Navigation – Plan du site
1996
Actes des Journées de Télédétection en Sciences humaines
179

Evolution des zones humides d'Anatolie intérieure : exemple de la plaine de Konya, Turquie

Evolution of the Algöl lake (eastern part of the Konya plain)
Catherine Kuzucuoglu et Sylvie Servain

Résumés

L’évolution 1987-1993 du lac d’Akgöl (Est de la plaine de Konya) est cartographiée et mesurée, par diachronie de deux scènes SPOT XS. La contraction correspond à un accroissement des prélèvements dans les nappes d’eau souterraines. D’autres secteurs font l’objet d’une cartographie géomorphologique illustrant l’évolution des paléoenvironnements lacustres et palustres au Pléistocène Supérieur.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

télédétection

Keywords :

remote sensing

Géographique :

Asie, Asie de l’ouest, Turquie
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les bassins lacustres des plateaux endoréiques d’Anatolie centrale connaissent une mutation profonde initiée au début du XXème siècle et qui va s’accélérant depuis deux décennies. Auparavant basée sur les cultures pluviales associées à l’élevage semi-nomade, l’agriculture y évolue vers une économie à intrants lourds : irrigation croissante, soutenue par l’utilisation des réserves d’eau renouvelables ou non (barrages intracollinaires, nappes souterraines) et par une forte utilisation d’engrais. Or, la ponction en eau ainsi opérée conduit à la réduction, voire à la disparition de nombreuses zones humides dans la région.

2Engagés dans une recherche sur l’évolution paléoenvironnementale de l’Anatolie intérieure, basée sur l’interprétation des héritages morphologiques et enregistrements sédimentaires dans la Plaine de Konya, nous avons décidé d’utiliser le traitement d’images satellitaires pour mesurer et caractériser l’évolution actuelle des zones humides encore présentes dans la Plaine de Konya, tout en la replaçant dans une perspective à long terme, celle des changements environnementaux et climatiques de l’Holocène.

Cadre de l’étude et problématique

3La Plaine de Konya est une dépression ouverte dans les plateaux calcaires et volcaniques d’Anatolie intérieure. Le drainage est endoréique, mais des pertes karstiques permettent au système hydrologique de rester, le plus souvent, d’eau douce malgré la très forte évaporation estivale. Le climat est semi-aride, de type continental. Le maximum des précipitations a lieu au printemps, souvent sous forme d’orages. Les hivers sont rigoureux, avec quelques chutes de neige. Les étés sont chauds et secs. Les vents sont permanents, parfois violents, à l’origine de tempêtes de sable en fin d’hiver. Après avoir été boisés jusqu’au début du XXème siècle, les versants des reliefs alentours sont aujourd’hui entièrement -ou presque- dénudés. La végétation naturelle dans la plaine est la steppe à armoise, plus ou moins arborée sur les plateaux.

4La surface de la plaine, dont l’altitude est de 1000 m, correspond au fond d’un ancien lac occupant un fossé d’origine tectonique, d’âge plio-pléistocène, évoluant dans un système principalement karstique. Ses bords sont ourlés de dépôts de cordons littoraux et dépôts deltaïques (de Meester, 1970). Des coquilles prélevées dans ces dépôts ont permis de dater la dernière phase d’extension maximum du lac, sur l’ensemble de la plaine, de 21 à 18000 BP environ (Roberts, 1983). Formes littorales (plages, falaises) alternent avec des formes alluviales (cônes torrentiels) au sortir du Taurus. Ce paléolac couvrait une superficie de 4200 km2 et avait de 12 à 20 m de profondeur.

5L’histoire de l’occupation humaine, qui remonte ici au moins au néolithique, avec des abris sous roche et des dizaines de sites aujourd’hui sous tertres (dont le village de Catal Hüyük, habité de 8500 à 6500 BP), confirme la variabilité des niveaux lacustres et des environnements palustres dans la région pendant l’Holocène, enregistrée par ailleurs dans les séquences sédimentaires lacustres de plusieurs sous-bassins dans la plaine.

