Navigation – Plan du site
1997
Colloque "les problèmes culturels des grandes villes", 8-11 décembre 1997
352

Les équipements culturels au service de la population des villes

Françoise Lucchini

Texte intégral

1Il y a plusieurs façons de s´intéresser à l´expression de la culture dans les villes. Pour l’approcher en tant qu’activité innovante, on peut s´intéresser aux formes de la création artistique. Du côté du désir ou du besoin de culture, ou encore de sa consommation, on peut se pencher sur les pratiques culturelles et sur les fréquentations. En cherchant à identifier comment se construit l´identité culturelle des villes, on peut également mener une analyse du discours des différents acteurs ou une interprétation des signes dans le milieu urbain. Ici, nous essayons de cerner la composante culturelle de la fonction urbaine, comme une activité de service en pleine extension, en défrichant l´information dans ce qu´elle a de plus objectivable: l´équipement culturel urbain, marque physique et visible de l´investissement (ou de l´engagement) des villes en ce domaine.

Une dimension nouvelle pour la culture

2Cette recherche s’appuie sur une définition large de la notion de culture. Cela revient à intégrer diverses acceptions possibles du mot culture pour sélectionner les équipements qui seront considérés comme culturels. Certes, la production de la culture, tout comme sa consommation, demeurent un ensemble d´actions individuelles, empreintes de subjectivité. Mais on a vu émerger au cours des dernières décennies un concept nouveau de la culture, socialement accepté, qui se concrétise par des équipements collectifs et par des applications plus ou moins commercialisées. Les activités culturelles se sont largement développées; elles se sont "massifiées", et sont devenues des activités ordinaires, en même temps que le concept de culture s´élargissait. La culture est devenue pour une bonne part un produit ou un service comme un autre, que les villes doivent offrir à leurs habitants. Les citadins le revendiquent à tel point que la culture est parfois ressentie comme un bien ou un service de consommation de masse. Les décideurs politiques s´en préoccupent car elle constitue un argument de politique de développement économique et de qualité de la vie. Nous avons donc choisi ici d’observer la culture en tant que phénomène collectif et dans la perspective d’une étude comparative des villes. Il faudra déterminer si les équipements présents, les manifestations offertes, les services proposés participent aussi à la définition d´une culture urbaine, et comment elle caractérise chacune de ces entités territoriales.

La notion d’équipement culturel

3L´expression de l’activité culturelle dans les villes est appréhendée dans ce travail au travers de l´équipement culturel urbain au sens large. On rassemble des équipements qui contribuent à définir la fonction culturelle des villes, en dressant un panorama des activités culturelles qu´offrent les villes à leurs habitants. L´équipement culturel urbain regroupe un ensemble de biens de consommation et de services culturels localisables, où se mêlent les dimensions d´éducation et de loisirs. Ces indicateurs sont élaborés à partir de données qu’ont rassemblé le Département d´Etudes et de Prospective du Ministère de la Culture et de la Communication et d´autres directions de ce ministère (tableau 1). Ces données constituent une information qui se veut plus complète et plus précise que celle issue de l´enquête "Equipement Urbain" de l´INSEE (Champion, 1996). Nous avons complété ces données par d´autres sources d´information, dans le souci de présenter un aperçu le plus large possible de la variété des acceptions de la notion de culture dans les milieux de vie urbains. Des recensements de librairies, de maisons d´édition, des guides et des annuaires (pour les salles de concert, les musées et les festivals), les recensements du Centre National de la Cinématographie pour les salles de cinéma ou encore celui de la Population de l´INSEE pour les professionnels de la culture ont ainsi été exploités. L´ensemble de ces indicateurs propose un large éventail de secteurs (tableau 1). On trouve à la fois des équipements qui relèvent de domaines proprement artistiques, tels la musique, la danse, la littérature, les arts plastiques, le théâtre, le patrimoine muséographique et monumental, ou le cinéma, et des équipements tournés vers des domaines de type socio-culturel, proches d´une culture au quotidien, comme par exemple, les cafés-musique, les salles de concert de musiques actuelles, les librairies, les radios... C´est en étudiant les localisations de ce large éventail d’activités que l´on peut espérer refléter au mieux la diversité des formes de présence de l’offre de services culturels dans les villes.

