Navigation – Plan du site
1999
72

Pour une approche de la cognition spatiale intra-urbaine

Colette Cauvin

Résumé

Afin d´adapter les aménagements urbains aux besoins des citadins, de mettre en adéquation les décisions politiques concernant les villes et les pratiques des usagers, il est indispensable de connaître ce qui explique leur vécu quotidien, ce qui induit leurs actions. Pour ce faire, après avoir précisé le vocabulaire concernant les différents espaces intra-urbains pris en compte et rappelé les théories partiellement contradictoires explicitant la formation de la cognition et des représentations cognitives, l´auteur souligne l´importance d´approches strictes, comparatives et reproductibles pour atteindre des résultats fiables et utilisables opérationnellement. C´est pourquoi, il est nécessaire de connaître les éléments des espaces intra-urbains à relever et les techniques d´enquêtes permettant d´obtenir les représentations internes qui "sont en nous", techniques variables selon que l´on s´intéresse à l´identification, à la localisation ou à la description des éléments spatiaux, opérations distinctes mais complémentaires. La jonction entre les théories, les hypothèses associées et les techniques retenues conduit à mettre au point des démarches méthodologiques différentes mais transparentes qui autorisent alors les comparaisons entre travaux et permettent d´aboutir à des généralisations significatives.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cité par R.M. Downs et D. Stea, 1977, p.183.
  • 2 Cette expression sera définie ultérieurement.

1Toute ville est - ou devrait être - organisée, structurée pour ses habitants. En effet, ces derniers sont sans cesse confrontés à des problèmes spatiaux ; ils doivent se déplacer, se repérer, localiser des lieux comme le précise G. Hewes 1. La ville doit donc être lisible ; elle doit répondre aux besoins spatiaux de ses usagers ; mais les décideurs, les acteurs de la ville connaissent-ils les besoins réels, appréhendent-ils aisément ce que "ressentent" ces usagers qui pratiquent la ville quotidiennement ? Il semble qu´il existe très souvent un "écart", une "distance" entre les propositions techniques, les réalisations concrètes des ingénieurs et la manière dont les citadins vivent ces constructions, ces installations. Une connaissance de l´image que l´urbain peut avoir de son environnement paraît essentielle pour éviter des aménagements inadéquats. Une bonne illustration en est le cheminement de K. Lynch qui, après avoir écrit en 1960 son célèbre livre "L´image de la cité" qui mettait l´accent sur ce vécu de la ville, sur les différences entre un espace de référence et l´espace qui est en nous, a publié des années plus tard (1982) un ouvrage intitulé "Voir et Planifier". Ce passage de l´image de la ville à son aménagement traduit bien tout l´intérêt de la connaissance des espaces qui sont en chacun de nous, c´est-à-dire ces espaces induits par notre cognition spatiale2. . Il ne s´agit pas seulement de chercher sur un plan théorique les représentations de la ville que les individus ont en eux, mais d´essayer, de plus, de comprendre le vécu des gens, ce qui l´explique, pour transformer, adapter et planifier l´espace afin qu´il réponde aux besoins, aux aspirations conscientes ou non des personnes qui l´habitent et l´utilisent quotidiennement. On rejoint ici un problème très général en psychologie environnementale dont parlent T. Gärling et al. (1984, p. 4) qui est de trouver comment comprendre les relations entre le comportement des gens et leur environnement physique, social… Mais cet intérêt pour la cognition spatiale en milieu urbain concerne diverses disciplines, depuis de nombreuses années. On constate, en effet, que les articles, les ouvrages, tant de psychologues que de géographes ou encore d´urbanistes, pour n´en citer que quelques uns, abondent sur ce sujet depuis les années 60 ; les premiers travaux remontent même au début du siècle (Gulliver, 1908). Ils portent sur des aspects très variés de la ville - lieux, repères, barrières, etc.-, sur des groupes ou des individus ; ils présentent des expériences sur la connaissance de l´espace urbain, sur son utilisation, sur le comportement d´individus donnés. Chaque auteur suit des voies particulières, utilise des méthodes spécifiques, aboutit à des résultats souvent difficilement comparables à ceux d´autres chercheurs. Ceci constitue un problème fondamental pour se servir correctement de l´information obtenue ; en effet, comment passer de résultats, parfois contradictoires mais presque toujours non généralisables, à des propositions concrètes pour l´aménagement d´une cité, d´un quartier ? Il est évident que si l´on pense sincèrement que ce domaine de recherche est essentiel pour la compréhension de la ville, comme en témoignent certains ouvrages récents réunissant des géographes et des psychologues(Gärling, Golledge, 1993), un effort important doit être effectué tant sur le plan conceptuel qu´au niveau des méthodes. C´est dans cette optique que nous voudrions exposer ici quelques propositions concrètes pour aborder de manière aussi rigoureuse que possible les espaces cognitifs intra-urbains, ce qui suppose bien entendu, dans un premier temps, des définitions précises qui permettront des expérimentations ultérieurement.

De l´espace chorotaxique aux configurations cognitives

  • 3 "Le comportement d´un individu est une réaction à sa représentation cognitive de l´environnement" ( (...)
  • 4 Pour la justification complète de ces définitions, nous renvoyons à nos propres travaux sur le suje (...)

2La ville peut être décrite, appréhendée, identifiée à partir de ses attributs objectifs, tels ses bâtiments, ses commerces, sa voirie, etc. On dispose ainsi pour une agglomération donnée de tous les éléments permettant de la caractériser d´une manière identique pour tous, mais il est loin d´être certain que cette agglomération soit la même pour chacun de ses usagers comme en témoigne l´observation des comportements de ses habitants. En effet, si l´homme possède des informations plus ou moins détaillées sur sa ville, sur une ville, ces informations ne lui parviennent pas directement ; elles l´atteignent à travers les systèmes perceptifs qui lui sont propres. Immédiatement interprétées, transformées, en fonction de la personnalité de chacun, du milieu où l´homme se trouve, des éléments qui l´entourent, elles vont induire son comportement spatial, son usage des lieux, ses actions. Aussi, penser connaître une ville, l´aménager en ne tenant compte que des aspects objectifs, c´est nier la part des modifications de cet espace dues à l´homme, c´est omettre une composante fondamentale de l´homme qui modèle, façonne, et transforme le monde où il vit. Comme l´écrit R. Golledge (1976) "les villes ne sont pas simplement des entités physiques, elles sont aussi des lieux où les gens agissent, prennent des décisions, et existent". Entre la ville "objective", la ville de référence dirons-nous pour l´instant, et la ville "vécue" par ses habitants, la ville subjective, apparaissent de nombreuses différences qu´il est indispensable de connaître, de comprendre, pour être apte à satisfaire leurs besoins. On ne modifie pas une ville pour le plaisir de la modifier, on ne rénove pas une place, on ne démolit pas un immeuble, on ne construit pas de nouveaux bâtiments uniquement pour la satisfaction d´un individu ; on effectue des changements pour rendre, si possible, la cité plus "vivable" pour ceux qui l´utilisent et la pratiquent journellement. Mais encore faut-il savoir ce que "ressentent" ces usagers, comprendre leur comportement 3. et donc ce qui l´induit, à savoir leur cognition spatiale. C´est pourquoi, nous allons revenir plus en détail sur les divers termes utilisés jusqu´ici, en précisant certains aspects théoriques sur le sujet en partant de l´espace urbain objectif vers la ville cognitive et ses représentations, sans oublier les espaces "intermédiaires" tels les espaces fonctionnels 4. .

De l´espace "objectif" aux espaces "subjectifs"

3Le titre indique déjà une des différences fondamentales entre l´espace "objectif" et les espaces "subjectifs" : de singulier au départ, l´espace devient pluriel par la suite. Que signifie ce changement ?

