Navigation – Plan du site
Des évolutions dans les comportements spatiaux des entreprises

Des évolutions dans les comportements spatiaux des entreprises en 2003 ?

Jean Bouinot

Entrées d’index

Haut de page

Notes de l’auteur

Note de recherche, février 2004

Cette note de recherche relative à l’année 2003 fait suite à celles qui ont été consacrées respectivement à l’année 2001 (CYBERGEO,15/05/02, 6 pages) et à l’année 2002 (CYBERGEO, 17/03/03, 7 pages ). Le cadre théorique de référence a été exposé dans le chapitre « Les nouvelles logiques d’entreprises : des effets territoriaux contrastés » in Données urbaines n°3 coordonné par Marie-Flore MATTEI et Denise PUMAIN, Paris, ANTHROPOS, 2000 ; pp. 227-234.

Texte intégral

1Dans l’étude sur les comportements spatiaux des entreprises en 2001 (Cybergeo, 15/05/ 2002) nous avions insisté sur le fait que les entreprises n’ont pas stricto sensu de stratégies spatiales ; elles poursuivent en priorité des stratégies de développement dont découlent leurs décisions de localisation lato sensu (ouverture d’un nouveau site en France ou à l’étranger, extension d’un site préexistant, fermeture totale ou partielle d’un site avec ou sans transfert). L’ensemble de ces décisions qui affectent le « portefeuille » de sites d’implantation d’une entreprise désigne son comportement spatial.

2Ces stratégies elles-mêmes évoluent au cours du temps en fonction des dogmes dominants de l ‘époque en matière de management privé. Au milieu des années 1990 – 2000, le précepte « roi » était la rémunération maximale des actionnaires soit un taux de rentabilité de 15% environ et le moyen principal pour y parvenir le recentrage sur les métiers de base (« on fait bien ce que l’on sait faire »).

3L’examen des années 2000 et 2001 (voir l’avant propos) avait révélé des inflexions que l’on pourrait rassembler autour d’une tendance contrastée dans le traitement des ressources humaines, la majorité des entreprises « jouant » sur la compression de la masse salariale pour rester dans la course, une minorité montante fondant sa compétitivité sur la consolidation de son capital humain.

4Nous étudierons successivement les 3 grandes voies de la réduction des effectifs : la restructuration interne, (section 1), la restructuration faisant suite à une OPA ( section 2), la délocalisation (section 3) avec un regard à la loupe sur la Chine (section4), la cinquième section étant consacrée aux mouvements compensatoires. En conclusion nous nous intéresserons aux centres de recherche comme facteur de localisation.

La réduction des effectifs liée à une restructuration interne

5La restructuration interne accompagnée d’un plan social est la démarche la plus « voyante », légitimée par ses auteurs comme une nécessité pour rester compétitif en anticipant une baisse de la demande et/ou une montée de la concurrence en provenance de pays à bas coûts de main d’œuvre.

6Les restructurations internes se concrétisent souvent par la fermeture d’usines. Il n’est donc pas étonnant que la vague d’annonces de plans sociaux au début de l’été 2003 ait relancé le débat sur la désindustrialisation de la France. Si l’on prend l’emploi comme critère de mesure, le processus est incontestable : en euros courants la valeur ajoutée brute de l’industrie manufacturière représentait en 1980 20,5 % du PIB et devait chuter à 14,3 % en 2001. En euros constants (mesure en volume i.e. hors inflation) le résultat est légèrement inversé : en 1980, le score est de 15,6 % ; en 2001 il est de 17 %. Le terme de désindustrialisation est donc trouble : adapté au critère des effectifs, il est en porte-à-faux avec le critère du volume produit.

7Le recul de l’emploi industriel ne frappe pas uniquement les vieux bassins industriels car tous les secteurs, même les plus innovants sont touchés. Par exemple le 25 juillet 2003 TISCALI, fournisseur d’accès à Internet, annonçait la suppression de 162 postes en France. Dans le même temps EADS s’apprêtait à supprimer près de 350 emplois dans ses unités françaises …etc. Aussi bien toutes les régions françaises sont frappées par ces suppressions d’emplois engendrées notamment par la concurrence de la Chine ou encore de l’Inde (voir infra section4).

