Navigation – Plan du site
2006

Wacquant L., 2006, Parias urbains. Ghetto – Banlieues – Etat, Paris, La Découverte, 332 p.

Marianne Blidon

Texte intégral

Radioscopie de la ségrégation.Marginalité urbaine américaine, marginalité urbaine française

  • 1  Loïc Wacquant est sociologue, spécialiste du ghetto, disciple de Pierre Bourdieu et de Bill Wilson (...)

1Objet de discours médiatiques exotisants, les quartiers de relégation sociale français suscitent des comparaisons souvent malheureuses avec le ghetto américain et ses avatars comme le « syndrome américain » ou le « piège américain ». De glissements sémantiques en assimilations hasardeuses, le spectre de l’américanisation de la ville européenne et du communautarisme se sont installés, au cours des années 90, comme des lieux communs du débat public. Une mise au point conceptuelle et empirique s’imposait. Loïc Wacquant1 nous la livre.

2Dans Parias urbains, l’auteur construit sa démonstration à partir de la comparaison de deux villes emblématiques : Chicago et La Courneuve, dont les quartiers du South Side et la cité des Quatre mille focalisent les discours sur la marginalité urbaine. Son analyse s’appuie sur d’abondantes données empiriques, issues d’enquêtes quantitatives, d’entretiens avec les habitants et d’observations ethnographiques collectées entre 1988-1992, permettant ainsi de mesurer la validité de l’analogie entre la « Ceinture noire » et la « Ceinture rouge ». Son argumentation est attentive au contexte historique dans lequel se jouent les rapports entre les classes, l’Etat et l’espace. Ainsi il différencie le ghetto communautaire du milieu du XXe siècle, définit

3 comme une « formation socio-spatiale compacte et clairement circonscrite dans laquelle les Noirs de toutes les classes étaient consignés et soudés entre eux par un large éventail d’institutions propres au groupe et à son espace réservé » (p. 7), de l’hyperghetto de la fin du siècle, « nouvelle configuration spatiale et organisationnelle décentrée, caractérisée par la double ségrégation de race et de classe dans le contexte du double retrait de la Ceinture noire historique du marché du travail et de l’Etat-providence » (p. 7). Contrairement à Louis Wirth (1927), Loïc Wacquant développe une conception institutionnaliste du ghetto « comme concaténation de mécanismes de contrôle ethnoracial fondée dans l’histoire et matérialisée dans la géographie de la ville » (p. 7). Cette définition exclut les formes spatiales reposant sur la confusion entre ghettoïsation et différenciation spatiale, ségrégation résidentielle, paupérisation économique, concentrations des immigrés, enclavement physique, dégradation du bâti, violence criminelle. Ses objectifs sont d’une part de décrire et d’expliquer la transformation institutionnelle qu’a connue le ghetto afro-américain (chap. 1), et d’autre part, d’extraire les différences et les similarités que présentent l’hyperghetto américain et « la banlieue française en déclin » (chap. 2). A cela s’ajoute un essai de caractérisation de « la marginalité urbaine à l’horizon du XXIe siècle » qui constitue à la fois un bilan, une tentative de prospective et une ébauche de projet politique (chap. 3).