Les données analysées

4Afin d´évaluer un niveau d´équipement culturel spécifiquement urbain, nous avons regroupé les données qui sont généralement établies à l’échelon communal pour les agréger dans le cadre des agglomérations urbaines. Il est en effet très souvent constaté que, en dehors des équipements de très grande proximité, la plupart des équipements culturels ne desservent pas exclusivement la population de leur commune d’implantation, mais offrent leurs services à celle de l’agglomération toute entière, voire au-delà. Le regroupement par agglomération permet ainsi de gommer l’hétérogénéité qui serait liée à la taille des communes, aux inégalités fortes entre l’équipement des communes-centres villes et celui des communes de banlieue. Nous avons comparé le nombre et la variété des équipements culturels proposés par les plus grandes villes françaises (soit 110 unités urbaines de plus de 50 000 habitants). Nous analysons ici les principales configurations que dessine la localisation de ces équipements culturels dans les villes. A l´échelle de la France, l´ensemble des grandes villes, ou encore le système des villes, peut être ainsi touché par une diffusion plus ou moins inégale des équipements culturels. Compte tenu des fortes inégalités de taille de la population des villes, on cherche à savoir si l’activité culturelle (appréhendée par ces indicateurs "objectivables" que sont les équipements culturels) se comporte comme une fonction urbaine " banale ", au service de la population. Distingue-t-on alors des niveaux différents dans l´équipement culturel urbain qui seraient organisés de façon hiérarchique comme le prévoit la théorie des lieux centraux? Ou bien, au contraire, la culture représente-elle une nouvelle dimension urbaine, une forme de spécialisation particulière selon ce type d’activités, comme le revendiquent souvent les responsables des politiques culturelles municipales, soucieux de différencier leur ville des autres villes, ou d´y imprimer une marque particulière?

Tableau 1 : Sources d’information pour les 29 équipements culturels retenus

La polarisation parisienne 

5La première caractéristique de la configuration géographique de l’activité culturelle est l’importance de l’écart qui sépare Paris des autres villes. Cette prééminence parisienne est accentuée dans le domaine culturel, par rapport à ce qu’elle est pour bien d’autres activités. Ainsi, la concentration dans la capitale est extrême quand on considère le nombre total d´équipements culturels. A l´instar de sa position prépondérante dans de multiples secteurs, Paris concentre une grande quantité et une large variété d´équipements culturels. En effet la capitale compte à elle seule plus du quart de l´équipement culturel urbain national (pour 16% de la population). Derrière elle, la seconde ville, Lyon, ne rassemble qu´une part de 3%. Un effet de "surconcentration", particulièrement notable pour certaines activités et certains équipements culturels, dépasse ici la concentration habituellement constatée dans un pays centralisé comme la France. Par exemple, 84% de l´ensemble des maisons d´édition sont concentrés à Paris. Les musées ayant plus de 50 000 visiteurs dans l´année y sont concentrés à 77%, les entreprises-mécènes de la culture à 62%. Dans la deuxième ville par ordre d’importante pour l’accueil de ces équipements culturels, on ne dénombre en proportion que de 2 à 5% du total de ces équipements (contre plus de 60% pour la capitale). C´est pourquoi on peut dire que la configuration géographique des équipements culturels atteste d’abord d´une "surconcentration" parisienne (tableau 2).

Tableau 2 : Indice de primatie des villes

6Dans le cas des maisons d´édition (figures 1.a et 1.b), la concentration parisienne s´est précisément renforcée durant la période d´extension de ces éditeurs en France, c´est-à-dire depuis 1973 surtout. Cette industrie culturelle semble légitimer l´implantation citadine et dessine une répartition particulièrement hétérogène sur la carte de France. La majorité des maisons d´édition actives en 1995 est concentrée dans la région capitale. Les villes des autres régions françaises sont en comparaison très peu équipées. Une dizaine de régions ne comptent pas plus de trois unités urbaines équipées. La concentration éditoriale se conjugue avec le maintien d´une édition petite et moyenne, qui dispose de 360 titres au catalogue en moyenne et sort moins de quarante titres par an. Mais il faut rappeler que deux grands groupes d´édition situés à Paris (Hachette et le Groupe de la Cité) réalisent la moitié du chiffre d´affaire total du secteur de l´édition.

