Navigation – Plan du site
2018
846

Analyse spatio-temporelle du paysage végétal du massif du Haut-Vénacais (Corse)

Spatio-temporal analysis of plant landscape of the “Haut-Vénacais massif” (Corsica)
Pauline Delbosc, Marion Tanné, Frédéric Bioret, Christophe Panaïotis et Jérôme Sawtschuk

Résumés

L’objectif de cette étude est d’affiner les recherches et les réflexions sur la dynamique des végétations au moyen de deux approches : la phytosociologie paysagère et les matrices de transition du massif du Haut-Vénacais en Haute-Corse. Deux typologies et deux cartographies des végétations sont élaborées sur ce massif à 33 ans d’intervalle : 1981 puis 2014. La typologie des végétations est celle proposée par le conservatoire botanique national de Corse (Reymann et al., 2017). La dynamique des végétations est traitée selon la méthodologie phytosociologique dynamico-caténale, une typologie des unités écologiques et paysagères (série, curtasérie et permasérie) a ensuite été dressée. Les évolutions dynamiques qui se sont opérées dans le massif du Haut-Vénacais entre 1981 et 2014 sont quantifiées à l’aide de matrices de transition. Les résultats permettent de définir les propriétés émergentes globales du massif du Haut-Vénacais et de localiser les zones à fort enjeu de conservation selon la résilience des végétations. Une réflexion est engagée pour définir, planifier et évaluer la pertinence des choix d’actions et de conservation de ce massif.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La carte des végétations et des séries de végétation de la France réalisée entre 1947 et 1991, au 1 : 200 000, sous la direction de Gaussen (Dupias et al., 1965, 1982), constitue un travail cartographique pionnier en matière de cartographie dynamique des végétations (Leguédois et al., 2011). Cette carte fondée sur une approche physionomique et phytogéographique utilise les principales essences forestières comme critères discriminants des séries dynamiques de végétation (Ozenda, 1986). À partir des années 1970 et notamment à travers les travaux de Tüxen (1978) puis de Géhu et Rivas-Martínez (1981), la phytosociologie paysagère (ou dynamico-caténale) a permis de mieux intégrer la dynamique des végétations en décrivant plus finement les trajectoires dynamiques des séries de végétation. Si les méthodologies d’étude des dynamiques des végétations se sont multipliées depuis les dernières décennies en Europe, de tels travaux restent peu nombreux en France. Plus récemment, les méthodologies d’étude des dynamiques des végétations se sont multipliées selon diverses approches scalaires typologiques et cartographiques (Faliński et Pedrotti, 1990 ; Bioret et al., 2000 ; Blasi et al., 2000 ; Pinto-Gomes et al., 2003 ; Biondi et al., 2004 ; Capelo et al., 2007 ; Biondi, 2012 ; Mobaied et al., 2015).

2Un programme national de Cartographie des Habitats naturels et semi-naturels (CarHAB), lancé par le Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie, à partir de 2011, a pour objectif de cartographier les végétations et les séries de végétation de France métropolitaine à l’échelle du 1 : 25 000 d’ici 2025. Dans ce contexte, la Corse a été choisie comme région “pilote” pour les particularités de ses végétations méditerranéenne et alticole. Au-delà de cette singularité, l’évolution de la société agropastorale au cours du XXe siècle a profondément marqué le paysage végétal de Corse et constitue une des problématiques fondamentales permettant d’appréhender les changements des trajectoires dynamiques des végétations. Pour cette région, un projet de recherche de 4 ans a été conduit conjointement par l’Université de Bretagne Occidentale (UBO) et le Conservatoire botanique national de Corse (CBNC), dans l’objectif de mettre en place une méthodologie permettant de typifier et cartographier les séries et les géoséries de végétation de la Corse (Delbosc, 2015), dans une optique de transposition des résultats méthodologiques à l’étude de l’ensemble des végétations méditerranéennes françaises.

3Le massif du Haut-Vénacais est l’un des premiers massifs montagneux à avoir fait l’objet d’une cartographie des végétations et des séries de végétation (Gamisans et al., 1981). Le Haut-Vénacais est un massif montagneux de la Corse (Gamisans, 1991), caractérisé par sa crête principale reliant le Massif du Cardo au Massif du Rotondu (Figure 1). Le Vénacais, entre « a piaghja è a muntagna » (plaine et montagne) (Figure 2), a toujours été au centre des parcours traditionnels de la transhumance qui amenaient les troupeaux aux estives l’été et les ramenaient, à l’automne, vers la plaine orientale d’Aléria. Terre de tradition pastorale, il y a, aux alentours de ces villages, bergeries en pierre sèche (pagliaghji), casgile où s’affinait le fromage, aires de battage (aghje), autant de témoignages d’un passé agro-pastoral omniprésent. Aujourd’hui encore, ce territoire reste une terre de prédilection pour les bergers qui ont modernisé leurs installations. Il en résulte un paysage fortement marqué par le pastoralisme avec quelques particularités liées à cette histoire (Etienne, 1977 ; Amandier et al., 1984). Les multiples aménagements (terrasses, murettes, ouvrages d’irrigation...) qui façonnent encore actuellement le paysage sont les traces immédiatement perceptibles de l’ancienne activité humaine (Ravis-Giordani, 1983 ; Luccioni et Giannesini, 2009).

4Dans le cadre du programme national de cartographie des végétations naturelles et semi-naturelles (CarHAB), Tanné et al., ont réalisé en 2015 une étude phytosociologique paysagère dans le but de comprendre les évolutions dynamiques de chacune des végétations depuis 1981, et aussi de caractériser ses systèmes de végétation. Il ressort de ces deux études que le Haut-Vénacais présente une valeur phytocoenotique élevée, malgré de nombreux des incendies. En effet, les feux, récurrents et intenses, constituent le facteur majeur de dégradation des végétations. Ils participent activement à l’érosion des sols, à l’appauvrissement des cortèges floristiques et limitent les processus d’évolution des végétations vers les stades forestiers. Ces faits, démontrés par de nombreux auteurs (Allier et Lacoste, 1981 ; Barbéro et al., 1990), impliquent des trajectoires variées (régression, succession secondaire…) qu’il importe d’étudier plus finement pour la conservation et la gestion d’un territoire donné (Pedrotti, 2013 ; Iamonico, 2008).

5Ce travail s’inscrit dans la continuité des travaux qui ont été menés sur la végétation du Haut-Vénacais en 2014. Il s’agit d’affiner les recherches et les réflexions sur la dynamique des végétations au moyen des matrices de transition (Usher, 1981, 1992 ; Mobaied et al., 2015). Le modèle des matrices de transition peut être utilisé de façon multiscalaire, à l’échelle locale ou à l’échelle de stations (Usher 1992, Baltzer 2000), à l’échelle d’une parcelle (Mobaied et al. 2015) ou à l’échelle de territoire (Godron & Lepart 1973). L’avantage de ces modèles de transition est de représenter de manière synthétique et statistique l’ensemble des informations passées et actuelles des végétations sous la forme de transitions, unités élémentaires traduisant l’évolution de la végétation (Lepart et Escarré, 1983). Cet outil vise à modéliser les trajectoires dynamiques de chacune des végétations mises en exergue par la typologie phytosociologique en y intégrant l’impact de facteurs exogènes. À partir de ces résultats, la réflexion porte sur les applications possibles en vue de la conservation et de la gestion du massif du Haut-Vénacais.

Figure 1 : Localisation du massif du Haut-Vénacais en Corse.

Figure 1 : Localisation du massif du Haut-Vénacais en Corse.

Figure 2 : Vue sur les versants est du massif du Haut-Vénacais.

Figure 2 : Vue sur les versants est du massif du Haut-Vénacais.

(A) Village de Venaco situé au sein de l’étage mésoméditerranéen. (B) Monte Cardo culminant à 2 453 m d’altitude, caractérisé par des végétations des étages cryo-oroméditerranéen et subalpin.

© M. Tanné (Mai 2014).

Site d’étude

6Ce massif d’une superficie de 7 801 ha, fait partie intégrante de l’aire isoclimatique méditerranéenne (Daget, 1977 ; Rivas-Martínez, 1987a) dont le climat se caractérise essentiellement par une diminution régulière de la température et une augmentation des précipitations avec l’altitude (Simi, 1964 ; Bruno et al., 2001 ; Rome et Giorgetti, 2007). Les amplitudes thermiques et altitudinales permettent de distinguer différents climats dans le Haut-Vénacais (Gamisans, 1991 ; Bruno et al., 2001) : un climat méditerranéen, un climat méditerranéen d’altitude (600 à 1 200 m) et un climat à tonalité alpine (au-dessus de 1 200 m), (Rome et Giorgetti, 2007). Selon Rivas-Martínez (2005), le bioclimat est caractérisé par le thermotype mésoméditerranéen supérieur et l’ombrotype humide inférieur, avec une absence de période de sécheresse.

7Le Haut-Vénacais, secteur de la « Corse hercynienne », est constitué essentiellement de roches granitiques (Durand-Delga, 1978 ; Gauthier, 1983). Le massif présente deux lacs d’altitude : Bellebone et l’Oriente (Gauthier et Quilici, 1997 ; Gauthier, 1983). Les sols sont, pour l’essentiel des sols bruns acides, associés aux sols bruns méditerranéens (Demartini et Favreau, 2004). En règle générale, l’horizon humifère est peu épais, parfois même absent, et les horizons inférieurs peu perceptibles. Ce sont des sols très caillouteux, riches en pierres et graviers, avec une texture sablo-limoneuse (Roche et Roux, 1976 ; Demartini et Favreau, 2011a, 2011b).

8Les étages de végétation permettent de décrire les séries de végétation, puisque chacune d’elle est inféodée à un étage (Rivas-Martínez, 1981 ; Ozenda, 1982 ; Quézel et Médail, 2003). Les types climatiques, combinés au relief, induisent une zonation altitudinale, depuis l’étage mésoméditerranéen jusqu’à l’étage alpin (Figure 3), la végétation reflétant fidèlement les conditions topographiques (altitude, exposition) et climatiques (Gamisans, 1979a, 1979b, 2010 ; Paradis, 2004) (Figures 4 et 5). Le feu joue un rôle majeur dans la dynamique de la végétation (Quézel et Médail, 2003). Les incendies sont le facteur de dégradation le plus régressif de la végétation (Amandier et al., 1984). D’origine naturelle ou anthropique, ils maintiennent un paysage ouvert, retardant ainsi l’installation des stades pré-forestiers et forestiers (Carcaillet et al., 1997 ; Carcaillet et Leys, 2012).

