’enquête évoqués dans cet article, elle rassemble 252 communes situées de part et d’autre de la frontière entre les départements du Val d’Oise et de l’Oise.

Sources : INSEE, RGP 2010 / Berroir et al., 2015

Annexe 3 : Saisir les espaces publics dans une enquête sur les pratiques et les représentations spatiales des habitants

Le tableau ci-dessous reprend d’une part les principales questions prévues dans la grille d’entretien pour amener les enquêtés à évoquer des espaces publics, d’autre part les consignes fournies par écrit aux enquêteurs dans le cadre d’un livret d’accompagnement au sujet de ces questions.

Extraits de la grille d’entretien

Extraits du livret d’accompagnement

Q11. Considérez-vous que ce déplacement soit pour vous une perte de temps ou est-ce un moment que vous appréciez ? Pour quelles raisons ?

Commencer par vérifier si le déplacement est un moment apprécié ou non. Il s’agit au final de considérer le temps de déplacement comme un temps à part entière, de saisir les occupations des individus pendant ce moment, les éventuelles interactions avec d’autres personnes, tout autant que la représentation que s’en font les enquêtés. Cela peut être un moyen également de faire parler de certains espaces publics, comme les gares (temps d’attente) ou le train lui-même.

Exemples de réponses pour les transports en commun : musique, repos, lecture, discussion, téléphone/SMS/mail, navigation sur Internet, travail, regarder le paysage (lequel ?)... Exemples de réponses pour les déplacements en voiture : radio, téléphone, discussion (si déplacement avec quelqu’un d’autre, entourage ou co-voiturage).

Q12. Quels sont les différents types de commerces (marchés, supermarchés, discounts et petits commerces) que vous fréquentez le plus souvent ?

L’enquêteur peut commencer par demander quel est celui qui est fréquenté le plus souvent, puis relancer sur les autres commerces.

On s’intéresse ici à l’approvisionnement alimentaire et non alimentaire. Les commerces correspondent aux petits commerces alimentaires (boulangeries, cavistes, boucheries, etc.), aux marchés forains, aux supermarchés ou hypermarchés (Franprix, Auchan, etc.), mais aussi aux centres commerciaux, galeries marchandes, ou autres commerces (vêtements, équipement maison, équipement voiture, jardinage, santé, beauté et cosmétique, livres, musique, etc.). Les centres commerciaux sont d’autant plus intéressants à relever qu’ils peuvent faire office d’espaces publics !

Laissez le temps à la personne de réfléchir pour saisir les déplacements de consommation les plus fréquents. Si la personne fréquente plusieurs magasins dans un centre commercial, remplissez une colonne pour le centre commercial et précisez les différents magasins dans « type de commerces », en indiquant la fréquence de fréquentation du centre commercial.

Relancer la personne enquêtée grâce à cette liste si peu de réponses viennent.

Le nom du commerce renvoie au nom de la structure commerciale (les Halles, Auchan Baobab, Créteil Soleil) si elle existe, ou de la chaîne (Picard, Thiriet, Leader Price). Dans le cas d’un marché, ce nom renvoie au nom de la place où il se tient.

Le type de commerce doit être renseigné comme l’enquêté le désigne (« grande surface », « du coin »). Nous recoderons ensuite en recourant à des nomenclatures classiques.

Personne enquêtée

Commerces

Type de commerce

(alimentaire, non alimentaire à préciser)

Commune (et adresse si possible)

À quelle fréquence vous rendez-vous dans ce commerce ?

Avec qui vous y rendez-vous ?

Comment vous y rendez-vous ?

Si vous utilisez plusieurs modes de transports, décrivez leur enchaînement.

Q18. Parmi tous ces lieux dont nous venons de parler, y en a-t-il certains auxquels vous êtes particulièrement attaché, que vous aimez bien, ou vous vous sentez bien ?

- Si oui, lesquels ?

- Pour quelles raisons ?

- A l’inverse, y en a-t-il que vous n’aimez pas ?

- Si oui, lesquels ?

- Pour quelles raisons ?

Il faut essayer de relancer ici les enquêtés sur les différents types de lieux, en particulier les espaces publics (places de village, chemins, forêts, rivages, etc.).

Demander des précisions à l’enquêté sur la localisation de ces lieux s’il n’évoque que l’échelon de la commune.

Q19. Pouvez-vous plus particulièrement nous parler des lieux où vous aimez flâner, vous promener, etc. ?

Même remarque que pour Q18. Passer à la question suivante si l’enquêté y a déjà répondu dans Q18.

Q20. Y a-t-il d’autres lieux, en dehors de ces lieux que nous avons évoqués jusque-là, qui sont importants pour vous ?

- Pour quelles raisons ces lieux ont-ils de l'importance pour vous ?

- Pour quelles raisons ne les fréquentez-vous pas ou peu ?