Figure 1

7La répartition des professionnels de la culture constitue un autre exemple de cette polarisation culturelle autour de Paris. Ces professionnels, recensés à l´échelle régionale par l´INSEE à la demande du Département d´Etudes et de Prospective (INSEE/DEP, 1990), constituent une catégorie d´actifs qui a particulièrement augmenté par rapport à l´ensemble des autres catégories d´actifs (plus de 37% entre 1982 et 1990 contre 4% en moyenne pour les autres professions). Ils représentent environ 125 000 personnes, soit 1,2% de la population active ayant un emploi. Ce sont des professionnels du spectacle et de l´audiovisuel (chanteurs professionnels, musiciens, danseurs, artistes de variété, gestionnaires de spectacles, assistants...), des artistes plasticiens, des artisans ou des ouvriers d´art, des auteurs littéraires, des journalistes, des cadres de la presse ou de l´édition, des bibliothécaires ou des professionnels de la conservation ou encore des professeurs d´enseignement artistique (hors établissement scolaire). Parmi ces professionnels, ceux qui sont liés à l´écriture (les auteurs littéraires, les scénaristes et les dialoguistes) comptent 5600 personnes dont les deux tiers sont concentrés en Ile-de-France (figure 2). Les artistes dramatiques et les danseurs, ou bien les cadres artistiques et techniques de la réalisation de spectacles vivants et d´audiovisuels sont encore plus polarisés dans la région capitale (de 70 à 76%). Certains professionnels de la culture sont légèrement moins concentrés en Ile-de-France (de 25 à 37%) et peuvent trouver plus facilement un emploi en dehors de la région francilienne et témoigner d´un ancrage territorial spécifique (région d´origine bien souvent). C´est le cas des professeurs d´enseignement artistique, des artisans d´art, des bibliothécaires, des archivistes et des conservateurs, ou encore de gestionnaires indépendants de spectacles et de services récréatifs (encadrant le plus souvent un petit effectif -moins de 10 salariés-). On explique cette polarisation "francilienne" des artistes, outre par le poids de la plus grande ville française, par le fait que les artistes se retrouvent plus nombreux là où ils peuvent à la fois obtenir une reconnaissance de l´ensemble de la profession et là où ils sont susceptibles de rencontrer un plus grand public. Le sociologue PM Menger (1994) explique la concentration parisienne de ces professions culturelles par la flexibilité, par le caractère intermittent et partiel de ces emplois, et enfin par une situation spécifique de "surproduction" dans ce milieu de travail, qui est liée à l´incertitude du succès et à la nécessité du renouvellement très rapide des produits culturels.

Figure 2

La culture et les lieux centraux

8La deuxième caractéristique de la configuration géographique des équipements culturels dans les villes françaises est une répartition conforme à la localisation d´une activité banale proposant des équipements au service de la population. Quelques équipements culturels sont des équipements que l´on peut qualifier de fréquents, parce qu´ils sont présents dans toutes les villes étudiées. D´autres sont plus rares et apparaissent moins fréquemment, surtout dans le bas de la hiérarchie urbaine. La figure 3 présente ces différents services culturels en termes de fréquence d´apparition. Cette figure effectue visuellement un classement des équipements culturels selon différents niveaux de desserte. On distingue plusieurs étapes entre le niveau de desserte d’un équipement rare, présent uniquement dans quelques villes (généralement de grande taille et plus diversifiées), et une accessibilité plus large pour un équipement banal, ubiquiste dans l´ensemble des villes. On peut ainsi identifier des niveaux de services culturels, en partant du banal et en arrivant au rare.

Figure3

9Les salles de cinéma et les bibliothèques publiques municipales sont des équipements ubiquistes pour les villes considérées. Ces structures ont une desserte maximale puisque qu´elles sont présentes parmi toutes les villes. Les bibliothèques sont des équipements largement diffusés sur le territoire, et dont le seuil d´apparition se situe d’ailleurs bien en dessous du niveau des villes de 50 000 habitants (figure 4). Les bibliothèques municipales publiques couvrent le territoire français selon un réseau dense. On en dénombre en France près de 1400 dans les communes de plus de 5000 habitants. De plus, quelque 1360 bibliothèques desservent des communes plus petites. Le tissu dense et régulier des bibliothèques sur le territoire national peut s´expliquer par une volonté politique à divers échelons territoriaux (national, municipal, départemental...) visant à faciliter l´accès au livre. Les bibliothèques représentent donc un exemple de service culturel de proximité. Par ailleurs, parallèlement à leur diffusion, elles ont diversifié leur champ d´action. Par exemple, elles ont créé des branches phonothèque ou médiathèque, pour répondre aux nouvelles attentes de services demandés par les citadins (prêt de disques, CD, cassettes, vidéo-cassettes...).

