Navigation – Plan du site
Elections en France

Les nouvelles spatialités des comportements électoraux français. L’exemple des élections présidentielles 1981-1995

Michel Bussi et Sylviano Freire-Diaz

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Observe-t-on ou non en France une nationalisation des comportements électoraux, c’est-à-dire une réduction des disparités régionales et locales des votes ? A cette question a priori simple, il n’existe pourtant pas de réponse définitive et consensuelle. Les politistes ont longtemps défendu la thèse d’une nationalisation rapide des comportements électoraux, explicables à la fois par des comportements de classes de moins en moins cloisonnées spatialement du fait de la croissance des mobilités ou de l’urbanisation, mais aussi par des attitudes de plus en plus individuelles du fait de la médiatisation des campagnes électorales et de l’éducation citoyenne de l’électeur. Ainsi, B.Dolez et A.Laurent notent que l’écart type du vote à gauche au premier tour de l’élection présidentielle est passé de 8.3 à 4.8 entre 1965 et 1995. Néanmoins, ces écarts types sont calculés à l’échelle départementale, ce qui ne permet pas de tenir compte des recompositions spatiales fines (urbanisation, périurbanisation intradépartementale). L’écart type calculé par canton, pour le vote à gauche au second tour des élections présidentielles, passe de 9.16 en 1981 à 8.03 en 1995. Sur 14 ans, cette baisse peu significative accrédite l’hypothèse d’une stabilisation de la nationalisation des comportements depuis 1980. De plus, l’écart type ne représente sans doute pas à lui seul une méthode suffisante pour mesurer une nationalisation des comportements. Outre la dispersion statistique, il convient aussi de tenir compte de l’organisation spatiale des résultats électoraux.

2On observerait donc moins une nationalisation qu’une réorganisation géographique du vote. Ainsi, selon le politiste P.Martin (2000), après une longue phase en France de désalignement du rapport gauche/droite vis-à-vis de l’anticommunisme et des enjeux religieux, correspondrait dans le début des années 1980 un réalignement sur les enjeux de l’immigration et de la sécurité.. Certains géographes ont pu proposer des explications spatiales plus complexes. Pour J.Levy, les réorganisations spatiales des comportements électoraux s’expliquent avant tout par l’émergence de l’électeur-acteur, maîtrisant (ou non) son capital spatial. C’est en ce sens qu’il affirme que l’appartenance au " sol " résiste mieux que l’appartenance religieuse, patrimoniale ou de classe. Sur le plan électoral, cette relation à la multispatialité se manifeste de façon diverse : un vote extrémiste des habitants captifs mais aussi des résidents secondaires littoraux ; un vote pro-européen dans les grandes villes des " urbains-cultivés-européo-cosmopolites " ...

Dépasser l’approche départementale...

3La vérification de ces hypothèses passe par des analyses spatiales à une échelle fine. Pourtant, si l’on excepte le travail de comparaison cantonale entre 1956 et 1986 de J.Levy et H.Guillorel, quelques cartes dans les chroniques électorales du Centre de la Vie Politique Française, et le récent atlas électoral de F.Salmon, l’approche cartographique nationale des votes en France reste presque toujours limitée au cadre départemental, qu’il s’agisse de publications scientifiques ou journalistiques.

4Pourtant, cette cartographie départementale apparaît particulièrement trompeuse. Ainsi, si l’on teste sur l’élection présidentielle de 1995, au sein de chaque département, l’écart type du vote Chirac au second tour par canton, la dispersion interne des départements est en moyenne de 5.98 points. Pour mieux interpréter ce résultat, on pourra noter que la moyenne de la dispersion interne des régions françaises, à partir de la même donnée, est de 7.2. Les départements ne sont donc guère moins " hétérogènes " que les régions françaises, pourtant 4.5 fois moins nombreuses. Cette dispersion départementale est également très variable selon les lieux. Quelques départements connaissent des écarts types supérieurs à 10 points. On retrouve notamment les départements scindés entre un versant orienté vers le massif central, en majorité de droite, et un autre tourné vers le monde méditerranéen plus à gauche.. Autre exemple, dans les " bastions " catholiques de droite, à l’est comme à l’ouest, qui souvent présentés comme étant passés à gauche, les moyennes départementales sont peu significatives. En Lorraine, le plateau lorrain s’oppose au sillon mosellan et aux bassins industriels frontaliers ; dans le nord-ouest, la " dorsale conservatrice " Valognes-La Roche-sur-Yon est encadrée par des agglomérations et leur périphérie croissante. Dans ces deux cas, le discours fréquent d’une homogénéisation des comportements, observé à l’échelle départementale, masque peut-être au contraire une radicalisation des oppositions internes, notamment entre les agglomérations élargies et les périphéries rurales (figure 1).

