Navigation – Plan du site
2007
363

La multiplicité des échelles dans l’analyse d’un phénomène d’interface nature/société. L’exemple des feux de brousse en Afrique de l’ouest

The multiplicity of scales in the analysis of a phenomenon at the nature/society interface. The example of bushfires in West Africa
Hélène Dolidon

Résumé

Les feux de brousse constituent un phénomène particulièrement complexe, situé à l’interface nature/société. L’objectif de cet article est de montrer les conséquences de ces particularités en matière d’échelle et d’analyse.

Une première partie fait le point sur les rapports espace/temps dans l’analyse de la distribution des feux. Une définition de “l’espace des feux” est proposée. Dans une deuxième partie, il s’agit d’examiner quelques-unes des combinaisons des facteurs de propagation du feu à différentes échelles spatio-temporelles : l’échelle globale, régionale et locale. Chaque échelle amène une nouvelle problématique qui coïncide avec une nouvelle interface nature/société. Dans une troisième partie, nous étudions le croisement des échelles d’observation pour mieux appréhender le phénomène des feux, dont la complexité ne réside pas seulement dans la multitude de ses composantes et de leurs interactions mais aussi dans l’imbrication de plusieurs niveaux spatiaux. Il ressort que les relations inter échelles révèlent l’opposition entre l’échelle ou la temporalité du processus biophysique et l’échelle ou la temporalité de son effet.

La complexité du phénomène des feux de brousse contraint à dépasser les modèles d’observation habituels de chaque discipline, à hiérarchiser les facteurs, et à analyser les interférences spatiales et temporelles entre les facteurs naturels et les facteurs anthropiques.

Bushfires constitute a particularly complex phenomenon, because they are situated at the nature/society interface. The objective of this article is to show the consequences of these peculiarities as regards scale and analysis.

A first part reviews connections between space and time in the analysis of the bushfires distribution. A definition of "the space of fires" is proposed. In the second part, we consider some of the combinations of the fires distribution factors at several spatiotemporal scales: the global, regional and local scale. Every scale brings a new set of problems which coincides with a new nature/society interface. In a third part, we study the crossing of observation scales. Indeed, the phenomenon’s complexity does not lie only in its many components and their interactions but also in the overlapping of several scales. It results that bushfires are a good example for showing the opposition between the scale or the temporality of the biophysical process and the scale or temporality of its effect.

The usual models of observation used in each discipline are insufficient to analyze the phenomenon of the bushfires in its complexity. The study of this phenomenon makes it necessary to take into account several space-time scales, to classify the factors according to scales of observation and to analyze the spatiotemporal interferences between natural factors and anthropic factors.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le terme d’échelle renvoie classiquement au rapport entre une dimension dans la réalité et sa transcription sur la carte (Brunet, 1994, p.175). Cependant, « l’échelle constitue également, par extension, un cadre de référence et de problématique, selon lequel le géographe rend compte de l’organisation de l’espace » (Bavoux, 1998, p.16). Traditionnellement, la géographie privilégie la moyenne échelle, c’est à dire l’échelle régionale mais en réalité elle doit souvent faire appel aux autres ordres de grandeurs pour pouvoir interpréter ce cadre d’observation. Le phénomène des feux de brousse permet de montrer toutes les implications de l’échelle d’observation en matière d’analyse. D’une part, leur distribution ne peut pas être analysée et interprétée de la même façon à petite, moyenne ou grande échelle car elle répond à des problématiques différentes selon le cadre d’observation. D’autre part, toutes ces échelles d’observation sont nécessaires et complémentaires pour exposer “les tenants et les aboutissants” du phénomène dans sa complexité.

2Les feux de brousse constituent en effet un phénomène particulièrement complexe. Ils sont souvent considérés par les naturalistes comme un  facteur naturel dans les milieux de savanes  parce qu’ils ont un rôle écologique (Fournier, 1991). Néanmoins, les anthropologues, les sociologues, les agropastoralistes et les géographes les considèrent comme un facteur anthropique parce qu’ils sont déclenchés par les populations (Bruzon, 1994 ; Dugast, 1999). Compte tenu de ces deux analyses, une autre place est à définir pour eux dans le système qui relie nature et société, intéressant directement la géographie. Deux arguments permettent de définir cette place. Le feu est un phénomène mixte pour les raisons évoquées ci-dessus et il est le produit de l’interaction des propriétés du milieu physique et des particularités socioculturelles. En effet, sa propagation résulte autant de l’influence des conditions du milieu sur les choix des sociétés, que des conséquences des pratiques agropastorales sur les conditions du milieu. Aussi les feux de brousse, “point de rencontre entre nature et société”, occupent une place à l’interface nature/société (Dolidon, 2005).

3Cette particularité a certaines conséquences en matière d’échelle et d’analyse. En effet, s’il y a lieu parfois de faire la distinction entre un espace/temps propre à la géographie physique et un espace/temps lié à l’homme et à ses activités, l’espace des feux, lui, relie les deux termes à travers la notion d’interface nature/société. L’analyse de la distribution des feux doit donc rechercher les interférences entre l’espace de la nature et l’espace des sociétés, d’où la nécessité d’étudier le phénomène à différentes échelles spatiales et temporelles et d’analyser les liens entre les échelles d’observation.

4Cette double analyse introduit les questions suivantes :

  • Notre appréciation du phénomène est-elle différente selon les échelles d’observation ? Cette question repose sur l’hypothèse que « lorsqu’on change d’échelle les phénomènes changent non seulement de grandeur mais aussi de nature » (Dollfus, 1970, p.22).

  • Chaque facteur a t-il le même poids à toutes les échelles ?

  • Peut-on privilégier une échelle d’observation par rapport aux autres dans l’analyse de ce phénomène ? Quelles sont les interférences entre les différents niveaux d’analyse spatiale et quel est l’intérêt d’une étude multiscalaire ?

Les rapports espace/temps dans l’analyse de la distribution des feux

Définition de l’espace des feux

5L’espace des feux fait référence à l’expression “espace géographique”, qui s’apparente à une : « étendue terrestre utilisée et aménagée par les sociétés en vue de leur reproduction (…) » (Brunet, 1994, p.194). La principale difficulté pour délimiter un espace géographique consiste à choisir le critère qui le caractérise le mieux pour qu’il soit cohérent. Le choix du critère des feux de brousse s’avère intéressant pour deux raisons. La première raison est sa pertinence à l’échelle de l’Afrique de l’Ouest car ils y sont généralisés. Ils se propagent globalement entre 16°N et 8°N à l’Ouest et entre 12°N et 4°N à l’Est (Figure 1). La deuxième raison réside dans leurs propriétés car ils permettent de caractériser cet espace à la fois d’après des caractéristiques biophysiques et des caractéristiques socioculturelles et d’après leurs interactions. Le critère des feux de brousse s’apparente en fait au critère de l’olivier, qui sert souvent à délimiter et caractériser le domaine méditerranéen.