4En vue d’« initier une sociologie comparée de la polarisation sociale » (p. 11), l’auteur se donne cinq principes : différencier les « concepts indigènes » - prénotions – des concepts analytiques, « replacer l’état et le destin d’un quartier dans la série diachronique des transformations historiques dont ils sont l’expression matérielle » (p. 12), recourir à l’observation ethnographique ce qui le conduit à dénoncer les notions d’underclass et d’inner city,différencier condition sociale, position dans la structure hiérarchisée des lieux et fonction occupée dans le système métropolitain des zones étudiées, et enfin spécifier le degré et la forme de la pénétration étatique. L’application de cette charte permet de distinguer et de hiérarchiser chacun des éléments du débat de façon rigoureuse sans en nier la complexité. Parmi les nombreux points abordés, on retiendra les modifications profondes du ghetto postfordiste. Le ghetto s’est décentré spatialement et différencié institutionnellement, la ghettoïsation se traduit par un profond délabrement, une prévalence du danger physique et un sentiment exacerbé d’insécurité qui sont en partie liés au développement de l’économie informelle, à la déprolétarisation et à l’effondrement organisationnel du ghetto communautaire des années 50. On retiendra aussi qu’au-delà des similarités apparentes (l’expérience vécue des habitants, les tendances économiques et démographiques) entre la France et les Etats-Unis, la réalité de la discrimination et de l’exclusion urbaines relève d’échelles et de processus très différents (écologies organisationnelles, composition ethnique, niveau de pauvreté, criminalité politiques urbaines et dégradation du cadre de vie disparates). Ce qui nous invite à une plus grande prudence dans le transfert des théories et concepts étatsuniens.

  • 1

5Au total, l’ouvrage de Loïc Wacquant s’avère stimulant par la rigueur et la qualité du travail conceptuel et argumentatif, par la diversité des sources mobilisées et par la connaissance approfondie du contexte américain. Il séduit, ou agace c’est selon2, par l’assurance du ton employé. Plus gênant cependant, l’ouvrage est construit à partir d’articles, de rapports ou d’interventions publiques ce qui conduit, parfois, l’auteur à se répéter au détriment d’une exploitation plus détaillée du matériel ethnographique qu’il a constitué. Ainsi, on aimerait en savoir plus sur « la contraction de l’espace public » dans l’hyperghetto. Les données statistiques, notamment françaises, sont datées- les plus récentes remontent au début des années 90 – ce que l’auteur assume pleinement (p. 290), mais qui laisse le lecteur sur sa faim. Durant cette période, beaucoup de résidents sont partis à la retraite ce qui modifient profondément leurs pratiques et par la même leur rapport au quartier. De même, les possibilités de s’insérer sur le marché du travail entre générations n’ont pas été les mêmes (Louis Chauvel, 1998 ; Stéphane Beaud et Michel Pialoux, 1999, 2003). Autant d’éléments qui n’infléchissent pas fondamentalement les conclusions de l’auteur, mais qui auraient enrichi l’analyse et actualisé l’argumentation. L’ouvrage s’adresse aux géographes qui s’intéressent à la ville mais pas seulement. Tout citoyen soucieux du débat public – qu’il partage ou non le point de vue politique de l’auteur - y trouvera, à l’approche des échéances de 2007, des pistes de réflexion extrêmement stimulantes.

62 Les travaux de Loïc Wacquant, entre autres, ont suscité une polémique parmi les sociologues. Certains - Didier Lapeyronnie - voient dans ses écrits l'expression d’un nouvel « académisme radical » quand d’autres - Philippe Cibois - y voient un des paradigmes de la sociologie contemporaine.

7Didier Lapeyronnie, « L'académisme radical ou le monologue sociologique. Avec qui parlent les sociologues », Revue française de sociologie, 45-4, 2004, pp 621-651.

8Philippe Cibois, «Parler entre sociologues», Socio-logos, Numéro 1, 19 avril 2006.

9URL : http://sociologos.revues.org/​document16.html.

10Didier Lapeyronnie, «Réponse à "Parler entre sociologues"», Socio-logos, Numéro 1, 21 mars 2006.

11URL : http://sociologos.revues.org/​document18.html.

Haut de page

Notes

1  Loïc Wacquant est sociologue, spécialiste du ghetto, disciple de Pierre Bourdieu et de Bill Wilson. Il enseigne la sociologie à l’université de Berkeley.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Blidon, « Wacquant L., 2006, Parias urbains. Ghetto – Banlieues – Etat, Paris, La Découverte, 332 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 26 septembre 2006, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/743

Haut de page

Auteur

Marianne Blidon

blidon@parisgeo.cnrs.frDoctorante CNRS-UMR 8504Géographie-cités

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page