Navigation – Plan du site
2005

Berdoulay, V., da Costa Gomes P. C., Lolive J., 2004, L’espace public à l’épreuve. Régressions et émergences, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, Pessac, 224 p.

Antoine Fleury

Texte intégral

1La recherche sur l’espace public au sein des sciences sociales rencontre deux écueils de taille : à la polysémie de la notion d’espace public – un espace public synonyme de sphère publique ou de débat public d’une part, et les espaces publics qui sont des portions d’espace urbain – s’ajoute paradoxalement la difficile prise en compte de la dimension géographique. Cet ouvrage s’intéresse précisément à la dimension spatiale de l’espace public au sens de sphère publique qui, à quelques exceptions près [1], n’a été que très peu pensée jusqu’à maintenant. La rigueur théorique des auteurs leur permet d’éviter le premier écueil, notamment grâce à une introduction très riche (chap.1) ; ainsi, en s’appuyant sur une définition claire de l’espace public, ils réussissent à articuler sphère politique, action et aménagement concret de l’espace. Les exemples développés dans les différentes contributions se situent à plusieurs échelles : le quartier, la ville, le pays (la France, l’Espagne) ou l’Union Européenne. L’ouvrage lui-même est construit de manière cohérente – ce qui n’est pas évident pour un ouvrage collectif – autour de quatre thèmes, au prisme desquels l’espace public est interrogé : « l’enjeu environnemental » (1ère partie), « la représentation politique » (2ème partie), « les limites du modèle classique » (3ème partie), « la mise en scène » des espaces publics (3ème partie). Chaque partie, judicieusement introduite, contient une série d’articles s’appuyant sur des terrains situés en Europe, au Canada et au Brésil pour la majorité d’entre eux.

2Les auteurs ne pouvaient éviter de rappeler ce qu’est l’espace public dans son acception classique (chap.1). C’est en effet l’univers de référence des hommes politiques, des professionnels et de nombreux chercheurs. Mais c’est pour mieux montrer que cet espace public est moins une réalité qu’un idéal, une norme, auquel on ne peut s’arrêter sous peine de ne voir qu’une crise de l’espace public, qui serait menacé par la violence, l’insécurité, le communautarisme… Il s’agit donc de démythifier ce modèle pour mieux comprendre les évolutions contemporaines de l’espace public. La 3ème partie, selon une démarche peu novatrice mais néanmoins efficace, rappelle « les limites du modèle classique » en allant chercher des exemples dans d’autres aires culturelles ou dans d’autres pays, notamment dans les pays musulmans (chap.10) et en Extrême Orient (chap.11) : le terme de « public » voit en effet sa signification varier selon les contextes, jusqu’à parfois apparaître comme inadapté parce qu’il n’est pas autre chose qu’un produit des sociétés occidentales.

3Mais la 1ère partie va plus loin : elle montre que, loin d’être en crise, l’espace public se recompose et prend un nouveau sens au sein des sociétés européennes et nord-américaines. C’est l’une des grandes hypothèses de cet ouvrage, et son apport le plus stimulant : les questions environnementales sont progressivement devenues un moteur pour « repenser l’espace public à la lumière des nécessités de l’action » (chap.1, p.19). L’irruption des enjeux environnementaux – contestation de grands projets d’infrastructure, changements climatiques globaux ou controverses sanitaires – a contribué à la constitution d’un espace public (au sens de débat public). Ces préoccupations dénotent en effet une nouvelle représentation du monde, fondée sur la notion de bien commun ; selon l’approche théorique de P. Metzger (chap.3), « le rôle de l’espace public est significatif à deux niveaux : d’abord dans l’élaboration de la notion de bien commun, et donc de l’environnement ; ensuite comme mode spécifique de consommation du sol et support de production et consommation des biens communs ».

4L’irruption des enjeux environnementaux a aussi largement contribué à la transformation de l’action publique dans un sens plus démocratique et participatif. L’article d’O. Soubeyran donne une idée claire de cette évolution depuis les années 1960 (chap. 2). Quant à celui de G. Sénécal (chap. 4), il rappelle combien l’aménagement a changé de visage ces dernières années : à partir de l’exemple de l’autoroute urbaine de Montréal, l’auteur montre comment se construit un espace public de proximité ; au lieu de réduire les réactions des habitants au phénomène NIMBY, il pointe la tension entre les riverains et ceux qui aménagent ou utilisent l’espace, et les questions de qualité de vie, d’équité que la controverse réintroduit dans le débat public. Comme les autres articles de cette 1ère partie, ce texte donne des outils pour « articuler des dimensions de l’espace public que l’on a coutume d’opposer, et notamment les couples universel et proximité, contestation informelle et participation instituée » (introduction, p.29). On pourrait ajouter à ces couples le jeu d’échelles. Si l’article de G. Sénécal illustre parfaitement l’interaction quartier/ville, celui de S. Clarimont (chap.5) renvoie plutôt à la relation local/national. Sa contribution, qui traite du débat soulevé par le Plan Hydrologique nationale en Espagne, éclairera le lecteur sur l’apport du géographe dans la compréhension de l’espace public. L’auteur réfléchit à « la dimension spatiale de l’action collective, au statut dévolu à l’espace public dans l’action, aux itinéraires, lieux et places des débats publics » (p.69).