Figure 3. Étages de végétation du massif du Haut-Vénacais.

Figure 3. Étages de végétation du massif du Haut-Vénacais.

Figure 4 : Paysage végétal du versant sud du Massif du Haut-Vénacais.

Figure 4 : Paysage végétal du versant sud du Massif du Haut-Vénacais.

(A) Pinèdes montagnardes à pin laricio (Galio rotundifolii-Pinetum laricii luzuletosum pedemontanae). (B) Fruticée cryo-oroméditerranéenne à genévrier nain (Paronychio polygonifoliae-Armerietum multicepitis genistetosum lobeloidis). (C) Végétations subalpines des rochers à benoîte des montagnes et phléole à petit épi (Geo montani-Phleetum brachystachyi). (D) Monte Rotondo culminant à 2 625 m marqué par des végétations alpines à calament corse et marguerite tomenteuse (Acino corsici-Tanacetum tomentosi).

© M. Tanné (juin 2014).

Figure 5 : Paysage végétal du versant est du Massif du Haut-Vénacais.

Figure 5 : Paysage végétal du versant est du Massif du Haut-Vénacais.

(A) Maquis supraméditerrannéen à bruyère arborescente (Galio rotundifolii-Pinetum laricii ericetosum arboreae). (B) Pelouse supraméditerranéenne à laîche du printemps, lotier corniculé et flouve odorante (Caricion caryophylleae). (C) Hêtraie montagnarde (Poo balbisii-Fagetum sylvaticae). (D) Aulnaie odorante subalpine (Alnetum suaveolentis).

© M. Tanné (Juin 2014).

9Le paysage végétal du Haut-Vénacais, comme l’ensemble du territoire Corse, a été façonné depuis des siècles par l’élevage et un système de culture en terrasses pour assurer l’autonomie alimentaire des populations rurales (Luccioni et Giannesini, 2009). La carte d’occupation du sol de 1864 à 1866 (Panaïotis et al., 2017) montre l’usage agrosylvopastoral du Haut-Vénacais : les alentours des villages sont utilisés pour la culture et les prairies, la moyenne et la haute-montagne sont des territoires consacrés aux parcours d’estive (Figure 6). Lorsque les échanges avec le continent sont devenus plus réguliers, concurrençant ainsi les productions locales, l’exode rural et la déprise agricole ont entraîné la fermeture des milieux (Amandier et al., 1984 ; Mesléard, 1988). Les types de pâturage ont sensiblement évolué depuis 30 ans, du fait des changements de la Politique agricole commune (MAAF, 2014) : le cheptel ovin et caprin (fromage) traditionnel a été remplacé par un cheptel bovin (viande). Ce changement des modes de pâturage et l’abandon de ces activités sur certains secteurs ont eu une conséquence directe sur la végétation (Dumont et al., 2007) : depuis plusieurs décennies, les maquis et les forêts ont fortement progressé et le cortège floristique des milieux encore ouverts (pelouses et fruticées) s'est enrichi en espèces nitrophiles.

Figure 6. Carte de l’occupation du sol réalisée par l’État-Major 1864-1866 (IGN, modifiée OEC-CBNC, WWF).

Figure 6. Carte de l’occupation du sol réalisée par l’État-Major 1864-1866 (IGN, modifiée OEC-CBNC, WWF).

10Le Haut-Vénacais possède un patrimoine naturel doté d’une grande richesse floristique et faunistique (Artemisia Environnement, 2010). Cette région fait partie intégrante du Parc Naturel Régional de la Corse et de nombreuses règlementations permettent la protection des habitats naturels et de la flore et de la faune sauvages. La présence d’un site classé (la vallée de la Restonica), de deux Zones d’Importance pour la Conservation des Oiseaux (ZICO), ainsi que de cinq Zones Naturelles d’Intérêt Écologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) confirment l’intérêt patrimonial du Haut-Vénacais (DREAL Corse, 2013a, 2013b). Cette richesse dépasse le cadre régional ou national comme en témoigne le classement d’une partie du site au titre de la Directive Habitats, Faune et Flore (DHFF) : site Natura 2000 FR9400578 « Massif du Rotondo ».

Méthodologie

Étapes de l’approche méthodologique

11La figure 7 présente les différentes étapes de la démarche méthodologique adoptée pour l’étude des dynamiques des végétations du Haut-Vénacais. La première partie de l’analyse a été réalisée selon une approche synchronique à partir des deux cartes disponibles (approche sériale). La seconde partie repose sur une caractérisation diachronique des transitions observées entre 1981 et 2014.

Figure 7. Étapes méthodologiques pour l’étude synchronique et diachronique des dynamiques des végétations.

Figure 7. Étapes méthodologiques pour l’étude synchronique et diachronique des dynamiques des végétations.

Étape 1 : Typologie phytosociologique

12La méthode d’investigation phytosociologique des groupements végétaux suivie dans le cadre de cette étude, en 2014, est la méthode sigmatiste (Braun-Blanquet, 1928 ; Guinochet, 1973). Elle s’attache à décrire des groupements végétaux définis par une combinaison originale et répétitive d’espèces végétales (Géhu et Rivas-Martínez, 1981).

Étape 2 : Cartographie des végétations

13La carte de Gamisans et al., (1981) a été digitalisée et géoréférencée par le conservatoire botanique national de Corse. La cartographie des végétations du Haut-Vénacais réalisée en 2014, a été numérisée par Tanné, avec le logiciel de Système d’Information Géographique ARCGIS 10®©, selon la méthodologie du Muséum National d’Histoire Naturelle (Clair et al.,2005) utilisée dans le cadre de la cartographie des habitats Natura 2000. La typologie de cette cartographie phytosociologique comporte 30 unités syntaxonomiques (16 alliances, 13 ordres et 13 classes représentées). Chaque unité phytosociologique cartographiée en 2014 représente un polygone.

Étape 3 : Cartographie des unités écologiques

14La typologie et la cartographie des unités écologiques reposent sur le croisement des différentes données cartographiques des descripteurs écologiques (bioclimatologie, géomorphologie, géologie et pédologie).

Étape 4 : Phytosociologie dynamico-caténale

15La phytosociologie paysagère fait appel à plusieurs concepts, se distinguant selon le niveau d’organisation paysager : le niveau sérial (permasérie, curtasérie et série) et le niveau géosérial (géopermasérie, géocurtasérie et géosérie) (Rivas-Martínez, 1976 ; Chalumeau et Bioret, 2013). Cette méthode est fondée sur l’étude des complexes de groupements végétaux au sein d’unités spatiales écologiques homogènes (ou tesselas) (Tüxen, 1979 ; Géhu, 1986, 2006 ; Lazare, 2009). Après la délimitation spatiale des enveloppes écologiques homogènes, des relevés symphytosociologiques sont réalisés selon la méthode de la phytosociologie dynamico-caténale sigmatiste (Mériaux et Géhu, 1977 ; Béguin et al., 1979 ; Géhu et Rivas-Martínez, 1981 ; Rivas-Martínez, 1987a, 1987b ; Géhu, 1991 ; Theurillat, 1992). Cette méthode présente l’avantage de mettre en évidence la dynamique progressive naturelle (sans intervention humaine), ainsi que la dynamique régressive (liée aux facteurs anthropiques comme les incendies, le pâturage…) (Delbosc et al., 2015a, 2015b).

16Au-delà des trajectoires dynamiques, la symphytosociologie repose sur le concept de végétation potentielle naturelle (Chytrý, 1998 ; Carrión et Fernández, 2009 ; Loidi et Fernández-González, 2012), cette dernière se rapportant à la phase finale d’une succession écologique progressive qui indique la phase la plus stable de l’environnement selon les conditions mésologiques (Géhu, 2006). En symphytosociologie, cette phase finale est appelée « tête de série » (Biondi, 2011).

17Le concept de climax a été défini par Clements (1916) : « un état végétal stable dans des conditions naturelles stables ». Cet état d’équilibre est fonction du climat régional, il s’agit d’un climax climatique, gommant les influences des sols ou des topoclimats en conditions moyennes. Il correspond à l’achèvement d’une succession progressive primaire. Transley (1935) a remis en cause l’existence du concept par la théorie trophique des écosystèmes (Van der Valk, 2014). Le concept de végétation potentielle englobe l’ensemble des stades terminaux stables, y compris ceux soumis à des contraintes écologiques où le climax est incapable de se développer (paraclimax) et ceux qui sont liés à la dégradation du climax et de son milieu (subclimax) (Stein 1987). La végétation naturelle potentielle ne reflète pas la végétation primitive (avant l’apparition de l’Homme) car elle intègre les stigmates des usages et de l’occupation des sols. La notion de végétation potentielle reste discutable dans la mesure où l’action anthropique a été tellement forte que certains milieux sont très imprimés des usages et la potentialité végétale est difficilement interprétable. Ce fait soulève un point important à prendre en compte dans l’approche symphytosociologique : l’effet temporel. Le concept de « la végétation potentielle actuelle » représente l’expression de la végétation potentielle à venir dans une région donnée tant que l’Homme est présent hors événements soudains et changements climatiques (Biondi, 2011).

Étape 5 : Cartographie des séries de végétation

18L’approche utilisée ici pour délimiter et spatialiser les séries de végétation s’est fortement inspirée de la démarche de Blasi et al., (2000). La combinaison des données cartographiques des unités écologiques et phytosociologiques est indispensable pour avoir une vision des différents niveaux du paysage et pour appréhender la dynamique spatio-temporelle entre les communautés végétales. La délimitation des séries de végétation à partir des cartes de végétation permet également de mieux visualiser les combinaisons répétitives et homogènes dans le paysage étudié (Béguin, 2003) et, dans un second temps, d’obtenir des synrelevés sous SIG avec une remarquable précision (Biondi et al., 2011). Pour obtenir la cartographie des séries de végétation, un champ « Série de végétation » a été ajouté dans la table attributaire. Onze séries, trois curtaséries, une permasérie et trois géopermaséries ont été définies.

Étapes 6, 7 et 8 : les matrices de transition

19L’analyse comparative de l’état observé en un point à un moment (t) puis au moment (t+1), constitue une transition systématisée au moyen du système des matrices de transition.