Figure 1 : L'espace des feux en Afrique de l'Ouest

6Les feux de brousse constituent en effet un mode de domestication du milieu choisi en fonction des contraintes. Plusieurs exemples en fournissent la preuve. Certains portent sur l’influence des conditions bioclimatiques sur leur distribution spatio-temporelle. Les fortes précipitations ou l’absence de végétation par exemple limitent les possibilités de propagation des feux de brousse. A contrario, il va sans dire que la distribution des feux est fortement influencée par des facteurs anthropiques. Dans certaines régions, par exemple, le processus de désertification conduit à la disparition des feux. Cette influence n’est cependant pas toujours catastrophique. Le système agraire incluant la jachère est par exemple une des sources d’explication de cette généralisation des feux de brousse en Afrique de l’Ouest.

7L’examen des propriétés du feu indique qu’il est le produit d’une multitude de catégories différentes de phénomènes sociaux et physiques. Or, chaque discipline fait ses recherches à ce sujet selon ses propres schémas théoriques et sa méthodologie habituelle, méthodologie qui comprend des choix en matière d’échelle. Cependant, notre choix de l’échelle d’observation n’a pas tenu compte a priori des démarches de chaque discipline en la matière mais d’abord des dimensions de l’objet lui-même. Ainsi, l’espace des feux sert d’unité de lieu et constitue le seul postulat. Il est révélateur des interférences spatiales entre les sociétés et leurs milieux et sa configuration spatiale est considérée comme un niveau d’intégration de tous les éléments constitutifs du milieu.

« Un espace-temps anthropisé »

8L’explication de la configuration de l’espace des feux réside en partie dans leurs conditions de propagation, qui mettent en relation de nombreux facteurs à chaque manifestation du phénomène. Cependant, les conjonctures dans lesquelles se propagent les feux doivent être aussi envisagées en termes historiques.

9Les pratiques agropastorales ont joué un rôle fondamental dans la mise en place et l’évolution des paysages végétaux actuels, parcourus régulièrement par les feux. En l’état actuel des connaissances, il est difficile d’affirmer catégoriquement que le feu était le principal outil de défrichement et de régénération de la végétation lorsque l’agriculture et l’élevage sont apparus. Néanmoins, deux arguments pourraient appuyer une telle théorie, qui avaliserait l’idée que l’espace des feux actuel est le résultat d’une domestication plurimillénaire de la nature par le feu.

10Les diagrammes polliniques et les analyses micromorphologiques montrent que les feux se propagent régulièrement pendant l’Holocène. Ces feux ne sont pas toujours considérés comme des feux d’origine anthropique mais leur régularité est plus caractéristique d’une volonté humaine que d’un phénomène naturel aléatoire (Ballouche, 2004 ; Le Drezen & al., 2004 ; Dolidon & Le Drezen, 2005 ; Le Drezen & al., 2005). Par ailleurs, l’apparition d’espèces très résistantes au feu, avant l’apparition de l’agriculture semble démontrer que l’utilisation du feu est très ancienne et qu’elle pourrait avoir été liée à des pratiques de chasse et autres. Plus tard, l’apparition dans les diagrammes palynologiques de nombreuses espèces de jachères pyrophiles semble également aller dans le sens de pratiques agricoles liées à l’utilisation du feu, à l’instar des pratiques actuelles de cultures itinérantes. Finalement, quelles que soient les raisons de leur existence, les feux semblent bien avoir jalonné l’histoire des sociétés néolithiques dès leur origine et avoir contribué à façonner et à maintenir les paysages de savanes actuels au cours des millénaires.

11Ce phénomène permet de considérer les paysages parcourus par les feux comme  une manifestation spatiale des relations entre les hommes et leur environnement ou encore comme « la résultante d’une confrontation continue entre la société et son milieu » (Burel & Baudry, 1999). Mieux encore, cette imbrication étroite entre dynamique des milieux et choix des sociétés nous conduit à reconnaître dans les savanes ouest-africaines des “paysages culturels”. Ils impliquent, entre autre grâce à l’outil feu, une véritable domestication de la nature, qui aboutit à des structures anthropogènes déterminées historiquement. On les définirait géographiquement comme l’expression spatiale des systèmes socioculturels, déterminant la construction de paysages spécifiques (Ballouche & Dolidon, 2002 ; Ballouche & Dolidon, 2005).

12Outre le fait que le paysage culturel est un produit historique des rapports nature/société, il n’est pas un fait acquis et statique. La domestication de la nature se déroule sur la durée, sous tendue par des dynamiques socio-économiques ou culturelles en évolution permanente. Il en résulte des structures anthropogènes, certes déterminées historiquement, mais gardant un caractère évolutif. Dans tous les cas, nos paysages culturels ont bien une profondeur temporelle indéniable sans laquelle il est impossible de les comprendre. Ils ne sont cependant pas seulement hérités mais s'inscrivent dans le continuum d'une longue histoire, au point où on peut dire qu’ils constituent « du temps incarné en espace » (Berque, 1995). Le facteur déterminant et fil conducteur de cette histoire à l’interface Nature/société semble bien être le feu et ces observations nous conduisent à définir plus précisément l’espace des feux comme « un espace-temps anthropisé » à l’instar de la définition du géosystème (Bretrand, 2000).

Le processus de propagation du feu

13La propagation du feu n’est pas le fruit du hasard, elle nécessite en effet qu’un certain nombre de conditions soient réunies. Les recherches d’Yves Monnier (Monnier, 1968, 1981) ont permis d’établir certains postulats. Ainsi, le tapis herbacé continu (pendant une partie de l’année) est l’une des conditions de propagation des feux de brousse car il faut une quantité minimale de biomasse pour qu’ils puissent se propager spontanément. Cette condition se rapproche des “facteurs d’extension” des incendies, définis dans le P.P.R. (Plan de Prévention des Risques), propres aux régions méditerranéennes. Par ailleurs, les matériaux combustibles, tels que les herbes, les feuilles etc. doivent être suffisamment secs pour brûler. Cette double exigence se rapproche des “facteurs de prédisposition” définis dans le P.P.R. Dans le contexte africain, ces facteurs de prédisposition se concrétisent essentiellement par l’existence d’une saison sèche plus ou moins longue. Enfin, les feux sont principalement déclenchés par les populations. Même si quelques feux naturels ont pu être observés, leur régularité implique nécessairement leur déclenchement intentionnel (ou non) par les sociétés. Or, le déclenchement du feu par les populations se rapproche des “facteurs d’éclosion” définis dans le P.P.R. En Afrique de l’Ouest, l’utilisation quotidienne du feu dans les activités agricoles et pastorales ainsi que dans les activités domestiques constituent les principaux facteurs d’éclosion des feux.

