Navigation – Plan du site
1996
Actes des Journées de Télédétection en Sciences humaines
178

Analyse de la mobilité des paysages et des systèmes sociaux en Thessalie : l’apport des images Landsat TM

Bernard Helly, Pierre-Gil Salvador, Bezunesh Tamru et Éric Fouache

Résumés

Une équipe pluridisciplinaire tente d’identifier la répartition des sites observables ou enfouis dans la plaine de Larissa. L’analyse d’image Landsat TM a permis d’identifier l’extension réelle des épandages, des systèmes de failles mais aussi des trames anthropiques qu’aucun autre document n’illustre.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

télédétection

Keywords :

remote sensing
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cette note illustre des travaux intégrés dans le projet : Etude de la dynamique des écosystèmes et systèmes sociaux méditerranéens - applications à la Thessalie Grèce. Ce thème se situe dans la recherche de localisations plus pertinentes pour les cités antiques de la plaine thessalienne qui a fait émerger une problématique d’histoire des paysages. Celle-ci s’est concentrée, depuis longtemps, sur la question de la localisation du lac Boibé, déjà connu d’Homère. Sur la base d’observations déjà anciennes, il est apparu qu’une approche géomorphologique combinée à celle de l’historien pouvait faire progresser nos connaissances : faut-il accepter l’idée, actuellement reconnue, de la permanence d’un lac depuis le néolithique ou bien s’orienter plutôt vers l’idée d’une variabilité temporelle des cycles de mise en eau des dépressions identifiées dans la plaine orientale ? Il faut alors s’interroger sur l’origine des sédiments et la probable existence de sites enfouis. Une recherche d’hypothèses explicatives sur une base pluridisciplinaire s’est avérée nécessaire : les explications possibles sont-elles de nature tectonique, climatique ou anthropique ?

2La sédimentation, les déplacements des lits de rivières dans les bassins ont défiguré de nombreux sites préhistoriques, les magoules (équivalent local des tells orientaux) qui ne sont plus aujourd’hui que de simples ondulations dans d’immenses terrains de culture. Mais se pose également d’autres problèmes, qui concernent en particulier la manière dont les sites antiques de la période historique jusqu’au post-byzantin (fin du 18e s.) ont été oblitérés par les phénomènes naturels : colluvions et comblements des villes basses, sur lesquelles les enceintes fortifiées ont souvent joué un rôle de barrage, érosion des parties hautes (acropoles) parfois complètement coupées en deux par des ravines de grande profondeur. Les observations des conditions d’oblitération des sites apportent des informations intéressantes aussi sur l’environnement, en particulier sur les évolutions climatiques postérieures à leur abandon.

Hypothèse de travail.

3Pour répondre à ces questions une hypothèse de travail sous forme de schéma spatial est proposée. Ce schéma est issu d’une réflexion combinant l’aspect géomorphologique, tectonique et anthropique. Il comprend six parties couvrant la plaine orientale d’Ouest en Est (figure 1) :

Figure  1 : modèle de zonation paléogéographique

  • 1) une zone à forte érosion qui concerne les collines centrales.

  • 2) une zone de transition avec sédimentation locale et où les sites sont repérés.

  • 3) une zone à sédimentation alluvionnaire (où les sites néolithiques manquent complètement).

  • 4) une zone à sédimentation lacustre où la présence d’une nappe d’eau pérenne est probable.

  • 5) une zone à sédimentation détritique avec des cônes de déjection d’extension limitée et où les sites ne se trouvent que sur les zones protégées.

  • 6) une zone à faible érosion qui concerne les massifs cristallins à l’est.

4La validation de ce schéma ou de certaines de ces parties par télédétection permettrait sur l’ensemble de la plaine (figure 2) de détecter la localisation des sites. La mise à jour de la partie 3 (sédimentation alluvionnaire) du schéma autoriserait une étude spatiale de la répartition probable de sites enfouis sous des sédiments récents. L’analyse de l’extension réelle des cônes de déjection de la partie 5 (zone à sédimentation détritique) répond aux mêmes préoccupations.

Figure 2 : plaine orientale de Larissa : composition colorée TM 1, 2, 3

Résultats

5Sans possibilité de pouvoir travailler sur des images spécifiquement choisies pour le programme, nous avons entrepris, à partir des images auxquelles nous avons eu accès pour l’instant, d’exploiter des images LANDSAT 5 TM de Septembre et octobre 1986. L’analyse des images a été réalisée au Service de télédétection de la Maison de l’Orient et, concernant le bas Titarèse, à l’atelier PASTEL (CNRS-EHESS-ENS) du laboratoire de biogéographie de l’ENS Saint-Cloud (UMR 180). Nous avons travaillé sur les quatre points ci-dessous.