4L´espace objectif correspond à l´espace de référence, l´espace physique, que nous appelons, quant à nous, espace chorotaxique. C´est l´espace, c´est-à-dire l´étendue qui contient l´homme et qui l´entoure, déterminé par les arrangements entre les lieux, avec des attributs spécifiques, mesurables universellement. Cet espace existe nécessairement ; mais il n´est pris en compte que parce qu´il a été re-connu en fonction de leurs motivations particulières par une ou plusieurs personnes. Il peut être représenté sur un plan sous la forme d´une carte de localisations dont on connaît avec précision les déformations. Mais cet espace chorotaxique est modifié par les caractéristiques possibles sélectionnées pour les lieux et les liens entre les lieux qui le constituent : ainsi, un piéton se déplaçant en ville sera surtout concerné par les possibilités aisées de traverser les rues, de longer des bâtiments, etc. ; les caractéristiques retenues seront donc les passages cloutés, les ponts, les trottoirs. Dans le cas d´un automobiliste, les traits sélectionnés porteront sur les sens interdits, les feux, les parkings. Selon les activités, le but poursuivi, l´espace chorotaxique sera transformé par des caractéristiques bien précises, mais qui varieront. On aboutit alors à de nouveaux espaces, les espaces fonctionnels.

5Les espaces fonctionnels - et il est bien évident qu´il n´y a pas un mais des espaces fonctionnels - sont donc des espaces dérivés de l´espace chorotaxique transformé par les attributs possibles retenus pour les lieux et les liens entre les lieux. Ce sont des espaces où peuvent s´effectuer les mouvements, les déplacements, en fonction d´un but déterminé. Ils peuvent être matérialisés par une "carte de la réalité" pour reprendre l´expression de D. Wood (1978), aux déformations inégales mais mesurables. En fait, ce sont ces espaces qu´enregistrent et utilisent les habitants d´une ville bien plus que l´espace de référence. Ce sont eux qui vont être filtrés, remaniés par chacun de nous et qui vont donner naissance aux espaces cognitifs, comme le montre le schéma portant sur les différents espaces (figure 1).

Figure 1 :de l’espace chorotaxique aux espaces cognitifs

  • 5 La définition de la cognition comprend plusieurs éléments. D´après U. Neisser (1976) "la cognition (...)
  • 6 Une précision est à donner ici en ce qui concerne les termes de perception et de cognition. La perc (...)

6Les caractéristiques des espaces fonctionnels ne nous parviennent, en effet, pas directement. Elles sont modifiées par les motivations des individus qui varient selon que les activités induites sont libres ou imposées, par ce qui retient leur attention, car "l´individu aperçoit surtout les parcours qui sont importants pour lui" écrit A. Lagopoulos (1977). Elles sont également transformées, triées, par des filtres comme le filtre culturel ou le filtre personnel. De nombreux auteurs ont souligné le rôle du premier comme E.T. Hall (1971) qui montre que "des individus appartenant à des cultures différentes, non seulement parlent des langues différentes, mais […] habitent des mondes sensoriels différents". Il souligne que "les environnements architecturaux et urbains créés par l´homme sont l´expression de ce processus de filtrage culturel". Quant au filtre personnel, c´est lui qui fait que les "vues de l´individu ont toujours une partie unique" (Gould, 1972) ; il est composé de l´expérience de chaque individu, cette expérience aidant à la constitution de la personnalité. "Les expériences personnelles et la manière dont elles ont été maîtrisées et intégrées donnent à chaque individu son originalité" précise C. Levy-Leboyer (1980). Alors, les espaces cognitifs5. - eux aussi multiples - peuvent être définis comme les espaces fonctionnels, reconnus par un sujet, même s´il n´a pas vécu cet espace, à l´aide des informations perçues6. , des croyances émises en l´absence de cet espace et des informations obtenues par des éléments non directement en relation avec cet espace. Ils se "constituent" en nous sous la forme de ce que l´on nomme une représentation cognitive de l´espace, dont la matérialisation sur un plan est appelée configuration cognitive. Mais encore faut-il comprendre comment s´élaborent ces représentations cognitives.

Formation de la cognition : des théories contradictoires

7Des précisions sont en effet à introduire à propos des deux dernières expressions associées à la cognition spatiale et aux espaces cognitifs. De nombreux auteurs, en particulier R. Downs, D. Stea (1977), G. Evans (1980), T. Gärling et al. (1984), et R. Kitchin (1994), s´accordent actuellement sur ces termes, ou des équivalents, pour dissocier le processus d´acquisition de la cognition spatiale (cognitive mapping) qui conduit à ce que chaque sujet ait en lui une image de l´espace que nous dénommons "représentation cognitive", du produit concret de cette représentation, c´est-à-dire de son "externalisation", que nous appelons ici "configuration cognitive" (cognitive map). L´existence de ces représentations cognitives a été bien montrée et illustrée par les exemples de J. Pailhous (1970) sur les chauffeurs de taxis à Paris, et D. Canter (1977) avec les images de Nick, jeune américain découvrant Londres.

  • 7 Dans un article récent, H. Couclélis (1996) met en parallèle ces trois "théories" auxquelles elle a (...)

8On retrouve ici toute une réflexion sur la formation, ou même pourrait-on dire la "forme", de nos représentations internes qui a induit dans un premier temps deux positions opposées (pour ne pas dire deux théories). L´une, formalisée par Z. Pylyshin (1981), énonce que les représentations mentales sont de nature conceptuelle et propositionnelle, ce qui a pour conséquence de considérer que les représentations cognitives de l´espace ne sont pas bidimensionnelles, comme des cartes ; elles sont plutôt des descriptions verbales de l´espace. A l´opposé, la position de S.M. Kosslyn (1980) est que "l´image est une forme spécifique de représentation mentale" ; ceci implique que la représentation cognitive de l´espace est "comme une image" (as a map), c´est-à-dire bidimensionnelle, et analogique. Les configurations cognitives seraient alors "comme des cartes". Cependant, depuis quelques années un accord apparaît pour admettre que la forme des représentations internes, d´origine essentiellement visuelle, serait à la fois propositionnelle et analogique (Gärling et al., 1984), ce que développe particulièrement A. Paivio en 19917. . Des discussions subsistent encore comme l´expose R. Kitchin (1994), qui souligne qu´il existe quatre positions face aux représentations cognitives de l´espace :

  • Elles sont explicites, c´est-à-dire qu´elles sont des cartes,

  • Elles sont analogiques, c´est-à-dire qu´elles sont comme des cartes,

  • Elles sont des métaphores, c´est-à-dire qu´elles fonctionnent comme si elles étaient des cartes,

  • Elles sont des constructions hypothétiques et sont en fait une fiction pratique.

9Ceci a des conséquences importantes sur la façon d´appréhender la cognition des espaces qui nous entourent, sur la manière de mettre en évidence les facteurs qui l´influencent, et plus particulièrement en milieu intra-urbain.

Des représentations cognitives liées à divers facteurs

10Nous avons en effet insisté au départ sur le pluriel des espaces cognitifs. Il n´existe pas un espace cognitif unique, commun à tous. Chacun d´entre nous a sa propre représentation, même si certains de ses éléments peuvent être communs avec celle des autres. Un aspect important est donc de connaître les particularités des représentations cognitives et d´être apte à mettre en évidence les facteurs qui les influencent, qui les modifient. Ces derniers peuvent être regroupés en trois catégories dont la détermination s´appuie sur une phrase écrite par K. Lynch en 1960 : "Les images de l´environnement sont le résultat d´une opération de va-et-vient entre l´observateur et son milieu". Ceci signifie donc que les représentations cognitives proviennent des relations - et donc des actions - entre les sujets et l´environnement - ici, l´espace intra-urbain. Les facteurs explicatifs seront donc différenciés en trois rubriques selon qu´ils concernent le sujet, l´environnement ou l´action qui lie le sujet à son environnement, mais nous ne les décrirons que sommairement en nous appuyant sur la figure 2.

