Navigation – Plan du site
1996
Actes des Journées de Télédétection en Sciences humaines
174

Milieux et sociétés sur les marges arides du croissant fertile : la télédétection et les S.I.G. au service d'une recherche géo-archéologique

Milieu and society on the arid fringe of the fertile cruscant : remote sensing and GIS for a geo-archeological study

Françoise Debaine

Résumés

Dans un contexte environnemental précis de marge désertique, on cherche sur le long terme, à définir et à estimer le poids des différents facteurs, naturels ou anthropiques, qui interviennent dans l’évolution des sociétés traditionnelles. Intégrés dans la démarche géo-archéologique l’imagerie satellitaire et les S.I.G. peuvent être des outils d’observation et d’analyse efficaces.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

télédétection

Keywords :

remote sensing
Haut de page

Texte intégral

La steppe syrienne : un milieu diversifié et instable

1Lancé par le GREMMO en 1995, le projet que nous présentons ici s’inscrit dans un large programme dirigé par B. Geyer(1) et auquel participent J. Besançon(2), Y. Calvet(3), R. Jaubert(4). Il se propose d’étudier les interactions entre milieux et sociétés sur les marges des zones arides dans des environnements réputés difficiles, contraignants et souvent fragiles. Il s’agit d’aborder sur le long terme (l’Holocène essentiellement) le thème des évolutions du milieu physique et des interventions humaines sur celui-ci.

2Le projet concerne la Syrie du Nord (figure 1). Le domaine des marges arides s’étend en arc de cercle, de la frontière sur le Tigre au Jabal Druze. Le cadre de notre étude en constitue un élément particulièrement représentatif : il s’étend sur environ 120 km du nord au sud, depuis lac salé du Jabboul au sud-est d’Alep jusqu’à la Palmyrène, et sur une centaine de kilomètres d’est en ouest. C’est une zone de steppe désertique située entre le Croissant Fertile, peuplé très précocement et de façon continue par des cultivateurs sédentaires et le "désert" syrien, domaine des pasteurs nomades.

Figure 1 : les marges du désert syrien : le cadre de l’étude

3Les conditions écologiques, climatiques, géopédologiques sont, dans ce milieu de transition entre la zone bioclimatique méditerranéenne et le vrai ésert, particulièrement diversifiées et sont en outre sujettes à variabilité, notamment sur le plan climatique : à court terme (années pluviométriquement déficitaires en série) et vraisemblablement à long terme (fluctuations durant l’Holocène).

4Outre les évolutions du milieu physique, la marge aride du Croissant Fertile a subi au cours des millénaires des bouleversements importants, aussi bien dans les densités de populations que dans les modes d’occupation du sol. Les données archéologiques attestent l’ancienneté de l’occupation - de l’outillage datant du Paléolithique et du Mésolithique a été brièvement collecté - ; elles montrent par ailleurs une occupation à certaines époques, plus dense et extensive qu’aujourd’hui, et en particulier, une variation certaine de la localisation de la "frontière" entre nomades et sédentaires. Plusieurs fois, au cours des millénaires, cette région a connu en effet des phases d’expansion du domaine cultivé, de colonisation agricole de la steppe, de croissance démographique et de prospérité économique. C’est le cas au Bronze ancien ou à l’époque romano-byzantine et ce jusqu’à l’est, c’est-à-dire là où il ne tombe plus guère que 150 mm de pluie en moyenne annuelle. Périodes fastes qui ont été suivies de phases de recul agricole, de la disparition de villages, voire d’un retour total à la vie nomade sans que l’on ai pu jusqu’à présent en déterminer les causes, ni a fortiori la part respective des facteurs physiques et des facteurs humains dans ces alternances de prospérité et de déclin.

5Depuis quelques décennies et après l’une de ces longues phases de recul de la vie sédentaire au cours des derniers siècles, la marge interne du Croissant Fertile, est devenue un véritable front de colonisation agricole. Elle connaît des bouleversements de grand ampleur, à cause d’une croissance démographique élevée mais surtout grâce à la généralisation de la motorisation : bouleversements qui se manifestent par une rapide avancée des cultures de céréales (de l’orge surtout) et le développement considérable de l’élevage, l’utilisation intensive de zones autrefois difficilement exploitables, dans un contexte fortement spéculatif. Cette pression sur le sol entraîne la dégradation rapide du couvert végétal, un abaissement des nappes phréatiques, une érosion des sols, menaçant de conduire à une véritable désertification en même temps qu’à la disparition, déjà en cours, des traces archéologiques.