14La propagation du feu n’est cependant pas le simple résultat de l’addition de ces trois conditions : tapis herbacé continu + saison sèche + utilisation du feu par les populations. Elle est plutôt le résultat d’un enchaînement de phénomènes et d’une certaine logique opératoire.

15La propagation des feux dépend en premier lieu des caractéristiques physionomiques de la couverture végétale. Ils se propagent dans les formations ouvertes de savanes et non dans les forêts. Ces caractéristiques physionomiques constituent la première phase du processus de propagation car le bon déroulement de ce dernier dépend entièrement d’elles. En effet la forêt, même en pleine saison sèche, n’est pas propice à la propagation d’un feu de brousse, tandis que les savanes, soumises à des conditions climatiques de sécheresse, sont presque certaines de brûler. Ces paramètres définissent donc les possibilités initiales d’extension du feu.

16En ce qui concerne la sécheresse, son caractère saisonnier marque la deuxième phase du processus car la prédisposition des formations végétales aux incendies est très liée à leur teneur en eau. Celle-ci est en effet fortement influencée par les conditions générales de sécheresse (température, absence de précipitations, épisodes de vents secs et violents…). Ce rythme saisonnier faisant partie des conditions climatiques normales de cette région tropicale, les feux sont pratiquement devenus incontournables pendant la saison sèche et on a pu comparer leur rôle pendant la saison sèche au rôle des précipitations pendant la saison humide.

17Les sociétés interviennent seulement dans la troisième phase du processus, qui correspond au déclenchement de l’incendie et au retour au début du processus. En effet, les objectifs de ceux qui déclenchent l’incendie et le calendrier de leurs activités définissent la date d’éclosion des feux. Cet aboutissement n’est pas sans rapport avec les facteurs d’extension (formations végétales) et de prédisposition (conditions climatiques) définis avant, car en dernier ressort le feu ne pourra pas se propager si toutes ces conditions ne sont pas réunies préalablement. En outre, la propagation de l’incendie ramène la végétation à des conditions favorables à son passage et boucle le processus. En effet, la présence d’un tapis herbacé continu est le résultat de la confrontation des données du milieu avec les pratiques des sociétés (en l’occurrence celle des feux de brousse).

18Dans ce processus, chaque facteur est relié au milieu par ses composantes biophysiques, anthropiques et mixtes. Etant donné que chacun de ces éléments s’inscrit à des échelles spatio-temporelles très différentes, le processus de propagation du feu se décline et se traduit diversement selon les échelles d’observation. La genèse et la dynamique de l’espace des feux résultent donc de plusieurs phénomènes d’implications spatio-temporelles différentes, qu’il s’agit maintenant de décrire.

Les différentes échelles de grandeur caractéristiques du processus de propagation du feu

19La propagation du feu est le résultat d’un processus, qui induit un cadre d’étude spatio-temporel. Il s’agit par conséquent d’examiner quelques-unes des combinaisons des facteurs de propagation du feu à différentes échelles spatio-temporelles : l’échelle sous-continentale, l’échelle régionale et l’échelle locale.

L’échelle sous-continentale

20A l’échelle sous continentale, la distribution des feux forme un espace délimité plus ou moins continu entre 14° N et 8° N (Figure 1).

21La propagation du feu nécessite une couverture herbeuse continue. Par conséquent, les limites de l’espace des feux réguliers correspondent en partie aux limites des milieux ouverts de savane, ou des forêts claires, et leurs évolutions, sous l’influence conjuguée du climat et des sociétés, peuvent empêcher ou favoriser l’extension des feux à cette échelle.

22Les conditions climatiques constituent aussi l’un des facteurs explicatifs de la distribution spatio-temporelle des feux car elles peuvent favoriser ou empêcher le développement de matériel combustible. Elles font partie des facteurs de prédisposition (Tableau 1). Ainsi, la limite méridionale de l’espace des feux correspond en partie à la limite entre le régime unimodal et le régime bimodal des précipitations, ce dernier étant plus défavorable au développement de matériel combustible. Or, le climat enregistre à cette échelle des cycles plus ou moins longs de bonnes ou mauvaises années pluviométriques. Ces cycles climatiques ont une incidence sur la distribution des feux à plus ou moins long terme.

Tableau 1 : La variabilité des facteurs du feu à l'échelle zonale

Tableau 1 : La variabilité des facteurs du feu à l'échelle zonale

Figure 2 : Localisation des feux sur la carte de végétation en Afrique de l'Ouest

23La composition sociale et économique de la population constitue un facteur d’éclosion des feux à cette échelle. La population est en grande majorité rurale et vit des activités agropastorales traditionnelles. Dans ce contexte, le nombre d’utilisateurs potentiels du feu est très important contrairement à beaucoup d’autres régions du globe où le faible nombre d’agriculteurs et d’éleveurs peut limiter les possibilités d’éclosion. Par ailleurs, le cadre technologique dans lequel se pratique l’agriculture incite également à une utilisation massive du feu. L’Afrique de l’Ouest se caractérise en effet par de faibles densités rurales, qui favorisent une agriculture extensive. Or, l’un des principaux attributs de cette agriculture est le recours fréquent à la jachère, qui peut se définir comme « l’état d’une parcelle dont la culture a été momentanément interrompue, cette interruption pouvant aller de quelques mois à plusieurs années » (Sebillotte, 1991 cité par Jouve, 2001, p.1). Cette méthode, conçue en Afrique de l’Ouest pour de grandes surfaces et de longues périodes, vise à améliorer les rendements et la fertilité des terres et contribue aussi pour une large part à la généralisation des feux de brousse. En effet, ce type de jachères constitue le terrain propice à la propagation des feux, contrairement aux champs cultivés, qui sont désherbés et protégés. Les paysages forment des mosaïques composées de différents stades de jachères, qui déterminent, selon la part relative de surface qu’ils occupent, les possibilités de propagation du feu. En outre, les feux constituent le moyen le plus efficace et le plus économique de nettoyer et de défricher ces jachères. Cependant, les sociétés sont soumises à certains changements socio-économiques, comme le changement des cours des matières premières, qui peuvent engendrer certaines modifications des pratiques agropastorales sur le plus ou moins long terme. En Côte d’Ivoire, par exemple, le coton constitue la seule culture commerciale importante du Nord, la production de café ayant fortement décliné dans les années 1980. Or, le coton a modifié les techniques de culture par la diffusion de la mécanisation et par de nouvelles techniques de défrichements et de labour. En corollaire, ces changements de production ont diminué les potentialités d’éclosion des feux.