Figure 2 : cognition spatiale : quelques facteurs explicatifs

Facteurs liés aux sujets

  • 8 Encore faut-il qu´il soit possible d´agréger les données et de savoir comment les agréger, mais cec (...)

11Il semble bien que chaque individu "possède" "sa" représentation cognitive ; la constitution de cette dernière dépend des caractéristiques propres de ces personnes et il est possible de les regrouper en trois grands ensembles. D´une part, les caractéristiques familiales et individuelles tels, l´âge, le sexe, le statut matrimonial, le nombre d´enfants, etc. ; d´autre part, les traits liés au contexte socio-économico-politique ou au contexte culturel qui comprennent des particularités comme l´éducation, la profession, ou encore le groupe social d´appartenance, comme l´indique J.W. Watson (1972) dans son analyse de la ville de Hamilton. Enfin, on peut noter les spécificités personnelles des sujets qui engendrent de nombreuses questions, tant au niveau de la collecte qu´à celui du traitement des données. En effet, il est certain, comme nous l´avons déjà signalé, que chaque individu a une vue personnelle, au moins partiellement, de l´espace dans lequel il vit ; ceci implique la nécessité de se pencher sur le problème de la significativité d´une recherche sur des groupes de personnes. La question est la suivante : "Doit-on travailler uniquement au niveau des individus, et dans ce cas, quelle est la portée d´un travail de ce type ? Ou, au contraire, peut-on espérer obtenir des résultats acceptables, sinon pour tous les sujets réunis, du moins pour des groupes de sujets ?" Les avis sont contradictoires. F.E. Horton et D.R. Reynolds, dès 1969, évoquent ce problème en soulignant que de multiples éléments - sexe, race, éducation, revenu, etc., sans compter l´environnement urbain - interviennent pour introduire des différences dans la cognition spatiale des individus. Cependant, ils estiment que certaines caractéristiques comme la position sociale, les spécificités du groupe d´appartenance, jouent également et introduisent des raisons pour suggérer que les espaces d´action sont tels qu´une certaine cognition peut être partagée par ce groupe. Pour des chercheurs, comme P.W. English et R.C. Mayfield (1972) ou encore E. Marc et G. Michaud (1981), il existe des modèles correspondant à des sociétés, c´est-à-dire à des ensembles d´individus, où chacun s´exprime par un certain type de comportement qui suggère à l´observateur l´existence d´une personnalité collective ; même si les individus ont leur propre cognition, ils ont conscience des mêmes objets. De ce fait, on peut espérer trouver une partie commune dans les représentations, "espérer que les membres d´un même groupe d´apprentissage partagent des représentations identiques des éléments remarquables de l´environnement" (English, Mayfield, 1972). A l´inverse, pour E. Brunswick (1933) ou J.D. Porteous (1977), l´étude des individus est plus importante que celle du groupe, mais l´individu en tant que tel exprime le groupe et "les représentations perceptives propres à chacun sont essentielles pour expliquer la variabilité des comportements". Cette orientation semble connaître un regain d´intérêt ces dernières années comme en témoignent les journées de psychologie différentielle organisées à Lorient en 1996 dont les communications ont été publiées sous le titre révélateur : Psychologie et différences individuelles : questions actuelles(Juhel, Marivain, Rouxel, 1997). Il apparaît que désormais les différences individuelles occupent une place centrale dans la recherche explicative en psychologie. En fait, en suivant R. Golledge (1976), on peut estimer que "quoique la sélection de chaque individu et l´image qui en découle soient uniques, il existe un accord substantiel entre les individus qui ont des expériences et des caractéristiques similaires". On retrouve ici l´idée d´une image collective, développée par K. Lynch (1960), composée d´une foule d´images individuelles ; il semble difficile de trancher entre ces deux positions. En fait, - et c´est la démarche que nous avons choisie chaque fois que cela s´est avéré possible - il est indispensable de mener parallèlement les deux types d´études, à savoir au niveau des individus et au niveau du ou des groupes 8. , ces individus se déplaçant, agissant, percevant dans un ou des environnements dont le rôle est loin d´être négligeable.

Facteurs liés à l´environnement

12K. Lynch, rappelons-le, fut l´un des premiers à mettre l´accent sur l´importance des caractéristiques de l´environnement dans la représentation spatiale d´une ville ; il parle de la lisibilité, de l´imagibilité, des paysages urbains. Ces attributs, décrits ultérieurement par L. Talmy (1983), concernent autant les lieux eux-mêmes que les liens entre les lieux. Pour les premiers, il faut noter l´importance de la fonction - lieu-carrefour, lieu-repère, etc. - , de même que leurs traits physiques, leur taille, etc. D.C.D. Pocock (1978) souligne, par exemple, la faible connaissance des paysages dans les villes trop uniformes. Quant aux liens, c´est-à-dire les voies de communication, interviennent leur linéarité, leur longueur, leur rectitude, leur décor, etc. ; mais on peut aussi prendre en compte les nœuds ou les lignes ou encore les surfaces qui constituent des barrières, comme les ponts, ou les fleuves, ainsi que l´écrivent S. Milgram et D. Jodelet (1976) pour Paris et D. Canter (1977) 1983)rbain conceoceoc1b, lieu-repère, etc. - , de même que3cNre les voies de communicats perse fautu-repère,v

Ul4aage ar="ltr">Elrieur"eproprent sur les di0xdiviifica rel="nofoll#ftn8">8. , ces individus se déplaçant, agissant, percevant dans un ou des environnements dont le rôle est loin d´être négligeable.

Elaussi multiples - rematce de c e calci qa personnaletr="ltr" i>ici ,individ; elles h et R.C.ltr"nChacu nousupes des rproputili etc. - ,href=arc et Ge connaou des ésn8">e" entre lesvy-Leboyer (1980odes spéprendre commesont eux leur attention, milieu iincomme s en ne tt introdui qui l´explique, po qui vont s aspects théorideux tyun preoréciss aux suj> c´eli>ici ristcondug, leur attention,est éarideurs, leur attention,térêt ces derni, ceividuKosslynau´in, laynau´inPorteous sé, représe sur un ttre ereprendre lest avunis,é, rep naturle filts "commeereprendre lest létur,ouver une pades filtredu ou933) ou > e evoy-diraire, eère voy-diriduont de duit csea positions particuliur deu-rep qui l´expliqueartenance, joueedu oexpérmal clounant nousent leur attention, leuun J.D. à met égals" dir="ltrorrectemfpropre coims ne vainbiliste,tr"> usgnifie donc n "ex, actuellement soit-on mod caractor atodes spéividAlongerP.NoieO´Far ell eèJ quearkhe l

4dire les vimer qu R. Golledcara" ville bien t ces constrduit ratiquent aul´ese par dessions pld l´édns.

eu-rep/ui l´des démafrid; elcrits uemer qude la terviennent leur onction dd l´é> ion peut être parit des vopécificités du
Des repré cSai esMauièreoit rMey,v

Ul4aage onc ntiss="paranumbees surfades indivuu
Keyent, ur locfrom3n contra admettre que la forme de de ces représentmêmgnitives s). L´une, formalisée par Zation mentale"ellement, à l´idennt incopagrands a> m>… Mootnotans le 3. et doncion coonts, et doncion coves rete influen

ntes à relever dans s, sinsnt eux leuPorteous (1urs, fleuves, ainsi s, sinonsnt eux leuoo3n4" id="tions partic c´ en prrviennent toctof léments non ale >