20À partir de l’intersection des deux jeux de données cartographiques des végétations (1981 et 2014), une matrice de transition a été élaborée. L’analyse de cette matrice consiste à mettre en évidence les processus dynamiques des végétations (progressif, stable et régressif). Du fait qu’ils s’effectuent au sein d’un même étage de végétation, la superficie de chacune des transitions a été mise en regard avec la superficie totale de l’étage de végétation auquel elle est inféodée. De cette manière, les pourcentages surfaciques de chacune des transitions ont été étudiés par étage de végétation.

21La typologie de ces processus dynamiques se décline selon trois modes (Géhu, 2006) :

  • la dynamique progressive : elle correspond à la succession de communautés végétales (ou stades) se rapprochant progressivement de l’état d’équilibre avec le sol et le climat locaux. Le stade ultime de cette succession est généralement un climax forestier ;

  • la dynamique régressive : elle représente la succession de communautés végétales (ou stades) s’éloignant progressivement de l’état d’équilibre avec le sol et le climat locaux. Le stade ultime de cette succession correspond en général à des végétations thérophytiques ouvertes, voire à une mise à nu du substrat ;

  • la dynamique dite « stable » : Les végétations caractérisées de “stables” sont des végétations n’ayant pas subi de changement dynamique entre les années 1981 et 2014.

22Les outils de cartographie ayant évolué depuis 1981, il a été relevé quelques décalages entre les limites des étages de végétation. Par exemple, un polygone situé à l’étage montagnard en 1981 apparaît en 2014 comme un polygone appartenant à l’étage supraméditerranéen. Ce biais induit une impossibilité de comparaison entre les deux cartes : les transitions dynamiques représentées par ces polygones ne sont pas valides dans la mesure où les associations végétales ne peuvent être liées dynamiquement. Ce complexe de transitions « impossibles » a été regroupé dans une rubrique « autres groupements » dans les tableaux des matrices de transition.

23Afin de simplifier la lecture des tableaux des probabilités des matrices de transitions, certains regroupements ont été effectués :

  • l’entité « ripisylves » regroupe les associations végétales terrestres de 1981 qui ont évolué vers une association ripariale en 2014. La digitalisation sous SIG de la cartographie de Gamisans et al., (1981) ne faisant pas apparaître les unités ripicoles, l’ensemble des transitions de type « végétations terrestres-association ripariale » a été regroupé au sein d’une même entité.

  • l’entité « zone urbanisée » correspond aux végétations artificialisées depuis 1981 par l’urbanisation.

24Ces résultats ont été ensuite synthétisés au sein de schémas dynamiques par étage de végétation, regroupant l’ensemble des stades dynamiques, leur mode de transition (stable, progression, régression) et les probabilités des modes de transition. Au vu de la complexité des liens dynamiques au sein des étages de végétation, une réflexion plus fine a porté sur les probabilités de transition inférieures à 5 %, dans un objectif de simplification des schémas dynamiques. Ces probabilités apparaissent, à première vue, non représentatives et insignifiantes. Il est nécessaire de les mettre en regard avec la superficie qu’elles représentent. Par exemple, une probabilité de 5 % peut représenter soit une superficie importante (de l’ordre de 100 ha), soit une superficie faible (inférieure à 3 ha). Dans le premier cas, sa retranscription dans les schémas dynamiques est automatique, dans le second cas cette probabilité n’a pas été retenue. Le choix méthodologique s’est porté sur la représentation des probabilités de transition dont les superficies sont supérieures à 3 ha.

25Les végétations des pozzines, présentes au sein de l’étage subalpin ont été cartographiées à l’échelle de l’alliance en 1981 (Bellidi bernardii-Bellion nivalis) et représentées à l’échelle de l’association en 2014 (Caricetum intricatae caricetosum intricatae ; Caricetum intricatae plantaginetosum sardae ; Pinguiculo corsicae-Trichophoretum cespitosi narthecietosum ; Pinguiculo corsicae-Trichophoretum cespitosi trichophoretosum ; Huperzio selaginis-Caricetum ornithopodae). Pour faciliter l’interprétation des résultats des transitions dynamiques, l’ensemble des associations identifiées en 2014 a été regroupé au sein du Bellidi bernardii-Bellion nivalis dans les tableaux matriciels.

Résultats

Typologie des modes des transitions dynamiques

26Une analyse générale a été effectuée pour distinguer les principaux modes de transition de la végétation entre 1981 et 2014 (Figure 8).

Figure 8 : Cartographie des modes de transition dynamique de la végétation entre 1981 et 2014 (Tanné, 2014)

Figure 8 : Cartographie des modes de transition dynamique de la végétation entre 1981 et 2014 (Tanné, 2014)

27Sur l’ensemble de la zone étudiée (7 580 ha), la principale tendance de ces dynamiques est la stabilité (33 %). Il faut noter également que la progression dynamique de la végétation reste très importante (24 %). Au sein des étages de basse altitude, 63 % des végétations du mésoméditerranéen et 39 % de celles du supraméditerranéen ont subi une évolution dynamique progressive. En revanche, l’étage montagnard est caractérisé par l’importance de la dynamique régressive des végétations (38 %). Un fort taux de stabilité (entre 41 % et 55 %) affecte les végétations des étages de haute altitude (cryo-oroméditerranéen, subalpin et alpin).

Transitions dynamiques par étage de végétation

28Pour chaque étage de végétation, le tableau 1 rassemble les probabilités de transition des végétations (surfaces et pourcentage des probabilités de transition). Ces résultats ont été représentés par des schémas dynamiques. L’épaisseur des flèches est proportionnelle au pourcentage surfacique des transitions. Les pourcentages surfaciques inférieurs à 5 % dont la surface représente moins de 3 ha n’ont pas été retenus. Les flèches incurvées correspondent aux transitions dynamiques de type « stable » (c’est à dire le pourcentage de végétation qui n’a pas évolué entre les deux dates). Les flèches simples symbolisent la dynamique progressive et les flèches en pointillés expriment les dynamiques régressives.

Étage mésoméditerranéen (Figure 9, tableau 1)

Tableau 1 : Matrice de transition réalisée à partir des superficies.

SURFACE

 

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

POURCENTAGE

TOTAL SURFACE 1981 (ha)

1

ha

10.37

 

 

 

 

 

 

0.27

0.15

 

 

0.27

 

0.33

1.02

 

1.21

12.42

 %

83.52

 

 

 

 

 

 

2.21

1.23

 

 

2.14

 

2.65

8.24

 

4

ha

54.05

 

0.15

34.07

7.1

11.17

11.62

102.95

64.8

1.67

4.54

121.52

3.79

47.75

6.26

42.69

50

514.13

 %

10.51

 

0.03

6.63

1.38

2.17

2.26

20.02

12.6

0.33

0.88

23.64

0.74

9.29

1.22

8.3

8

ha

7.8

0.71

 

1.76

0.97

1.06

1.85

28.53

149.94

 

9.96

32.04

0.03

7.55

8.38

2.51

24.55

252.46

 %

3.09

0.03

 

0.7

0.39

0.42

0.73

11.3

59.39

 

3.94

12.69

0.01

2.99

3.32

1

17

ha

51.98

4.69

0.57

4.86

3.79

10.15

33.78

29.96

87.07

 

4.44

16.75

 

0.02

 

1.27

19.29

249.33

 %

20.85

1.88

0.23

1.95

1.52

4.07

13.55

12.02

34.92

 

1.78

6.72

 

0.01

 

0.51

POURCENTAGE

 

12.08

0.46

0.07

3.96

1.15

2.18

4.6

15.73

29.36

0.16

1.84

16.59

0.37

5.41

1.52

4.52

 

 

TOTAL SURFACE 2014 (ha)

124.21

4.77

0.72

40.68

11.86

22.39

47.25

161.71

301.96

1.67

18.93

170.57

3.82

55.65

15.67

46.47

 

1028.35

1 - Éboulis, rochers ; 2 - Onopordetum illyrici ; 3 - Tuberario guttatae-Plantaginetum bellardii ; 4 - Helichryso italici-Cistetum cretici ; 5 - Stachydi glutinosae-Genistetum corsicae ; 6 - Stachydi glutinosae-Genistetum corsicae teucrietosum mari ; 7 - Pruno spinosae-Rubion ulmifolii ; 8 - Pulicario odoratae-Arbutetum unedonis ; 9 - Pulicario odoratae-Arbutetum unedonis pinetosum hamiltonii ; 10 - Pulicario odoratae-Arbutetum unedonis faciès à Juniperus oxycedrus ; 11 - Digitalo luteae-Castanetum sativae digitaletosum luteae ; 12 - Galio scabri-Quercetum ilicis ; 13 - Galio scabri-Quercetum ilicis fraxinetosum orni ; 14 - Galio scabri-Quercetum ilicis quercetosum pubescentis ; 15 - Ripisylve ; 16 - Zone urbanisée ; 17 - Autres groupements.

Figure 9 : Schéma des transitions dynamiques des végétations de l’étage mésoméditerranéen fondé à partir du tableau 1.

Figure 9 : Schéma des transitions dynamiques des végétations de l’étage mésoméditerranéen fondé à partir du tableau 1.

29L’étage mésoméditerranéen (1 028 ha) est marqué par une dynamique progressive : 63 % de l’ensemble des végétations de cet étage a subi une progression entre 1981 et 2014. On observe l’évolution des végétations prairiales et pelousaires vers les maquis hauts et les forêts : soit 20 % (103 ha) de la surface de la fruticée à immortelle d’Italie et ciste de Crête (Helichryso italici-Cistetum cretici) qui évoluent vers un maquis à bruyère arborescente et arbousier (Pulicario odorae-Arbutetum unedonis). Pendant la même période, la moitié (59 %) de la surface initiale de ce maquis évolue vers une forêt de pin maritime (Pulicario odorae-Arbutetum unedonis pinetosum halmiltonii, 150 ha). Seules quelques rares transitions régressives s’opèrent au sein de cet étage de végétation avec de très faibles taux. Il s’agit d’une régression des fruticées à immortelle d’Italie et ciste de Crête vers des formations de fruticées naines à épiaire poisseuse et genêt de Corse (Stachydi glutinosae-Genistetum corsicae) (18 ha soit 3,5 %) et, plus ponctuellement, vers la roche nue.