6Notre travail, relativement à l’exploitation des données satellitaires, porte sur deux thèmes : la caractérisation des zones humides et la mesure de leur évolution d’une part, et d’autre part la cartographie des formes et dépôts associés au paléolac de Konya et aux zones humides holocènes. L’étude a commencé par l’analyse de zones-tests. Les traitements ont été réalisés à PASTEL (ENS St Cloud, CNRS, EHESS) et au laboratoire de télédétection de l’Université de Tours.

Premiers résultats de l’analyse de l’évolution des zones humides et exemple d’Akgöl

7Les zones humides d’Hotamis, de Sultaniye et d’Akgöl font l’objet d’une étude diachronique à partir de scènes SPOT XS de 1987 et 1993, enregistrées en été, fin juillet ou début août. C’est pendant cette période que le déficit hydrique est le plus important.

méthodologie générale :

8une première étape consiste à définir et quantifier l’évolution des zones en eau, dont la régression, observée sur le terrain depuis 1993, est également signalée par des témoignages depuis une dizaine d’années environ. Une deuxième étape consistera à définir les différentes formations végétales présentes, tant dans la zone humide que dans la steppe alentour.

9La zone humide d’Akgöl a été choisie comme premier site pour le test de la démarche méthodologique et l’évaluation des apports des données SPOT XS par rapport à l’objectif fixé. Une méthodologie proche sera ensuite appliquée aux deux autres zones humides de la plaine de Konya.

analyse des données SPOT XS et premiers résultats :

10le traitement des images a débuté par la correction radiométrique, en réflectance, afin de disposer de mesures comparables. Les canaux ont aussi été corrigés par la méthode du plus proche voisin pour pouvoir être superposés.

11Compte tenu du comportement spectral particulier de l’eau (Robin, 1995), nous avons cherché à isoler les surfaces en eau, en visualisant chaque canal. L’image binaire obtenue par seuillage du canal du proche infrarouge (XS3) des deux dates, permet de spatialiser et de quantifier les surfaces en eau et d’obtenir, par soustraction des deux images, la superficie concernée par la disparition des surfaces en eau. Cette analyse a abouti d’une part à une carte comparant le lac d’Akgöl en 1987 et en 1993, qui met en valeur la régression de la partie en eau et, d’autre part, au calcul de la contraction de la superficie en eau.

12Dans la perspective d’un suivi de ce lac, il est prévu d’acquérir une scène SPOT XS enregistrée en Août 1996, pendant que seront réalisés des relevés et des contrôles de terrain.

13Une composition colorée des canaux XS1, XS2 et XS3 a été réalisée pour les deux scènes. L’eau a été préalablement masquée afin de mettre en valeur les nuances de la végétation. Le zonage des documents a été réalisé en conformité avec les principes de la photo-interprétation. Nous avons cherché à différencier, en considérant les variations de couleurs, des zones plus moins végétalisées (zone humide, cultures, steppes pâturées, non-pâturées) et minéralisées (marnes ou sables lacustres ; cordons littoraux ou dunes associées à des dépressions éoliennes). Les formations végétales seront identifiées à partir des données (relevés et photographies) complétées par une enquête sur le terrain.

14L’exploitation des données satellitaires va être poursuivie pour Akgöl, puis la méthodologie sera appliquée aux deux autres sites. L’étape suivante, qui s’appuiera sur la collecte d’informations chiffrées sur les bilans hydrogéologiques et l’exploitation des ressources en eau, portera sur la validation sur le terrain des résultats obtenus par le traitement des données SPOT.

