Navigation – Plan du site
1996
Les Bonnes Feuilles du PIRVILLES

Vivre et survivre au bord des villes

Le courrier du CNRS, n° 82, 1996, pp. 27-29
Michel Péraldi

Texte intégral

1De quels revenus vivent, ou plutôt survivent, les populations des quartiers dits défavorisés ? Telle est, malgré son apparente banalité, la question qui initie aujourd'hui une partie de nos recherches. Question banale en effet puisque les médias et le débat politique nous donnent une réponse sans appel, statistiquement fiable : dans ces univers sociaux où se croisent des communautés issues des plus récentes migrations et les fractions les plus fragiles économiquement des classes populaires françaises, on vit mal, dans une dépendance quasi absolue aux allocations diverses ou de petits boulots précaires et sans avenir. Exclus radicalement de marchés du travail malthusiens recomposés autour de compétences hyper-spécialisées que seuls quelques “nantis” peuvent maîtriser, les défavorisés seraient d'abord ceux que notre société place hors champ de l'économie. Gagné modestement dans les tâches de domesticité, dans des ateliers clandestins soumis au despotisme de petits patrons, ou dans des simulacres d'emploi, “l'argent des pauvres” se caractérise par son externalité aux mondes modernes de production. Face aux formes massives d'exclusion, les sciences sociales n'auraient alors d'autre choix et d'autre devoir civique que de témoigner de l'urgence du phénomène en théorisant sa radicalité, en décrivant ses variations locales, et appelant pour finir à plus de sollicitude institutionnelle.

2Des campagnes de recherche que nous avons menées récemment sur le commerce maghrébin à Marseille puis dans les sites de Développement Social Urbain de Marseille et Toulouse, nous suggèrent des chemins buissonniers pour échapper à cette assignation et explorer, sous l'angle de la complexité et de l'innovation, les activités économiques de la banlieue.

Un dispositif commercial cosmopolite

3Depuis maintenant plus de vingt ans s'est organisé à Marseille, au cœur du centre historique, un dispositif commercial de dimension internationale structurant les échanges de produits entre la France et les pays du Maghreb. Si désuet qu'il paraisse lorsqu'on s'arrête à l'aspect des boutiques, cet espace constitue la façade d'un très moderne dispositif commercial, transnational et cosmopolite. Ebranlé ces dernières années par la situation algérienne, ce dispositif commercial se redéploie aujourd'hui sur le marché intérieur. Visant la clientèle des populations économiquement fragiles du sud-est français, un grand marché aux Puces s'est ouvert récemment dans la banlieue nord de Marseille. Articulant solidarités ethniques et maximalisation des différentiels de richesse, “l'économie orale”, pour dire ainsi un complexe d'échanges et d'activités productives fondé sur l'extension de liens sociaux interactifs, constitue désormais une part non négligeable de l'économie des banlieues. Des services à domicile à la vente de produits d'occasion ou bas de gamme, sur des marchés licites ou sous le manteau; des commerçants installés aux modestes “fourmis”, migrants jeunes et vieux qui rentabilisent leurs retours et vacances aux pays en se chargeant de marchandises qu'ils revendent là-bas; du vendeur à la sauvette aux petits entrepreneurs : autant d'activités que l'on confond généralement sous la forme univoque de trafics clandestins, sans s'interroger sur le fait qu'elles constituent d'abord un mode d'implication “par le bas” dans la sphère économique. L'enjeu n'y est pas la recherche d'emploi telle que se la représentent souvent les nantis, calquée sur le modèle industriel (poste fixe - compétence spécialisée - salaire indexé). Qu'il s'agisse du troc, de l'échange de services, de la vente ou revente de produits hors marché, l'enjeu est plutôt de générer des circulations monétaires et dégager des liquidités dans des mondes sociaux qui en sont normalement dépourvus. Dans ce mouvement d'argent et de marchandises, échappant au contrôle serré des budgets par les institutions, certains n'y trouvent sans doute qu'un supplément d'âme et de survie. D'autres, mobilisant en parallèle des réseaux relationnels traversant la ville et des ambitions commerciales, y trouvent les ressources financières d'une véritable installation commerciale, sur les marchés notamment.

4L'argent dans le monde des cités ne vient pas faire sens seulement dans une économie de subsistance, mais dans une économie symbolique des statuts et des rangs. Là où les prestations sociales permettent seulement de “sauver l'honneur”, les circulations souterraines d'argent et de marchandises permettent de tenir son rang, pour des populations dont l'idéal de vie reste indexé, quoiqu'on en pense, sur les standards des classes moyennes. On pourrait avancer en effet que si le travail est devenu, en ces lieux plus qu'ailleurs, un bien rare, c'est tout autant l'argent qui manque que les moyens d'accéder par les avantages sociaux indexés sur le travail stable à des modes normés et conventionnés de promotion sociale. Tout le paradoxe, difficile à saisir sans doute si l'on confond toutes les formes de fragilité économique sous la figure univoque du démuni, tient précisément au fait que l'économie des biens statutaires se libère alors des conventions qui la régulaient et ouvre autant de marchés et d'aventures individuelles qu'il est de nécessités de paraître. Ce qui distingue la pauvreté en ces lieux, c'est que l'on ne renonce pas à une “économie des apparences”, mais que l'on y accède par d'autres moyens. Les marchandises qui circulent sous le manteau ne sont en rien des produits de première nécessité, mais au contraire, des voitures aux bijoux, de l'électroménager aux vêtements, tout ce qu'il est à la fois illégitime et impossible de se procurer dans des mondes sociaux où la précarité est renvoyée à un état social et institutionnellement définie comme tel.