Étage supraméditerranéen

30Comme l’étage précédent, le supraméditerranéen est marqué par une dynamique progressive depuis les végétations pelousaires vers les forêts : près de 40 % de ces végétations ont subi une évolution progressive en l’espace de 40 ans. Il s’agit notamment de la transition des fruticées à immortelle d’Italie et genêt de Salzmann (Helichryso italici-Genistetum salzmannii) vers les maquis à bruyère arborescente (Rubo ulmifolii-Ericetum arboreae) (36 % soit 156 ha) mais aussi vers les forêts de pin laricio (Galio rotundifolii-Pinetum laricii ericetosum arboreae) (26 % soit 155 ha).

31Seules les forêts de pin laricio (Galio rotundifolii-Pinetum laricii ericetosum arboreae) (55 % soit 108,81 ha) et les fruticées à immortelle d’Italie et genêt de Salzmann (Helichryso italici-Genistetum salzmannii) (22 % soit 127 ha) montrent une certaine stabilité.

32La régression concerne uniquement les forêts de pin laricio (Galio rotundifolii-Pinetum laricii) qui ont été remplacées par des fruticées à immortelle d’Italie et genêt de Salzmann (Helichryso italici-Genistetum salzmannii) (3 % soit 7 ha) et sur certains secteurs par des formations d’éboulis et de rochers (3 % soit 6 ha). Ces pourcentages, mis en regard avec les superficies, représentent moins de 10 ha. Les fruticées à immortelle d’Italie et genêt de Salzmann sont elles aussi concernées par une régression vers les affleurements rocheux (8 % soit 45 ha).

Étage montagnard (Figure 10, tableau 2)

Figure 10 : Schéma des transitions dynamiques des végétations de l’étage montagnard fondé sur le tableau 2.

Figure 10 : Schéma des transitions dynamiques des végétations de l’étage montagnard fondé sur le tableau 2.

33L’étage montagnard se caractérise par une dynamique majoritairement régressive. Les forêts de pin Laricio (Galio rotundifolii-Pinetum laricii-luzuletosum pedemontanae) sont remplacées par des fruticées naines à moyennes à thym corse et genêt de Lobel (Thymo herba-baronae-Genistetum lobelioidis genistetosum lobelioidis (8 % soit 34 ha) et celles à épine-vinette (Berberido aetnensis-Genistetum lobelioidis) (7 % soit 31 ha). Les forêts denses de pin laricio (Galio rotundifolii-Pinetum laricii luzuletosum pedemontanae) ont été remplacées par des forêts clairsemées (Galio rotundifolii-Pinetum laricii anthyllidetosum hermanniae) (17 % soit 70,5 ha).

34La plus forte stabilité concerne deux types de forêts : 97 % des forêts de hêtre (soit 65 ha) et 62 % (soit 256,7 ha) des forêts denses à pin laricio (Galio rotundifolii-Pinetum laricii luzuletosum pedemontanae) n’ont pas subi de changement entre 1981 et 2014.

Tableau 2 : Matrice de transition réalisée à partir des superficies.

SURFACES

 

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

POURCENTAGE

TOTAL SURFACE 1981 (ha)

1

ha

1.38

 

0.23

0.9

10.02

2.12

0.53

0.72

5.34

2.06

 

0.03

 

0.92

23.32

 %

5.9

 

0.98

3.88

42.99

9.09

2.26

3.07

22.89

8.84

 

0.11

 

5

ha

3.05

0.94

25.83

532.79

456.74

55.5

57.44

115.21

69.57

135.68

16.32

1.87

0.08

58.08

1471.01

 %

0.21

0.06

1.76

36.22

31.05

3.77

3.9

7.83

4.73

9.22

1.11

0.13

0.01

8

ha

 

0.39

 

34.35

30.69

0.48

70.49

256.69

3.53

16.41

0.35

0.82

 

16.35

414.21

 %

 

0.09

 

8.29

7.41

0.11

17.02

61.97

0.85

3.96

0.09

0.2

 

9

ha

0.06

0.22

 

0.09

0.6

 

 

 

65.02

0.27

0.37

0.64

 

2.66

67.26

 %

0.09

0.32

 

0.14

0.89

 

 

 

96.67

0.4

0.55

0.94

 

10

ha

 

 

 

4.36

8.16

 

1.39

3.94

 

6.81

0.46

 

 

0.99

25.12

 %

 

 

 

17.35

32.5

 

5.53

15.69

 

27.1

1.84

 

 

14

ha

1.07

0.09

35.26

136.56

186.66

 

15.69

132.93

23.66

 

 

 

 

21

531.92

 %

0.2

0.02

6.63

25.67

35.09

 

2.95

24.99

4.45

 

 

 

 

POURCENTAGE ( %)

 

0.22

0.06

2.42

27.99

27.36

2.29

5.75

20.12

6.6

6.37

0.69

0.13

0.01

 

 

TOTAL SURFACE 2014

 

5.55

1.63

61.32

709.05

692.89

58.1

145.53

509.49

167.13

161.22

17.51

3.35

0.08

 

2532.85

1 - Sagino piliferae-Caricetum caryophylleae ; 2 - Anthoxantho odorati-Brachypodietum pinnati ; 3 - Thymo herba-baronae-Genistetum lobelioidis allietosum schoenoprasi ; 4 - Thymo herba-baronae-Genistetum lobelioidis genistetosum lobelioidis ; 5 - Berberido aetnensis-Genistetum lobelioidis ; 6 - Pruno spinosae-Rubion ulmifolii ; 7 - Galio rotundifolii-Pinetum laricii anthyllidetosum hermanniae ; 8 - Galio rotundifolii-Pinetum laricii luzuletosum pedemontanae ; 9 - Poo balbisii-Fagetum sylvaticae fagetosum sylvaticae ; 10 - Éboulis, rochers ; 11 - Ripisylves ; 12 - Non cartographié ; 13 - Zones urbanisées ; 14 - Autres groupements.

35Les processus dynamiques progressifs sont peu représentés au sein de cet étage de végétation. Il s’agit principalement de la pelouse à sagine poilue et laîche du printemps (Sagino piliferae-Caricetum caryophylleae) dont 43 % (soit 10 ha) de la surface évolue vers la fruticée à épine-vinette (Berberido aetnensis-Genistetum lobelioidis). Cette dernière a été remplacée par les forêts à pin Laricio (Galio rotundifolii-Pinetum laricii luzuletosum pedemontanae) sur 115 ha (soit 7, 83 %).

36Les éboulis ont été colonisés par des fruticées à thym corse et genêt de Lobel (Thymo herba-baronae-Genistetum lobelioidis genistetosum lobelioidis) (17 % soit 4,36 ha) et à épine-vinette (Berberido aetnensis-Genistetum lobelioidis) (32 % soit 8,2 ha).

Étage cryo-oroméditerranéen

37L’étage cryo-oroméditerranéen se caractérise par deux modes de transition :

  • un mode de type dynamique progressive : les pelouses (43,3 % soit 24,17 ha) et éboulis (54,54 % soit 67,95 ha) ont évolué vers les fruticées à paronyque à feuilles de renouée et genêt de Lobel (Paronychio polygonifloiae-Armerietum multecipitis genistetosum lobelioidis) ;

  • un mode de type stable : les fruticées à paronyque à feuilles de renouée et genêt de Lobel (Paronychio polygonifloiae-Armerietum multecipitis genistetosum lobelioidis) restent stables dans le temps (78,3 % soit 376,51 ha).

Étage subalpin

38L’étage subalpin se caractérise par une forte stabilité. Les aulnaies à aulne odorant (Alnetum suaveolentis) sont restées stables (85 % soit 690 ha), de même que les végétations pelousaires à pâquerette de Bernard et pâquerette des neiges (Bellidi bernardii-Bellion nivalis) (45 % soit 4,16 ha) et les végétations des rochers (Geomontani-Phlee tum brachystachyi (21 % soit 17,57 ha) ; Gnaphalio supini-Sibbaldietum procumbentis (46 % soit 12,42 ha).

39La dynamique progressive s’effectue majoritairement des pelouses à gnaphale couché des Balkans et sibbaldie rampante (Gnaphalio supini-Sibbaldietum procumbentis) (42 % soit 11,33 ha) et celles du Bellidi bernardii-Bellion nivalis (37 % soit 3,46 ha) vers les aulnaies odorantes (Alnetum suaveolentis alnetosum suaveolentis). Ces aulnaies présentent elles aussi une dynamique progressive vers les pré-forêts à érable à feuilles de platane (Acerion pseudoplatani) (0,47 % soit 3,84 ha).

Étage alpin

40La dynamique de cet étage de végétation est majoritairement caractérisée par la stabilité des végétations : les éboulis et les pelouses à calament corse et marguerite tomenteuse (Acini corsici-Tanacetum tomentosi) n’ont pas évolué (59 % et 48 % respectivement soit 147,45 ha et 199,90 ha). Une partie des surfaces en éboulis et rochers semble avoir été colonisée par les pelouses à calament corse et marguerite tomenteuse (40,76 % soit 101,5 ha)

Synthèse

41La figure 11 synthétise les principaux résultats des changements dynamiques, d’usages et des végétations issus de l’analyse diachronique entre 1981 et 2014.

Figure 11 : Synthèse des types d’usages, des végétations et des évolutions dynamiques par étage de végétation sur le massif du Haut-Vénacais.

Figure 11 : Synthèse des types d’usages, des végétations et des évolutions dynamiques par étage de végétation sur le massif du Haut-Vénacais.

Discussion

Intérêt et limites de l’étude

42Cette étude repose sur une phase de terrain fastidieuse pour valider les typologies et les découpages cartographiques des composantes du paysage (unités écologiques et végétales). La récolte des données nécessite une très bonne connaissance écologique du territoire (géologie, bioclimatologie, géomorphologie, pédologie…) et végétale (taxons, syntaxons, sigmataxons). Une phase d’apprentissage a été nécessaire pour s’approprier la flore locale étant donné que le taux d’endémisme est relativement élevé en milieu insulaire (Jeanmonod et Gamisans, 2013). De même pour les associations végétales et les séries de végétation qui ont demandé un travail de synthèse et de connaissances important. La prise en compte de la dynamique temporelle (notion de tête de série) et spatiale (formes spatiales des associations dans le paysage) reste très complexe à appréhender, une concertation locale (à l’échelle corse puis corso-sarde) et internationale (méditerranéenne) seront nécessaires pour affiner ce travail.