Là encore, il faut essayer de relancer l’enquêté sur les différents types de lieux, en particulier les espaces publics (places de village, chemins, forêts, rivages, etc.).

Source : grille d’entretien et livret d’accompagnement, enquête auprès des habitants, projet PUCA « Lieux et hauts-lieux des densités intermédiaires »

Haut de page

Notes

1 L’enquête a été réalisée dans le cadre d’un projet de recherche financé par le PUCA (« Lieux et hauts lieux des densités intermédiaires », programme « Du périurbain à l’urbain », 2012-2014) et plus particulièrement de son axe « Habitants » que j’ai coordonné. Je tiens ici à remercier chaleureusement les autres membres de l’équipe : Sandrine Berroir, Matthieu Delage, Marianne Guérois, Sylvie Fol, Juliette Maulat, Lina Raad et Julie Vallée.

2 Les entretiens ont été réalisés puis retranscrits au cours de l’année 2013 par Marie Bocquet, Helin Karaman, Simon Labussière et Eugênia Viana. Je les remercie eux aussi vivement pour tout le travail réalisé.

3 Commerces (marchés, supermarchés, commerces indépendants…), services et équipements (établissements scolaires ou de santé, services courants...), loisirs (sport, culture…), activités associatives ou religieuses, visites de proches (famille ou amis), lieux de sorties (cafés, restaurants...).

4 Il s’agit d’une méthode d’enquête nommée « photo elicitation interview » qui consiste à mener l’entretien « sur la base d’un support photographique considéré comme susceptible de provoquer ou susciter (du latin elicere) des réactions verbales et émotionnelles chez la personne interviewée » (Bigando, 2013). Nous avons fait le choix de demander aux enquêteurs de réaliser les clichés pour l’occasion, dans les environs, afin de présenter des lieux potentiellement connus par les enquêtés. Pour chaque entretien, il y avait au moins une photographie de centre-ville ou de centre-bourg, une photographie des environs d’une gare (esplanade, parking…) et trois photographies d’espaces ouverts (chemin rural ou forestier, rivage de lac ou de rivière…).

5 La question était formulée ainsi : « Voici quelques photos. Pouvez-vous nous dire si vous reconnaissez les lieux et ce qu’ils représentent pour vous ? ».

6 L’échantillon se compose respectivement, pour Méru et Senlis, de 12 et 6 habitants du centre, 5 et 9 habitants du péricentre et 17 et 16 habitants des villages environnants.

7 La comparaison des profils des enquêtés avec l’ensemble de la population dans chacun des trois secteurs a nécessité quelques traitements statistiques qui ne seront pas détaillés ici. Voir Berroir et al., 2015, p. 161-164.

8 Il s’agit de points de retrait de biens ou de marchandises au sein desquels le client prend livraison de ses articles commandés sur Internet.

9 S. Lestrade (2002) avait relevé une différence similaire entre des femmes cadres supérieures d’une part, des employées de maison d’autre part, enquêtées en banlieue parisienne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les terrains d’enquête
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28914/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Titre Figure 2 : Promenade sur les rives de l’Oise à L’Isle-Adam
Crédits © A. Fleury, 31/10/2013
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28914/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 3 : Consommation et sociabilité dans le centre de Senlis
Crédits © A. Fleury, 05/06/2014
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28914/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 4 : Le centre commercial « Plaine de France » à Moisselles
Crédits © H. Karaman, 19/04/2013
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28914/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Annexe 1 : Variations démographiques annuelles (1982-2010) et variation de l’emploi (1999-2010) dans les communes des trois secteurs d’enquête
Légende Remarque : la zone d’étude à laquelle fait référence la dernière ligne du tableau a été délimitée pour le projet PUCA « Lieux et hauts-lieux des densités intermédiaires ». Englobant les secteurs d’enquête évoqués dans cet article, elle rassemble 252 communes situées de part et d’autre de la frontière entre les départements du Val d’Oise et de l’Oise.
Crédits Sources : INSEE, RGP 1982, 1990, 1999, 2010 / Berroir et al., 2015
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28914/img-5.png
Fichier image/png, 66k
Titre Annexe 2 : Quelques éléments de caractérisation des communes enquêtées
Légende Remarque : la zone d’étude à laquelle fait référence la dernière ligne du tableau a été délimitée pour le projet PUCA « Lieux et hauts-lieux des densités intermédiaires ». Englobant les secteurs d’enquête évoqués dans cet article, elle rassemble 252 communes situées de part et d’autre de la frontière entre les départements du Val d’Oise et de l’Oise.
Crédits Sources : INSEE, RGP 2010 / Berroir et al., 2015
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28914/img-6.png
Fichier image/png, 58k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Fleury, « Les périurbains et leurs espaces publics : enquête sur les franges nord de la métropole parisienne », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 841, mis en ligne le 18 janvier 2018, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/28914 ; DOI : 10.4000/cybergeo.28914

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page