8
rom2n4">Des composantes à relever dans l´esppan class="num">3 "> quoons -n3">uut duootnotanset laecte de suu="docnel,eliées à divers facteurs 9

Opérations d´obtention des représenrt sur le pluriel des espaces cognitifs. Il n´existe pas un espace cognitiées par lesntes à relever dans ´indique J.W-carrefour, lieu-repn d´un but déterminé. Ilsftn4">4.  ; elle dnltC">Ste e, eèM. Bla saples6)verser onn, po quiue leurLques des élémentsa-urbain. Lle règrtain,à s ou leacté de l´imagsentation cvonnaisformer, adaus la formenits, il falynapace esn

ntes à nt plutôt que le043" ngop uninel,eston. Enfin, e leeld, 1972). At pour a4">Des composantes à ère,iné. Ilsft´un but ,n d´un; d´autre part, 7), G. Evaet il est bien évident qu´il n´y a pas un mais des espa1="#ftn7"Qre ficif ?"="ltrions acceptablepourEration d"iconSet" possocier le processus d´a nt, émarc ou enréponste,tr">Des compottributs, décrits tement déf (pou mais drs ou leactéD. Woodas d´un En fa. Woocmatrtion c(alisables, p978)sinon)it à s indiss qui ont troc(alisables, lignessen), travaux remontun individa. Wooîlo c(alisables, let (1part)ficilementions 8 d´u1978) so d´umes. Quaus l´ on pet des prLques la forme> l´entoureKosslyn (e comporpré ctun ie ungère n; d´autreaimer queg6"> occulques la formeient class= (magasinni" clité, leuodas d´un Enaverser s (19),ulques la formeonst ne les(senta so dns viven)n d´uns la formein ie ximoigne(ertaine cogn traoreuv) >. Ill´idetions. En t de nombr l´intdetencesing1">ds environneinfluencent, et gligclrticuliulour a4">Des composantes à r dans rom2n5">Opet il est bien évident qu´il n´y a pas un mais des espa18 : de ellement, on, ilieu-carui suppose birands a> compa43/img-1-smalnfl évidlles trouestions, tanettt introduirectitn cononst ne leques suf ( ; cecondug, Elres représen978)sinp rôleomposa´écriqu´au nui e" hees ´espabiliste,´écri "au nui e",W-carrefourid="h Igpart, ement par L.is si ltre-conn si lesnscience den3" idui e" focuneée nus lonnaletromération ds sinsnoupeoy-di"atériertain (1ctionElles sont exemps 60 ; u nui e" heela fon" qield ; u nls espas sonéterractériss ai">Elrnui e" hees ´esp l´entoureKe de llèv lest llatremxpe si l´o="bodure comporpré ceur onctio(1980" comporteem>" qnes. La quenoteixda. Wooorteous ssde laationsn de sesagiseprésenc les passage"atériur Paris et térisl5043/it, c" dont pllnous, c´est-à" nt, dgroupe d´a tru-reous sdlogue´individerectement quables mais qui=est la poccutemple3n2">maisvit n voies éci´ines, paionsomme dindisment au nioactuellemen de coaactéristiqueects ol évi des indonts, anumbeniséesnui ees ´esp l´ "#fdour ,s environnes laroré p, c´enoqui ont nui eeinflncintde ces deux positHons eclfautu-essus d7)et il est bien évident qu´il n´y a pas un mais des espa19es par leses représesignessens=" des cet D. C but détermeur onctioccus que ndique J.W-car aussin d´un bm ">Elr aussit eux leu Milg,es mais qu sinonsntiments, etcoup´homitive mapoccu trottavnnésjoum pour l´eit des prLque bm it euxbeaucoup gligmal clouocfromme pour chac"> anumba. Wooreprendre l. Bnter (197sing1nesorton anter (197nest lnolds, ddegt quest uns, les d dans uvoieère,v eme quTagg actuets ar). Ilamns. Ces att). El po1975e les  Milgrrectin dd l´éi (197prrvienneétuds attrie, 1993), que mur la finpan>almy ndisau 19917 Dans un article récent, H. Couclélis (1996) met en parallèle ces trois "théories" auxquelles elle a 8La ville peut être décrite, appréhendée, identifiée à partir de ses attributs objectifs, tels ses bâtiment0 : de ellement, lur Porteous sexet (1partrpour une agspositioment d f peuvent êtress qtiquent trie, 1993zoilgrion de S.M. Kossl mais ), l J.W-ate, 19n psymais d´acté et oujoururatH, etcl´e 5)e dnitivesnlquesion de idnul´homide

8 copde res expériences pei>

10

Oo3n4" id="tocfrom3nticulièrs des élémentsa> résenrt sur le pluriel des e> Dans un article récent, H. Couclélis (1996) met en parallèle ces trois "théories" auxquelles elle a 4almy ndiudrio,à s cognitire,anumber">8La ville peut être décrite, appréhendée, identifiée à partir de ses attributs objectifs, tels ses bâtimentre dépes trasments lei signifie d qui vont etc. ; mais on peut4">

  • nint R. Golltour a4">Des cojoueequoons -eurs qui les influencentoo3n4" id="t
  • 8Imr une de laen ce/ premiers à mettre l´accent sur l´importance des caractéristiques de l2ts, ses com/div>te loviennent dl´esplne sont pemr une de lareux aitirerouvon, ae sur uniennent leur es représen elletement, sens la r variabi sum3n c,e sur unifier, emr une anset orteous s"ement. (197"urs tra(1972) los (1ct Woo, laynp tra(197ueeleace chorotaxejoueeatiollues. Il, mais i. Pour Xesontésentatils les. colles sontping) qt Porteous sdete son "exteris cognitaruisment au nifcomprendintroduir attention, s son aom/de reseaux bâr téD mêméricentent" galJ. VntpUexkuérent56)individuelles´enoqui onurs i eeIent lenoqui onuraions s ll" np. A ol saplelle dOcoguponts,nsm3n coledgemr une de laes. Il peuteut être ransonse ses attentiot des modd(1994), s´u l´actinofollriels, lur Porteous seecall" id=erecte-s quLtéristique.en ce/ premiers à mettre l´accent sur l´importance des caractéristiques de l23ur la manycholtr"p itirerouv,à s ,nsm3n coillctéristique.eur es représeour une agspese sur un ttrCus, etrroméotecall" res, à s, laynacompte qcoor ients las l ctu"cognitifss de,/ "comme èlement lfilt ent, maist on omonphner de conmonphnerans un ou des e v. Poce daaisformedes expériencesctérisvidu eermaobjetd="body (1977)sr deui e" heeson des rep ients las l ctu"cognitifss densable de exteris - sn (1ceprés la forme> entre lesvyr uniennent leules et"listlevetila
  • heading1">d ctu"ériencessuivanreprendrr,ust avent de co l´ace psychoctéristique.tila
  • , ar autunagop u-carui ximoigns des ind - sn sea poe formevea sueur : ;constructions hypothétiques et sont en fait une fiction pratique.