43L’une des difficultés de l’étude réside dans le manque de données cartographiques liées aux usages agrosylvopastoraux du Haut-Vénacais et à l’intensité et à la fréquence des feux. En ce qui concerne les usages agrosylvopastoraux, un « zonage agrosylvopastoral » de la Corse a été réalisé (Étienne, 1977 ; Amandier et al., 1984) correspondant à une cartographie des potentialités de développement et d’amélioration pastorale du territoire. Sur le massif du Haut-Vénacais, seul le versant a été cartographié, ce qui correspond à ¼ de la superficie du massif. De plus, la typologie et la cartographie de ce secteur correspondent aux types de végétations (parcours, maquis et boisements) et aux enveloppes identifiées par Gamisans et al., en 1981. De même, pour les données cartographiques des feux, seules les données des feux d’été (1er juin au 30 septembre) pour la période 1955-2007 sont disponibles. Or, ces données ne sont représentatives que des feux de l’espace rural ou périurbain qui concernent les incendies de végétaux dont la superficie est inférieure à un hectare (bosquets, haies, feux d’herbes, autres feux agricoles…). En revanche, les feux d’automne concernent les feux de forêt qui représentent les incendies d’une superficie d’au moins un hectare d’un seul tenant. Au-delà même de la fréquence des feux, c’est le régime des incendies (fréquence et intensité) qui devrait être pris en compte pour expliquer la modification et la structuration du couvert végétal.

Intérêt et limites des matrices de transition pour une démarche analytique sériale

44Les schémas dynamiques élaborés à partir de l’analyse des matrices de transition confirment en partie les résultats obtenus par les études menées depuis 2012 sur les séries de végétation en Corse (Lefort, 2013 ; Tanné, 2014 ; Delbosc et al., 2015a, 2015b). Il faut cependant prendre tous ces résultats avec précaution car les méthodes de levé des cartes utilisées entre 1981 et 2014 ne sont pas identiques. Les calculs matriciels utilisent une spatialisation comparative très précise alors qu’en 1981 par exemple, les fonds photographiques étaient orthonormés avec une précision inférieure à celle des orthophotographies actuelles.

45Pour les étages de végétation de basse et moyenne altitudes (mésoméditerranéen à montagnard), les trajectoires dynamiques sont nombreuses et complexes puisque leurs végétations sont le résultat des actions anthropiques passées ou actuelles (Ravis-Giordani, 1983 ; Amandier et al., 1984). Les incendies et le pâturage constituent les principaux facteurs de dégradation de la végétation. Leur intensité et leur fréquence induisent une mosaïque de végétation depuis la pelouse jusqu’au maquis. Pour les étages de basse altitude, l’établissement des schémas dynamiques a permis de caractériser les principales séries de végétation qui impriment le paysage végétal (Tableau 3) (Lefort, 2013 ; Tanné, 2014).

Tableau 3 : Séries de végétation dominant le paysage végétal du massif du Haut-Vénacais.

Étages de végétation

Séries de végétation

Mésoméditerranéen

Série climatophile mésophile à gesse de Vénitie et chêne vert des substrats acidiphiles à neutro-alcalins de l’étage mésoméditerranéen [Galio scabri-Querco illicis sigmetum variante à Lathyrus venetus Delbosc, Bioret & Panaïotis 2015]

Supraméditerranéen

Série corse édaphoxérophile à bruyère arborescente et pin laricio des substrats cristallins de l’étage supraméditerranéen [Galio rotundifolii-Pino laricii sigmetum variante à Erica arborea Delbosc, Bioret & Panaïotis 2015]

Montagnard

Série corse climatophile à pâturin de Balbis et hêtre des substrats acidiphiles à neutro-alcalins de l’étage montagnard-oroméditerranéen [Poo balbisii-Fago sylvaticae sigmetum Delbosc, Lefort, Bioret & Panaïotis 2015]

Montagnard

Série corse édaphoxérophile à luzule de piémont et pin laricio des substrats cristallins de l’étage montagnard-oroméditerranéen [Galio rotundifolii-Pino laricii sigmetum variante à Lathyrus venetus Delbosc, Bioret & Panaïotis 2015]

Subalpin

Série corse climatophile à sorbier des oiseleurs et érable sycomore des substrats cristallins de l’étage subalpin [Sorbo aucupariae-Acero pseudoplatani sigmetum Delbosc, Bioret & Panaïotis 2015]

46Pour les étages alticoles (cryo-oroméditerranéen, subalpin et alpin), la dynamique est contrainte par des gradients écologiques liés au climat (enneigement, vent) et par une très faible profondeur du substrat (Gamisans, 1975, 1991). Les trajectoires successionnelles sont soit tronquées (curtasérie), soit bloquées à un seul stade (permasérie). Dans ces deux cas, les matrices de transition confirment les schémas dynamiques établis lors des études précédentes (Gamisans et Grüber, 1979 ; Delbosc et al., 2015a). La tête de série de l’étage cryo-oroméditerranéen est le Paronychio polygonifoliae-Armerietum multicepitis genistetosum lobelioidis. L’étage subalpin se distingue par une stabilité de ses végétations en raison des activités agrosylvopastorales qui maintiennent l’ouverture des milieux et favorisent le développement des aulnaies. La dynamique des aulnaies à aulne odorant est stable à 80 %. Si dans certains secteurs, une évolution vers une érablaie peut être notée, le Haut-Vénacais ne possède que de rares individus d’érables à feuilles de platane ; ces derniers traduisant l’absence quasi-totale de semenciers sur la zone d’étude. Dans l’étage subalpin, l’aulnaie odorante, jadis considérée comme la tête de série, ne constitue qu’un stadede la trajectoire dynamique (Lefort, 2013, Tanné, 2014, Delbosc et al., 2015) : la tête de série de cet étage correspond à une pré-forêt à sorbier des oiseleurs (Sorbus aucuparia L. subsp. praemorsa (Guss.) Nyman.) et érable à feuilles de platane. La tête de série de l’étage alpin est caractérisée par les pelouses à calament corse et marguerite tomenteuse, comme en vallée d’Asco et dans le Niolu (Lefort, 2013 ; Delbosc et al., 2015a).

47Même si les calculs matriciels apportent une rigueur dans la caractérisation des schémas dynamiques de végétation, les observations de terrain et les données phénoménologiques historiques sont incontournables pour la compréhension des patrons dynamiques.

48Pour les séries à dynamiques tronquée ou bloquée, les matrices de transition ne suffisent pas pour l’interprétation des unités sigmétales. Par exemple, au sein de l’étage subalpin, les végétations pelousaires (Geo montani-Phleetum brachystachyi, Gnaphalio supini-Sibbaldietum procumbentis) présentent une dynamique progressive vers l’aulnaie odorante (Alnetum suaveolentis alnetosum suaveolentis). Parfois, les conditions écologiques très contraignantes ne permettent pas l’implantation des espèces arbustives. Pour des commodités typologiques et cartographiques, elles sont englobées au sein de géopermaséries.

49De même, les valeurs et les pourcentages surfaciques ne suffisent pas à l’interprétation des matrices de transition car ils doivent être confrontés à l’histoire du site et aux observations de terrain. Les aulnaies odorantes subalpines en sont un très bon exemple. Selon le schéma dynamique, 85 % des aulnaies ne semblent pas avoir évolué ; seulement 0,47 % évoluent vers des pré-forêts à sorbier des oiseleurs et érable à feuilles de platane (Acerion pseudoplatani). Replacé dans le contexte insulaire, il a été démontré, notamment à Asco, dans le Niolu et sur le plateau du Cuscione, que ces aulnaies sont liées dynamiquement à ces formations (Delbosc et al., 2015 ; Panaïotis et al., 2017). L’utilisation des aulnaies odorantes comme parcours pour le bétail, a limité l’implantation des espèces arbustives et arborescentes. Le manque de semenciers des essences pré-forestières peut expliquer le faible pourcentage d’évolution des aulnaies odorantes vers les pré-forêts de l’Acerion pseudoplatani. De même, pour les maquis à Bruyère arborescente et Arbousier (Pulicario odoratae-Arbutetum unedonis) qui, sur certains secteurs semblent être restés stables dans le temps (11 % soit 2 ha). Ces maquis ont été pâturés et régulièrement incendiés entre 1981 et 2014. Leur résilience, estimée à une durée de 15-20 ans (Saïd et al., 2003), est telle qu’ils ont pu se régénérer au moins deux fois en l’espace de 33 ans.

50Concernant l’échelle d’application de cette méthode, les matrices de transition appliquées sur un massif de 8 000 ha ont démontré la complexité des patrons dynamiques. On peut penser que, dans une région plus grande (au-delà de 20-50 000 ha) qui engloberait plus d’étages de végétation (du littoral à la haute montagne par exemple), les processus dynamiques se complexifient, et ce, plus ou moins liés à la diversité des facteurs exogènes. La multiplication des impacts anthropiques (pâturage, fauche, coupe, incendie, plantations, cultures, terrasses) entraîne un large panel de stades de substitution qu’il est difficile de discerner à une échelle plus petite.

Évolution spatio-temporelle des végétations

51Les travaux cartographiques constituent des outils pragmatiques pour évaluer les vicissitudes des trajectoires dynamiques qui se sont opérées dans un paysage, et ce, à des pas de temps de 20 à 40 ans ou plus rapprochés (5-10 ans) (Saïd et al., 2003 ; Sawtschuk et Bioret, 2012 ; Gallet et Sawtschuk, 2015). Ils peuvent même être utilisés pour des prédictions plus longues (50-100 ans) (Coreau, 2009). Plus largement, la combinaison des matrices de transition avec l’approche phytosociologique dynamico-caténale rend la lecture plus aisée des configurations spatiales et structurelles d’un paysage végétal. Ces travaux intègrent parfaitement la dimension temporelle des communautés végétales, indispensable aux travaux d’aménagement d’un territoire.