24L’analyse de la distribution des feux à l’échelle sous-continentale constitue bien une information pertinente sur le phénomène. Elle a notamment un réel intérêt dans le cadre de la réflexion sur les éléments constitutifs des milieux “naturels” et notamment sur le rôle de l’anthropisation dans l’élaboration des grands domaines de végétation. Certains chercheurs considèrent par exemple que des feux pastoraux très anciens seraient l’un des facteurs à l’origine du Sahel en tant que domaine phytogéographique (Die anthropogene Entstehung des Sahel, Schultz & Pomel, 1992). Y. Monnier avait aussi proposé une nouvelle définition des zones de végétation, qui prenait en compte la propagation des feux (Monnier, 1981). Cette nouvelle définition lui semblait en effet nécessaire pour mettre en valeur les relations des formations végétales avec les deux grands facteurs du milieu : le climat et le feu.

25Aussi, mettre en évidence la répartition des feux à cette échelle permet d’appuyer la thèse que la nature est depuis longtemps transformée peu ou prou par les sociétés et que le concept de “nature naturelle” est devenu caduc. En effet, si les conditions bioclimatiques sont essentielles dans le fonctionnement des géosystèmes de savanes, elles sont toutefois insuffisantes pour faire une interprétation exhaustive des paysages végétaux. La distribution des feux à cette échelle constitue l’un des indicateurs les plus visibles, de l’influence anthropique en Afrique de l’Ouest et permet de réévaluer l’importance du phénomène en fonction de son impact réel et non supposé.

26Elle permet en outre de démontrer que les facteurs anthropiques peuvent avoir une inscription dans l’espace, cohérente sinon homogène, à des niveaux scalaires qui dépassent ceux du terroir, du territoire tribal, de la région administrative ou de l’Etat. Or, cette théorie est encore loin de faire l’unanimité. Au contraire, si les facteurs anthropiques sont désormais pris en compte dans l’analyse des paysages à l’échelle locale (souvent de manière négative), les domaines de végétation sont, dans beaucoup d’ouvrages, interprétés seulement d’après des déterminants climatiques. La carte de S. Pomel et al., datée de 1994, fait exception et sa comparaison avec la distribution des feux constitue un argument supplémentaire en faveur d’une problématique des rapports nature/société à l’échelle sous-continentale (Figure 4).

L’échelle régionale ou l’échelle des territoires

27Les facteurs de distribution des feux sont les mêmes à l’échelle régionale et zonale, excepté le sol, qui constitue un facteur de prédisposition supplémentaire (Tableau 2). En revanche, ce ne sont pas les mêmes types de variations.

Tableau 2 : La variabilité des facteurs du feu à l'échelle régionale

28Selon les paysages végétaux, les feux de brousse sont plus ou moins susceptibles de s’étendre. La disparition des jachères dans certaines régions a par exemple entraîné leur disparition.

29Parmi les variables climatiques et édaphiques, le régime des précipitations et la localisation des zones humides influencent la distribution des feux, notamment au Sahel. Ainsi, lorsque certaines années les précipitations sont plus importantes au Sahel nigérien, le nombre de feux s’accroît. L’assèchement progressif du lac Tchad favorise également leur propagation.

30Enfin, le type d’agrosystème favorise ou non l’éclosion des feux. Par exemple, dans la région du Borgou au Bénin, le développement de la culture du coton a popularisé d’autres techniques de fertilisation et de mise en culture des terres qui rendent leur utilisation obsolète.

31La distribution des feux au Burkina Faso délimite trois zones, qui reflètent à la fois les conditions naturelles et l’occupation du sol (Figure 3).

32Les feux sont presque totalement absents au Nord du 13ème parallèle. Cette absence de feux est due en partie à la rareté du couvert végétal et en partie au fait que les sociétés ne s’en servent pas (ou ne s’en servent plus) dans leurs activités agropastorales. « Ce serait un crime vis à vis de l’éleveur peul (…) » (Guinko, 1984). Dans ce cas précis, les conditions bioclimatiques ont fortement influencé les choix des sociétés. En revanche, la propagation régulière du feu au sud du pays est révélatrice d’une plus grande abondance du couvert végétal (due à des précipitations plus importantes) et de son utilisation par les populations rurales.

33L’infléchissement de la limite de propagation des feux au centre du Burkina Faso constitue un phénomène intéressant car toute cette zone est, d’un point de vue floristique, incluse dans le domaine soudanien, qui se caractérise “normalement” par le passage régulier des feux. Cette absence de feux est perceptible sur la quasi-totalité du plateau central, de Koudougou à l’Ouest jusqu’à Fada N’Gourma à l’Est. De nombreuses caractéristiques, en particulier climatiques, pourraient être favorables au passage régulier du feu mais la partie centrale du pays est aussi la zone la plus densément peuplée et la plus intensément cultivée. Ces fortes densités s’expliquent à la fois par des facteurs historiques, puisque le peuple Mossi est fortement structuré depuis des centaines d’années, et économiques puisque Ouagadougou est la capitale de l’Etat Burkinabé. Or, sous l’effet de l’augmentation de la population rurale, l’évolution générale des systèmes agraires va vers la disparition des jachères et la coupe du bois de chauffe, consécutives aux besoins croissants de la population. Ces observations peuvent expliquer la raréfaction de la couverture herbacée dans cette zone et l’absence de feux qui en découle.

Figure 3 : La distribution des feux au Burkina Faso

34Cependant, le phénomène ne se transpose pas de façon uniforme sur les paysages. Ainsi, dans certains endroits, l’absence de feux révèle une emprise importante sur le milieu et un processus de désertification en cours, au sens où ces régions pourraient devenir impropres aux activités des sociétés. Cette évolution rejoint la thèse de Malthus, « qui impute à la croissance démographique la dégradation du milieu bio-physique et la baisse de sa productivité » (JOUVE, 2001, p4). Cependant, à d’autres endroits l’absence de feux est révélatrice d’une intensification agricole, en particulier à proximité des barrages, qui rejoint la thèse de Boserup (1970), « qui considère […] que l’augmentation de la densité de population est un facteur essentiel de l’intensification agricole » (JOUVE, 2001, p.4). Aussi, l’étude de la distribution des feux peut révéler différents aspects des dynamiques paysagères et en l’occurrence différents stades d’évolution des systèmes.