8La réduction des effectifs s’opère soit par le licenciement d’une partie des effectifs d’un ou plusieurs sites soit par la fermeture totale de sites, les usines plus particulièrement, comme nous l’avons indiqué précédemment. Le courant de pensée plaidant en faveur de « l’entreprise sans usine » signalé lors de l’examen de l’ann se développe dans les pays riches. Deux exemples ; tout d’abord celui de LEVI STRAUSS, le fabricant de Jeans qui annonce en septembre 2003 la fermeture de ses dernières usines en Amérique du Nord, les principales usines aux Etats-Unis ayant été fermées en 2002. Deuxième exemple, celui de PHILIPS qui a annoncé, fin août 2003, la fermeture ou la vente de 50 de ses 150 sites de production dont des sites en France en s’appuyant sur le raisonnement suivant : « la fabrication de produits simples comme des ampoules sera assurée par d’autres producteurs dans des pays à bas coûts salariaux » ; dès lors il convient de se distinguer de ses compétiteurs en mettant l’accent sur des produits nouveaux et « sophistiqués » ce qui conduit à poursuivre une stratégie de recentrage sur l’innovation et le marketing, quitte à sous-traiter la production.

Les restructurations induites par des OPA abouties

9Les opérations de fusions-acquisitions réalisées pour les plus importantes d’entres elles par la voie d’OPA sont défavorables à l’emploi. Après le mariage célébré avec faste on constate des doublons dans les ressources humaines et dans les moyens de production. Interviennent alors des compressions des effectifs.

10Depuis le pic de l’exercice 2000 les OPA n’ont cessé de régresser, ce qui est plutôt une bonne chose pour l’emploi mais aussi pour les entreprises elles-mêmes car les fusions sont souvent des échecs sévères. Ainsi en janvier 2000 AOL, leader mondial de l’accès à Internet, met la main sur Time Warner, entreprise de médias traditionnelle, pour 124 milliards de dollars. En janvier 2003 le groupe annonce une perte de 100 milliards de dollars, ce qui constitue le record mondial de déficit d’une entreprise.

11L’effet « emploi » des OPA dont certains spécialistes annoncent la reprise en 2004 sous la forme de rachats partiels mais ciblés a été malheureusement illustré plusieurs fois en 2003, touchant le territoire français.

12Tout le monde a en mémoire le cas d’ARCELOR, numéro un mondial de la sidérurgie, né en 2002 de la fusion du français USINOR, du luxembourgeois ARBED et de l’espagnol ACERALIA. Le 24 janvier 2003, le conseil d’administration du géant de l’acier annonce la fermeture progressive de ses hauts fourneaux de Liège, de Brême, d’Eisenhüttenstähl et de Florange (Lorraine) ce qui aboutira à la suppression de 5 000 emplois. Tout l’acier du groupe sera alors produits à Fos, à Dunkerque, à Anvers ou à Avilès (Espagne). Cette nouvelle carte des implantations du groupe résulte du calcul pour chaque site d’une part de son prix de revient par tonne d’acier produite et d’autre part de son taux de rentabilité et elle met en évidence un processus rationnel de « maritimisation » de la sidérurgie : toutes les matières premières sont importées par mer si bien que les sites continentaux sont voués à la disparition en faveur de sites portuaires. Pour la sidérurgie française c’est la troisième vague de maritimisation, les deux premières ayant eu lieu respectivement dans le dernier tiers du XIX° siècle et dans les années soixante du XX° siècle.

13Le cas d’ALTADIS mérite également d’être rapporté car il illustre une autre logique industrielle. Cette entreprise est née, il y a près de cinq ans, de la fusion entre le cigarettier espagnol TABACALERA et le cigarettier français la SEITA, occupant ainsi la place de numéro un mondial du cigare et du tabac brun ; bien que bénéficiaire en 2002 (bénéfice égal au sixième du chiffre d’affaires), le groupe annonce le 23 juillet 2003 le délestage de 6 % de ses effectifs et de sept unités de production et de deux sites logistiques. En France ce plan de restructuration, qui n’est pas le premier conduit par le cigarettier franco-espagnol, est justifié par « un ralentissement de la consommation de tabac et une pression concurrentielle accrue ». Plus précisément ALTADIS reste un poids moyen dans le secteur stratégique de la fabrication de cigarettes comparé à des firmes comme Philip Morris et porte sur les marchés financiers la fâcheuse réputation de « loser » dans toutes ses tentatives pour croître par des acquisitions extérieures, gagnées par ses concurrents les plus menaçants.