Figure 4

10Un deuxième exemple d´équipement bien diffusé dans l´ensemble des villes est celui des écoles de musique et de danse agréées par le Ministère de la Culture et de la Communication. La diffusion des écoles de musique et de danse sur le territoire national a été assez rapide en 20 ans (figures 5.a et 5.b). Elles touchent de façon homogène l´ensemble des régions françaises. Les futurs professionnels et les amateurs sont les principaux clients de ces structures de formation qui délivrent un enseignement codifié par le Ministère de la Culture et de la Communication, avec des disciplines obligatoires, et qui suit un schéma de formation découpé en cycles. Il existe au plus haut niveau de ces structures d´enseignement deux conservatoires nationaux supérieurs de musique, un à Paris et l´autre à Lyon. Par ailleurs, de nombreuses écoles privées, ne relevant pas d´un agrément du Ministère de la Culture et de la Communication, couvrent également le territoire national selon un réseau dense.

Figure 5

11Des équipements culturels plus rares apparaissent dans des villes plus grandes ou des métropoles régionales. Les grandes villes regroupent une grande quantité et une large variété d´équipements culturels, ceux qui sont les plus banals mais aussi des équipements plus rares. Des équipements culturels qualifiés de rares, de haut niveau, y apparaissent, comme les théâtres lyriques, les orchestres, les théâtres et scènes dramatiques, les écoles d´art (nationales, régionales ou municipales agréées par le Ministère de la Culture et de la Communication). Ces équipements présents dans moins d´une ville sur quatre, contribuent à identifier un niveau spécifique de la fonction culturelle pour ces villes d´importance régionale (figure 3). Par exemple, les structures d´art dramatique (figure 6) et plus encore, les théâtres et scènes lyriques (figure 7) apparaissent dans des villes pourvues d´une plus large gamme d´équipements culturels, par conséquent de plus grande taille (on retrouve Lyon, Lille, Marseille, Strasbourg, Bordeaux, Rennes, Nantes, Montpellier, Toulouse...).

Figure 7

12Les équipements culturels dans leur ensemble participent donc de la centralité urbaine et leur localisation se conforme à ce que prévoit la théorie des lieux centraux: les villes se différencient en matière culturelle en des niveaux contrastés, en fonction de la quantité et de la variété des équipements culturels qu´elles abritent. Aussi, les villes françaises, lieux centraux dans un système de villes interdépendantes, se différencient-elles par la culture, en conservant très régulièrement leur position relative dans le réseau.

Spécificités de la dimension culturelle

13Il reste un autre type de configurations géographiques des équipements culturels, moins régulier et plus indépendant du critère de dimension de la ville. Certains services culturels sont le reflet d´une autre organisation entre les villes que la "domination" hiérarchique. La géographie des monuments historiques et des musées les plus visités en France, ou encore celle, plus nouvelle, des festivals culturels, s’écarte de la forte tendance des autres équipements à se distribuer suivant l’organisation hiérarchique des villes.

14Des spécificités culturelles sont révélées par ces configurations géographiques particulières. Les structures patrimoniales et muséographiques présentent une répartition spécifique liée à un processus de sédimentation de structures " accumulées " au cours de l’histoire. On dénombre en France plus de 43 000 monuments protégés par l´Etat et également de nombreux musées. La figure 8 présente les plus grandes structures patrimoniales et muséographiques françaises, c´est-à-dire les musées et les monuments historiques qui accueillent le plus grand nombre de visiteurs annuels, soit plus de 100 000 entrées annuelles. Des hauts-lieux ou des sites prestigieux composent ces structures patrimoniales très fréquentées. Le Mont-Saint-Michel, le Palais des Papes à Avignon, la cité de Carcassonne, les Hospices de Beaune, l´abbaye de Fontevraud, le Panthéon parisien, le château du Haut-Koenigsbourg sont recensés parmi la cinquantaine de monuments historiques dépassant ce seuil de fréquentation annuelle. Parmi les soixante plus grands musées, la Cité des Sciences, le musée d´Orsay et les musées de la ville de Paris en général sont bien représentés, mais aussi d´autres en Province, comme le musée des Ducs de Bretagne à Nantes, le jardin-musée de Claude Monet à Giverny, le musée de l´automobile à Mulhouse, le musée de la préhistoire à Tautavel. La fréquentation annuelle la plus souvent rencontrée est de 100 000 à 200 000 visiteurs, pour les structures monumentales comme pour les musées. On ne dénombre en effet qu´une quinzaine de ces équipements qui enregistrent plus d´un demi-million de visites annuelles. Les inégalités sont en cela plus marquées pour la fréquentation de ces structures que pour leur répartition sur le territoire. La plupart des régions françaises possèdent ce type de patrimoine. En revanche, seules quelques-unes de ces structures détiennent plus de la moitié du public. Par exemple, les deux tiers de la fréquentation muséographique sont réalisés par le château de Versailles et le musée du Louvre. De même, les deux tiers de la fréquentation monumentale sont détenus par la Tour Eiffel, l´Abbaye du Mont-Saint-Michel, l´Arc de Triomphe de l´Etoile à Paris et le château de Chambord.