35Cet exemple montre que cette échelle d’observation permet d’analyser les discontinuités de la distribution des feux. Ces discontinuités sont le fruit des mêmes facteurs du milieu qu’à l’échelle sous-continentale (climat, sociétés, végétation) hormis le fait qu’ils enregistrent à cette échelle une plus grande palette de nuances. Concernant le climat, l’ensemble du sous-continent est soumis au passage de la Z.I.C. (Zone Intertropicale de Convergence) ainsi qu’aux mêmes facteurs cosmiques. Cependant, ces mécanismes se traduisent par des régimes climatiques différents en fonction de la latitude, de l’altitude ou de la proximité de l’océan. Concernant les sociétés, la distribution des feux est surtout révélatrice de la diversité des agrosystèmes. Au sud-ouest du Burkina Faso, les activités sont plutôt tournées vers les cultures de rente, tandis qu’au nord-est du Bénin, elles sont tournées vers l’agriculture vivrière et qu’au Sahel nigérien, elles sont tournées vers l’élevage. Enfin, l’échelle régionale est aussi révélatrice de certaines discontinuités paysagères, qui déterminent les possibilités d’extension des feux. La disparition des jachères sur le plateau Mossi en est un exemple.

36Cette échelle est tout à fait complémentaire de la petite échelle d’observation car elle permet d’identifier et d’interpréter les contrastes régionaux, révélés par les discontinuités de la distribution des feux. Elle met aussi en évidence les limites du déterminisme qui consiste à penser que les discontinuités culturelles et socio-économiques sont le produit des seules discontinuités du milieu physique, ou en d’autres termes que les facteurs naturels sont les plus déterminants dans l’agencement des “genres de vie” des sociétés humaines. Incontestablement l’absence ou la rareté des feux dans un contexte naturel pourtant favorable à leur utilisation montre au contraire que plusieurs modes de domestication du milieu peuvent coexister sous les mêmes conditions climatiques et par conséquent qu’il n’y a aucune fatalité entre les conditions du milieu et les choix des sociétés.

L’échelle locale ou l’échelle des terroirs

37A une échelle plus grande encore, d’autres discontinuités spatiales apparaissent dans la distribution des feux, déterminées par les mêmes éléments du milieu qu’à l’échelle régionale mais pas par les mêmes types de variation. En outre, ces discontinuités sont surtout perceptibles à l’échelle saisonnière. Concernant les conditions de prédisposition, la durée de la saison sèche et les propriétés édaphiques déterminent en grande partie la date de propagation des feux (Tableau 3). « Par ce mode de mise à feu qui tient compte de l’état de dessèchement des herbes, les cultivateurs-éleveurs restent proches de leur milieu » (Bruzon, 1990, p.144).

Tableau 3 : La variabilité des facteurs du feu à l'échelle locale

38Ainsi, au sein même d’un terroir, V. Bruzon décrit de la façon suivante la succession des parcelles brûlées (Figure 4) :

  • les feux précoces affectent la végétation sur sols superficiels, incultes ou impropres à l’agriculture (en général les cuirasses où sont parqués les animaux), la végétation est rare dans ces zones et par conséquent le matériel combustible aussi ;

  • les feux courants affectent ensuite les jachères d’âge moyen, puis les vieilles jachères et les friches ;

  • enfin, les feux tardifs affectent les bas fonds car ces zones conservent le plus longtemps l’humidité.

Figure 4 : Organisation spatiale et temporelle des feux de brousse sur un terroir dans le Nord ivoirien

39Cette succession spatio-temporelle des parcelles brûlées s’explique aussi par les intérêts spécifiques de chacun des groupes sociaux. Ces derniers jouent un rôle primordial dans le calendrier des feux. Les éleveurs, par exemple, « (…) arrêtent de mettre le feu quand les herbes sont totalement sèches car, selon eux, il y a “rupture”, l’idée de rupture désignant l’absence de repousses » (Bruzon, 1990, p.145). Il est certain qu’à cette échelle les coutumes et les systèmes de production (dans les activités d’élevage ou les activités agricoles) influencent beaucoup la date d’éclosion des feux (Tableau 3). Ainsi, la propagation du feu peut-elle dépendre des plantes cultivées et du calendrier propre à chacune d’elles, ainsi que des transhumances saisonnières des éleveurs.

40Par ailleurs, comme chacun de ces groupes sociaux utilise le feu comme un outil spécifique avec des finalités différentes, des conflits peuvent survenir. Les éleveurs considèrent souvent que les feux tardifs des agriculteurs sont très nocifs car ils ne permettent pas la réalisation de pâturages de soudure. A contrario, les agriculteurs trouvent les feux précoces dangereux car ils peuvent être la cause de destruction de récoltes (Tableau 4).

Tableau 4 : Dates de mise à feu dans les savanes du nord de la Côte d’Ivoire (source : Bruzon, 1990)

41Les dates de mise à feu dépendent aussi de certains phénomènes naturels. De nombreuses études ont montré que les cultivateurs utilisent une conduite stricte tenant compte de la direction du vent et du moment de la journée.

42Par ailleurs, la couverture végétale enregistre certaines discontinuités à l’échelle du terroir qui favorisent ou non l’extension des feux dans l’espace et dans le temps. Dans l’espace, les zones cultivables, les mosaïques de champs (où les feux ne se propagent pas) et de jachères sont peu propices à une grande extension des feux. « Le paysage […] en mosaïque, où alternent les champs, les jachères, les forêts, les zones incultes, les voies de communications […] est à même de limiter l’étendue des feux » (Demazoin, 1999, p.24). En revanche, les zones incultes d’un seul tenant favorisent le développement de grands feux.

43Dans le temps, les modifications physionomiques de la végétation ont aussi un impact sur les possibilités d’extension des feux (Tableau 3). L’alternance saison sèche/saison humide détermine le rythme saisonnier de la végétation. Cependant, le matériel herbacé disparaît progressivement en certains endroits pendant la saison sèche : la végétation combustible est dense après la saison des pluies et clairsemée avant les premières pluies ; d’autant plus si les feux se sont déjà propagés une fois. Du reste, les populations opèrent des feux préventifs en début de saison sèche afin de limiter les possibilités d’extension des feux accidentels. Par conséquent, les plus grands incendies se propagent généralement en début de saison sèche.

  • 1 La station de LAMTO, fondée en 1961, doit son nom à deux chercheurs : Maxime Lamotte et Jean-Luc To (...)

44De nombreuses études ont été réalisées sur les feux à l’échelle locale, surtout en écologie. Ces études ont été en partie effectuées à la station de LAMTO1 en Côte d’Ivoire, dont le programme des recherches consistait d’abord à étudier l’écologie des savanes (leur structure, leur fonctionnement…) (Lamotte, 1990). Beaucoup de ces travaux font état de la question du feu car il est considéré par ces écologistes comme un élément incontournable du fonctionnement des savanes (Fournier, 1991 ; Cesar, 1990, etc.). Parmi eux, les travaux les plus ciblés sur le feu ont été conduit par Y. Monnier, qui a mis en évidence son rôle dans l’écosystème. Une méthodologie expérimentale, adaptée aux objectifs de recherches, était utilisée. Elle constituait à effectuer de multiples mesures de la température du feu, du poids du matériel herbacé avant et après le passage du feu…

45Les recherches locales en sciences humaines sont bien moins nombreuses qu’en sciences naturelles. Elles ont essentiellement été réalisées par des agropastoralistes ou des géographes. Les études ethnologiques sont rares. Hormis les travaux de S. Dugast, qui a étudié les feux rituels chez les Bwaba du Burkina Faso, on peut trouver quelques passages traitant de cette question dans d’autres ouvrages, consacrés plus généralement aux rites et aux coutumes des populations africaines, mais avec peu de références aux feux de brousse eux-mêmes.