La généralisation et l’accélération des délocalisations

14Le secteur français du textile-habillement a été le premier à se délocaliser dès les années soixante et cette politique ne s’est pas démentie depuis. En 2002, dernier exercice sur lequel on dispose de statistiques variées, on constate que 20 % des entreprises ont transplanté à l’étranger tout ou partie de leur production, sachant que la masse salariale représente 60 % du coût de fabrication dans l’habillement et 40 % du prix de revient dans la fabrication de tissus. Dès lors un élément décisif des choix de localisation est le coût de la main d’œuvre qui varie dans un écart de 1 à 87 dans le Monde. Le coût du travail horaire connaît sa valeur la plus basse au Pakistan (0,3 dollar). En Chine il est de 0,6 dollar ; il grimpe à 1,7 dollar au Maghreb, atteint 13,8 dollar en France et culmine à 26,1 dollar au Japon. En bref la Tunisie (1,6 dollar) et le Maroc (1,8 dollar) terres d’élection des premières délocalisations de la production sont à leur tour confrontés à la concurrence de pays moins chers et pour le moment arrivent à résister en jouant la carte de la qualité et celle de la réactivité. Entre le moment où la commande est lancée sur la base d’un modèle envoyé par l’entreprise française et la livraison du produit fini s’écoulent moins de 15 jours. Conclusion : les positions ne sont jamais définitivement acquises.

15C’est particulièrement vrai des 10 pays qui s’apprêtent à rejoindre l’Union européenne ; tant que leur intégration ne sera pas totale ils resteront attrayants par une main d’œuvre relativement bon marché. Les groupes français ont mis du temps à comprendre l’intérêt de l’Europe centrale et PSA Peugeot – Citroën aura été le dernier grand constructeur automobile à s’y implanter.

16Autre exemple : le cas de l’Indonésie que quittent actuellement les multinationales pour rejoindre d’autres pays de l’Asie du Sud-Est. Dans un climat de corruption les secteurs du jouet et du mobilier sont partis en Chine. L’hémorragie a aussi commencé à frapper la confection au profit de la Birmanie et du Vietnam et la fabrication de chaussures. Cette dernière d’un coût supérieur de 10 % à la chinoise et à la vietnamienne si bien qu’entre 2000 et 2002 le tiers des fabriques indonésiennes du secteur ont fermé leurs portes.

17La délocalisation gagne tous les secteurs industriels dans lesquels le coût de la main d’œuvre occupe une quote-part significative du prix de revient total. Dans l’industrie du ski où la quote-part est de 40 %, les deux champions français, Salomon et Rossignol ont franchi le pas. Le premier sous-traite en Chine les chaussures et la bagagerie et a délocalisé en Roumanie la production de skis en série. Le deuxième choisit de sous-traiter dans tel pays en fonction du produit concerné ; on retrouve comme points de chute la Chine et des pays de l’Union européenne ou proche d’elle à savoir l’Espagne, le Portugal, la Turquie, le Maghreb.

18Mais la principale surprise vient de la délocalisation des activités de services dont on a vraiment pris conscience en 2003. Le mouvement est net pour les services d’informatique dont le transfert se dirige massivement vers l’Inde dotée de personnel compétent, parlant anglais et payé deux à quatre fois moins cher que dans les pays riches. Les chiffres peuvent paraître impressionnants : « les exportations de logiciels et services depuis l’Inde croissent d’environ 30 % par an » (Le Monde, 24 avril 2003, p. 18) grâce à la sous-traitance des pays anglo-saxons.

19En France le phénomène reste marginal et ne toucherait, d’après la Syntec, que 1,5 % du chiffre d’affaires des sociétés de services en informatique françaises, leur délocalisation se tournant vers la Roumanie et l’Espagne. Mais la situation est appelée à évoluer considérablement.

20En effet, pour la sous-traitance de services, les meilleurs partenaires des entreprises françaises deviennent le Tunisie et le Maroc. Ces deux pays offrent depuis peu des coûts de télécommunications abaissés par la concurrence (en Tunisie est arrivé, début 2003, un deuxième opérateur concurrent de l’opérateur historique) ; ils disposent également de personnel bien formé avec des diplômes de niveau bac + 4 et rémunérés avec des salaires moitié moindres de ceux pratiqués en France. Les problèmes de langue ne se posent pas : ces pays sont propices à l’accueil de centres d’appel ; c’est chose faite en Tunisie depuis la mi-2003 avec la société LEBER. Plus généralement les services délocalisés sont de plus en plus sophistiqués (gestion des prises de rendez-vous pour les prospects des agences d’une banque française par exemple).