Une recherche géo-archéologique

6A travers une étude pluridisciplinaire et diachronique, qui se fonde sur l’état et la mise en valeur actuels du milieu naturel, ainsi que sur les traces de tous ordres de son exploitation passée, nous cherchons à atteindre un certain nombre d’objectifs qui peuvent être résumés de la façon suivante :

7- il s’agit tout d’abord de définir et de cartographier les potentiels naturels passés et actuels, de cette région représentative des marges du désert syrien. En effet, c’est un milieu où s’est révélée très tôt l’importance de l’environnement sur les sociétés humaines. La région s’organise en une série d’unités spatiales dont les caractéristiques ont, dès le début de l’Holocène, exigé que les hommes y adoptent des comportements diversifiés. Il s’agit donc d’identifier, de délimiter et de classer les facteurs naturels qui déterminent les potentialités d’occupation du sol : la présence de l’eau (les eaux de surface ou souterraines), les facteurs géologiques et géomorphologiques (la nature et la répartition des formations géologiques, l’organisation de la topographie), l’environnement climatique (le climat, les sols et la végétation).

8L’objectif est aussi de rechercher les vestiges de l’occupation humaine ancienne dans cette région de la Syrie très peu connue sur ce plan. L’objectif est de dresser des cartes d’occupation du sol au cours des différentes périodes depuis le Néolithique.

9Il s’agira de découvrir, de comprendre et si possible d’évaluer les modifications qu’ont subis les potentiels naturels dans le temps, du fait de l’instabilité des conditions naturelles ou du fait des interventions humaines. On cherche ainsi, dans un contexte environnemental donné, à définir les seuils d’action des différents facteurs de l’évolution d’un paysage.

10Nous voulons enfin estimer le poids respectif du naturel et de l’anthropique dans le développement des sociétés traditionnelles, dans un contexte environnemental spécifique. Il s’agit de comprendre, de déterminer ce qui, dans les changements et les ruptures d’équilibre observables à différentes époques, peut être attribué aux transformations du milieu physique ou, au contraire, à des causes purement humaines.

L’imagerie satellitaire et les SIG : des outils pour l’analyse des interactions passées entre milieux et sociétés

11Les images satellitaires prennent dans ce programme une part majeure, mais elles ne peuvent répondre que partiellement aux objectifs. Cette recherche est fondée en effet sur l’intégration d’un ensemble de connaissances thématiques, par exemple géographiques, climatiques, archéologiques, historiques, épigraphiques.

12Les connaissances extraites des images s’intégreront dans une base de données géoréférencées contenant les informations issues des recherches effectuées par d’autres moyens d’investigation (terrain, analyses microscopiques, étude des cartes ou des textes anciens par exemple) et donc à d’autres échelles. Une base de données archéologique est ainsi constituée à partir des prospections sur le terrain et enrichie au fur et à mesure de l’analyse des vestiges. Un certain nombre d’informations sont également extraites par numérisation, des cartes topographiques au 1/50000e : la topographie qui est un élément de différenciation des unités spatiales, l’hydrographie (les ouadis, les sebkhas) - même si les cartes sont souvent incomplètes ou imprécises sur ce thème -, le réseau des pistes, les puits et des foggaras.

13L’imagerie satellitaire quant à elle, est pour nous, une source d’information irremplaçable ne serait-ce que parce qu’il n’existe pour la région étudiée aucune couverture cartographique thématique hormis la carte géologique au 1/200 000e , ni de photographies aériennes facilement disponibles (figure 2).

(Source : extrait d’une image Landsat TM du 8 avril 1988, géoréférencée, canaux 2/3/4 en B/V/R.)

Figure 2 :  Les marges du désert syrien :  une mosaïque d’unités naturelles (mesas basaltiques - au nord -, sebkhas – au sud -, glacis) diversement mises en valeur (les espaces cultivés apparaissent en rouge)