1) La plaine orientale - zone centrale :

6L’apport de la télédétection permet de visualiser des épandages correspondant aux bassins versants des Révénia et du Mavrouvouni. La présence du coton gênant les traitements par classification, les méthodes de contour (figure 3) sont privilégiées. Celles-ci permettent d’exagérer les formes et de montrer les extensions réelles des épandages issus des bassins versants des Révénia et les cônes plus courts du Mavrouvouni. Ce résultat nous permet aussi de valider par télédétection les parties 3 et 5 du schéma initial (figure 1) et de les étudier plus finement sur le terrain.

Figure 3 : plaine orientale de Larissa, canal 2 TM contours : les épandages des Revenia apparaissent dans les tons unis au centre

2) La prise en compte de la microtopographie

7La prise en compte de la microtopographie a permis de mettre en évidence un seuil qui isole la dépression située au Nord-Est de la plaine, et que nous avons appelé "seuil de Niamata". L’analyse des images disponibles ne permet pas de reconnaître directement ce seuil, mais fournit des indications sur la zone de faille qui lui correspond. Le repérage de ces seuils est fort important dans la délimitation du tableau d’eau ancien.

3) L’image utilisée a révélé l’existence d’un parcellaire très régulier et organisé

8Ce parcellaire n’est visible sur aucune carte topographique (ni à l’échelle du 1/ 50.000 ni à l’échelle du 1/5.000). On a pu commencer à étudier les relations entre ce parcellaire et les épandages étudiés en 1), ainsi qu’avec les sites d’habitat moderne et antique. A partir du module de base de ce parcellaire, on peut avancer une hypothèse sur la chronologie de la cadastration correspondante et sur son organisation, mais des vérifications restent indispensables avant de formuler toute conclusion.

4) La plaine orientale, secteur Nord-Ouest le bas -Titarèse.

9A partir de l’image Landsat, on a étudié la zone constituée par le cône de déjection du Titarisios et la zone de défluviation du Pénée : une composition colorée de canaux 2 (bleu), 5 (vert) et 6 (rouge) met en évidence un champ de failles assez dense et cinq zones géomorphologiques distinctes : le cône d’épandage grossier sans doute holocène et historique du Titarèse, une zone où apparaissent les traces d’anciens chenaux du Pénée, trois zones intermédiaires entre les deux précédentes, en position de cône plus ancien, dont la nature et l’âge seront à préciser sur le terrain.

Conclusion

10Ces résultats nous offrent un vaste champ de réflexion et le contrôle terrain nous permettra de valider certaines de nos hypothèses (date des dépôts etc ...). Le travail doit se poursuivre dans l’ensemble du bassin en incluant la plaine occidentale et par l’acquisition si possible d’images à hautes résolutions. L’intensification agricole rend l’étude des images par méthodes classificatoires dérisoire et nous amène à plus nous concentrer sur l’analyse des formes.

Haut de page

Bibliographie

HELLY B., BRAVARD J.-P, CAPUTO R., "La plaine orientale de Thessalie (Grèce) : mobilité des paysages historiques et évolution tecto-sédimentaire", Actes du colloque sur l’évolution de paysages historiques dans les pays méditerranéens, Colloque de Ravello, juin 1992, 90 p., à paraître dans PACT, vol. 35.

BARISANO E., HELLY B., 1984 : "Remote Sensing and Archaeological Research in Thessaly (Greece), New Prospects in "Archaological" Landscape", in Proc. of the EARSeL/ESA Symposium on European Remote Sensing Opportunities, Strasbourg, 31 mars - 3 avril 1984 (ESA SP-233, mai 1985), p203-209.

SIMON L., TAMRU B., "Dynamique des paysages en montagne de Lure : apport combiné de la télédétection et d’un SIG." à paraître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Helly, Pierre-Gil Salvador, Bezunesh Tamru et Éric Fouache, « Analyse de la mobilité des paysages et des systèmes sociaux en Thessalie : l’apport des images Landsat TM », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 178, mis en ligne le 05 mai 2000, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/623 ; DOI : 10.4000/cybergeo.623

Haut de page

Auteurs

Bernard Helly

UMR Fernand Courby, Maison de l’Orient Méditerranéen - 7, rue Raulin - 69005 Lyon

Pierre-Gil Salvador

UMR Fernand Courby, Maison de l’Orient Méditerranéen - 7, rue Raulin - 69005 Lyon

Bezunesh Tamru

UMR Fernand Courby, Maison de l’Orient Méditerranéen - 7, rue Raulin - 69005 Lyon

Éric Fouache

UMR Fernand Courby, Maison de l’Orient Méditerranéen - 7, rue Raulin - 69005 Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page