La menace de la Chine

21En 2003 on a pris conscience que la Chine était devenue l’atelier du Monde pour la fabrication de produits intermédiaires ou de produits finis à contenu technologique réduit. Donnons quelques exemples :

  • la Chine assure 50 % de la production mondiale d’appareils photos ;

  • pour les téléviseurs la part de marché mondiale est de 35 %, pour les machines à laver et les réfrigérateurs de 25 %. C’est dans le textile que le gain de part de marché a été et sera spectaculaire ; dès 2003 la Chine est devenue le premier fournisseur de textile-habillement de la France. Le facteur à l’origine de cette ascension est évidemment le niveau des rémunérations ; on estime que le coût salarial est douze fois moins élevé qu’en France.

22Ce que l’on sait moins, c’est que l’Empire du Milieu a aussi de grandes ambitions dans le high tech ; il a déjà dépassé l’Europe pour la fabrication de puces et il espère battre les Etats-Unis dans le même domaine en 2008. Le cœur de l’élaboration de produits à forte valeur ajoutée est la région de Shenzhen ; on dit que tous les grands de la high tech mondiale y ont un pied à terre plus ou moins important. Autre fait significatif : la Chine est devenue en 2003 le troisième pays à mettre un aéronaute en orbite.

23L’avenir semble des plus radieux mais en réalité il le sera peut être moins car l’arme principale de la Chine dans un univers de concurrence a toute chance de s’éroder dans le futur avec une flambée des salaires constatée dès à présent pour la main d’œuvre la plus qualifiée.

24Voici les données de base sur cette toute jeune puissance économique. Quels sont les effets sur les entreprises et comment réagissent-elles ?

  • Dans un secteur comme l’habillement où la position de la Chine sera renforcée avec la suppression des quotas en 2005, nombre d’entreprises françaises mettront tout simplement la clef sous la porte ;

  • D’autres entreprises, plus dynamiques, vont s’installer en Chine pour vendre la production qu’elles réalisent :

  • au marché que représente leur pays d’origine ;

  • au marché local (tout ou partie de la Chine). C’est ce qu’a fait MAPED, PME d’Annecy spécialisée dans la fabrication de matériel scolaire et de bureautique en s’implantant près de Suzhou, la Venise chinoise ;

  • aux marchés de l’exportation. Ainsi HONDA, actuellement, construit en Chine une usine qui produira des véhicules exclusivement pour l’exportation ;

  • Autre réponse possible : l’alliance concrétisée par la création d’une filiale commune. En 2003, THOMPSON a négocié un rapprochement avec le groupe chinois TCL ; le 28 janvier 2004 un accord a été signé pour créer une filiale commune destinée à occuper la première place mondiale pour la fabrication des téléviseurs.

25Dernière modalité recensée : le soutien financier en fonds propres. Les exemples ne sont pas nombreux. On peut toutefois citer le cas de la start up française STEPMIND, spécialisée dans la conception de composants électroniques les plus miniaturisés, dont l’augmentation de capital sera couverte à hauteur de 40 % par NAM TAÏ ELECTRONICS, fabricant de produits électroniques coté à la Bourse de New York. A travers cette opération STEPMIND espère s’ouvrir le marché chinois.

Les mouvements compensatoires : les créations d’entreprises et les I.D.E. (investissements directs à l’étranger)

26Jusqu’à présent nous nous sommes intéressés aux comportements spatiaux destructeurs d’emplois en France et plus généralement dans l’Europe de l’Ouest. Les mouvements constatés sont identiques à ceux observés en 2002 ; seule diffère en 2003 leur intensité comparée avec à l’origine une redistribution des cartes en faveur de la Chine.

27Pour dresser un tableau plus complet il convient de se pencher également sur des processus positifs qui font contre-poids.

La création d’entreprises en 2003

28En 2003, 200 000 sociétés ont été créées en France ; ce chiffre rejoint les niveaux record atteints dans les années 80 ; l’INSEE qui a communiqué ce résultat note que la hausse globale 2003 – 2002 est « principalement due à l’augmentation du nombre de créations pures » et que ce type d’augmentation s’observe dans toutes les régions, sauf la Corse. Mais l’INSEE ne donne pas encore sur 2003 le nombre d’emplois créés et par la même occasion le nombre d’emplois perdus.