Premiers résultats portant sur la cartographie géomorphologique de la plaine de Konya

15Dans cette partie du programme, basée sur le traitement et l’exploitation de trois images SPOT XS, différents secteurs de la plaine sont traités comme sites-tests pour l’établissement de la légende d’une carte géomorphologique de la plaine de Konya. Ces sites comprennent trois zones humides (Akgöl dans le sous-bassin oriental, Sultaniye dans le sous-bassin septentrional, Hotamis, dans le sous-bassin méridional) et deux grands cônes torrentiels qui leur sont liés, deux ensembles dunaires d’âges différents, le versant complexe (glacis et falaises) du secteur de Göçü au nord-est de Konya, et, en dernier lieu, le massif volcanique du Karacadag et les coulées et cônes de Karapinar.

méthodologie générale :

16des scènes extraites des trois scènes SPOT XS nécessaires à la couverture totale de la plaine de Konya, subissent des traitements simples : visualisation de compositions colorées et classifications non dirigées (12 classes) sur les canaux XS1, XS2 et XS3, d’une part et, d’autre part, visualisation de compositions colorées et classifications non dirigées (12 classes) sur des néocanaux formés à partir d’indices de végétation, de brillance et de contraste.

17Les images classées obtenues sont comparées afin de choisir les plus pertinentes, au regard de la connaissance préalable du terrain, pour lesquelles les confusions entre thèmes sont les moins importantes.

premiers résultats :

18l’interprétation des scènes obtenues par classifications, confrontée aux cartes pédologiques (de Meester, 1970) et géologiques, permet d’identifier et de cartographier de premiers ensembles. Des essais cartographiques sont présentés sur les sites des dépressions d’Akgöl, de Hotamis et de Sultaniye et des deux ensembles dunaires (Kuzucuoglu et al., sous presse) : les formes et formations observées et cartographiées sont interprétées dans l’optique des enregistrements paléoenvironnementaux pléistocènes et holocènes dans les sous-bassins de la plaine de Konya.

19Une cartographie basée sur l’interprétation de la dynamique subactuelle -voire de l’évolution actuelle en relation avec les pressions exercées par le développement agricole- sera travaillée en jonction avec l’étude diachronique des zones humides des sous-bassins.

Conclusions générales

20Le contrôle-terrain des analyses d’images, prévu en août 1996, devrait permettre de valider les différentes images et zonages obtenus sur les zones humides et dans les autres secteurs de la plaine de Konya. Après étude d’autres données satellitaires (Landsat TM été 1984 et SPOT été 1996), une ultime étape consistera à établir deux séries de documents :

  • une série de mesures de l’évolution des zones humides et formations végétales associées, accompagnées de cartes évolutives sur le court terme (1984-1987-1993-1996) ;

  • une cartographie de l’ensemble des diverses formes et formations quaternaires conservées sur le fond et les bords de la plaine de Konya, interprétée en tant que témoins de variations paléoenvironnementales.

© CYBERGEO 2000

Haut de page

Bibliographie

DRISSEN, P.M. and de MEESTER, T. (1969). Soil salinity and alkalinity in the Great Konya Basin, Turkey. Agricultural Research Report 720, Centre for Agriocultural Publishing and Documentation (PUDOC), Wageningen, 97 p.

KUZUCUOGLU, C., PARISH, R., KARABIYIKOGLU, M. (sous presse). The dune systems of the Konya plain (Turkey). Their relation to the environmental changes in Central Anatolia during Late Pleistocene and Holocene. Sera publié dans Geomorphology.

de MEESTER, T. (ed) (1970). Soils of the Great Konya Basin, Turkey. Agricultural Research Report 740, Centre for Agriocultural Publishing and Documentation (PUDOC), Wageningen, 290 p.

ROBERTS, N. (1983). Age, palaeoenvironments and climatic significance of Late Pleistocene Konya Lake, Turkey. Quaternary Research, 19, 154-171.

ROBIN, M. (1995). La télédétection. Nathan Université, 317 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Kuzucuoglu et Sylvie Servain, « Evolution des zones humides d'Anatolie intérieure : exemple de la plaine de Konya, Turquie », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 179, mis en ligne le 05 mai 2000, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/620 ; DOI : 10.4000/cybergeo.620

Haut de page

Auteurs

Catherine Kuzucuoglu

Laboratoire de Géographie Physique URA 141, CNRS, 92290 Meudon, France

Sylvie Servain

Mac Donald Institute of Archaeology, Downing Street, Cambridge, UK. Laboratoire de Géographie Physique URA 141, CNRS, 92290 Meudon, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page