Figure 8

15Un autre réseau culturel s´est inscrit plus récemment dans le territoire français. Les festivals culturels se sont multipliés et diffusés dans les villes et même dans les villages depuis vingt ans (figure 9). On parle aujourd´hui d´une culture de la "fête" qui se développe comme une mode, et qui touche l´ensemble des villes et plus généralement la France entière. Les festivals sont des activités culturelles temporaires et saisonnières. La saisonnalité de ces manifestations, surtout estivales, donne un net avantage à la moitié sud du pays, et plus particulièrement à la Provence (figure 9). A l´échelon des grandes villes, ce phénomène suit également la répartition de la population en été. Quelques grandes villes n´organisent pas de festivals. En considérant le nombre total de festivals, tous genres confondus, les villes les plus festivalières sont, par ordre décroissant après Paris, des villes du sud de la France: la conurbation méditerranéenne Grasse-Cannes-Antibes, Bayonne, Marseille, Avignon. Puis on trouve Nantes et Dijon, et de nouveau des villes méditerranéennes (Martigues, Montpellier, Nice). La localisation d´un festival est d´autant plus probable que les villes sont à la fois grandes et accueillantes pour les migrations de retraites, ou riches d´un patrimoine monumental, ou de troupes d´artistes locaux. L’activité festivalière s’est en même temps largement développée spatialement, et elle touche de nombreux domaines. Ces dernières années, la musique est le domaine festivalier le plus fréquent (musique ancienne, classique, sacrée, contemporaine, traditionnelle, art lyrique, jazz, variétés), suivie par les festivals pluridisciplinaires (associant plusieurs genres sans se spécialiser dans aucun), puis par l´art dramatique (théâtre, marionnettes, cafés-théâtre, mimes), par le cinéma et l´audiovisuel, par la photographie, par les nouvelles technologies de l´image et du son, par la littérature. Les festivals de danse, d´humour, ou les reconstitutions historiques sont moins nombreux.

Figure 9

Conclusion

16Il est couramment admis que la culture contribue à marquer chaque ville d’une spécificité, d’une identité, que beaucoup voudraient fortes. Les exigences de qualité de vie, le souci du développement local, les besoins de repères individuels et collectifs, tendraient à multiplier les types d’images urbaines appuyées sur les initiatives et les symboles culturels locaux. Par delà ce niveau symbolique des représentations individuelles et collectives, présent dans les discours des responsables politiques locaux et des habitants, il existe un rapport entre la ville et l’activité culturelle.

17La culture est ainsi devenue, sous de multiples aspects, un bien de consommation, un service urbain d’usage courant, dont les citadins attendent qu’ils satisfassent leur demande croissante. L’étude de la localisation d’une trentaine d’équipements et de services culturels parmi les plus importants dénombrés dans les agglomérations urbaines françaises est à ce titre exemplaire. Cette fonction se distribue comme une composante ordinaire de la centralité selon différents niveaux de rareté, en fonction de la taille des villes. L’équipement culturel urbain constitue en effet pour l’essentiel une activité banale de la ville? qui se localise près du consommateur final (Beguin, 1990) et qui est liée à la densité géographique de la demande. On peut distinguer des degrés d´intensité variés pour cette fonction, fréquents pour certains équipements culturels comme les bibliothèques publiques, plus rares pour d´autres comme les théâtres lyriques. La diffusion récente de la fonction culturelle en France, mais plus encore son rôle prestigieux, traditionnellement administré au niveau de l’Etat jusqu’à une période récente, explique sa très forte concentration dans l’agglomération parisienne. D’après les indicateurs étudiés, ce n’est que marginalement, par le poids de l’histoire et par l’initiative locale, que la fonction culturelle peut retrouver à l’échelle des villes, le rôle distinctif que les sociologues lui reconnaissent au niveau individuel.