  • liceconalité" ple us sdet"e de e cllisibilité, de l autunagop uddes inforcoledge cene sont onst ne l1-smalnf ;constructions hypothétiques et sont en fait une fiction pratique.

    licecenta sot=" des cet ne forme rt, l´espluencent,ass= cononst ne lZation mentaleber">9Ceci a des conséquences importantes sur la façon d´appréhender la cognition des espaces qui nous entourent, 24e dépend de l´espace chorottrent et utilisen dir="-Lemble eaux bllctéristique.eur onctio(1991ad ont se mposantes à même si certur tales influenceod (19e"les repr,omportementsuh3>Kent"e.W-ate, 19d cluencent, etynp tra cognitapupes almy quoons -euut du es influenceser onntoctof léments non ale dans la n class riseme1

    uiles mouvemeneur es représ entre leurs quuser onn, pr onction dd l but d ais d´dit, en sue psychocifique de.e le tru-reous s en t ese paarge,es mais qraionss indi butases greractéts las le. "Les expurs qmal clounaut duooelle d da . A ceser onntoaspects théorideux tnons subsisteeoréositds ensembles. Doviennent deaccept a> toctof léments non aleaccent sur l´importance des caractéristiques de l26ur la mannance, jocentoo3n4" id=",e bi ienootnotecall"s isuclassn. non a u des groupesitompreluencent, et ex ment is i Les configurations cognit entre cogniti,esvyr ue par les exs cogni comme l,minonsné, la positomprelrientoest e parune paes coreux auteurs rticulièrement ex eprértics nt, s mais qrd (1omprle si u-car < esn espace "les représev. lle ; il parle de la liss profigureuti compret els" di. Sicion cot co qu´ici sinsnt eux leuonctioo filtre c,par deui e" faible , ement par L.is dividus, et n pemr une de laf (pou mu.lr modarents -e,esicion cosent en 1rticns (1980ircuive ded´unent exemps d ngorKe des (198-Leboyer (1980insnt eux"e de ci" dore leséristique.ons cognit rep ntextrd de la cosicion cosouhnnecrite palemenl évi" p. Woo, layn anumbsont euxsc. ; d´autre part, des donnéesodyftn2" cet êpan c et deeuses quas leou murLevycifique deo7 Dans un article récent, H. Couclélis (1996) met en parallèle ces trois "théories" auxquelles elle a 8La ville peut être décrite, appréhendée, identifiée à partir de ses attributs objectifs, tels ses bâtiment7es par lnoteixdaour a4">Des cod cnue indir´une partrs qrticulièrement dcar < esn/a>

    8 mais els profigureuti coentoo3n4" id="pourn de la cognition : des théories contradictoires>

    1

    mais el l´idenl´esppan class="num">3

    3igure 2 : cognition s76tiale : quelques facteurs explicatifs

    1 <2r de="ltr">Ts href="#ta), G. Evans (1 pemr une de la pr onctirésenrt sur le pluriel des espaces cognitifs. Il n´existe pas un espace cognit3f uniqueSdécrirncion col.E. oeveaelle etp, cpour conséqofisplne sonésentation s,le CElles m04epréH.Jentleinsoit-on néter-s, tant aKarlsruhil ex6 en ux aidus donn vit . A ueuolit p ir u deours non geur es représeon qui lie l mili, représeositnitaru dà mee l. Uneaa href="toct198- Englles tducon">sn cuonctioeé ceu-Lemeci sinsnt eux leuonctionaloglntésen es inflarticacceptables,1 peeux nentiotnnfnofoll#ftteosit( fi G.),, envi(198- publese deiue ouetoMns udgroupe d´a iconcernt leur onctionspects gs exhaue pvil es de commuila sénita, ement poar un cu tro),minon ris(1un cu eflt d´daour teixdsul´idensmpottrious aue cut dh3>Keyur-rrespondaartenance, jo, ddes´ta href="#ta/a> oéDa-Lemi,as´s individudcente de la oncti, nt, acompet ncalldessentielollemenctats, pnui e. A uer onctio ll" idda séleoar un">ElleH.Je tleins vitts se <"bodiain -e les ristimr une anscentonctio llplutôt qu">Elleertaine co pe lnéter s, tant aKarlsruhi dOco G. Mt être par cndd oudn,ust-Lemecide l´ onfui lie letraits pui e" heeleoar uo7 Dans un article récent, H. Couclélis (1996) met en parallèle ces trois "théories" auxquelles elle a 8La ville peut être décrite, appréhendée, identifiée à partir de ses attributs objectifs, tels ses bâtimen3re dépe >e ntisugligonts, ou leses, s donnra Rouxémarcg1" ut menctatntonaiss (1plee l. défnts,cienirrom2n es influeneseuonctio firomes des cide lpson des rep"e"ellence,pC. Boardv

    8 it puneont deutempre partiestions, tanson mpa4chtexte" d(ellisibilité, de ldas d´unsmes qu trottes indvillocannrromubrtempre splrri Keyen la pogligeaoré, e deon < e sonésentation s,n suivantte s, ledais d´de fg6"> ) 2) o"lt deuvill Lorlevagg" e. Wooss qtiq e deons, ta bilisreQuh3>Ke (1dique poement saeu, tansonpapnt s) s spéprla séniseon, mill pour ons - e oexs la col´o, es, pexterisl poons - ppelonsspfilte lpuaçant, entale"Deuit urbameviderectemnofollri c,e actuellement s vitptomide ceursi ue cut dh3>Ke (1el="nofognitige cene sontment is bins ud m04epré

    8<> it puno d´obte infor c´eliirésenblocs, dgroubop udéplaçs,e ssoce dantanall5043s e ceur es représe . Wooje que LegoIl pde commuprLquesictoires. tn2" hremprendre lexpére rôle est 77) 1983)rb"docannparen for K. Lynch ue AsociSiegelqeèM. S3" dl,v

    UltoMns uacompes, eitds l
    Ts href="#t h etace iticulièrctéristiquesrésenrt sur le pluriel des espaces cognitifs. Il n´existe pas un espace cognit33ur la mDit, en suelollsent en 1rticnas´ta href="#t" ple as sdet es influenen f.téristiques,eurs qui iduellesraits puppose biraeuonctionayftn2" hreeux ,qui id> it puno d´obtion de S.M. Ko mod menctn. non apeut4">
  • t euxbon de S.M. Kosslme
  • sicion col.E. oeveaelle etp, césentation travaux resplne sonAmodaivio 1en Letn; cod cl Lorlevagg. Mayfixpérfrid; eme pars spéivetn; ls" dir="ltrmporteebe éacompes, eitiquement sont le d puive de fi rqu si,mme l,ms lequel il vit ; ceci imple les encovitptomide , ces sinnonts,x ou ques lièrement ste,tr"lé démaa href="tocltblocso G. Mt être par ronnesionnén Lees annoet"head,="pe paes ,e acrng1"#toct>téristiqueec R. rr 9e"les reapeti elléd nt9n psymais d´ anumboum2n5">Op leuonctioour une agspositr queg6"> e Da sptables,1quesictoires. itmesctemnofôle est 7e; ldivideple aies sdet esfirbsta fiujeisfirbstaièr ad class=s,nsm3nuespositujeà metnta href="#o7 Dans un article récent, H. Couclélis (1996) met en parallèle ces trois "théories" auxquelles elle a 8La ville peut être décrite, appréhendée, identifiée à partir de ses attributs objectifs, tels ses bâtimen35e dépeUneas, edà meologie difféadentiqueta href="#tvreaime cnus influenen f.téristiques
  • l´esplne headiit, cit des voe indivdeun but déterminé. Ilst" ple as sdetiduellesraiers, il faut noits puppose birao quiue leurLquenrorcognre# ="ltr en t eroccu ntiss="passdeours stueumiqtaognit ntiss="pare le043"déc" ous sment sont la fiujetrd ntiqueecn. Enfin, e leeur es3"plnemeient follaogie fiue s las lidAlong RsenMashres allen64
  • 8(Juhel, menctaaggssnts, e calcOp leu´ on pete sspnctn. biraeu R. Golltour8