46Ces travaux réalisés à l’échelle locale montrent que cette échelle d’observation est essentielle pour comprendre les mécanismes et le fonctionnement du phénomène. Ils montrent également que les feux de brousse constituent un phénomène transdisciplinaire.

47L’observation de la distribution des feux de brousse a montré que le phénomène découlait bien des mêmes éléments constitutifs du milieu à chaque dimension d’analyse mais selon certaines variations. Aussi, chaque facteur du processus doit être adapté à l’échelle d’observation et chaque niveau d’étude amène une nouvelle problématique, qui coïncide ici avec une nouvelle interface nature/société.

Au croisement des échelles

48Les géographes ont l’habitude d’étudier les faits qu’ils peuvent observer sur le terrain et privilégient donc souvent les grande et moyenne échelles lorsqu’ils travaillent sur des processus. La petite échelle est plutôt considérée comme révélatrice des grands phénomènes globaux. Cependant, cette habitude ne doit pas faire accroire que tous les faits sont pris en compte par cette dimension d’analyse.

49Dans cette troisième partie, nous étudions le croisement des échelles d’observation pour mieux appréhender le phénomène des feux, dont la complexité ne réside pas seulement dans la multitude de ses composantes et de leurs interactions, mais aussi dans l’imbrication de niveaux spatiaux.

Le classement des facteurs de propagation du feu

50Chaque échelle d’observation apporte des informations distinctes, pertinentes et nécessaires. Par conséquent, toutes se justifient et exigent une analyse propre. En outre, aucun niveau scalaire ne permet d’avoir une vision exhaustive d’un phénomène. Ils sont complémentaires.

51L’analyse du processus de propagation du feu amène à penser que les facteurs de propagation peuvent être classés selon leur “nature” : les facteurs relevant strictement du domaine physique, ceux relevant du domaine social et les facteurs mixtes, combinaison de caractéristiques propres à ces deux domaines. Ils peuvent être aussi classés selon leur échelle spatiale : les facteurs de petite, moyenne ou grande échelle et selon leur temporalité : les facteurs saisonniers, pluriannuels ou pluri-décennaux (Tableau 5).

Tableau 5 : Classement des facteurs propagation du feu en fonction de leur nature, de leur échelle et de leur temporalité

Tableau 5 : Classement des facteurs propagation du feu en fonction de leur nature, de leur échelle et de leur temporalité

Figure 5 : Tentative d'emboîtement d'échelles des facteurs du feu en Afrique de l'Ouest

52Par ailleurs, chacun de ces facteurs est plus ou moins “efficace” selon l’échelle et la temporalité. « Selon le champ que l’on se donne – dans l’espace comme dans la durée – pour définir l’objet de sa réflexion, ce sera tantôt tel ordre de facteurs tantôt tel autre qui deviendra prépondérant » (RAYNAUT, 1989, p140). En ce qui concerne les feux de brousse, les facteurs de propagation sont complémentaires, en conséquence de quoi, ils sont tous nécessaires dans le processus d’apparition du phénomène mais la variation des échelles d’observation permet de démontrer qu’ils n’ont pas le même poids dans l’interprétation de leur distribution spatio-temporelle.

53A l’échelle sous-continentale, le climat est le facteur explicatif le plus déterminant de leur distribution. En l’occurrence, il permet d’interpréter les limites de l’espace des feux et leur périodicité annuelle. A l’échelle régionale, les paysages végétaux constituent le facteur explicatif le plus pertinent pour interpréter les grandes discontinuités de la distribution des feux. Au Burkina Faso, par exemple, la disparition des jachères au centre du pays a conduit à une modification importante des paysages végétaux et en corollaire à une absence de feux dans un contexte climatique qui leur sont pourtant favorables. Enfin, à l’échelle locale, les systèmes de production constituent certainement les facteurs les plus pertinents d’explication de la distribution des feux. Chaque parcelle brûle ou ne brûle pas, à une date plutôt qu’à une autre, selon le type de production (agriculture ou élevage), le type de culture, le calendrier des transhumances…

Les interactions inter-échelles

54Devant ce classement, l’enjeu de la distribution des feux apparaît comme celui de l’articulation entre petite/grande échelle, entre temps court/temps long. Elle offre en effet un cadre intéressant pour la réflexion sur les interactions inter échelles. En adoptant un cadre de pensée systémique, nous pouvons analyser d’un point de vue spatial et temporel les relations inter échelles présentes dans la distribution des feux.

55Du point de vue spatial, les feux de brousse ont une incidence à grande échelle (kilométrique). Ils dépendent cependant d’un phénomène zonal complexe, issu de la conjonction de plusieurs paramètres climatiques et économiques. Cette conjonction de facteurs est à l’origine des limites de l’espace des feux à petite échelle, qui se caractérise ensuite à moyenne échelle (territoire ou région) par des discontinuités liées à l’environnement géomorphologique, climatique, biologique, urbain...

56Du point de vue temporel, la mise en place de l’espace des feux en Afrique de l’Ouest s’est déroulée sur un temps très long (depuis les débuts de l’agriculture et du pastoralisme). Cependant, la distribution des feux peut enregistrer des reculs ou au contraire des progrès en fonction de certains paramètres internes (cycles climatiques...). Par conséquent, dans le temps elle doit être envisagée, tout comme la distribution spatiale, en tant que phénomène discontinu et non linéaire. Par ailleurs, le temps de mise en place et d’évolution de l’espace des feux est long, mais il est fondé sur la répétition de phénomènes survenant sur des durées très courtes.

57Par ces imbrications d’échelles spatiales et de temporalités, la distribution des feux est un cas typique de système inter échelles. Afin de mieux appréhender les contraintes qu’exercent les différentes échelles entre elles, deux relations a priori antagonistes sont significatives : les contraintes des phénomènes continentaux sur la distribution des feux à grande échelle, puis les conséquences de la propagation des feux à grande échelle sur l’organisation et la structure des paysages à petite échelle.