14Le traitement des images a pour but l’extraction d’un certain nombre d’informations concernant le milieu physique, ce, à l’aide de méthodes déjà éprouvées de classification, de calculs d’indices ou encore d’analyse des formes lorsque le critère morphologique reste le seul qui permette d’identifier des objets dont l’aspect a été modifié au cours du temps. Différentes couches d’informations seront ainsi obtenues : les eaux de surface, cours d’eaux permanents, oueds, ou cuvettes endoréïques (les cartes topographiques existantes sont très imprécises sur ce thème essentiel pour la compréhension de l’occupation de l’espace en milieu semi-aride et aride), la nature et la répartition des formations géologiques et de leurs évolutions pédologiques, qui influent sur les potentialités d’utilisation ; là encore l’information disponible (cartes géologiques) est parfois erronée, souvent incomplète, toujours à trop petite échelle. Les images servent aussi à la mise en évidence d’indices d’oscillations climatiques et de l’évolution de l’environnement géomorphologique, comme les formations superficielles qui témoignent des phases arides quaternaires (modelés et dépôts éoliens, croûtes et dalles calcaires ou gypseuses, dépôts lacustres ou palustres), ou les éléments paléohydrographiques (anciens oueds ou anciennes limites des lacs et dépressions fermées).

15Les images seront aussi utilisées pour la recherche des objets archéologiques. Ce sont avant tout les voies de la détection indirecte des vestiges, fondée sur la confrontation d’informations géographiques et historiques notamment, que nous nous proposons d’explorer. Cependant, l’expérience acquise dans d’autres régions montre qu’il ne faut pas exclure les possibilités de mise en évidence directe sur les images de traces, même ténues, de l’occupation humaine ancienne, en particulier des aménagements hydro-agricoles. Au contraire des sites d’habitat, formes souvent ponctuelles et difficiles à discerner de leur environnement, les réseaux de canaux d’irrigation anciens même quand ils sont discontinus peuvent en général être repérés sur les images.

16Enfin, le traitement des images doit permettre de cartographier l’occupation actuelle de la steppe et en particulier l’extension des aires cultivées.

17A chacun des objets identifiés, ou à chacune des classes individualisées pourra être associé un certain nombre d’attributs. Les résultats obtenus seront ensuite, analysés, combinés, associés pour la production de cartes thématiques, portant sur un thème particulier : l’eau, les aménagements hydro-agricoles, ou sur l’évolution d’un thème (en fonction de la variabilité interannuelle des précipitations ou de l’extension des zones cultivées par exemple).

18Le but est d’intégrer et de gérer des informations partielles et disparates afin de permettre une approche plus globale et pluridisciplinaire des questions posées. Les sources utilisées sont complémentaires et les informations extraites de l’image sont une partie de la base de données géographiques que nous souhaitons constituer afin d’obtenir une image claire et si possible objective de la situation actuelle de la steppe, de son évolution à court terme, et sur le long terme grâce à l’étude des traces du passé.

19Au fur et à mesure de l’introduction dans la base de données d’informations d’origine et de nature différente (topographie, base de données archéologiques, etc.) nous pourrons produire des cartes correspondant à des analyses plus fines des relations entre environnement et sociétés aux différentes époques identifiées, notamment par le recours aux fonctions d’analyse spatiale (algèbre de carte). Il s’agit d’analyser avec les fonctions d’un SIG, les différentes couches d’informations produites et de créer de nouvelles couches : celle des potentialités d’utilisation du sol à une époque donnée par exemple ou encore celle des aires de plus grande probabilité de la présence de vestiges de différents types (sites de sédentaires, aménagements hydro-agricoles, réseaux de communication, etc.). Il s’agit aussi d’utiliser la base de donnée comme un terrain d’expérimentation permettant de combiner les connaissances acquises, de tester des hypothèses, de simuler des reconstructions.

20Il s’agit en fait de formaliser et de rendre ainsi plus objectif et reproductible le "raisonnement géo-archéologique".

Haut de page

Notes

(1) CNRS - UMR 149 GREMMO

(2) Université de Tours, CNRS - UMR 149 GREMMO

(3) CNRS - UMR Courby

(4) Institut Universitaire d'Etudes du Développement (IUED), Genève

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/640/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Crédits (Source : extrait d’une image Landsat TM du 8 avril 1988, géoréférencée, canaux 2/3/4 en B/V/R.)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/640/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Debaine, « Milieux et sociétés sur les marges arides du croissant fertile : la télédétection et les S.I.G. au service d'une recherche géo-archéologique », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 174, mis en ligne le 05 mai 2000, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/640 ; DOI : 10.4000/cybergeo.640

Haut de page

Auteur

Françoise Debaine

Groupe de Recherche et d’Etudes sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO-UMR 149), Maison de l’Orient, Lyon. Institut de Géographie et d’Aménagement Régional de l’Université de Nantes (IGARUN) - Laboratoire IMAR - Chemin de la Censive du Tertre - B.P. 1025, 44036 NANTES cedex 01 Tél. 40 14 11 61 - debaine.f@humana.univ-nantes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page