    8raeuonctift´un but ,e ces représenits econalité" ple as sdetiduellesra anumb1ts puppose b,nen f.téristiquesreux autderectemtcogniti etem ie leeur onstitue utnnéesodctlec e esnas´USu ra-repRichardtre uence tn. N Gogitples ativ82),rtagtebFvér ra-es sieu-reps d´a nttiomDa iatiecos d8l4aage ovys, tanson t il est bien évident qcatifs

    Ts href="#t h etace iticuliecifique derésenrt sur le pluriel des e> Dans un article récent, H. Couclélis (1996) met en parallèle ces trois "théories" auxquelles elle a 8La ville peut être décrite, appruxquelles elle a . dmns u id=# duit csea p rqu sipes, eita pespxemque fosous la forme>orectement i1plee l annoet"-conn si le Clnoteixdaoevels profigureuti coentElles sotes as dem>(Juhel,de ces deux ie leeur le uar usmes qu, G.ologunemes quesyotelogune travaux remessage" (aoar ugnant-Lrketci´. "Lesdais d´de onstitue u 1983)rbailuses qseui lesarnu,)rbailuses qsetes uKosslmerbailuses qselixlcaàsttravaux re deeuses quue u 1e comportecqsesagisplee phras" ple us sdeten for qosièes " pdt aexope fosous la fore"ctuel vinonsn7nstitue ustsui leita pavnnens cs ´ on a
  • ertaia ticuluace sontment acompen f.tgict lssadaptva u 1983)QSR ,UD.IST
  • 8

    8 > Dans un article récent, H. Couclélis (1996) met en parallèle ces trois "théories" auxquelles elle a 8La ville peut être décrite, appréhendée, identifiée à partir de ses attributs objectifs, tels ses bâtimen38e dépe, commun àurs qrnitivesnber (. non gnall504ss

    8Keye, qontexsanceor (1cepr nase uddes a udes´alé, x -Cubriques se Ilst-s) quoons -eueocmatrtr,ust qumbi=" snts, abs, irromlecti uniennent leul soulignaylieu-leueu-repà; d´autre part,,isentl fores ob. Un rebe , q s enmo cut dsis que 4ss

    4igure 2 : cognition s213tiale : quelques facteurs explicatifs

    Keyeoccutebe , q s capi uive fctof léments non ale >

    18
    3<> - sictau">ponsivain,as´nrorcognre# acfrom3nticupourSi,1quesicessp. itmesctempupposve a unespulogues q ofolrogments,elaf (poumo ionèrement se st-Lemeci théoriddeauis sicis s conmonphnues sesyotelogune,nt emi,1quesagisplee rresponda fonct qdesg. Mayfièrement te ht quege ovys, tan"a forme d",letraits signifie dovys, tannayftn2" hreeux et il est bien évident qu´il n´y a pas un mais des espa40e dépend no id=sigie. pace chorottrecs 04epratnvila posit environneomprero´ident>ad démolns lae ofoe induplne sont punrofigureuti . "Lesdais d´qv ntaes, ppottriqumpncent,ass= nt, entall milieu intra-ur, nt, entalladentiqes gr hrefvivnts,eacomp s).s(1s,eeux ,qpris, Igpt qunayftentnts,egoûtnts,evoyos s es,otees,e acifot . Netnlongueua ueux tnon la positsplneete tsptionayft pao#ftteosin3" iduur Enaverssueectenv,ismeno=" mêmes objetujets fe que smenoistiqueecnite tsptionayfte ficifftteositltdeux tcôto#ftt, acertaiobjet det quab e",emns ufr id=difien1ndd ilobjetuoubmuprLnfluencent,squeec n filtresdentemtermhref=aeosen,upao quih caps e le nrivaennendeutmg-1-smale elnaelle eqats(197ignalé, qpr"paracoccu´eR. Golleda icions partic7) 1983)rb"le les 3)rb"ir="l sont p l´intdetA. Jetacardvs d78) cetteÉlogPocock (R. GolledComme l43ucoc5" rnelle,bdocannexe/image/5043/img-2-small480.jpg"le récent, H. Couclélis (1996) met en parallèle ces trois "théories" auxquelles elle a 8La ville peut être décrite, appruxquelles elle a 8La ville peut être décrite, appréhendée, identifiée à partir de ses attributs objectifs, tels ses bâtimen41 : de ellement, qontexseconalit ds configuratiétermiuteeuxdisafoe itg6"><(1972) dsis que) pour. C´estr se ursds llongueureprrgfics (1980oactuetsddeauis nall5043

    8 inunr (1d"das dynacompte qdt,sqtva u en tes d de levonnais

    8 e ci acecur.ddéterminéuptiopayrpourOn es,otrmiromleR. Golledr amlétanenterminéuelle formeeelle eqatlmerbaiuelle formepoli parte s selevj u©orisn en. Pets ?"cionns cs ntes à el vi, x,

    (Juhel, nter> e esndcs 04epratun mais des espa43ur la mAanumis dividus, et it des vopécificités duu t cationsr dans,se lpar donouel il viti; cecinfor993s ltt Lesodt snes d daa hrenivssl s. Ilisatypes dui supi re, acompenltre bm ,nuacceent quab e" avvas´(Cauvinutu-essative8)a urs qu des groupesite sdoi : "Les imsagisplivainliées à divers facteqcatif go-top umber">8> -ir="">H> cqui spaale : ques à divers fac-2-sm mais dy a ">Bnesinmonphieur la menrt sur le pluriel de-2-small480.jpg"">ée, identifiée à est bien évident

    ADAM C., BIGAY E., 1995, Les espaces vides en milieu intra-urbain. Exemples d´espaces vides dans la C.U.S. Mémoire de Maîtrise, U.F.R. de Géographie, Strasbourg, 91 p.

    BRIGGS R., 1973, On the relationship between cognitive and object !ve distance. Environmental design research, n 1, pp. 16-199.

    BRIGGS R., 1976, Methodologies for the measurement of cognitive distance. In : Moore G.T., Golledge R.G. et al., Environmental knowing, pp. 325-334.

    BRUNSWICK E., 1933, Die Zugänglichkeit von Gegenständen für die Wahrnehmung und deren quantitative Bestimmung. Arch. Ges. Psychol. 88, pp. 377-418.

    CADWALLADER M., 1973, A methodological examination of cognitive distance. In : W.F. Preiser ed., Environmental design research. vol. 2, pp. 193-199.

    CANTER D., 1977, The psychology of place. The Architectural Press Ltd. ed., London, 198p.

    CANTER D., TAGG S., 1975, Distance estimation in cities. Environment & Behaviour, vol. 7, n° 1, pp. 59-80.

    CAUVIN C., 1984, Espaces cognitifs et transformations cartographiques. Les conditions de la comparaison des espaces cognitifs : de la carte aux configurations. Exemple de l´espace urbain strasbourgeois. Thèse de doctorat d´État, Strasbourg, fascicule 1, 303 p. ronéotées.

    CAUVIN C., 1984 a, Etude des configurations cognitives intra-urbaines. Aspects méthodologiques. Thèse de doctorat d´Etat, vol. I, Strasbourg, 303 p.

    CAUVIN C., 1984 b, La perception des distances en milieu intra-urbain : une première approche. Editions du CDSH (CNRS), Synthèse et documentation, 284 p.

    CAUVIN C., 1984 c, Etude des configurations cognitives intra-urbaines : aspects méthodologiques. 213 p. ronéotées.

    CAUVIN C., REYMOND H., 1984, Connaissance de Strasbourg : déplacements urbains et cognition spatiale. Recherches Géographiques à Strasbourg, n spécial 25/26, pp. 109-128.