58Dans le premier type de relations inter échelles, nous constatons que la distribution des feux à grande échelle dépend d’un certain nombre de paramètres d’échelle sous-continentale. Le passage de la Z.I.C. détermine l’alternance saison des pluies/saison des feux, le climat équatorial empêche les feux de se propager dans certaines régions et il existe une relation informelle entre les enjeux économiques mondiaux et leurs implications en matière d’organisation économique régionale d’un côté et l’utilisation des feux de l’autre. Tous ces paramètres constituent des “facteurs externes” qui déterminent le cadre général de propagation des feux et les contraintes qui pèsent sur elle.

59Dans le second type de relations inter échelles, nous constatons que le processus biophysique, que représente la propagation des feux à grande échelle, a des conséquences sur l’organisation et la structure des paysages à petite échelle. Comme l’ont démontré de nombreux chercheurs (Aubreville, 1949 ; Monnier, 1968 ; Fournier, 1991 ; César, 1990), le passage régulier du feu conduit à la sélection de nombreuses espèces pyrophytes et au maintien des formations ouvertes de savanes en favorisant les herbes au détriment des arbres. Ce mécanisme physique et écologique, multiplié sur l’ensemble du sous-continent, a contribué à façonner les structures et les dynamiques paysagères de l’ensemble du sous-continent. L’exemple le plus frappant des conséquences de ces pratiques à petite échelle a probablement été la matérialisation de la limite entre la forêt et la savane. « Le rôle de l’homme devient clair ; il révèle une situation latente, il matérialise une limite qui était inscrite sans être apparente. (…) Une limite au Nord de laquelle les trois éléments arbre, herbe et feu peuvent coexister et au sud de laquelle l’incendie n’est plus possible sans préparation préalable » (Monnier, 1981, p.181). La relation n’est pas tout à fait du même ordre que la première car il s’agit plus d’une extension spatiale d’un phénomène local, que d’une véritable interférence entre niveaux d’organisation spatiale. Cependant, la relation inter échelle est nécessaire car l’interprétation des paysages végétaux et de leurs limites à l’échelle sous-continentale nécessite la compréhension d’un processus biophysique à l’échelle locale. Cette relation révèle bien l’opposition entre l’échelle ou la temporalité du processus biophysique et l’échelle ou la temporalité de son effet (Volvey, 2005).

60Les différents niveaux d’analyse spatiale n’apportent pas les mêmes informations mais sont complémentaires car un feu qui se propagerait isolément n’aurait pas la même valeur que des milliers de feux à l’échelle d’un continent.

Conclusion

61Les feux de brousse en Afrique de l’Ouest constituent un exemple original de la multiplicité des échelles dans l’analyse d’un phénomène d’interface nature/société. Ils imposent en effet de dépasser les modèles d’observation habituels de chaque discipline, de hiérarchiser les facteurs dans l’espace et dans le temps, et d’analyser les interférences spatiales et temporelles entre les facteurs naturels et les facteurs anthropiques.

62La variation des échelles spatio-temporelles dans l’analyse des feux de brousse montre que notre appréciation de ce phénomène dépend en partie des échelles d’observation car chaque type de facteur ne joue pas un rôle à toutes les échelles. Concrètement, cela se traduit par une distribution spatio-temporelle des feux différente à chaque niveau d’observation et une nouvelle problématique des rapports nature/société. Dans le cas d’une observation à petite échelle, le phénomène des feux de brousse répond en partie aux grandes questions du déterminisme climatique et de l’origine des savanes ; tandis que dans le cas d’une observation à grande échelle, il est révélateur du rapport dynamique entre les formations “naturelles” et les systèmes de production agropastoraux. La nature du phénomène n’est donc pas tout à fait la même selon les échelles d’observation.

63Cette étude montre également que, dans le processus d’apparition du phénomène, les facteurs de propagation du feu ne sont pas hiérarchisés en termes d’importance car ils sont tous indispensables : la saison sèche est aussi importante que l’utilisation du feu par les populations rurales ou que l’existence d’un tapis herbacé continu. En revanche, ils peuvent être hiérarchisés dans notre interprétation de leur distribution spatio-temporelle. Ainsi, C. Raynaut, dans un article consacré à la crise soudano-sahélienne, a montré « qu’une modulation des échelles d’appréhension de la réalité permet, en variant les objets sur lesquels porte l’analyse, d’établir entre les facteurs du changement une hiérarchie à caractère empirique » (Raynaut, 1989, p.141). Cette hiérarchisation « permet de focaliser tour à tour l’observation sur des déterminants de portée générale – sources de grandes tendances évolutives s’exerçant sur le long terme et s’appliquant à de larges espaces – et sur les dynamiques spécifiques, propres à chaque situation particulière » (Raynaut, 1989, p.141). Les facteurs définis comme ceux opérant sur l’ensemble du sous continent et sur un pas de temps long, c’est à dire les cycles climatiques, la physionomie des grands domaines de végétation (…) constituent donc les sources des grandes tendances évolutives de la distribution des feux. Une évolution de la distribution des feux à l’échelle sous-continentale serait donc significative d’un changement climatique ou économique et physionomique sur le continent.

64Enfin, cette étude indique que le même phénomène doit être étudié dans plusieurs configurations spatiales pour comprendre tous ses enjeux et ainsi rendre compte de sa complexité. En termes d’enjeux, les travaux de recherche à l’échelle locale permettent de comprendre le fonctionnement d’un écosystème et les rapports entre un milieu particulier et les sociétés qui l’ont investi, tandis que l’échelle continentale apporte des informations sur les facteurs déterminants à cette échelle. Ils sont parfois appelés les « facteurs surdéterminants », d’autres « les contraintes externes » ou « les causes de portée générale »... Ainsi, il ne serait pas très opportun de privilégier une échelle d’observation par rapport aux autres.

65Le feu joue un rôle important dans le système qui relie la nature aux sociétés. Il révèle en effet que ce système est complexe à plusieurs titres : il est fondé sur un très grand nombre de facteurs qui interfèrent les uns avec les autres ; il fait appel également à plusieurs échelles spatiales et temporelles ; enfin, c’est un système dynamique car variable dans le temps et l’espace. Le feu est un indicateur de toutes ces formes de complexités et constitue une entrée possible de l’étude des rapports nature/société.

Haut de page

Bibliographie

André J.C. & al., 2003, « Echelles et changement d’échelles : problématique et outils », in Caseau P. (dir.), Etudes sur l’environnement. De l’échelle du territoire à celle du continent, Paris, Tec. et Doc., 167-203.

Aubreville A., 1949, Climats, forêts et désertification de l’Afrique tropicale, Paris, Société d’éditions géographiques, maritimes et coloniales, 351 p.

Bavoux J.J. & al., 1998, Introduction à l’analyse spatiale, Paris, A. Colin, 95 p.