Accéder aux réseaux politiques et institutionnels

5Si ces “aventures” économiques font l'objet de discours stigmatisants, d'autres chargées d'une intention moralisatrice, font au contraire l'objet de soutiens institutionnels et sont souvent érigés en exemples par les médias. De la fondation 3CI, promouvant la création d'entreprises par de jeunes chômeurs, à la Fondation “Agir contre le chômage et l'exclusion” créé par Martine Aubry et soutenue par le gotha de la grande entreprise, en passant par les plans locaux d'insertion engageant la Caisse des dépôts et consignations, tout un dispositif institutionnel s'est constitué pour favoriser des alternatives économiques portées par les jeunes des quartiers défavorisés. Il est important de remarquer que les quelques aventures professionnelles tentées dans ce cadre, érigées par les médias en figures exemplaires de réussites, concernent plus volontiers les domaines artistiques que le bâtiment, et les technologies nouvelles ou les services innovants plutôt que les postes d'ouvriers ou d'employés. Comme le remarque un responsable d'une association d'aide à la création d'entreprise, “les jeunes ont surtout envie d'être tirés vers le haut”. Dans la majorité des cas constatés, le haut n'est pas un passage de la “galère” au monde du travail ouvrier, mais plutôt le désir d'accéder à des positions sociales de nantis via le commerce, la création de petites entreprises de services ou enfin les métiers du travail social, de l'animation socioculturelle ou des carrières artistiques.

6Des entreprises d'insertions aux régies de quartier et aux emplois précaires offerts par les institutions en marge de leurs actions, sur les terrains de l'animation, de l'encadrement des activités parascolaires, la dynamique de requalification symbolique et physique dont ces quartiers font l'objet génère aussi son infra-économie propre, développant, quartier par quartier, un milieu d'intermédiaires issus des cités, mais installés entre deux mondes : celui des exclus parmi lesquels ils vivent, celui des nantis qu'ils secondent et dont ils partagent les valeurs et les codes moraux. Il ne fait aucun doute que cette infra-économie ne génère qu'un volant étroit de petits boulots et de revenus précaires. Elle sanctionne un engagement militant dans le tissu associatif plutôt qu'un réel accès à l'emploi ou la reconnaissance d'une vraie compétence professionnelle. Si les bénéfices économiques sont minces - ces modes d'implication débouchant rarement sur un accès à des postes stables dans les dispositifs institutionnels eux-mêmes -, les bénéfices se traduisent plutôt en termes de notabilisation dans les cités et d'accès aux réseaux politiques et institutionnels. Tel responsable associatif, jeune, même s'il n'a souvent pour tout revenu qu'un contrat emploi-solidarité, est en mesure de jouer les médiateurs auprès d'organismes HLM, se familiarise aux rouages institutionnels, côtoie les milieux politiques, gère des fonds, construit une position et un capital social qui le placent en radicale rupture d'avec son destin social de fils d'ouvrier. Analyser les modalités de déploiement de cette middle class mobilisée par l'action publique, son influence sur la vie des quartiers, son rôle dans les dynamiques politiques et sociales à l'œuvre, peut constituer une manière de réenvisager ces univers sociaux, de l'intérieur, par les frontières sociales qui les traversent et les structurent, et non comme monde uniforme, lissé par la misère.

7Il ne s'agit pas de nier les phénomènes de pauvreté, leur caractère massif. Au contraire même, car si l'on prend au sérieux l'ampleur des phénomènes de “désaffiliation sociale” en cours, il s'agit de les considérer aussi comme le lieu et l'occasion, pour ceux qui en sont victimes, d'un affranchissement radical des cadres normatifs, économiques et sociaux, réglant ce qui fut, sous la forme du pacte salarial, le paradigme dominant de ces trente dernières années. Mais plutôt que de considérer cet affranchissement comme facteur de troubles et de dysfonctions, il s'agit aussi de le voir comme lieu social d'initiatives et d'aventures individuelles et collectives qui s'en nourrissent autant qu'elles le subissent, et d'être attentif aux dérangements comme aux arrangements par lesquels s'expérimentent et s'inventent là de nouvelles formes sociales.

Haut de page

Bibliographie

Castel R., La désaffiliation sociale, Paris, L'Harmattan, 1990.

Lae J. -F., Murard N., L'argent des pauvres, Paris, Le Seuil, 1985.

Péraldi M., Tarrius A. (ed.), “Marseille et ses étrangers”, Revue européenne des migrations internationales, 11, n° 1, 1995.

Péraldi M., “Des grands ensembles aux quartiers”, Le courrier du CNRS, n° 81, 1994.

Tarrius A., Arabes de France dans l'économie mondiale souterraine, Ed. de l'Aube, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Péraldi, « Vivre et survivre au bord des villes », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 12 avril 1996, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/303 ; DOI : 10.4000/cybergeo.303

Haut de page

Auteur

Michel Péraldi

Chargé de recherche au CNRS, Centre interdisciplinaire de recherches et d'études juives (URA 1265 CNRS), CIREDEM, Maison de la recherche, Université de Toulouse-Le Mirail, 5, allées Antonio Machado, 31058 Toulouse Cedex.

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page