5Pour cette raison, cet article présente quelques traitements effectués sur l’ensemble de la France à l’échelle cantonale. Les données électorales utilisées ont pour source le Ministère de l’intérieur, archivées par la Banque de Données Socio-Politique de Grenoble à partir de 1981. Elle furent à cette occasion intégrée à un Système d’Informations Géographiques. L’objectif est de prendre quelques exemples sur des courants politiques qui possèdent, à cette échelle, une organisation moins attendue que celle habituellement observée à l’échelle départementale.

La France des six présidents (figure 2)

  • 1  Bien entendu, ce calcul n’a aucune signification autre que symbolique, même si on peut noter que c (...)

6La carte du candidat arrivé en tête à l’issue du premier tour des élections présidentielles de 1995 dans chaque canton offre l’image d’une France non pas bipolaire, même lors d’une élection présidentielle, mais où six candidats différents s’imposent sur une portion du territoire français1. P.De Villiers sort vainqueur dans un ensemble compact de 16 cantons vendéens. R.Hue recueille le plus grand nombre de voix dans une soixantaine de cantons, très dispersés géographiquement, puisqu’ils vont de l’Allier aux monts d’Arrée bretons, des bassins houillers du nord à la Seine-Saint-Denis, du bassin d’Alès à quelques communes industrialo-portuaires de la Basse-Seine ou de l’étang de Berre. Mis à part ces deux votes qui ne sont " majoritaires " que de façon résiduelle, quatre candidats se partagent chacun plusieurs centaines de cantons. J.M.Le Pen arrive en tête dans plus de 300 cantons, tous situés à l’est, et généralement regroupés en pôles d’une vingtaine de cantons. E.Balladur devance les autres candidats dans environ 500 cantons, qui ne sont regroupés spatialement que dans le nord-ouest. J. Chirac n’arrive en tête au premier tour que dans à peine 700 cantons, généralement dans le centre de la France. Même si la plupart des cantons franciliens lui sont favorables, il est fréquemment devancé au centre par L.Jospin, et sur les marges par J.M.Le Pen. L.Jospin possède, selon notre calcul, l’assise géographique la plus large, puisqu’il est le premier candidat dans plus de 1800 cantons (soit 2.5 fois le nombre de cantons tenus par J.Chirac). Le parti socialiste français semble réellement devenu un parti "attrape-tout ", politiquement comme géographiquement. A l’inverse, les autres partis, soit se concurrencent dans des espaces politiquement spécifiques (Ile-de-France, Côte d’Azur, Alsace), soit exercent une situation de monopole dans des régions où ils sont condamnés, pour peser nationalement, à réaliser des scores plébiscitaires.

Evolutions 1981/1995

  • 2  Il s’agit de transformer une information zonale en une information ponctuelle. A chaque zone est a (...)
  • 3  Cette thèse du gaucho-lepenisme, défendue notamment par P.Perrineau, reste néanmoins très discutée (...)