52La modification de la société rurale a fortement influencé les modes de pâturage en Corse. D’abord essentiellement ovins et caprins jusqu’à la première moitié du XXe siècle, celui-ci a sensiblement évolué dans les années 1980. Du fait des changements de la politique agricole commune (MAAF, 2014), ces cheptels ont été remplacés par des bovins, accélérant ainsi la disparition de la transhumance (Lenclud, 1980 ; Ravis-Giordani, 1983). Ces troupeaux digèrent mieux les fourrages très fibreux et se contentent plus facilement de milieux forestiers et de maquis, tandis que les ovins sélectionnent les espèces les plus appétentes et ne peuvent se dispenser de prairies. Le pâturage très extensif, existant aujourd’hui, a un impact moindre sur la végétation et, plus largement, sur la configuration paysagère. Les végétations sont parcourues librement par les troupeaux, essentiellement bovins (mais aussi ovins-caprins, porcins et par des cerfs de Corse depuis une quinzaine d’années) qui y trouvent un abri et de la nourriture (bourgeons, branchages d’Arbousier de Chêne vert et de Filaire.) au fil des saisons. Toutefois, le pâturage implique des modifications locales (reposoirs, zones de prairies rases près des bergeries…) où l’apparition d’une flore nitrophile plus abondante traduit cet état de fait.

53Les matrices de transition s’avèrent être un outil pertinent pour avoir une vision à court et long terme des changements surfaciques des végétations (Sawtschuk, 2010 ; Glenn-Lewin, 1992). Ces changements sont liés à la géodynamique des milieux (éboulis notamment) et à l’action anthropique des milieux (incendies et pâturages) qui, suivant leur intensité et leur récurrence, influent sur les dynamiques progressives et régressives. La corrélation entre la diminution, voire l’abandon total, des pratiques agricoles sur certains secteurs depuis le milieu du XXe siècle et la colonisation des essences forestières démontrent la vitesse du processus : en l’absence d’actions anthropiques, un laps de temps de 50 ans est suffisant pour observer un retour aux systèmes forestiers (Barbéro et al., 1990). Dans les premiers stades d’une série (pelouse, fruticées, maquis), le passage d’un stade à l’autre peut être assez rapide (environ 10 ans) (Saïd et al., 2003). En revanche, dans les stades ultimes de la série, le passage des fourrés ou maquis vers les forêts est beaucoup plus lent (Barbéro et al., 1990). Lorsque la forêt arrive au stade de maturité (en équilibre avec le sol et le climat), un cycle sylvogénétique se met en place. Ce dernier correspond au phénomène de dynamique interne naturelle des peuplements forestiers (morts d’arbres, chablis, trouées, rajeunissements en mosaïque) (Panaïotis et al., 1998).

54Les matrices de transition constituent, par ailleurs, un outil pour visualiser rapidement les erreurs cartographiques. Les résultats cartographiques des végétations sont très variables selon l’observateur, les outils ou les typologies utilisés. Au sein de l’étage mésoméditerranéen, la régression des fruticées à immortelle d’Italie et ciste de Crête (Helichryso italici-Cistetum cretici) vers les fruticées naines à épiaire poisseuse et genêt de Corse (Stachydi glutinosae-Genistetum corsicae) en est un exemple. L’analyse des matrices de transition laisse percevoir une dynamique régressive, alors qu’il s’agit d’un changement typologique phytosociologique entre 1981 et 2014. En 1981, l’ensemble des fruticées était regroupé sous l’association de l’Helichryso italici-Cistetum cretici, stade plus avancé que le Stachydi glutinosae-Genistetum corsicae, décrit par Gamisans et Muracciole, (1984).

55À partir de l’analyse des matrices de transition, il est possible de visualiser les secteurs les plus vulnérables ou non aux facteurs anthropiques (Sawtschuk et Bioret, 2012). Comme il a déjà été souligné précédemment, les processus dynamiques qui s’opèrent au sein du massif du Haut-Vénacais sont dus à deux facteurs exogènes majeurs : les feux et le pâturage (Gamisans et al., 1981 ; Tanné, 2014 ; Tanné et al., 2015). Dans ce massif, l’étage montagnard est marqué par une forte régression de ses végétations. Les incendies répétés (au sein de cet étage) en sont les principales causes. L’activité pastorale avec notamment la transhumance estivale, a été très importante et a joué un rôle majeur dans cette dynamique régressive, par la pratique de l’écobuage, fortement utilisée dans les années 1960. Si les incendies suivants de 1965, 1970, 1973, 1980, s’intègrent encore dans ces pratiques pastorales, le grand feu de 2000, correspond à un accident ou à de la malveillance. Il a couvert plus de 2 100 ha car la biomasse végétale étant suffisante pour l’alimenter et les conditions de températures et de vent étaient en plus défavorables pour que les services d’intervention puissent agir efficacement. Ces grands incendies (qui représentent 1 % des mises à feu) sont possibles car les végétations pelousaires et les fruticées ont largement évolué vers les maquis et les jeunes forêts dans les massifs montagneux corses. A contrario, ce sont principalement les étages alticoles (cryo-oroméditerranéen, subalpin et alpin), qui paraissent stables dans le temps. Caractérisés par des conditions écologiques singulières et difficiles d’accès, ces étages représentent les secteurs les moins vulnérables aux activités anthropiques.

Conclusion

56L’étagement altitudinal des végétations du massif du Haut-Vénacais depuis le mésoméditerranéen jusqu’à l’étage alpin, implique que les processus dynamiques des végétations soient inféodés à un unique étage de végétation. 

57La présente étude a permis de quantifier d’un point de vue surfacique les successions végétales et leur mode de transition (progression, stabilité, régression) au sein d’un même étage de végétation. Cette étude a conforté les trajectoires dynamiques des séries de végétation élaborées lors des études phytosociologique dynamico-caténale menées dans le Haut-Vénacais (Tanné, 2014 ; Tanné et al., 2015), et plus largement en Corse (Lefort, 2013, Delbosc et al., 2015a, 2015b, 2015c).

58L’analyse comparée causale et dynamique des matrices de transition est un outil complémentaire pour la description des végétations et de leurs trajectoires dynamiques.

59Elle permet d’affiner la connaissance des végétations et de leurs trajectoires dynamiques. Plus largement, cette méthode apparaît comme un outil pragmatique d’aide à l’identification des secteurs à enjeux de conservation.

Perspectives

60La multiplication des cartographies des végétations sur le massif du Haut-Vénacais permettrait de tester l’approche des matrices de transition avec des jeux de données cartographiques supplémentaires. Un partenariat avec les gestionnaires (Parc Naturel Régional de Corse, Office National des Forêts) pourrait être judicieux pour réaliser des cartographies de végétation de façon régulière et plus rapprochée dans le temps (tous les 5 à 10 ans). Il s’agirait, pour les gestionnaires, d’avoir un outil pragmatique dans une optique d’évaluation de leurs actions de gestion (restauration ou conservatoire) et pour planifier de nouvelles actions.

61Outre ces suivis cartographiques, il serait également possible de cibler un type de formation végétale à une échelle plus grande (microcartographie) pour répondre à une problématique de recherche et de gestion (Sawtschuk et Bioret, 2012).

Remerciements

62Les auteurs tiennent à remercier l’ensemble de l’équipe scientifique du Conservatoire Botanique de Corse, et plus particulièrement Laetitia Hugot, Alain Delage, Kévin O’Deye-Guizien, Julie Reymann, Paula Spinosi et Caroline Favier-Vittori. Merci à Jacques Gamisans (†) et Christian Gauberville pour la mise à disposition de données et pour leur aide précieuse lors de l’interprétation écologique des végétations.

Haut de page

Bibliographie

Allier C., Lacoste A., 1981, “Processus dynamiques de reconstitution dans la série du Quercus ilex en Corse”, Vegetatio, Vol.46, 83-91.

Amandier L., Dureau R., Joffre L.-M. et R., Laurent J.-L., 1984, Éléments pour un zonage agro-sylvopastoral de la Corse. Ajaccio, S.O.D.E.T.E.G.

Artemisia Environnement, 2010, Typologie et cartographie d’habitats, site Natura 2000 n°FR9400578 : « Massif du Rotondo », Documents d’Objectifs, Salles-la Source.

Balzter H., 2000, Markov chain models for vegetation dynamics Ecological Modelling, Vol.126, 139-154.

Barbéro M., Bonin G., Loisel R., Quézel P., 1990, “Changes and disturbances of forest ecosystems caused by human activities in the western part of the mediterranean basin”, Vegetatio, Vol.87, 151-173.

Béguin C., Géhu J.-M., Hegg O., 1979, “La symphytosociologie : une approche nouvelle des paysages végétaux”, Documents phytosociologiques, Vol.IV, 49–69.

Biondi E., 2011, Phytosociology today: methodological and conceptual evolution, Plant Biosystems, Vol.145, 19-29.

Biondi E., 2012, “Phytosociologie paysagère et évaluation de l’état de conservation des habitats” (Communication), « La cartographie de la végétation d’Europe » : Méthodologies de cartographie phytosociologique en Europe : approches symphytosociologique et géosymphytosociologique - Synthèse bibliographique, 17-19 octobre 2012.

Biondi E., Filigheddu R., Farris E., 2004, “Cartography and diachronic analysis of the vegetation of S’Ena Arrubia Lagoon (Centre-Western Sardinia)”, Fitosociologia, Vol.41, No. 1, 109-116.

Bioret F., Gourmelon F., Culioli J.-M., 2000, “Mise au point d’une méthode de cartographie de la végétation terrestre des îlots marins en réserve naturelle”, Conserv’Actions, 9-13.

Blasi C., Carranza M.-L., Frondoni R., Rosati L., 2000, “Ecosystem classification and mapping: a proposal for Italian landscapes”, Applied Vegetation Science, Vol.3, 233-242.

Braun-Blanquet J., 1928, Pflanzensoziologie. Grundzüge der Vegetationskunde, Berlin, Biologische Studienbücher.

Bruno C., Dupré G., Giorgetti G., Giorgetti J.-P., Alesandri J., 2001, Chi tempu face? Météorologie, climat et microclimats de la Corse, Ajaccio, Centre Régional de Documentation Pédagogique de Corse.

Capelo J., Mesquita S., Costa J.-C., Ribeiro S., Arsénio P., Neto C., Monteiro-Henriques T., Aguiar C., Honrado J., Espirito-Santo D., Lousa M., 2007, “A methodological approach to potential vegetation using GIS techniques and phytosociological expert-knwoledge: application to mainland Portugal”, Phytocœnologia, Vol.37, No.3-4, 399-415.

Carcaillet C., Leys B., 2012, “Feux & Forêts. 11 000 ans d’histoire commune”, Stantari, Vol.30, 19-23.

