Navigation – Plan du site
2018

Mespoulet M. (dir.), 2017, Quantifier les territoires Des chiffres pour l’action publique territoriale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 241 p.

Thérèse Saint-Julien

Texte intégral

1D’une grande densité, cet ouvrage passionnera tous ceux qui sont confrontés à la nécessité d’une connaissance des territoires plus fine et plus adaptée à l’action locale multiforme qu’imposent aujourd’hui les politiques décentralisées et les attentes toujours plus individualisées des destinataires de ces politiques, aux constats d’une inadéquation de périmètres d’action durablement prédéfinis qui ignorent tant les spécificités des différentes politiques que celles des trajectoires multiples qui se tissent durant les vies de ces destinataires. L’ouvrage revient sur cette étape de création de données locales chiffrées, véritable moment d’innovation et d’expérimentation. Il tente d’en dresser un premier bilan en explorant des domaines, contextes institutionnels et dispositifs d’action publique qui ont engendré et continuent de diversifier les formes prises par les processus de quantification liés à l’action publique territoriale.

2Chacun des auteurs, dans son champ de compétence et à propos de son terrain d’étude, s’interroge sur les enjeux de ces productions locales de chiffres et sur les conceptions et les conditions de cette production. Les multiples problèmes pratiques que rencontre cette production chiffrée sont soulignés : constructions parfois fragiles de pluridisciplinarités reflétant les problématiques que l’on souhaite renseigner, diversité et éclectisme des sources, difficulté à tenir compte des trajectoires individuelles qui sont pourtant à la base des enjeux des politiques sociales, interrogations sur les angles morts de ces quantifications et partant des destinataires que ces politiques locales souhaitent atteindre, etc. Les auteurs reviennent sur le large éventail des démarches de lecture adoptées par les acteurs locaux et des clefs d’interprétation qu’ils sollicitent. Ils mettent en évidence les effets en retour de ces démarches, par définition collectives, qui peuvent non seulement remodeler l’objet que l’on cherche à chiffrer mais aussi fabriquer de nouveaux acteurs collectifs de l’action locale.

3L’introduction de l’ouvrage contextualise ces démarches de quantification que l’on découvre au fil de quatorze chapitres. Une solide conclusion dresse un bilan de ces expérimentations insistant sur la diversité des questions posées et des formes prises par ces démarches de quantification. Certes, le lecteur pressé pourrait se satisfaire de cette brève synthèse ; il passerait alors à côté du meilleur, perdant ainsi de vue la grande richesse des innovations en cours et que le fil de ces chapitres révèle. Qu’il n’hésite pas à se plonger dans ces textes qui, chacun, renvoient à une expérience particulière. L’impression de patchwork cédera vite la place à la découverte de la portée de ces entreprises innovantes, des problèmes qu’elles soulèvent, des découvertes qu’elles permettent tant sur les objets de la mesure que sur les mesures elles-mêmes, et sur les partenariats dont elles exigent la construction. Un balayage rapide des champs explorés peut donner un avant-goût de la richesse de ces chapitres.

4L’ouvrage est structuré en trois parties. Les contributions réunies dans la première explorent le lien entre le processus de quantification et celui de mise en visibilité du social. Il est question de « rendre visible l’invisible », avec le comptage du non recours aux dispositifs d’aide aux situations de pauvreté et celui des sorties de pauvreté (chap. 1). L’approche des enjeux politiques de la quantification dans le secteur de l’économie sociale et solidaire (chap. 2) insiste sur ce que disent peu les chiffres. L’examen des usages du chiffre dans l’évaluation du Revenu de solidarité active (RSA) montre le rôle ambigu de ce chiffre tout à la fois aide à la décision, outil de connaissance des besoins des bénéficiaires mais aussi instrument politique (chap. 3). Cette deuxième partie se clôt sur une étude de cas assez insolite ici, puisqu’il est question du non usage des chiffres dans un Conseil général (chap. 4).

5La 2e partie regroupe cinq études qui portent sur les outils et dispositifs de quantification mis à l’épreuve des usages qui en sont faits. Le premier cas porte sur la recherche d’outils de quantification pour l’approche de la problématique formation professionnelle/emploi en région Provence-Alpes-Côte d’Azur (chap. 5). Dans cette expérience originale, la connaissance locale à base de chiffres a pu être considérée comme un outil de coordination dans la fabrication de nouveaux acteurs collectifs et dans la légitimation de l’action publique locale, provoquant une lente mutation des usages de l’état des lieux dans l’étude de la relation formation-emploi. Le domaine de la sécurité est abordé par une exploration des usages et mésusages des chiffres dans la co-production de la sécurité (chap. 6). Les processus d’appropriation locale des politiques de la réussite scolaire au Québec (chap. 7) conduisent à observer une sorte de victoire locale du chiffre dans la mesure où ces nouvelles politiques ont largement transformé, en les technicisant, les problématiques de la réussite dans les établissements scolaires. Les outils et dispositifs de quantification mis à l’épreuve des usages qui en sont faits sont aussi particulièrement bien illustrés par l’examen de la quantification associée à la mesure du mérite culturel présidant, en France, à la distribution des labels « art et essai » (chap. 8). Enfin, les ambiguïtés des modes d’évaluation des politiques territoriales européennes sont soulignées (chap. 9), ces modes conduisant à évaluer non pas les résultats des actions entreprises par ces politiques mais le niveau des dépenses engagées sur ces actions.

6La 3e partie aborde la question de la participation des citoyens dans la construction de la mesure, démarche restée jusqu’ici expérimentale et souvent source de tensions. Un large éventail d’expériences vient alimenter la réflexion du lecteur. Dans plusieurs dispositifs d’action publique locale, dont en particulier celui d’un observatoire social municipal (chap. 10), la recherche d’une mise en place de dispositifs partagés d’innovation engendre souvent des points de vue qui s’excluent plus qu’ils ne se complètent ; la difficulté à se mettre d’accord porte à la fois sur ce qu’il faut compter et sur la définition et la consistance des chiffres à produire. Ailleurs, dans l’évaluation locale des politiques de l’éolien, il est fait état d’un affrontement des expertises institutionnelles, marchandes et citoyennes (chap. 11). Dans la mise en œuvre des plans de cohésion sociale en Wallonie, les tensions surviennent entre quantification des politiques et processus de démocratisation de l’évaluation, le chiffre étant conçu comme un acteur devant encadrer l’action (chap. 12). Parfois, dans la plus parfaite ambiguïté, comme avec le public de théâtre, mesure et acteurs de l’évaluation se confondent (chap. 13). Enfin, l’expérience montre que les mises en débat des indicateurs de richesse dans les territoires (chap. 14) gagnent en capacité réflexive quand on réussit à introduire la question de la responsabilité partagée dans les transformations que l’on cherche à mesurer et auxquelles renvoie ce débat.

7À lire donc un ouvrage dont la lecture nécessite certes une attention soutenue mais qui offrira au lecteur, curieux ou spécialiste des problématiques locales, de riches matériaux de réflexion, voire parfois quelques pépites.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thérèse Saint-Julien, « Mespoulet M. (dir.), 2017, Quantifier les territoires Des chiffres pour l’action publique territoriale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 241 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 08 février 2018, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/29019

Haut de page

Auteur

Thérèse Saint-Julien

CNRS/UMR Géographie-cités
therese.saint-julien@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page