Les investisseurs étrangers en France

29Les entreprises françaises se délocalisent mais le mouvement inverse existe également et, comparativement, place l’Hexagone en bonne place, ce qui est un signe incontestable de son attractivité. Les données chiffrées sur les investissements étrangers sur notre territoire « sonnent » une discordance avec un classement comme celui du World Economic Forum dont la dernière édition, parue fin 2003, rétrograde notre pays de la 20ème à la 30ème place mondiale.

30Qu’indiquent plus précisément les sources d’information disponibles sur 2001 et 2002, la publication des statistiques sur 2003 devant avoir lieu en mai prochain ?

31Selon l’Agence française pour les investissements internationaux (18 juillet 2002), le nombre d’emplois créés (ces données recouvrent les créations pures et les emplois sauvegardés) par les investisseurs étrangers en 2001 marque un recul de 28 % par rapport à 2000 pour chuter à un volume total de 25 480. Mais pour l’OCDE, l’Hexagone est un des rares pays développés à avoir attiré plus d’investissements étrangers en 2001 qu’en 2000 ! et passe de la douzième à la dixième place mondiale en la matière en dépit de l’attirance croissante des pays de l’Europe de l’Est.

32En 2001 les firmes américaines sont restées les premiers investisseurs en France ; en revanche les projets allemands, italiens et belges ont été en chute libre (- 50 %). Les secteurs bénéficiaires appartiennent à « l’ancienne économie », la construction automobile reprenant la première place devant les industries de transformation, les équipements électriques et électroniques. Les régions préférées pour les implantations restent l’Ile-de-France, le Nord-Pas-de-Calais, Rhône-Alpes.

33En 2002 selon l’Agence française pour les investissements internationaux, la création d’emplois correspondant à des investissements étrangers marque un nouveau recul de l’ordre de 10 %, ce qui donne un volume total de 22 861 postes. Si l’on considère le montant financier de ces investissements l’enveloppe totale (4,4 milliards d’euros) en revanche grossit de 14 % par rapport à 2001 alors que le montant mondial diminue de 50 %. Selon un cabinet spécialisé la France passerait à la 5ème place mondiale (la première revenant à la Chine).

34Le fait le plus marquant restera la contraction des investissements américains qui, néanmoins, génèrent plus du quart des emplois créés. Pour les régions comme pour les secteurs les plus attractifs, le peloton de tête reste similaire.

35Quelle que soit la fragilité des statistiques une conclusion s’impose : la France reste un territoire attractif à l’échelle mondiale. Quels sont les atouts ou les avantages comparatifs qui en sont à l’origine ? - Dans une période où l’on débat du déclin de la France et où la recherche est méprisée et dotée parfois de moyens ridicules, il faut reconnaître que la R § D reste - pour combien de temps ? - le moteur.

Conclusion : le double effet d’aimant des centres de recherche

  • 1  Ici le terme d’effet d’agglomération est pris au sens de regroupement « sous un même toit » de fon (...)

36Pour contrer la concurrence des pays à bas coûts salariaux, la principale réponse consiste à pratiquer l’innovation pour garder un temps d’avance et compenser le handicap de la charge salariale par la fabrication de produits de qualité. La présence d’un « pool » public de scientifiques de haut niveau capable de collaborer avec leurs homologues des centres de recherche privée devient dès lors un facteur de localisation essentiel pour ces derniers. La recherche, tout particulièrement, est sujette à des effets d’agglomération intra-branche 1.

37En outre la proximité du centre de R § D de l’usine dans une entreprise entraîne des gains de temps de développement considérables (gain estimé à 30 % chez 3M). D’autres préfèrent rapprocher les services de marketing des centres de R § D pour faire en sorte que le travail de recherche se déroule à l’écoute des clients.

38La localisation des centres de recherche public étant étroitement liée à la carte universitaire ce sont, outre Paris, les capitales régionales les mieux placées.

Haut de page

Notes

1  Ici le terme d’effet d’agglomération est pris au sens de regroupement « sous un même toit » de fonctions différentes d’une même entreprise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bouinot, « Des évolutions dans les comportements spatiaux des entreprises en 2003 ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Des évolutions dans les comportements spatiaux des entreprises, mis en ligne le 01 avril 2004, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/3346

Haut de page

Auteur

Jean Bouinot

Professeur à l’Université Paris 1

Jean.bouinot@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page