5Lorsqu’on articule sphère politique, action et aménagement concret de l’espace, on rencontre nécessairement les espaces publics urbains que sont les rues, les places ou les parcs. Mis à part peut-être dans le cas des espaces publics de la favela de Rocinha [2] (chap.12), les contributions évitent globalement la confusion avec la notion d’espace public, qui conduit souvent à une approche trop normative des espaces publics. P. Metzger les prend en compte dans sa démarche théorique : « la problématique environnementale permet de lire les espaces publics comme une modalité particulière de produire et de consommer le sol urbain, dans un morceau d’environnement urbain particulier », cette modalité particulière ayant « ceci de particulier qu’elle est quelque part l’idéal type du bien commun » (pp.44-45) ; de plus, ils sont aussi le support d’autres biens communs, comme la mobilité. Quant à la contribution de M. Brosseau et A. Gilbert (chap. 9), elle articule plus particulièrement espaces publics urbains et espace médiatique : en travaillant sur les problèmes de gestion et de contrôle de la Promenade du Portage (surnommée Strip), dans le centre-ville de Hull au Québec, et surtout sur leurs échos dans la presse locale, les auteurs montrent que « lieu public et espace médiatique sont mutuellement structurants et structurés » (p.117) ; et c’est finalement le « dialogue » entre les deux qui est constitutif de l’espace public.

6Enfin, la 4ème partie est presque entièrement consacrée aux espaces publics et à leur « mise en scène » : que ce soit par les mots ou les images, ou bien encore par des aménagements concrets, il est possible d’agir sur les valeurs, les images qu’ils véhiculent, d’en créer de nouvelles, et même de transformer certaines pratiques sociales ou culturelles. C’est d’ailleurs pour cette raison que les espaces publics sont aujourd’hui un outil à la fois pour le marketing urbain et pour l’aménagement. Cette partie contient différentes études de cas – l’aménagement des villes touristiques (chap. 15), l’exemple du boulevard des Pyrénées à Pau (chap. 16 et 17) ou encore les ponts de Recife – qui laisseront sans doute sur sa faim le lecteur intéressé par la problématique des espaces publics : ainsi, il est dommage qu’aucun chapitre ne renvoie plus précisément au rôle moteur qu’ils occupent aujourd’hui dans l’aménagement urbain, que ce soit autour de grands projets d’infrastructure comme les tramways ou dans le cadre de la politique de la ville, pour ne citer que ces deux exemples. D’autant plus que ces projets sont désormais le plus souvent construits dans la concertation. Mais il est vrai qu’un ouvrage entier ne suffirait pas à couvrir toutes les dimensions de la question.

7Pour finir, il est un aspect de la démarche mise en œuvre par un certain nombre des auteurs qu’il semble bon d’évoquer : la méthode et les sources. Comme l’écrit S. Clarimont, ce type d’étude s’appuie en effet sur « un matériel hétérodoxe encore trop souvent méprisé par les géographes : l’Internet et la presse, notamment locale, dont on sait les relations étroites et ambiguës qu’elle entretient avec les mouvements contestataires » (p.69). A cela, on peut ajouter les textes et images que l’auteur a relevés dans les espaces publics (affiches, graffiti, etc.). Si S. Clarimont n’en fait qu’une exploitation qualitative, M. Brosseau et A. Gilbert se distinguent par leur utilisation d’outils quantitatifs pour traiter le même genre de sources. Il en ressort par exemple un graphe donnant à voir l’évolution de la couverture médiatique par deux journaux de la Strip de Hull entre 1980 et 2000. Preuve en est, s’il était besoin de le démontrer, que tout ce « matériel hétérodoxe » peut être traité selon toute la diversité des méthodes à la disposition du géographe. On peut cependant regretter à ce propos que si peu de documents n’aient été reproduits dans l’ouvrage – en dehors de la 4ème partie consacrée à la « mise en scène » – que ce soit des photographies, des cartes ou encore des textes, même si cela n’est qu’un petit bémol par rapport à l’excellente qualité de l’ouvrage.

Haut de page

Notes

[1] Par exemple: A. Light and J. M. Smith, 1997, Philosophy and Geography II: The Production of Public Space, Rowman & Littlefield Publishers.

[2] On peut comprendre cependant, dans une optique politique, la nécessité d’une approche normative dans le contexte urbain de Rio, marqué par de fortes inégalités : d’une part, les habitants des favelas ont des difficultés pour atteindre les infrastructures de transport et les différents services urbains, d’autre part leurs quartiers sont difficilement accessibles aux acteurs extérieurs, ce qui pose notamment des problèmes de sécurité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Fleury, « Berdoulay, V., da Costa Gomes P. C., Lolive J., 2004, L’espace public à l’épreuve. Régressions et émergences, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, Pessac, 224 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 27 septembre 2005, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/757

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page