Navigation – Plan du site
2004

Martouzet D., 2001, Fort-de-France ville fragile ?, collection villes, Anthropos, Economica, Paris, 253 p.

Michel Desse

Texte intégral

1Denis Martouzet signe un travail de synthèse fort intéressant et complet sur l’agglomération de Fort-de-France. Il présente les caractéristiques et le fonctionnement de la ville tout en la replaçant dans l’ensemble martiniquais. L’auteur s’interroge sur la fragilité de l’agglomération et finalement sur son rejet par la population martiniquaise, mais aussi par les Métropolitains résidents ou touristes. Quelles sont les causes et l’origine de ce rejet de la ville ; les comportements individuels, les blocages sociétaux ou institutionnels ?

2Le premier chapitre replace Fort-de-France dans son cadre historique et retrace les étapes de la concurrence entre Saint-Pierre et Fort-de-France. Denis Martouzet s’intéresse ensuite à définir la ville par l’espace vécu et les différentes couronnes fonctionnelles de la conurbation (Schoelcher, Le Lamentin, Saint-Joseph).

3Le second chapitre intitulé « une mauvaise image urbaine » s’attache à décrire, par l’analyse des discours et des œuvres littéraires (en particuliers les romans de Raphaël Confiant) le site et les différents paysages urbains par une approche à la fois spatiale et historique, présentant la trame coloniale, les quartiers insalubres de l’après-guerre, les grands ensembles des années 1980 et les quartiers résidentiels récents. En final, la lisibilité de la ville est malaisée pour les habitants comme pour les touristes. Les raisons invoquées par l’auteur sont la multiplicité des micro-paysages (configuration des lieux, micro-climat, circulation, bruit) et l’absence de classes sociales urbaines (la plantation demeure jusqu’aux années 1950, le lieu d’ancrage de la bourgeoisie et du monde ouvrier) entraînant le rejet de la ville .

4La troisième partie plus classique s’intéresse aux activités économiques et analyse le secteur commercial et portuaire, les industries, le poids de la fonction publique et l’éventuel développement touristique. L’agglomération connaît aussi la pauvreté, le travail informel et de grandes disparités de revenus expliquant la ségrégation spatiale.

5Le quatrième chapitre intitulé « l’habitat au détriment de l’urbanisation » traite des problèmes de logements, de la ségrégation sociale des quartiers, des politiques municipales comme les Opérations Programmées d’Amélioration de l’Habitat ou les mesures de Résorption de l’Habitat Insalubre.

6Le cinquième chapitre pose le problème du déplacement et du transport qui sont sources de dysfonctionnements et de conflits. Denis Martouzet complète son étude par un chapitre conclusif : « absence d’aménagement global et multiplicité des projets d’urbanisme ponctuels ». Il s’interroge sur le rôle et la place du littoral dans ces futurs aménagements, sur le rôle des centres-villes, de la conurbation et de la jonction entre Fort-de-France et le Lamentin qui reste une friche urbaine avec la décharge et les Zones d’Aménagement Concerté.

7Au total, cet ouvrage de 253 pages, richement illustré (34 figures et 16 photographies) contribue à analyser finement cette ville fragile par sa population aux revenus modestes, par son économie dépendante de la Métropole, soumise aux aléas climatiques et sismiques, mais demeurant tout de même la capitale de la Martinique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Desse, « Martouzet D., 2001, Fort-de-France ville fragile ?, collection villes, Anthropos, Economica, Paris, 253 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 03 mai 2004, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/791

Haut de page

Auteur

Michel Desse

Michel.desse@mshs.univ-poitiers.frMaître de conférences Université de Poitiers

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page