7L’utilisation d’un Système d’Informations Géographiques autorise à effectuer des traitements plus complexes. Par exemple, le " lissage " 2permet de comparer deux scrutins qui n’ont pas exactement les mêmes espaces d’agrégation. Il est ainsi possible de comparer les élections présidentielles de 1981 avec celles de 1995, malgré l’évolution du découpage cantonal. On peut détailler plus particulièrement trois partis ou candidats qui ont connu des évolutions contrastées. Le vote communiste a globalement subi une nette érosion en 14 ans (figure 3). Les lieux où le Parti communiste gagne des voix sont rares : Léon, Vannetais, causse de Gramat… Par contre, il doit affronter une très nette érosion de ses voix à la fois dans tout le pourtour méditerranéen, dans l’ensemble Nord-Picardie, et dans le Limousin. Même si le risque d’erreur écologique oblige à rester prudent, on ne peut éviter de lancer l’hypothèse que dans le premier cas, c’est la montée du Front national qui est responsable de cette chute3, et que dans le second cas c’est la personnalité influente localement de J.Chirac. Néanmoins cette carte démontre clairement le processus d’homogénéisation des clivages anciens autour de l’anticommunisme, comme en témoigne l’évolution de la Bretagne : le Parti communiste recule de façon claire et concentrique à partir de son pôle du Trégor, mais progresse par contre un peu dans les terres catholiques qui lui étaient le plus opposées.

8J.Chirac était le seul candidat " présidentiable " présent en 1981 et 1995. L’évolution de son score au premier tour en 15 ans reflète en grande partie sa trajectoire personnelle, plus qu’une évolution politique nationale (figure 4). En effet, bien qu’il n’ait pas face à lui en 1995 de candidat attitré de la droite centriste, il perce néanmoins peu dans les terres catholiques de l’est et de l’ouest. Par contre, J.Chirac progresse entre 1981 et 1995 dans le fief du centre de la France, à la fois en augmentant son score dans la Corrèze et les périphéries, mais aussi en étendant son influence sur l’Auvergne, tenue par V.Giscard d’Estaing en 1981. Contrairement à ce que pourrait laisser croire la théorie d’une nationalisation des enjeux et de la fin des notabilités plébiscitaires locales, l’assise régionale de J.Chirac en 1995 est plus solide qu’en 1981. Néanmoins, le succès de J.Chirac s’explique également par sa progression dans l’ensemble de l’Ile-de-France, sans doute liée à sa fonction de maire de Paris sur la totalité de la période étudiée. Si cette progression francilienne est moins intense que dans le centre de la France, elle est sans doute plus bénéfique en nombre brut de voix gagnées.

9L’évolution du score de la gauche au second tour des deux présidentielles offre une image un peu différente (figure 5). La droite progresse globalement partout, et plus nettement encore dans les zones d’influences personnelles de J.Chirac. La droite progresse également dans l’ensemble méditerranéen, ce qui semble confirmer qu’elle a récupéré au second tour les voix prises par le Front national au premier tour à la gauche. Ce modèle par contre ne fonctionne pas en Alsace. En effet, la carte met également en évidence des zones où la gauche a progressé en 14 ans. Les zones ponctuelles de progrès en Auvergne révèlent simplement un ralliement éphémère à Giscard d’Estaing en 1981. Les progrès dans le bassin de Lille et la Seine-Maritime témoignent des stratégies fédérales actives, sous l’impulsion de leaders influents (Mauroy-Aubry et Fabius). L’évolution de deux des régions les plus à droite, le " grand ouest " d’une part, l’Alsace-Lorraine de l’autre, traduisent des modifications moins conjoncturelles. Elles illustrent clairement qu’une partie de l’électorat qui avait choisi Giscard en 1981 s’est reporté sur Jospin en 1995. Cette évolution géographique constitue un changement majeur en terme d’équilibre gauche/droite en France.

L’effet d’amitié locale

  • 4  Cintegabelle pour L.Jospin, Saint-Fulgent pour P.de Villiers, La Rochelle pour M.Crépeau, Iholdy p (...)

10L’approche " écologique " (ou collective) du vote permet également de tester un certain nombre d’interactions spatiales, telle par exemple la théorie du " friends and neighbours effect " (habituellement traduit par " effet d’amitié locale "), c’est-à-dire du lien entre l’origine géographique d’un candidat et le vote en sa faveur. Cette théorie développée par J.O Key (1966) sera largement reprise par la suite (Cox, 1969, Taylor et Johnston, 1979). Le plus souvent, cet effet est testé au niveau local. Est-il également mesurable à l’échelle de la France, pour les candidats ou têtes de liste aux élections nationales ? Il est possible de calculer pour un certain nombre de candidats nationaux leur score moyen en fonction de la distance au canton où ils sont ou furent élus localement et/ou ils atteignent leur meilleur score.4