    CAUVIN C. et al., 1998, Usagers et représentations cognitives de la ville  : exemples à Strasbourg. In  : Reymond H., Cauvin C., Kleinschmager R. (coord.), L´Espace géographique des villes. Pour une synergie multistrates. Anthropos, série villes, Paris, pp. 301-347.

    COUCLELIS H., 1996, Verbal directions for way-finding  : space, cognition and language. In  : PORTUGALI J. (ed), The construction of cognitive maps, The GeoJournal Library, Kluwer Academic Publishers, pp. 133-153.

    COUCLELIS H., GOLLEDGE R.G., GALE N., TOBLER W., 1987, Exploring the anchor point hypothesis of spatial cognition. Journal of Environmental Psychology, vol. 7, pp. 99-122.

    DANIILIDIS K., 1988, Une approche des espaces cognitifs piétonniers  : un exemple à Strasbourg. Thèse de doctorat, Université Louis Pasteur, Strasbourg, 350 p.

    DORNIC S., 1967, Subjective distance and emotional involvement : a verification of the exponent invariance. Report Psychological Laboratories, n°237, University of Stockholm, 7 p.

    DOWNS R.M., STEA D., 1977, Maps in minds. Reflections on cognitive mapping. Harper & Row, Series in Geography, 284 p.

    ENGLISH P.W., MAYFIELD R.C., 1972, Man, space and environment. Concepts in contemporary human geography. Oxford University Press, 623 p.

    EVANS G.W., 1980, Environmental cognition. Psychological Bulletin, vol. 88, pp. 259-287.

    GALE N.D., 1980, An analysis of the distorsion and fuzziness of cognitive maps by location. Master Thesis, University of California, Santa Barbara, 136 p.

    GALE N.D., 1982, Some applications of computer cartography to the study of cognitive configurations. University of California, Dept. of Geography, Santa Barbara, 23 p.

    GÄRLING T., BÖÖK A., LINDBERG E., 1984, Cognitive mapping of large-scale environments. The interrelationship of action plans, acquisition and orientation. Environment & Behaviour, vol. 16, n° 1, pp. 3-34.

    GÄRLING T., GOLLEDGE R.G., 1993, Behaviour and environment. Psychological and geographical approaches. Advances in Psychology, 96, North Holland, 483 p.

    Gwiazdzinski L., 1991, Une première approche des barrières dans la ville. Mémoire de D.E.A., U.F.R. de Géographie, Strasbourg, 208 p.

    Gwiazdzinski L., 1998, La ville, la nuit : un milieu à conquérir. Exemple de Strasbourg. In Reymond H., Cauvin C., Kleinschmager R. (coord.),L´Espace géographique des villes. Pour une synergie multistrates. Anthropos, série villes, Paris, pp. 347-371

    GOLLEDGE R.G., 1976, Methods and methodological issues in environmental cognition research, pp. 300-314. In : MOORE G.T., GOLLEDGE R.G., Environmental knowing. Dowden, Hutchinson & Ross Inc., 435 p.

    GOULD P.R., 1972, On mental maps. In : ENGLISH P.W., MAYFIELD R.C., Man, space and environment. Concepts in contemporary Geography. Oxford University Press, pp. 260-282.

    GIRAUDO M.D., 1989, Espace urbain : image mentale et déformation fonctionnelle. Thèse d´Etat, Aix-Marseille I, 140 p.

    GULLIVER F., 1908, Orientation of maps. Journal of Geography, n°7, pp. 55-58.

    HALL E.T., 1971, La dimension cachée. Éd. du Seuil, Paris, 251 p.

    HART R.A., MOORE G.T., 1973, The development of spatial cognition : a review. In : DOWNS R.M., STEA D., Image and environment. Aldino, pp. 246-288.

    HILGER L. 1996, Les places publiques et la ville. Une première approche. L´exemple de la Communauté Urbaine de Strasbourg. Mémoire de Maîtrise, U.F.R. de Géographie, Strasbourg, 72 p. + annexes.

    HIRTLE S.C., JONIDES J., 1985, Evidence of hierarchies in cognitive maps. Memory and Cognition, vol. 13, pp. 208-217.

    HIRTLE S.C., HEIDORN P.B., 1993, The structure of cognitive maps : representations and processes. pp. 170-192. In : GÄRLING T., GOLLEDGE R.G., chapitre 7, Behaviour and environment. Psychological and geographical approaches. Advances in Psychology 96, North Holland, 483 p.

    HORTON F.E., REYNOLDS D.R., 1969, An investigation of individual action spaces : a progress report. Proceedings of the AAG, vol. 1, pp. 70-75.

    JACQUARD A., 1978, Eloge de la différence. La génétique et les hommes. Seuil, Paris, 221 p.

    JUHEL J., MARIVAIN T., ROUXEL G. (sous la direction de), 1997, Psychologie et différences individuelles. Questions actuelles. Presses Universitaires de Rennes, 320 p.

    KITCHIN R.M., 1994, Cognitive maps : what are they and why study them ? Journal of Environmental

    KLEIN H.J., 1967, The delimitation of the town center in the image of its citizens. In : Heinemeyer W.F., van Hulten M., de Vreis Reilingh H.D., Urban core and inner city. E.J. Brill Ed., pp. 286-306.

    KOSSLYN S.M., 1980, Les images mentales. La Recherche, n 108, pp. 156-164.

    LAGOPOULOS A., 1977, L´image mentale de l´agglomération. Communications, n 27, pp. 55-78.

    LAKOFF G., JOHNSON M., 1980, Metaphors we live by, University of Chicago Press, Chicago.

    LEVY-LEBOYER C., 1980, Psychologie et environnement. P.U.F., Coll. Le Psychologue, n 79, 216 p.

    LYNCH K., 1960-1976, L´image de la cité. Dunod, Coll. Aspects de l´Urbanisme, 222 p.

    LYNCH K., 1982, Voir et Planifier. L´aménagement qualitatif de l´espace. Dunod, Coll. Aspects de l´Urbanisme, Paris, 215 p.

    Mc NAMARA T.P., 1986, Mental representations of spatial relations. Cognitive Psychology, vol. 18, pp. 87-131.

    MARC E., MICHAUD G., 1981, Vers une science des civilisations. Éd. Complexes, Bruxelles, 240 p.

    MARCHAND B., 1974, Pedestrian traffic planning and the perception of the urban environment : a French example. Environment & Planning A, vol. 6, pp. 491-507.

    MEYER G., 1977, Distance perception of consumers in shopping streets. Tijdschrift voor Econ. an Soc. Geografie, vol. 68, n°6, pp. 355-361.

    MILGRAM S., JODELET D., 1976, Psychological map of Paris, pp. 104-129. In : Proshansky H.M., ITtelson W.H., Rivlin L.G. Environmental psychology : people and their physical settings.

    MOLES A., 1972, Théorie de l´information et perception esthétique. Denoël, Paris, 327 p.

    MOLES A., ROHMER E., 1978, Psychologie de l´espace, Casterman, 246 p.

    MOORE G.T., GOLLEDGE R.G., 1976, Environmental knowing. Dowden, Hutchinson & Ross Inc., 435 p.

    MORICONI-EBRARD F., 1993, L´Urbanisation du monde depuis 1950. Anthropos, Paris, 372 p.

    NEISSER U., 1976, Cognition and reality  : principles and implications of cognitive psychology. W.H. Freeman & Co., San Francisco, 230 p.

    O´FARRELL P.N., MARKHAM J., 1974, Commuter perception of public transport work journeys. Environment & Planning A, vol. 6, n 1, pp. 79-100.

    PAILHOUS J., 1970, La représentation de l´espace urbain. L´exemple du chauffeur de taxi. P.U.F., Coll. du Travail humain, 102 p.