Ballouche A., Dolidon H., 2005, Forêts claires et savanes ouest-africaines : dynamiques et évolution de systèmes complexes à l’interface nature-société, Poitiers, Icotem, 56-70.

Berque A., 1995, Les raisons du paysage : de la Chine antique aux environnements de synthèse, Paris, Hazan,190 p.

Barrué-Pastor M., Bertrand G., 2000, « Le géosystème : un espace-temps anthropisé. Esquisse d’une temporalité environnementale » in Bertrand C., Bertrand G., Les temps de l’environnement, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 65-76.

Brunet R., 1993, Les mots de la géographie, Montpellier, Reclus, 518 p.

Bruzon V., 1990, « Les savanes du Nord de la Côte d’Ivoire. Mésologie et dynamique : l’herbe, le feu et le pâturage », Thèse de doctorat, Université de Paris, 301 p.

Bruzon V., 1994, « Les pratiques du feu en Afrique subhumide, exemple des milieux savanicoles de la Centrafrique et de la Côte d’Ivoire », in Blanc Pamard Ch., Boutrais J., A la croisée des chemins, Paris, ORSTOM, 147-163.

Burel F., Baudry J., 1999, Ecologie du paysage, concepts, méthodes et applications, Paris, Technique et documentation, 359 p.

Cesar J. , 1990, « Etude de la production biologique des savanes de Côte d’Ivoire et son utilisation par l’homme », Thèse d’état, Université de Paris, 617 p

Demazoin R., 1999, « Etude sur les feux de brousse dans la région de Bondukuy lors des saisons 1996-1997 et 1997-1998 », Document de travail, IRD Bobo Dioulasso, 122 p.

Dollfus O., 1970, L’espace géographique, Paris, QSJ P.U.F., 126 p.

Dolidon H., 2005, « L’espace des feux en Afrique de l’Ouest. L’analyse spatio-temporelle d’un phénomène d’interface nature/société », Thèse de doctorat, Université de Caen/Basse-Normandie, 414 p.

Dolidon H., Le Drezen Y., 2005, Les feux de brousse en Afrique intertropicale : un processus d’interface Nature – Société. Exemples comparatifs à partir de l’actuel et du passé, Séminaire d’axe 1 de l’UMR 6554, en ligne sur le site Internet de l’UMR 6554, 15-17.

Dugast S., 1999, Bosquets sacrés et feux rituels chez les Bwaba du Burkina Faso. Eléments de comparaison avec les Bassar du Togo, Communication au Symposium UNESCO “les sites sacrés naturels”, Paris, 22-25 septembre 1999.

Fontes J., Guinko S., 1995, Carte de végétation et de l’occupation du sol du Burkina Faso, Toulouse, C.N.R.S.

Fournier A., 1991, « Phénologie croissance et production végétale dans quelques savanes d’Afrique de l’Ouest », Thèse d’état, Université Paris VI, 312 p.

Guinko S.,1984, « Végétation de la Haute Volta », Thèse d’état, Bordeaux, 318 p.

Jouve P., 2001, « Jachères et systèmes agraires en Afrique subsaharienne », in Fleuret Ch., Pontanier R., La jachère en Afrique intertropicale, Paris, John Libbey eurotext, 1-21.

Lamotte, M., 1990, Présentation des travaux des chercheurs de Lamto (Côte d’Ivoire) 1962-1989, Paris, Publications du laboratoire de zoologie n°36 de Ecole normale supérieure, 158 p.

Le Drezen Y. & al., 2005, Landscape dynamics and human impact in a sudano-sahelian geosystem from Neolithic until modern times : the example of Ounjougou (Mali), XII° Congress PAA, Gaborone, juillet 2005.

Marchand J.P., 1986, « Contraintes physiques et géographie régionale », L’espace géographique, No. 4, 278-282.

Monnier Y., 1968, Les effets des feux de brousse sur une savane préforestière de Côte d’Ivoire, Abidjan, Ministère de l'éducation nationale, Direction de la recherche scientifique, Etudes Eburnéennes 9, 260 p.

Monnier Y., 1981, La poussière et la cendre, Paris, Agence de Coopération Culturelle et technique, 253 p.

Muxart T. & al., 1992, « Hétérogénéité du temps et de l’espace : niveaux d’organisation et échelles spatio-temporelles », in Jollivet M. (Dir.), Sciences de la nature, sciences de la société. Les passeurs de frontières, Paris, C.N.R.S., 403–427.

Plan de Prévention des Risques naturels (P.P.R.), 2002, Risques d’incendies de forêts, guide méthodologique, Paris, La documentation française, 86 p.

Pomel S., Pomel-Rigaud F., Schulz E., 1994, Indicateurs anthropogènes de la végétation et des sols de quelques savanes de l'Afrique de l'Ouest. In : Pomel S., Salomon J.N., Enregistreurs et indicateurs de l'évolution de l'environnement en zone tropicale. Bordeaux, P.U.B., 173-200.

Raynaut Cl., 1989, « La crise sahélo-soudanienne. Un paradigme possible pour l’analyse des relations milieu/société/technique », in Bruneau M., Dory D., Les enjeux de la tropicalité, Paris, Masson, 136-143.

Schulz E., Pomel S., 1992, Die anthropogene Entstehung des Sahel. Würzburg, Geogr. Arbeiten, 84, 263-288.

Volvey A. (dir.), 2005, Echelles et temporalités, Neuilly, Atlande, 239 p.

Carte de classification des provinces selon les superficies brûlées en 2002. Programme National de Gestion des Terroirs. Cartographie des feux de brousse au Burkina Faso à laide d’images AVHRR de NOAA Ouagadougou. Réalisation : R. DIEBRE (2004).

Haut de page

Notes

1 La station de LAMTO, fondée en 1961, doit son nom à deux chercheurs : Maxime Lamotte et Jean-Luc Tournier.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/4805/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/4805/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 1 : La variabilité des facteurs du feu à l'échelle zonale
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/4805/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/4805/img-4.png
Fichier image/png, 9,4k
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/4805/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/4805/img-6.png
Fichier image/png, 9,3k
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/4805/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/4805/img-8.png
Fichier image/png, 16k
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/4805/img-9.png
Fichier image/png, 10k
Titre Tableau 5 : Classement des facteurs propagation du feu en fonction de leur nature, de leur échelle et de leur temporalité
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/4805/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Dolidon, « La multiplicité des échelles dans l’analyse d’un phénomène d’interface nature/société. L’exemple des feux de brousse en Afrique de l’ouest », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 363, mis en ligne le 08 mars 2007, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/4805 ; DOI : 10.4000/cybergeo.4805

Haut de page

Auteur

Hélène Dolidon

Géophen/UMR-LETG 6554-CNRS, UFR géographie, Université de Caen, BP 5186, F-14032 Caen, France
helene_dol@club-internet.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page