11Le premier constat (figure 6) est que pour quasiment tous les candidats retenus, et jusqu’à une distance de plus de 600 kilomètres du canton d’origine, le vote décroît régulièrement. Pour ces candidats, l’origine semble donc dépasser une simple " amitié locale " perceptible dans le rayon d’un espace d’interconnaissance personnelle. Il faut toutefois prendre garde à ne pas inverser la causalité. Ce n’est pas parce que L.Jospin est originaire du sud-ouest que le sud-ouest vote socialiste, du moins pas seulement. C’est également parce que le sud-ouest est traditionnellement une terre socialiste que L.Jospin s’y est implanté. On peut donc supposer que la courbe " d’amitié locale " sera d’autant plus rectiligne que l’implantation locale d’un candidat se combinera avec une région " structurellement " favorable (ce qui par exemple n’était pas le cas pour François Mitterrand au delà de la Nièvre).

12Il semble néanmoins difficile de dissocier la part " structurelle " de la part " personnelle ". Cette part pourra d’ailleurs assez largement varier selon les courants. Ainsi, pour les candidats de " petits " partis sans réelle implantation nationale, il est logique que la répartition du vote soit très liée à l’origine géographique du candidat. C’est le cas pour M.Crépeau en 1981 et pour P.de Villiers en 1995. Il faut pourtant constater que dans ces deux cas, l’effet d’amitié locale est moins fort, même calculé sur des données " centrées " (écart à la moyenne), que pour quelques candidats de grands partis, notamment pour J.Chirac. Il s’agit d’une information relativement peu attendue : l’effet d’amitié locale n’est pas réservé à des candidatures marginales, il est autant, et même souvent davantage perceptible pour les présidentiables. La courbe de J.Chirac en 1995 fournit le meilleur exemple (+ 25 points dans un rayon de 50 kilomètres, + 15 points dans un rayon de 100 kilomètres…). On peut y voir une explication partisane. Le R.P.R est un parti directement associé à la personnalité de J.Chirac, et le gaullisme un courant qui ne possède pas d’implantation géographique durable en France : à l’inverse de la droite centriste, la géographie de son électorat a toujours évolué en fonction de la personnalité de ses leaders. Néanmoins, la " surface " occupée par la Chiraquie ainsi calculée montre qu’il ne s’agit en rien d’un phénomène anecdotique, mais bien du principal réservoir de voix pour J.Chirac, en particulier lors du premier tour, pour devancer son challenger de droite. De même, l’augmentation sensible de cette Chiraquie entre 1981 et 1995 démontre que l’élection de J.Chirac représente la victoire du candidat qui s’appuie le plus sur des bases géographiques régionales et non nationales. Elle oppose un démenti aux tenants de la nationalisation de l’opinion en France, et à la lecture de l’élection présidentielle comme d’un scrutin a-spatial orchestré par des médias et des sondages nationaux dans une France une et indivisible.

13D’un point de vue pragmatique, si l’on considère que l’origine géographique permet de prendre une avance relative, qui se révèle en partie décisive puisqu’elle est prise sur un électorat qui " structurellement " n’est pas proche du point de vue partisan, on peut établir le profil spatial idéal du candidat à une élection nationale : il doit posséder une implantation locale forte et connue. Le bénéfice de l’amitié locale sera d’autant plus important que cette implantation mord sur des terres opposées politiquement. Enfin, puisque l’effet de la distance semble être concentrique, mieux vaut être implanté au centre de la France, comme d’ailleurs le furent les trois derniers présidents de la république française, que dans une périphérie ou un angle : L.Jospin à Cintegabelle ne bénéficie que de la moitié de cet entraînement concentrique potentiel, F.Bayrou dans le pays basque n’en bénéficiera que d’un quart…

Autocorrélation spatiale et variographie

14L’autocorrélation spatiale a plusieurs fois été testée sur les résultats électoraux, à des échelles variées (Cox, 1969, Ebdon, 1977, Le Bras et Todd, 1981, Badariotti, 1994, Bussi, 1998, Girault, 2000). Elle mesure le degré de ressemblance entre des unités spatiales voisines. Toutefois, l’autocorrélation spatiale n’avait jamais été testée sur les votes à l’échelle du canton pour la France entière. L’utilisation des données de la BDSP le permet. Tout d’abord, le simple calcul de l’indice de Geary pour les élections présidentielles de 1995 et européennes de 1999 dissocie différents types d’organisations spatiales selon les courants (tableau 1).