Carcaillet C., Barakat H.-N., Panaïotis C., Loisel R., 1997, Fire and late Holocene expansion of Quercus ilex and Pinus pinaster in Corsica, Journal of Vegetation Science, Vol.8, 85-94.

Carrión J.-S., Fernández S., 2009, The survival of the « natural potential vegetation » concept (or the power of tradition)”, Journal of Biogeography, Vol.36, 2202–220.

Chalumeau A., Bioret F., 2013, Méthodologie de cartographie phytosociologique en Europe : approches symphytosociologique et géosymphytosociologique, Synthèse bibliographique, Rapport Institut de Géoarchitecture, Université de Bretagne Occidentale, Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie, Brest.

Chytrý M., 1998, Potential replacement vegetation: an approach to vegetation mapping of cultural landscapes”, Applied Vegetation Science, Vol.1, 177-188

Clair M., Gaudillat V., Hérard K., 2005, Cartographie des habitats naturels et des espèces végétales appliquées aux sites terrestres du réseau Natura 2000 (Guide méthodologique), Muséum National d’Histoire Naturelle et Fédération des Conservatoires botaniques nationaux, Paris.

Clements, F.-E., 1936,Nature and structure of the climax”, J. Ecol., Vol.24, 552 – 584

Coreau A., 2009, Dialogue entre des chiffres et des lettres, Imaginer et construire des futurs possibles en écologie, Thèse de Doctorat, Univ. Montpellier II, Montpellier.

Daget P., 1977, “Le bioclimat méditerranéen : caractères généraux, méthodes de classification”, Vegetatio, Vol.34, No.1, 1‐20.

Delbosc P., 2015, Phytosociologie dynamico-caténale des végétations de la Corse : méthodologies typologique et cartographique, Thèse de Doctorat - Université de Bretagne Occidentale, Brest.

Delbosc P., Bioret F., Panaïotis C., 2015a, “Méthodologie pour la cartographie des séries et géoséries de végétation de la Corse : exemple de la vallée d’Asco (Haute-Corse)”, Vol.6, No.3, 57-78.

Delbosc P., Lefort P., Bioret F., Panaïotis C. 2015b, “Paysage végétal de la vallée du Niolu (Haute-Corse) : approche physionomique et phytosociologique dynamico-caténale des séries et des géoséries de végétation”, Vol.8, No.4, in press.

Demartini J., Favreau P., 2004, “Les sols en Corse”, Encyclopaedia corsicae, Édition Dumane, Ajaccio, Vol.1, 121-155.

Demartini J., Favreau P., 2011a, “La Corse”, Office du Développement Agricole et Rural de la Corse, Bastia, in Jamagne M., (eds), Grands paysages pédologiques de la France, Editions Quae, 467-487.

Demartini J., Favreau P., 2011b, Référentiel Pédologique Approfondi (R.P.A.), Caractérisation des sols des plaines et coteaux de basse altitude au 1 :25 000. Office du Développement Agricole et Rural de la Corse, Bastia.

DREAL Corse, 2013a, Crêtes et hauts de versants asylvatiques du Monte Rotondo, Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique, Muséum national d’Histoire naturelle, Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, Ajaccio.

DREAL Corse, 2013b, Cirques et lacs glaciaires du Monte Rotondo, Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique, Muséum national d’Histoire naturelle, Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, Ajaccio.

Durand-Delga M., 1978, Corse, Guides Géologiques Régionaux, Paris Édition Masson, .

Dumont B., Farruggia A., Garel J.-P., 2007, “Pâturage et biodiversité des prairies permanentes”, Rencontre Recherche Ruminants, Paris, Vol.14, 17-24.

Dupias G., Gaussen H., Izard M., Rey P., 1965, Carte de la végétation de la France, N°80-81, Corse (Carte au 1 : 200 000ème ; Notice sommaire par G. Dupias), Centre National de la Recherche Scientifique, Service de la Carte de la Végétation, Toulouse.

Dupias G., Isard M., Monserrat P., 1982, Carte de la végétation de la France, Feuille 76, Luz. CNRS, Paris.

Etienne M., 1977, Bases phytoécologiques du développement des ressources pastorales en Corse, Thèse de doctorat, Université de Montpellier, Montpellier.

Faliński J.-B., Pedrotti F., 1990, “The vegetation and dynamical tendancies in the vegetation of Bosco Quarto, Promontorio del Gargano, Italy”, Braun-Blanquetia, Vol.5, 1-31.

Gallet S., Sawtschuk J., 2015, “Évaluation de la dynamique des sites naturels par l’analyse des cartes de végétation”, Penn-ar Bed, Vol.220, 37-41.

Gamisans J., 1975, La végétation des montagnes corses, Thèse d’État, Université de Marseille, Marseille.

Gamisans J., 1979a, “À propos d’espèces indicatrices des étages de végétation en Corse” Ecologia Mediterranea, Vol.4, 45-48.

Gamisans J., 1979b, “Remarques sur quelques groupements végétaux assurant la transition entre les étages montagnard et subalpin en Corse” Ecologia Mediterranea, Vol.4, 33-43.

Gamisans J., 1991, La végétation de la Corse, Conservatoire et jardin botaniques de la ville de Genève, réédité en 1999, Genève,Édisud.

Gamisans J., 2010, Le paysage végétal de la Corse, Ajaccio, Albiana.

Gamisans J., Grüber M., 1979, “La végétation du Niolu (Corse)”, Ecologia Mediterranea, Vol.4, 141-156.

Gamisans J., Gruber M., Claudin J., Casanova J.B., 1981, “Carte de la végétation du Haut-Vénecais au 1/25 000”, Ecologia Mediterranea, Vol.7, No.1, 85-98.

Gamisans J., Muracciole M., 1984, “La végétation de la réserve naturelle de la presqu’île de Scandola, Etude phytosociologique et cartographique au 1/10000ème”, Ecologia Mediterranea, Vol.10, No.3-4, 159-205.

Gauthier A., 1983, Roches et paysages de la Corse, Découverte de la nature, N°27, Ajaccio, PNRC.

Gauthier A., Quilici J.P., 1997, Lacs de la montagne Corse, Ajaccio, Édition Glénat.

Géhu J.-M., 1986, “Des complexes de groupements végétaux à la phytosociologie paysagère contemporaine”, Informatore botanico italiano, Vol.18, No.1-2-3, 53-83.

Géhu J.-M., 1991, “L’analyse symphytosociologique et géosymphytosociologique de l’espace, Théorie et méthodologie”, Colloques phytosociologiques, Phytosociologie et Paysages, Vol.XVII, 11-46.

Géhu J.-M., 2006, Dictionnaire de sociologie et synécologie végétales, Berlin – Stuttgart, Édition J. Cramer.

Géhu J.-M., Rivas-Martínez S., 1981, “Notions fondamentales de phytosociologie”, Berichte der Internationalen Symposien der Internationalen Vereinigung für Vegetationskunde, Syntaxonomie, J. Cramer, Berlin, 5–33.

Glenn-Lewin, D.-C., Peet R.-K., VeblenT.-T., 1992, Plant succession: theory and prediction, Cambridge, Springer.

Godron, M. & J. Lepart., 1973, “Sur la representation de la dynamique de la vegetation au moyen de matrices de succession”, In Sukzessionsforschung. Schmidt, Cramer, Vaduz, 269-287.

Guinochet M., 1973, Phytosociologie, Paris, Masson.

Lamonico D., 2008,Analisi multitemporale del paesaggio vegetale del Parco Regionale dell’Appia Antica (Roma), Rivista italiana di Telerilevamento, Vol.40, No.3, 27-37.

Lazare J.-J., 2009, “Phytosociologie dynamico-caténale et gestion de la biodiversité”, Acta Botanica Gallica, Vol.156, No.1, 46-61.

Lefort P., 2013, Étude du paysage végétal de la vallée du Niolu (Haute-Corse). Mémoire de Master II – Université de Toulouse Paul Sabatier – Conservatoire botanique national de Corse/ Office de l’Environnement de Corse, Corte.

Leguédois S., Party J.-P., Dupouey J.-L., Gauquelin T., Gégout J.-C., Lecareux C., Badeau V., Probst A., 2011, “La carte de végétation du CNRS à l’ère du numérique”, Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 559, mis en ligne le 27 octobre 2011. URL : http://cybergeo.revues.org/24688; DOI : 10.4000/cybergeo.24688].

Lenclud C., 1980, “De quelques facteurs sociaux de la transformation des paysages niolins”, Ecologia Mediterranea, Vol.6, 173-224.

Lepart J., Escarre J., 1983, “La succession végétale, mécanismes et modèles : analyse bibliographique”, Bulletin d’écologie, Vol.14, No.3, 133–178.

Loidi J., Fernández-González F., 2012, Potential natural vegetation: reburying or reboring?”, Journal of Vegetation Science, Vol.23 : 596–604

Luccioni P.-J., Giannesini G., 2009, Tempi fà : Arts et traditions populaires de Corse, Corse, Albiana.

Mériaux J.-L., Géhu J.-M. 1977, “De l’analyse symphytosociologique des complexes de végétation à celle des végétations complexes. Exemple des groupements aquatiques et subaquatiques”, In R. Tüxen (ed.) : Assoziationkomplexe (Sigmeten), Berlin, Rinteln, J. Cramer, 97-116.

Mesléard F., 1988, Dynamique, après perturbation, de peuplements de deux ériçaies (Arbutus unedo L. et Erica arborea L.) en Corse, Ajaccio, PNRC.

Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, 2014, URL : [http://agriculture.gouv.fr/thematique-generale/ministere].

Mobaied S., Machon N.; Lalanne A., Riera B., 2015, The Spatiotemporal Dynamics of Forest–Heathland Communities over 60 Years in Fontainebleau, France”, ISPRS Int. J. Geo-Inf., Vol.4, 957-973.

Ozenda P., 1982, Les végétaux dans la biosphère, Paris, Doin Editeurs.

Ozenda P., 1986, La cartographie écologique et ses applications, Paris, Masson.

Panaïotis C., Loisel R., Roux M., 1998, “Analyse de la réponse de la végétation aux trouées naturelles dans une forêt âgée de Quercus ilex L. en Corse (Ile méditerranéenne), Canadian Journal of forest research, Vol.28, 1125-1134.