Tableau 3

18En dehors de l´effet manifeste de la taille de la ville, la répartition des équipements culturels ne s´explique que modestement par la composition sociale et économique des villes (tableau 3). Il est ainsi vrai que l’on note une forte concurrence dans les villes entre la présence d’orchestres ou de maisons d´édition et la surreprésentation de cadres et professions libérales, de diplômés de l’enseignement supérieur. Toutefois, la présence de bibliothèques publiques, d’archives municipales ou de salles de cinéma est d´autant plus probable que les populations des villes sont peu qualifiées (plus " ouvrières ") et peu diplômées. Les autres types d´équipements culturels ne présentent aucune relation systématique avec les caractéristiques sociales et économiques des villes ou les niveaux de diplôme des populations urbaines: c´est le cas des écoles de musique et de danse, des éco-musées, des cafés-musique, des sites archéologiques, des écoles d´art, des radios. Leur répartition traduit alors la marge de liberté importante laissée à l´initiative locale pour la localisation de l’activité culturelle. C’est donc plutôt la variété de l’équipement culturel de la ville qui s’explique par un niveau de formation des habitants plus élevé, de façon plus efficace d’ailleurs que par la seule composition sociale. En définitive, il existe une relation relativement forte entre d’une part la composition socio-professionnelle des villes et les niveaux de formation des habitants, et, d’autre part la variété des équipements culturels.

19L´activité culturelle des villes, appréhendée par l´équipement culturel urbain, ne se calque donc pas totalement sur une ou deux dimensions urbaines. Si cette activité apparaît bien comme un service à la population, elle conserve toutefois une logique de fonctionnement originale, complexe, essentiellement liée aux ressources spécifiques que chaque collectivité locale est prête à mobiliser. En cela, l´activité culturelle constitue une ouverture, un espace de liberté important pour les villes et plus généralement pour les collectivités territoriales, pour s’affranchir des contraintes liées à la hiérarchie urbaine et aux inégalités territoriales d’origine socio-économique.

Haut de page

Bibliographie

Beguin (H), 1992, La localisation des activités banales, in Bailly A., Ferras R., Pumain D. (dir.), Encyclopédie de Géographie, Paris, Economica, 514-531.

Cardona (J), Lacroix (C), 1997, Chiffres-clés 1996, Statistiques de la culture, Département d´Etudes et de Prospective du Ministère de la Culture et de la Communication.

Champion (JB), 1996, Les équipements culturels et de loisirs dans les quartiers, in Pumain D. Godard F. (eds) Données Urbaines, 1, 101-114.

DEP, 1992, 1980-1990, Une offre croissante de services culturels. Développement culturel, 92, janv 1992.

Heilbrun (J), 1992, Art and culture as central place functions. Urban Studies, vol 29, 2, 205-215.

Lucchini (F), 1998, Les équipements culturels des villes françaises, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, thèse de doctorat de géographie.

Menger (PM), 1994, L´offre culturelle française: une concentration dictée par le marché de l´emploi. Problèmes économiques, 2.381.

INSEE, Recensement Général de la Popoulation 1990, Professions culturelles et salariés des activités culturelles, Département d´Etudes et de Prospective du Ministère de la Culture et dela Communication.

Haut de page

Notes

1 Nous tenons à remercier Mr Marc Nicolas et Mme Lacroix qui nous ont permis de rassembler et d´utiliser ces données.

2 La fréquence d´apparition d´un musée par exemple ne tient pas compte du nombre total de musées dans la ville mais de la présence ou de l´absence de musée: une variable est dite équipée si elle en possède au moins un.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Lucchini, « Les équipements culturels au service de la population des villes », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 352, mis en ligne le 20 avril 1999, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/4988 ; DOI : 10.4000/cybergeo.4988

Haut de page

Auteur

Françoise Lucchini

UMR Géographie-cités CNRS, Equipe P.A.R.I.S., Université Paris I

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page