Courants très cohésifs

Courants moyennement cohésifs

Courants très peu cohésifs

Le Pen, 1995 (0,14)

Bayrou, 1999 (0,26)

Voynet, 1995 (0,37)

De Villiers, 1995 (0,18)

Balladur, 1995 (0,29)

Cohn-Bendit, 1999 (0,32)

Saint-Josse, 1999 (0,23)

Jospin, 1995, 1 tour (0,30)

Chirac, 1995, 2 tour (0,37)

Chirac, 1995, 1er tour (0,21)

Hue, 1995 (0,37)

Tableau 1 : indice de Geary pour quelques candidats en 1995 et 1999.

15Les suffrages d’un certain nombre de candidats possèdent une implantation très cohésive. On retrouve dans ce type le Front national, le parti CPNT, le vote pour P.De Villiers. On peut noter que ces partis possèdent tous un discours politique très " territorialisé ", qu’il s’agisse de défendre la ruralité ou la nationalité. Autre constat, la faible cohésion spatiale du rapport droite/gauche au deuxième tour des élections présidentielles accrédite la thèse d’un désalignement spatial sur cet enjeu, vis-à-vis d’un réalignement structuré par des petits courants. Pour pousser plus en avant cette notion de désalignement/réalignement, il est alors utile de mesurer l’évolution entre 1981 et 1995 pour quelques courants (figure 7).

16L’indice de Geary tend à augmenter entre 1981 et 1995 pour le second tour des présidentielles (rapport gauche/droite), pour le Parti communiste, et pour les Verts : globalement ces courants ont donc évolué d’une régionalisation vers une certaine nationalisation des comportements. De parti " le plus cohésif " en 1981, parmi ceux étudiés, le Parti communiste devient l’un des moins cohésifs en 1995, ce qui accrédite la thèse d’un déclin progressif de l’influence de ses fiefs, en particulier ruraux. Par contre, paradoxalement, la logique de nationalisation ne fonctionne pas pour les candidats de 1995 qui seront présents au second tour (J.Chirac et le candidat socialiste). Le calcul de la variographie, c’est à dire de l’indice d’autocorrélation selon des rangs de voisinage cantonaux différents (1, 3, 5, 10), permet d’affiner ces constats (figure 8).

17Tout d’abord, on peut noter que les indices de Geary des différents partis tendent à se rapprocher à un rang 10, et même dès le rang 5. Ceci illustre donc, à l’instar d’une analyse cartographique précise, que les courants s’organisent selon de vastes influences régionales ou départementales, mais rarement en fonction de réels gradients sur l’ensemble du territoire. Seul le Front national fait exception, du fait de son implantation nationale organisée selon un net gradient est/ouest. Il diffère en cela de l’implantation des voix CPNT, dont la cohésion spatiale diminue dès un voisinage d’ordre 3. Néanmoins, à tous les rangs de voisinage, le courant le moins cohésif reste le rapport droite/gauche. Cette mesure démontre donc que contrairement à une opinion courante, ce rapport/droite gauche ne divise pas spatialement une France en deux camps, s’affrontant à travers un très fort effet de contagion ou de régionalisation. Il est au contraire le courant pour lequel l’effet de voisinage (et donc de " contexte ") joue le moins. On peut alors émettre deux hypothèse explicatives contradictoires. Tout d’abord, le rapport droite/gauche cristallise peut-être des oppositions locales très marquées, entre cantons voisins, qui sont le reflet d’oppositions socio-économiques locales fortes et/ou croissantes.