Panaïotis C., Barthet T., Vallauri D., Hugot L., Gauberville C., Reymann J., O’Deye-Guizien K., Delbosc. P., 2017, “Carte d’état-major de la Corse (1864-1866), Occupation du sol et première analyse des forêts anciennes”, Ecologia mediterranea, Vol.43, No.1, 49-64.

Paradis G., 2004, Flore et végétation. Extrait du volume 1 de l’Encyclopedia Corsicae. Éditions Dumane, 457-572.

Pedrotti F., 2013, Plant and vegetation mapping, Springer, Camerino.

Pinto-Gomes C., Rosendo J., Paiva-Ferreira R., Sariva R., Martins E. 2003, O Papel da Cartografia da Vegetação no Ordenamento Florestal: O Caso do Sudoeste Alentejano e Barlavento Algarvio, Departamento de Ecologia, Universidade de Évora, Rua Romão Ramalho, Vol.59.

Quézel P., Médail F., 2003, Écologie et biogéographie des forêts du Bassin méditerranéen, Elsevier, Collection Environnement, Paris.

Ravis-Giordani G., 1983, Berges corses, les communautés villageoises du Niolu, Édisud, Aix-en-Provence.

Reymann J., Panaïotis C., Bioret F., Bacchetta G., Delage A., Delbosc P., Gamisans J., Gauberville G., Hugot L., O’Deye-Guizien K., Piazza C. & Pioli A., 2017, “Prodrome des végétations de Corse”, Documents phytosociologiques, Vol.3, No.4, 1-175.

Rivas-Martínez S., 1976, “Sinfitosociologia, una nueva metodologia para el estudio del paisaje vegetal”, Anal. Inst. Bot. Cavanilles, Vol.33, 179-188.

Rivas-Martínez S., 1981, “Les étages bioclimatiques de la végétation de la péninsule ibérique”, Actas III congr. optima. anales jard. Bot. Madrid, Vol.37, No.2, 251-268.

Rivas-Martínez S., 1987a, Memoria del mapa de series de vegetación de España, Ministerio de Agricultura, Pesca y Alimentación, Editions I.C.O.N.A. Série Técnica, Madrid.

Rivas-Martínez S., 1987b, “Introduccion : Nociones sobre fitosociologia, biogeographia y bioclimatologia”, In Peinado-Lorca M., Rivas-Martínez S. (Eds), La vegetacion de España, Madrid, 19-45.

Rivas-Martínez S., 2005, “Notions on dynamic-catenal phytosociology as a basis of landscape science”, Plant Biosystems, Vol.139, No.2, 135–144.

Reille M., 1988, “Recherches pollenanalytiques sur le littoral occidental de Corse, région de Galéria : la place naturelle d’Erica arborea et de Quercus ilex”, Travaux Scientifiques du PNR et des Réserves Naturelles de Corse, Vol.18, 53-75.

Roche D., Roux C., 1976, Les sols d’une séquence bioclimatique méditerranéo-montagnarde en Corse cristalline, Mém. DEA, CEPE, Montpellier.

Rome S., Giorgetti J.-P., 2007, “La montagne corse et ses caractéristiques climatiques”, La Météorologie, Vol.59, 39-50.

Saïd S., Rameau J.-C., Brun J.-J., 2003, “Évolution et diversité végétales en Corse suite à la déprise agricole”, Revue forestière française, Vol.55, 309-322.

Sawtschuk J., 2010, Restauration écologique des pelouses et des landes des falaises littorales atlantiques : Analyse des trajectoires successionnelles en environnement contraint, Thèse, Université de Bretagne Occidentale.

Sawtschuk J., Bioret F., 2012, “Étude diachronique de la dynamique de la végétation de la rive nord de l’estuaire de la Loire entre 1982 et 2011”, Photo-Interprétation European Journal of applied Remote Sensing, Vol.3, 15-28.

Simi P., 1964, Le climat de la Corse, Bulletin de la section de géographie, LXXVI, Paris.

Stein J., 1987, “Un intermédiaire écologique adéquat en aménagement du territoire : la végétation naturelle potentielle”. Colloques phytosociologiques, Phytosociologie et conservation de la nature, Strasbourg, Vol.15, 569-579.

Tanné M., 2014, Végétations et séries de végétation du Haut-Vénacais (Haute-Corse) : typologie, cartographie et analyse diachronique, Mémoire de Master II – Agrocampus-ouest – Conservatoire botanique national de Corse/ Office de l’Environnement de Corse, Corte, 31 p.

Tanné M., Delbosc P., Panaïotis C., Bioret F., 2015, “Paysage végétal du Massif du Haut-Vénacais (Haute-Corse) : étude phytocoenotique et analyse temporelle”, Documents phytosociologiques, Vol.8, in press.

Tansley A.-G., 1 935, The use and abuse of vegetational concepts and terms, Ecology, Vol.1, No.6, 284-307.

Theurillat J.-P., 1992, “L’analyse du paysage végétal en symphytocoenologie : ses niveaux et leurs domaines spatiaux”, Bulletin d’Écologie, Vol.23, No.1-2, 83-92.

Tüxen R., 1978,Bemerkungen zu historischen, begrifflichen und methodischen Grundlagen der Synsoziologie, Ber. Int. Symp. Int. Vereinigung Vegetationsk, 3-11.

Tüxen R., 1979, Sigmeten und Geosigmeten, ihre Ordnung und ihre Bedeutung für Wissenschaft. Naturschutz und Planung, Biogeographica, Vol.16, 79-92.

Usher M.-B., 1981, “Modelling approaches to ecological succession”, The Journal of Animal Ecology, Vol.46, No.1, 413-426.

Usher M.-B., 1992, “Statistical models of succession”, In Glenn-Lewin, D.C., Peet, R.K., Veblen, T.T. (eds), Plant succession: Theory and prediction, Vol.11, 215-248.

Van der Valk A.-G. 2014, “From formation to ecosystem: Tansley’s response to Clements’ climax”, Journal of the History of Biology, Vol.47, No.2, 293-321.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation du massif du Haut-Vénacais en Corse.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28937/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 2 : Vue sur les versants est du massif du Haut-Vénacais.
Légende (A) Village de Venaco situé au sein de l’étage mésoméditerranéen. (B) Monte Cardo culminant à 2 453 m d’altitude, caractérisé par des végétations des étages cryo-oroméditerranéen et subalpin.
Crédits © M. Tanné (Mai 2014).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28937/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 3. Étages de végétation du massif du Haut-Vénacais.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28937/img-3.png
Fichier image/png, 214k
Titre Figure 4 : Paysage végétal du versant sud du Massif du Haut-Vénacais.
Légende (A) Pinèdes montagnardes à pin laricio (Galio rotundifolii-Pinetum laricii luzuletosum pedemontanae). (B) Fruticée cryo-oroméditerranéenne à genévrier nain (Paronychio polygonifoliae-Armerietum multicepitis genistetosum lobeloidis). (C) Végétations subalpines des rochers à benoîte des montagnes et phléole à petit épi (Geo montani-Phleetum brachystachyi). (D) Monte Rotondo culminant à 2 625 m marqué par des végétations alpines à calament corse et marguerite tomenteuse (Acino corsici-Tanacetum tomentosi).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28937/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 5 : Paysage végétal du versant est du Massif du Haut-Vénacais.
Légende (A) Maquis supraméditerrannéen à bruyère arborescente (Galio rotundifolii-Pinetum laricii ericetosum arboreae). (B) Pelouse supraméditerranéenne à laîche du printemps, lotier corniculé et flouve odorante (Caricion caryophylleae). (C) Hêtraie montagnarde (Poo balbisii-Fagetum sylvaticae). (D) Aulnaie odorante subalpine (Alnetum suaveolentis).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28937/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 6. Carte de l’occupation du sol réalisée par l’État-Major 1864-1866 (IGN, modifiée OEC-CBNC, WWF).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28937/img-6.png
Fichier image/png, 191k
Titre Figure 7. Étapes méthodologiques pour l’étude synchronique et diachronique des dynamiques des végétations.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28937/img-7.png
Fichier image/png, 166k
Titre Figure 8 : Cartographie des modes de transition dynamique de la végétation entre 1981 et 2014 (Tanné, 2014)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28937/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 9 : Schéma des transitions dynamiques des végétations de l’étage mésoméditerranéen fondé à partir du tableau 1.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28937/img-9.png
Fichier image/png, 112k
Titre Figure 10 : Schéma des transitions dynamiques des végétations de l’étage montagnard fondé sur le tableau 2.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28937/img-10.png
Fichier image/png, 136k
Titre Figure 11 : Synthèse des types d’usages, des végétations et des évolutions dynamiques par étage de végétation sur le massif du Haut-Vénacais.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28937/img-11.png
Fichier image/png, 169k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Delbosc, Marion Tanné, Frédéric Bioret, Christophe Panaïotis et Jérôme Sawtschuk, « Analyse spatio-temporelle du paysage végétal du massif du Haut-Vénacais (Corse) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 846, mis en ligne le 07 février 2018, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/28937 ; DOI : 10.4000/cybergeo.28937

Haut de page

Auteurs

Pauline Delbosc

(Corresponding author)
Affiliation : EA 7462 Géoarchitecture, Université de Bretagne Occidentale UFR Sciences et Techniques, Institut de Géoarchitecture, 6 avenue Victor Le Gorgeu, 29238 Brest, France
Status : Attachée Temporaire d'Enseignement et de Recherche
E-mail : pauline.delbosc@univ-brest.fr

Marion Tanné

Affiliation : Conservatoire d'Espaces Naturels du Languedoc Roussillon, France
Status : Chargée d'études “Flore et Habitats”

Frédéric Bioret

Affiliation : EA 7462 Géoarchitecture, Université de Bretagne Occidentale UFR Sciences et Techniques, Institut de Géoarchitecture, 6 avenue Victor Le Gorgeu, 29238 Brest, France
Status : Professeur des Universités

Articles du même auteur

Christophe Panaïotis

Affiliation : CBNC (Conservatoire Botanique National de Corse), Office de l'Environnement de la Corse 14 avenue Jean Nicoli, 20 250 Corte, France
Status : Responsable du Pôle Habitat

Jérôme Sawtschuk

Affiliation : EA 7462 Géoarchitecture, Université de Bretagne Occidentale UFR Sciences et Techniques, Institut de Géoarchitecture, 6 avenue Victor Le Gorgeu, 29238 Brest , France
Status : Maître de Conférences

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page