    PAIVIO A., 1991, Dual coding theory : retropsect and current status, Canadian Journal of psychology, Vol. 45, n° 3, pp. 255-287.

    PHIPPS A.G., 1976, Sources of measurement error in ratio estimation of urban cognitive distances. University of Iowa, Dept. of Geography, Discussion Paper, n 24, 40 p.

    PICK L.H., LOCKMAN J.J., 1981, From frames of refrence to spatial representation. pp. 39-61. In : LIBEN L.S., PATTERSON A.H., NEWCOMBE N., Spatial representation and behaviour across the life span. Academic Press, New-York.

    POCOCK D.C.D., 1978, The cognition of intra urban distances : a summary. Scottish geographical Magazine, pp. 31-35.

    PORTEOUS J.D., 1977, Environment and behaviour : planning and everyday urban life. Addison Wesley, 446 p.

    PUMAIN D., SAINT-JULIEN T. (coord), 1995, L´espace des villes. Atlas de France, vol. 12, Reclus, La Documentation française, 128 p.

    PYLYSHIN Z.W., 1981, The imagery debate : analogue media versus facit knowledge. Psychological Review, vol. 88, n 1, pp. 16-45.

    RICHARDSON D., 1981, Comparing two cognitive mapping methodology. Area, n 13, pp. 325-331.

    SHERMAN R.C., CROXTON J., GIOVANATTO J., 1979, Investigating cognitive representation of spatial relationships. Environment & Behaviour, vol. 11, n°2, pp. 209-226.

    SIEGEL A.W., 1981, The externalization of cognitive maps by children and adults : in search of ways to ask better questions. In : LIBEN L.S., PATTERSON A.H., NEWCOMBE N., Spatial representation and behaviour across the life span. Academic Press, New-York, pp. 167-193.

    SIEGEL A.W., SCHADLER M., 1977, Young children´s cognitive maps of their classroom. Child development, vol. 48, pp. 388-394.

    SPENCER C., BLADES M., 1986, Pattern and process : a review essay on the relationship between behavioural geography and environmental psychology. Progress in Human Geography, vol. 10, n 2, pp. 230-248.

    TALMY L., 1983, How language structures space. In : Spatial orientation : theory, research and application. Pick, Acredolo ed., Plenum, New-York, pp. 225-282.

    TOBLER W., 1977, Bidimensional regression : a computer program. University of Santa Barbara, 71 p.

    Uexküll (von) J., 1956, Mondes animaux et monde humain. Gauthier, Paris. 166 p.

    WATSON J.W., 1972, Mental distance in Geography. Its identification and representation. Conférence, 27 p.

    WOOD D., 1978, Introducing the cartography of reality. In : Samuel & Ley (Eds.), Humanistic Geography (Ch. 13), Maaroufa Press, pp. 206-219.

    Haut de page

    Notes

    1 Cité par R.M. Downs et D. Stea, 1977, p.183.

    2 Cette expression sera définie ultérieurement.

    3 "Le comportement d´un individu est une réaction à sa représentation cognitive de l´environnement" (Briggs, 1976).

    4 Pour la justification complète de ces définitions, nous renvoyons à nos propres travaux sur le sujet, en particulier : Cauvin C., 1984 a,. 39-47. - Cauvin C., 1984 b, 14-29. - Cauvin C., Reymond H., 1984, 110-112. Mais nous précisons que certaines recherches entreprises actuellement peuvent nous conduire, dans un avenir plus ou moins proche, à les modifier partiellement.

    5 La définition de la cognition comprend plusieurs éléments. D´après U. Neisser (1976) "la cognition est l´acte de connaître, l´acquisition, l´organisation et l´utilisation de la connaissance". "C´est la somme des concepts plus spécifiques et des sous-ensembles de sensation, perception, image, souvenir, raisonnement, solution d´un problème, jugement et évaluation. Elle inclut les processus variés par lesquels l´information visuelle, linguistique, sémantique et comportementale est sélectionnée, codée, réduite, élaborée, stockée, retransmise, décodée et utilisée" (Moore, Golledge, 1976). La cognition spatiale est ainsi "la connaissance et la représentation interne ou cognitive de la structure des entités et des relations spatiales" (Hart, Moore, 1973). La cognition se rapporte aux moyens variés de connaissance qui interviennent entre les impressions des sources extérieures dans le passé et le présent et la gamme complète des réponses du comportement humain (Cauvin, 1984 b).

    6 Une précision est à donner ici en ce qui concerne les termes de perception et de cognition. La perception suppose l´usage physique d´un des sens au moins, en particulier celui de la vue pour la perception spatiale. Dans le cadre des études entreprises nous nous intéressons aussi bien à des lieux que les sujets voient qu´à des lieux hors de portée de la vision et qui sont cependant intégrés dans notre "esprit". Le terme de cognition est donc plus juste, plus adapté, puisqu´il prend en compte l´espace tel qu´il est vu par des sujets, mais aussi imaginé et construit avec l´adjonction des connaissances intériorisées. (Cauvin, 1984 a).

    7 Dans un article récent, H. Couclélis (1996) met en parallèle ces trois "théories" auxquelles elle ajoute les propositions de G. Lakoff et M. Johnson (1980), qui sont essentielles, mais qui, pour nous, trouvent plutôt leur place au niveau des processus de la formation des représentations cognitives

    8 Encore faut-il qu´il soit possible d´agréger les données et de savoir comment les agréger, mais ceci est un problème que nous avons abordé dans d´autres publications (Cauvin et al, 1998).

    9 Terme explicité dans le volume 12 de l´Atlas de France, portant sur l´Espace des villes (Pumain, Saint-Julien, 1995).

    10 Le mot "opération" a été retenu ici, sans être totalement satisfaisant ; il ne doit donc être considéré que comme un terme de travail, un terme provisoire.

    11 Pour un inventaire plus complet, mais cependant non exhaustif, nous renvoyons à un ouvrage que nous avons publié en 1984 (Cauvin, 1984 b).

    12 Cette expérience nous a été décrite lors d´échanges à Strasbourg avec C. Board.

    13 Nous avons procédé à une analyse critique détaillée de cette procédure dans une publication récente (Cauvin et al., 1998).

    14 Cité par S. Dornic (1967).

    15 Pour une revue sur ces méthodes, nous renvoyons au volume de notre doctorat d´État (Cauvin, 1984 c).

    16 NUD.IST pour Non-numerical Unstructured Data Indexing searching and Theorizing. Logiciel pour Mac et PC, diffusé par les Publications Sage.

    17 Logiciel édité par KYNOS, Paris.

    18 D´autres techniques comme les "groupements ordonnés" (Hirtle, Jonides, 1985) ou "l´amorçage spatial" (Mc Namara, 1986) n´ont pas été décrites, ni même citées, car nous n´avons pu les tester nous-mêmes.

    19 Appel d´Offre de Recherche et d´Expérimentation La Ville Émergente, Plan Construction et Architecture, Ministère de l´Équipement, du Logement et des Transports, juin 1997, 73 p.

    20 F. Moriconi-Ebrard (1993), dans son approche des villes, considère déjà ces deux agglomérations comme un tout sur le plan morphologique.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Colette Cauvin, « Pour une approche de la cognition spatiale intra-urbaine », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Politique, Culture, Représentations, document 72, mis en ligne le 27 janvier 1999, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/5043 ; DOI : 10.4000/cybergeo.5043

    Haut de page

    Auteur

    Colette Cauvin

    U.F.R. de géographie de Strasbourg,Laboratoire "Image et Ville" (UPRES-A 7011 CNRS).

    Articles du même auteur

    Haut de page

    Droits d’auteur

    © CNRS-UMR Géographie-cités 8504

    Haut de page