18Mais on peut à l’inverse penser que le rapport gauche/droite possède une plus faible cohésion spatiale parce qu’il n’est plus, ou qu’il est de moins en moins, un vecteur d’identification socio-spatial. Il est remplacé dans cette fonction par une multiplicité de petits partis qui témoignent d’une identification politique multiple, parfois très spatialisée, parfois très peu. La mesure de la variographie laisse penser que la seconde hypothèse est la plus vraisemblable. La multiplicité des candidatures lors des élections présidentielles de 2002 en est un autre signe. L’analyse spatiale de la répartition de leurs suffrages sera vraisemblablement une clé indispensable à la compréhension des indéniables réalignements électoraux en cours en France.

Haut de page

Bibliographie

BADARIOTTI, D., Ville et vote. Urbanisme et géographie électorale à Strasbourg sous la Vème République, 1994, Strasbourg, ULP, thèse de doctorat, 2 vol.

BUSSI M.(1998), Eléments de Géographie électorale, Presses Universitaires de Rouen, 400 p.

BUSSI M, (2001), L’espace négocié. Démocratie électorale et développement local, Habilitation à diriger des Recherches, Université de Rouen, 687 p.

BUSSI M, RAVENEL L., (2001), "Ecologistes des villes, écologistes des champs. Analyse spatiale du vote des Verts et du CPNT", Cybergéo : Revue européenne de géographie, http://www.cybergeo.presse.fr

BON F, CHEYLAN J.P, (1988), La France qui vote, Paris, Hachette, coll Pluriel, 464 p.

COX K.R (1969), "The voting decision in a spatial context", Progress in Geography, n°1, 81-117.

DOLEZ B., LAURENT A., (1997), " Trente ans d’élections présidentielles françaises : les dynamiques territoriales ", Revue Internationale de Politique Comparée, vol 3, n°3, 647-667

DOLEZ B., LAURENT A., (2001), " Nationalisation des comportements électoraux en France ", dans Dictionnaire du vote, 682-683.

DURAND-DASTES F., Camilleri G., (1997), " Atlas de France reclus ", volume : société et culture, chapitre électoral, 126-143.

EBDON D. (1977), " Statistics in geography : a practical approach ", 1977, Oxford, Blackwell, 195 p.

GRESILLON M., (1999), " la grande spatialité du vote d’extrême droite ", Données urbaines, vol 2, dir D.Pumain et M.F.Mattei, ed Anthropos/Economica, 45-58.

LEVY J., (1994), L’espace légitime. Sur la dimension spatiale de la fonction politique, Presses de la Fondation Nationale de Science Politique, 442  .

MARTIN P., (2000), Comprendre les évolutions électorales, Paris Presses de Science Po

TAYLORP.J, JOHNSTON R.J (1979), Geography of elections, Harmondswoth, Penguin Books, Series "Geography and Environnemental Studies", 528 p.

SALMON F., (2001), Atlas électoral de la France, 1858-2001, Le seuil.

Haut de page

Notes

1  Bien entendu, ce calcul n’a aucune signification autre que symbolique, même si on peut noter que ce scrutin uninominal à un tour est celui appliqué au Royaume-Uni.

2  Il s’agit de transformer une information zonale en une information ponctuelle. A chaque zone est affecté un centroïde, puis, à chaque centroïde est attribué une valeur correspondant à la moyenne de la valeur des centroïdes voisins.

3  Cette thèse du gaucho-lepenisme, défendue notamment par P.Perrineau, reste néanmoins très discutée par les politistes, certains (P.Martin) avançant l’idée qu’il y a eu moins un transfert direct du PC vers le FN qu’un glissement global de l’électorat, le PC passant vers le PS, une partie de la droite vers l’extrême droite.

4  Cintegabelle pour L.Jospin, Saint-Fulgent pour P.de Villiers, La Rochelle pour M.Crépeau, Iholdy pour F.Bayrou, Corrèze pour J.Chirac, Château-Chinon pour F.Mitterrand.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Bussi et Sylviano Freire-Diaz, « Les nouvelles spatialités des comportements électoraux français. L’exemple des élections présidentielles 1981-1995 », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Elections en France, mis en ligne le 16 avril 2002, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/4136

Haut de page

Auteurs

Michel Bussi

directeur du laboratoire MTG - Université de Rouen

Articles du même auteur

Sylviano Freire-Diaz

master of conference MTG France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page